Dick Cheney devrait être en prison, pas sur « Meet The Press » – selon le journaliste Glenn Greenwald

Dick Cheney_Meet The Press_14 décembre 2014Photo: Dick Cheney s’exprime dans l’émission « Meet The Press », le 14 décembre 2014 (NBC News)

RT, 20 décembre 2014

Le journaliste Glenn Greenwald a déclaré que Dick Cheney est en mesure de se vanter du succès de la torture dans des shows d’informations, le week-end, parce que l’administration Obama a décidé de protéger les tortionnaires plutôt que de les poursuivre.

Dans une interview de grande envergure au sujet du rapport sur la torture de la CIA, les perspectives pour la course présidentielle 2016, les relations américano-cubaines et le piratage de Sony, Greenwald a déclaré au HuffPost Live que la discussion sur le rapport de la torture est déformée parce que nous n’entendons pas les victimes mêmes de la torture.

Dans une interview avec «Meet the Press», l’ancien vice-président Dick Cheney a affirmé que la torture « a marché » et qu’il allait « le faire à nouveau dans une minute » si on lui en donnait l’occasion.

Lire la suite: http://rt.com/usa/216175-cheney-torture-prison-greenwald/

Voir l’interview intégrale de Dick Cheney (vidéo): http://www.nbcnews.com/meet-the-press/cheney-senate-intelligence-report-n268186

Publicités

La Syrie devient le 7ème pays à majorité musulmane bombardé par le Lauréat 2009 du Prix Nobel de la paix Barack Obama

 

barack_obama

Glenn Greenwald, 23 septembre 2014

Les États-Unis ont commencé aujourd’hui à bombarder des cibles à l’intérieur de la Syrie, de concert avec son groupe beau et inspirant de cinq régimes alliés: l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Qatar et la Jordanie.

Cela signifie que la Syrie devient le 7ème pays à majorité musulmane bombardé par le Lauréat 2009 du Prix Nobel de la paix Barack Obama – après l’Afghanistan, le Pakistan, le Yémen, la Somalie, la Libye et l’Irak.

Lire la suite: https://firstlook.org/theintercept/2014/09/23/nobel-peace-prize-fact-day-syria-7th-country-bombed-obama/

Greenwald: La déclaration du GCSB « Nous ne sommes pas engagés dans la surveillance de masse des Néo-Zélandais » ne dit pas la vérité

Leaksource.info, 13 septembre 2014

Dans sa première interview télévisée en Nouvelle-Zélande, Glenn Greenwald parle à The Nation au sujet des fuites d’Edward Snowden et sur la manière dont les agences de Nouvelle-Zélande sont impliquées dans l’espionnage dans le pays et à l’étranger.

Greenwald dit qu’il y a de sérieuses questions quant à savoir si le gouvernement néo-zélandais a dit la vérité sur le changement de loi du Government Communications Security Bureau (GCSB), l’an dernier.

« Ce que je peux vous dire, c’est que la déclaration que le GCSB a faite aux citoyens de Nouvelle-Zélande l’année dernière – « Nous ne sommes pas engagés dans la surveillance de masse des Néo-Zélandais » – en est une qui ne dit pas la vérité. »

Lire l’intégralité de l’article: http://leaksource.info/2014/09/13/moment-of-truth-glenn-greenwald-in-new-zealand-with-kim-dotcom-for-new-revelations-on-gcsb-spying/

La relation de renseignement de la NSA avec Israël (document)

NSA:IsraelUn nouveau document top secret de la NSA, en date du 13 Avril 2013 et publié aujourd’hui par The Intercept, raconte que la « NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure avec l’Unité nationale israélienne SIGINT (ISNU) qui consiste au partage d’informations sur l’accès, l’interception, le ciblage, la langue, l’analyse et le reporting ».

Source: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Consulter le document: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/08/03/nsa-intelligence-relationship-israel

The Intercept publie un accord secret passé entre les Etats-Unis et Israël en 1999

Accord secret US:IsraelLa coopération entre la NSA et l’ISNU a commencé il y a des décennies. Un accord top secret entre les deux agences datant de Juillet 1999 rappelle que le premier accord formel de partage du renseignement a été conclu en 1968 entre le président américain Lyndon Johnson et le Premier ministre israélien Levi Eshkol, et a commencé de manière informelle dans les années 1950. Mais la relation a rapidement augmenté dans la dernière décennie.

Source: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Consulter le document: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/08/03/israel-us-1999-agreement/

Relations NSA/Israël dans un nouveau document d’Edward Snowden

obama-netanyahu_658

L’argent, les armes et la surveillance: les États-Unis sont une partie clé de toute attaque israélienne

Par Glenn Greenwald, le 4 août 2014

[Extrait]

Un nouveau document top secret de la NSA, en date du 13 Avril 2013 et publié aujourd’hui par The Intercept, raconte que la « NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure avec l’Unité nationale israélienne SIGINT (ISNU) qui consiste au partage d’informations sur l’accès, l’interception, le ciblage, la langue, l’analyse et le reporting ».

Plus précisément, « cette relation SIGINT a été de plus en plus le catalyseur d’une relation d’intelligence plus large entre les Etats-Unis et Israël. » En outre, les « cyber-partenariats de la NSA se sont étendus au-delà de l’ISNU pour inclure le SOD [Special Operation Division] et le Mossad du Renseignement de la Défense Israélienne. »

En vertu de cette coopération élargie, les Américains et les Israéliens travaillent ensemble pour avoir accès à des «cibles géographiques [qui] comprennent les pays d’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, le Golfe Persique, l’Asie du Sud, et les républiques islamiques de l’ex-Union soviétique. » Cela comprend également « une ligne de communications dédiées entre la NSA et l’ISNU [qui] permet l’échange de matière première, aussi bien que l’analyse quotidienne et la correspondance technique. »

La relation a fourni à Israël un large soutien à la fois pour le renseignement et la surveillance: « La partie israélienne bénéficie des avantages de l’accès géographique élargi à l’expertise cryptanalytique de classe mondiale de la NSA et à l’expertise en ingénierie de SIGINT, et elle gagne aussi un accès contrôlé à la technologie et aux équipements avancés américains à travers l’achat de logements et les ventes militaires à l’étranger. « Parmi les priorités d’Israël dans la coopération sont ce que la NSA appelle le « terrorisme palestinien ».

La coopération entre la NSA et l’ISNU a commencé il y a des décennies. Un accord top secret entre les deux agences datant de Juillet 1999 rappelle que le premier accord formel de partage du renseignement a été conclu en 1968 entre le président américain Lyndon Johnson et le Premier ministre israélien Levi Eshkol, et a commencé de manière informelle dans les années 1950. Mais la relation a rapidement augmenté dans la dernière décennie.

En 2003 et 2004, les Israéliens faisaient pression sur la NSA pour accepter une relation de partage de renseignement massivement élargi appelé « Gladiator. » Dans le cadre de ce processus, Israël voulait que les Américains paient des centaines de millions de dollars pour financer les activités israéliennes. Le projet d’entente spécifique « Gladiator » ne semble jamais avoir été consommé, avorté par les exigences israéliennes qui demandaient aux Etats-Unis de porter le coût total, mais les documents dans les archives Snowden relatifs à ces négociations contiennent ce qui semble être deux recettes pour un ou plusieurs paiements de $ 500,000 en espèces à des responsables israéliens à des fins non précisées.

Lire l’intégralité de l’article: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Le nouveau partenaire de la NSA dans l’espionnage: la brutale police d’Etat de l’Arabie Saoudite

The Intercept, 25 juillet 2014

La National Security Agency a considérablement élargi, l’an dernier, ses relations de coopération avec le ministère saoudien de l’Intérieur, l’un des organismes gouvernementaux les plus répressifs et violents du monde. Un mémo top secret d’avril 2013, fourni par le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden, détaille les plans de l’agence « pour fournir un soutien analytique direct et un soutien technique » aux Saoudiens sur les questions de «sécurité interne».

Obama Saudi ArabiaPhoto: Obama et le roi Abdallah d’Arabie Saoudite en 2010

Le ministère saoudien de l’Intérieur — désigné dans le document par MOI — a été condamné pendant des années comme l’un des violateurs les plus brutaux en matière de droits de l’homme dans le monde. En 2013, le Département d’Etat américain a indiqué que les « employés du Ministère de l’Intérieur ont parfois soumis les prisonniers et les détenus à la torture et à d’autres mauvais traitements physiques », en mentionnant spécifiquement un épisode de 2011 dans lequel les agents du MOI ont prétendument « versé un liquide de nettoyage antiseptique sur [la] gorge » d’un militant des droits de l’homme. Le rapport note également l’utilisation de la surveillance invasive du MOI destinée aux dissidents politiques et religieux.

Lire la suite: https://firstlook.org/theintercept/2014/07/25/nsas-new-partner-spying-saudi-arabias-brutal-state-police/

Document d’information sur l’Arabie Saoudite: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/07/25/saudi-arabia-information-paper/

Voir aussi: Coopération entre la NSA et l’Arabie Saoudite d’après un nouveau #leaks de #Snowden (Openews.eu)

Un manuel rendu public montre comment les agences américaines mettent des millions de personnes sur la liste des « suspects de terrorisme »

watchlist-cover

Cory Doctorow, 24 juillet 2014

« Le Guide de Mise sous Surveillance » de 166 pages a été rédigé conjointement par 19 agences, et a été publié dans son intégralité sur The Intercept.

Comme Jeremy Scahill et Ryan Devereaux le soulignent dans leur analyse, le document est positivement kafkaïen, permettant aux agences de vous ajouter à la liste si vous êtes soupçonné de vous être associé avec une personne suspectée d’être soupçonnée d’être terroriste – et « terroriste » a été redéfini pour inclure « les gens qui endommagent la propriété du gouvernement », et les gens qui cherchent à « influencer la politique du gouvernement par l’intimidation ».

Ce document – et les millions de personnes qui ont été placées sous suspicion en conséquence de cela – doit son existence à l’administration Obama et à sa campagne pour préserver sa réputation en élargissant la liste des cibles de la surveillance à la suite de l’échec du complot du « kamikaze en sous-vêtements » [Complot d’Al-Qaïda: l’aspirant kamikaze travaillait pour la CIA].

Lire la suite: http://boingboing.net/2014/07/24/leaked-manual-shows-how-us-age.html

Le piratage des sondages en ligne et d’autres moyens que les espions britanniques utilisent pour contrôler l’Internet

The Intercept, 14 juillet 2014, par Glenn Greenwald

espionnage des sondages_GCHQLe GCHQ, l’agence secrète de l’espionnage britannique, a développé des outils secrets pour déverser sur Internet de fausses informations, y compris la capacité à manipuler les résultats des sondages en ligne, gonfler artificiellement les chiffres de consultations de page sur les sites web, « amplifier » les messages de sanction sur YouTube, et censurer le contenu vidéo jugé « extrémiste ». Les capacités, détaillées dans les documents fournis par le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden, comprennent même un vieux manuel pour tous les blagueurs préadolescents au téléphone: une manière de connecter ensemble deux utilisateurs involontaires de téléphones lors d’un appel. […]

Voici une liste de la façon dont le JTRIG décrit ses capacités:

• « Modification des résultats de sondages en ligne » (UNDERPASS)

• « Livraison de masse d’emails électroniques à l’appui d’une campagne d’Opérations d’Information » (BADGER) et « délivrance massive de messages SMS pour soutenir une campagne d’Opérations d’Information » (WARPARTH)

• « Perturbation de sites-Web vidéos hébergeant du contenu extrémiste à travers la découverte concertée d’une cible et le retrait de contenu. » (SILVERLORD)

• « Capacité active de Skype. Fourniture de dossiers d’appels en temps réel (SkypeOut et SkypetoSkype) et messagerie instantanée bidirectionnelle. Egalement listes de contacts ». (MINIATURE HERO)

• « Trouver des photographies privées des cibles sur Facebook » (SPRING BISHOP)

• « Un outil qui permettra de désactiver de façon permanente le compte d’une cible sur son ordinateur » (ANGRY PIRATE)

• « Capacité d’augmenter artificiellement le trafic vers un site web » (GATEWAY) et « capacité à gonfler les pages vues sur les sites web » (SLIPSTREAM)

• « Amplification d’un message donné, normalement une vidéo, sur des sites web multimédias populaires (Youtube) » (GESTATOR)

• « Déni de Service Ciblé contre des Serveurs Web » (PREDATORS FACE) et « Déni de service distribué en utilisant le P2P. Construit par l’ICTR, déployé par le JTRIG « (ROLLING THUNDER)

• « Une suite d’outils pour l’utilisation de surveillance de la cible pour le site de vente aux enchères eBay au Royaume-Uni (www.ebay.co.uk) » (ELATE)

• « Capacité d’usurper n’importe quelle adresse e-mail et d’envoyer des courriels sous cette identité » (CHANGELING)

• « Pour connecter deux téléphones-cibles ensemble lors d’un appel » (IMPERIAL BARGE)

Lire la suite: https://firstlook.org/theintercept/2014/07/14/manipulating-online-polls-ways-british-spies-seek-control-internet/

Voir le document en ligne: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/07/14/jtrig-tools-techniques/

Le FBI, la NSA ciblent des avocats musulmans américains, des défenseurs des droits

3427561_3_b3dd_le-siege-de-la-nsa-a-fort-meade-dans-le_6cdb6fd700c809687baf1005c99823cb

RT.com, 9 juillet 2014

La National Security Agency a suivi les communications électroniques d’éminents musulmans américains, y compris des militants des droits civiques, des avocats et même un candidat politique, selon le dernier lot des révélations Snowden.

Selon les documents divulgués par le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden et publiés par Glenn Greenwald et Murtaza Hussain sur The Intercept, au moins 202 musulmans américains sont tombés sous la surveillance de leur gouvernement, y compris:

Hooshang Amirahmadi, professeur irano-américain en relations internationales à l’Université Rutgers; Nihad Awad, directeur exécutif du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR), la plus grande organisation musulmane de droits civiques dans le pays; Faisal Gill, membre du Parti républicain et ancien candidat politique qui a eu une habilitation de sécurité top-secrète et a servi dans le département de la Sécurité intérieure, sous le président George W. Bush; Asim Ghafoor, un éminent avocat qui a représenté des clients dans des affaires liées au terrorisme; et Agha Saeed, ancien professeur de sciences politiques à l’Université d’Etat de Californie, qui milite en faveur des libertés civiles musulmanes et des droits palestiniens.

Lire l’intégralité de l’article: http://rt.com/news/171408-snowden-greenwald-muslims-emails/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités