Wikileaks: un choix de documents sur les attentats du 11 septembre

Avis aux curieux, blogueurs et journalistes qui voudraient se replonger dans les événements tragiques du 11 septembre 2001. Les Global Intelligence Files — mails de la société de renseignement Stratfor, qui travaille de près avec le gouvernement américain — font aussi l’objet de certaines analyses de leurs conseillers, en relation aux attentats contre le World Trade Center. La vie de Ben Laden, la construction de la mosquée de Ground Zero, les nouvelles mesures contre le terrorisme et les réactions à l’étranger… Et bien d’autres aspects, y compris la possible implication du gouvernement américain dans l’organisation des attentats du 11 septembre. Les analystes de Stratfor discutent à plusieurs reprises, en effet, de ces théories de la conspiration intérieure et prennent ces idées très au sérieux. Vous pouvez traduire et vous inspirer de ces documents pour nous envoyer vos propres articles pour Wikileaks Actu.

Attentat du 11 septembre - Tours jumelles

Voici le résumé de notre recherche:

1) La mort de Ben Laden à Abbottabad, Pakistan

La figure la plus associée aux attentats du 11 septembre est Oussama Ben Laden. Les analystes de Stratfor évoquent la difficulté avec laquelle les agences de renseignement aux Etats-Unis ont réussi à localiser le terroriste. Même si les rumeurs ont beaucoup reproché aux Etats-Unis d’avoir volontairement laissé Ben Laden en liberté, pendant des années, Stratfor évoque plutôt la difficulté de le trouver parmi les 170 millions d’habitants au Pakistan. C’est la CIA qui a promis le 17 septembre 2001 de mettre la main sur Ben Laden, et cela a créé une compétition secrète entre les agences de renseignement, comme le soulignent les analystes. On apprend aussi dans ce document les conditions de vie de Ben Laden à Abbottabad et pourquoi il a échappé à la surveillance américaine en n’utilisant aucun moyen de communication électronique. Mais la NSA a finalement réussi à localiser le complexe d’Abbottabad. Les analystes de Stratfor évoquent aussi l’idée que la version officielle de la mort de Ben Laden peut être une histoire fabriquée, destinée à protéger les vraies sources qui ont servi à l’arrêter et qui pour certaines travaillaient certainement dans le domaine du renseignement.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=3161716

2) Un complot intérieur, venu du gouvernement américain?

Plusieurs e-mails Stratfor évoquent les théories du complot du 11 septembre. Un premier mail évoque les mensonges du sénateur américain John MacCain, avec pour titre: « McCain a MENTI au sujet des attaques du 11/9! » Ce titre reprend une analyse de Dick Fojut, un vétéran de la guerre en Corée qui vit et écrit des articles pour dénoncer l’implication du gouvernement américain dans le 11 septembre. Les analystes de Stratfor partagent entre eux ces articles, mais ceci ne veut pas dire qu’ils adhérent à la théorie de Dick Fojut. Ceci montre néanmoins que le but des agences de renseignement est aussi de collecter et de surveiller la parution des articles sur internet, dans la mesure où ces articles peuvent porter atteinte à l’image du gouvernement américain.
« McCain a MENTI au sujet des attaques du 11/9! »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1267362

« Le 11 septembre a-t-il été la couverture d’une fraude financière? » — telle est encore une autre question posée dans les e-mails Stratfor:
[Commentaires Analytiques & Renseignement] « Cela suggère que certaines figures inconnues de la Réserve Fédérale ont pu être en collusion… »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=207972

L’e-mail suivant évoque encore la problématique d’une fraude fianncière, liée aux attentats du 11 septembre et impliquant directement l’administration Bush. Les analystes de Stratfor reprennent cette fois le lien d’un article de blog qui parle de la disparition de réserves d’or juste avant les événements du 11 septembre. L’article dit: « Pourquoi les Etats-Unis se sont attaqués eux-mêmes et ont détruit le World Trade Center? L’escroquerie de l’Amérique ». Plusieurs banques et institutions financières possédaient des ressources en or, en bas du World Trade Center, et des transactions importantes auraient eu lieu au moment des attentats.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=450606

