« Le business de la guerre »: les employés de Google protestent contre le travail pour le Pentagone

New York Times, Par SCOTT SHANE et DAISUKE WAKABAYASHI, le 4 avril 2018

WASHINGTON – Des milliers d’employés de Google, dont des dizaines d’ingénieurs, ont signé une lettre pour protester contre l’implication de l’entreprise dans un programme du Pentagone utilisant l’intelligence artificielle pour interpréter des images vidéo et améliorer le ciblage des frappes de drones.

La lettre, qui circule au sein de Google et a recueilli plus de 3.100 signatures, reflète un conflit culturel entre la Silicon Valley et le gouvernement fédéral qui est susceptible de s’intensifier à mesure que l’intelligence artificielle de pointe sera de plus en plus utilisée à des fins militaires.

(Lire le texte de la lettre.)

« Nous pensons que Google ne devrait pas être impliqué dans le business de la guerre », indique la lettre adressée à Sundar Pichai, le directeur général de la société. La lettre demande à Google de se retirer du projet pilote du Pentagone, Project Maven, et d’annoncer une politique dans laquelle il ne «construira jamais de technologie de guerre».

Ce genre de position idéaliste, bien que certainement non partagée par tous les employés de Google, vient naturellement à une société dont la devise est «Ne faites pas le mal», une expression invoquée dans la lettre de protestation. Mais cela est clairement étranger à l’énorme industrie de la défense de Washington et certainement au Pentagone, où le secrétaire à la défense, Jim Mattis, a souvent déclaré qu’un objectif central était d’accroître la «létalité» de l’armée américaine.

Dès ses débuts, Google a encouragé les employés à s’exprimer sur les problèmes impliquant l’entreprise. Il fournit des forums de discussion internes et des réseaux sociaux où les travailleurs mettent en question la gestion et se défient les uns les autres sur les produits et les politiques de l’entreprise. Récemment, le débat houleux autour des efforts de Google pour créer une main-d’œuvre plus diversifiée s’est révélé dans la transparence.

Les employés de Google ont fait circuler des pétitions de protestation sur une série de questions, y compris concernant Google Plus, le concurrent à la traîne de la société Facebook, et le parrainage par Google de la Conférence d’action politique conservatrice.

Les employés ont soulevé des questions au sujet de la participation de Google au projet Maven lors d’une récente réunion à l’échelle de l’entreprise. À l’époque, Diane Greene, qui dirige les activités d’infrastructure cloud de Google, a défendu l’accord et a cherché à rassurer les employés concernés. Un porte-parole de l’entreprise a déclaré que la plupart des signatures de la lettre de protestation avaient été recueillies avant que la société ait eu l’occasion d’expliquer la situation.

La compagnie a, par la suite, décrit son travail concernant le projet Maven comme «non offensif» par nature, bien que l’analyse vidéo du Pentagone soit couramment utilisée dans les opérations de contre-insurrection et de contre-terrorisme, et les publications du ministère de la Défense indiquent clairement que le projet soutient ces opérations. Google et le Pentagone ont tous deux déclaré que les produits de la société ne créeraient pas de système d’armes autonomes capable de tirer sans un opérateur humain, une possibilité très controversée utilisant l’intelligence artificielle.

Mais une meilleure analyse de la vidéo des drones pourrait être utilisée pour sélectionner des cibles humaines pour les frappes, tout en identifiant mieux les civils afin de réduire le nombre de victimes innocentes.

Sans se référer directement à la lettre à M. Pichai, Google a déclaré dans un communiqué, mardi, que « toute utilisation militaire de l’apprentissage automatique soulève des préoccupations valables. » Il a ajouté: « Nous sommes activement engagés à travers l’entreprise dans une discussion approfondie de ce sujet important. » L’entreprise a qualifié ces échanges d ‘«extrêmement importants et bénéfiques», bien que plusieurs employés de Google familiers avec la lettre n’en aient parlé que sous couvert d’anonymat, affirmant qu’ils étaient préoccupés par des représailles.

Selon le communiqué, la partie du projet Maven qui visait l’entreprise était « spécifiquement définie pour des buts non-offensifs », bien que les responsables aient refusé de mettre à disposition le langage pertinent du contrat. Le département de la Défense a déclaré que, parce que Google est un sous-traitant du Project Maven pour l’entrepreneur principal, l’ECS Federal, il ne pouvait pas fournir le montant ou la langue du contrat de Google. L’ECS Federal n’a pas répondu aux demandes de renseignements.

Google a déclaré que le Pentagone utilisait un « logiciel de reconnaissance d’objets open-source disponible pour tout client de Google Cloud » et basé sur des données non classifiées. « La technologie est utilisée pour signaler des images à des fins de revue humaine et vise à sauver des vies et à éviter aux gens d’avoir à faire un travail très fastidieux », a déclaré la compagnie.

Certains des plus hauts dirigeants de Google ont des liens importants avec le Pentagone. Eric Schmidt, ancien président exécutif de Google et toujours membre du directoire d’Alphabet, la société mère de Google, est membre d’un organe consultatif du Pentagone, le Defense Innovation Board, ainsi qu’un vice-président de Google, Milo Medin.

Dans une interview en novembre, M. Schmidt a reconnu « une préoccupation générale de la part de la communauté technologique dans une certaine utilisation par le complexe militaro-industriel de leurs trucs pour tuer les gens de manière incorrecte, si vous voulez. » Il a dit qu’il a siégé au conseil « pour au moins permettre que la communication se fasse » et a suggéré que l’armée « utiliserait cette technologie pour assurer la sécurité du pays ».

Lire la suite: https://www.nytimes.com/2018/04/04/technology/google-letter-ceo-pentagon-project.html

William Binney, lanceur d’alerte de la NSA, qualifie le rapport américain qui accuse la Russie de « blague »

William Binney est interviewé sur RT

William Binney, lanceur d’alerte de la NSA, a déclaré dans une interview que les services secrets américains qui ont publié le rapport de l’ODNI [Bureau du directeur du renseignement national] sur l’ingérence russe « devinent [les informations], ce qui signifie qu’ils ont perdu la discipline professionnelle du renseignement » et qu’on ne peut les croire. Dans le contexte des dernières semaines de la présidence d’Obama, il a déclaré que cela crée aussi un problème pour le futur président Trump qui va devoir résoudre cette difficulté.

Ancien employé de la NSA, William Binney a l’avantage d’avoir un regard interne sur le travail des services de renseignement américains, puisqu’il a lui-même travaillé à la NSA [National Security Agency] pendant 30 ans. L’analyste a ajouté que le renseignement américain est aujourd’hui utilisé « à des fins politiques de diverses manières, et qu’au lieu de chercher la vérité et des preuves concrètes, les services de renseignement collectent des millions de données mais ont toujours autant de mal à comprendre et analyser ce qui se trouve dans ces données ».

De plus en plus de données sont stockées par les Etats-Unis, et de plus en plus de datacenters sont construits, mais la quantité des données ne signifie pas que les services de renseignement sont capables de donner une information de meilleure qualité, là où un travail d’analyse est nécessaire pour comprendre ces informations qui sont collectées dans le monde entier. « Les données ne sont pas le renseignement, et c’est le processus qu’ils sont en train de perdre », conclut William Binney, en évoquant la qualité médiocre du rapport américain.

Lire le rapport de l’ODNI sur l’ingérence russe: https://www.dni.gov/files/documents/ICA_2017_01.pdf

CC-BY-SA

Vidéo: Russia Today

Un personnage lié à WikiLeaks dit qu’un démocrate « dégoûté » a fuité les emails de la campagne Clinton

Washington Times, Dave Boyer, 14/12/2016

craigmurray_c0-194-1234-913_s885x516Un personnage lié à WikiLeaks prétend qu’il a reçu les emails de la campagne Clinton d’un lanceur d’alerte démocrate « dégoûté », tandis que la Maison Blanche a continué d’accuser des hackers russes, mercredi, de s’être mêlés aux élections présidentielles et a affirmé que Donald Trump était « évidemment conscient » des efforts de Moscou en son nom.

Craig Murray, ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan et associé proche du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré dans un article du Daily Mail qu’il avait pris l’avion pour Washington pour un transfert clandestin avec l’une des sources des emails, en septembre.

Il a dit avoir reçu un paquet dans une zone boisée près de l’université américaine. »Aucune [des fuites] ne vient des Russes », a déclaré M. Murray au journal britannique. « La source avait un accès légal à l’information. Les documents provenaient de fuites internes, pas de piratages ».

