Les tests relayés par Greenpeace sur la dangerosité des produits toxiques contenus dans les ordinateurs portables toujours d’actualité en 2016?

21 August 2006 - Hatherly Lab, Exeter, UK Image shows dismantling of laptops to enable testing of individual components and materials for a range of hazardous substances as part of a Greenpeace study ‘Toxic Chemicals in Computers Exposed’ that revealed the presence of toxic substances in five well-known brand laptops, with HP and Apple having the highest contamination levels. ©Greenpeace/Rose

21 August 2006 – Hatherly Lab, Exeter, UK
Image shows dismantling of laptops to enable testing of individual components and materials for a range of hazardous substances as part of a Greenpeace study ‘Toxic Chemicals in Computers Exposed’ that revealed the presence of toxic substances in five well-known brand laptops, with HP and Apple having the highest contamination levels.
©Greenpeace/Rose

Zoom: Démontage d’un ordinateur portable avant l’essai sur les produits chimiques toxiques.

Greenpeace.org, 18 septembre 2006

Certains des ordinateurs portables les plus connus sont contaminés par certains des pires produits chimiques toxiques. Parmi les cinq grandes marques, nous avons testé Hewlett-Packard et les ordinateurs portables d’Apple qui ont montré les pires niveaux de contamination.

Un laboratoire danois indépendant a testé la présence de plusieurs produits chimiques toxiques, y compris les retardateurs de flamme bromés (RFB), le plastique polychlorure de vinyle (PVC), et en a même conduit sur de nouveaux ordinateurs portables des cinq principaux fabricants mondiaux (Acer, Apple, Dell, HP, Sony). Les ordinateurs portables d’HP et Apple contenaient les plus hauts niveaux de contamination.

Nous avons fait pression sur les entreprises électroniques de premier plan pour abandonner les produits chimiques toxiques en faveur d’alternatives plus sûres. Les tests d’ordinateurs portables révèlent si Ies entreprises répondent aux belles paroles écologiques avec de l’action réelle.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.greenpeace.org/international/en/news/features/hp-apple-toxic-laptops180906/

Voir l’étude publiée par Greenpeace: http://www.greenpeace.org/international/en/publications/reports/laptopreport2/ (pdf: http://www.greenpeace.org/international/Global/international/planet-2/report/2007/10/laptopreport2.pdf)

Sur le même sujet: http://www.nextinpact.com/archive/39619-PC-portables-encore-toxiques-etude-greenpeac.htm et http://www.liberation.fr/terre/2008/09/26/mac-pro-le-pepin-toxique-pour-apple_24661

Publicités

Les SpyCables déchiffrés: Épisode Un

Al Jazeera, 27 février 2015

Les SpyCables ont fait les titres de l’actualité dans le monde entier – et ont été décrits comme massifs et sans précédent dans les journaux d’aussi loin que la Chine comme en Amérique du Sud.

LES SPYCABLES

Une fuite de centaines de documents secrets du renseignement [provenant] des agences du monde entier, offrant un aperçu sur le monde trouble de l’espionnage. L’Unité d’Enquête d’Al Jazeera publie une sélection de documents et des histoires qu’ils contiennent.

La preuve que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a induit en erreur les Nations Unies comme informations importantes dans un certain nombre de pays. Le désir de la CIA de discuter avec le Hamas; la surveillance du responsable de Greenpeace; un complot visant à tuer le chef de l’Union africaine; tout a retenu l’attention mondiale.

Dans la première des deux émissions, nous évaluons l’impact de la publication par Al Jazeera de centaines de documents classifiés – allant de confidentiels à top secret – la fuite la plus vaste de documents du renseignement jamais publiée.

Présentateur: David Foster

Invités:

David Maynier, à Cape Town – Membre du Parlement sud-africain et ministre adjoint dans l’opposition [chargé] de la Sécurité d’Etat.

Justice Malala, à Johannesburg – analyste politique

Ferial Haffajee, sur le plateau – éditrice de l’hebdomadaire sud-africain, The City Press

Source: http://www.aljazeera.com/programmes/2015/02/spy-cables-decoded-episode-1-leaks-150227132927972.html

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #3: Le gouvernement tente de ruiner ma réputation

La vérité: Le COINTELPRO [Counter Intelligence Program] du FBI l’a fait pendant une durée de 15 ans.

Martin Luther King

Le FBI n’a jamais été un fan de critiques. Au cours du deuxième Red Scare [Peur Rouge], le Bureau a combattu les dissidents, en lançant un programme secret appelé COINTELPRO. Sa mission? « Exposer, perturber, détourner, discréditer, ou sinon neutraliser » les personnes et les groupes rebelles.

Sous COINTELPRO, le FBI a supervisé 2000 opérations de diffamation subversive. Les agents ont mis sur écoute les téléphones, fabriqué des faux documents, et planté de faux rapports pour créer une image publique négative des dissidents. Le COINTELPRO a ciblé des groupes haineux comme le KKK [Ku Klux Klan], mais il a aussi continué à surveiller étroitement la «nouvelle gauche», comme les manifestants pour les droits civiques et les activistes des droits des femmes. Il a surveillé Muhammad Ali, Malcolm X, John Lennon, et Ernest Hemingway.

Peu, cependant, ont été surveillés d’aussi près que Martin Luther King Jr. Après que MLK prononça son fameux discours « I Have a Dream », ce mémo flottait dans les bureaux du FBI:

« A la lumière du puissant discours démagogique d’hier de King, il est tête et épaules au-dessus de tous les autres leaders noirs mis ensemble quand il s’agit d’influencer les grandes masses de Noirs. Nous devons le marquer maintenant, si nous ne l’avons pas fait avant, comme étant le Noir le plus dangereux de l’avenir dans ce pays du point de vue du communisme, du noir, et de la sécurité nationale ».

King est devenu un ennemi non officiel de l’Etat. Les agents ont suivi chacun de ses mouvements, en effectuant une «analyse complète des voies d’approche visant à neutraliser King comme un chef de file Noir efficace. » Quand une écoute téléphonique a révélé une liaison extraconjugale de King, le FBI lui a envoyé une lettre anonyme, en lui prédisant qu’une menace était dans son avenir. « Vous êtes une fraude colossale et un mal, vicieux à cela», dit la lettre. Un mois plus tard, MLK a accepté le prix Nobel de la paix.

Le COINTELPRO a fermé en 1971, bien que le FBI ait continué à surveiller certains groupes. Dans les années 1990, il a surveillé PETA et mis les membres de Greenpeace sur sa liste de surveillance terroriste.

Source: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

Ralph Nader: Les entreprises espionnent en toute impunité les organisations à but non lucratif

Par Ralph Nader, 22 août 2014

Greenpeace_Arctic_Sunrise_Amsterdam_IMO_7382902Voici un sale petit secret que vous ne verrez pas dans les journaux: les entreprises exercent l’espionnage contre des organisations américaines à but non lucratif, sans crainte d’être traduits en justice.

Oui, cela signifie l’utilisation d’un grand éventail de techniques d’espionnage et d’indiscrétions, y compris la surveillance électronique planifiée, les écoutes téléphoniques, la guerre de l’information, l’infiltration, la fouille des poubelles et bien plus encore.

Les preuves abondent.

Par exemple, il y a six ans, à l’appui de nombreuses preuves documentaires, James Ridgeway a écrit dans Mother Jones au sujet d’un important système d’espionnage d’entreprise par Dow Chemical axé sur Greenpeace et d’autres défenseurs de l’environnement et des produits alimentaires.

Greenpeace avait lancé une campagne efficace contre l’utilisation par Dow de chlore pour fabriquer du papier et du plastique. Dow s’inquiétait et a finalement désespéré.

L’article de Ridgeway et les révélations ultérieures ont produit de surprenantes informations sur la façon dont les enquêteurs privés de Dow, de la firme Beckett Brown International (BBI), ont embauché:

• Un agent de police DC en congé qui a eu accès à des bennes à ordures de Greenpeace au moins 55 fois;
• une société appelée NetSafe Inc., gérée par d’anciens employés de l’Agence de sécurité nationale (NSA), experts en intrusion informatique et en surveillance électronique; et,
• une société appelée TriWest Investigations, qui a obtenu des enregistrements téléphoniques des employés et des contracteurs de Greenpeace. Les notes de la BBI à ses clients contiennent des citations textuelles qu’ils attribuent à des employés spécifiques de Greenpeace.

En utilisant cette information, Greenpeace a déposé une poursuite contre Dow Chemical, les sociétés de relations publiques Ketchum Dow et Dezenhall Resources, et d’autres, alléguant l’intrusion sur la propriété de Greenpeace, l’invasion de la vie privée par intrusion et le vol de documents confidentiels.

Lire la suite: http://www.huffingtonpost.com/ralph-nader/corporations-spy-on-nonpr_b_5701894.html

Les problèmes de pollution nucléaire, conséquences de la guerre en Irak

Greenpeace in IrakPhoto: Des militants Greenpeace marquent un site hautement radioactif à l’extérieur d’une école avec des avertissements en arabe. Le site référencé comme 3000 fois plus élevé que le fond.

Greenpeace International, « Un voyage en Irak »

Contexte – 10 avril 2006

L’installation de recherche nucléaire à Tuwaitha

Construite dans les années 1960, l’installation de recherche nucléaire à Tuwaitha est un complexe de plus de 100 bâtiments répartis sur un site de 35 miles carré [56 km2], situé à 18 km SSE [sud-sud-est] de Bagdad. Il était considéré comme le cœur du programme d’armement nucléaire de l’Irak. Les activités passées sur le site ont inclu plusieurs réacteurs de recherche, la séparation du plutonium et le traitement des déchets, la métallurgie de l’uranium, le développement d’initiateurs de neutrons et le travail sur le nombre de méthodes d’enrichissement d’uranium.

Après la guerre du Golfe de 1991, l’AIEA a supprimé tous les stocks connus d’armes irakiennes de matières nucléaires utilisables, conformément aux dispositions de la Résolution 687 du Conseil de sécurité de l’ONU. Toutes les autres matières radioactives, y compris l’uranium, ont été stockées dans des barils étanches à Tuwaitha et ont été vérifiées une fois par an par l’AIEA, selon les termes du Traité de non-prolifération nucléaire. L’AIEA a déclaré qu’en décembre 2002, 500 tonnes de « yellowcake » et 1,8 tonnes d’uranium faiblement enrichi sont restés à Tuwaitha, et des centaines d’autres, de sources industrielles hautement radioactives étaient encore dans le pays.

Le problème

Quand l’Irak est tombé sous le contrôle des États-Unis, le 9 avril 2003, les puissances occupantes n’ont pas réussi à sécuriser correctement Tuwaitha et d’autres sites nucléaires. Les forces d’occupation ont également échoué à procéder à un inventaire des matériaux sur n’importe lequel des sites.

Juste un jour plus tard, le 10 avril [2003], la porte d’une zone de stockage à Tuwaitha a été trouvé avec une brèche. Les forces américaines ont été réclamées par l’AIEA pour garantir la sécurité de l’installation de stockage peu de temps après le 11 avril [2003], mais le 3 mai, lorsque les forces américaines ont mené une surveillance du site, ils laissaient encore des dizaines de « travailleurs » entrer et prendre tout ce qu’ils voulaient. Sept sites liés au programme nucléaire de l’Irak ont été visités par les équipes de programmes nucléaires spéciaux du Pentagone depuis la fin de la guerre, et tous ont montré des signes de «pillage».

Les résidents vivant à proximité de Tuwaitha auraient pris des barils de matières nucléaires, appelées « yellowcake », et autres contenants, parce qu’ils en ont besoin pour conserver les aliments, l’eau, le lait et le yaourt. Ils ne savaient pas que les barils étaient radioactifs et toxiques, et qu’ils s’exposaient à de graves risques. Des témoins rapportent avoir vu des gens transportant des conteneurs et vider le contenu faiblement radioactif dans le sol ou dans les approvisionnements locaux en eau. Les signes d’avertissement destinés à la communauté locale ont été limités et rédigés uniquement en anglais. Une partie du matériel volé est maintenant retourné à la mosquée voisine où il est stocké, mais n’a pas été contenu.

Les médecins locaux sont préoccupés par le fait que les gens montrent des signes de maladie suite aux rayons, comme des saignements et des vomissements. Le Dr. Jaafar Nasser Souhayb, qui dirige l’une clinique à proximité, a déclaré que, sur une période de cinq jours, il a traité environ 20 patients du quartier près de Tuwaitha pour des symptômes similaires: essoufflement, nausées, saignements de nez graves, éruptions cutanées avec démangeaisons. [Le médecin] Suhayb craint que les résidents souffrent d’un empoisonnement suite au rayonnement, parce que plusieurs des symptômes sont compatibles avec ceux du syndrome d’irradiation aiguë.

L’expédition de Greenpeace

Nous sommes allés en Irak en juin 2003 pour examiner l’environnement local et évaluer l’ampleur de la contamination nucléaire. L’équipe a pris des échantillons du sol et de l’eau pour des analyses en laboratoire et effectué une surveillance sur place avec un équipement spécial de détection des radiations. Tandis que l’ampleur de l’enquête radiologique de Greenpeace était complète, cela a donné une idée du véritable niveau de risque pour les gens de la région et pour l’environnement.

Source: http://www.greenpeace.org/international/en/campaigns/peace/say-no-to-war-and-yes-to-peace/trip-to-iraq/

Révélation WikiLeaks: l’industrie pétrolière se prépare pour la plus importante campagne environnementale jamais connue

Hey, Big Oil-Go Frack Yourself!

MichelCollon.info, 15 décembre 2013

WikiLeaks, la plateforme des lanceurs d’alerte, a dévoilé récemment une série de documents qui révèlent à quel point les compagnies pétrolières se sentent acculées par les activistes. Les experts pensent que l’opposition aux projets dangereux pour l’environnement, notamment l’exploitation des sables bitumeux, pourrait à terme devenir la plus grande campagne pour l’environnement de tous les temps. Ces révélations éclairent les méthodes mises des multinationales pour appréhender la résistance (subdivisée en catégories allant de « réaliste » à « radicale »).

Alors que durant plusieurs décennies, les entreprises pétrolières et gazières ont pu jouir d’une certaine liberté de mouvement, elles doivent depuis quelques années faire face à une contestation toujours plus importante. Les multinationales impliquées dans le très controversé oléoduc Keystone-XL s’estiment d’ailleurs à ce point menacées par les activistes qu’elles encouragent leurs départements de relations publiques et de conseil à s’armer contre la critique.

La plus vaste campagne de défense de l’environnement jamais connue

Rendu public par WikiLeaks, le document « Oil Sands Market Campaigns«  de la société Strategic Forecasting est une présentation destinée à avertir les grands groupes pétroliers qu’en cas de contre-offensive tardive, l’hostilité à l’égard des activités du secteur pourrait se cristalliser dans la plus remarquable campagne pour l’environnement à laquelle ces grands groupes furent jamais confrontés. Bien qu’elle nie avoir sollicité les services de Strategic Forecasting, la société canadienne Suncor semble bien être le destinataire de cette présentation. WikiLeaks possède d’ailleurs quelques courriels dans lesquels des collaborateurs de Strategic Forecasting évoquent le payement par Suncor d’un montant de $ 14.890 pour deux projets achevés.

Radicaux, idéalistes, réalistes et opportunistes

Strategic Forecasting classe les opposants des compagnies pétrolières en différentes catégories (radicaux, idéalistes, réalistes et opportunistes) avant d’expliquer comment appréhender chacune de ces d’entre elles. Parmi les radicaux, on retrouvera des organisations militantes populaires telles que Rising Tide North America, Oil Change International et Indigenous Environmental Network. Greenpeace et Rainforest Action Network sont perçues comme deux entités hybrides, mi-radicales, mi-idéalistes. Sierra Club – le plus grand groupe environnemental américain, Amnesty International et Communities for a Better Environment demeurent des « idéalistes » ; et les différentes structures plus conventionnelles telles que le World Wildlife Funds, Natural Resources Defense Council et Ceres (une association du secteur non-marchand qui rassemble des entreprises, des investisseurs et des groupes d’intérêt publics) se rangent dans la classe des réalistes.

« En somme, ce que les activistes exigent, c’est une régularisation »

Selon Strategic Forecasting, bien que les activistes demandent l’arrêt des projets dangereux pour l’environnement, il apparaît que leur « exigence avérée » est l’application d’un code déontologique au secteur pétrolier. C’est pourquoi, la firme conseille aux compagnies concernées de poursuivre leurs activités tout en veillant à se fabriquer une image plus éthique destinée à atténuer la contestation. Elle préconise en outre de limiter les contacts avec les organisations de défense de l’environnement, de reporter sciemment les négociations, et d’établir des programmes environnementaux propres visant à éclipser les exigences des activistes. Il s’agit ni plus ni moins de museler l’opposition le plus longtemps possible, en tout cas tant que son influence politique est limitée.

Les compagnies pétrolières s’arment de longue date contre les activistes

Les révélations de WikiLeaks confirment l’ampleur toujours croissante des moyens mis en œuvre pour faire pression sur l’opinion publique afin de pouvoir poursuivre ses projets. Les travaux tels que le « fracking » et la pose d’oléoducs amènent les entreprises pétrolières toujours plus près des communautés locales – parfois jusqu’à littéralement envahir les jardins privés! Les citoyens inquiets rejoignent alors les rangs des activistes et donnent davantage de poids aux campagnes de protestation.

Une machine RP bien huilée, un outil essentiel pour une technologie contestée

En Roumanie, la société Chevron a demandé et obtenu l’aide de la police antiémeute pour investir ce mois-ci un camp de résistance pacifique. Activistes et riverains ont été dégagés manu militari pour permettre à Chevron de s’installer et de démarrer les travaux d’extraction du gaz de schiste. Dans le documentaire Gasland II traitant de l’extraction du gaz de schiste aux Etats-Unis, on apprend que des formations RP pour apprendre à appréhender les citoyens réfractaires et en colère, aux livres mettant en scène le « Gentil Frackosaure » et distribués aux enfants des écoles locales, l’industrie du gaz ne lésine pas sur les moyens pour tenter de manipuler le public. Craignant de voir la population locale s’opposer au fracking, Chevron aurait lancé en Pologne la campagne « We Agree », une énième manœuvre pour acheter l’opinion publique selon les activistes du groupe « Occupy Chevron »: « Chevron fournit des ordinateurs aux écoles locales, aménage des voies piétonnières et a même été jusqu’à faire reconstruire la maison d’un particulier qui se plaignait des dégâts causés par les vibrations des camions. Si ça, ce n’est pas de la corruption… »

Activistes: nos campagnes font de l’effet

Depuis qu’est la parution du document Strategic Forecasting, les mouvements de désobéissance civile et de protestation contre les sables bitumeux ont exercé une telle pression que le président Obama s’est vu contraint de postposer un arrêté portant sur le projet Keystone XL, du nom de cet oléoduc qui devrait assurer le transport du pétrole extrait des sables bitumeux canadiens vers les raffineries du Golfe du Mexique. D’autres actions de protestation ont également retardé l’aménagement d’autres oléoducs canadiens. Les campagnes de marketing élaborées par les compagnies pétrolières encouragent les activistes à poursuivre leurs actions. Scott Parkin, membre du Rainforest Action Network et de Rising Tide North America, déclarait à Inside Climate News: « Le fait que des sociétés telles que Strategic Forecasting nous étudient et nous ciblent est révélateur de l’influence de nos structures. Il va de soi que de tels documents n’étaient pas destinés à des non-initiés, mais nous ne nous laisserons pas intimider. Au contraire, cela nous encourage à exercer une pression encore plus forte. »

 Traduit par Olivier Porignaux pour Investig’Action

Source: http://michelcollon.info/Revelation-WikiLeaks-l-industrie.html?lang=fr

Au moins 13 agences gouvernementales canadiennes ont eu des contrats avec Stratfor, révèle WikiLeaks

786250-ressources-naturelles-securite-publique-grc

Ressources naturelles et de la Sécurité publique, ainsi que la GRC et la Commission canadienne de sûreté nucléaire, entre autres, ont des abonnements aux services de Stratfor.

Des agences canadiennes en lien avec une firme américaine privée

Publié le 15 décembre 2013 à 17h03

Ben Makuch
La Presse Canadienne
OTTAWA

Au moins 13 agences gouvernementales canadiennes avaient des contrats avec la firme américaine privée de renseignement Strategic Forecasting Inc., ou Stratfor, révèlent des courriels tout juste publiés sur le site WikiLeaks.

Stratfor a fait parler d’elle récemment, après qu’un document destiné à une société pétrolière suggérant des manières de contourner les groupes environnementaux, dont Greenpeace, eut filtré.

Les courriels indiquent que les agences canadiennes ont dépensé au moins un demi-million de dollars pour les services de Stratfor.

Des correspondances entre janvier 2009 et février 2011 contiennent des factures de 13 125 $ et de 13 725 $ pour des contrats d’un an du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement, qui ne les a pas rendues publiques.

Selon une politique de divulgation proactive, le gouvernement doit pourtant publier sur Internet les transactions de plus de 10 000 $.

Le porte-parole des Affaires étrangères, Jean-Bruno Villeneuve, affirme que c’était un simple oubli clérical.

Il ajoute que ces abonnements étaient «largement utilisés dans le département pour apporter de l’information pour le développement de politiques et l’analyse».

Stratfor n’a pas voulu commenter la récente fuite, dirigeant plutôt La Presse Canadienne vers une politique de l’entreprise qui stipule qu’elle ne commente pas sur les documents de WikiLeaks.

«Certains courriels peuvent avoir été falsifiés ou modifiés pour inclure des inexactitudes, certains peuvent être authentiques, dit la politique. Nous ne confirmerons pas dans un cas comme dans l’autre. Nous n’expliquerons pas non plus la philosophie derrière les courriels. Notre propriété a été volée; nous n’allons pas être victimes une seconde fois en nous soumettant à des interviews sur le sujet.»

Un expert en renseignement canadien affirme que certains ministères fédéraux retiennent les services de firmes privées pour améliorer leur base de renseignement.

«Je pense que c’est plutôt commun, particulièrement pour les gens du domaine de l’analyse de renseignement du gouvernement canadien, d’avoir des contrats de temps en temps avec des firmes du secteur privé pour certains types de problèmes analytiques, ce que fait Stratfor, à la base», affirme Wesley Wark.

Dans d’autres courriels, on apprend que le Collège des Forces armées canadiennes à Toronto s’est abonné pour trois ans au portail «Premium» de Stratfor, ce qui donne accès à 10 utilisateurs différents à des analyses sophistiquées et des prévisions géopolitiques. Ce contrat a coûté 240 600 $ sur trois ans et l’armée l’a rendu public.

En plus des Forces armées, les ministères des Transports, de l’Industrie, de la Citoyenneté et de l’Immigration, des Ressources naturelles et de la Sécurité publique, ainsi que la GRC et la Commission canadienne de sûreté nucléaire, entre autres, ont des abonnements aux services de Stratfor.

Un pirate informatique et membre du groupe de piratage Anonymous, Jeremy Hammond, a plaidé coupable pour le vol de ces cinq millions de courriels et reçu une sentence de dix ans d’emprisonnement aux États-Unis.

M. Wark ne croit pas que Stratfor ait accès à de l’information confidentielle.

«Les gens qui travaillent pour Stratfor sont pour la plupart d’anciens membres de la communauté du renseignement américain. Ils ont des connexions. Mais je pense qu’ils travaillent principalement avec des données du domaine public.»

Source: http://www.lapresse.ca/international/dossiers/fuites-de-wikileaks/201312/15/01-4721198-des-agences-canadiennes-en-lien-avec-une-firme-americaine-privee.php

« Quelles sont les origines de l’hacktivisme? », Julian Assange, 23 septembre 2006

L’hacktivisme réel est au moins aussi vieux que le mois d’octobre 1989, lorsque le DOE (Département  US de l’Énergie), et les serveurs VMS du HEPNET et SPAN (NASA) ont été pénétrés par le ver informatique WANK. Ce ver était le deuxième à avoir été libéré, mais sa provenance semblait différente de son ancêtre. Car voyez-vous, un premier ver avait été découvert au sein de la National Security Agency par le cryptographe en chef Robert Morris.

Ce ver informatique qui avait une intention politique courageuse a eu un impact immédiat. WANK a pénétré les machines et changé les écrans de connexion en affichant :

« WORMSCONTRELESTUEURSNUCLÉAIRES
Votre système a été officiellement hacké
Vous parlez de temps de paix pour tous, mais vous préparez la guerre. »

Dans notre livre Underground, Suelette Dreyfus et moi, nous avons pu remonter à la source du ver à Melbourne, en Australie. A l’époque, il avait beaucoup alimenté la Guerre froide et le sentiment anti-nucléaire dans le pays.

L’Australie avait (et a toujours) un certain nombre d’espions américains, et des bases de communications sous-marines nucléaires, dont la plupart étaient des cibles (objectifs) soviétiques. L’Australie ne serait pas autrement une cible nucléaire. Le charismatique ministre des Affaires étrangères soviétique de Gorbatchev, Édouard Chevardnadze a souvent attiré l’attention du peuple australien avant de devenir lui-même le président aimé et honni de la Géorgie.

De plus, en 1984, la Nouvelle-Zélande, un pays avec lequel les Australiens sentent une affinité spéciale, avait sous la présidence de David Lange, fait de la Nouvelle-Zélande, un territoire exempt d’armes nucléaires, écartant l’admission de navires de guerre armés ou alimentés par le nucléaire dans des ports néo-zélandais. En réponse, les Etats-Unis, furieux, ont annulé leur obligation de défense à la Nouvelle-Zélande, et couper les liens de renseignement (ou du moins fait semblant de, voir Nicky Hager et son excellent livre « Pouvoir Secret » pour plus de détails) et intenté un certain nombre de sanctions commerciales contre le pays.

Mais les malheurs nucléaires de la Nouvelle-Zélande ne devaient pas s’arrêter là. À 23h59 dans la nuit du 10 Juillet 1985, le vaisseau-amiral de Greenpeace « Rainbow Warrior », amarré dans le port d’Auckland se prépare à naviguer trois jours vers l’atol de Mururoa pour manifester contre les essais nucléaires français, a été attaqué par des éléments amphibie de la DGSE (services secrets français), tuant le photographe de Greenpeace Fernando Pereira.

Quelques jours plus tard, deux agents de la DGSE, Alain Mafart et Dominique Prieur ont été arrêtés, après une enquête du journaliste australien Chris Masters, ils ont plaidé coupables et ont été condamnés par la Cour Suprême néo-zélandaise à 10 ans. Les autres agents de la DGSE se sont échappés via sous-marin nucléaire français de la côte néo-zélandaise. La France, partenaire significatif de la Nouvelle-Zélande, a immédiatement mis en place des sanctions commerciales contre le pays. En juin 1986, un accord politique fut conclut: la France lèverait les sanctions, payerait quelques millions pour le sang versé, et les deux agents seraient transférés à l’atol de Hao, une base militaire française dans le Pacifique, où ils seraient supposés purger le reste de leur peine.

Cependant, en mai 1988, ils ont tous deux étés ramenés clandestinement en France.

L’examen du code source du ver montre des instructions spécifiques pour éviter d’infecter les machines en Nouvelle-Zélande.

La politique a toujours des conséquences imprévues, mais il ne faut pas oublier que certaines sont des bénédictions!

Julian Assange

Source de la traduction (revue et corrigée): http://www.larevuedesressources.org/the-curious-origins-of-political-hacktivism,2300.html

Post original sur le blog de Julian Assange:
http://web.archive.org/web/20071020051936/http://iq.org/#Whataretheoriginsofhacktivism?
http://www.counterpunch.org/2006/11/25/the-curious-origins-of-political-hacktivism/ (2ème version, avec de légères modifications)