Le régime syrien prêt à accepter l’autonomie kurde, contrairement à la Turquie

Le régime d’Assad prêt à accepter l’autonomie kurde dans le Kurdistan syrien

Ekurd.net, 20 avril 2015

Kurdish-inhabited_area_by_CIA_(1992)BEYROUTH – Un ministre syrien a indiqué que le régime de Bachar al-Assad est prêt à accepter l’autonomie kurde au Kurdistan syrien dans le nord du pays déchiré par la guerre, où les forces kurdes ont été engagées dans de violents combats avec ISIS [Etat Islamique].

« La direction syrienne est prête à négocier sur le projet de l’auto-gestion », a dit le ministre de la réconciliation nationale, Ali Haydar, à l’agence d’informations kurde Rudaw, dimanche.

Les commentaires du ministre viennent après qu’il ait rencontré les autorités kurdes, le mois dernier, dans la ville frontalière du nord de la Syrie, Qamishli, pour discuter d’un éventail de sujets.

Lire la suite: http://ekurd.net/assad-regime-ready-to-accept-kurdish-autonomy-in-syrian-kurdistan-2015-04-20

Lire: Erdogan a toujours peur de l’autonomie kurde, plus que de l’Etat Islamique (ISIS) – la Turquie admet tacitement préférer voir Kobane aux mains d’ISIS que dans celles des kurdes (21 juillet 2015)

Publicités

Un auteur allemand rend visite à l’État Islamique, rencontre des jihadistes, revient et dit qu’ils sont «plus puissants» que ce que pense l’Occident

german-visits-isis

Par Mugdha Variyar, 17 Décembre 2014

L’auteur allemand et ancien homme politique Jürgen Todenhöfer aurait fait l’impossible – voyager vers le territoire de l’État islamique, rencontrer les jihadistes et revenir en toute sécurité.

Mardi, Todenhöfer a dit sur sa page Facebook en allemand qu’il était le « premier journaliste occidental dans le monde qui pourrait visiter l’État Islamique ».

Todenhöfer a dit qu’il avait négocié avec la direction du califat sur Skype pendant des mois avant sa visite, et a déclaré qu’il a fait le voyage parce qu’il avait couvert « toutes les parties » au cours des 50 dernières années.

L’auteur allemand, qui a également posté une photo de lui parlant aux combattants d’ISIS [Etat Islamique] armés de fusils, a averti que l’État Islamique est «plus puissant et dangereux» que ce que croit l’Occident.

Lire la suite: http://www.ibtimes.co.in/german-author-visits-islamic-state-meets-jihadists-returns-says-they-are-more-powerful-what-617459

Voir l’interview de Jürgen Todenhöfer sur CNN après son voyage dans l’Etat Islamique:

L’Etat Islamique déploie un logiciel malveillant pour traquer les protestataires et les groupes d’opposition

malware-virus-security-threat

TechWorm, Par Vijay, 19 décembre 2014

L’Etat Islamique [ISIS] déploie des logiciels malveillants pour trouver les groupes et les factions anti-EI en Syrie.

L’Etat Islamique [ISIS] utilise un malware pour traquer les personnes et les groupes qui s’opposent à son idéologie. Des chercheurs du Citizen Lab ont analysé un échantillon de malware qui a été envoyé à un groupe anti-EI appelé Raqqah is being Slaughtered Silently (RSS). Citizen Lab a déclaré que le fichier malveillant a été écrit spécifiquement pour les PC Windows et a été envoyé par courriel à tous les adversaires de l’EI en Syrie et en Irak.

Lire la suite: http://www.techworm.net/2014/12/isis-deploys-malware-hunt-protester-opposition-groups.html

«L’Etat Islamique est un prétexte pour un changement de régime en Irak sponsorisé par les Etats-Unis»

Etat Islamique (ISIS)

Eric Draitser est un analyste géopolitique indépendant basé à New York et créateur du site StopImperialism.org

L’éviction du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki fait partie d’un plan plus large des États-Unis pour l’Irak et le Moyen-Orient dans son ensemble.

Dans le contexte de la guerre contre l’État Islamique (IS, anciennement ISIS / ISIL), Washington a réussi à tuer deux oiseaux en faisant d’une pierre deux coups, comme dit le proverbe. Non seulement les États-Unis ont supprimé un dirigeant politique qui s’était avéré problématique en raison de son opposition à la présence militaire américaine en Irak, ainsi que pour son soutien indéfectible à la Syrie et au président Assad, mais ils ont également créé les conditions pour le démembrement de l’Etat irakien.

[…]

La maladie de l’Etat Islamique (EI)

L’EI n’est que très récemment devenu une épidémie internationalement reconnue de l’extrémisme islamiste militant qui doit être éradiqué à tout prix. Cette reconnaissance internationale n’est venue qu’une fois que l’organisation a commencé à prendre le contrôle de territoires en Irak, menaçant les intérêts pétroliers et gaziers occidentaux. Alors que l’EI menait en réalité sa guerre brutale et vicieuse contre le peuple syrien et le gouvernement, l’EI n’était qu’une simple réflexion après coup, un simple groupe d’extrémistes qui combattaient le « dictateur brutal » Assad.

Il semble donc que le danger d’ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie] et de la nécessité de l’éradiquer soit directement lié aux intérêts américains. Autrement dit, l’EI est un outil utile pour la Syrie et au sud du Liban où il crée le chaos au détriment d’Assad et du Hezbollah respectivement, tandis qu’en Irak, l’EI est dangereux là où il menace le régime client des Etats-Unis au Kurdistan et les intérêts pétroliers occidentaux. Mais bien sûr, le détail systématiquement exclu de la plupart des analyses du problème de l’EI, c’est le simple fait qu’il s’agit d’une création du renseignement américain et de sa guerre secrète contre la Syrie.

Lire la suite: http://rt.com/op-edge/180544-iraq-us-syria-maliki/

Un ancien membre d’al-Qaïda fait des révélations sur l’Etat Islamique

Un ancien d’Al-Qaïda dénonce la collaboration entre l’EIIL, la CIA et Baghdadi

Version intégrale de l’interview:

Révélations d’un ancien cadre d’Al-Qaïda sur l’EIIL

Source: http://fr.awdnews.com/politique/5794-un-ancien-d%E2%80%99al-qa%C3%AFda-d%C3%A9nonce-la-collaboration-entre-l%E2%80%99eiil-et-la-cia.html

Obama revoit sa stratégie anti-Daesh et fait d’Assad sa cible principale

En Syrie, selon la chaîne d’informations CNN qui cite des sources à Washington, « vaincre l’islamisme est impossible alors que le président Assad reste au pouvoir ». Mais dans la suite, Maria Finoshina de RT rapporte que renverser le leader syrien a peut-être toujours été le vrai but de l’Amérique de toute manière. (RT)

Les syriens dénoncent un plan global pour détruire l’économie de la Syrie à travers les groupes terroristes

« Alep: Daesh-al Nosra font des profits en pillant et revendant des biens aux régimes du Golfe et en Turquie »

Un reportage de Russia Today montre le pillage accompli en Syrie, ce qui a notamment été le cas à Alep. Les rebelles et les groupes terroristes sont accusés de piller l’économie syrienne.

Comme l’évoque le début du reportage, « la plupart des sites industriels sont gravement endommagés, les rebelles font encore profit de ce qui reste dans la ville ».

(Maria Finoshina) « Autrefois la plus grande capitale de Syrie, centre industriel et ville la plus riche, Alep aujourd’hui se bat pour évaluer les pertes après quatre années de guerre, et l’économie syrienne sombre avec elle.

Voici ce qui reste de Shaykh Najjar, la ville industrielle près d’Alep, elle abritait plus de 1200 usines et entreprises, 42 000 employés travaillaient ici. Eh bien, plus rien.

