Le changement climatique pourrait conduire à l’augmentation des tremblements de terre et de l’activité volcanique

Les conséquences du changement climatique sont multiples. Dans les médias, on parle principalement de la montée du niveau des océans, ou encore de la fonte des glaces, du dérèglement du climat à l’échelle mondiale et des ours blancs en voie de disparition. Mais quels seront les autres effets du changement climatique? Certains sont parfois évoqués dans des articles, mais sont moins connus du public. Nous avons essayé de rassembler ce que nous avons lu ici et là pour tenter de comprendre le changement climatique dans une perspective plus globale. Le changement climatique impacte toute la terre, et ce qui arrive de manière ponctuelle dans certains pays peut aussi nous donner signe de ce qui peut arriver ailleurs dans les années à venir.

1. Le niveau des océans, des prédictions « dépassées » 

Pour commencer, avons-nous suffisamment conscience de l’ampleur que peut prendre la montée des océans? Il y a 15,000 ans, un changement climatique est supposé avoir fait monter le niveau des océans de plusieurs mètres sur une période de quelques siècles, un changement comparable à ce qui se déroule aujourd’hui sur notre planète comme l’explique un article de Science Daily. Les scientifiques actuels font-ils des prédictions suffisamment réalistes en ce qui concerne la rapidité avec laquelle ces événements vont se produire sur notre planète? Il y a une différence entre un réchauffement climatique qui mettrait quelques siècles, ou quelques décennies à se produire, ou s’il devait au plus tard se réaliser dans une vingtaine d’années. Les mesures pour déplacer et reloger les populations, par exemple, devraient déjà commencer à être envisagées, si un réchauffement climatique brutal devait se produire d’ici 20 ans. Or, aucun modèle ne permet de savoir précisément comment va se dérouler ce changement climatique. Tout semble incertain en ce qui concerne la montée des océans, beaucoup de villes pourraient être concernées, y compris des villes comme Londres, qui pourrait être une ville fortement impactée par la montée des océans, comme l’explique également un autre article de Science Daily:

Il existe un risque important que les mers autour de la Scandinavie, de l’Angleterre, des Pays-Bas et du nord de l’Allemagne augmentent d’environ 1,5 mètres au cours de ce siècle.

« Les prédictions d’il y a quelques années sont déjà dépassées », mais tant d’incertitude peut faire craindre le pire, et rien n’est fait pour nous rassurer, comme le rappelle un article du National Geographic:

Le niveau des océans augmente plus rapidement qu’il y a 50 ans, et il est très probable que cela s’aggravera, selon un scientifique de la NASA.

En attendant d’en savoir plus de la part des scientifiques, on peut calculer en ligne la montée des océans, par exemple sur Flood Map, un site qui permet d’enregistrer un niveau de montée des océans allant de 0 à 800 mètres. Parmi les prédictions évoquées, certains avancent des chiffres d’1 mètre, 3 mètres, 9 mètres, voire 65 mètres. Avec ce logiciel, chacun peut se faire une petite idée de la montée des océans et sélectionner la valeur voulue.

capture-decran-2017-02-12-a-20-35-34Mais prenons simplement 1 mètre de montée des océans, il y aurait déjà de graves conséquences sur nos villes, même en Europe (ici, une copie écran de Flood Map montrant la Belgique, les Pays-Bas et le Nord de la France affectés par une montée d’un mètre du niveau de la mer). Ce genre d’outils permettent d’imaginer de manière plus réaliste les conséquences du changement climatique, d’autant que certains estiment qu’une montée d’un mètre serait tout à fait probable d’ici la fin de notre siècle:

Une telle élévation [1 mètre] du niveau de la mer inonderait les zones côtières fortement peuplées du monde, ce qui pourrait forcer le déplacement de 187 millions de personnes (selon une étude)

D’autres estiment que la montée des océans pourrait même atteindre 65 mètres, avec la fonte de toutes les glaces sur terre (modifiant peut-être aussi par endroits la répartition de la masse de la croûte terrestre là où d’importantes quantités de glace auront disparu), ou encore comme on peut le voir dans cette animation vidéo:

A quoi ressemblerait la Terre si toute la glace fondait

2. L’augmentation des tremblements de terre (l’exemple de l’Himalaya)

Le changement climatique n’est pas seulement responsable de la montée des océans. Il pourrait aussi augmenter le nombre des tremblements de terre. Comme on peut le constater, la fréquence des tremblements de terre semble avoir augmenté ces dernières années à l’échelle mondiale, comme en Amérique Latine (Equateur, Chili, Colombie), en Asie (Japon, Indonésie), ou en Europe (Italie). Revenons sur le cas de l’Himalaya pour comprendre l’impact du climat sur les tremblements de terre.

