L’influence de la franc-maçonnerie au sein du gouvernement français

Le président défunt François Mitterrand (1916-1996) était un membre présumé de la franc-maçonnerie. Ses réalisations architecturales en sont la preuve, même si ce sujet est peu débattu en France, et certains considèrent que Mitterrand cherchait à mettre en place les piliers d’un gouvernement mondial.

Aujourd’hui, on peut se demander quels sont les restes de cette influence dans le gouvernement actuel, étant donné que le président François Hollande, par exemple, a travaillé pendant de nombreuses années dans le gouvernement de François Mitterrand:

« L’accession de François Mitterrand à l’Élysée en 1981 lance la carrière de François Hollande. Il devient chargé de mission en charge de l’Économie et est envoyé en Corrèze pour défier Jacques Chirac lors des législatives. » (Skynet.be)

Et d’autres politiciens comme Jean-Luc Mélenchon (FDG) ont aussi travaillé dans le gouvernement de François Mitterrand, même si aujourd’hui celui-ci n’est plus socialiste. Ce revirement est néanmoins récent, car J-L. Mélenchon faisait encore partie du gouvernement socialiste en 2000-2002 et il n’a quitté le parti qu’en 2008 pour fonder le Front de Gauche.

En 1987, J-L. Mélenchon qui n’est que sénateur à l’époque, a personnellement soutenu la candidature de François Mitterrand à la présidentielle face à deux autres candidats potentiels, comme on peut le voir dans une interview (archives INA).

J-L. Mélenchon a également admis publiquement dans une biographie datée de janvier 2012 être membre de la franc-maçonnerie, tout comme François Mitterrand avec qui il a travaillé était supposé l’être.

On peut aussi rappeler qu’en 1987, la même année que J-L. Mélenchon a soutenu la candidature de François Mitterrand à la présidentielle, Mitterrand une fois qu’il a été élu a reçu à l’Elysée une délégation de 350 franc-maçons (archives INA) accueillis pour une conférence au titre évocateur: « La place de la franc-maçonnerie dans le monde moderne », un titre qui peut laisser supposer que François Mitterrand devait son élection aux membres de la franc-maçonnerie ou qu’il était peut-être déjà membre de leur société.

Les sociétés secrètes peuvent avoir une grande emprise sur la politique, mais il n’y a jamais eu de révélations à ce sujet en France.

Mais dans un monde de transparence politique, ces sociétés secrètes ne devraient plus exister au sein des gouvernements.

Jean-Luc Mélenchon: Edward Snowden, notre héros européen!

Europe.Jean-Luc-Melenchon.fr, 27 Septembre 2013

snowden102way_sq-e640efc5481e6a88137c4aa402822717bc5c48b2-s6-c30En Juin dernier, Edward Snowden révélait par le détail certains programmes de contrôle de masse permettant aux Etats-Unis de surveiller les conversations de millions de personnes et d’institutions européennes. Il mettait ainsi à jour un vaste système d’espionnage de l’Union européenne et de ses Etats membres. J’avais immédiatement interrogé la Commission sur ce sujet. Je m’étonnais de son absence de réaction et, même, de son inertie. D’autant que commençaient, comme si de rien n’était, les négociations sur la formation du grand marché transatlantique. Les Etats-Unis avaient espionné le mandat de négociation européen, pourtant tenu secret aux parlementaires eux-mêmes! La Commission m’a enfin répondu. Elle prétend avoir « demandé » des clarifications au gouvernement nord-américain « à propos des programmes évoqués par les médias et de leurs conséquences potentielles sur les droits fondamentaux des Européens ». Aaaaah ! Voilà qui est fort bien. Je suis bien curieux de connaître le contenu de la réponse de ces derniers. Mais ce sera sans doute pour une autre fois…

En attendant que la Commission me fasse la grâce de bien vouloir condescendre à m’informer avec plus de considération, je crois utile d’agir. Car la bureaucratie atlantiste européenne ne fera rien, bien sûr. Avec mon groupe, la GUE, je propose la candidature d’Edward Snowden au prix Sakharov que le Parlement européen décerne chaque année, dans une comédie bouffonne où règne la mode anti-communiste du moment. Il y avait déjà deux « prix Sakharov » pour des « dissidents cubains » quand tous ces grands esprits se rendirent compte qu’ils n’avaient donné aucun prix dans le monde arabe, alors même que venait d’y éclater une vague de révolutions démocratiques. Puisque l’attribution de ce « prix pour la liberté de l’esprit » est un des rares pouvoirs, parfaitement symboliques, de ce Parlement qui n’en est pas vraiment un, utilisons-le! Les demandes polies de la Commission ne semblent pas être un signal bien inquiétant pour le gouvernement américain? Alors célébrons Snowden, notre héros! Le soutien du Parlement européen à Snowden ne pourrait-il pas les inciter à réfléchir sur le prix de l’opprobre pour une telle violation des droits fondamentaux de l’homme, et aussi du citoyen? N’en a-t-on pas fait cent fois plus pour Cuba, qui n’espionne pas chaque jour deux millions de français et cinq millions d’allemands? En célébrant Snowden, nous célébrons le courage incroyable d’un homme! Il savait qu’il serait pourchassé à mort par une police mondiale brutale et plus cruelle que ne le fut en son temps la police politique à l’Est!

L’idée est tellement piquante que depuis le lancement de cette idée, les faiseurs de diversion se sont activés. Il faut dire que la proposition de la GUE a été rejointe par le groupe des Verts. Il y avait le feu! Du coup le PPE a renoncé à proposer la candidature du pape François, initialement envisagée en toute bigoterie. Mais peut-être aussi pour s’éviter d’être interrogés sur la façon dont leur politique est le contraire de ce que dit le seigneur Pape, aussi bien sur la Syrie que sur les riches et les pauvres. Les réactionnaires se sont donc promptement ralliés à la proposition du groupe progressiste et social-démocrate. Ceux-là proposent de couronner Malala, jeune pakistanaise défendant le droit à l’éducation des femmes. Comme ils ont la majorité au Parlement, qu’ils président à tour de rôle, les uns votants pour les autres, il est probable que les amis de la liberté en seront encore une fois pour leur reste. Et la mascarade du prix Sakharov va continuer pendant tout le temps où existera une majorité unie de la droite et des sociaux-démocrates, et où la défense des droits de l’homme ne sera pas aussi celle des droits du citoyen. Aussi longtemps que ce prix sera seulement un prétexte pour justifier les ingérences impériales dans le monde et chez soi, à domicile, littéralement!

Source: http://europe.jean-luc-melenchon.fr/2013/09/27/edward-snowden-notre-heros-europeen/

Donnons l’asile politique à Edward Snowden! Le Conseil de Paris doit le nommer citoyen d’honneur!

Par Alexis Corbière, 30 juin 2013

Le scandale est total, énorme, unique, de dimension mondiale. Les Etats-Unis ont lourdement espionné les locaux de l’Union Européenne ainsi que différents Etats. C’est inacceptable, un acte d’une grande violence. Même si de plus en plus de voix s’élèvent, nous attendons toujours une réaction claire de la part du Président de la République et surtout une prise de position de la part de José-Manuel Barroso. Son silence en dit long sur le degré d’atlantisme politique qui anime cet homme.

Une nouvelle fois, ce scandale démontre le double discours et les mensonges de la part de l’administration « états-unienne », même sous la houlette de Barack Obama. Il faut maintenant poser des actes clairs. Celui qui vient de faire découvrir ce scandale se nomme Edward Snowden et il est désormais en danger en raison des faits qu’il a révélé au monde. Jean-Luc Mélenchon a pris aujourd’hui une position très ferme (cliquer ici), réclamant que cessent les négociations entre la Commission européenne et les E.-U. à propos du Grand Marché Transatlantique.