La ville est à 15 km du centre d’origine et a été prise par le groupe jihadiste al-Nosra, il y a plus de deux ans. Depuis, les affrontements ont plus ou moins continué. Mohammad dit qu’il ne peut même pas reconnaître ce qui était son entreprise familiale. Ce qui n’a pas été détruit a été pillé. Il croit que ce qui s’est passé fait partie d’un plan beaucoup plus large. »

Mohammad Djmoul: « Nous avions un marché énorme à Alep et il était compétitif, moins cher que les pays voisins, la main-d’œuvre pas cher, les ressources et capacités suffisantes. Tout cela affecte les marchés voisins. C’est pourquoi la mission des terroristes était de détruire la Syrie, à travers Alep, le moteur du pays. »

Tareq, qui possède une usine de textile, est l’un des très rares ici à revenir sur place. Il accuse également les militants pour ses pertes.

Tareq Jenanni: « Alep est connu pour l’exportation et je produisais aussi des choses pour l’export, vers tous les pays arabes. C’est pourquoi ils sont venus ici. Leur mission est d’arrêter l’exportation et détruire l’infrastructure, et d’affaiblir notre Etat. »

Un ancien contracteur de la CIA: « ISIS est un ennemi complètement fabriqué et financé par les États-Unis »

29 août 2014

Un ancien contracteur de la CIA, Steven Kelley, dit que le groupe terroriste ISIL [Etat Islamique en Irak et au Levant] est un ennemi fabriqué et financé par les États-Unis

« C’est un ennemi complètement fabriqué, » a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique avec Press TV depuis Anaheim, en Californie, jeudi.

« Le financement vient entièrement des États-Unis et de ses alliés, et pour les gens qui pensent que cet ennemi est quelque chose qui doit être attaqué en Syrie ou en Irak, c’est une farce car évidemment c’est quelque chose que nous créons, que nous contrôlons et seulement maintenant c’est devenu gênant pour nous d’attaquer ce groupe comme un ennemi légitime », a ajouté Kelley.

Il a fait ces remarques, alors que le président américain Barack Obama est sous pression pour obtenir l’approbation du Congrès avant d’étendre la campagne aérienne militaire de Washington contre des cibles ISIL [Etat Islamique en Irak et au Levant] depuis l’Irak jusqu’en Syrie voisine.

Le Pentagone a déjà lancé au moins 100 frappes aériennes sur les positions d’ISIL [Etat Islamique en Irak et au Levant] dans le nord de l’Irak depuis qu’Obama a autorisé l’utilisation de la force contre le groupe terroriste au début de ce mois.

La Maison Blanche insiste qu’il n’a pas besoin d’autorisation explicite du Congrès pour les opérations, parce qu’elles sont destinées à protéger le personnel et les intérêts américains dans le pays arabe.

Le secrétaire de presse de la Maison Blanche, Josh Earnest, a déclaré lundi qu’Obama « n’hésitera pas à user de son autorité » pour garder les Américains en sécurité, mais il a ajouté que le président était « engagé à la coordination et à la consultation avec le Congrès » sur la décision de frapper des cibles ISIL [Etat Islamique en Irak et au Levant] en Syrie.

« Si vous voulez aller à la racine du problème et supprimer cette organisation, la première chose qu’ils doivent faire est de supprimer le financement et de prendre soin des entités responsables de la création de ce groupe», a déclaré Kelley.

« Je crois que ce groupe ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie] disparaîtrait probablement, serait facilement vaincu par les armées du [président syrien] Bashar Assad, » a-t-il dit.

Source: http://topinfopost.com/2014/09/30/isis-completely-fabricated-enemy-by-us-former-cia-contractor

Les Gouvernements arabes et occidentaux soutiennent le terrorisme en Syrie: Document de l’ONU

combats-syrie

Posté le 22 novembre 2014 par Fathi Aouadi

«Le soutien externe fourni à tous les belligérants en Syrie a contribué à la radicalisation des groupes armés, au bénéfice final d’ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie]. Des organisations caritatives et des particuliers fortunés ont financé les entités radicales désireuses de promouvoir leurs idéologies et de servir leurs agendas. Les armes et le soutien offerts aux groupes armés considérés comme modérés sont maintes fois tombés dans les mains d’acteurs plus radicaux, y compris ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie]».

Un nouveau rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies traitant de la Syrie a documenté des explications choquantes sur l’usage de la terreur par le groupe armé ISIS (Da’esh) de la terreur pour soumettre les Syriens vivant dans les zones sous son contrôle, ainsi que l’utilisation d’une violence extrême contre les civils et les combattants capturés.

Ses origines remontent à la création d’Al-Qaïda en Irak (AQI) par Abou Moussab Al-Zarqaoui en 2004. Après la fusion avec d’autres groupes jihadistes irakiens en 2006, AQI [Al-Qaïda en Irak] s’est rebaptisé l’Etat islamique d’Irak (ISI). Bien qu’affaibli par la campagne 2006-2011 de lutte contre le terrorisme en Irak, le groupe a pris l’avantage suite à l’instabilité dans la région pour continuer à recruter et à mobiliser, un processus qui s’est accéléré avec le déclenchement du conflit syrien. En 2011, les membres de l’ISI [Etat islamique d’Irak] ont rejoint des militants radicaux locaux en Syrie prenant part au groupe armé Jabhat Al-Nusra affilié à Al-Qaïda pour lutter contre les forces gouvernementales.

Le rapport indique que, «Le soutien externe fourni à tous les belligérants en Syrie a contribué à la radicalisation des groupes armés, au bénéfice final d’ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie]. Des organisations caritatives et des particuliers fortunés ont financé les entités radicales désireuses de promouvoir leurs idéologies et de servir leurs agendas. Les armes et le soutien offerts aux groupes armés considérés comme modérés sont maintes fois tombés dans les mains d’acteurs plus radicaux, y compris ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie]».

L’arrivée d’un grand nombre de combattants étrangers a contribué à l’expansion du groupe, étant donné que les individus les plus extrêmes et expérimentés ont rejoint ses rangs. Jusqu’à très récemment, la communauté internationale et les Etats voisins n’ont pas réussi à mettre en place des mesures efficaces pour empêcher l’accès à la zone de conflit.

Basé sur plus de 300 comptes-rendus de victimes et de témoins de première main, le rapport fournit un aperçu unique obtenu par les hommes, femmes et enfants syriens qui ont fui ou qui vivent dans les zones contrôlées par ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie].

Parmi la commission des recommandations de l’enquête, on peut trouver un appel pour engager les mécanismes internationaux de responsabilisation, y compris la Cour pénale internationale, pour retenir les individus, dont les commandants d’ISIS [Etat Islamique en Irak et en Syrie], les responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Lien pour télécharger le document: http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/HRCouncil/CoISyria/HRC_CRP_ISIS_14Nov2014.pdf

Source: https://www.linkedin.com/today/post/article/20141122171652-318894891-arab-and-western-govs-support-terrorism-in-syria-un-document

Anonymous s’attaque à l’Etat Islamique dans un nouveau communiqué

Anonymous vs. ISIS [Etat Islamique], vidéo postée le 1er novembre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ANONYMOUS, LETTRE AU PUBLIC ET AUX MÉDIAS:

Citoyens du monde,
Nous sommes Anonymous.

Les événements qui se produisent actuellement en Irak ont fait de nous un collectif pour ré-évaluer nos priorités en ce qui concerne les opérations récentes. Le peuple irakien a vécu près de deux semaines de pure terreur que la plupart d’entre nous ne connaîtront jamais ni n’en feront l’expérience. Nous sommes tenus par un code d’honneur pour protéger ceux qui sont sans défense, à la fois dans le cyber-monde et le monde réel.

