Selon Julian Assange, « la surveillance de masse est déployée par tous les Etats » du monde moderne

Lors d’une conférence sur la cyber-surveillance et la vie privée avec d’anciens responsables de la CIA, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, a estimé qu’en dehors de quelques experts, le droit à la vie privée n’est plus en mesure d’être là pour le reste de la population et qu’il n’y aura pas de retour en arrière dans le monde moderne, à moins d’avoir « un effondrement économique très régressif qui réduirait les capacités techniques de la civilisation ». La cyber-surveillance est employée par tous les Etats, y compris des Etats plus petits. C’est donc une vision pessimiste que présente Julian Assange, « une compétition entre l’humanité, les valeurs humaines, face à la surveillance de masse et l’informatisation [de la société], et c’est la surveillance de masse et l’informatisation qui gagnent et vont continuer à gagner à une vitesse sans cesse croissante ».

L’intégralité de la conférence accessible en français:

 

Publicités

German Transparency, un site pour informer sur l’affaire de la NSA en Allemagne

german transparencyEst-ce que l’Allemagne collabore avec la NSA pour espionner les journalistes et les politiciens allemands?

La séparation des pouvoirs et une presse libre sont essentielles à la démocratie – Sont-elles en train d’échouer en Allemagne?

Ce site, lancé en Septembre 2015, publiera des documents et des développements dans l’enquête en cours par le Parlement allemand sur la surveillance de masse en Allemagne – et pour savoir si la NSA américaine, le GCHQ britannique, et d’autres membres des services de renseignement du « Five Eyes » s’approprient la souveraineté de ce pays.

Découvrez les articles de presse et le blog. Si vous pensez à quelque chose qui devrait être ici, alertez-nous.

Photo: toit de l’ambassade américaine à Berlin, l’emplacement d’un poste d’écoute de la NSA

Source: http://www.germantransparency.org/

Quand les Etats-Unis piratent un gouvernement étranger ou votre vie privée, c’est défendre la sécurité nationale — quand la Corée du Nord pirate Sony, ils appellent ça du cyber-terrorisme

Kim Jong UnRécemment, un article a attiré mon attention. Ecrit par un analyste senior du renseignement sur les cyber-menaces, Nathaniel Beach-Westmoreland titre son article: « Si la Corée du Nord a piraté Sony, c’est un tout nouveau genre de cyber-terrorisme » (Wired). Je me suis dit qu’objectivement, quelqu’un qui travaille pour l’un des prestataires de la NSA, en l’occurrence Booz Allen Hamilton, ne peut pas avoir un point de vue neutre sur le sujet. Booz Allen Hamilton, c’est bien l’ex-employeur d’Edward Snowden qui a révélé tout le système d’espionnage américain au monde entier. C’est aussi Booz Allen Hamilton qui a condamné les révélations sur Prism comme « une grave violation du code de conduite et des valeurs fondamentales de la société » (Wikipedia). Pourquoi un analyste de Booz Allen Hamilton irait critiquer la politique américaine vis-à-vis de la Corée du Nord? S’il voulait perdre son travail et être fiché comme terroriste aux Etats-Unis, il le ferait sans doute, mais là, ce n’est pas le cas.

D’autre part, si même les Etats-Unis considèrent le piratage attribué à la Corée du Nord comme du cyber-terrorisme, que dire des activités de la NSA qui est supposée pirater des gouvernements et des opérateurs télécoms à l’échelle mondiale, y compris dans les pays alliés? Avec le même schéma de raisonnement, les Etats-Unis et les porte-paroles de leur idéologie pourraient presque nous convaincre que l’Amérique est une menace cyber-terroriste égale ou supérieure à celle de la Corée du Nord. Si les médias américains emploient ce terme pour la Corée du Nord, on devrait aussi pouvoir l’employer pour d’autres pays qui se livrent à des pratiques similaires dans l’espionnage et le piratage de données sensibles ou gouvernementales.

Ce qu’on oublie aussi de dire, c’est qu’il est très difficile d’attribuer le piratage d’un site internet à un Etat, comme le disent certains chercheurs internet:

« Un grave problème est la difficulté d’attribuer avec certitude une attaque particulière à sa nation d’origine. L’architecture technique de l’Internet a été construite pour fournir une connectivité ouverte, mais pas de responsabilité. » (The Conversation, octobre 2014)

La Corée du Nord était peut-être le parfait bouc-émissaire dans le piratage de Sony qui a provoqué tout ce buzz médiatique depuis le 24 novembre 2014 et qui nous ferait presque oublier le scandale qui a lieu autour de la NSA, des Etats-Unis et de leurs alliés au sein de la Five Eyes, une organisation de cinq pays (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande) qui s’apparentent plus à une sorte de gouvernement secret en dehors du contrôle de la société et qui fonctionne de manière aussi secrète, d’ailleurs, que le régime de Corée du Nord, étant donné qu’on en sait si peu de choses.

La NSA appelle les utilisateurs d’iPhone des « zombies » et Steve Jobs « Big Brother »

big brother_apple

9 septembre 2013, John Koetsier, VB Insight

Steve Jobs est Big Brother, et tout les publics qui achètent l’iPhone ne sont que des zombies, selon des documents internes de la NSA détaillant sur quoi l’agence a travaillé en termes de piratage de smartphones et d’extraction d’informations personnelles, de connections sociales, d’informations de localisation, et plus encore. Ne vous inquiétez pas, les fans d’Android, vous êtes aussi dans les cibles de la liste.

Selon de nouveaux documents du super-leaker Edward Snowden, la NSA a ciblé des smartphones comme un bénéfice massif de données sensibles que les nouveaux utilisateurs de l’appareil ont créé, stocké, et, finalement, partagé sans le savoir avec l’agence d’espionnage américaine qui a été impliquée dans la controverse depuis lors même que Snowden a commencé à publier des détails sur Prism et XKeyscore et d’autres technologies secrètes d’espionnage de l’agence gouvernementale.

Voici « big brother », selon une présentation de la NSA:

steve-jobs-big-brother-nsaCi-dessus: Steve Jobs en tant que Big Brother, selon la NSA

Et, les clients payants d’Apple ont été vus dans les yeux de la NSA comme des participants idiots désireux de leur propre chute. Un diaporama de présentation de la NSA les identifie péjorativement comme des « zombies ».

Lire la suite: http://venturebeat.com/2013/09/09/nsa-calls-iphone-users-zombies-and-steve-jobs-big-brother/

Démasquer le monstre du Five-Eyes, un régime mondial et secret dans le partage du renseignement

800px-Standard_oil_octopus_loc_color

Par Privacy International

Privacy International est fier d’annoncer notre nouveau projet, Eyes Wide Open, qui vise à attirer l’attention sur le dispositif des Five Eyes et le mettre sous la règle de droit. Lisez notre rapport spécial « Eyes Wide Open » et apprenez-en plus sur le projet ci-dessous.

Pour près de 70 ans, une alliance secrète d’après-guerre entre cinq pays anglophones a permis la construction d’une infrastructure mondiale de surveillance, pour «maîtriser l’internet » et espionner les communications dans le monde. Ce dispositif lie les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande afin de créer ce qui est collectivement connu sous le nom de Five Eyes.

Lire la suite: https://www.ifex.org/international/2013/11/27/eyes_wide_open/

NSA: Les 103 millions $ de « frais d’adhésion » de la Nouvelle-Zélande pour l’espionnage

Waihopai Station-New ZealandPhoto: Station d’espionnage de Waihopai

NZ Herald, 21 octobre 2014, par David Fisher

Le financement contribuable à hauteur de 103 millions $ pour les agences de renseignement de Nouvelle-Zélande est effectivement une cotisation d’adhésion à la surveillance du Club des Fives Eyes avec les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et le Canada, selon un rapport déclassifié.

Le rapport dit que l’argent paie nos espions pour faire bien quelques tâches de «niche» et utiliser nos partenaires internationaux pour faire le reste.

Le « Rapport Murdoch » a été écrit par l’ancien diplomate et haut fonctionnaire Simon Murdoch en 2009 pour le Commissaire aux Services d’Etat et classé secret, car il contenait des détails sur les agences d’espionnage de la Nouvelle-Zélande.

Lire la suite: http://m.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=11345892

L’agence du renseignement de la défense en Australie a mené des programmes secrets pour aider la NSA

Close up of cables on computer server

The Guardian, Paul Farrell, 13 octobre 2014

Il est difficile, à partir des documents divulgués par Edward Snowden, de dire si les programmes pour pirater des réseaux informatiques continuent à l’ASD [Australian Signals Directorate].

L’agence du renseignement de la défense en Australie a mené des programmes secrets pour aider la National Security Agency aux États-Unis à pirater et exploiter des réseaux informatiques, selon des documents publiés par The Intercept.

Les documents, qui ont été divulgués par le lanceur d’alerte de la NSA, Edward Snowden, révèlent de nouveaux détails sur quelques-uns des secrets les mieux gardés de la NSA. Les documents décrivent une classe de « renseignements extrêmement cloisonnés » (ECI) qui classe de manière stricte des informations sur certains programmes de la NSA.

L’information est tellement secrète que certaines parties de ces opérations sont seulement divulguées avec l’approbation du directeur de la NSA. Les pays partenaires du « Five Eyes » avec les Etats-Unis, qui comprennent l’Australie, le Canada, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande, ont accès à certaines de ces informations, bien que la divulgation soit gérée « au cas par cas ».

Lire l’intégralité de l’article: http://www.theguardian.com/world/2014/oct/13/australias-defence-intelligence-agency-conducted-secret-programs-to-help-nsa

Les ambassades de Nouvelle-Zélande utilisées pour l’espionnage — documents Snowden

Edward SnowdenUne information fraîchement publiée sur la sécurité des États-Unis par le lanceur d’alerte Edward Snowden semble suggérer que le GCSB [Government Communications Security Bureau] utilise les ambassades de Nouvelle-Zélande à l’étranger pour effectuer la collecte de renseignements secrets.

Parmi une série de documents de la NSA postés sur le site web The Intercept ce week-end, en est un qui est étiqueté « Information Exceptionnellement contrôlée ».

Il est répertorié comme top secret et semble documenter certains détails et codes opérationnels de la NSA.

A l’intérieur, il s’agit d’une liste appelée STATEROOM, qui parle de «restreindre l’accès à l’information au sujet du personnel impliqué dans la collecte secrète et le traitement SIGNIT (signaux et renseignement) depuis les missions diplomatiques à l’étranger ».

Il poursuit en disant que «cette activité est menée par les US [Etats-Unis], AUS [Australie], CAN [Canada], GRB [Grande-Bretagne] et NZ [Nouvelle-Zélande] » qui sont tous membres du réseau d’espionnage des Fives Eyes.

Le GCSB dit qu’il ne se prononce pas sur les questions du renseignement et de la sécurité nationale.

Source: http://tvnz.co.nz/national-news/nz-embassies-used-spying-snowden-documents-6105265