Mexique: les 43 étudiants disparus ont-ils pu alimenter le trafic d’organes?

Alors que les manifestations continuent au Mexique pour réclamer la vérité sur la disparition des 43 étudiants à Ayotzinapa (26 septembre 2014), le mystère continue de régner sur ce qui a pu leur arriver. Même s’ils sont très probablement morts, ce qui est étrange c’est qu’aucun corps n’a encore été retrouvé malgré les différents témoignages qui ont circulé:

Selon les aveux de trois personnes détenues dans cette affaire, les jeunes ont été enlevés, puis tués, leurs cadavres brûlés avant que leurs restes concassés soient jetés dans une rivière. Mais jusqu’à présent les autorités n’ont aucune trace identifiable des étudiants. (La Croix)

320px-Poster_of_students_missing_from_AyotzinapaAutrement dit, les circonstances réelles de leur mort et de leur disparition sont toujours inconnues. On peut donc tout imaginer, surtout dans un pays qui connaît de nombreuses affaires de trafic d’organes, ces dernières années.

En 2013, un article parle déjà d’un trafic d’organes qui aurait pu concerner des immigrés clandestins au Mexique, avec des fosses communes comportant des « corps sans organes » (Le Monde).

Il y a quelques mois également, un cartel de drogues identifié qui a fait « enlever des enfants dans les villages pour récupérer et vendre leurs organes ». (Le Point) Il faut une complicité à grande échelle pour organiser un tel trafic « que ne peut financer qu’une mafia internationale », rappelle Alfredo Castillo, ce qui implique certainement des formes de complicité de haut-niveau au Mexique.

La disparition des 43 étudiants reste très inquiétante à ce niveau et on peut réellement se demander si cette affaire ne vient pas s’ajouter aussi à toutes ces histoires d’enlèvements au Mexique et de trafic d’organes qui se produisent régulièrement dans le pays. C’est peut-être la raison pour laquelle les témoignages des suspects n’ont jamais permis de retrouver le lieu où reposent les corps des étudiants.

Publicités