WikiLeaks: La Fondation Clinton a payé les femmes moins que les hommes

clinton_wikimediaUn email divulgué expose l’hypocrisie d’Hillary dans l’écart hommes-femmes, le prix de la disparité dans l’organisme caritatif familial

Lifezette, par Brendan Kirby, 21/10/2016

La Fondation Clinton employait, en 2011, plus de femmes que d’hommes, mais leur a payé un salaire moindre, en moyenne, selon un barème des salaires inclus dans un email publié, vendredi, par WikiLeaks.

Un employé de la fondation a envoyé par email le calendrier de paie au président du conseil Bruce Lindsey et à John Podesta, qui préside actuellement la campagne présidentielle d’Hillary Clinton. Il comprenait les recommandations salariales du chef du bureau d’exploitation de cette époque et de la chef d’état-major Laura Graham pour les employés subalternes de 2012.

Lire la suite: http://www.lifezette.com/polizette/wikileaks-clinton-foundation-paid-women-less-men/

Source: https://twitter.com/wikileaks/status/789623092507185153

Les « FOBs » (Friends of Bill Clinton): ou comment le Département d’État d’Hillary a accordé une attention spéciale aux « amis de Bill » après le séisme en Haïti en 2010

ABC News, Matthew Mosk, Brian Ross, Brian Epstein et Cho Park, le 11/10/2016

Dans une série de francs échanges d’emails avec de hauts responsables de la Fondation Clinton pendant les heures qui ont suivi le tremblement de terre de 2010 en Haïti, un proche conseiller de la secrétaire d’État Hillary Clinton a donné à plusieurs reprises une attention particulière à ceux qui sont identifiés par les abréviations « FOB » (les amis de Bill Clinton) ou « WJC VIPs » (les VIP de William Jefferson Clinton).

« Vous avez besoin de marquer un signe quand les gens sont des amis de WJC », a écrit Caitlin Klevorick, une haute responsable du département d’État qui jonglait avec les offres d’assistance qui entraient vers le Département d’Etat par la Fondation Clinton. « La plupart, je peux probablement les identifier, mais pas toutes ».

KM_C454e-20160822164005

« Est-ce que c’est un FOB [ami de Bill Clinton]! » écrit plus tard Klevorick, quand une aide de la Fondation Clinton transmet l’offre d’une femme pour des fournitures médicales. « Sinon, elle devrait aller à cidi.org », ajoute-t-elle, dirigeant la personne réputée ne pas être un ami de Clinton vers un site web général du gouvernement.

ht_state_fob1_lf_161006
Klevorick et Amitabh Desai, le directeur de la politique étrangère de la Fondation Clinton, ont échangé des dizaines d’emails, qui ont été obtenus par le biais d’une demande de Freedom of Information Act par le Comité national républicain, puis partagé avec ABC News. ABC News a authentifié les emails de manière indépendante.

Les nouveaux e-mails ont fait surface, alors que la Fondation Clinton a de nouveau mobilisé une réponse à la dernière crise humanitaire en Haïti – les morts et destructions suite à l’ouragan Matthew. Cet effort fait partie d’un engagement continu des Clinton pour aider le peuple haïtien remontant à près d’une décennie.

Cependant aussi nobles [que soient] les motivations des fonctionnaires qui travaillent pour obtenir du matériel et des provisions pour Haïti après le séisme de 2010, de nombreux messages montrent un proche conseiller de l’époque de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton se coordonner avec un responsable de la Fondation Clinton pour identifier les FOBs [amis de Bill Clinton]. Les Clinton ont dit à plusieurs reprises que le Département d’Etat n’a jamais donné de traitement favorable aux partisans de la fondation en Haïti ou ailleurs.

« Rien n’a jamais été fait pour qui que ce soit, parce qu’ils étaient des contributeurs de la fondation », a déclaré Bill Clinton à Charlie Rose de CBS News en septembre. « Rien. »

La correspondance offre un aperçu des premières étapes d’un effort de redressement en Haïti de 10 milliards de dollars. Les emails semblent montrer un processus où le Département d’Etat a, parfois, donné la priorité – et, selon certains, fait bénéficier – des personnes ayant des liens étroits avec les Clinton.

Lire l’intégralité de l’article: http://abcnews.go.com/Politics/fobs-hillarys-state-dept-gave-special-attention-friends/story?id=42615379

Flashback: Quand les Clinton aimaient suffisamment la Russie pour leur vendre l’uranium américain

Clinton Cash, documentaire vidéo réalisé à partir du livre de Peter Schweizer

Breibart.com, John Hayward, 25/07/2016

La nouvelle paranoïa des démocrates au sujet de l’influence russe sur les affaires américaines n’était certainement nulle part lorsque Hillary Clinton a allègrement vendu une grosse part du stock d’uranium de l’Amérique, juste après qu’une banque russe a payé Bill Clinton 500 000 $ pour un discours.

L’histoire d’Uranium One fait partie des incidents décrits dans [le livre] Clinton Cash de Peter Schweizer. Un bref récapitulatif: Uranium One était à l’origine une société canadienne, rachetée par l’agence étatique de l’énergie atomique de Russie, Rosatom.