Un article de Live Science explique comment l’eau qui s’écoule des montagnes fait trembler la terre, en Himalaya, après la saison des pluies. Les « variations saisonnières », le passage d’une saison plus froide à une saison plus chaude, mais aussi la variation des pluies et des températures, modifient la structure des sols et les fragilisent par endroits. L’hiver est la saison où se produisent ces variations, ce qui conduit à une augmentation des tremblements de terre pendant la saison hivernale dans l’Himalaya.

A l’échelle mondiale, on sait que le changement climatique va modifier les variations saisonnières dans certaines régions. Par un méchanisme semblable à celui de l’Himalaya (et cela reste une hypothèse), on peut imaginer que des tremblements de terre pourraient aussi s’intensifier dans d’autres régions montagneuses, y compris en Europe, où les variations saisonnières interviennent plutôt au printemps. En modifiant le cycle des pluies à l’échelle de la planète, le changement climatique pourrait aussi augmenter la fréquence des tremblements de terre dans d’autres pays lors des changements saisonniers.

3. Les éruptions volcaniques (l’exemple de l’Islande)

En Islande, les volcans font partie du paysage et de la vie quotidienne. Mais ils sont aussi surveillés par les scientifiques, et ce qui inquiète depuis ces dernières années, c’est que les volcans les plus importants d’Islande « sont tous dans une phase inhabituelle d’activité », selon ce que rapporte le WND.

L’explication donnée à cette activité volcanique inhabituelle pourrait se trouver dans le réchauffement climatique. En effet, tout en rappellant l’éruption du volcan islandais qui avait paralysé les aéroports européens en 2010, un article du Yale Scientific explique les liens entre l’activité des volcans et la fonte des glaciers:

Alors que la planète souffre d’un climat de plus en plus chaud, une hausse des niveaux de magma en Islande pourrait causer un pic d’activité volcanique

L’article détaille le mécanisme qui conduit les glaciers à augmenter l’activité volcanique en Islande. En fondant, les glaciers exercent en effet moins de pression sur les roches, laissant ainsi le magma remonter plus facilement à la surface, ce qui entraîne une activité volcanique plus intense. Par un méchanisme semblable, la fonte des glaciers pourrait augmenter la fréquence des éruptions volcaniques dans d’autres régions du monde, donc pas seulement en Islande.

4. L’affaissement des sols avec la fonte du permafrost (le cas de la Russie)

Plus inquiétant, « des villes en Russie pourraient s’effondrer d’ici 2050, à cause de la fonte du permafrost », annonce un article du Daily Mail. Ce problème pourrait se poser plus tôt que prévu, d’ici à 2020, pour des régions et des villes situées à l’est de la Russie, proches du cercle polaire arctique.

Le changement climatique risque, en effet, de changer la structure des sols et de rendre instable la base sur laquelle reposent les villes et les bâtiments qui ont été construits. En fondant, le permafrost va ramollir et déstabiliser les sols sur des régions entières. Soient les bâtiments devront être reconstruits, soit il faudra déplacer des populations entières vers d’autres villes.

Mais la fonte du permafrost ne concerne pas seulement la Russie. La fonte du permafrost et les émissions de méthane qui en résultent ont été étudiées plus largement « sous les lacs de l’Arctique en Alaska, en Sibérie et au Canada », et l’étude suggère que « l’Arctique se réchauffe plus vite qu’aucune autre région du monde », selon un article du National Geographic.

Si le Daily Mail évoque la possibilité que des villes s’effondrent en Russie, on peut imaginer que la même chose pourrait se produire en Alaska (nord des Etats-Unis), et au Canada, même si ces régions sont peut-être moins peuplées que la Sibérie, en Russie.

Dans tous les cas, les effets n’en seraient pas moins désastreux sur les écosystèmes, comme on peut le lire dans un article du CCIN [Canadian Cryospheric Information Network] qui explique l’impact de la fonte du permafrost au Canada (la même chose vaut pour les autres régions du monde concernées par la fonte du permafrost, que ce soient la Russie, ou l’état de l’Alaska aux Etats-Unis):

Cette dégradation du permafrost a des implications importantes pour les processus du paysage (terrain, pente et stabilité côtière), l’hydrologie (régimes d’eaux de surface et souterraines), les caractéristiques de surface (végétation, albédo), les sources de gaz à effets de serre et les puits (tourbières, sols, hydrates de gaz), ainsi que pour les écosystèmes, l’ingénierie et l’infrastructure.

5. La modification du champ magnétique terrestre

Enfin, dans les prédictions les plus pessimistes, des articles font aussi le lien entre le réchauffement climatique et la modification du champ magnétique terrestre. Un article de Discover Magazine soulève une hypothèse intéressante:

Pour établir un lien causal direct entre la diminution du champ magnétique terrestre et l’augmentation des niveaux du Co2 dans l’atmosphère, Vares et Persinger citent un document de 2008 qui a constaté que le magnétisme affecte la solubilité du Co2 dans l’eau.

Le Co2 serait moins soluble dans les océans avec un champ magnétique plus faible. Et comme on constate ces dernières décennies une baisse significative du champ magnétique terrestre, ceci pourrait donc avoir un impact sur le réchauffement climatique et accentuer ses effets sur la planète. Mais cela ne suffirait pas à expliquer l’importance du changement climatique à l’échelle de la planète.

D’autres études font plus directement le lien entre le réchauffement climatique et « les variations du champ géomagnétique trouvées à des intervalles irréguliers au cours des derniers millénaires, en utilisant le dossier archéologique de l’Europe jusqu’au Moyen-Orient. Ces phénomènes semblent corrélés à des événements climatiques importants dans la région de l’Atlantique Nord », selon le résumé d’un article de Science Direct.

Si le champ magnétique terrestre s’est régulièrement inversé au cours de l’histoire, une animation vidéo résume ce qui pourrait arriver sur Terre:

L’inversion des pôles magnétiques terrestres

L’inversion des pôles magnétiques qui a eu lieu il y a 13 000 ans, et il y a 26 000 ans, comme l’explique la vidéo, conduirait soit à une inversion complète des pôles soit à un basculement de la Terre sur 90°. Pendant ce temps, le noyau de la Terre ne serait en rien affecté, car seule la croûte terrestre viendrait, en quelque sorte, à dériver, jusqu’à un point où elle se stabilise de nouveau pour quelques milliers d’années. Mais pour ceux qui vivent à la surface de la terre, ce serait une période difficile à survivre.

Un changement des pôles magnétiques serait catastrophique, car la brutalité du phénomène créerait des tremblements de terre et des tsunamis sur toute la planète. Des articles n’hésitent pas non plus à imaginer qu’avec le réchauffement climatique et l’inversion des pôles magnétiques, d’anciennes zones volcaniques éteintes pourraient éventuellement se réactiver. Mais on peut aussi imaginer qu’un changement des pôles magnétiques pourrait faire entrer en éruption un supervolcan.

On constate aujourd’hui que les phénomènes d’éruptions volcaniques et de tremblements de terre occupent une place importante dans l’actualité et ces phénomènes semblent augmenter leur fréquence, comme on a pu le voir ces derniers mois avec les tremblements de terre à répétition en Italie ou dans d’autres régions du monde. On fait rarement le lien de ces phénomènes avec le changement climatique. Pourtant, en dehors de la montée des océans (phénomène le plus visible), le changement climatique aura un impact sur le fonctionnement global du système terrestre et l’augmentation actuelle de ces catastrophes peut aussi être liée au changement climatique déjà en cours. L’ensemble des conséquences directes (montée des océans, catastrophes naturelles, etc) et indirectes (conséquences sociales et politiques) du changement climatique nous font mieux comprendre l’ampleur de ce phénomène et les dangers que cela représente à l’échelle mondiale.

Texte CC BY-SA

Vidéos: youtube
image: Floodmap

Publicités

Nigel Farage: L’establishment perd le contrôle sur les gens

Infowars.com, Jamie White, 31/08/2016

L’Empire ne croyait pas que le Brexit était possible, a souligné Farage

Le leader du Brexit, Nigel Farage, a déclaré que l’establishment mondialiste est perplexe sur le Brexit et désemparé sur la façon de reprendre le contrôle.

« L’Empire est abruti », a-t-il dit sur The Alex Jones Show, mardi. « L’Empire ne conçoit pas le Brexit, parce que l’Empire ne croyait pas que le Brexit était possible. »

« Maintenant, le problème de l’Empire est qu’il se bat contre cet argument sur plusieurs fronts à la fois ».

« Nigel Farage rejoint la planète contre le gouvernement mondial tyrannique »

Lire la suite: http://www.infowars.com/farage-establishment-losing-control-over-the-people/

Assistons-nous au début de la fin de la mondialisation?

ttip

CounterPunch.org, par Murray Dobbin, le 27/05/2016

Au plus fort de la bataille sur l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis (ALE), les plus grands soutiens de l’accord, le Conseil canadien des chefs d’entreprise (les 160 plus grandes entreprises publiques) a sorti des annonces de pleine page promettant au pays que cela apporterait « plus d’emplois, de meilleurs emplois ». Cela avait pour but de contrer la campagne efficace des opposants qui ont averti les Canadiens que des dizaines de milliers d’emplois manufacturiers seraient perdus. Les opposants ont gagné les cœurs et les esprits de la bataille, mais ont perdu l’élection de 1988 sur la question, faisant du Canada et des États-Unis les cobayes du « libre-échange ». Des centaines de ces accords ont été signés depuis, en dépit du fait que les critiques avaient raison: le Canada a perdu quelques 270.000 emplois en conséquence directe.

Depuis 1988, les promoteurs de ces accords de protection des investissements ont régné en grande partie en raison du soutien massif des médias. Mais, près de 30 ans après la première expérience, il y a des signes que, finalement, les citoyens du monde entier commencent à se poser cette question inconfortable: pour qui gouvernent au juste les gouvernements? Malheureusement, cette question est posée beaucoup plus dans l’UE et aux États-Unis qu’elle ne l’est au Canada. Néanmoins, l’opposition à de telles transactions dans ces deux économies centrales pourrait nous sauver de plus qu’eux-spécifiquement le Partenariat Trans-Pacifique (TPP) et l’offre proposée par le Canada avec l’UE – l’Accord économique et commercial global (AECG). Si l’accord USA-UE (le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement – TTIP) échoue, l’AECG a peu de chance de survivre.

Ce qu’on appelle des accords commerciaux donnent le pouvoir aux sociétés transnationales en compromettant radicalement la capacité de l’État-nation à la gouvernance démocratique. Cette émasculation de la démocratie est accomplie en grande partie par les dispositions investisseur-État qui autorisent les sociétés à poursuivre directement le gouvernement pour les profits perdus en raison de la législation sur l’environnement, la santé ou d’autres lois. Les gouvernements signent ces accords prometteurs avec enthousiasme, promettant les emplois et la croissance. Mais, alors qu’il a fallu près de deux générations, des millions de travailleurs américains ne croient tout simplement plus à la rhétorique.

Lire la suite: http://www.counterpunch.org/2016/05/27/are-we-witnessing-the-beginning-of-the-end-of-globalization/

Un « problème de l’islam » ou « une retombée de la guerre en Irak »? – débat de spécialistes sur RT après les attentats de Bruxelles

Les attentats de Bruxelles (et les attentats de Paris avant eux) mettent en évidence les dangers immenses auxquels l’Europe est confrontée avec le terrorisme. Parallèlement à ces craintes – la préoccupation que cela stimule une montée de l’islamophobie, alors que les communautés se fracturent et que le langage fort tourne à la violence. La question pour les forces de sécurité est: Quand intervenir. Les suspects de Bruxelles ont été autorisés à se déplacer sans menaces, et pourtant l’intense débat parmi les gens en ligne attire l’attention de la police.

Reza Kazım du Conseil islamique des droits de l’homme en Grande-Bretagne et Stephen Morris du Parti démocrate anglais rejoignent RT pour discuter de cette question. (texte youtube)

Des avocats européens, américains et australiens appellent la Chine à mettre fin à la répression contre les droits

Xi_JinpingPhoto: Xi Jinping en visite d’Etat en Grande-Bretagne en octobre 2015

The Guardian, Tom Phillips, 18/01/2016

Une lettre ouverte dans le Guardian exhorte le président chinois Xi Jinping à montrer qu’il dirige une «superpuissance mondiale respectée» en libérant les avocats détenus

Lire la lettre complète ici: « La Chine doit cesser son intimidation et sa détention d’avocats des droits de l’homme »

Les principaux avocats des droits de l’homme en Europe, en Amérique du Nord et en Australie ont appelé le président chinois Xi Jinping à mettre fin à une répression sans précédent par ses forces de sécurité qui a vu des centaines d’avocats et leurs parents intimidés, interrogés, arrêtés et victimes de disparitions forcées.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2016/jan/18/european-us-and-australian-lawyers-call-for-china-to-end-rights-crackdown

Une série de documentaires sur la géopolitique mondiale et les crises politiques au Moyen-Orient

WikiLeaks publie le lien sur Twitter d’une série de documentaires russes (sous-titrés en anglais) sur la géopolitique mondiale, portant entre autres sur les révolutions du monde arabe, les processus de démocratisation qui ont été soutenus par les Etats-Unis et les conséquences de ces révolutions qui ont notamment conduit à une crise des réfugiés en Syrie et l’impact que cela a pu avoir dans plusieurs pays européens.

Les vidéos sont accessibles gratuitement.

Voir la série de documentaires: http://www.liveleak.com/browse?q=world+order+eng+subs

La discrimination des Roms en Europe continue 70 ans après Porajmos

Asperg, Deportation von Sinti und Roma

Par Agan Uzunovic, 2 août 2015

Aujourd’hui, 2 août, est le jour désigné pour la commémoration de l’holocauste des Roms, quand nous nous rappelons des victimes roms du régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le génocide des Roms en Europe (aussi connu comme Porajmos) a largement été appelé l' »Holocauste oublié » depuis que près d’un demi million de membres de cette minorité ont été tués, certains d’entre eux dans les camps de concentration comme Auschwitz où ils ont été forcés de porter un triangle marron, comme moyen de les distinguer des autres prisonniers.

Les estimations vont de 25% à 70% de Roms qui ont été tués en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, dans la plupart des livres d’histoire, les Roms seraient simplement mentionnés comme des victimes des nazis et aucune autre exploration de la tragédie n’est faite.

Alors que cela reste méconnu pour certains, le régime nazi de la Seconde Guerre mondiale n’a pas seulement cherché à détruire la population juive en Europe, mais aussi les Roms, les Sinte, les homosexuels et d’autres groupes.

Lire l’intégralité de l’article: http://revolution-news.com/discrimination-of-roma-in-europe-continues-70-years-after-parajmos/

Royaume-Uni: La nouvelle ministre de l’emploi de David Cameron favorable au rétablissement de la peine de mort

Huffington Post, 11/05/2015, par Ned Simons

La nouvellement nommée ministre de l’emploi de David Cameron, Priti Patel, est en faveur de la peine de mort.

Patel, députée de Witham qui était ministre du Trésor dans le dernier gouvernement de Cameron, remplace Esther McVey, qui a perdu son siège lors de l’élection de la semaine dernière. Patel participera au Cabinet, mais tiendra le rang de ministre d’Etat.

Elle a déjà exprimé son soutien à la peine de mort. Elle a dit à BBC Question Time en 2011: «Je serais en faveur de la réintroduction de la peine capitale pour servir de dissuasion.

«Je pense que nous ne disposons pas suffisamment de dissuasion dans ce pays pour les criminels, et n’oublions pas, les meurtres et les violeurs et les criminels de cette nature ont choisi de commettre les crimes qu’ils commettent. »

Interrogée par le Mail on Sunday en 2006, pour savoir si elle favorisait la pendaison ou la chaise électrique dans les exécutions, Patel a déclaré: «Je n’ai pas réfléchi à tous les détails. »

Priti Patel, interrogée au sujet de la peine de mort en septembre 2011.

Lire la suite: http://www.huffingtonpost.co.uk/2015/05/11/priti-patel-wants-to-bring-back-the-death-penalty_n_7255322.html

Un leader sunnite: la politique conduit à des divisions sectaires en Irak #IraqatWar

#IraqatWar

Un chef religieux sunnite a déclaré que Bagdad doit faire confiance à sa communauté et les armer afin que le groupe Etat islamique puisse être vaincu en Irak

Muneer al-Obaidi_Baghdad_IrakMuneer Hashim al-Obaidi est un chef religieux et leader de la société sunnite dans la capitale irakienne de Bagdad (MEE)

Rori Donaghy, 21 avril 2015

[…] La guerre a souvent été dépeinte comme sectaire, en raison – partiellement – du fait que le gouvernement de Bagdad était soutenu par l’Iran chiite et l’EI a exploité les plaintes de la communauté sunnite.

Cependant, Muneer, un islamiste sunnite auto-déclaré, réfute cette version et dit que le conflit est motivé par des questions politiques et a peu à voir avec les différences religieuses.

« La guerre en Irak, c’est de la politique, la fracture sunnite et chiite sert juste à couvrir cela, » dit-il.

« L’Iran utilise les chiites d’Irak pour atteindre l’objectif politique d’augmenter son pouvoir dans la région. L’EI utilise le prétexte de protéger les sunnites pour atteindre ses objectifs politiques dans l’établissement du contrôle des terres en Irak et en Syrie « .

« L’Irak fait partie d’une guerre régionale – qui pourrait même être décrite comme une guerre mondiale. Nous pouvons voir l’Occident – je veux dire les Etats-Unis et l’Europe – lutter contre la Russie et la Chine. Les Russes et les Chinois soutiennent l’Iran, alors que les Américains et les Européens soutiennent l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe « .

Bien qu’il souligne les facteurs politiques principaux du conflit, Muneer parle avec passion en disant combien il croit que les autorités dominantes chiites de Bagdad ont abusé les sunnites irakiens. Ceci, dit-il, a contribué à une désintégration complète de la confiance entre les deux communautés, permettant aux divisions sectaires de se développer alors que le pays devient de plus en plus fracturé.

Les crises actuelles qui consument l’Irak ont leurs racines dans la guerre menée par les Américains en 2003, selon Muneer, alors que beaucoup d’Irakiens sunnites n’ont pas pris part dans les gouvernements qui ont suivi l’éviction du défunt Saddam Hussein.

Lire la suite de l’article: http://www.middleeasteye.net/news/sunni-leader-says-political-conflict-driving-sectarian-divisions-iraq-1962297395

Y a-t-il une surveillance de masse en Russie?

Agentura.ru, Par Andrei Soldatov

800px-Annino_(Moscow_Metro)En Russie, le concept de surveillance et d’écoutes téléphoniques est bien ancré dans le psychisme national. Il y a une expression couramment utilisée « ceci n’est pas une conversation pour le téléphone », qui signifie que certaines choses ne devraient pas être discutées au téléphone étant donné que cela peut être écouté. Cette expression est entrée en usage en revenant à l’époque soviétique et fait toujours partie de notre vocabulaire.

En effet, le système de surveillance électronique en Russie est enraciné dans son passé soviétique. Le système d’actions d’investigation spéciales connu sous le nom de SORM (sistema operativno-rozysknyh meropriyatii) a été développé dans les profondeurs du KGB à la fin des années 1980, et depuis lors, il a été constamment mis à jour. En conséquence, SORM-1 est aujourd’hui utilisé pour écouter les lignes téléphoniques, y compris les réseaux mobiles, SORM-2 intercepte le trafic Internet et SORM-3 prend soin de recueillir toutes les communications, leur stockage à long terme et l’accès à toutes les données des abonnés.

Cependant, l’élément clé de SORM – dénué de responsabilité – est resté dans toutes ses versions. Et la raison, ce sont les différences technologiques entre la norme de SORM en Russie et celles de l’ETSI [European Telecommunications Standards Institute] européenne et la CALEA [Communications Assistance for Law Enforcement Act] des Etats-Unis.

Aux États-Unis et en Europe un organisme d’application de la loi obtient une ordonnance du tribunal et l’envoie au fournisseur de services qui prend une copie et la transmet à un service de sécurité.

En Russie, les agents du FSB [Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie] doivent également avoir un mandat de la cour. Cependant, ils ne sont pas tenus de le montrer à quiconque en dehors de leurs supérieurs. Les fournisseurs de services de communications ne sont pas en droit de savoir à qui appartiennent les conversations ou les emails que les services de sécurité sont en train d’intercepter. Donc, du point de vue de la technologie, le système est conçu de manière différente: le FSB a des centres de contrôle SORM qui pointent via une ligne sécurisée aux serveurs d’un fournisseur de service. Afin d’écouter le téléphone de quelqu’un, tout ce que l’agent de sécurité doit faire est de taper la commande dans le Centre de contrôle SORM situé dans les locaux du bureau local du FSB. Ce système est reproduit partout dans le pays et dans chaque capitale régionale où le bureau local du FSB est connecté à tous les fournisseurs régionaux de communications.

La seule raison pour laquelle le système est conçu de telle manière, c’est parce qu’il a été développé par le KGB en URSS et, à cette époque, l’idée d’un contrôle en matière de surveillance n’avait jamais été envisagé. Après l’éclatement de l’Union soviétique, l’obligation d’obtenir une ordonnance du tribunal a été introduite, mais du point de vue de la technologie, le système a été laissé tel quel, c’est pourquoi [en Russie] il n’est pas nécessaire de présenter l’ordonnance du tribunal à quiconque en dehors du service de sécurité.

Lire la suite: http://agentura.ru/english/projects/Project_ID/masssurveillance/