Puis, les analystes recensent une longue série d’articles parus sur internet, qui ont pour thème « LE GOUVERNEMENT US/Bilderberg/Rothschild/Rockefellers sont les « TERRORISTES » de la « DETTE » obligeant les Américains à abandonner leurs droits, ou pourquoi le gouvernement des Etats-Unis a utilisé le complot du 11 septembre comme un outil de manipulation politique, de la même manière que d’autres projets mystérieux de la CIA, tels que HAARP au Japon et en Chine, etc. La collecte des articles parus sur internet montre à quel point la moindre information est surveillée, même si celle-ci est publiée sur un simple blog. Rien n’échappe aux analystes de Stratfor, pas même les vidéos de Youtube.
[Commentaires Analytiques & Renseignement] Le Gouv U.S. est le terroriste
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1896908

Charles Drace, en réponse à un article de Fred Burton (Stratfor): « Bush n’a pas attaqué l’Afghanistan et l’Iraq en réponse à la provocation d’Al-Qaïda. En fait, c’est Dick Cheney qui a laissé les avions arriver à New York, en empêchant les chasseurs d’attaque de les poursuivre, et n’importe qui avec un peu de sens sait maintenant que les bâtiments du WTC ont été démolis par des explosifs, et pas par des avions. » L’analyse qui suit est très intéressante et mérite d’être lue.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=467779

Pourquoi les missions de Bush se sont avérées contradictoires, à la suite du 11 septembre: « L’une consistait à mener une guerre contre la terreur. La seconde était de ramener Oussama Ben Laden et ses partisans face à la justice. Les deux ont été faites pour de la bonne rhétorique. Mais elles étaient aussi fondamentalement contradictoires. Une guerre n’est pas une enquête judiciaire, et une enquête criminelle n’est pas une partie de la guerre. »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1697416

Pourquoi « la dictature US capitaliste a permis les attaques du World Trade Center de se produire pour créer une PROVOCATION DE MASSE utilisée comme un faux prétexte pour projeter le pouvoir américain en Asie Centrale » — un article envoyé par William H. Depperman à l’agence Stratfor, en expliquant plusieurs aspects de la théorie du complot:
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=207145

Trois questions au sujet du 11/9, à George Friedman- par Enver Masud, Fondateur et Directeur Général, The Wisdom Fund:
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=533890

[Commentaires Analytiques & Renseignement] 11/9
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1313332

RE: #11 – La symbolique du chiffre 11 dans les attentats du 11 septembre
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=3487640

3) L’Arabie Saoudite face aux attentats du 11 septembre

L’Arabie Saoudite a plusieurs fois été accusée d’avoir une implication possible dans les attentats du 11 septembre, notamment à travers le recrutement des pirates de l’air qui étaient d’origine saoudienne. Il est donc étonnant de voir un e-mail Stratfor évoquer un article de Gulf News, où un auteur saoudien appelle à rejeter toutes les théories du complot par respect pour les victimes: « Ne déshonorez pas les victimes en faisant des allégations sauvages« . Pourquoi faire cet appel, alors même que l’enquête américaine n’a jamais abouti et que le rapport de la Commission du 11 septembre porte de nombreuses erreurs? Pourquoi cet auteur se place symboliquement dans la lignée du gouvernement américain, qui voudrait faire étouffer toute enquête future? Un attentat de l’ampleur du 11 septembre suppose une conspiration de large envergure: les pirates de l’air n’ont pas agi seuls, ils ont été financés, formés dans des écoles de pilotage sur le sol américain, ils ont reçu de l’argent de comptes saoudiens. On ne peut que douter de la sincérité de cet article, qui sous prétexte d’hommage aux victimes, appelle en fait à ne plus se poser de questions sur la vérité du 11 septembre.
Royaume d’Arabie Saoudite/Etats-Unis – Un écrivain de Dubaï exhorte à honorer les victimes du 11/9 en rejetant les théories de la conspiration
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=709112

Un autre article saoudien, plus objectif dans son contenu, revient sur les conséquences politiques du 11 septembre et notamment l’effet de la guerre contre le terrorisme, qui a ciblé plusieurs pays au Moyen-Orient, comme l’Irak, l’Afghanistan et le Liban. L’e-mail Stratfor cite l’analyse de cet article dans sa totalité:
AFGHANISTAN/ASIE DE L’EST/Moyen-Orient-Asie du Sud – Un écrivain saoudien liste les effets du 11/9 dix ans après
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=730792

4) Le contre-terrorisme et la menace internationale d’Al-Qaïda

ETATS-UNIS/AFGHANISTAN/ALLEMAGNE – Un journal allemand dit que la recherche pour les sources du financement du terrorisme donne de modestes résultats
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=702975

Les analystes Stratfor évoquent la nécessité, selon eux, de faire évoluer la loi internationale pour combattre le terrorisme. En reprenant l’analyse de George Friedman sur les missions contradictoires de Bush, ils constatent un « échec de la loi internationale pour évoluer pour apporter une direction dans l’opération contre les combattants tels qu’Al-Qaïda ». Dans cet e-mail, se dessinent aussi les traits de la politique étrangère américaine: à savoir convaincre le monde entier de la lutte anti-terroriste et permettre une coordination internationale de la loi, afin que les lois existant aux Etats-Unis puissent s’appliquer dans d’autres pays, mais c’est en même temps le danger de cette politique qui consisterait à défendre les intérêts américains au nom de la loi internationale.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1088924

Un commentaire intéressant des conseillers de Stratfor: « Al Qaeda a mis en place une ‘structure’ dans un certain nombre de pays, y compris aux Etats-Unis pour livrer le 11/9. Qu’en serait-il si ces structures n’étaient jamais démantelées, jamais touchées? » En effet, il est difficile d’évaluer la puissance du réseau Al-Qaïda, si l’on ne peut en comprendre la structure internationale, et les analystes de Stratfor eux-mêmes semblent plutôt ignorants sur le sujet. Les médias parlent également peu de ce problème.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=583326

Une présentation du livre Stratfor consacré au thème Al-Qaïda: « STRATFOR a commencé à faire la chronique de la décentralisation du mouvement jihadiste en 2004, et ce livre est une collection de nos meilleures et de nos plus représentatives analyses sur le sujet depuis cette époque ».
Re: Intro au livre Stratfor sur Al-Qaïda
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=5301218

Rapport Spécial de Sécurité: La Menace Militante Contre les Hôtels (Stratfor)
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1688955
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=290595 (.pdf)

Rapport de Renseignement Stratfor sur le Terrorisme. L’un des paragraphes est consacré au 11 septembre, avec l’évocation de la politique « zéro tolérance » à l’égard des menaces terroristes, voir le sous-titre « Le 11/9 et les fenêtres cassées »:
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=521901

L’Afrique du Sud et la guerre internationale contre le Terrorisme: Présentation d’Al-Qaïda par Douglas McClure – Bref Aperçu – délivré pour la 1ère fois en novembre 2004 et depuis mis à jour
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=5315408 (.doc)

RE: Vidéos de surveillance terroriste, prises le jour du 11 septembre
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1954534
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=3423281

5) Le 11 septembre et la naissance de « l’âge du chaos » dans le monde

Les attentats du 11 septembre et la guerre internationale contre le terrorisme ont ouvert, comme le souligne un journal turc, un « âge du chaos » dans le monde et une redéfinition des forces politiques mondiales, autrement dit une nouvelle répartition de l’ordre politique mondial.
AFGHANISTAN/AFRIQUE/AM-LAT/UE/Moyen-Orient Asie du Sud – Un journal turc dit que le 11/9 a ouvert la porte à un « âge du chaos »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=715165

En 2007, Michael Kirschner écrit aux analystes de Stratfor: « Ben Laden n’est pas vaincu. Nous avons vu que son calendrier et son approche est différente de la nôtre. Il y avait eu 8 ans entre les attaques du WTC; il n’y en a que 6 depuis l’attaque réussie sur le sol américain, mais pendant cet intervalle il y a eu d’autres attaques réussies ailleurs dans le monde. Je ne vois pas où il a perdu du pouvoir, ou de manière plus importante, de l’influence. (…) Nous avons créé un monde bien plus dangereux pour nos enfants et pour les leurs en même temps, en tombant volontairement et consciemment dans le piège de Ben Laden. » Encore de nos jours, certains analystes estiment que le terrorisme est bien plus élevé aujourd’hui qu’il ne l’était à l’époque du 11 septembre, car ce sont les attaques qui ont finalement réveillé un fort sentiment anti-américain dans le monde et qui ont aussi prouvé que l’Amérique n’était pas un pays invincible.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=364934

Les évenements qui ont marqué la dernière décennie, vus par les analystes de Stratfor.
11 Septembre —2001- « Le monde de l’Après-Guerre froide »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1669061

Géopolitique Hebdomadaire: Le 11/9 et la Guerre Réussie
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=393888

John Mauldin écrit un e-mail aux analystes de Stratfor, en précisant inclure dans son article, une présentation de son ami George Friedman (Stratfor), au sujet du nouveau paysage politique que doit affronter le nouveau président américain dans le monde de l’Après-11 septembre. A la fin de l’e-mail, suivent 10 questions aux potentiels candidats de la présidentielle américaine de 2008.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1246846

Un e-mail qui semble être celui d’un lecteur de Stratfor, Roger Burke, qui compare les attentats du World Trade Center à l’effet dévastateur de la tempête Katrina, l’ouragan qui s’est abattu en 2005 sur les côtes des Etats-Unis. En comparaison, précise-t-il, les attentats du 11 septembre ont fait plus de 3000 morts, alors que l’ouragan Katrina en a causé environ 1600.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=367097

Un concours proposé aux lecteurs de Stratfor sur le thème du 11 septembre: « Quelles seraient les orientations de la politique étrangère américaine aujourd’hui, si les attaques du 11/9 n’avaient jamais eu lieu? ». Etant donné l’ampleur des conséquences internationales et du chaos qui a été généré dans le monde, on peut en effet imaginer que la politique étrangère américaine n’aurait pas été la même, sans doute l’opinion publique américaine n’aurait pas soutenu les guerres au Moyen-Orient, mais néanmoins les orientations générales auraient peut-être quand même été liées aux questions du terrorisme international et de la lutte contre les régimes opposés aux Etats-Unis.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=599289

[Lettres à Stratfor] RE: Le 11/9 et la Guerre Réussie
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1275157

Tony Blair: Les erreurs sur la planification de l’après-guerre (citations de son discours prononcé en public), les aspects légaux/illégaux de l’invasion et les désaccords avec les Nations Unies.
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1639185

6) Les commémorations et événements autour du 11 septembre

[OS] CONSULTATIF POUR DEMAIN: LE VICE-PRESIDENT BIDEN ACCUEILLE UNE PROJECTION DE DOCUMENTAIRE DANS LE CADRE DE LA COMMEMORATION DU 10ème ANNIVERSAIRE DES ATTAQUES DU 11/9
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=4069095

LE COEUR D’UN SOLDAT: HONORANT LA FORCE A TRAVERS UNE CHANSON AVEC JAMES STEWART ET L’OPERA DE SF – MARDI 13 SEPTEMBRE 2011: « Un nouveau grand opéra qui aborde la tragédie du 11/9 est présenté à San Francisco »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=5479517

Fwd: Rassemblement Historique du 11/9 pour « Arrêter la Mosquée à Ground Zero »
http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=367007

Publicités

Stratfor Files: Les analystes de Stratfor ne croyaient pas que Ben Laden ait été immergé dans la mer

Les Directeurs de la société américaine de renseignement privé Stratfor ne croyaient pas que Ben Laden ait été immergé dans la mer, selon les emails Stratfor publiés par WikiLeaks.

Le 2 mai, à 5h26, le matin après lequel Barack Obama a annoncé le raid réussi sur l’enceinte de Ben Laden à Abbottabad, le Directeur Général de Stratfor, George Friedman, a envoyé un email avec pour sujet « [alpha] OBL » qui disait:

A priori, nous aurions pris le corps avec nous. Dieu, merci.

Fred Burton, le vice-président du renseignement de Stratfor, a fait suivre cela à 5h51, dans un email ayant pour titre « [alpha] Le corps se rend à Dover, DE (Etat du Delaware) dans un avion de la CIA » qui disait:

Puis, [sic] se poursuit à l’Institut de Pathologie des Forces Armées à Bethesda.

A 13h36, Burton répondait à un fil de discussion titré « Re: Le corps d’OBL » avec le message:

Le corps se rend à Dover, devrait être là d’un moment à l’autre.

Cela contredit la thèse officielle selon laquelle le corps de Ben Laden aurait été traité en respect de la tradition islamique et relâché en mer depuis un vaisseau de la U.S. Navy.

Stratfor fournit des services de renseignement secret à de larges corporations et à des agences du gouvernement, incluant le Département de la Sécurité Intérieure des Etats-Unis (U.S. Department of Homeland Security), les Marines (U.S. Marines) et l’Agence du Renseignement de la Défense américaine (U.S. Defense Intelligence Agency).

Friedman — auteur de nombreux articles et de livres sur la sécurité nationale, la guerre et le renseignement — a fondé Austin, une compagnie basée au Texas, en 1996.

Burton est un ancien chef de la division du Département d’Etat de lutte contre le terrorisme pour le Service de Sécurité Diplomatique, le DSS (Diplomatic Security Service). Le DSS assiste le Département de la Défense en suivant des instructions et en faisant des analyses légales de disques durs saisis par le gouvernement des Etats-Unis dans des investigations criminelles en cours.

WikiLeaks a publié 671 mails de ce qui est considéré comme une réserve de 5 millions d’emails internes de Stratfor (datés de juillet 2004 à décembre 2011), obtenus par le collectif de hackers Anonymous aux alentours de Noël.

Traduit par kimono

Source: http://www.businessinsider.com/leaked-emails-stratfor-analysts-didnt-believe-laden-was-buried-at-sea-2012-3#ixzz27yukdOlt

WikiLeaks et les mails de Stratfor: Un acte d’accusation secret contre Assange

Article paru le 28 Février 2012 dans Rolling Stone, écrit par Michael Hastings.

Le 26 janvier 2011, Fred Burton, vice-président de Stratfor, une société privée de renseignement de premier plan qui se présente elle-même comme une sorte de CIA de l’ombre, a envoyé un mail tout excité à ses collègues. « Texte non destiné à être publié », écrit-il. «Nous» – c’est à dire le gouvernement des États-Unis – «avons un acte d’accusation secret contre Assange. SVP confidentiel.».

La nouvelle, si elle est vraie,fait l’effet d’une bombe. À l’époque, le Ministère de la Justice amplifiait son enquête sur Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, l’organisation pour la transparence de la vie publique, qui au cours des dernières années a publié des centaines de milliers de documents confidentiels du gouvernement. Un acte d’accusation en vertu de l’ Espionage Act de 1917 (Note 1) serait l’action la plus grave engagée à ce jour contre Assange, et pourrait ouvrir la voie à son extradition vers les Etats-Unis (Assange est actuellement en résidence surveillée en Grande-Bretagne où il lutte contre son extradition vers la Suède sur des accusations d’agression sexuelle.)

Burton, un ancien agent fédéral des Services de Sécurité Diplomatiques américains, (Note 2) avait des raisons de faire confiance à son information. Il se vantait souvent de ses brillantes sources gouvernementales («mes copains de la CIA», les appelle-t-il, dans un autre e-mail), et dans son rôle en tant qu’agent anti-terroriste du gouvernement, il avait travaillé sur quelques-uns des cas majeurs de terrorisme de grande envergure ces dernières années, y compris l’arrestation du terroriste principal de l’affaire du World Trade Center, Ramzi Yousef. Comme vice-président de Stratfor, cela faisait partie de son travail de garder ces contacts actifs et de partager ces informations privilégiées avec les analystes de sa société. (Les e-mails cités dans cet article – inclus dans une fuite de 5 millions de messages internes de Stratfor – ont été examinés par le magazine Rolling Stone dans le cadre de son partenariat avec WikiLeaks pour leur exploitation.)

L’information de Burton avait un accent de vérité… Comme Glenn Greenwald l’a signalé en mai dernier sur son site Salon ( Note 3), un grand jury composé en secret avait commencé à recueillir des témoignages de partisans de WikiLeaks lors d’une audience à Alexandria, Virginie. En Décembre, lors des audiences préparatoires au procès de Bradley Manning, le militaire qui aurait transmis à WikiLeaks une énorme mine d’informations classées confidentielles en 2009, les procureurs ont à plusieurs reprises essayé de convaincre le juge qu’Assange avait conspiré avec Manning pour dévoiler ces données. Les avocats d’Assange eux-mêmes avaient averti de la possibilité d’une  mise en accusation un mois avant que Burton ait dit qu’elle existe.

Un porte-parole du Ministère de la Justice a refusé de commenter s’il y avait ou non un acte d’accusation contre Assange; un porte-parole de Stratfor a également refusé tout commentaire, me renvoyant à  la déclaration et à la vidéo YouTube que la société avait publiées suite à la décision de WikiLeaks de divulguer 5 millions de mails internes de la compagnie. « C’est une déplorable, regrettable – et illégale – violation de la vie privée», a déclaré le PDG de Stratfor George Friedman dans un communiqué, avertissant en outre que quelques-uns des e-mails pouvaient avoir été «fabriqués»… Quant à en être sûrs, nous sommes en terrain inconnu. Cette dernière divulgation a donné lieu à des débats sur le caractère éthique de la publication d’une information prétendument volée : des membres du collectif de hackers Anonymous soutiennent avoir donné les e-mails à WikiLeaks ; WikiLeaks affirme ne pas connaître l’identité du responsable de la fuite et s’en tient à sa politique de ne pas dévoiler ses sources.

Assange, qui a réagi à ces révélations dans un communiqué  ici (voir le lien à la fin de l’article) , est devenu une obsession pour  les responsables du gouvernement et du renseignement des Etats-Unis, et le personnel de Stratfor ne fait pas exception. Le nom du fondateur de WikiLeaks apparaît 2102 fois dans leurs mails au cours des deux dernières années. Le ton réservé à Assange (et Bradley Manning, aussi) dans l’échange de mails interne est venimeux: «Connerie époustouflante», dit un analyste au sujet d’ Assange. Un autre, se référant aux allégations d’inconduite sexuelle à l’encontre d’Assange, ainsi qu’à ses antécédents familiaux, écrit: «retirer un violeur de la circulation, c’est retirer un violeur de la circulation. En plus, sa mère possède un théâtre de marionnettes.». Le même analyste continue dans un autre e-mail: « Je suis impatient de voir Manning et Assange affronter des milliers de chefs d’accusation pour espionnage. » Une note finale d’encore un autre analyste Stratfor, envoyé après l’arrestation de 16 hacktivistes Anonymous en juillet dernier: «Ces enfoirés devraient encourir la peine de mort, ainsi que leur héros Julian Assange ».

Comme on pouvait s’y attendre, ce ne sont pas seulement des responsables des renseignements et du gouvernement (à la fois actuels et anciens) qui ont affiché leur aversion pour Assange. Après que WikiLeaks ait annoncé dimanche qu’ils commenceraient à publier les mails Stratfor, les moqueries ont commencé à pleuvoir en provenance des cercles médiatiques officiels. Une réaction typique: un rédacteur en chef de The Atlantic a qualifié WikiLeaks de « blague », écartant les mails Stratfor d’un revers de  main.

Cela me laisse perplexe : Revendiquer une absence totale d’intérêt pour les rouages d’une entreprise  privée de renseignement de premier plan, dont les clients (qui paient jusqu’à 40.000 $ pour les services de Stratfor) comprennent des sociétés comme Lockheed Martin, Goldman Sachs, et Bank of America semble ,tout au moins, assez non-journalistique. Si Stratfor est une blague, qu’est-ce que cela nous dit à propos des agences gouvernementales comme la CIA et d’autres officines de renseignement qui fournissent Stratfor en employés ? Et si WikiLeaks – une organisation qui a fait quelques-uns des plus grands coups médiatiques de l’histoire du journalisme – est une blague, de qui doit-on rire, au juste?

Déjà, par l’intermédiaire de ces mails, nous avons vu une société, Stratfor, se faire payer par de grandes entreprises pour espionner des militants partout dans le monde, avoir des projets avec Goldman Sachs, et pontifier sur le blanchiment d’argent dans les équipes de football. Quel que soit l’angle sous lequel vous regardez, c’est de l’information. Bien qu’il soit peu probable que les mails Stratfor aient l’impact du Cablegate, des Irak Diaries ou des Afghan War Logs (Note 4), ils présentent  un fascinant exposé d’un type d’organisations qui devient de plus en plus rentable et puissant: les entreprises privées de renseignement, qui brouillent les frontières entre la sphère privée et l’action du gouvernement. N’oubliez pas, lorsque Burton a dit « Nous avons un acte d’accusation contre Assange », par « nous », il ne veut pas dire Stratfor – il parlait du gouvernement des États-Unis…notre gouvernement.

Michael Hastings est l’auteur de « Les opérateurs : La sauvage et terrifiante petite histoire de la guerre américaine en Afghanistan

Lire l’article de Rolling Stone: http://www.rollingstone.com/politics/blogs/national-affairs/wikileaks-stratfor-emails-a-secret-indictment-against-assange-20120228#ixzz1ni41YWfz

Lire l’article sur ce forum: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,10479.0.html

Communiqué de J. Assange: http://wikileaks.org/Stratfor-Emails-US-Has-Issued.html

NdT:

Note 1 : L’Espionage Act est une loi des Etats-Unis passée en juin 1917 au moment de l’entrée des US dans la première Guerre mondiale. Cette loi interdit tout comportement de nature à gêner les opérations militaires, tout soutien des ennemis des US en temps de guerre, ou la promotion de l’insubordination. La constitutionnalité de cette loi, et ses relations en particulier avec le principe de liberté d’expression sont contestés depuis toujours, y compris par la voie judiciaire.

Note 2 : Le Diplomatic Security Service (DSS) est le service de sécurité du département d’État des États-Unis. Il est chargé de la protection des sites du département d’État à l’étranger (ambassades, consulats, etc.) et sur le sol américain. Il s’occupe également de la protection des diplomates américains à l’étranger et de celle des dignitaires étrangers en visite aux États-Unis. Ses agents peuvent participer à des arrestations à l’étranger tel celle de Ramzi Yousef, dont l’article parle, et des extraditions d’individus résidant aux États-Unis et recherchés à l’étranger.

Note 3: Lien vers le site de Glenn Greenwald: http://www.salon.com/writer/glenn_greenwald/

Note 4 :
Cablegate : Révélations de télégrammes de la diplomatie américaine par WikiLeaks
Irak diaries : Révélation de documents secrets sur la guerre en Irak
Afghan War Logs : Révélation de documents militaires américains secrets sur la guerre en Afghanistan.

Source: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,10479.0.html

Traduit sur WikiLeaks par Green

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités