Al-Qaïda, nouveau prétexte à une propagande contre le Moyen-Orient – mais faut-il leur rappeler qu’il y a des solutions pour sortir du terrorisme?

En tant que responsable de ce blog, je voudrais sensibiliser les lecteurs à la continuelle propagande qui est faite contre le monde musulman, et notamment sur les causes du terrorisme international, surnommé Al-Qaïda. Un titre récent m’interpelle: « Al-Qaïda, plus forte et dangereuse que jamais, selon les experts« , peut-on lire dans plusieurs titres de presse. Les médias occidentaux, semble-t-il volontairement ou involontairement, quelques jours après le vote de la LPM [Loi de Programmation Militaire] en France, continuent de relayer une propagande qui vise à effrayer les citoyens du monde entier face à la menace terroriste, à influencer nos esprits pour nous faire croire qu’il existe toujours une guerre de civilisations et que les lois sur l’espionnage sont ainsi justifiées, mais sans pour autant expliquer les vraies raisons du terrorisme et sans expliquer qu’il y a des solutions faciles à trouver pour que tout le monde vive en paix sur cette planète, à l’abri du terrorisme. Nos médias, si intelligents et souvent complices des gouvernements, oublient de mentionner qu’il y a des solutions pour éradiquer le terrorisme, mais que si celui-ci n’est pas éradiqué, c’est que les réseaux terroristes sont utiles parfois aux intérêts des gouvernements pour renverser des régimes et pour évincer du pouvoir les gens qui font obstacle à certains. Les civils, que ce soit en Occident ou au Moyen-Orient, ne veulent plus du terrorisme, et nous ne voulons pas non plus que le terrorisme serve de prétexte aux gouvernements pour censurer l’internet, interdire des manifestations, accroître l’espionnage et réduire les droits à la liberté d’expression, où que ce soit dans le monde.

Al-Qaïda est utilisé aujourd’hui, comme c’était le cas il y a dix ans, avec l’Irak et l’Afghanistan, comme un prétexte pour attiser la haine entre les populations, pour nous faire croire que le Moyen-Orient est un ennemi de l’Occident, au risque de nous faire oublier qu’Al-Qaïda a eu des liens avec les Etats-Unis dans les années 80, comme l’affirmait Hillary Clinton. Au contraire, n’avez-vous pas compris que les seuls ennemis, ce sont les gouvernements qui ne cessent de se livrer des guerres entre eux? Le terrorisme, c’est une affaire d’Etat: ce sont des Etats qui se livrent une guerre pour le pouvoir et qui règlent leurs comptes personnels sur le dos des civils qui meurent et qui sont les victimes de tous ces attentats. Nous ne connaissons même pas les vrais enjeux de tous ces actes terroristes, mais certainement, il n’y a derrière tous ces attentats aucun prétexte religieux, et si les terroristes étaient religieux, ils devraient savoir qu’il n’y a rien de plus précieux que la vie pour un être humain et que la religion donne pour principe d’aimer la vie, et non de la détruire. Ceux qui tuent et commettent des attentats terroristes ne croient pas en la vie, ils ne croient pas en la démocratie et ils ne respectent pas la vie des civils qui meurent aux quatre coins de la planète. Le terrorisme ne sert en fait que l’intérêt des gouvernements et de gens haut placés au sein des gouvernements, et ceci leur permet de manipuler l’opinion publique et de faire passer toutes sortes de lois.

Mais parce que l’Occident persiste à fermer les yeux sur les vraies causes du terrorisme, nous, en tant que citoyens, nous leur disons: Il y a des solutions pour mettre fin à tous ces attentats et tous ces crimes. Et si vos services secrets ne sont pas en mesure de trouver des solutions efficaces pour mettre fin au terrorisme, malgré tous les moyens diplomatiques et technologiques que vous possédez, malgré tout l’argent que vous investissez, alors nous allons vous les donner, ces solutions qui sont pourtant si simples à trouver:

Premièrement, arrêtez d’opprimer les peuples du Moyen-Orient et de les rendre responsables du terrorisme. Traitez-les de manière égale aux peuples occidentaux, car les civils ne sont en rien la cause du terrorisme. Les civils au Moyen-Orient veulent la paix, comme nous voulons aussi la paix ici en Europe et ailleurs. Nous sommes solidaires avec eux, car ils veulent aussi le développement économique et le bien-être de leur société. Ils ne sont pas responsables de ce que des fous islamistes prétendent faire en leur nom ou au nom de la liberté. Que l’Occident traite ces peuples avec respect, et ce n’est pas parce que leur civilisation est moins développée économiquement, que vous avez le droit de les menacer diplomatiquement ou d’envoyer des embargos contre leurs nations.

Deuxièmement, aidez les peuples du Moyen-Orient à développer les droits de l’homme avec des aides économiques, au lieu de consacrer des millions de dollars à financer des armées et le développement militaire de ces pays. Si ces pays ne maîtrisent pas encore clairement le concept des droits de l’homme à la manière de l’Occident, il faut arrêter de leur livrer des armes ou des logiciels d’espionnage de leur population, ces choses ne faisant qu’accroître le manquement aux droits de l’homme et mettant en péril des milliers de civils. Actuellement, l’économie au Moyen-Orient a surtout pour destination l’intérêt des multinationales, le pétrole et les technologies de surveillance, alors que l’intérêt de l’économie devrait être centré sur la promotion des droits de l’homme et de la liberté des citoyens.

Troisièmement, arrêtez d’envoyer des drones sur les civils et de tuer les gens dans des pays qui détiennent des terroristes sur leur territoire. Tout civil a droit à la vie, même s’il est terroriste ou présumé terroriste. Il est préférable d’arrêter un terroriste et de le juger de manière démocratique, pour qu’il puisse faire face aux accusations de manière responsable face à la société. Les Etats-Unis envoient des drones sur des civils, sans même savoir si ceux-ci sont effectivement des terroristes, sans même qu’ils aient été arrêtés ou jugés. Certains sont tués par erreur. Comment voulez-vous que des réseaux comme Al-Qaïda n’exploitent pas la détresse des civils dont les proches ou les enfants ont été tués par erreur par vos armes ou par vos drones? L’Occident ne fait que donner des raisons à Al-Qaïda d’attiser la colère des populations et de recruter encore plus de terroristes, parce que ce sont des politiques inefficaces. La politique du drone est une politique de la violence, qui n’apportera que la violence au sein des populations dans le monde. La promotion de la paix au Moyen-Orient doit se faire dans le dialogue, et non dans le meurtre de la population par des moyens de haute-technologie.

Quatrièmement, incitez les multinationales étrangères à faire la promotion des droits de l’homme et à investir une partie de leurs énormes profits pour développer les droits de l’homme au Moyen-Orient. Incitez les multinationales étrangères à montrer l’exemple et à être digne des valeurs démocratiques de l’Occident. Quand les multinationales sont à l’étranger, leurs dirigeants devraient appliquer et respecter les mêmes droits que ceux qu’ils respectent quand ils sont dans leur pays: ils ne devraient pas chercher à exploiter la population locale, ils devraient appliquer une égalité dans les salaires et accorder des conditions de travail respectables à leurs salariés, respecter l’écologie et au besoin intervenir pour prévenir des catastrophes environnementales. La terre est un bien commun à tous. En Occident ou au Moyen-Orient, les multinationales doivent se rendre responsables de leurs activités face aux populations, afin de permettre le développement au sein de ces pays, et non pas pour freiner les droits et la liberté d’expression des habitants. Moralisez les multinationales internationales, et peut-être que le monde deviendra un peu plus moral et respectueux des droits de l’homme.

Enfin, demandez aux médias internationaux d’arrêter de relayer les propagandes en faveur de la guerre. Les médias ont un poids de conscience dans la construction d’un conflit entre les civilisations de l’Occident et du Moyen-Orient. Les médias propagent la haine entre les cultures du monde, parce qu’ils obéissent aux ordres des gouvernements et parce qu’ils ne comprennent pas l’intérêt de donner une vraie information aux citoyens dans le monde. Les médias ne donnent pas non plus d’informations sur les problèmes, les causes et les origines réelles du terrorisme international, qui fut utilisé et financé par les Etats-Unis comme un instrument de lutte contre l’influence soviétique, notamment en Afghanistan. On veut nous faire croire aujourd’hui que l’Occident est plus sûr, – grâce à vos systèmes d’espionnage qui portent atteinte à notre vie privée -, et l’Orient moins sûr avec Al-Qaïda. Mais les problèmes sont les mêmes partout: il n’y a pas un Moyen-Orient avec ses problèmes particuliers, et un Occident avec d’autres problèmes. Les civils font partout sur terre face aux mêmes problèmes de pauvreté, de logement, de crise et d’austérité, face à des gouvernements qui investissent dans les guerres, au lieu de développer l’éducation et la santé, et face à des gouvernements de plus en plus oppressifs quand aux libertés accordées aux citoyens. Al-Qaïda, encore un prétexte pour attiser le nationalisme en Europe et envoyer des soldats se faire tuer au Moyen-Orient? Les médias devraient nous apporter des solutions pour faire face au terrorisme, au lieu de nous répéter sans cesse qu’il y a des problèmes. Les médias piaillent comme des poules dans un poulailler pour nous alerter sur du vent, mais nous citoyens, nous aimerions entendre parler des êtres humains dotés de conscience et faisant pleinement face aux problèmes et aux défis de la société future. Arrêtez de nous faire peur avec Al-Qaïda, en agitant l’ombre de vos médias, et présentez-nous des vraies solutions, pacifistes et humaines à la fois, pour mettre fin au terrorisme et à l’extrémisme religieux. Les solutions sont à la portée de tous, il ne manque que le courage à ceux qui nous gouvernent pour les appliquer.

La paix peut exister en ce monde, si seulement nous pouvons être gouvernés par des gens intelligents – qui vivent les yeux ouverts sur les problèmes du monde, et non le regard fermé face aux enjeux et aux espoirs de l’avenir -, des gens emplis de sincérité et de courage qui devront nécessairement avoir pour principe premier le respect des droits de l’homme et le droit à la vie de chaque être humain sur la terre. Le droit à la vie est un principe inébranlable dans la construction et la diffusion des valeurs de  la démocratie. Ni peine de mort, ni torture, ni drones, prisons secrètes ou répression politique ne peuvent remplacer cela, de même que l’espionnage mondial ne pourra pas non plus améliorer la démocratie. L’avenir de la démocratie est dans les mains de l’Occident, c’est à nos dirigeants de changer la donne et de redonner un sens à ce mot partout dans le monde.

Publicités

Controverse sur les origines et les liens entre Al-Qaïda et la CIA

Leaders d'Al-Qaïda (depuis la gauche), Ayman al-Zawahiri, Oussama Ben Laden et Mohammed AtefPhoto: Leaders d’al-Qaïda (depuis la gauche): Ayman al-Zawahiri, Oussama Ben Laden et Mohammed Atef

BBC News, 20 juillet 2004

Les origines et les liens d’Al-Qaïda

Al-Qaïda, qui signifie «la base», a été créé en 1989 alors que les forces soviétiques se retirent d’Afghanistan et qu’Oussama Ben Laden et ses collègues ont commencé à chercher de nouveaux jihads.

L’organisation a grandi sur le réseau de volontaires arabes qui s’étaient rendus en Afghanistan dans les années 1980 pour combattre sous la bannière de l’Islam contre le communisme soviétique.

Au cours du jihad anti-soviétique, Ben Laden et ses combattants ont reçu un financement américain et saoudien. Certains analystes estiment que Ben Laden lui-même avait reçu une formation à la sécurité de la part de la CIA.

Le « Afghans arabes« , comme on les appelait, étaient aguerris et hautement motivés.

Au début des années 1990, Al-Qaïda a opéré au Soudan. Après 1996, ses sièges ainsi qu’une douzaine de camps d’entraînement ont été déplacés en Afghanistan, où Ben Laden a forgé une relation étroite avec les Talibans.

La campagne américaine en Afghanistan à partir de fin 2001 a dispersé l’organisation et l’a conduit en souterrain, alors que ses personnels ont été attaqués et ses bases et camps d’entraînement détruits.

Les cellules à travers le monde

L’organisation est pensé comme opérant dans 40 à 50 pays, et pas seulement au Moyen-Orient et en Asie, mais aussi en Amérique du Nord et en Europe.

En Europe occidentale, on a connu ou suspecté des cellules à Londres, Hambourg, Milan et Madrid. Celles-ci ont été d’importants centres de recrutement, de collecte de fonds et de planification d’opérations.

Pour l’entraînement, le groupe favorise les zones de non-droit où il peut opérer librement et en secret.

Attaques attribuées à al-Qaïda ou à des associés:

* 1993: Attentat du World Trade Center
* 1996: Meurtre de 19 soldats américains en Arabie Saoudite
* 1998: Attentats dans l’Est de l’Afrique
* 2000: Attaque contre le USS Cole au Yémen
* 2001: Attaques-suicides contre New-York et Washington
* 2002: Attaques contre des touristes israéliens à Mombasa
* 2003: Quatre attentats simultanés à Riyad

Ceux-ci sont soupçonnés d’avoir inclu la Somalie, le Yémen et la Tchétchénie, ainsi que les zones montagneuses de l’Afghanistan.

Il y a eu des rapports sur un camp d’entraînement secret sur l’une des îles de l’Indonésie.

Contrairement aux groupes aux liens reserrés du passé, comme les Brigades rouges en Italie ou le groupe Abou Nidal au Moyen-Orient, Al-Qaïda perd sa structure. Il opère à travers les continents comme une chaîne de réseaux de verrouillage.

Les groupes individuels ou les cellules semblent avoir un haut degré d’autonomie, en élevant leur propre argent, souvent à travers de la petite délinquance, et ne faisant de la prise de contact avec d’autres groupes que lorsque c’est nécessaire.

Définir al-Qaïda?

Cette connexion dissolue entre les groupes a soulevé une question de définition. Lorsque nous parlons d’Al-Qaïda, est-ce que nous nous référons à une organisation réelle ou parlons-nous maintenant de quelque chose plus proche d’une idée?

Des attaques comme les attentats de mai 2003 à Riyad et l’attaque contre des touristes israéliens à Mombasa en 2002 sont largement attribués à al-Qaïda. Mais ces attaques ont-elles été, de quelque manière que ce soit, prévues ou financées ou organisées par Ben Laden ou par l’organisation qu’il est supposé encore diriger?

Les principales figures d’al-Qaïda

De manière large: Oussama Ben Laden, Ayman al-Zawahiri
Capturés par les Etats-Unis: Khalid Sheikh Mohammed, Abu Zubaydah
En procès: Zacarias Moussaoui, Mounir al-Motassadek
Emprisonné: Richard Reid
Présumé mort: Mohammed Atef

Certains analystes ont suggéré que le mot al-Qaïda est désormais utilisé pour désigner une variété de groupes connectés par un peu plus que des objectifs communs, des idéaux et des méthodes.

Nous savons toutefois que plusieurs groupes radicaux sont ou ont été officiellement affiliés à al-Qaïda. Le plus important est l’aile radicale du groupe du Jihad islamique égyptien dont les membres ont trouvé refuge en Afghanistan et ont fusionné avec Al-Qaïda.

Son chef est Ayman al-Zawahiri, un Egyptien impitoyable considéré comme étant le cerveau derrière al-Qaïda et le chef de la plupart de ses opérations les plus infâmes.

Il s’agit notamment des attaques contre deux ambassades américaines en Afrique en 1998 et les attentats du 11 septembre contre New York et Washington.

Ils sont également soupçonnés d’avoir des liens avec:

Les groupes cachemiris militants
Le Mouvement islamique d’Ouzbékistan, ou MIO
Le groupe Abou Sayyaf aux Philippines;
Le GIA, ou Groupe islamique armé, en Algérie et son rejeton radical connu sous le nom du groupe salafiste, ou GSPC.

« Guerre contre le terrorisme »

Les forces de police occidentales et les agences de renseignement ont eu un certain succès dans la dissolution des cellules d’Al-Qaïda, la fermeture des sociétés-écrans et le gel des avoirs dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ».

Certains de ses hauts dirigeants ont été tués ou capturés, et les interrogatoires de certains membres à Guantanamo ont encore plus affaibli l’organisation.

Toutefois, le déracinement de l’organisation dans son ensemble a été une tâche très complexe et frustrante.

Dans un récent rapport sur l’Irak et la guerre contre le terrorisme, l’Oxford Research Group a noté que malgré la détention de plusieurs de ses membres, al-Qaïda « reste dynamique et efficace ».

Plus frustrant, le sort et la localisation d’Oussama Ben Laden lui-même restent toujours un profond mystère.

Source: http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/1670089.stm

Wikipédia: http://en.wikipedia.org/wiki/CIA_%E2%80%93_al-Qaeda_controversy