Lire la suite: http://www.washingtontimes.com/news/2016/dec/14/craig-murray-says-source-of-hillary-clinton-campai/

Les 101 choses que nous avons apprises des emails Podesta de WikiLeaks

Zero Anthropology, 08/11/2016

800px-map_of_usa_with_county_outlines_wikimediaLes électeurs américains ont eu une occasion rare, voire sans précédent, de se pencher sur les mécanismes internes d’une campagne électorale et d’une fondation, tel que présentés par les initiés eux-mêmes. Le fait d’avoir ce privilège a motivé un chroniqueur à affirmer que: « Ceux qui votent pour Hillary Clinton, défendent Clinton et soutiennent Clinton sans lire l’information rapportée par WikiLeaks ne sont intellectuellement pas différents de ceux qui critiquent la science du climat sans jamais avoir lu la science » (Denver Post, 02/11/2016). Quand l’accès aux « élites du pouvoir » est habituellement refusé à quasiment n’importe qui, grâce à WikiLeaks ceci est maintenant accordé à pratiquement tout le monde.

Ce qui suit est une liste des 101 histoires qui ont attiré mon attention pendant le mois de la publication des emails Podesta, publiés par WikiLeaks. Y a-t-il seulement 101 choses à apprendre? Il y en a probablement des milliers d’autres — ce n’est en aucun cas un compte complet, mais plutôt un instantané personnel. Idéalement, on lirait chaque email individuel, et on essayerait de les assembler dans de plus grands modèles pour former un tableau plus large. Ce serait aussi un travail très fastidieux. Je n’ai probablement pas lu plus de 20% de la masse totale des emails — et même ainsi, regardez ce que nous avons trouvé. Ma méthode pour produire cette vue d’ensemble a impliqué une certaine triangulation: ma propre lecture des emails, ajoutée aux principales conclusions publiées par WikiLeaks à travers son compte Twitter, en plus de la couverture médiatique par le peu de journalistes ayant un intérêt dédié. Bien sûr, même une lecture complète ne révélerait pas tout: toutes les communications entre ces initiés n’a pas été faite par courrier électronique. On peut imaginer qu’il y aurait eu beaucoup plus de choses dites en face à face, aux déjeuners, dîners et réunions du conseil d’administration, sans parler de ce qui a été dit au téléphone.

Lire la suite: https://zeroanthropology.net/2016/11/08/101-things-we-learned-from-wikileaks-podesta-emails/

C’est confirmé: des agents du renseignement américain ont divulgué les emails de la campagne Clinton, pas la Russie

021116emailsDes initiés tentent de sauver l’Amérique d’une présidence d’Hillary

Infowars, Paul Joseph Watson et Alex Jones, 02/11/2016

Il est maintenant clair, venant de nombreuses sources, que le piratage Podesta ayant conduit Wikileaks à publier des dizaines de milliers d’emails de la campagne Clinton, ainsi que d’autres piratages ciblant le Parti démocrate, ont été le travail d’agents du renseignement américain tentant de sauver l’Amérique d’une présidence Clinton.

La campagne Clinton a plusieurs fois insinué que des agents russes étaient responsables de la divulgation des emails, mais la réalité est bien différente.

Les hackers étaient des individus préoccupés qui étaient alarmés par la corruption rampante d’Hillary Clinton et par la mauvaise gestion des documents classifiés dès 2009, lorsque les responsables de l’Administration nationale des Archives et des Registres (NARA) ont pris connaissance des violations de procédures de tenue de dossiers au Département d’Etat sous la Secrétaire Clinton.

Les sources qui ont parlé en privé à Alex Jones, mais qui ne veulent pas être nommées, ont confirmé que les agents du gouvernement et du renseignement ont travaillé en tandem pour fournir à l’organisation de Julian Assange les emails Podesta.

Cette [version] est soutenue par l’ancien ambassadeur britannique Craig Murray, qui a été informé par des personnes internes à la sécurité que la fuite d’emails « vient de l’intérieur des cercles officiels de Washington DC. »

Lire la suite: http://www.infowars.com/confirmed-us-intel-operatives-leaked-clinton-campaign-emails-not-russia/

Source: https://twitter.com/PrisonPlanet/status/793841161982980096

« Le financement du terrorisme », le cas de la CIA et du Qatar (conférence-débat)

« Terrorisme, argent et services secrets : le cas de la CIA et du Qatar », par Maître Élie Hatem, Avocat à la Cour, enseignant à la Faculté Libre de Droit et d’Économie de Paris. (youtube)

Voir les autres extraits de la conférence: https://www.youtube.com/channel/UCoM2foCdexbxGoCwUA5_g-w/videos

Un nouveau scandale d’espionnage expose la corruption du renseignement privé

The Nation, par Tim Shorrock, le 14/10/2016

nsa_marylandLa récente arrestation d’un employé de Booz Allen Hamilton sur des accusations de vol de codes de piratage venant de la National Security Agency a mis en lumière la vaste privatisation du renseignement américain et les relations confortables entre les contracteurs et leurs superviseurs au gouvernement.

Comme relaté la semaine dernière, Harold Thomas Martin III, un expert en informatique de 51 ans qui travaillait pour Booz Allen Hamilton, a été arrêté le 27 août par le FBI après que les enquêteurs ont fouillé son domicile à Glen Burnie, dans le Maryland, et trouvé un cache de matériel classifié qu’il avait volé. Martin a été arrêté 3 ans après qu’un autre contracteur de Booz Allen Hamilton, Edward Snowden, avait divulgué des milliers de documents de la NSA révélant les détails du système mondial de surveillance de masse de l’agence.

Lire la suite: https://www.thenation.com/article/a-new-spy-scandal-exposes-the-corruption-of-privatized-intelligence/

Lire la plainte pénale déposée par le FBI contre le contracteur du gouvernement, Harold Thomas Martin III

Le contracteur du gouvernement, Harold Thomas Martin III, 51 ans, a été arrêté et accusé de vol de biens du gouvernement et de retrait non autorisé et rétention de matériels classifiés [document daté du 29/08/2016]

Document mis en ligne sur le Washington Post: http://apps.washingtonpost.com/g/documents/national/read-the-criminal-complaint-filed-against-government-contractor-harold-thomas-martin-iii/2174/

Plainte criminelle contre le contracteur de la NSA, Harold Martin, mis en ligne par le NYT: https://www.documentcloud.org/documents/3123427-Harold-Martin-NSA.html et https://assets.documentcloud.org/documents/3123427/Harold-Martin-NSA.pdf

Un contracteur de la NSA, Harold Thomas Martin, pourrait faire face à des accusations d’espionnage pour 50TB de « codes volés »

BoingBoing, par Xeni Jardin, le 20/10/2016

nsa_marylandUn ancien contracteur de Booz Allen Hamilton qui a travaillé avec la National Security Agency [NSA] devrait faire face à des accusations d’espionnage dans une affaire impliquant 50 téraoctets ou plus de données très sensibles de la NSA, que le gouvernement affirme avoir été volées.

Les avocats fédéraux ont déclaré jeudi qu’ils vont poursuivre Harold Thomas Martin pour avoir volé des informations classifiées sous la même loi utilisée pour inculper Edward Snowden. Les personnes condamnées en vertu de la loi sur l’espionnage font face à des sanctions particulièrement sévères qui peuvent inclure des peines de prison allant jusqu’à 10 ans sur chaque chef d’accusation.

Harold Thomas Martin était-il un collectionneur compulsif de données dont les faibles pratiques de sécurité ont conduit au vol criminel des armes cybernétiques de la NSA dans le piratage des « Shadow Brokers »? Martin a-t-il été sciemment impliqué dans cet effort criminel? Pas de réponses claires pour le moment, mais ces questions pourraient bien faire l’objet d’un procès à venir.

De Reuters:

Harold Thomas Martin a passé plus de deux décennies à dérober des informations classifiées de plusieurs organismes gouvernementaux, ont déclaré les procureurs fédéraux dans un nouveau dépôt effectué auprès du tribunal de district des Etats-Unis à Baltimore. Ils devraient porter des accusations qui comprennent des violations de la loi sur l’espionnage, selon le dépôt.

La quantité de données volées est estimée à au moins cinquante téraoctets [50TB], assez pour remplir des dizaines de disques durs, ont déclaré les procureurs, en ajoutant que la conduite criminelle présumée « est à couper le souffle dans sa longévité et son échelle ». Certains responsables ont dit que la mine peut atteindre le plus grand hold-up de l’information gouvernementale classée dans l’histoire.

Un avocat représentant Martin n’a pas été immédiatement disponible pour faire un commentaire.

Parmi le matériel prétendument volé par Martin, était inclus un document top secret qui contenait des « plans opérationnels spécifiques contre un ennemi connu des États-Unis et de leurs alliés », ont déclaré les procureurs.

Les responsables américains ont annoncé dans une plainte plus tôt ce mois-ci que Martin, 51 ans, a été arrêté dans le Maryland en août et accusé de crime de vol de matériel classifié du gouvernement. Aucun motif n’a été avancé.

Et d’un profil antérieur de Martin sur Daily Beast:

L’officier de marine retraité, arrêté pour avoir retiré des informations hautement classifiées de la National Security Agency, a travaillé avec les hackers informatiques d’élite de l’organisation, qui se spécialisent dans l’utilisation de codes d’ordinateur pour pénétrer les systèmes de nations étrangères, selon un ancien collègue et le CV en ligne de l’individu.

Harold Thomas Martin, III, appelé Hal, a également été inscrit à un programme de doctorat à l’Université du Maryland, Baltimore County. L’université a un partenariat avec la NSA, dans lequel l’agence contribue au développement de programmes pour l’école et les employés de l’agence peuvent prendre des cours là-bas.

Martin a travaillé avec l’unité d’Opérations d’accès sur mesure [TAO] de la NSA, ont dit au Daily Beast des sources ayant une connaissance de sa formation. Dans son CV LinkedIn, Martin dit qu’il a travaillé comme « conseiller en ingénierie cybernétique » en soutien à « diverses cyber-initiatives liées » dans le département de la défense et la communauté du renseignement.

Source: http://boingboing.net/2016/10/20/nsa-contractor-harold-thomas-m.html

La révélation la plus importante de WikiLeaks ne concerne pas Hillary Clinton

Ce que les emails de John Podesta datés de 2008 révèlent sur la manière dont le pouvoir s’exerce au Parti démocrate.

New Republic, par David Dayen, le 14/10/2016

La révélation la plus importante dans le lot WikiLeaks des emails de John Podesta n’a rien à voir avec Hillary Clinton. Les messages font le retour inverse jusqu’en 2008, lorsque Podesta servait en tant que co-président de l’équipe de transition du président élu Barack Obama. Et un mois avant l’élection, le personnel clé pour cette future administration était presque entièrement en place, révélant que certaines des décisions les plus cruciales d’une administration peuvent se produire bien avant qu’un vote ait été exprimé.

Michael Froman, qui est maintenant le représentant au commerce des Etats-Unis, mais qui à l’époque était un dirigeant de Citigroup, a écrit un email à Podesta le 6 octobre 2008, avec pour objet « Les Listes ». Froman a utilisé une adresse email Citigroup. Il a joint trois documents: une liste des femmes pour des emplois administratifs supérieurs, une liste de candidats non-blancs, et une description générale des 31 postes au niveau du cabinet et qui les occuperait. « Les listes continueront de croître », écrit Froman à Podesta, « mais ce sont les noms à ce jour qui semblent venir tel que recommandés par diverses sources pour des emplois de haut niveau ».

La liste du cabinet a fini par répondre presque entièrement aux besoins. Celle-ci a correctement identifié Eric Holder pour le ministère de la Justice, Janet Napolitano à la Sécurité intérieure, Robert Gates à la Défense, Rahm Emanuel comme chef de cabinet, Peter Orszag pour le Bureau de la gestion et du budget, Arne Duncan pour l’éducation, Eric Shinseki aux Anciens combattants, Kathleen Sebelius pour la santé et les services humains, Melody Barnes pour le Conseil de la politique intérieure, et plus encore. Pour le Trésor, trois possibilités étaient sur la liste: Robert Rubin, Larry Summers et Timothy Geithner.

C’était le 6 octobre. L’élection n’était que le 4 novembre. Et pourtant Froman, un dirigeant de Citigroup, qui allait devenir le récipiendaire du plus grand plan de sauvetage du gouvernement fédéral pendant la crise financière, avait tracé pratiquement l’ensemble du cabinet Obama, un mois avant que les votes soient comptés. Et selon les emails Froman/Podesta, les listes flottaient dans les alentours, même bien avant.

Lire la suite: https://newrepublic.com/article/137798/important-wikileaks-revelation-isnt-hillary-clinton

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives