Trois vidéos pour illustrer un esprit contestataire et la dénonciation de la guerre

Dans ce post, nous vous présentons un choix de vidéos sur le thème de la dénonciation de la guerre. Le point commun entre toutes ces vidéos, c’est que le montage a été réalisé en mêlant les images d’événements historiques marquants avec de la musique, des chansons dont les paroles traduisent le plus souvent une dénonciation de la guerre ou du système qui engendre les inégalités, les injustices, les conflits, dont sont victimes les sociétés humaines. Ces vidéos datent d’époques différentes, mais le message est toujours le même aujourd’hui: dénoncer la guerre dans ce qu’elle a de plus absurde, les victimes civiles, l’aveuglement des armées, les guerres pour le pétrole déguisées sous le nom de « guerre contre le terrorisme ». A chaque guerre, ce sont des générations entières qui meurent. Aujourd’hui, de telles vidéos pourraient-elles encore avoir un impact sur la conscience humaine, pour que les milliers de gens qui protestent, par exemple, contre Donald Trump dans plusieurs pays, se mettent plutôt à protester contre la guerre au Yémen, ou contre d’autres guerres dans le monde? Pourquoi si peu de mobilisations massives contre la guerre?

« Bullets » d’Archive (vidéo de Zunamkiagna)

"Bullets" du groupe ArchivePour commencer, notre vidéo préférée (qui a déjà fait l’objet d’un article sur ce blog). Il s’agit d’une vidéo réalisée avec des images de la guerre en Irak. Celle qui nous parle le plus, étant donné la proximité des événements. Il est difficile de ne pas avoir vu au moins une de ces images dans les médias occidentaux (qui montrent George Bush, l’armée américaine, la chute de Saddam Hussein, les prisonniers irakiens, etc). Les images parlent à tous et rappellent aussi les révélations WikiLeaks sur l’Irak, mais entrent d’autant plus en résonnance avec les paroles de la chanson qui a été choisie pour illustrer la vidéo. La chanson est celle du groupe Archive, un groupe britannique (de rock progressif), qui d’après Wikipedia, sort l’album « Controlling Crowds » dont est issue la chanson en mars 2009. Le titre lui-même pourrait sembler militant: « controlling crowds » ou « en contrôlant les foules », n’est-ce pas ainsi d’ailleurs que les foules sont menées inexorablement vers la guerre, parce que nous sommes d’une certaine manière tous contrôlés par le discours des hommes politiques, par le discours officiel des médias, etc? Les paroles de la chanson ont une raisonnance forte avec la vidéo, même si le groupe Archive n’en est pas à l’origine: comment ne pas penser dès les premières lignes à ce soldat américain parti faire la guerre en Irak et « qui a cette violence sous la peau » (« underneath my skin there is a violence »), mais qui de manière tout aussi absurde peut considérer la beauté d’un ciel qui explose au milieu des balles et des bombes (« bullets are the beauty of the blistering sky », dit le refrain). Soldat coupable des crimes qu’il commet, ou simplement ignorant parce qu’il a obéi aux ordres sans réfléchir, ou impuissant face à des événements internationaux qui le dépassent? Les paroles se confrontent aux images, comme si deux mondes s’affrontaient, mais l’un et l’autre tout aussi absurdes: l’absurdité de la guerre.

Lien de la vidéo: https://rutube.ru/video/9080c9c0512f8240c10ba69573cc28d8/

« The 4th Branch » d’Immortal Technique

Une autre vidéo qui nous a plu par son message pacifique et révolutionnaire est une vidéo du groupe Immortal Technique, classé dans la catégorie « Rap politique ». On retrouve un montage vidéo semblable à celui de la vidéo précédente, avec des images reprises des médias et des actualités, mêlées à d’autres images de protestations dans les rues, de bombes qui explosent dans le ciel, de parades militaires, symboles religieux, etc. La chanson utilisée dans cette vidéo vient d’un album sorti en novembre 2003, d’après Wikipédia, ce qui peut expliquer pourquoi ici les paroles de « The 4th branch » évoquent la guerre en Irak et Saddam Hussein: « Ils ont bombardé des innocents, tout en essayant d’assassiner Saddam; Lorsque vous lui avez donné ces armes chimiques pour aller en guerre contre l’Iran » (« They bombed innocent people, tryin’ to murder Saddam; When you gave him those chemical weapons to go to war with Iran »). Le texte fait aussi mention de « Guantanamo Bay », de « violations des droits de l’homme » et du « terrorisme ». On a donc une résonnance directe entre la vidéo qui montre des images de guerre et les paroles écrites pour dénoncer la guerre, ou en tout cas, semblant vouloir faire passer ce message contestataire. On retrouve aussi l’idée du contrôle de masse, l’idée que l’humanité suit aveuglément les actualités, la politique, sans se questionner. Depuis cette chanson datée de 2003, il y a eu sans doute un réveil politique avec des mouvements comme Anonymous, Occupy Wall Street, etc. Pour autant, gardons à l’esprit le message de la chanson: « C’est comme le MK-ULTRA, qui contrôle ton cerveau; Penser de façon suggestive, c’est ce qui fait changer la perspective de ta pensée » (« It’s like MK-ULTRA, controlling your brain; Suggestive thinking, causing your perspective to change ») et « Arrêtez de laisser les grands médias raconter des mensonges à vos enfants » (« stop letting corporate news tell lies to your children »). De telles vidéos contestataires s’adressent à notre conscience et à notre inconscient, par le pouvoir des mots et des images qui y sont exposés.

Lien de la vidéo: https://youtu.be/GSfk0wLs4EE

« Holiday in Cambodia » de Dead Kennedys

Pour finir, une troisième et dernière vidéo, « Holiday in Cambodia » de Dead Kennedys, un groupe de musique américain (classé « anarcho-punk »). Il nous sera plus difficile d’en parler, étant donné que la vidéo date d’une autre époque (mai 1980). Mais le message contestataire et anti-guerre est tout aussi évident, comme l’explique Wikipedia: « La chanson est une attaque contre l’étudiant américain stéréotypé, moralisateur et privilégié. Ses paroles offrent une vision satirique des jeunes américains aisés et intransigeants, un tel mode de vie contrastant avec la dictature génocidaire des Khmers Rouges, menée par Pol Pot (représenté sur l’étiquette du single original et mentionné dans les paroles), qui est responsable de la mort de quelque deux millions de personnes au Cambodge entre 1975 et 1979. »

Lien de la vidéo: https://youtu.be/KRwUlLahpiI

De telles vidéos sont nécessaires pour permettre une prise de conscience dans le monde: prendre conscience que la guerre ne mène qu’au chaos, que la majorité des victimes de la guerre sont des victimes civiles y compris des enfants, que ceux qui s’enrichissent dans ces guerres ne sont pas les mêmes que ceux qui combattent dans ces guerres, et que les soldats qui participent aux combats sont aussi le plus souvent victimes de ces guerres, car certains sont blessés, handicapés à vie, et parfois souffrent de troubles psychiques bien des années après être revenus dans leur pays, tandis que d’autres y ont laissé leur vie. Ce sont de beaux messages qui ont été adressés contre la guerre dans ces vidéos, même si les images sont parfois violentes. Un militant indigné m’a dit, un jour, que l’art nous détourne du combat politique, de la réalité, mais dans ce type de vidéos, l’art est aussi capable de rejoindre le combat politique en libérant nos esprits et en nous montrant la vérité.

Texte CC-BY-SA

 

 

Des députés et d’anciens chefs militaires appellent à une enquête sur les décisions qui ont conduit l’Australie à rejoindre l’invasion américaine en Irak

ABC News, David Lipson, le 25/08/2016

Des députés et d’anciens chefs militaires demandent à élargir les pouvoirs de guerre au-delà du Permier ministre et du cabinet [australien]

helicopteres_irak_wikiUn groupe de députés fédéraux et d’anciens chefs militaires lance des appels pour mener une enquête sur les décisions qui ont conduit l’Australie à rejoindre l’invasion américaine de l’Irak en 2003, avec certains demandant à modifier les pouvoirs de guerre investis dans le Premier ministre et le Cabinet [australien].

À l’heure actuelle, le Premier ministre et le Cabinet [australien] peuvent décider d’envoyer ou non des soldats australiens à la guerre, mais certains veulent élargir ces pouvoirs à un vote parlementaire.

Juste un mois après que la Grande-Bretagne a publié le rapport Chilcot sur la guerre en Irak, il y a également des appels en Australie pour tenir une enquête similaire.

L’enquête britannique qui a duré 7 ans a montré que le Royaume-Uni a rejoint l’action militaire menée par les Etats-Unis, avant que des alternatives pacifiques à la guerre aient été épuisées.

Le député travailliste Mike Kelly, un ancien vétéran distingué de l’armée, dit que maintenant c’est le bon moment pour revoir le rôle de l’Australie dans le conflit.

Lire la suite: http://www.abc.net.au/news/2016-08-25/mps-call-for-iraq-war-inquiry/7786424

Pourquoi 93% de la jeunesse irakienne considère les Etats-Unis comme leur ennemi?

« Les Irakiens en dessous de l’âge de 25 ans n’ont pas connu un seul jour sans que leur pays ne soit bombardé, sanctionné ou occupé par les Etats-Unis. C’est peut-être pourquoi 93% d’entre eux considèrent les Etats-Unis comme leur ennemi », explique la vidéo.

JH interrogé dans la vidéo: « Bien sûr, les Américains sont l’ennemi de l’Irak. Tout ce qui arrive dans notre pays, depuis les attentats jusqu’aux assassinats, les Etats-Unis l’ont même planifié avant l’occupation ».

« Alors, pourquoi les Etats-Unis ne peuvent-ils pas quitter l’Irak? » demande Dena Takruri, en expliquant la place géostratégique du pays pour les Etats-Unis en remontant au début des années 1980 et en expliquant les rapports de force régionaux entre Iran, Arabie Saoudite et Irak.

La situation géostratégique s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui, avec la montée de l’Etat Islamique favorisée par d’anciens soldats de l’armée irakienne qui se sont brutalement retrouvés sans emploi avec la chute de Saddam Hussein après l’invasion américaine.

Source: http://www.juancole.com/2016/05/iraqi-youth-think.html

Un « problème de l’islam » ou « une retombée de la guerre en Irak »? – débat de spécialistes sur RT après les attentats de Bruxelles

Les attentats de Bruxelles (et les attentats de Paris avant eux) mettent en évidence les dangers immenses auxquels l’Europe est confrontée avec le terrorisme. Parallèlement à ces craintes – la préoccupation que cela stimule une montée de l’islamophobie, alors que les communautés se fracturent et que le langage fort tourne à la violence. La question pour les forces de sécurité est: Quand intervenir. Les suspects de Bruxelles ont été autorisés à se déplacer sans menaces, et pourtant l’intense débat parmi les gens en ligne attire l’attention de la police.

Reza Kazım du Conseil islamique des droits de l’homme en Grande-Bretagne et Stephen Morris du Parti démocrate anglais rejoignent RT pour discuter de cette question. (texte youtube)

Pour beaucoup d’irakiens, les Etats-Unis ne cherchent pas vraiment à vaincre l’Etat Islamique

La réponse militaire américaine est critiquée comme étant trop faible.

WSJ.com, Par Yaroslav Trofimov, 25 juin 2015

Baghdad — Dans une tente de ville sous un pont d’autoroute, les réfugiés venant de la province sunnite irakienne d’Anbar étaient unanimes quant à qui blâmer pour leur misère.

« Je tiens les Américains responsables de la destruction d’Anbar », dit un ancien policier, Wassem Khaled, dont la maison a été prise par l’Etat Islamique, après que l’armée irakienne ait fui la capitale provinciale d’Anbar, Ramadi, le mois dernier.

Lire la suite: http://www.wsj.com/articles/to-many-iraqis-u-s-is-not-really-seeking-to-defeat-islamic-state-1435224647

Un leader sunnite: la politique conduit à des divisions sectaires en Irak #IraqatWar

#IraqatWar

Un chef religieux sunnite a déclaré que Bagdad doit faire confiance à sa communauté et les armer afin que le groupe Etat islamique puisse être vaincu en Irak

Muneer al-Obaidi_Baghdad_IrakMuneer Hashim al-Obaidi est un chef religieux et leader de la société sunnite dans la capitale irakienne de Bagdad (MEE)

Rori Donaghy, 21 avril 2015

[…] La guerre a souvent été dépeinte comme sectaire, en raison – partiellement – du fait que le gouvernement de Bagdad était soutenu par l’Iran chiite et l’EI a exploité les plaintes de la communauté sunnite.

Cependant, Muneer, un islamiste sunnite auto-déclaré, réfute cette version et dit que le conflit est motivé par des questions politiques et a peu à voir avec les différences religieuses.

« La guerre en Irak, c’est de la politique, la fracture sunnite et chiite sert juste à couvrir cela, » dit-il.

« L’Iran utilise les chiites d’Irak pour atteindre l’objectif politique d’augmenter son pouvoir dans la région. L’EI utilise le prétexte de protéger les sunnites pour atteindre ses objectifs politiques dans l’établissement du contrôle des terres en Irak et en Syrie « .

« L’Irak fait partie d’une guerre régionale – qui pourrait même être décrite comme une guerre mondiale. Nous pouvons voir l’Occident – je veux dire les Etats-Unis et l’Europe – lutter contre la Russie et la Chine. Les Russes et les Chinois soutiennent l’Iran, alors que les Américains et les Européens soutiennent l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe « .

Bien qu’il souligne les facteurs politiques principaux du conflit, Muneer parle avec passion en disant combien il croit que les autorités dominantes chiites de Bagdad ont abusé les sunnites irakiens. Ceci, dit-il, a contribué à une désintégration complète de la confiance entre les deux communautés, permettant aux divisions sectaires de se développer alors que le pays devient de plus en plus fracturé.

Les crises actuelles qui consument l’Irak ont leurs racines dans la guerre menée par les Américains en 2003, selon Muneer, alors que beaucoup d’Irakiens sunnites n’ont pas pris part dans les gouvernements qui ont suivi l’éviction du défunt Saddam Hussein.

Lire la suite de l’article: http://www.middleeasteye.net/news/sunni-leader-says-political-conflict-driving-sectarian-divisions-iraq-1962297395

Les marionnettes d’Al-Qaeda au service des intérêts de l’Occident

(Cet article reflète un point de vue personnel et n’engage pas le point de vue des autres personnes ayant collaboré à ce blog.)

On a parlé pendant tant d’années d’Al-Qaeda et désormais depuis quelques mois de l’Etat Islamique.

Je pense que c’est une très bonne chose si les musulmans se lèvent contre le terrorisme dans leur pays et qu’ils protestent contre l’Etat islamique (avec la vidéo #notinmyname), mais je ne comprends pas pourquoi ils ne se sont pas mobilisés plus tôt contre les attentats commis par Al-Qaeda dans le monde, car cette situation dure depuis des années.

Je ne considère pas comme certains qu’Al-Qaeda est plus modéré que l’Etat Islamique: pour moi, les deux sont des organisations criminelles qui tuent des civils, y compris des musulmans, et n’ont aucun respect pour la religion, ni pour la vie.

Essayez juste de vous imaginer le mal qu’Al-Qaeda a fait à tous les musulmans à travers le monde, en organisant des attentats terroristes: à cause de tous ces attentats, ils ont contribué à la politique destructrice de l’Occident au Moyen-Orient et ils ont directement donné un argument à l’Occident pour aller bombarder leurs pays dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

Les pays occidentaux trouvaient un intérêt dans ces attentats, car cela leur permettait de continuer la guerre et de justifier leur présence au Moyen-Orient, tout en écoulant des stocks d’armes.

Al-Qaeda a bien plus servi les intérêts de l’Occident que les intérêts des musulmans dans le monde.

Avec tous ces attentats, ils ont contribué à justifier les attaques américaines de drones au Moyen-Orient contre des civils, ils ont conduit à la mort des milliers de personnes et détruit des milliers de vie. Tout cela n’a bien sûr aucun rapport avec l’Islam ni avec aucune religion dans le monde.

Essayez de vous imaginer: et si Al-Qaeda avait dès le début choisi des méthodes pacifiques et non-violentes (comme Gandhi) pour revendiquer plus de droits pour les musulmans. Aujourd’hui, le Moyen-Orient aurait certainement été dans une meilleure situation en ce qui concerne les droits de l’homme, l’économie, la politique, les droits des femmes, etc. Nous n’en serions jamais arrivés à une situation où des gouvernements doivent bombarder des groupes aussi extrémistes que l’Etat Islamique.

La violence et les attentats terroristes n’ont jamais servi à rien dans le monde, car ils ne mènent qu’à la destruction et à la régression de toutes les libertés acquises.

Si Al-Qaeda n’avait pas commis tous ces attentats, le Moyen-Orient aujourd’hui aurait été une région riche et peut-être exemplaire en matière de droits de l’homme, peut-être que le niveau de vie y aurait été comparable ou supérieur aux pays occidentaux.

Tout l’argent que les terroristes dépensent pour les armes et les bombes est une perte inutile: cet argent devrait être consacré à nourrir les familles et à aider les musulmans, au lieu de les tuer. Les groupes terroristes font seulement la richesse des marchands d’armes et des gouvernements qui les soutiennent.

En même temps, le terrorisme fait régresser les droits en Occident, car au nom du terrorisme, nos gouvernements occidentaux imposent plus de surveillance Internet et font passer des lois liberticides, et parallèlement ils vendent aussi des logiciels de surveillance dans les pays musulmans, et les musulmans sont ainsi également victimes des effets du terrorisme, quand ils sont espionnés et fichés pour leurs convictions religieuses.

Des groupes terroristes comme Al-Qaeda ou l’Etat Islamique doivent renoncer au terrorisme, car ce qu’ils font ne fera jamais progresser le monde et ils servent uniquement les intérêts de l’Occident en installant un climat de guerre perpétuelle au Moyen-Orient.

kimono

L’utilisation d’ISIL [EIIL] par Obama, et non d’ISIS, raconte une autre histoire

obama_interview

The Fiscal Times, Liz Peek, 23 juin 2014

Il y a eu peu d’attention de l’utilisation insistante du président de l’acronyme « ISIL » [Etat Islamique en Irak et au Levant, EIIL] pour décrire les forces sunnites qui se déchaînent actuellement à travers l’Irak, exécutant l’armée irakienne et créant une nouvelle population massive de réfugiés dans une région déjà instable.

À l’exception de Reuters et maintenant de l’Associated Press, la plupart des organes de presse n’ont pas réferré à l’ISIL [EIIL] avant que le président Obama n’ait commencé à utiliser le terme, qui renvoie à l’Etat islamique d’Irak et du Levant. Mais quand Obama a utilisé le terme 5 fois le 13 Juin, et 16 fois dans son discours d’ouverture à West Point, le 19 Juin, il se servait de son discours d’intimidation pour faire le point.

La plupart, comme cette publication, continuent d’utiliser l’acronyme ISIS largement accepté, pour l’Etat islamique d’Irak et de Syrie ou al-Sham, mais les deux décrivent la même organisation meurtrière. La différence est que le Levant décrit un territoire beaucoup plus large que simplement l’Irak et la Syrie. Il est défini comme ceci: Le Levant se compose aujourd’hui de l’île de Chypre, Israël, la Jordanie, le Liban, la Syrie, la Palestine, et une partie du sud de la Turquie.

Pourquoi Obama préfère ISIL [EIIL]? Une « armée » de cette ampleur territoriale détourne l’attention hors des deux pays que beaucoup croient définir l’échec continu d’Obama au Moyen-Orient. Très probablement, il préfèrerait éliminer le lien entre le chaos en Irak avec son inaction en Syrie. Mieux que l’instabilité dans un pays où nous avons imposé tant de sang et de prix reste la faute de George W. Bush. Le président a déjà été noirci de bitume pour avoir échoué à obtenir un accord sur le Statut des Forces avec le Premier ministre al-Maliki, qui aurait permis un contingent de troupes américaines à rester en Irak.

Lire la suite: http://www.thefiscaltimes.com/Blogs/Peek-POV/2014/06/23/Obamas-Use-ISIL-Not-ISIS-Tells-Another-Story

La prison d’Abu Ghraib – Irak – Documentaire intégral

La prison d’Abu Ghraib, documentaire édité et présenté par Javed Khan Dawlatzai

La prison centrale de Bagdad, autrefois connue comme la prison d’Abou Ghraib (Abu Ghurayb ou Abu Ghuraib, ou «Lieu des Corbeaux ») est située à Abou Ghraib, une ville irakienne à 32 km (20 miles) à l’ouest de Bagdad. Elle a été construite par des entrepreneurs britanniques dans les années 1950.

Au cours de la guerre en Irak, l’armée américaine et la Central Intelligence Agency (CIA américaine) ont commis des violations des droits de l’homme contre les prisonniers détenus dans la prison d’Abou Ghraib. Ils ont physiquement et sexuellement abusé, torturé, violé, sodomisé et assassiné d’innocents prisonniers musulmans irakiens.

Voici quelques informations de base sur le scandale d’abus de prisonniers à Abu Ghraib qui a eu lieu au cours de la guerre en Irak.

30 avril 2004 – Le rapport du Major-Gén. Antonio Taguba qui détaille son enquête sur la 800e brigade de police militaire est publié.

Le rapport Taguba [à consulter en ligne] déclare que les violations suivantes se sont produites dans cet incident [cf. les éléments de la liste sont traduits depuis l’article du journal Le Monde]:

A. Donner des coups de poings et de pieds et des gifles aux détenus; sauter sur leurs pieds nus;

B. Enregistrer des cassettes vidéo et photographier des détenus hommes et femmes nus;

C. Forcer les détenus à adopter diverses postures sexuellement explicites pour êtres photographiés;

D. Forcer les détenus à enlever leurs vêtements et à rester nus pendant plusieurs jours d’affilée;

E. Forcer des détenus hommes nus à porter des sous-vêtements féminins;

F. Forcer des groupes de détenus hommes à se masturber tout en étant photographiés et filmés;

G. Obliger des détenus hommes nus à s’entasser pour sauter à pieds joints sur leurs corps;

H. Placer un détenu sur une boîte de rations, avec un sac de sable sur sa tête, puis attacher des fils à ses doigts, ses orteils, et son pénis afin de simuler une torture électrique;

I. Faire porter l’inscription  » je suis un violeure » (sic) sur la jambe d’un détenu accusé d’avoir violé un autre détenu âgé de 15 ans, en le photographiant nu;

J. Passer une chaîne ou une laisse autour du cou d’un détenu nu et faire poser une femme soldat pour une photo;

K. Des relations sexuelles entre un garde militaire homme et une femme détenue;

L. Utilisation des chiens militaires (sans muselière) pour intimider et effrayer les détenus, suivie, dans au moins un cas, de la morsure d’un détenu, le blessant gravement;

M. Photographie de détenus irakiens morts.

(texte présentant la vidéo sur youtube)

John McCain pourrait-il être responsable d’un prochain 11/9?

Sen. John McCain (R-Ariz) questions Chuck Hagel during the defense secretary's testimony before the Senate Armed Services Committee regarding military budgets, on Capitol Hill.

Truth-Out.org, le 24 juin 2014

Publié par The Daily Take Team, The Thom Hartmann Program | Op-Ed

L’histoire se répète de la pire façon possible, et si nous ne retenons pas nos leçons, nous pourrions avoir un autre 9/11 sur nos mains beaucoup plus tôt que vous ne pourriez le penser.

Aujourd’hui, les combattants de l’Etat islamique d’Irak et de Syrie, ou EIIL [ISIS en anglais], ont poursuivi leur avancée vers Bagdad. Le groupe contrôle désormais toute une bande de territoire allant de la vallée de l’Euphrate en Syrie orientale tout le long jusqu’à la chaîne des villes qui entourent la capitale irakienne.

Si vous faisiez une liste des personnes les plus méchantes sur terre, l’EIIL [ISIS] serait en tête de liste. Le groupe a été effectivement expulsé d’Al-Qaïda pour être trop extrême et a été assez ouvert sur la façon dont il veut « nettoyer » les villes saintes chiites de Nadjaf et Karbala « en proie à la saleté ».

Quand il s’agit de groupes terroristes, l’EIIL [ISIS] est vraiment le pire de ce qu’on peut imaginer et constitue une menace partout et pour tous, ce qui rend d’autant plus choquant qu’il se soit apparemment trouvé un ami en rien d’autre que le sénateur de l’Arizona John McCain.

Quand il s’agit de groupes terroristes, l’EIIL [ISIS] est vraiment le pire de ce qu’on peut imaginer et constitue une menace partout et pour tous, ce qui rend d’autant plus choquant qu’il se soit apparemment trouvé un ami en rien d’autre que le sénateur de l’Arizona John McCain.

Comme Steve Clemons l’a souligné dans un article à succès écrit pour The Atlantic, McCain, aux côtés du sénateur de Caroline du Sud, Lindsey Graham, a joué un rôle-clé pour conduire les Saoudiens et les Qataris, nos alliés, à armer des groupes rebelles en Syrie qui luttent contre le gouvernement de Bachar al-Assad soutenu par l’Iran.

Publiquement, les Saoudiens et les Qataris disent qu’ils n’envoient des armes qu’aux groupes rebelles « modérés » comme l’Armée Syrienne Libre, mais ils auraient également armé des groupes plus extrêmes – des groupes comme le Front Al-Nosra et, vous l’aurez deviné, l’EIIL [ISIS].

Lire la suite: http://truth-out.org/opinion/item/24581-could-john-mccain-be-responsible-for-the-next-9-11