Avant notre début, la guerre en Irak était bien en cours et les crimes contre l’humanité étaient monnaie courante. Les Etats-Unis ont une part non négligeable dans ce domaine. Quand le gouvernement des Etats-Unis a décidé de commencer une guerre inutile avec la promesse de pétrole et de fonds pour le complexe militaro-industriel, il n’a pas réussi à réaliser la gravité de faire sortir un chef qui contrôle une force de sécurité intérieure. Cela a conduit à la vacance du pouvoir à laquelle nous avons assisté après sa capture. Oui, Saddam Hussein a été impitoyable et violent, mais avec cette guerre, les Etats-Unis étaient coupables des mêmes crimes (c.-à-d. Blackwater, Abou Ghraib, etc.).

En avançant rapidement jusqu’à aujourd’hui, et l’Irak est en train de plonger encore une fois dans le chaos grâce à la bande impitoyable et ignoble qui vise à établir un Etat «Islamique» combinant à la fois l’Irak et la Syrie, faisant ainsi disparaître les frontières de l’après-Première Guerre mondiale. Ils se font appeler ISIS [Etat Islamique]. Ces sauvages qui n’ont aucune religion ni morale sont décidés à brûler tout sur leur passage, tuant et pillant dans leur avancée. Ils doivent être arrêtés.

Il y a quelques jours, leur division électronique a pris le contrôle de l’un de nos comptes Twitter (@TheAnonMessage), en le revendiquant pour eux-mêmes et en publiant plusieurs photos graphiques de leur assaut près de Bagdad. Ces tweets ont depuis été supprimés. Nous nous excusons sincèrement pour les followers sur Twitter qui ont eu à assister à cela sans avertissement. Ce fut une prise de contrôle malheureuse et sans précédent, et des mesures ont été prises pour sécuriser davantage ce compte de toute future tentative de piratage.

Nous tenons également à nous prononcer sur les grands médias qui poussent la division des Irakiens encore plus loin. Le public irakien est composé de deux sectes islamiques: les sunnites et les chiites. Il y a aussi d’autres groupes qui comprennent les Kurdes, les Turkmènes, les Assyriens, les chrétiens et d’autres. Les médias voudraient nous faire croire qu’ISIS [Etat Islamique] est composé strictement de sunnites et que l’armée irakienne est une faction majoritairement contrôlée et dirigée par les chiites. Ceci est faux. Les groupes qui ont été énumérés, Y COMPRIS les sunnites, sont enrôlés dans l’armée irakienne, et les religieux sunnites en Irak ont également appelé leurs partisans à rejoindre les rangs avec leurs frères chiites pour défendre leur patrie.

ISIS [Etat Islamique] est un groupe composé par une secte takfiri qui est considérée par de nombreux religieux de prestige et des organisations, y compris Al-Azhar, comme contraire à l’Islam. En fait, ils les ont dénoncés comme « Khawarij » [« dissidents »] et ont déclaré qu’ils doivent être exterminés dans les pays islamiques. Voilà pourquoi nous exhortons les grands médias américains à stopper la publication de fausses informations et l’aggravation de la violence avec leur journalisme ignorant.

En conclusion, nous nous tenons près de tout être juste, quand nous disons que nous nous sommes également déclarés avec une solidarité complète contre tous ceux qui se sont affiliés avec ISIS [Etat Islamique] et ceux qui les contrôlent. Al Jazeera; vous avez terni votre réputation en crachant vos mensonges et votre soutien traître à ISIS [Etat Islamique]. Vous ne nous échapperez pas.

Pour l’Etat du Qatar, la Turquie et le Royaume d’Arabie Saoudite; vous n’échapperez pas à notre colère. Les preuves montrent votre soutien continu et votre support à ISIS [Etat Islamique]. Si cela ne s’arrête pas rapidement, nous serons obligés de libérer l’ensemble de notre légion contre votre excuse pathétique de cyber-sécurité.

Et aux États-Unis; une autre tentative pour alimenter votre complexe militaro-industriel pour des raisons de sécurité, et la démocratie sera un motif de notre agression totale contre votre infrastructure de gouvernement virtuel. Vous aurez été prévenus.

Anonymous est pour la liberté

Nous sommes Anonymous.
Nous sommes Légion.
Nous ne pardonnons pas.
Nous n’oublions pas.
Attendez-vous à nous.

(youtube)