Hacktivistes, de nouveaux acteurs politiques?

Débat du 3 septembre 2014 (https://www.facebook.com/events/1483377855239969/)

Intervenants lors du débat:

– Amaelle GUITON, animation du débat, journaliste
– Flo LAVAL, réalisateur du film « Les Gardiens du Nouveau Monde »
– Frédéric Bardeau, cofondateur de l’école de code Simplon
– Okhin, Hacktiviste
– CMAL, porte parole du parti pirate IDF

(youtube)

Publicités

Un ex-avocat de la NSA: la cyber-guerre se déroule entre les entreprises de haute technologie et le gouvernement américain

Stewart Baker sur scène au Sommet du Web à Dublin

Stewart Baker a déclaré qu’Apple et Google pourraient être en train de limiter leur activité dans des marchés comme la Chine et la Russie par le chiffrement des données des utilisateurs

The Guardian, Jemima Kiss, 4 novembre 2014

La bataille sur le cryptage des données de service des utilisateurs Internet a planté les entreprises technologiques américaines contre le gouvernement américain lui-même, a déclaré mardi l’ancien avocat général de la NSA, Stewart Baker.

Prenant la parole lors au Sommet du Web à Dublin, Baker a affirmé que les mouvements opérés par Google et Apple et d’autres afin de crypter les données de l’utilisateur étaient plus hostiles à la collecte occidentale de renseignements que pour la surveillance établie par la Chine ou la Russie.

« Le département d’Etat a financé certains de ces outils, tels que Tor, qui a été utilisé dans les révolutions du Printemps Arabe ou pour passer le pare-feu chinois, mais ces crypto-guerres opposent principalement le gouvernement américain et les entreprises américaines, » a-t-il dit dans une conversation avec l’éditeur des projets spéciaux, James Ball.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/technology/2014/nov/04/nsa-cyberwar-stewart-baker-cloudflare-snowden

L’American Civil Liberties Union (ACLU) publie les documents relatifs à l’Ordre Exécutif 12333 dans l’espionnage de la NSA

Ordre Exécutif 12333 – Recours en justice FOIA

L’ACLU, avec le Media Freedom Information Access Clinic (« MFIA ») à la Yale Law School, ont déposé une requête de Freedom of Information Act demandant au gouvernement de publier les informations sur son utilisation de l’Ordre Exécutif 12333 pour procéder à la surveillance des communications internationales des Américains.

Le décret, signé par le président Reagan en 1981 et modifié à plusieurs reprises depuis, est l’autorité invoquée par les agences de renseignement, y compris la NSA, pour procéder à la surveillance des étrangers en dehors des États-Unis. Selon des rapports récents, cependant, le gouvernement se fonde sur ce décret pour récupérer les communications internationales d’innombrables Américains. Par exemple, il collecte des milliards d’enregistrements par jour contenant les informations de localisation des téléphones mobiles, y compris les téléphones des Américains; pour récolter les carnets d’adresses des utilisateurs d’emails; et pour récupérer les informations des utilisateurs de Google et Yahoo, alors que cette information se déplace entre les centres de données de ces sociétés à l’étranger.

Cliquez ici pour une analyse des documents les plus récemment publiés

Un document déjà publié à l’ACLU est une version récente de  la Directive 18 du Renseignement des Signaux Américains, datée de 2011. L’USSID 18 – comme elle est communément appelée – régit la collecte des communications des Américains par la NSA, y compris issues d’une surveillance sur un sol étranger. Avant les révélations d’Edward Snowden, on en savait peu sur la façon dont la NSA a interprété son autorité en vertu de l’USSID 18. De nombreuses questions restent sans réponse même depuis ces révélations, mais une chose est claire: le gouvernement interprète l’USSID 18 pour lui permettre de récupérer les communications internationales des Américains sans aucune ordonnance de la cour et avec peu de supervision.

Les requêtes de l’ACLU cherchent des informations sur l’USSID 18 et d’autres protections supposées qui sont en place pour les Américains dont les communications sont prises au piège dans la surveillance menée dans le cadre du décret, et également pour savoir si ces protections sont adéquates et conformes à la Constitution.

DOCUMENTS PUBLIÉS

Publiés le 1er Juillet 2013:

Publiés le 18 Novembre 2013:

Publiés le 22 Septembre 2014:

DIA

FBI

NSA

OLC

Publiés le 22 Octobre 2014:

NSA

Source: https://www.aclu.org/national-security-technology-and-liberty/executive-order-12333-foia-lawsuit

Est-ce que Google vole vos idées?

Est-ce que Google scanne et vole des idées?
Gmail scanne le contenu de tous les messages envoyés ou reçus à son service…
… y compris les courriels provenant de comptes n’appartenant pas à Google
Gmail prétend qu’ils ne le font que pour créer de la publicité sur mesure…
… mais est-ce qu’ils scannent aussi les e-mails, afin qu’ils puissent voler vos idées?
Gmail compte plus de 500 millions d’utilisateurs, ce qui en fait le fournisseur de messagerie le plus utilisé
60% des entreprises de taille moyenne aux États-Unis et la plupart des nouvelles startups technologiques utilisent Gmail
Ce qui donne accès à Gmail aux idées des dirigeants technologiques de demain
Mais comment pourraient-ils voler depuis leurs clients?
Les comptes Google consolident toutes leurs données utilisateurs…
… Google Drive enregistre des copies de tous les documents téléchargés…
… Google Search enregistre vos termes de recherche pour dire ce que vous pensez…
… et Youtube surveille ce que vous regardez
Dans les termes de politique de Gmail, ils affirment que les utilisateurs « conservent la propriété de tous les droits de propriété intellectuelle »
Mais dans la phrase suivante, ils admettent que
« lorsque vous téléchargez du contenu vers ou à travers [leurs] services…
vous accordez à Google une licence mondiale pour utiliser [tel contenu] et créer des œuvres dérivées »
Cette licence se poursuit même si vous arrêtez d’utiliser [leur] services
Dans une requête découverte déposée par Google dans un tribunal fédéral…
Google déclare que les gens qui envoient des e-mails aux utilisateurs de Gmail…
… n’ont pas d’ « attente raisonnable » que leurs communications soient confidentielles
Eric Schmidt, président exécutif de Google, affirme…
« la politique de Google est d’arriver jusqu’à la ligne rouge et de ne pas la franchir « 
à ce jour, Google n’a pas enfreint les droits de ses usagers.

(youtube)

Que fait la NSA avec vos données?

La NSA est l’une des plus grandes agences de renseignement des États-Unis
Sa mission est de protéger les systèmes de sécurité des Etats-Unis
Les agents de la NSA font cela en collectant de renseignements, mais quelles sont exactement leurs cibles?
La NSA collecte les relevés téléphoniques de tous les citoyens américains et de plus d’un milliard de personnes dans le monde
En un mois seulement en 2013, ils ont recueilli 124,8 milliards d’éléments de données téléphoniques et 97,1 milliards de données informatiques
Ils interceptent les données privées et les images faciales de communication d’entreprises, y compris Google, Facebook et YouTube
En fait, ils peuvent enregistrer presque tout ce qu’un utilisateur fait sur Internet
La NSA a conclu des accords avec des sociétés technologiques telles que Microsoft…
Pour affaiblir leurs codes de cryptage ou installer un logiciel espion afin qu’ils puissent être infiltrés
Ce qui a rendu la majorité de l’internet vulnérable aux cyber-attaques
En 2010, un tribunal de la FISA a autorisé la NSA à espionner 193 pays et la banque mondiale
On a même trouvé qu’ils espionnent les alliés des États-Unis, la France et l’Allemagne
La NSA utilise les attaques du 11 septembre pour justifier la surveillance de masse…
… mais la NSA interceptait les appels entre ben Laden et al-Qaïda avant les attentats
Ils interprètent le Patriot Act pour dire que toutes les communications américaines sont considérées comme «pertinentes» dans une enquête sur le terrorisme
Malgré la surveillance téléphonique de masse, l'[ex] directeur-adjoint de la NSA John Inglis a admis qu’ils ont empêché un complot terroriste depuis le 11 septembre
L’objectif de la NSA est de décoder toutes les informations cheminant à travers les câbles de fibre optique dans le monde, au moment où cela arrive
Le lanceur d’alerte de la NSA William Binney croit que «le but ultime de la NSA est le contrôle total de la population»

(youtube)

Une agence encore plus secrète que la NSA: la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA)

L’agence est encore plus secrète que la NSA, la CIA et le FBI réunis (Russia Today).

Voir le site de la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA)

Un Etat dans l’Etat à une vitesse alarmante: Assange affirme que la NSA continue de croître

Interview de Julian Assange avec Afshin Rattansi sur la chaîne Russia Today

« Il y a maintenant six millions de personnes aux États-Unis détenant des autorisations de sécurité. C’est plus que la population de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, ou de l’Ecosse. C’est en effet un Etat dans l’Etat. Pourquoi est-ce un Etat dans l’Etat? Parce que les gens qui ont les autorisations de sécurité ont des lois supplémentaires auxquelles ils sont censés obéir. C’est extrêmement inquiétant [en ce] moment, si l’on remonte à 2010, où à l’époque le chiffre était de 2,5 millions. Il y a donc eu plus d’un doublement de la taille de l’État de sécurité nationale aux États-Unis en seulement 4-5 ans. « 

Lire l’article: http://rt.com/news/189764-assange-nsa-google-interview/

Exclusif: des emails révèlent les relations étroites de Google avec la NSA

Al Jazeera, 6 mai 2014, Jason Leopold

nsa3Les échanges d’emails entre le directeur de l’Agence nationale de sécurité [NSA], le général Keith Alexander, et les dirigeants de Google, Sergey Brin et Eric Schmidt, suggèrent une relation de travail beaucoup plus confortable entre certaines entreprises de haute technologie et le gouvernement des États-Unis, que ce qui avait été suggéré par les personnalités de la Silicon Valley après les révélations de l’année dernière sur l’espionnage de la NSA.

Les révélations fournies par l’ancien contracteur de la NSA, Edward Snowden, sur la vaste capacité de l’agence pour espionner les communications électroniques des Américains ont poussé un certain nombre de cadres de haute technologie dont les entreprises ont coopéré avec le gouvernement à insister qu’ils l’avaient fait uniquement s’ils y étaient contraints par une cour de justice.

Mais Al-Jazeera a obtenu deux séries d’emails datant d’il y a un an, avant que Snowden ne soit devenu un nom ordinaire, qui suggèrent que les coopérations n’étaient pas toutes faites sous pression.

Lire la suite: http://america.aljazeera.com/articles/2014/5/6/nsa-chief-google.html

Consulter les emails révélés par Al-Jazeera: http://www.documentcloud.org/documents/1154294-nsa-google.html#document/p1