WikiLeaks dispose désormais d’un moteur de recherche intégré

Câbles secrets américains-WikileaksAlors que des documents dérobés par Edward Snowden ont montré que WikILeaks était activement surveillé par les agences américaine et anglaise de renseignement (NSA et GCHQ), le site a lancé ce week-end un moteur de recherche. Une fonction qui peut paraître anodine, mais qui pourrait avoir un vrai impact.

WikiLeaks a ouvert dimanche, pour la première fois, un moteur de recherche sur son site. Une fonctionnalité somme tout très classique, mais qui permet désormais de trouver beaucoup plus efficacement des informations dans la montagne de documents disponibles.

On peut donc y effectuer des recherches très simples basées sur des mots clés et trouver par exemple très facilement des documents tels que les câbles diplomatiques Kissinger. Le site met en outre en place des opérateurs particuliers et des filtres pour des recherches plus précises. Un outil qui devrait permettre un accès plus aisé à ceux qui pouvaient être rebutés.

Vincent Hermann

Source: http://www.pcinpact.com/breve/86000-wikileaks-dispose-desormais-dun-moteur-recherche-integre.htm

Autres outils de recherche des documents Wikileaks:

PlusD (Cablegate et câbles Kissinger)
GiFiles
War Diaries, journaux de guerre en Irak et en Afghanistan
Wikileaks Storage

Publicités

Manipulations psychologiques et contrôle politique de la population: qu’est-ce que le MK-Ultra?

Selon l’article de Wikipédia, « le Projet MKULTRA (ou MK-ULTRA), dévoilé en 1975, est le nom de code d’un projet secret illégal de la CIA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l’injection de substances psychotropes« . MK-Ultra signifie « Mind Control », ou Contrôle de la Pensée. Les substances chimiques injectées sans la volonté des individus qui étaient pris pour cobayes lors des expériences, avaient pour effet de changer le comportement des personnes, de provoquer des troubles de la vision, des sentiments d’euphorie ou de terreur, l’agressivité, l’obéissance, etc. Certains cobayes humains furent recrutés dans des hôpitaux psychiatriques.

Le MK-Ultra est l’alliance du domaine chimique et du domaine psychologique dans le contrôle de la pensée des individus. En plus des injections de produits chimiques, les scientifiques expérimentaient également la réaction des sujets et leurs traumatismes face à l’absence de sommeil, les dérèglements psychiques face à l’absence de lumière, ou encore l’effet des électrochocs. Toutes ces méthodes ont bien sûr trouvé des champs d’application dans le domaine de la torture, par exemple, et sont encore aujourd’hui utilisées par certains régimes assimilés à des dictatures.

Ces méthodes, comme l’explique le documentaire vidéo ci-dessus, viennent directement des scientifiques et médecins du régime nazi qui ont émigré et ont été accueillis aux Etats-Unis, après la seconde guerre mondiale. Par peur de voir ces scientifiques et leur savoir tomber dans les mains du régime de Staline, les Etats-Unis ont préféré protéger et accueillir tous ces chercheurs qui avaient expérimenté des atrocités dans les camps de concentration nazis. Le nom de code de ce programme de recrutement était Paperclip. L’idéologie nazie a donc subsisté aux Etats-Unis, et tous ces scientifiques ont pu y continuer leur expériences.

Le programme MK-Ultra de la CIA ne se serait par ailleurs pas arrêté en 1970, et il aurait continué pendant de longues années avec l’implication des services secrets. Des affaires de suicides collectifs, comme le massacre de Jonestown aux Etats-Unis, qui a eu lieu en 1978, ont probablement aussi fait partie du terrain d’expérimentation de la CIA dans le cadre du projet MK-Ultra, ou d’un projet sous un autre nom. Les membres de la coopérative de Jonestown qui vivaient en autarcie ont tous pris du poison, mais ce suicide collectif a pu être un assassinat orchestré par la CIA: un document Wikileaks y fait d’ailleurs référence, mais rien ne prouve que les membres ont bu le poison de leur propre volonté.

Les services secrets de la CIA ont pu expérimenter avec le MK-Ultra, à la fois l’effet des drogues sur les êtres humains, la manipulation psychique, mais aussi l’obéissance en groupe et le fonctionnement de structures similaires aux camps de travail forcé, comme celle de Jonestown, qui s’apparentait à une coopérative communiste. La CIA a ainsi acquis différentes manières de contrôler les populations, depuis l’usage de drogues, les méthodes de torture psychique et physique, jusqu’aux structures d’organisation du travail, pour favoriser l’obéissance des individus en société.

Traduction du documentaire vidéo:

« Ce n’est pas seulement contre les conspirations futures d’hommes maléfiques que nous devons nous défendre…
mais les faiblesses et les fautes dans notre propre ordre social…
contre lesquelles nous devons être en garde continuelle » (Dr. Ewen Cameron)

Les sciences de l’esprit, ou l’étude du comportement humain en relation à l’esprit.

« C’est le plus récent de tous les arts, il a moins de 100 ans d’existence, et c’est de loin celui qui est le plus dissimulé dans le secret. »

Guerilla News Network présente: Le jeu le plus dangereux (Partie 1) – Les Origines

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « Les origines de la guerre psychologique étaient dans l’Allemagne nazie. Dans l’idéologie nazie, il y avait quelque chose d’appelé « Weltenshunkrieg », ce qui veut dire « Guerre de la Vision Mondiale ». L’idée pour eux était d’imposer la vision mondiale des nazis dans les pays qu’ils avaient occupés. Les Américains ont pris cette idée et en ont créé une version américaine, et l’ont appelé « guerre psychologique ».

Guerre psychologique: l’utilisation de la propagande ou d’autres moyens psychologiques pour influencer ou rendre confuse la pensée, saper la morale, d’un ennemi ou d’un opposant. (Dictionnaire Webster du Nouveau Monde)

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « En essayant de comprendre la guerre psychologique et en essayant de comprendre l’approche américaine dans les efforts d’après-guerre pour contrôler les esprits des gens, à l’échelle individuelle et à l’échelle de masse, il y avait beaucoup d’illusions faites à ce sujet. Est-ce que les nazis étaient impliqués dans ce processus? Oui, ils l’étaient. »

« Project Paperclip »

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Project Paperclip, autrement dit les autorisations du gouvernement des Etats-Unis, l’opération de la CIA pour l’importation de scientifiques nazis et fascistes aux Etats-Unis. »

Après la seconde guerre mondiale, les responsables militaires américains ont fait pression sur le Congrès pour approuver l’opération top-secrète de transport NAZI.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Leur déclaration était celle-ci: « Si nous ne prenons pas ces gens dans ce pays, et ne les contenons pas, alors nos ennemis, l’Union Soviétique, les prendra. »

En 1946, le président Truman a approuvé le projet Paperclip, ramenant les meilleurs scientifiques d’Hitler aux Etats-Unis.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « La première vague a consisté à rapporter les scientifiques, environ 700 scientifiques de la propulsion et ensuite il y avait environ 600 scientifiques de l’esprit qui ont été ramenés. La CIA a eu la responsabilité, à vrai dire, de placer les individus du Projet Paperclip dans le complexe militaire industriel, y compris dans nos lycées et universités. »

Alors que les scientifiques de la propulsion prirent la tête du programme spatial américain, les scientifiques de l’esprit ont continué à expérimenter les techniques de contrôle de la pensée.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Le Mind Control » [Contrôle de la Pensée] était une arme de guerre psychologique qu’Hitler considérait comme la réponse pour prendre le contrôle de la planète entière. »

En apprenant des Nazis, les scientifiques américains commencèrent à développer leurs propres applications du Contrôle de l’Esprit.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Le nom pour la recherche scientifique du Mind Control dans ce pays était MK-Ultra. »

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « MK-Ultra était un des programmes parmi une série de programmes qui sont venus de la CIA pour expérimenter différents types de Mind Control: les drogues, les électrochocs, chocs insuliniques, et d’autres techniques. »

Les premiers sujets des expériences pour le MK-Ultra ont été les personnels de l’armée américaine, qui ont reçus des doses de LSD et de PCP sans leur consentement.

Dr. Harvey Weinstein, psychologue social, Université de Californie, Berkeley, CA: « Je pense que le but pour tous les gens qui ont mené le programme était clair: c’était une tentative de trouver un moyen d’interroger les gens et de protéger leurs propres agents contre le contrôle des autres. »

A la fin des années 50, la CIA a commencé à financer des expériences top-secrètes de lavage de cerveau.

Lavage de cerveau: Endoctriner intensément et exhaustivement afin d’entraîner une transformation radicale des croyances et des attitudes mentales. (Dictionnaire Webster du Nouveau Monde)

Dr. Harvey Weinstein, psychologue social, Université de Californie, Berkeley, CA: « Si vous placez quelqu’un dans une position d’invalide, en ne les nourrissant pas, ou ne les autorisant pas à dormir, ou en les submergeant de bruit, si vous utilisez un traitement massif de choc, et si vous donnez aux gens des doses massives de drogues, comme le PCP, la mescaline, les amphétamines, ou le LSD, et si vous les plongez dans des périodes d’obscurité, où ils ne peuvent prévoir d’une minute à l’autre ce qui va arriver après, alors ils sont tout le temps terrifiés, il n’y a pas de position consistante sur ce qui va arriver. N’importe qui peut se retrouver placé dans une situation ouverte au lavage de cerveau.

Dû à la nature psychologique destructive des recherches sur le lavage de cerveau, la CIA a commencé à chercher de nouveaux sujets ignorants dans les hôpitaux psychiatriques.

De 1957 à 1964, les patients de l’Institut Allan Memorial à Montréal sont devenus les cobayes du Mind Control pour le scientifique du MK-Ultra Ewen Cameron.

Ewen Cameron

Dr. Harvey Weinstein, psychologue social, Université de Californie, Berkeley, CA: « Ewen Cameron était probablement le psychiatre le plus en vue de son époque dans les années 50… Il utilisait les techniques de son high-tech, il utilisait plusieurs sortes d’enregistreurs à circuits multiples, pour forcer les gens à écouter des messages enregistrés 24H/24 sans aucune fin, dans le but essentiellement de détruire les structures de la pensée des gens. »

Les patients étaient placés dans une stupeur due aux drogues, pendant que les messages enregistrés étaient acheminés vers leur esprit.

Lassie, témoin du MK-Ultra: « Il a injecté l’acide lysergique dans la veine… et il m’a donné un petit coup sur l’épaule, et dit: ‘Maintenant, Lassie… nous allons te revoir plus tard.’ Et j’ai commencé à me sentir très effrayée, et la frayeur est devenue de la terreur, et j’ai commencé à me jeter d’un côté à l’autre de la pièce. Je ne savais pas quoi faire pour arrêter ce sentiment. Je me sentais comme si mes os étaient en train de fondre, que j’étais… Je ne savais plus du tout qui j’étais, au juste.

En 1977, les audiences de l’Eglise ont enquêté sur le projet du Mind Control. Cela a forcé la CIA à publier des documents dévoilant l’histoire du MK-Ultra.

Terry Lenzner, avocat à Washington DC: « Ce n’est pas juste pour avoir brisé les demeures des gens, ou l’invasion du droit à la vie privée, les atteintes illégales sur les témoins, ou l’invasion de la pensée d’une personne, les faits concernent une blessure profonde […] que le gouvernement impose. »

New York Times, 2 août 1977: « Des institutions privées utilisées dans l’effort de la CIA pour contrôler le comportement », « Des drogues testées par la CIA sur des patients malades mentalement »

En 1980, la CIA a été poursuivie par neuf victimes des recherches du Mind Control du Dr. Cameron. Elles ont chacune reçu 100 000 $ en compensation pour les dommages.

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « Ceci était un programme post-nazi, si vous voulez. C’était une américanisation. »

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Mon point de vue est que les Nazis n’ont pas perdu la guerre, ils ont juste eu à déménager. »

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « Maintenant, nous sommes 50 ans après. Maintenant, ils sont beaucoup plus intelligents, beaucoup plus sophistiqués, ils ont beaucoup plus d’argent à dépenser. »

A suivre…

Producteurs du documentaire:

Josh Shore
Aaron Pocock
Stephen Marshall

Communiqué de presse: Publication des GIFiles à l’occasion de la campagne présidentielle (américaine)

Mercredi 10 Octobre 17 h BST

Aujourd’hui, Mercredi 10 Octobre, WikiLeaks entame la publication de plus de 200 000 Global Intelligence Files (GIFiles) (Fichiers de Renseignement Global) en relation avec les élections présidentielles Américaines. Chaque jour de la semaine, nous publierons des milliers de mails qui se réferent à Obama, Biden, Romney, et les partis Républicain et Démocrate. Aujourd’hui, nous publions 13 734 mails au sujet des républicains, Romney, le RNC (Republican national Commitee) et/ ou le GOP (Grand Old Party, autre nom du Parti Républicain) allant du 17 Septembre 2011 au 19 Décembre 2011.

Les GIFiles totalisent plus de cinq millions de mails de la firme privée Américaine de renseignement Stratfor. Stratfor est une société privée de renseignement, multi nationale et secrète, qui fait bénéficier de ses services de grandes entreprises et des agences gouvernementales. Bien qu’elle procure au gouvernement US des services de « renseignement global », il n’y a pas de contrôle public de Stratfor. Les mails mettent en lumière les entrées de la direction de Stratfor dans les organismes gouvernementaux. Le Vice-Président de Statfor chargé du renseignement, Fred Burton, était autrefois un agent du Service de Sécurité Diplomatique et était le responsable de leur division antiterroriste. Bien que Stratfor se réfère à des sources gouvernementales et affirme avoir beaucoup d’influence sur les décideurs occidentaux, leurs mails révèlent des méthodes de travail et de sécurité de mauvaise qualité, et montrent une forte orientation politique au sein de l’organisation.

Cette proche relation avec le gouvernement US signifie que la publication de ces GIFiles va donner un aperçu sur des acteurs clés de l’élection présidentielle. Le seul gouvernement légitime est celui qui est élu par une population bien informée. Par cette publication, WikiLeaks veut informer l’électorat US d’une manière impartiale en rendant publics les document d’une des compagnies les plus étrangement influentes aujourd’hui aux Etats Unis. Nous appelons tous les citoyens du monde entier à chercher dans ces mails et à publier leurs découvertes en utilisant le hashtag #wlfindGI.

Quel que soient ceux que vous porterez au pouvoir, demandez leur de rendre des comptes en soutenant WikiLeaks. Votez avec votre porte-monnaie, Votez WikiLeaks.

GI Files: http://wikileaks.org/the-gifiles.html
Vote WikiLeaks: http://wikileaks.org/donate2012/
Donate to WikiLeaks: http://shop.wikileaks.org/donate
WL Friends: https://wlfriends.org/

Lien vers le communiqué original sur le site de WikiLeaks : http://wikileaks.org/WikiLeaks-GI-Files-Presidential.html
Lien vers le post sur le forum :
http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,15280.msg40725.html#new

En fuite, Qaddafi aurait tenté de trouver refuge auprès des autorités algériennes

Initialement publié en anglais le 24-07-2012 sur Liberté-info.net

Peu d’informations étaient jusque-là disponibles concernant l’éventuelle tentative par l’ancien dictateur libyen de trouver refuge hors du pays qu’il a commandé d’une main de fer pendant quarante-deux années.

Grâce à la publication par WikiLeaks de la suite des GIFiles (les Global Intelligence Files, nom prêté à l’importante masse d’e-mails de la société de renseignement américaine Stratfor, considérée comme étant la CIA de l’ombre, car elle renseigne entre autres le Homeland Security et la Defense Intelligence Agency américains), le public, les journalistes, et les historiens vont pouvoir mieux comprendre et enquêter sur ce qui s’est passé lors de cet épisode de la révolution libyenne, et plus spécialement au regard du rôle joué par l’Algérie.

Liberté-info, association pour la défense des libertés informatiques, a pu obtenir l’accès à la suite des GIFiles, grâce à un partenariat d’investigation organisé par WikiLeaks et impliquant des journalistes, des universitaires, et des organisations de défense des droits de l’homme.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Après son renversement et sa fuite, il y a eu beaucoup de spéculation si et où Qaddafi chercherait refuge en quittant le territoire libyen. Mais nous savons peu, sinon que finalement il n’a pas quitté le territoire, où il fût rattrapé par les frappes aériennes de l’OTAN avant de tomber et d’être tué entre les mains des rebelles révolutionnaires.

L’Algérie, pays voisin dont la classe dirigeante a observé avec effroi la propagation de la vague démocratique et révolutionnaire qui a débuté en Tunisie et s’est étendue jusqu’à la frontière ouest, au Maroc, a donné l’asile aux principaux proches de Qaddafi: sa femme Safia, ses deux fils Mohamed et Hanibal, et sa fille Aicha. La raison de ce geste seraient d’ordre « humanitaire », d’après l’ambassadeur algérien aux Nations Unies. La grossesse avancée d’Aicha – elle donnera naissance à une fille peu après avoir pénétré le territoire algérien – peut effectivement justifier son entrée à elle, mais pas celle du reste de la famille. La corruption endémique de l’Etat algérien, ainsi que la richesse amassée et probablement en partie transportée par la famille en fuite expliqueraient cet apparent excès de générosité.

Ceci eut lieu à la fin du mois d’août 2011, et mit le gouvernement algérien dans une position fâcheuse envers l’organe provisoire gouvernant la Libye, le Conseil National de Transition (CNT). En effet, la famille de Qaddafi, jugée complice de nombreux crimes du patriarche, était et est toujours voulue en Libye pour y être jugée. Les quatres proches ainsi que la fille d’Aicha se trouvent toujours en Algérie.

En dépit de ses déclarations affirmant qu’il ne quitterait jamais le territoire libyen, des informations provenant des nouvelles publications des GIFiles suggèrent le contraire: le Colonel aurait tenté de trouver l’asile au moins en Algérie.

L’e-mail dont l’identifiant est 120909, daté du 1er septembre 2011 et envoyé par un employé de Stratfor (un « watch officer », qui est le grade au-dessus d’analyste et en-dessous de directeur) à la mailing-liste interne nommée Alpha (qui comprend les analystes, les rédacteurs, et les employés de plus haut niveau) cite une source diplomatique algérienne qui aurait affirmé que Qaddafi (dont le nom de code utiilisé dans la correspondance est « Q », initiale de Qaddafi) aurait tenté de trouver refuge en Algérie en contactant le président algérien Bouteflika. La source déclare que Bouteflika a ignoré les appels répétés du dictateur déchu. Elle suggère aussi que les services de renseignement algériens auraient partagé la localisation du Colonel (qu’ils ont estimé être la ville de Béni Walid) avec leurs confrères britanniques, et aurait prédit qu’il « serait abattu tôt ou tard ».

Malgré la notation moyenne par l’employé de Stratfor de sa source (crédibilité estimée à C, A étant le mieux et F le pire) et de la crédibilité du renseignement (noté à 3-4, 1 étant le mieux sur une échelle de dix), il semblerait avec le recul que le renseignement était plutôt fiable: Qaddafi fût abattu peu après, le 20 octobre 2011 près de Syrte, à moins de 300 kilomètres de Béni Walid.

L’employé de Stratfor a précisé que sa source lui a été présentée par une autre source, ME1 (pour Middle East 1), qui semble être une importante source de Stratfor car il/elle apparaît dans de nombreux mails remontant au moins jusqu’à 2006.

Source: http://blogs.mediapart.fr/blog/mehdi-taileb/260712/exclusif-alors-quil-etait-en-fuite-kadhafi-aurait-tente-en-vain-de-tro

http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,13271.0.html

Publié sur Mediapart par Mehdi Taileb

#The GIFiles : L’assassinat d’Imad Mughniyeh – Retour sur les opérations secrètes du Mossad –

 Publié : le mars 13, 2012 par W dans The Global Intelligence Files

25 Palestiniens, dont des membres du groupe armé “Jihad islamique” et des civils parmi lesquels un enfant de 12 ans, ont été tués à Gaza dans des raids israéliens depuis ce vendredi 9 mars. Cette escalade de violence s’est déclenchée après l’assassinat du chef du “Jihad islamique” et ce dernier a riposté par le tir de près de 100 roquettes contre l’état d’Israël.

De la fumée s'élève au-dessus de la ville de Gaza, après un raid aérien samedi. Crédits photo : Hatem Moussa/AP

De la fumée s’élève au-dessus de la ville de Gaza, après un raid aérien samedi. Crédits photo : Hatem Moussa/AP

Ce n’est pas la première fois que l’armée ou les services secrets israéliens ont recours à ce genre d’opération très controversée, les services secrets israéliens, “Le Mossad”, est connu pour ses opérations clandestines à travers le monde ; l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh, membre des groupes armés palestiniens Ezzedine al Qassam, le bras armé du Hamas à Dubaï, est un coup qui a fait la une des médias internationaux le 20 janvier 2010.

La police de Dubaï -Emirats Arabes Unis- après une enquête profonde a publié cette vidéo, “CCTV footage : The assassination of Mahmoud al Mabhouh in Dubai” en 2010 qui montre comment des agents secrets israéliens ont traqué Al Mabhouh pour le torturer et l’assassiner dans une chambre d’hôtel.

Même s’il n’y a pas de preuve, l’Iran n’a pas hésité à accuser le Mossad des récents assassinats contre des savants iraniens.

INSIGHT – Israel – assassinat d’Imad Mughniyeh – IL1

L’email ayant l’ID 66013 rendu public le 13 mars 2012 et daté du 21 février 2008, échangé entre Reva Bhalla, la directrice des analyses à Stratfor et le service de renseignement de la même compagnie, nous présente le rapport élaboré par une source israélienne qui travaille pour le compte de Stratfor sur l’assassinat d’Imad Mughniyeh, un des piliers du Hezbollah, le 12 février 2008 à Damas en Syrie.

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 66013
Date 2008-02-21 22:00:39
De bhalla@stratfor.com
A intelligence@stratfor.com

PUBLICATION: Pour usage Background/Analyse

ATTRIBUTION : Source israélienne (connecté)

Fiabilité de la source: B

Elément de crédibilité: 2

TRAITEMENT SPÉCIAL: N / A

Imad Mughniyeh

Imad Mughniyeh

Sur l’assassinat d’Imad Mughniyeh:

Définir M.O. du Mossad. C’était une attaque très élégante. Comme l’ont montré des images, la voiture était encore largement intacte, l’explosion contrôlée s’était concentrée sur l’appuie-tête.

Le Mossad ne revendique jamais les assassinats. La seule fois où ils l’ont revendiqué, c’était pour l’assassinat d’Ali Hassan Salameh (Une des rares fois où Israël agit sans notifier les U.S. (Etats-Unis), et les U.S. qui étaient bourrés parce qu’il été une liaison de la CIA).

Certainement les U.S savaient pour l’assassinat, le commentaire du département d’Etat le reflète.

Je crois vraiment que le Mossad avait traqué IM (Imad Mughniyeh) pendant un certain temps. Ce petit éditorial est paru le lendemain de l’assassinat dans haaretz (un journal Israélien) et explique d’un point de vue opérationnel comment vous vous attachez à quelqu’un que vous suiviez et ce sentiment bizarre de tristesse quand il est éliminé parce que vous avez suivi tous ses mouvements et pendant si longtemps. Ne peut être compris que d’un point de vue opérationnel.

Il était un grand atout pour le Mossad de le suivre, mais difficile de comprendre pourquoi il l’a assassiné aujourd’hui. Peut-être que l’assassinat est lié à une volonté de la part des États-Unis/Iran d’exercer une pression sur l’Iran sur ce point, ou alors une bonne occasion qui s’est présentée. Le Mossad savait qu’il avait été réactivé depuis un certain temps maintenant… il a été suivi pendant un certain temps.

Comment l’opération s’est probablement réalisée :

Photo de l'attentat

Photo de l’attentat

Le Mossad travaille en équipes modulaires. Cette opération nécessite beaucoup plus que juste trois personnes, mais vous n’en avez jamais eu besoin d’un grand nombre dans le pays au moment de l’attaque, vous avez une personne pour la surveillance, le récupérer, envoyer une autre personne pour acquérir les explosifs, le récupérer, envoyer un fabricant de bombe et le récupérer, etc. Ce n’est pas clair s’ils avaient quelqu’un dans le pays au moment de l’attaque .. ne serez pas surpris si la bombe était déclenchée par un signal sat -satellitaire- (ma note – peut-être que ma théorie de ping d’un téléphone cellulaire est vraie ?). En outre, toute personne, qui travaillait avec eux dans le pays au moment de l’attaque était probablement une recrue arabe (la raison probable pour laquelle la Syrie et l’Iran estiment l’implication d’un régime arabe dans cet assassinat). Pas de question même si c’était une op du Mossad.

IM (Imad Mughniyeh) était un atout majeur et était actif. Il était capable de survivre pendant si longtemps parce qu’il a été protégé de très près par les Iraniens. Quand je dis qu’il était actif, je ne dis pas qu’il était un opérateur directement impliqué dans toute la formation, etc. Il était un stratège, ils l’appelaient leur chef d’état-major. Et vous grossissez lorsque vous êtes assis à Téhéran comme chef d’état-major. C’est la nature du biz.

Les représailles viendront. Ce n’est pas une question de si, mais de quand. Sera beaucoup plus une attaque comme celle de Buenos Aires – opération outre-mer, secrète. Et ça sera une opération importante. Le Hezbollah a des agents actifs à l’étranger pour tirer cela au large et n’oubliez pas lors de l’attaque de BA – Buenos Aires-, que les Iraniens ont réussi à corrompre les responsables de la sécurité argentins et l’équipe d’enquête.

Israël est militairement prêt pour une autre guerre. Ashkenazi a fait un travail phénoménal au cours de l’année précédente dans la réforme du système.. C’est vraiment incroyable. Il est un Golani – ce qui signifie qu’il est un hardcore. Nous avons des blagues en Israël disant que les Brigades Golani sont celles qui mangent la saleté et qui sont les plus robustes… Ashekenazi est sérieux sur ce sujet et il n’a pas donné d’interview.

En outre, Meir Dagan a totalement transformé le Mossad. Il est venu et il a littéralement fermé le département des recherches du Mossad. Il a dit je ne veux plus de documents académiques, tout se focalise sur les opérations. Ce coup de Mughniyeh était son bébé. Ce n’est pas une coïncidence que Olmert ait étendu le mandat de Dagan jusqu’en 2009 pour la première fois JUSTE APRES le succès sur IM (Imad Mughniyeh).

L’ego d’Israël était grièvement meurtri par la guerre avec le Hezbollah et cet assassinat ainsi que la frappe aérienne en Syrie est une façon qu’a Israël de revenir et de montrer qu’ils sont encore forts. Cela aide aussi Olmert à garder le capital politique dont il a besoin. C’est le genre d’action que nous allons voir d’Israël – autres opérations de ce genre.

Israël NE VEUT PAS d’une autre guerre avec le Hezbollah maintenant. Ils n’essayent pas de les pousser vers une autre guerre non plus. Le “focus” est mis sur les opérations secrètes. Il est hors de question pour Israël d’essayer de répéter la guerre de 1982 au Liban. Ce fut le Vietnam d’Israël. Israël est absolument sensible aux victimes militaires, plus que les États-Unis. C’est ce que le rapport Winograd avait pour sujet – on note qu’il n’a pas parlé des victimes civiles, il parlait uniquement des victimes militaires et si leurs vies valaient la peine de lancer une opération terrestre si tardive dans le jeu…. c’est ancré dans la psyché israélienne. Israël ne voudra pas une guerre dont les victimes humaines seront élevées. Même durant la guerre du Liban, c’était vrai.

Concernant le  Hamas ..

Les canaux de communication indirects “Backchannels” entre Israël et le Hamas sont en cours. L’Égypte est le principal canal (principalement Omar Suleiman). Barak ne sait pas quoi faire encore au sujet de la bande de Gaza. On ne parle même pas de réoccupation, mais c’est toujours une situation de désordre. La bombe qui a explosé à Dimona venait d’Hébron ; ironiquement, des militants pacifistes israéliens ont réussi à stopper la construction du mur à l’endroit où le kamikaze est passé.

L'impact d'un Qassam sur la ville de Sderot

L’impact d’un Qassam sur la ville de Sderot

Beaucoup de pression politique s’exerce sur Olmert pour qu’il fasse quelque chose au sujet de Gaza. Les familles de Sderot ont de l’influence. Les roquettes Qassam sont beaucoup plus une arme psychologique qu’autre chose, ils ne causent pas beaucoup de dégâts. Mais l’effet politique ne peut être sous-estimé.

– –

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités