Audition de Snowden en Allemagne: les Verts menacent de déposer une plainte auprès de la cour constitutionnelle de Karlsruhe

German lower house of parliament deputy Stroebele talks to the media before a session of the parliamentary intelligence control committee in BerlinPhoto: Hans-Christian Ströbele

Spiegel.de, 9 juillet 2014

La CDU et le SPD refusent l’audition de l’ancien agent secret Snowden dans le cadre de la commission NSA. Les Verts mettent la pression: L’expert en affaires intérieures Ströbele annonce une plainte auprès de la cour constitutionnelle de Karlsruhe. Le gouvernement ne devrait pas céder.

Berlin: les députés Verts du Bundestag menacent de déposer un recours auprès de la cour constitutionnelle, afin d’obtenir l’audition du lanceur d’alerte des services secrets US en Allemagne. « Nous le ferons aussi » au cas où le gouvernement fédéral ne cède pas, a déclaré l’expert en affaires intérieures Hans-Christian Ströbele. C’est le devoir du gouvernement d’accorder l’assistance administrative à la commission et d’accorder un visa allemand à Snowden. Cela comprend l’engagement de ne pas l’extrader vers les Etats-Unis.

Snowden aurait refusé un entretien vidéo, d’après les dires de son avocat allemand. Son client ne témoignera pas par vidéo depuis son asile moscovite. Le courrier du juriste est arrivé mardi ainsi que l’a annoncé le président de la commission Patrick Sensburg (CDU).

L’ancien collaborateur de la NSA placé sous mandat d’arrêt par les Etats-Unis aurait déjà proposé il y a quelques mois de témoigner en Allemagne à condition que son séjour soit sécurisé.

Traduit par Nalaf du Parti Pirate

Lire l’intégralité de l’article: http://www.spiegel.de/politik/deutschland/snowden-vernehmung-gruener-stroebele-droht-mit-klage-in-karlsruhe-a-980017.html

Le double-jeu de l’Allemagne dans l’affaire Snowden

Hans-Christian Ströbele rencontre Edward SnowdenPhoto: Le député allemand Hans-Christian Ströbele rencontre Edward Snowden à Moscou. (cliquer pour voir les vidéos de la rencontre)

Un nouvel acteur vient jouer un rôle dans l’affaire Snowden: l’Allemagne. Le pays souhaite faire témoigner l’ex-agent de la NSA sur son propre territoire.

Wikileaks a déclaré tout récemment qu’une collaboratrice ayant accompagné Edward Snowden en Russie vient de trouver refuge à Berlin. La raison invoquée: des risques et des menaces juridiques en Grande-Bretagne, bien qu’aucune action n’ait été officiellement annoncée contre cette personne de nationalité britannique et qui, d’autre part, n’a pas eu de rôle actif dans la fuite des documents de la NSA. Cependant, Snowden a sans doute plus de souci à se faire en ce moment que les nombreux journalistes, collaborateurs et représentants d’ONG qui l’ont rencontré à Moscou.

L’Allemagne, qui planifie peut-être des choses importantes dans les révélations de la NSA – ce qui expliquerait pourquoi la collaboratrice de Snowden se réfugie à Berlin – vient aussi d’annoncer que le pays voudrait interroger l’ex-agent de la NSA sur son propre territoire, et non directement à Moscou. Le député Hans-Christian Ströbele est allé, en effet, à sa rencontre. Alors, pourquoi ce changement de position politique? Nous pensions que l’Allemagne était un partenaire de la NSA et un allié des Etats-Unis, au même titre que les autres pays européens, et voilà qu’on nous apprend le contraire. Rien ne va plus au pays des alliés occidentaux.

Ce revirement de l’Allemagne semble plutôt étonnant, alors qu’il y a quelques mois, aucun pays européen n’a souhaité accordé l’asile politique au jeune lanceur d’alerte. Ce fut le grand silence de la part de l’Europe, y compris celui de la France. Si Berlin accueille désormais les militants pro-Wikileaks et les défenseurs de Snowden, on se demande juste pourquoi ne pas avoir donné l’asile politique à Edward Snowden quand il le demandait il y a plusieurs mois aux pays européens? Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour finalement lui demander de venir en Europe pour témoigner? Si les gouvernements européens avaient depuis le départ comme intention de l’aider, pourquoi ne pas l’avoir dit de suite? Cela aurait évité aux supporters de perdre du temps dans des pétitions et des actions inutiles.

La question que l’on se pose aussi, c’est de savoir ce qui motive cette brusque décision de l’Allemagne: est-ce que Snowden est en danger à Moscou? Est-ce que l’espionnage d’Angela Merkel est la seule vraie raison de cette décision? (Et comment d’ailleurs un pays partenaire de la NSA peut-il ne pas savoir que ses responsables politiques sont espionnés?) Ou est-ce que l’Allemagne souhaite aider Snowden à publier plus de documents secrets, face au refus du président Poutine de voir l’allié américain affaibli par de futures révélations?…

Ou bien, est-ce que les révélations de la NSA étaient destinées à un autre but géopolitique, notamment celui de provoquer une crise diplomatique avec la Russie ou d’influer sur « les relations entre les USA et la Russie« ? Dans le domaine de l’espionnage, tout est possible (et nous n’avons pas de réponse à cette question). Sous un autre jour, l’affaire Snowden relayée dans les médias aurait pu apparaître comme un bon moyen d’aider la Russie à lutter en faveur de la transparence gouvernementale, ou bien comme un moyen pour sensibiliser l’opinion publique à l’espionnage massif pratiqué par les services secrets. Il y a peut-être d’autres enjeux à découvrir dans l’affaire Snowden.

Ecrit par kimono

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives