La déradicalisation terroriste en Arabie Saoudite est en fait un programme de radicalisation secrète, selon un prisonnier de Guantanamo

 Independent, Samuel Osborne, 01/12/2016

« C’est la cause d’un roi. Ce n’est pas un vrai jihad »

guantanamoLe centre de déradicalisation terroriste de l’Arabie Saoudite est en fait un « programme de radicalisation cachée », a prétendu un prisonnier de Guantanamo Bay accusé d’être un fabricant de bombes d’al-Qaïda.

Le prisonnier saoudien Ghassan Abdullah al-Sharbi a déclaré à une commission de libération conditionnelle de Gitmo: « Vous voulez me renvoyer en Arabie Saoudite, parce que vous croyez qu’il y a un programme de déradicalisation en surface, c’est vrai.

Vous avez à 100% raison, il y a un programme de radicalisation important, mais ne vous y trompez pas, en dessous il y a un programme caché de radicalisation. »

Al-Sharbi a fait ces commentaires à la Commission d’examen périodique, qui évalue si les prisonniers de Guantanamo peuvent être libérés, en juin, selon des documents récemment déclassifiés.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/saudi-arabia-terrorist-rehab-secret-hidden-radicalisation-programme-guantanamo-prisoner-claim-a7449191.html

Publicités

Les agents de la CIA qui ont torturé sont vulnérables à des poursuites dans « n’importe quel pays du monde », a dit un responsable de l’ONU

Prisonniers de Guantanamo

Par Mick Krever, CNN

Les agents de la CIA qui ont torturé les détenus peuvent être poursuivis n’importe où dans le monde, a déclaré le Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme et le contre-terrorisme, Ben Emmerson, à Christiane Amanpour de CNN, jeudi.

« Ils sont considérés comme des crimes de guerre, ce sont des crimes relevant de la juridiction internationale, » a-t-il dit.

« N’importe quel pays dans le monde peut poursuivre les agents de la CIA impliqués dans cette activité, et l’Italie a déjà poursuivi, et condamné, 22 agents de la CIA, y compris le chef de poste [de la CIA] à Milan, et les a condamnés à des périodes importantes de prison par contumace. »

L’Italie a condamné les agents, y compris le chef de poste de la CIA, Robert Seldon Lady, à la prison par contumace en 2009 pour leur rôle dans la capture présumée par la CIA d’un religieux musulman dans les rues de Milan; les procureurs ont dit, là-bas, qu’Oussama Mustafa Hassan Nasr a été ensuite rendu au Caire, où il a été torturé.

Ce danger de poursuites, bien sûr, signifie que tout agent de la CIA impliqué dans le programme pourrait être arrêté, chaque fois qu’il ou elle quitte les Etats-Unis.

Un ancien procureur en chef à Guantanamo Bay, le colonel Morris Davis, a déclaré mardi à Amanpour que « mon conseil serait des vacances sur le territoire domestique. »

Lire l’intégralité de l’article: http://amanpour.blogs.cnn.com/2014/12/12/cia-agents-who-tortured-are-vulnerable-to-prosecution-in-any-country-in-the-world-says-u-n-official/

Les groupes de défense des droits au Royaume-Uni rejettent l’enquête officielle sur les transferts de prisonniers post-11 septembre

Vue de Guantanamo

L’enquête menée par le gouvernement sur une supposée implication britannique dans la restitution et la torture sera un simulacre, disent les groupes de défense des droits

Mark Townsend, 8 novembre 2014

Les principaux groupes de défense des droits du Royaume-Uni sont sur le point de boycotter l’enquête officielle sur la participation du Royaume-Uni dans la torture et la restitution [des prisonniers] dans les années après le 11 septembre, portant gravement atteinte à l’enquête controversée.

Neuf organisations ont annoncé qu’elles ne veulent rien à voir avec l’enquête parlementaire du comité du renseignement et de la sécurité (ISC) [Intelligence and Security Committee] dans le rôle présumé du Royaume-Uni dans le mauvais traitement des détenus.

Une lettre rédigée avec conviction à l’équipe du comité d’enquête sur les allégations des détenus affirme que, malgré une hausse des préoccupations avec le gouvernement il y a plus de six mois pour savoir si sa décision d’autoriser l’ISC [Intelligence and Security Committee] à mener l’enquête était « légale ou appropriée », leurs préoccupations face à une dissimulation des institutions sont restées sans réponse.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/nov/08/british-torture-inquiry-boycotted-rights-groups?CMP=twt_gu

Un juge s’en prend à l’administration Obama pour avoir caché les photos de torture en Irak, Afghanistan

UnknownMOSCOU, 22 octobre (RIA Novosti) – Mardi, un juge fédéral a donné à l’administration Obama jusqu’au 12 Décembre pour justifier sa détention de plus de 2.000 images montrant des détenus en Irak et en Afghanistan qui ont été torturés par l’armée américaine.

Le président Obama, en 2009, a donné sa propre justification pour la détention des photos, en disant: «la conséquence la plus directe en les publiant serait, je crois, d’enflammer davantage l’opinion anti-américaine et de mettre nos troupes en grand danger», et qu’il craignait que « la publication de ces photos pourrait avoir un effet paralysant sur les enquêtes futures d’abus de détenus. »

Lire la suite: http://en.ria.ru/world/20141022/194449013/Judge-Slams-Obama-Administration-for-Hiding-Torture-Photos-From.html

Physicians for Human Rights (PHR) demande une enquête fédérale sur le rôle de l’American Psychological Association dans le programme de torture de la CIA

Prisonniers de Guantanamo

Le nouveau livre de James Risen donne des preuves de collusion entre les professionnels de la santé et la CIA

New York, NY – 16/10/2014

Physicians for Human Rights (PHR) demande une enquête du ministère de la Justice enquête sur le rôle de l’American Psychological Association (APA) dans le soutien au programme de torture de la CIA. Une nouvelle preuve préjudiciable de cette relation a fait surface dans « A n’importe quel prix: la cupidité, le pouvoir, et la guerre sans fin« , le nouveau livre du journaliste lauréat du prix Pulitzer, James Risen, du New York Times.

Dans un chapitre intitulé « La guerre contre la décence », Risen détaille les preuves que l’APA a travaillé directement et secrètement avec des représentants du gouvernement des États-Unis, y compris de la CIA et de la Maison Blanche, sur sa politique d’éthique. Selon Risen, cette collusion aurait eu pour but de justifier éthiquement la participation des psychologues dans les interrogatoires et d’assurer l’assistance des psychologues dans la mise en œuvre et la légitimisation du programme de torture de l’ère Bush.

« Risen présente des preuves crédibles que l’American Psychological Association était de connivence avec l’administration Bush, afin que les compétences et les connaissances que les professionnels de la santé puissent être utilisées pour justifier la torture et les mauvais traitements des détenus », a déclaré Donna McKay, directrice exécutive de PHR. « Le ministère de la Justice doit immédiatement ouvrir une enquête afin de déterminer si l’APA et la CIA se sont engagés dans un comportement illégal lié à ce programme de torture brutale. »

Lire l’intégralité de l’article: http://physiciansforhumanrights.org/press/press-releases/phr-calls-for-federal-probe-into-american-psychological-associations-role-in-cia-torture-program.html

Exclusif: une entreprise britannique fait face à une enquête pour avoir accepté un contrat à Guantanamo

GuantanamoLe groupe de défense des droits de l’homme dit que le rôle de G4S pourrait le rendre complice des abus de la prison américaine.

The Independent, Chris Green, 31 août 2014

La société de sécurité britannique G4S a été signalée au gouvernement pour avoir accepté un contrat de plusieurs millions de livres pour servir à la base navale américaine de Guantanamo Bay, qui renferme la prison tristement célèbre pour les suspects de terrorisme.

La plus grande société de sécurité au monde a peut-être enfreint des directives internationales en signant un contrat de 70 millions de livres, en vertu duquel elle a accepté de fournir des «services d’entretien» à la prison au sud-est de Cuba, qui abrite 149 détenus non inculpés d’aucune infraction, selon les militants.

Une plainte officielle a été déposée auprès du Département des Affaires, de l’Innovation et du Savoir-faire [Department for Business, Innovation and Skills] (BIS) par le groupe de défense des droits de l’homme Reprieve, qui dit qu’en travaillant à Guantanamo Bay, le personnel de G4S « peut contribuer aux violations actuelles des droits de l’homme » qui y sont perpétrées.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/exclusive-british-company-faces-investigation-for-accepting-guantanamo-contract-9701868.html

Un agent d’Al-Qaeda a travaillé pour le MI6: WikiLeaks

Nation.com, 27 avril 2011

LONDRES (INP) – Un agent d’al-Qaeda accusé d’avoir bombardé deux églises chrétiennes et un hôtel de luxe au Pakistan en 2002 a travaillé dans le même temps pour le renseignement britannique, selon des dossiers secrets sur les détenus qui ont été livrés au camp de la prison militaire américaine de Guantanamo Bay.

Adil Hadi al Jazairi Bin Hamlili, un citoyen algérien décrit comme un facilitateur, courrier, kidnappeur et assassin d’Al-Qaeda, a été détenu au Pakistan en 2003 et plus tard envoyé à Guantanamo Bay.

Mais selon le dossier d’évaluation d’Hamlili à Guantanamo, l’un des 759 dossiers individuels obtenus par le Guardian, les interrogateurs américains étaient convaincus qu’il agissait en même temps comme un informateur du renseignement britannique et canadien. Après sa capture en juin 2003, Hamlili a été transféré au centre de détention de Bagram, au nord de Kaboul, où il a subi de nombreuses interrogations sous garde avec le personnel de la CIA.

Source: http://www.nation.com.pk/politics/27-Apr-2011/Qaeda-operative-worked-for-MI6-WikiLeaks

Voir le dossier publié sur Wikimedia: « ISN 01452, Adil Hadi al-Jaza’iri Bin Hamlili’s Guantanmo detainee assessment » (pdf)

Révélé: La police enquête sur la preuve que 6 vols de torture de la CIA ont atterri en Ecosse

Prisonniers de GuantanamoLa CIA a utilisé des jets Gulfstream pour déplacer les prisonniers autour du monde et les emmener à Guantanamo

DailyRecord, 22 juin 2014, par Craig McDonald

Les policiers examinent une déclaration selon laquelle un avion est arrivé à Glasgow après avoir pris le planificateur du 11/9 Khalid Sheikh Mohammed dans une prison secrète.

La police enquête sur la preuve qu’un jet de la CIA a atterri à Glasgow après avoir emporté le cerveau du 11/9, Khalid Cheikh Mohammed, dans une prison de torture secrète en Pologne.

Et le Sunday Mail peut révéler que les détectives d’élite enquêtent également sur cinq autres escales en Ecosse, que les chercheurs soupçonnent d’avoir fait partie des « circuits de rendition » de la CIA pour déplacer les suspects de terrorisme entre les prisons secrètes et les sites de torture.

Un circuit de rendition était une série de vols d’un avion de la CIA, quittant souvent les États-Unis, prenant les suspects d’une prison à l’étranger, les amenant vers une autre, puis retournant en Amérique.

Des chercheurs du groupe de pression The Rendition Project disent que les jets s’arrêtaient en Ecosse aux branches de l’aller ou au retour.

Les six arrêts que les policiers sont censés examinés – quatre à Prestwick et deux à Glasgow – sont « connus ou très probables » d’avoir fait partie d’un circuit de rendition.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.dailyrecord.co.uk/news/scottish-news/revealed-police-investigate-evidence-six-3741550

WikiLeaks – La France, complice diplomatique de Guantanamo

Rue89, par Arnaud Mafille, le 12/01/14

Prisonniers à GuantanamoIl y a douze ans, la CIA transportait le premier détenu à Guantanamo. Plus d’une décennie plus tard, 155 hommes y demeurent détenus. Parmi eux, 77 ont été déclaré libérables depuis plusieurs années par les autorités américaines. Pour 45 autres, les Etats-Unis estiment ne pas avoir de preuves pour les faire comparaître devant la justice mais ont également décidé qu’ils devaient restés incarcérés indéfiniment.

D’emblée, la France ne semble pas avoir joué de rôle particulier dans cet épisode kafkaïen de l’histoire contemporaine. Pourtant, une analyse extensive des câbles publiés par WikiLeaks semble bel et bien montrer que les autorités françaises ont été les complices diplomatiques de leurs comparses US.

Lire la suite de l’article: http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/12/france-complice-diplomatique-guantanamo-248958

Communiqué de Presse WikiLeaks: Les procédures envers les détenus

05h00 Heure de New York (EDT), 10h00 heure de Londres (BST), Jeudi 25 Octobre 2012

Aujourd’hui, Mardi 25 Octobre 2012, WikiLeaks commence la publication des « Procédures à l’égard des détenus » : Plus de 100 fichiers classés secret défense ou d’accès restreint, du Ministère de la Défense des Etats-Unis, exposant les règles et les procédures envers les détenus dans les prisons militaires Américaines. Au cours du mois prochain, WikiLeaks publiera dans l’ordre chronologique les procédures de détention militaires américaines suivies depuis plus de dix ans. Ces documents incluent les procédures opératoires normalisées (Standard Operating Procedures) (SOP) des camps de détention en Irak et à Cuba, les manuels d’interrogatoire et les Ordres Abrégés (Fragmentary Orders) (FRAGO) qui modifient les politiques et procédures envers les détenus. Un certain nombre de ces modes de gestion concernent le Camp Bucca en Irak, mais il y a aussi les procédures du Ministère de la Défense au sens large, et des documents relatifs à Abu Ghraib, Guantanamo Bay et aux installations pénitentiaires Européennes de l’armée US.

Parmi les premiers documents publiés on trouve le document fondateur pour Guantanamo («Camp Delta»), le manuel SOP du Camp Delta de 2002. La publication des « politiques de gestion à l’égard des détenus » correspond à la troisième année de manuels SOP du Camp Delta (Guantanamo Bay) publiés par WikiLeaks. WikiLeaks a actuellement publié le manuel opératoire principal de Guantanamo pour 2002, 2003 et 2004. Le manuel de 2002, non publié jusqu’à ce jour, a été en vigueur plusieurs années successives dans le complexe carcéral de Guantanamo Bay et d’autres prisons militaires américaines à travers le monde, comme Abu Ghraib. « Ce document a une importance historique considérable. Guantanamo Bay est devenue le symbole de la violation systématique des droits de l’homme en Occident pour une bonne raison. » déclare le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Mais comment se fait il que WikiLeaks ait publié trois ans de ces manuels opératoires alors que toute la Presse du reste du monde n’en a publié aucun?»

Pour l’Irak, la publication inclut des Ordres d’Opération (Operation Orders) (OPORD) relatifs aux politiques de sélection et d’interrogatoire des détenus. Les documents contiennent également des instructions courantes ayant trait au personnel, à la planification des visites juridiques, les procédures pour administrer un traitement médical, comment les dossiers médicaux et les revues quotidiennes du personnel doivent être conservées, le rationnement des cigarettes et quels objets les détenus sont autorisés à posséder.

Un certain nombre de ce qu’on ne peut qu’appeler des « procédures d’impunité » sera aussi rendu public. Un de ces documents est le document de 2005 « Affectation de numéros d’internement aux détenus » Ce document traite de comment faire disparaître discrètement des détenus gardés par d’autres agences gouvernementales US tout en conservant leurs noms hors des registres centraux de l’armée, en évitant systématiquement d’affecter un numéro de suivi au prisonnier (numéro ISN). Même de simples références à ce document sont classées « SECRET/NOFORN ». On peut de cette manière disposer des détenus sans laisser de trace papier significative.

Une autre de ces procédures d’impunité avérées est un Ordre Abrégé de 2008 qui réduit au minimum la tenue de registres d’interrogatoire. A la suite des révélations d’ enregistrements et de photos de tortures à Abu Ghraib et du scandale politique sur la destruction des enregistrements d’interrogatoires de la CIA, le FRAGO élimine « l’obligation d’enregistrer les séances d’interrogatoire à l’établissement carcéral du théatre des opérations » ( USTIF, en Afghanistan ndt) Bien que le document maintienne l’obligation d’enregistrement dans les établissements carcéraux de division et de brigade, il dispose ensuite que ces enregistrements seront « effacés après 30 jours ». Cette procédure a ensuite été annulée par la nouvelle administration Obama.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré : « Ces procédures à l’égard des détenus » montrent les entrailles du monstre qu’est devenue la condition des détenus après le 11 Septembre, le maintien d’une zone floue où la Loi et les Droits de l’Homme ne s’appliquent pas. Où des personnes peuvent être détenues sans aucune trace selon le bon vouloir du Ministère de la Défense US. Cela montre les excès des premiers temps d’une guerre contre un ennemi inconnu, et comment ces procédures ont mûri et ont évolué pour finalement devenir l’état d’urgence permanent dans lequel se retrouvent les Etats Unis maintenant, dix ans plus tard. »

Un certain nombre de documents sont relatifs aux procédures d’interrogatoire des détenus (2004, 2005, 2008). La violence physique directe est interdite, sur le papier, mais une procédure avérée d’intimidation musclée des détenus durant les interrogatoires, ajoutée à la procédure de destruction  des enregistrements des interrogatoires a abouti à des abus et à l’impunité. Nous découvrons les procédures qui s’appliquent aux forces internationales. Un document de procédés d’interrogatoire est relatif au personnel de la Force Multi-Nationale Irak (MNF-I). Il détaille les procédés d’interrogatoire « approuvés ». Le document promeut des techniques d’exploitation telles que « l’Approche Émotionnelle par l’Affection qui consiste à jouer sur l’affection qu’une personne détenue éprouve pour sa famille, son pays ou ses compagnons. ». Au contraire dans l’approche « Provoquer la Peur (Sévère) »la personne dirigeant l’interrogatoire « se comporte de manière à accabler le sujet, avec une voix forte et menaçante pour convaincre la source qu’elle a bel et bien quelque chose à craindre, et qu’elle n’a pas d’autre choix que de coopérer ».

Les « Procédures envers les Détenus » permettent une meilleure compréhension des instructions données aux geôliers, et des « droits » accordés aux détenus. Nous appelons les Juristes, les ONG, les militants des Droits de l’Homme et le Public à examiner les « procédures envers les détenus » et à faire des investigations sur des sujets importants comme le refus d’accès des centres de détention au Comité International de la Croix Rouge, et aussi a rechercher et comparer les divers types de SOP et de FRAGO pour nous aider à mieux comprendre l’évolution de ces procédures et pourquoi elles sont intervenues. Publiez vos découvertes en utilisant le Hashtag #WlfindDP.

Les procédures sur le site WikiLeaks: http://wikileaks.org/detaineepolicies
Soutenez WikiLeaks: https://shop.wikileaks.org/donate
Friends of WikiLeaks (Amis de WikiLeaks): https://wlfriends.org

Article sur le forum : http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,15564.0.html
Communiqué sur le site WL. org : http://wikileaks.org/Press-Release-The-Detainee.html

Traduit par Irien, relu par Arduenna Silva sur le Forum WikiLeaks