Les SpyCables déchiffrés: Épisode Un

Al Jazeera, 27 février 2015

Les SpyCables ont fait les titres de l’actualité dans le monde entier – et ont été décrits comme massifs et sans précédent dans les journaux d’aussi loin que la Chine comme en Amérique du Sud.

LES SPYCABLES

Une fuite de centaines de documents secrets du renseignement [provenant] des agences du monde entier, offrant un aperçu sur le monde trouble de l’espionnage. L’Unité d’Enquête d’Al Jazeera publie une sélection de documents et des histoires qu’ils contiennent.

La preuve que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a induit en erreur les Nations Unies comme informations importantes dans un certain nombre de pays. Le désir de la CIA de discuter avec le Hamas; la surveillance du responsable de Greenpeace; un complot visant à tuer le chef de l’Union africaine; tout a retenu l’attention mondiale.

Dans la première des deux émissions, nous évaluons l’impact de la publication par Al Jazeera de centaines de documents classifiés – allant de confidentiels à top secret – la fuite la plus vaste de documents du renseignement jamais publiée.

Présentateur: David Foster

Invités:

David Maynier, à Cape Town – Membre du Parlement sud-africain et ministre adjoint dans l’opposition [chargé] de la Sécurité d’Etat.

Justice Malala, à Johannesburg – analyste politique

Ferial Haffajee, sur le plateau – éditrice de l’hebdomadaire sud-africain, The City Press

Source: http://www.aljazeera.com/programmes/2015/02/spy-cables-decoded-episode-1-leaks-150227132927972.html

Publicités

La stratégie d’Israël contre le Hamas exposée dans deux câbles WikiLeaks

combats-syrieDe nombreux câbles WikiLeaks évoquent le conflit israélo-palestinien, mais il faut confronter plusieurs documents pour tenter de comprendre la vraie situation géopolitique qui s’est mise en place au Moyen-Orient. La guerre en Syrie, en effet, ne semble pas totalement étrangère au conflit israélo-palestinien. Comme nous l’avions mentionné dans un article, la Syrie avait pris la défense des Palestiniens et réclamé « l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, [la fin du] siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale ». Ces demandes n’ont jamais été entendues par l’Etat d’Israël.

Un câble WikiLeaks du 11 février 2009 (09TELAVIV363) intitulé « Le président du Likoud Netanyahu parle de l’Iran, des Palestiniens et de la Syrie avec Codel Smith » explique le point de vue israélien sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. Ce câble est très important, car il montre que l’Etat d’Israël aurait pu avoir un intérêt direct dans la déstabilisation du régime syrien pour conduire à l’affaiblissement du Hamas en Palestine. Israël accuse l’Iran de financer les groupes terroristes au Moyen-Orient et d’être le « régime-mère » du terrorisme. Parmi ces groupes terroristes, Israël considère que c’est l’Iran – soutenu par la Syrie – qui apporte son soutien au Hamas palestinien.

La Syrie, l’Iran et le Hamas palestinien

La théorie du gouvernement israélien consiste à dire, en quelque sorte, que si le Hamas est si puissant en Palestine, c’est parce qu’il est soutenu financièrement et idéologiquement par les régimes alliés de la Syrie et de l’Iran. Autrement dit, selon Israël, le problème du conflit israélo-palestinien ne serait pas uniquement un problème entre Israël et la Palestine, mais un problème qui a sa source en Syrie et en Iran, et qui doit se résoudre par l’affaiblissement de ces deux régimes: « il [Netanyahu] prédit que le terrorisme diminuerait si on coupe la volonté et la capacité de l’Iran à soutenir des terroristes avec de l’argent, un entraînement et des directives« .

On voit bien comment la stratégie israélienne se met en place et pourquoi le renversement du régime syrien aurait pu servir par la suite les intérêts sécuritaires de l’Etat d’Israël, en assurant la présence de régimes favorables à Israël dans tout le Moyen-Orient. Dans la suite du câble, Netanyahu « affirma que le retrait du Hamas au pouvoir n’y produirait pas nécessairement un régime pire, étant donné que les groupes alternatifs ne sont pas aussi proche de l’Iran que le Hamas ». Ainsi, affaiblir l’Iran et la Syrie semble s’être présenté aux yeux des responsables israéliens comme un moyen possible pour obtenir la fin de la résistance du Hamas en Palestine.

Le conflit israélo-palestinien, un problème régional

A travers ce document Wikileaks, on comprend finalement que le gouvernement israélien perçoit la guerre avec le Hamas dans une logique régionale qui va au-delà des territoires de la Palestine occupée. Cette logique régionale inclut plusieurs pays: Israël, la Palestine occupée, la Syrie, l’Iran, l’Irak et le Liban. Le conflit israélo-palestinien est un enjeu pour toute cette région du Moyen-Orient, c’est un facteur de déstabilisation et c’est pourquoi beaucoup d’observateurs considèrent qu’il n’y aura jamais de paix au Moyen-Orient tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas résolu. Les câbles Wikileaks témoignent de cette logique.

Dans un autre câble du 4 avril 2005 (05TELAVIV2054), le gouvernement israélien évoque de nouveau le problème de la Syrie face aux groupes terroristes: « Il a dit que, bien que la Syrie ait fait de mauvaises choses, comme aider le Hamas et le Hezbollah, en compromettant la stabilité en Irak, et donnant refuge aux copains de [Saddam] Hussein, la chose la plus importante maintenant est de le sortir du Liban. » Dans ce même câble, le ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, évoque l’espoir que « d’autres pays de la région passent vers des systèmes démocratiques ». Ces propos témoignent d’une certaine volonté israélienne d’amener des changements de régime au Moyen-Orient, vers des régimes plus démocratiques et pacifiés, libérés du terrorisme, ou du moins d’une stabilisation politique en Irak et en Syrie, qui pourrait être favorable à la résolution du conflit israélo-palestinien.

Le câble diplomatique ne dit pas si le gouvernement israélien a eu une implication dans la déstabilisation du régime syrien, mais si tel était le cas, on constate aujourd’hui que la stratégie d’Israël a échoué au Moyen-Orient, car la déstabilisation des régimes hostiles à l’Etat d’Israël n’a pas pacifié le Moyen-Orient et n’a pas conduit à la mise en place de systèmes plus démocratiques. Au contraire, on voit aujourd’hui qu’avec la guerre en Syrie, non seulement les régimes se sont maintenus dans la violence et la répression, mais le jihadisme a aussi progressé et se répand comme une poudre sur toute la région.

Quel rôle pour la Russie?

Il semble aussi que le gouvernement israélien ait mal envisagé le rôle de la Russie dans le conflit au Moyen-Orient. Dans le premier câble (09TELAVIV363), Netanyahu présente la Russie comme un possible allié dans la stratégie de lutte contre le terrorisme en Iran et en Syrie: « La communauté internationale pourrait aussi imposer un blocus naval sur l’Iran […] avec la Russie comme pays clé dans cet effort. Le conseiller de Netanyahu, Arad, a ajouté que la Russie a été utile à certains moments […] et que les puissances occidentales pourraient avoir à faire des concessions avec la Russie sur d’autres questions pour les amener à collaborer plus étroitement contre Téhéran. »

Ce câble date d’avant le début de la guerre en Syrie, qui a commencé par les manifestations du 15 mars 2011, mais on sait aujourd’hui que la Russie n’a pas voulu s’allier avec l’Occident dans la lutte contre le régime syrien. Le câble Wikileaks montre ainsi que la stratégie prévue par le gouvernement israélien n’a pas fonctionné, car celui-ci pensait s’appuyer sur la Russie pour déstabiliser l’Iran et la Syrie. De son côté, la Russie n’a pas voulu intervenir contre le régime syrien par peur d’une extension du front islamique vers ses propres frontières: on voit que, là aussi, le raisonnement n’a pas fonctionné, car le front islamique s’est bel et bien étendu vers d’autres pays, même s’il n’atteint pas encore la Russie.

En fait, il y a beaucoup d’incertitudes sur ce qui se passe désormais dans cette région du Moyen-Orient. Il semble que toutes les stratégies gouvernementales aient échoué pour pacifier la région et que les scénarios qui se déroulent actuellement en Syrie et en Irak avec l’avancée de l’Etat Islamique n’avaient certainement pas été imaginés ni par le gouvernement israélien, ni par les gouvernements américain, européen ou russe, à un moment où ils pensaient régler le conflit avec le Hamas.

Les documents Wikileaks mettent ainsi en lumière les profondes erreurs d’appréciation des responsables gouvernementaux israéliens qui, dans leur stratégie face à l’Iran et à la Syrie, en 2005, puis 2009, ont pensé qu’ils réussiraient à affaiblir le Hamas, mais n’ont pas compris que ce qu’ils redoutaient le plus allait se produire quelques années plus tard, à savoir l’avancée actuelle du front jihadiste, la radicalisation du terrorisme et la déstabilisation du Moyen-Orient qui remet profondément en cause tout espoir de résoudre de manière pacifique le conflit israélo-palestinien.

Source des documents Wikileaks: http://search.wikileaks.org/plusd/cables/09TELAVIV363_a.html et http://search.wikileaks.org/plusd/cables/05TELAVIV2054_a.html

Une vidéo montre le bombardement israélien de Shujaiya qui a tué le journaliste de Gaza

Article soumis par Ali Abunimah, le 31 juillet 2014

Remarque: Cette vidéo montre des images violentes qui peuvent choquer certaines personnes.

Mercredi, les forces israéliennes ont bombardé le quartier-est de la ville de Shujaiya à Gaza, tuant 17 Palestiniens sur un marché où les gens étaient allés faire des courses pendant ce qu’ils pensaient être quatre heures de « trêve humanitaire. »

Cette vidéo mise en ligne sur YouTube montre le bombardement. Elle est intitulée en arabe «massacre de Shujaiya et le ciblage d’un journaliste et la blessure d’un photographe de l’Agence Manara News. »

Au tout début de la vidéo, un homme peut être aperçu portant un gilet pare-balles, un casque et une caméra, alors qu’il passe devant une ambulance.

Une autre ambulance accélère dans le cadre et l’homme dans le gilet pare-balles peut être entrevu à nouveau.

Soudain, une explosion qui envoie de la poussière et de la fumée, suivie d’une seconde explosion. Il y a des cris d’horreur, de l’angoisse et des appels au secours.

Gaza-mort d'un journaliste-Rami Rayan

[Capture d’écran de la vidéo: le corps a été identifié comme celui du journaliste Rami Rayan.]

Lire l’intégralité de l’article: http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/video-shows-israeli-shelling-shujaiya-killed-gaza-journalist

L’armée israélienne a été au courant pendant des années de la construction de tunnels par le Hamas

The entrance to a tunnel exposed by the Israeli military is seen on the Israeli side of the Israel-Gaza border

Al-Monitor, 28 juillet 2014

Selon des sources militaires, Israël depuis des années a eu accès à toutes les indications et à la preuve que le Hamas menait des travaux d’excavation complets et de grande ampleur le long de la frontière. Les avions des Forces de défense israéliennes (IDF) ont repéré les excavations et les tentatives de cacher l’élimination de quantités énormes de terre dans les sols des domaines concernés.

L’institution de la défense avait plus que des indices et des conjectures pour continuer. Un tunnel de Gaza à Israël a été déterré en mars. En octobre 2013, l’armée israélienne (IDF) a découvert un tunnel près du kibboutz Ein Hashlosha.

Dans une interview avec Al-Monitor, Efraim Barel, un habitant du village de Nirim, a déclaré que les habitants des villages le long de la frontière avec la bande de Gaza ont non seulement entendu et senti les fouilles en cours sous leurs maisons, mais ont même découvert des tunnels dans leurs domaines. Selon Barel et d’autres, l’armée israélienne (IDF) n’a rien fait.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/07/gaza-hamas-tunnels-iran-priority-netanyahu-philadelphi.html#

Les documents découverts des Frères musulmans pourraient conduire Obama en prison

Vidéo de Western Journalism, publiée le 30 août 2013

Traduction intégrale de la vidéo:

Un document découvert des Frères musulmans, publié lors d’un procès sur le financement du terrorisme en 2008, appelle à la destruction des États-Unis. Le candidat présidentiel des Frères musulmans, Mohamed Morsi, a proclamé devant des milliers de partisans que « le jihad est notre voie ». Malgré cela, Barack Obama a accueilli Mohamed Morsi à bras ouverts quand il a été élu président de l’Egypte et il a continué à le soutenir lorsque des rapports non-stop ont fait surgir que les Frères musulmans avaient mis en place des chambres de torture pour leurs adversaires politiques et qu’ils ont ouvertement crucifié des chrétiens.

Avec les Frères musulmans conduits hors du pouvoir à la déception de notre président des Frères musulmans, Barack Obama, l’armée égyptienne désormais au pouvoir a découvert un trésor de documents liant le régime Obama avec les activités illégales des Frères musulmans.

Un de ces documents est une liste des officiels des Frères musulmans qui reçoivent des pots de vin secrets en dollars US, payés par le consulat américain et s’élevant à des millions de dollars.

Le journaliste d’investigation Jerome Corsi a obtenu une copie du document détenu par l’armée égyptienne qui prouve que le régime Obama a envoyé des millions de dollars en pots de vin aux Frères musulmans.

Mais qui gérait tout cet argent? Est-ce que les Frères musulmans se promenaient avec des centaines de milliers de dollars dans leurs poches? Entre Malik Obama, le demi-frère d’Obama. Selon la télévision égyptienne, tel que rapporté par Jerome Corsi, la Cour suprême constitutionnelle d’Egypte voulait « …informer le peuple américain que le frère de leur président Obama est l’un des architectes d’importants investissements des Frères musulmans. »

Nous ne parlons pas seulement ​​des pots de vin que les Frères musulmans ont reçu en Egypte, mais de l’ensemble des finances des Frères musulmans dans le monde entier, qui plus que probablement comprennent une étonnante somme de 8 milliards de dollars de pots de vin aux Frères musulmans donnés par le régime Obama tel que rapporté par l’Egypt Daily News et Arabic News TV 14. Le pot de vin était un paiement pour garantir que l’immense étendue de terre égyptienne, la péninsule du Sinaï, soit remise au groupe-frère des Frères musulmans, le Hamas.

Selon l’Egypt Daily News, un document existe montrant l’accord de 8 milliards de dollars avec l’administration Obama qui a été signé par l’ancien président des Frères musulmans, Mohamed Morsi, et son commandant en second Khairat al-Shater, tous deux en état d’arrestation par l’armée égyptienne pour assassinat et trahison.

Est-ce que ce document existe vraiment, montrant le pot de vin de 8 milliards de dollars signé par Obama ou l’un de ses représentants? Sans aucun doute.

Selon l’Anatolia News Agency, Saad al-Shater, le fils de Khairat al-Shater, a dit que son père, avant d’être arrêté, avait en sa possession une preuve qui aurait mis le président Obama en prison et c’est sans doute ce document auquel il faisait référence.

Si l’armée égyptienne publie ce document dans la presse, cela sonnerait sans doute la fin de l’administration Obama et signifierait une longue peine de prison pour trahison pour Barack Hussein Obama.

Voir l’article et la transcription en anglais de la vidéo: http://www.maggiesnotebook.com/2013/09/barack-and-malik-obama-muslim-brotherhood-us-consulates-and-billions-of-usd-us-buying-sinai-for-hamas/

Un câble Wikileaks de 2009 montre que l’armée israélienne a visé les infrastructures civiles, avant de viser le Hamas

Bombardements à Gaza

Voici un extrait du câble diplomatique 09JERUSALEM17, daté du 2 janvier 2009, où on apprend, grâce au témoignage d’une collaboratrice de l’USAID, Manal al-Bashti, que les raids israéliens ont visé, d’après ce qu’elle dit, à détruire les infrastructures civiles et gouvernementales des palestiniens, plutôt que de lutter contre le Hamas et les ennemis présumés de l’armée israélienne. Son témoignage offre un autre regard sur la situation du conflit israélo-palestinien:

7. (C) Manal al-Bashti, gestionnaire de programme d’un projet de société civile/démocratie financé par l’USAID [Agence des États-Unis pour le développement international], a dit au personnel de l’USAID que des frappes aériennes israéliennes ont fréquemment visé des institutions gouvernementales, telles que le bâtiment du Ministère de l’Enseignement du PA [Autorité Palestinienne] et le siège du PLC [Conseil Législatif Palestinien], qui n’ont aucun lien avec les forces militaires ou les roquettes du Hamas. Elle a indiqué que la campagne militaire israélienne semblait plus dirigée à détruire l’infrastructure civile palestinienne, plutôt que dégrader les capacités du Hamas à attaquer Israël. Elle a dit que les modérés et les civils souffrent le plus des combats.

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09JERUSALEM17_a.html

Pour retrouver la citation dans le câble original: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09JERUSALEM17_a.html#efmBfrBoc

#The GIFiles : L’assassinat d’Imad Mughniyeh – Retour sur les opérations secrètes du Mossad –

 Publié : le mars 13, 2012 par W dans The Global Intelligence Files

25 Palestiniens, dont des membres du groupe armé “Jihad islamique” et des civils parmi lesquels un enfant de 12 ans, ont été tués à Gaza dans des raids israéliens depuis ce vendredi 9 mars. Cette escalade de violence s’est déclenchée après l’assassinat du chef du “Jihad islamique” et ce dernier a riposté par le tir de près de 100 roquettes contre l’état d’Israël.

De la fumée s'élève au-dessus de la ville de Gaza, après un raid aérien samedi. Crédits photo : Hatem Moussa/AP

De la fumée s’élève au-dessus de la ville de Gaza, après un raid aérien samedi. Crédits photo : Hatem Moussa/AP

Ce n’est pas la première fois que l’armée ou les services secrets israéliens ont recours à ce genre d’opération très controversée, les services secrets israéliens, “Le Mossad”, est connu pour ses opérations clandestines à travers le monde ; l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh, membre des groupes armés palestiniens Ezzedine al Qassam, le bras armé du Hamas à Dubaï, est un coup qui a fait la une des médias internationaux le 20 janvier 2010.

La police de Dubaï -Emirats Arabes Unis- après une enquête profonde a publié cette vidéo, “CCTV footage : The assassination of Mahmoud al Mabhouh in Dubai” en 2010 qui montre comment des agents secrets israéliens ont traqué Al Mabhouh pour le torturer et l’assassiner dans une chambre d’hôtel.

Même s’il n’y a pas de preuve, l’Iran n’a pas hésité à accuser le Mossad des récents assassinats contre des savants iraniens.

INSIGHT – Israel – assassinat d’Imad Mughniyeh – IL1

L’email ayant l’ID 66013 rendu public le 13 mars 2012 et daté du 21 février 2008, échangé entre Reva Bhalla, la directrice des analyses à Stratfor et le service de renseignement de la même compagnie, nous présente le rapport élaboré par une source israélienne qui travaille pour le compte de Stratfor sur l’assassinat d’Imad Mughniyeh, un des piliers du Hezbollah, le 12 février 2008 à Damas en Syrie.

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 66013
Date 2008-02-21 22:00:39
De bhalla@stratfor.com
A intelligence@stratfor.com

PUBLICATION: Pour usage Background/Analyse

ATTRIBUTION : Source israélienne (connecté)

Fiabilité de la source: B

Elément de crédibilité: 2

TRAITEMENT SPÉCIAL: N / A

Imad Mughniyeh

Imad Mughniyeh

Sur l’assassinat d’Imad Mughniyeh:

Définir M.O. du Mossad. C’était une attaque très élégante. Comme l’ont montré des images, la voiture était encore largement intacte, l’explosion contrôlée s’était concentrée sur l’appuie-tête.

Le Mossad ne revendique jamais les assassinats. La seule fois où ils l’ont revendiqué, c’était pour l’assassinat d’Ali Hassan Salameh (Une des rares fois où Israël agit sans notifier les U.S. (Etats-Unis), et les U.S. qui étaient bourrés parce qu’il été une liaison de la CIA).

Certainement les U.S savaient pour l’assassinat, le commentaire du département d’Etat le reflète.

Je crois vraiment que le Mossad avait traqué IM (Imad Mughniyeh) pendant un certain temps. Ce petit éditorial est paru le lendemain de l’assassinat dans haaretz (un journal Israélien) et explique d’un point de vue opérationnel comment vous vous attachez à quelqu’un que vous suiviez et ce sentiment bizarre de tristesse quand il est éliminé parce que vous avez suivi tous ses mouvements et pendant si longtemps. Ne peut être compris que d’un point de vue opérationnel.

Il était un grand atout pour le Mossad de le suivre, mais difficile de comprendre pourquoi il l’a assassiné aujourd’hui. Peut-être que l’assassinat est lié à une volonté de la part des États-Unis/Iran d’exercer une pression sur l’Iran sur ce point, ou alors une bonne occasion qui s’est présentée. Le Mossad savait qu’il avait été réactivé depuis un certain temps maintenant… il a été suivi pendant un certain temps.

Comment l’opération s’est probablement réalisée :

Photo de l'attentat

Photo de l’attentat

Le Mossad travaille en équipes modulaires. Cette opération nécessite beaucoup plus que juste trois personnes, mais vous n’en avez jamais eu besoin d’un grand nombre dans le pays au moment de l’attaque, vous avez une personne pour la surveillance, le récupérer, envoyer une autre personne pour acquérir les explosifs, le récupérer, envoyer un fabricant de bombe et le récupérer, etc. Ce n’est pas clair s’ils avaient quelqu’un dans le pays au moment de l’attaque .. ne serez pas surpris si la bombe était déclenchée par un signal sat -satellitaire- (ma note – peut-être que ma théorie de ping d’un téléphone cellulaire est vraie ?). En outre, toute personne, qui travaillait avec eux dans le pays au moment de l’attaque était probablement une recrue arabe (la raison probable pour laquelle la Syrie et l’Iran estiment l’implication d’un régime arabe dans cet assassinat). Pas de question même si c’était une op du Mossad.

IM (Imad Mughniyeh) était un atout majeur et était actif. Il était capable de survivre pendant si longtemps parce qu’il a été protégé de très près par les Iraniens. Quand je dis qu’il était actif, je ne dis pas qu’il était un opérateur directement impliqué dans toute la formation, etc. Il était un stratège, ils l’appelaient leur chef d’état-major. Et vous grossissez lorsque vous êtes assis à Téhéran comme chef d’état-major. C’est la nature du biz.

Les représailles viendront. Ce n’est pas une question de si, mais de quand. Sera beaucoup plus une attaque comme celle de Buenos Aires – opération outre-mer, secrète. Et ça sera une opération importante. Le Hezbollah a des agents actifs à l’étranger pour tirer cela au large et n’oubliez pas lors de l’attaque de BA – Buenos Aires-, que les Iraniens ont réussi à corrompre les responsables de la sécurité argentins et l’équipe d’enquête.

Israël est militairement prêt pour une autre guerre. Ashkenazi a fait un travail phénoménal au cours de l’année précédente dans la réforme du système.. C’est vraiment incroyable. Il est un Golani – ce qui signifie qu’il est un hardcore. Nous avons des blagues en Israël disant que les Brigades Golani sont celles qui mangent la saleté et qui sont les plus robustes… Ashekenazi est sérieux sur ce sujet et il n’a pas donné d’interview.

En outre, Meir Dagan a totalement transformé le Mossad. Il est venu et il a littéralement fermé le département des recherches du Mossad. Il a dit je ne veux plus de documents académiques, tout se focalise sur les opérations. Ce coup de Mughniyeh était son bébé. Ce n’est pas une coïncidence que Olmert ait étendu le mandat de Dagan jusqu’en 2009 pour la première fois JUSTE APRES le succès sur IM (Imad Mughniyeh).

L’ego d’Israël était grièvement meurtri par la guerre avec le Hezbollah et cet assassinat ainsi que la frappe aérienne en Syrie est une façon qu’a Israël de revenir et de montrer qu’ils sont encore forts. Cela aide aussi Olmert à garder le capital politique dont il a besoin. C’est le genre d’action que nous allons voir d’Israël – autres opérations de ce genre.

Israël NE VEUT PAS d’une autre guerre avec le Hezbollah maintenant. Ils n’essayent pas de les pousser vers une autre guerre non plus. Le “focus” est mis sur les opérations secrètes. Il est hors de question pour Israël d’essayer de répéter la guerre de 1982 au Liban. Ce fut le Vietnam d’Israël. Israël est absolument sensible aux victimes militaires, plus que les États-Unis. C’est ce que le rapport Winograd avait pour sujet – on note qu’il n’a pas parlé des victimes civiles, il parlait uniquement des victimes militaires et si leurs vies valaient la peine de lancer une opération terrestre si tardive dans le jeu…. c’est ancré dans la psyché israélienne. Israël ne voudra pas une guerre dont les victimes humaines seront élevées. Même durant la guerre du Liban, c’était vrai.

Concernant le  Hamas ..

Les canaux de communication indirects “Backchannels” entre Israël et le Hamas sont en cours. L’Égypte est le principal canal (principalement Omar Suleiman). Barak ne sait pas quoi faire encore au sujet de la bande de Gaza. On ne parle même pas de réoccupation, mais c’est toujours une situation de désordre. La bombe qui a explosé à Dimona venait d’Hébron ; ironiquement, des militants pacifistes israéliens ont réussi à stopper la construction du mur à l’endroit où le kamikaze est passé.

L'impact d'un Qassam sur la ville de Sderot

L’impact d’un Qassam sur la ville de Sderot

Beaucoup de pression politique s’exerce sur Olmert pour qu’il fasse quelque chose au sujet de Gaza. Les familles de Sderot ont de l’influence. Les roquettes Qassam sont beaucoup plus une arme psychologique qu’autre chose, ils ne causent pas beaucoup de dégâts. Mais l’effet politique ne peut être sous-estimé.

– –