Avec ma camarade Danielle Simonnet, Conseillère de Paris du Parti de Gauche, nous avons décidé de déposer un vœu pour le Conseil de Paris des 8 et 9 juillet, qui réclame qu’Edward Snowden se voit accordé le statut d’asile politique et qu’il soit nommé citoyen d’honneur. J’espère vivement qu’il sera adopté et que la France ne laissera pas Snowden seul, face aux plus grands dangers pour son avenir.

Je vous laisse lire le texte de ce vœu :

« Considérant que, selon de plus en plus journaux français et européens, il apparaît incontestable que les Etats-Unis d’Amérique ont depuis longtemps espionné notamment l’Union Européenne, particulièrement dans le cadre des négociations actuelles entre la Commission européenne et les Etats-Unis en vue d’un marché unique,

Considérant que ce type de pratiques déloyales et antidémocratiques n’est pas tolérable

Considérant que toutes ces énormes révélations ont été rendues possible grâce au courage d’un homme qui se nomme Edward Snowden, citoyen américain ancien informaticien ayant travaillé pour la CIA et la NSA, et qu’il l’a fait uniquement avec pour « seul objectif (..) de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui »

Considérant que depuis ces révélations, Edward Snowden a dû fuir son pays, qu’il cherche asile, qu’il est activement recherché par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et qu’il risque désormais une peine de prison à perpétuité ou même la peine de mort,

 Le Conseil de Paris demande à ce que le Maire de Paris s’adresse au Président de la République pour que la France accorde l’asile politique à M. Edward Snowden. 

Pour son courage et pour les faits graves qu’il a révélé au monde, le Conseil de Paris, attaché à la liberté et à la démocratie, décide de nommer M. Edward Snowden citoyen d’honneur de la Ville de Paris et de le placer sous sa protection. »

Source: http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2013/06/30/Donnons-l-asile-politique-%C3%A0-Edward-Snowden-!-Le-Conseil-de-Paris-doit-le-nommer-citoyen-d-honneur-!

Lien vers la pétition: http://www.avaaz.org/fr/petition/La_France_doit_offrir_lasile_politique_a_Edward_Snowden/?wQTZybb

JolPress: Jean-Luc Mélenchon rend visite à Julian Assange à l’ambassade d’Équateur

Réfugié à l’ambassade d’Équateur de Londres depuis plusieurs mois, Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a reçu la visite de Jean-Luc Mélenchon, jeudi 6 décembre. Le président du Front de gauche a affirmé que la situation de Julian Assange, recherché par la Suède pour viol et agressions sexuelles présumés et par les États-Unis pour l’affaire des télégrammes diplomatiques, était celle d’un « prisonnier ».

Assange - Mélenchon

Le co-président du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a rendu visite au fondateur de WikiLeaks, l’Australien Julian Assange, jeudi 6 décembre, alors que ce dernier est réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres, depuis juillet dernier.

Jean-Luc Mélenchon apporte son soutien a Julian Assange

L’ancien candidat à la présidentielle, qui n’avait jamais rencontré Julian Assange mais l’avait déjà invité à participer, par le biais d’une vidéoconférence, à l’un de ses meetings, a affirmé son soutien à celui qu’il qualifie de « prisonnier ».

Jean-Luc Mélenchon a également souligné « l’attitude très courageuse » de l’Équateur qui a accueilli Julian Assange comme un réfugié politique, « contrairement à beaucoup d’autres pays » qui « ont bel et bien laissé choir » le fondateur de WikiLeaks.

« La situation de Julian Assange est celle d’un prisonnier »

« Je suis un ami de la révolution citoyenne en Équateur et donc je me sens comme un devoir de venir au contact de mes amis, leur exprimer de la reconnaissance et de la solidarité », a affirmé Jean-Luc Mélenchon lors d’un point presse avec l’ambassadrice équatorienne Ana Alban.

« En réalité, la situation de Julian Assange est celle d’un prisonnier », a-t-il ajouté, renouvelant son soutien à celui qui est accusé d’agressions sexuelles en Suède et recherché aux États-Unis pour avoir rendu public les fameux télégrammes diplomatiques qui ont rendu WikiLeaks célèbre.

« Il est prêt à aller se défendre. On ne demande qu’une chose : que la Suède s’engage à ne pas livrer Monsieur Assange aux États-Unis d’Amérique parce que dans le cas où elle le ferait, son sort est connu d’avance, il suffit de voir comment est traité Monsieur Manning », a finalement affirmé Jean-Luc Mélenchon.

La peur de l’extradition vers les États-Unis

Interrogée sur l’état de santé de Julian Assange, l’ambassadrice Ana Alban a affirmé que rien ne nécessitait « un suivi médical » pour son hôte. Elle n’a cependant pas caché son inquiétude quant à une dégradation possible de son état de santé dans la mesure où Julian Assange réside dans un espace confiné. Ana Alban a affirmé qu’un médecin visitait régulièrement le réfugié politique.

Réfugié à l’ambassade d’Équateur depuis plusieurs mois, Julian Assange redoute d’être extradé vers la Suède, non pas pour les accusations de viol et d’agressions sexuelles qu’il nie mais pour l’éventuelle extradition vers les États-Unis qui suivrait ensuite.

Alors que l’Équateur a proposé deux alternatives pour résoudre le cas Assange : que le Royaume-Uni accorde un sauf-conduit à Julian Assange ou que la Suède s’engage à ne pas l’extrader vers les États-Unis, les autorités n’ont pas encore donné leur réponse.

Source: http://www.jolpress.com/international-jean-luc-melenchon-visite-julian-assange-ambassade-equateur-londres-extradition-article-815521.html

Jean-Luc Mélenchon: « L’asile politique accordé par l’Equateur à Julian Assange est une bonne nouvelle »

Bravo l’Equateur ! La décision du président Rafael Correa d’accorder l’asile diplomatique à Julian Assange dérègle la machine à étouffer en silence.

Cette décision est courageuse et honore l’attachement de ce pays sud-americain au respect du droit international. Il s’agit de surcroît d’une bonne nouvelle pour tous les défenseurs de la liberté d’expression, de la presse et de la justice.

Julian Assange fait peur aux puissants de la terre car il a révélé les « câbles » qui ont prouvé l’acharnement impérial des Etats-Unis d’Amérique fini, la servilité de ses principaux alliés, et de nombreuses personnalités politiques avec lesquelles ils entretiennent des liens de dépendance.

Il a aussi montré qu’une nouvelle ère informationnelle et citoyenne allait voir le jour face aux systèmes de contrôles de l’information par les gouvernements et les grands groupes.

Au-delà du jugement pour les étranges faits présumés d’agression sexuelle qui lui sont reprochés en Suède, l’objectif des manœuvres diplomatico-judiciaires des derniers mois autour du cas Assange ont un objectif : obtenir son extradition vers les États-Unis. Là-bas, le gouvernement caresse l’espoir de pouvoir le juger pour ses activités professionnelles et citoyennes. Et ce, dans le cadre de tribunaux spéciaux ou militaires à même de le condamner à vie ou à la peine capitale. Nous n’avons aucune confiance dans une justice qui vient d’exécuter un déficient mental et qui maintient un centre de torture comme celui de Guantanamo.

C’est au nom du respect des principes universels des droits de l’homme et pour empêcher le risque éventuel d’un véritable jugement politique grossier inacceptable pour tous les démocrates du monde entier que le gouvernement équatorien de Rafael Correa a décidé d’accorder, à sa demande, cet asile politique à Julian Assange. Et ce, après étude minutieuse du dossier.

Je salue ce choix. Je forme le vœu que le gouvernement conservateur du Royaume-Uni n’aille pas attaquer l’ambassade de l’Equateur à Londres. Après avoir laissé Pinochet partir tranquille mourir dans son lit après une abjecte comédie, ce serait le comble qu’il livre Julian Assange.

Jean-Luc Mélenchon,
17 août 2012

Sources:
http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/08/17/lasile-politique-accorde-par-lequateur-a-julian-assange-est-une-bonne-nouvelle/
http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,14084.msg38738.html#msg38738

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives