La biographie cachée des Obama: une famille au service de la CIA (2nde partie)

obama_famille

Le jeune « Barry » Obama Soetoro, alors âgé de 10 ans, en compagnie de son beau-père Lolo Soetoro, de sa mère, Ann Dunham Obama Soetoro, et de sa demi-sœur, Maya Soetoro. (photo de famille, publiée par Bloomberg News)

Par Wayne Madsen, 20 septembre 2010

Dans la seconde partie de son enquête, Wayne Madsen s’intéresse à la biographie de la mère et du beau-père du Président Barack Obama. Il retrace leur parcours en tant qu’agents de la CIA d’abord à l’Université de Hawaii, où s’élaboraient quelques-uns des projets les plus sombres de l’Agence, puis en Indonésie, alors que les États-Unis préparaient un immense massacre de sympathisants communistes. Leur carrière s’inscrit dans cette période qui vit les débuts de la mondialisation en Asie et dans le reste du monde. À la différence de la dynastie Bush, Barack Obama a su cacher ses propres liens avec la CIA et en particulier, ceux de sa famille, jusqu’à aujourd’hui. Madsen conclut par cette question: « Que cache encore Barack Obama ? »

Lire la suite: http://www.voltairenet.org/article167038.html

Lire la 1ère partie de l’enquête: http://www.voltairenet.org/article166848.html

Publicités

La biographie cachée des Obama: une famille au service de la CIA (1ère partie)

Par Wayne Madsen, 30 août 2010

obama-b200-2-0cd61

De 1983 à 1984, Barack Obama exerça en tant qu’analyste financier au sein de la Business International Corporation, connue comme société écran de la CIA.

Le journaliste d’investigation Wayne Madsen a compilé plusieurs archives de la CIA établissant les liens entre l’Agence et des institutions et des personnes ayant eu des relations étroites avec Barack Obama, ses parents, sa grand-mère et son beau-père. La première partie de son dossier souligne l’implication de Barack Obama senior dans les actions menées par la CIA au Kenya. Ces opérations visaient à contrer la montée du communisme sous influence sino-soviétique dans les cercles étudiants ; au-delà, elles avaient également pour objectif de faire obstruction à l’émergence de leaders africains non-alignés.

Business International Corporation, la société écran de la CIA dans laquelle exerçait le futur président des États-Unis, organisait des conférences réunissant les dirigeants les plus puissants et employait des journalistes comme agents à l’étranger. Le travail qu’y a mené Barack Obama à partir de 1983 concorde avec les missions d’espionnage au profit de la CIA qu’a remplies sa mère, Stanley Ann Dunham dans les années 1960, après le coup d’État en Indonésie, pour le compte d’autres sociétés écrans de la CIA, dont l’East-West Center de l’Université de Hawaii, l’Agence des États-Unis pour le développement international (United States Agency for International Development, USAID) [1]et la Fondation Ford [2]. Dunham rencontra et épousa Lolo Soetoro, le beau-père d’Obama, à l’East-West Center en 1965. Soetoro fut rappelé en Indonésie en 1965 en tant qu’officier de haut rang afin d’assister le général Suharto et la CIA dans le sanglant renversement du président Sukarno [3]

Lire la suite: http://www.voltairenet.org/article166848.html

Lire la 2ème partie de l’enquête: http://www.voltairenet.org/article167038.html

Les documents découverts des Frères musulmans pourraient conduire Obama en prison

Vidéo de Western Journalism, publiée le 30 août 2013

Traduction intégrale de la vidéo:

Un document découvert des Frères musulmans, publié lors d’un procès sur le financement du terrorisme en 2008, appelle à la destruction des États-Unis. Le candidat présidentiel des Frères musulmans, Mohamed Morsi, a proclamé devant des milliers de partisans que « le jihad est notre voie ». Malgré cela, Barack Obama a accueilli Mohamed Morsi à bras ouverts quand il a été élu président de l’Egypte et il a continué à le soutenir lorsque des rapports non-stop ont fait surgir que les Frères musulmans avaient mis en place des chambres de torture pour leurs adversaires politiques et qu’ils ont ouvertement crucifié des chrétiens.

Avec les Frères musulmans conduits hors du pouvoir à la déception de notre président des Frères musulmans, Barack Obama, l’armée égyptienne désormais au pouvoir a découvert un trésor de documents liant le régime Obama avec les activités illégales des Frères musulmans.

Un de ces documents est une liste des officiels des Frères musulmans qui reçoivent des pots de vin secrets en dollars US, payés par le consulat américain et s’élevant à des millions de dollars.

Le journaliste d’investigation Jerome Corsi a obtenu une copie du document détenu par l’armée égyptienne qui prouve que le régime Obama a envoyé des millions de dollars en pots de vin aux Frères musulmans.

Mais qui gérait tout cet argent? Est-ce que les Frères musulmans se promenaient avec des centaines de milliers de dollars dans leurs poches? Entre Malik Obama, le demi-frère d’Obama. Selon la télévision égyptienne, tel que rapporté par Jerome Corsi, la Cour suprême constitutionnelle d’Egypte voulait « …informer le peuple américain que le frère de leur président Obama est l’un des architectes d’importants investissements des Frères musulmans. »

Nous ne parlons pas seulement ​​des pots de vin que les Frères musulmans ont reçu en Egypte, mais de l’ensemble des finances des Frères musulmans dans le monde entier, qui plus que probablement comprennent une étonnante somme de 8 milliards de dollars de pots de vin aux Frères musulmans donnés par le régime Obama tel que rapporté par l’Egypt Daily News et Arabic News TV 14. Le pot de vin était un paiement pour garantir que l’immense étendue de terre égyptienne, la péninsule du Sinaï, soit remise au groupe-frère des Frères musulmans, le Hamas.

Selon l’Egypt Daily News, un document existe montrant l’accord de 8 milliards de dollars avec l’administration Obama qui a été signé par l’ancien président des Frères musulmans, Mohamed Morsi, et son commandant en second Khairat al-Shater, tous deux en état d’arrestation par l’armée égyptienne pour assassinat et trahison.

Est-ce que ce document existe vraiment, montrant le pot de vin de 8 milliards de dollars signé par Obama ou l’un de ses représentants? Sans aucun doute.

Selon l’Anatolia News Agency, Saad al-Shater, le fils de Khairat al-Shater, a dit que son père, avant d’être arrêté, avait en sa possession une preuve qui aurait mis le président Obama en prison et c’est sans doute ce document auquel il faisait référence.

Si l’armée égyptienne publie ce document dans la presse, cela sonnerait sans doute la fin de l’administration Obama et signifierait une longue peine de prison pour trahison pour Barack Hussein Obama.

Voir l’article et la transcription en anglais de la vidéo: http://www.maggiesnotebook.com/2013/09/barack-and-malik-obama-muslim-brotherhood-us-consulates-and-billions-of-usd-us-buying-sinai-for-hamas/

Vidéo: Les autoportraits d’Obama lors de l’adieu à Mandela

Barack Obama prenait des photos « selfie » [autoportraits] avec la Première Ministre du Danemark Helle Thorning-Schmidt et David Cameron, lors de la cérémonie d’adieu à Nelson Mandela. Michelle Obama avait l’air mécontente du comportement désinvolte de son mari.

Réactions dans la presse internationale

Cérémonie Mandela : le « selfie » d’Obama, Cameron et Thorning largement critiqué

Autophoto d’Obama lors de l’hommage à Mandela: mise en contexte

L’autoportrait d’Obama, Thorning-Schmidt et Cameron mal interprété

Les frères Obama: protecteurs du terrorisme islamique saoudien

Tahani al-GebaliLa vice-présidente de la Haute cour constitutionnelle égyptienne, Tahani al-Gebali, a affirmé lors d’une entrevue à la chaîne Bitna al-Kibir en août dernier que « le frère d’Obama [Malik] est l’un des architectes de la stratégie d’investissements pour le compte de l’organisation internationale des Frères musulmans ».

Ahlul Bayt Nouvelles Agence (ABNA): Selon une traduction faite par Walid Shoebat (un ancien membre des Frères musulmans aujourd’hui activiste pour la paix), al-Gebali a déclaré:

Nous allons faire respecter le droit, et les Américains ne pourront pas nous en empêcher. Nous devons ouvrir les dossiers et initier les procédures judiciaires. L’administration Obama ne peut nous arrêter ; ils savent qu’ils ont soutenu le terrorisme. Nous allons ouvrir les dossiers pour que les nations concernées soient exposées, afin de montrer comment elles ont collaboré avec les terroristes.

Shoebat a indiqué le 5 septembre que plusieurs personnalités médiatiques égyptiennes ont rapporté que Malik Obama, le demi-frère du président américain Barack Obama, fait actuellement l’objet d’une enquête en Egypte concernant son rôle au sein de l’Organisation islamique Dawa (IDO), domiciliée au Soudan, ainsi qu’au sein des Frères musulmans plus généralement.

Des plaintes ont été déposées auprès du procureur général Hisham Barakat, afin que Malik Obama soit placé sur la liste de surveillance des autorités égyptiennes et interrogé sur son rôle dans le financement du terrorisme islamique international.

Malik Obama est le secrétaire exécutif de l’IDO, dont l’objectif est de promouvoir la version Wahhabite saoudienne de l’islam à travers tout le continent africain. Il est probable que l’IDO soit associée l’International Islamic Council for Dawa and Relief (IICDR), qui fédère 86 organisations islamiques, et qui est domiciliée au Caire. Son secrétaire général est Abdullah Omar Nasseef, également président du Congrès islamique mondial, une des principales organisations des Frères musulmans. Nasseef a été également secrétaire-général de la Ligue islamique mondiale (une organisation sponsorisée par l’Arabie Saoudite) et a co-fondé en 1988, avec l’ancien président pakistanais Zia-ul-Haq, le Rabita Trust, le bras financier de la Ligue. Celui-ci a été placé sous enquête par le sénat américain (et plus tard désigné par le Comité des sanctions contre Al-Qaïda du Conseil de sécurité des Nations Unies comme organisation proche d’Al-Qaïda.

La relation qu’entretient le président Obama avec son demi-frère Malik n’est pas distante, puisque les deux ont été le témoin de l’autre au cours de leurs mariages respectifs, et que Malik Obama s’est rendu à la Maison Blanche à plusieurs occasions.

Malik Obama dirige également la Fondation Barack H. Obama, qui a été dénoncée pour avoir collecté des fonds déductibles d’impôt sur internet entre 2008 et 2011 alors qu’elle ne bénéficiait pas du statut requis pour le faire. Cette situation a été régularisée en juin 2011, suite à des interventions appropriées, avec en prime un effet rétroactif couvrant les irrégularités jusqu’en 2008.

La famille Obama dispose également d’une deuxième fondation, la Mama Sarah Obama Foundation. Celle-ci accorde des bourses pour l’étude de la charia auprès de trois écoles spécialisées en ce domaine en Arabie Saoudite: l’Ecole Umm al-Qura, l’Université islamique de Médine et l’Université islamique Imam Muhammad bin Saud de Riyad.

Rappelons pour terminer que Saad al-Shater, le fils du dirigeant des Frères musulmans emprisonné Khairat al-Shater, avait déclaré en août dernier détenir des preuves susceptibles d’«envoyer Obama en prison». Il avait affirmé par la suite que le président Barack Obama avait envoyé une délégation au Caire pour faire libérer son père et d’autres personnalités dirigeantes des Frères musulmans, afin d’empêcher la publication de documents explosifs pouvant incriminer tant Obama que les Etats-Unis. Saad al-Shater fut arrêté par les autorités égyptiennes le 28 août.

Ces nouveaux événements nous permettent de mieux comprendre pourquoi l’administration Obama s’est évertuée, malgré la promesse formelle faite par Barack en 2009 aux famille des victimes des attentats du 11 septembre 2001, à obstruer les efforts de ces familles pour obtenir la publication du chapitre de 28 pages du rapport de la Commission d’enquête conjointe du Congrès documentant, selon les informations disponibles, le rôle de l’Arabie Saoudite dans ces attentats.

Une campagne de plus en plus médiatisée est en train d’émerger pour obtenir la publication de ces 28 pages, avec la formation récente d’une association baptisée «Les familles du 11 septembre unies pour mettre le terrorisme en faillite» (9/11 Families United to Bankrupt Terrorism). Ce groupe appelle le président Obama à respecter sa promesse et bénéficie du soutien de deux quotidiens de Floride, le Miami Herald et le Sarasota Herald-Tribune.

Une requête auprès d’une tribunal fédéral a été déposée, afin d’obliger le FBI à obtempérer aux requêtes de déclassification faites par diverses personnalités et associations sous l’égide de la Loi d’accès à l’information.

On comprend mieux maintenant pourquoi les intérêts saoudiens associés à la famille Bush ont trouvé en 2008 en Barack Obama un allié fiable dans la défense de leurs intérêts ; et pourquoi ils se sont mobilisés, à l’échelle internationale, pour que celui-ci devienne le digne successeur de Bush à la Maison-Blanche.

Source: http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/freres-obama-protecteurs-terrorisme-islamique-saoudien-10481.html