Les personnes influentes d’Uranium One étaient de très, très généreux donateurs de la Fondation Clinton, l’organisme de «charité» à travers lequel tant d’argent étranger a coulé [dans les poches de] Bill et Hillary Clinton. Le New York Times a rapporté en avril 2015 comment ces dons ont monté en flèche, alors que l’accord avec Rosatom pour sécuriser Uranium One et ses avoirs aux Etats-Unis a été porté à une conclusion positive, de même que l’une des journées les mieux payées de Bill Clinton:

Alors que les Russes ont assumé progressivement le contrôle d’Uranium One dans trois transactions distinctes de 2009 à 2013, les enregistrements canadiens montrent qu’un flux de trésorerie a fait son chemin vers la Fondation Clinton. Le président d’Uranium One a utilisé sa fondation familiale pour faire quatre dons totalisant 2,35 millions $. Ces contributions n’ont pas été divulguées publiquement par les Clinton, malgré un accord que Mme Clinton avait conclu avec la Maison Blanche d’Obama pour identifier publiquement tous les donateurs. D’autres personnes ayant des liens avec la société ont également fait des dons.

Et peu de temps après que les Russes ont annoncé leur intention d’acquérir une participation majoritaire dans Uranium One, M. Clinton a reçu 500 000 $ pour un discours à Moscou venant d’une banque russe d’investissement ayant des liens avec le Kremlin qui faisait la promotion du stock d’Uranium One.

[…] Que les dons aient joué un rôle dans l’approbation de l’accord d’uranium est un [élément] inconnu. Mais l’épisode souligne les défis éthiques particuliers présentés par la Fondation Clinton, dirigée par un ancien président qui comptait beaucoup sur l’argent étranger pour accumuler 250 millions $ d’actifs, de même que sa femme a aidé à orienter la politique étrangère américaine en tant que secrétaire d’Etat, en présidant les décisions avec le potentiel de faire profit aux donateurs de la fondation.

La banque russe en question, Renaissance Capital, était tellement satisfaite de la performance de Bill Clinton à ce Questions/Réponses à 500k $ que Vladimir Poutine, qui était premier ministre à l’époque, a personnellement appelé Clinton pour le remercier.

Selon Clinton Cash, les dons totaux des actionnaires d’Uranium One à la Fondation Clinton ont dépassé 145 millions $, dans la période où le Département d’Etat d’Hillary Clinton était en train d’approuver l’accord Rosatom, qui a donné à la Russie le contrôle sur environ 20% de l’uranium des Etats-Unis.

Les Clinton ont toujours insisté sur le fait qu’aucune de ces grandes contributions étrangères ou des honoraires à six chiffres n’ont jamais influencé les décisions politiques, mais maintenant, ils sont soudainement devenus très intéressés de l’influence russe dans la controverse des DNC Leaks.

Voilà un double standard impressionnant, que les médias suivent également, puisque les mêmes organismes d’informations qui inondent actuellement la zone [médiatique] avec des histoires de hackers russes étaient complètement indifférentes au fait de questionner Hillary Clinton sur le contrat Uranium One. Même les journaux qui ont rapporté l’histoire, comme le New York Times, ont prévu de ne jamais confronter Clinton à ce sujet, au cours de ses rares plaisantes disponibilités à la presse.

Lire la suite: http://www.breitbart.com/2016-presidential-race/2016/07/25/flashback-clintons-loved-russia-enough-sell-uranium/

Clinton Cash, livre de Peter Schweizer: https://www.amazon.com/Clinton-Cash-Foreign-Governments-Businesses/dp/0062369296/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1469472528&sr=8-1&keywords=clinton+cash

Uranium One [wikipedia]: https://en.wikipedia.org/wiki/Uranium_One

Les financements dérangeants de la Russie à la Fondation Clinton (Les Echos, 24/04/2015): http://www.lesechos.fr/24/04/2015/LesEchos/21926-028-ECH_les-financements-derangeants-de-la-russie-a-la-fondation-clinton.htm

Un témoin clé de la Fondation Clinton a accepté de témoigner dans une cour de justice contre Hillary Clinton

Explore the world via The Sean Hannity Show, 18 août 2016

L’auteur américain Ed Klein a révélé qu’un témoin clé de la Fondation Clinton a accepté de témoigner devant un tribunal de justice contre Hillary Clinton, alors que l’enquête du « pay-to-play » continue de monter son affaire contre elle. S’exprimant sur The Sean Hannity Show, Klein a déclaré qu’Hillary Clinton est sur le point de faire face à certaines de ses questions juridiques les plus difficiles à ce jour.

Les rapports sur les ennuis judiciaires de la fondation ont commencé la semaine dernière, quand The Daily Caller a communiqué qu’une enquête conjointe du FBI et du procureur américain concernant la Fondation Clinton était actuellement en cours. L’accusation est appuyée par un certain nombre de courriels récemment publiés par Judicial Watch, qui suggèrent que la Fondation Clinton s’est engagée dans « pay-to-play » quand Hillary Clinton était secrétaire d’État.

« Nous sommes loin de voir Hillary Clinton glisser à la Maison Blanche, sans avoir de sérieux et réels problèmes juridiques avant cette élection », a déclaré Klein à Hannity.

Lors de son interview, Klein, auteur du livre à paraître Guilty As Sin, a laissé tomber un certain nombre de bombes:

– Klein a confirmé que l’enquête en cours est menée par Preet Bharara, procureur américain du district sud de New York. Bien qu’il ait été nommé par Barack Obama, Bharara est connu comme avocat à la réputation impitoyable et il a les faits pour le prouver. Bharara a poursuivi avec succès des dizaines de cadres de Wall Street et des politiciens puissants, y compris l’ex-président de l’Assemblée démocrate de New-York, Sheldon Silver, qui a été envoyé en prison pour 12 ans sur des accusations de corruption fédérale.

Lire la suite: http://iwanttoexplore.com/2016/08/19/key-clinton-foundation-witness-agreed-testify-court-law-hillary-clinton/ et http://www.hannity.com/articles/election-493995/bombshell-clinton-foundation-witnesses-coming-forward-15023820/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives