Des yeux privés. Une petite société inconnue qui permet une surveillance de masse mondiale

The Intercept, par Ryan Gallagher et Nicky Hager, le 23/10/2016

800px-medusa_by_caravaggio_1597_galleria_degli_uffizi_21810229096C’était un instrument puissant de technologie créée pour un client important. Le système Medusa, nommé d’après le monstre mythique grec avec des serpents à la place des cheveux, avait un objectif principal: aspirer de grandes quantités de données Internet à une vitesse stupéfiante.

La technologie a été conçue par Endace, une entreprise peu connue de Nouvelle-Zélande. Et le client important a été l’agence d’écoute électronique britannique, le Government Communications Headquarters, ou GCHQ.

Des dizaines de documents internes et d’emails d’Endace, obtenus par The Intercept et rapportés en coopération avec Television New Zealand, révèlent le rôle clé de l’entreprise dans l’aide aux gouvernements à travers le monde pour récolter de grandes quantités d’informations sur les emails privés des gens, des discussions en ligne, des conversations sur les médias sociaux, et les historiques de navigation sur Internet.

Les fichiers divulgués, qui ont été fournis par une source via SecureDrop, montrent qu’Endace a listé une agence de sécurité marocaine impliquée dans la torture comme étant l’un de ses clients. Ils indiquent également que la société a vendu ses engins de surveillance à plus de la moitié d’une douzaine d’autres organismes gouvernementaux, y compris aux États-Unis, en Israël, au Danemark, en Australie, au Canada, en Espagne et en Inde.

Certaines des plus grandes ventes d’Endace au cours des dernières années, cependant, l’étaient au GCHQ du Royaume-Uni, qui a acheté une variété de systèmes d' »acquisition de données » et de « sondes » qu’il utilise pour surveiller secrètement le trafic Internet.

Les documents du lanceur d’alerte de la National Security Agency, Edward Snowden, précédemment divulgués par The Intercept, ont montré comment le GCHQ a considérablement élargi sa surveillance en ligne entre 2009 et 2012. Les documents Endace, nouvellement obtenus, s’ajoutent à ces révélations, mettant en lumière pour la première fois le rôle vital joué par le secteur privé pour faciliter l’espionnage.

Lire la suite: https://theintercept.com/2016/10/23/endace-mass-surveillance-gchq-governments/

Publicités

Le réchauffement global de la planète pourrait être causé par une arme américaine: HAARP

TeCake.in, Shivangi Sharma, 19/06/2016

800px-HAARP20lHAARP, une arme développée aux États-Unis est supposée être la cause du réchauffement de la planète en conséquence de quoi diverses cultures en Inde telles que le blé, le maïs, la moutarde, la pomme de terre et le sorgho ont réduit leurs rendements, comme l’a déclaré le ministre de l’Environnement à Rajya Sabha, lundi, qui était le jour de l’ouverture de la mousson. Ce changement de climat a été observé par le Conseil indien de la recherche agricole.

Lorsqu’on lui a demandé si le gouvernement était au courant des effets causés par l’arme, le ministre de l’Environnement, Anil Madhav Dave, a dit que « les USA ont développé ce type d’arme appelé High Frequency Active Auroral Research Programme. HAARP frappe la haute atmosphère avec un faisceau électromagnétique focalisé et orientable » dans une réponse écrite. Il a précisé que le gouvernement était au courant et a ajouté que « HAARP est un modèle avancé d’appareil super puissant de chauffage ionosphérique qui peut provoquer le réchauffement de la terre et avoir un effet de réchauffement global ».

Il y a un effet dévastateur non seulement sur les cultures indiennes, mais aussi sur le climat de la Terre. HAARP est une cible régulière des théoriciens du complot qui prétendent que celui-ci serait capable de modifier la météo, désactiver les satellites et contrôler les cerveaux des gens. Les théoriciens du complot attribuent à HAARP les tremblements de terre, les sécheresses, les inondations, le crash de 1996 du vol TWA 800, la destruction de la navette spatiale Columbia et l’ouragan Sandy en 2003.

Lire la suite: http://tecake.in/news/science/global-warming-might-caused-us-weapon-haarp-20657.html

Carte de l’Internet: quelle hiérarchie des puissances ? (Revue Diploweb)

Geopolitique_internet_hierarchie_puissances_C_Bezamat-Mantes

Source: http://www.diploweb.com/Carte-de-l-Internet-quelle.html

Les Etats-Unis ont autorisé la NSA à espionner le BJP, révèle Edward Snowden

DNAIndia.com, 1er juillet 2014

Narendra Modi: SnowdenDes rapports ont fait surface disant que les États-Unis ont autorisé la National Security Agency (NSA) à espionner des organisations politiques basées à l’étranger, y compris le Bharatiya Janata Party (BJP) en Inde et le Parti du Peuple Pakistanais (PPP) au Pakistan.

Selon l’Express Tribune, un document classifié a révélé que l’agence d’espionnage américaine NSA avait reçu la permission officielle pour espionner la plupart des pays et certains organismes internationaux, ainsi que des partis politiques, en vertu de la certification du tribunal de la FISA. Le rapport du Washington Post dit que, sous une certification de 2010 approuvée par la Foreign Intelligence Surveillance Court (FISA), la NSA avait la permission d’espionner les 193 gouvernements étrangers ainsi que des factions étrangères, des organisations politiques et d’autres entités.

Alors que la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont restés à l’identique du programme d’espionnage de la NSA suivant les dispositions américaines de non-espionnage avec les quatre pays, deux factions de nations étrangères, l’Autorité palestinienne et la République turque de Chypre du Nord ont également été espionnées par les radars de la NSA.

De plus, la NSA a également été autorisée à espionner des organismes internationaux tels que l’ONU, l’Agence internationale de l’énergie atomique, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, la Banque asiatique de développement et beaucoup d’autres.

Source: http://www.dnaindia.com/world/report-us-authorised-nsa-to-spy-on-bjp-reveals-edward-snowden-1998854

Les ONG de Bhopal révèlent les câbles de WikiLeaks sur Dow Chemicals

[Cet article a été initialement traduit et publié par un traducteur volontaire sur le Forum Wikileaks, le 28 avril 2013.]

Les ONG de Bhopal révèlent les câbles de WikiLeaks sur Dow Chemical; Elles prétendent que le gouvernement indien s’est incliné face aux pressions américaines

Pervez Bari, TwoCircles.net, le 17 avril 2013

Bhopal: les représentants de cinq ONG (organisations non-gouvernementales) qui travaillent à la protection des survivants de la tragédie de Bhopal de 1984, la pire catastrophe industrielle que le monde ait jamais connue, ont accusé le gouvernement de l’Inde de courber l’échine devant la pression du gouvernement américain afin de servir les intérêts d’Union Carbide et Dow Chemical à Bhopal.

S’exprimant lors d’une conférence de presse, mercredi, les représentants des ONG, tout en citant des documents récemment publiés par WikiLeaks, les « Kissinger Cables», ont déclaré que Kamal Nath, ancien Ministre du Commerce et Montek Singh Ahluwalia, Vice-Président de la Commission de Planification, ont accueilli les investissements de Dow en Inde à bras ouverts, contredisant la position exprimée par le gouvernement indien  au sujet du lourd passif de Dow en Inde.

Représentants ONG-BhopalPhoto: Les représentants de cinq ONG qui travaillent pour le bien-être des survivants de la tragédie de Bhopal en 1984 s’expriment en Conférence de presse

Un câble envoyé par le Chef de Mission Adjoint à New Delhi, Steven J. White, le 27 Juillet 2007, indique: «Au cours du forum CEO [Forum des Chefs d’Entreprises] en Octobre 2006, les officiels du  gouvernement indien, y compris le Ministre du Commerce Nath et  Montek Singh Ahluwalia, Vice-Président de la Commission de Planification, ont déclaré qu’ils se félicitaient des nouveaux investissements de Dow en Inde et ne pensaient pas que Dow soit responsable du nettoyage du site où la catastrophe a eu lieu. »

Apparement, l’ambassadeur américain David Mulford a exhorté le gouvernement indien à « abandonner les charges contre Dow » dans un câble envoyé le 18 Septembre 2007.
En réponse, Montek Singh Ahluwalia, Vice-Président de la Commission de Planification  à l’époque, avait assuré Mulford que le gouvernement fédéral ne tenait pas Dow responsable du nettoyage, mais était dans l’incapacité de retirer ses poursuites contre la société à cause d’ONG «actives et vocales». Selon le câble, Ahluwalia a alors conseillé à l’ambassadeur de discuter de la question du passif de Dow Chemical au sujet de Bhopal avec Chidambaram, Ministre des Finances.

Les ONG de Bhopal ont déclaré que les câbles disponibles montrent que le gouvernement indien a toujours floué les Indiens et les habitants de Bhopal tout en servant les intérêts de l’Union Carbide Corporation. Dès les années 1970, le gouvernement indien a établi un compromis de principe sur les opérations de devises étrangères pour aider Union Carbide à conserver le contrôle majoritaire dans UCIL [Union Carbide India Limited].

Les ONG affirment également qu’un câble envoyé par David T. Schneider, Chef de Mission Adjoint à l’ambassade américaine à New Delhi, le 4 Février 1975, montre que le gouvernement indien a permis à Union Carbide aux Etats-Unis de contourner la loi sur la réglementation des devises étrangères afin d’obtenir des prêts auprès de l’American Exim Bank, au lieu d’une agence de financement indienne. Un autre câble daté du 11 Septembre 1975, envoyé par Henry Kissinger, Secrétaire d’Etat des Etats-Unis à l’ambassade américaine en Inde, montre le soutien que le gouvernement américain a donné à Union Carbide aux États-Unis afin d’obtenir des prêts auprès de l’US Exim Bank pour ses opérations à Bhopal.

Les organisations ont également présenté une copie d’un câble envoyé par l’ancien ambassadeur américain en Inde, William Saxbe, le 20 Avril 1976, dans lequel il exprime sa satisfaction face à la dissolution des directives FERA [Foreign Exchange Regulation Act] de sorte qu’Union Carbide puisse continuer à détenir des participations majoritaires dans sa filiale indienne.

Les représentants de cinq associations [de victimes] – Bhopal Gas Peedit Mahila Papeterie Karmchari [Karmachari] Sangh, Bhopal Gas Peedit Mahila Purush Sangharsh Morcha, Bhopal Gas Peedit Nirashrit Pensionbhogi Sangharsh Morcha, Children against Dow/Carbide and Bhopal Group for Information & Action – ont déclaré que les documents de WikiLeaks mettent en évidence les racines historiques de l’injustice chronique dans le cas de la pire catastrophe industrielle que le monde ait jamais connue à Bhopal. Elles affirment que l’injustice de Bhopal est perpétuée par le soutien des gouvernements américain et indien à Union Carbide et Dow Chemical, ainsi que par des traîtres comme Kamal Nath, Chidambaram et Ahluwalia.

Il convient de rappeler ici que dans la nuit du 2 au 3 Décembre 1984, l’usine de fabrication de pesticides Union Carbide avait laissé échappé de l’isocyanate de méthyle, gaz toxique, et 3000 personnes en étaient mortes pratiquement instantanément, plus de 25 000 personnes sont mortes depuis des suites de l’accident,  et la triste saga se poursuit ininterrompue. Environ un demi-million de personnes souffrent d’effets secondaires dûs au gaz toxique et plusieurs milliers ont été mutilées à vie.

Oncle Sam contrôlant les leaders indiensPhoto: Une caricature sur une affiche de l’Oncle Sam qui contrôle les dirigeants et les responsables indiens de haut rang, sur le lieu de la conférence de presse.

En attendant, les détails des extraits de WikiLeaks sont à lire ici:

EXTRAITS DE WIKILEAKS

——————————————————————————————————————————————————–
Date: 4 Février 1975
Sujet: Demande d’Union Carbide pour EXIM
De: Ambassade américaine, New Delhi, Inde
À: Département d’État des États-Unis
URL: https://www.wikileaks.org/plusd/cables/1975NEWDE01606_b.html
Extrait: DU POINT DE VUE DU GOI [GOVERNMENT OF INDIA, GOUVERNEMENT DE L’INDE] IL S’AGIT D’UNE QUESTION DE PRINCIPE ET SON ACCORD A DEJA ETE DONNE POUR DES COMPROMIS GENERALEMENT REFUSES AUX EMPRUNTEURS INDIENS
——————————————————————————————————————————————————–
Date: 25 septembre 1975
Sujet: Relations indo-américaines: Ambiance: Vibrations Positives
De: Ambassade américaine, New Delhi, Inde
À : Département d’État des États-Unis
URL: https://www.wikileaks.org/plusd/cables/1975NEWDE12918_b.html
Extrait: Nous essayons de profiter de l’ouverture suscitée par l’intérêt de Kaul dans la résolution des problèmes économiques en demandant des décisions au niveau de la finance pour résoudre de multiples problèmes tels que l’affaire d’arbitrage pour les engrais, les retards de paiement, les problèmes avec Pan Am et TWA, l’attente des propositions d’investissement d’Union Carbide et National Starch, ainsi qu’un assouplissement des onéreuses directives FERA [Foreign Exchange Regulation Act]. (Durant la rédaction de ce câble, Union Carbide a téléphoné pour dire que sa proposition avait été soudainement approuvée après 6 mois d’attente). Nous espérons obtenir plus de résultats. Les «belles réussites» jusqu’à présent se rapportent au problème du gouvernement indien avec  le  Vietnam du Nord, un assouplissement notable des restrictions de « vol indien » imposées sur les Indiens en voyages d’affaires pour les programmes de l’USG [Gouvernement US] et Union Carbide.
——————————————————————————————————————————————————–
Sujet: Communiqué de presse sur EXIMBANK crédit à l’Inde
De : Département d’État des États-Unis Inde
À:  Ambassade des Etats-Unis, New Delhi
URL: https://www.wikileaks.org/plusd/cables/1976STATE001679_b.html
Extrait: L’Export-Import Bank des Etats-Unis a autorisé un crédit direct de 1.260.000 dollars à Union Carbide India Limited (UCIL), afin de soutenir la vente d’équipements et de services américains d’une valeur de 2.8 millions de dollars, requis pour la construction d’une usine pour produire des insecticides et autres produits chimiques agricoles. L’usine sera construite à Bhopal, Madhya Pradesh, pour la production de pesticides à base d’isocyanate de méthyle. Les achats américains consisteront en des réacteurs, des tours de distillation, des échangeurs de chaleur non-classifiés d’après la page 2 réf. 001679 02, des centrifugeuses, des filtres, sécheurs, vannes, instruments de contrôle, équipements de sécurité. Les fournisseurs US seront Vulcan, une entreprise de fabrication de Cincinnati, Ohio, et Gould Pumps Inc., de Seneca Fall, New York, entre autres.
——————————————————————————————————————————————————–
Sujet: Loi (FERA) Directives sur la règlementation des devises  modifiées
De: Ambassade américaine, New Delhi, Inde
À : Département d’État des États-Unis
URL: https://www.wikileaks.org/plusd/cables/1976NEWDE05722_b.html
Extrait: les directives précédentes avaient créé des problèmes pour les pouvoirs publics indiens dans les cas d’entreprises multi-produits tels qu’Union Carbide, Phillips aux Pays-Bas, Imperial Chemical Industries et d’autres, dont la contribution au développement industriel indien et aux exportations était vitale, mais qui ne pouvaient pas se mettre en conformité avec les critères stricts des anciennes directives et, en même temps, n’étaient pas disposés à accepter de ne posséder que 40 pour cent d’une société. Il est dorénavant possible de retenir une participation majoritaire et de contrôler les investisements de capitaux étrangers d’une manière jugée non-restrictive par la plupart des hommes d’affaires étrangers.
——————————————————————————————————————————————————–
Date: 27 juillet 2007
Sujet: Bureau de New Delhi Bureau ECON Rapport hebdomadaire
De: Ambassade américaine, New Delhi, Inde
À: Ministère de l’Agriculture, Ministère de l’Énergie, Département d’État, Ministère des Transports, Ministère du Trésor, Administration Fédérale de l’Aviation, Inde Chennai, Inde Kolkata, Inde Mumbai
URL: https://www.wikileaks.org/plusd/cables/07NEWDELHI3429_a.html
Extrait: Au cours du CEO Forum [Forum des Chefs d’Entreprises], en octobre 2006, les responsables du gouvernement indien, y compris le Ministre du Commerce Nath et le Vice-Président de la Commission de Planification Montek Singh Ahluwalia, ont déclaré qu’ils se félicitaient des nouveaux investissements de Dow Chemical en Inde et ne pensaient pas que Dow soit responsable du nettoyage du site où la catastrophe a eu lieu.
——————————————————————————————————————————————————–
Date: 18 septembre 2007:
Sujet: L’ambassadeur discute du CEO Forum et des problèmes avec Ahluwalia, Vice-Président de la Commission de planification
De: Ambassade américaine, New Delhi, Inde
À: Ministère du Commerce | Ministère de l’Énergie | Secrétariat d’Etat | Ministère du Trésor  | Inde Chennai | Inde Kolkata | Inde Mumbai
URL: https://www.wikileaks.org/plusd/cables/07NEWDELHI4272_a.html
Extrait: L’Ambassadeur a également cité les poursuites toujours en cours contre Dow Chemical à Bhopal liées à la remise en état des terres comme étant un obstacle supplémentaire pour Dow et d’autres sociétés pour investir en Inde, et il a demandé que les pouvoirs publics indiens abandonnent leurs revendications contre Dow. Ahluwalia a pris en compte les remarques de l’ambassadeur au sujet de  McDermott, notant l’importance  de la nécessité de résoudre le problème. Au sujet de Dow, il a dit que les pouvoirs publics indiens ne comprennent pas les préoccupations de Dow au sujet de possibles futures responsabilités civiles ou pénales puisque les réclamations des tiers ne suggèrent pas que le gouvernement indien tienne Dow pour responsable du nettoyage.
Le problème du gouvernement indien est que les ONG sont très actives et vocales, et dans ce cas, il est très difficile pour le gouvernement d’abandonner ses revendications contre Dow. Le gouvernement indien espérait que l’affaire serait résolue rapidement, ce qui aurait réglé cette question, mais Dow a retardé la résolution en demandant un sursis en rapport avec l’action en justice. Ahluwalia a noté que la question de savoir si une entreprise comme Dow peut être tenue pour responsable des actions d’une autre société, uniquement sur la base de l’acquisition de cette société après que le délit soit survenu, est une question de droit importante et inédite en Inde qui doit être adressée. Ahluwalia a recommandé à l’ambassadeur d’en discuter avec Chidambaram,  Ministre des Finances – un juriste notoire.

(Pervezbari@eth.net)

Source: http://twocircles.net/2013apr17/bhopal_gas_tragedy_ngos_reveal_wikileaks_cables_dow_chemicals_allege_indian_govt_kowtowed_

Traduction française: http://www.wikileaks-forum.com/french/315/seo/18795/

Dow avait payé des entreprises américaines pour espionner des activistes de Bhopal: les e-mails WikiLeaks

Par Priscilla Jebaraj | 27 février 2012

Même pendant que Dow Chemical a résisté à toutes les demandes d’indemnisation à l’égard de la fuite de gaz catastrophique de l’Union Carbide à Bhopal, la firme a trouvé l’argent pour embaucher une société de renseignements privée pour surveiller intensivement toutes les ONG et activistes qui travaillent sur la question.

Ce lundi, WikiLeaks a publié une cache de 5,5 millions d’e-mails de Stratfor, une agence de renseignements basée au Texas, qui a révélé que les rapports de suivi réguliers des activités des ONG ainsi que la couverture médiatique ont été envoyés à Dow et aux directeurs de la communication de Union Carbide.

Dow Chemical, qui a acheté Union Carbide en 2001, insiste qu’il ne porte aucune responsabilité pour indemniser les victimes ou pour nettoyer le site contaminé par la catastrophe en 1984. Toutefois, ces e-mails prouvent qu’ils sont encore très investis dans le suivi des retombées de la catastrophe, et de son impact sur l’image de Dow.

Un rapport de suivi typique commence avec un tour d’horizon de tous les articles d’actualités faisant référence à Dow, Union Carbide ou Bhopal dans les dépêches, journaux, chaînes de télévision et sites web d’actualités d’Inde et de l’étranger. Il comporte un dossier complet sur les activités militantes – qui couvre des affaires judiciaires, pétitions en ligne, projections de films, collectes de fonds et événements publicitaires, communiqués de presse, blogs, articles sur des forums de discussion, e-mails à des listes de diffusion, et des pages de Facebook et des fils d’actualités Twitter. Aucune activité ou déclaration ne semble avoir été trop obscure pour Allis Information Management, l’entreprise basée au Michigan qui a préparé les rapports de suivi pour Dow. Des analystes de renseignement qui vont jusqu’à suivre des signataires de pétitions, des commentateurs sur des blogs, ou ceux qui auraient pu re-tweeté un article lié à Dow. Des noms comme ceux des activistes de Bhopal Rachna Dhingra et Satinah Sarangi sont fréquemment mentionnés, ainsi que les Yes Men, les farceurs anti-corporatistes. Dans la dernière partie de 2011, beaucoup d’attention a été accordée à la campagne qui proteste contre le parrainage des Jeux Olympiques de Londres par Dow.

Dans le cadre des préparatifs du 25e anniversaire de la catastrophe de Bhopal, les analystes de Stratfor ont également discuté ses tendances dans les stratégies activistes, spéculant si des joueurs ONG principaux seront capables de connecter Bhopal à la grande question de l’irresponsabilité des entreprises, la question « d’autres Bhopals ».

Les activistes Yes Men ont accusé Dow d’utiliser des « tactiques sinistres d’espionnage » et de paranoïa corporatiste. « Ces fuites semblent montrer que ce dont le pouvoir corporatiste a le plus peur est tout ce qui révèle le ‘plus grand ensemble’ et les ‘thèmes plus vastes’, c’est-à-dire tout ce qui amène les comportements criminels systémiques à la lumière », dit une déclaration faite lundi par les Yes Men.

Pourtant, tandis que la surveillance était extensive et intensive, il ne semble pas y avoir de preuves d’espionnage, ou de toute activité illégale par Dow dans cette cache de courriels. Toutes les données extraites par l’entreprise de recherche de renseignements semble être dans le domaine public, et ouvertement à la disposition de toute personne intéressée.

http://www.thehindu.com/news/national/article2939308.ece
https://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,8808.msg30069.html#msg30069

Traduit sur WikiLeaks par Arduenna Silva