Rapport sur la torture de la CIA: « La liste du Top 10 des tortionnaires inclut en fait des centaines de personnes ou plus »

cia_torture_programs_dick_cheneyÉvidemment coupables: deux présidents et une grande partie de deux administrations

Opednews.com, 20/12/2014

Le Top 10 des tortionnaires du gouvernement [américain], de 2001 à 2014

1. George Bush. En tant que président, il est responsable de tous les actes de son administration, en particulier ceux qu’il a commandés et/ou approuvés. Un porte-parole anonyme de la CIA a dit que Bush «a pleinement autorisé la torture. » Karl Rove a déclaré que Bush était au courant et a approuvé la torture, et y a participé, de même que Rove. Dick Cheney a déclaré que Bush savait et a approuvé. Au début de 2008, Bush a opposé son veto à la législation visant à contrôler la CIA, y compris pour l’interdiction du waterboarding. Le Congrès a échoué à contourner le veto. Bush a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

2. Dick Cheney. Le vice-président a déclaré qu’il savait, qu’il a approuvé, et qu’il « le ferait à nouveau dans une minute. » Il a promu le célèbre « côté obscur. » Il a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

3. Condoleezza Rice, conseillère à la sécurité nationale, savait, a approuvé et participé. Elle a plaidé une mauvaise mémoire au Congrès, mais défend toujours publiquement la torture à présent. Son adjoint et successeur, Stephen J. Hadley, était soit dans la boucle ou incroyablement irresponsable, tout comme l’étaient un certain nombre de membres du personnel et des membres du Conseil de la sécurité nationale.

4. Andrew Card, chef de cabinet de la Maison Blanche, savait, a approuvé et participé, même s’il est un boy-scout à vie. Pourquoi Card, qui accuse Barack Obama de tromper le peuple américain devrait continuer en tant que président de l’Université Franklin Pierce? Le successeur de Card, Joshua Bolten, et un nombre inconnu d’autres membres du personnel de la Maison Blanche sont presque sûrement complices. Le fils d’un père de la CIA, Bolten, est un avocat qui enseigne à Princeton en dépit de ses liens à la torture ainsi qu’à un outrage au Congrès pour obstruction dans une autre affaire. Bolten est également co-président du Fonds Clinton Bush pour Haïti, une organisation à but non lucratif qui est censée aider un pays que les Etats-Unis ont torturé pendant la majeure partie de deux siècles.

5. Alberto Gonzales. En tant que Conseiller juridique de la Maison-Blanche, et plus tard à titre de procureur général, non seulement il savait, a approuvé, et participé, mais il a été l’un des principaux apologistes juridiques pour le régime de la torture. Ses successeurs, Harriet Miers, une proche collaboratrice en particulier de Bush, et Fred Fielding, un survivant du Watergate considéré par certains comme Deep Throat, savaient probablement tous les deux et sont restés silencieux sur la torture officielle. Fielding a fait obstruction aux demandes du Sénat pour les documents relatifs à la torture. Gonzales a été condamné à Kuala Lumpur en 2012. Pourquoi ne devraient-ils pas être radiés?

6. Jay Bybee. En tant que procureur général adjoint sous le feu (mais coupable) John Ashcroft, Bybee était en charge du Bureau du conseiller juridique, le bureau qui décide de ce qui est légal, qui peut être révisé uniquement par le procureur général ou le président. Bybee était la sage-femme des justifications de la politique de torture de Bush, un certain nombre de mémorandums juridiques qui ont permis à l’administration Bush de prétendre que la torture et d’autres crimes étaient légaux. Ceux-ci sont généralement connus sous le nom de «Mémos de la torture» et illustrent le fonctionnement d’un bon esprit juridique opérant sans conscience. Avant que certains de ses mémos sur la torture soient devenus publics, Bybee a reçu confirmation pour un rendez-vous à vie en tant que juge fédéral. En 2013, le juge Bybee a statué, apparemment dans un conflit brut d’intérêts, que le personnel du gouvernement devrait être à l’abri de toute responsabilité pour la torture. Pourquoi ne devrait-il pas être radié? Ou attaqué? Bybee a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

7. John Yoo. Travaillant pour le Bureau du Conseiller juridique sous Bybee, Yoo a été le premier auteur de plusieurs des mémos sur la torture, construits sur le principe philosophique qu’il n’y a pas de contraintes sur le pouvoir du président en tant que commandant en chef (un coup d’Etat légal qui interprète efficacement la Constitution comme non-pertinente et le président comme omnipotent, tout cela fait en secret). En 2005, Yoo a publiquement affirmé l’autorité du président pour ordonner l’écrasement des testicules d’un enfant innocent. En 2009, Barack Obama a révoqué les mémos sur la torture de Yoo, mais en 2010, une procédure secrète au sein du ministère de la Justice a « blanchi » Yoo des actes répréhensibles. Ces jours-ci, Yoo continue de protéger les tortionnaires à la Maison Blanche, en déplaçant toute faute sur la CIA. Il continue d’enseigner la loi à l’Université de Californie, Berkeley. Pourquoi ne devrait-il pas être radié? Il a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

8. David Addington. Conseiller juridique (puis chef du personnel) de Dick Cheney, Addington était par de nombreux aspects parmi les partisans les plus difficiles qui ont conduit au côté obscur, soutenus par l’autorité complète de Cheney. Il savait, a approuvé, et a participé au programme de torture des États-Unis et à leurs feuilles de figues juridiques. Son prédécesseur en tant que chef de cabinet, l’avocat Scooter Libby, savait aussi, a approuvé, et a participé à la torture. Il a été reconnu coupable de parjure pour d’autres crimes du gouvernement et radié (temporairement). Addington est maintenant vice-président de la Fondation du patrimoine. Il a été condamné à Kuala Lumpur en 2012. Pourquoi ne devrait-il pas être radié?

9. Donald Rumsfeld. En tant que secrétaire à la Défense, Rumsfeld savait, a approuvé et participé aux programmes de torture partout où est allée l’armée. Abu Ghraib. Bagram. Guantanamo. Et à d’autres endroits, dont certains [sont] inconnus. Rumsfeld n’a exprimé aucun remords, et le moins bien placé dans le documentaire « Le Connu Inconnu. » L’adjoint de Rumsfeld, Paul Wolfowitz, a su, approuvé et participé aux programmes de torture, en cherchant de l’informations pour justifier la guerre en Irak. Il est maintenant un membre important de l’American Enterprise Institute. William Haynes, avocat général pour le Département de la Défense, savait, a approuvé et participé aux programmes de torture. Pour juger les prisonniers de Guantanamo, Haynes a conçu les commissions militaires qui ont ensuite été déclarées inconstitutionnelles. Dans un mémo de 2002, Haynes a bloqué davantage de waterboarding sur les prisonniers de Guantanamo, citant « la tradition de retenue » des forces armées. Rumsfeld et Haynes ont été condamnés à Kuala Lumpur. Pourquoi Haynes ne devrait-il pas être radié?

10. James Mitchell et Bruce Jessen. Les contracteurs privés et Ph.D en psychologie qui se sont appelés Dr., Mitchell et Jessen ont été payés 81 millions de dollars (sur un contrat de 180 millions) pour torturer les gens. Les deux sont des agents retraités de l’Air Force avec une pension du gouvernement. La CIA leur aurait donné une garantie contre toute responsabilité pour les crimes qu’ils ont commis. C’étaient des tortionnaires directs et ils savent, littéralement, où sont au moins enterrés certains des corps. L’avocat général de la CIA, John Rizzo, (qui savait aussi, a approuvé, et participé à la torture) a appelé les techniques de Mitchell et Jessen « sadiques et terrifiantes. » Personne ne sait combien de contracteurs privés, comme Blackwater et d’autres, ont torturé, fait disparaître ou assassiné des gens, mais ils devraient être portés à rendre des comptes.

11. George Tenet. La tête de la CIA désigné par Clinton est couvert de culpabilité sur la torture, mais ce n’est rien par rapport à son rôle pour placer les États-Unis dans une guerre d’agression en Irak, l’un des crimes de guerre les plus élevés. En 2004, Bush lui a donné la Médaille présidentielle de la liberté, qu’il devrait rendre en retour. En 2007, il disait encore: «Nous ne torturons pas les gens. » Ses successeurs, en particulier Porter Goss et Michael Hayden, peuvent avoir fait un peu d’ordre à la CIA, mais ils n’ont tenu personne responsable pour les crimes qu’ils ont continué à nier. Le nouveau directeur du renseignement national, John Negroponte, a contraint Goss à quitter la CIA en faveur de l’adjoint de Negroponte, Hayden, alors encore général de l’Air Force décoré de quatre étoiles. En tant qu’ambassadeur au Honduras, Negroponte a été immergé dans les sales guerres de l’Amérique centrale et tous les crimes non résolus que les États-Unis y ont parrainé. En 2004, lorsque l’inspecteur général de la CIA a rapporté que la CIA violait la Convention contre la torture, le procureur général adjoint Steven Bradbury au Bureau du conseiller juridique a écrit trois autres « mémos sur la torture » pour annuler les préoccupations de l’inspecteur général. Le nouveau chef de la CIA, John Brennan, reste dans le déni et le mode d’étouffement de l’affaire.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.opednews.com/articles/Top-10-Torturer-List-Actua-by-William-Boardman-Accomplices_CIA_Crime_Criminal-141220-197.html

Publicités

Interview de John Cusack: « Qu’est-ce qu’un ‘Assange’? »

par John Cusack, le 1 janvier 2013

Cette semaine, j’ai été fier de rejoindre le conseil et d’aider au lancement de la Freedom of the Press Foundation (FPF), une nouvelle organisation qui compte sur le crowd-funding pour une gamme de diffuseurs médiatiques dont la mission première est d’œuvrer à la transparence et à la responsabilité gouvernementales. Vous pouvez vous informer au sujet des quatre premières organisations – qui incluent la National Security Archive, MuckRock News, The UpTake et WikiLeaksici.

Je me suis assis, récemment, avec le professeur de la Washington Law School et spécialiste constitutionnel Jonathan Turley et mon ami proche Kevin McCabe pour discuter de l’impact de WikiLeaks sur la transparence, la réponse gouvernementale, et de la comparaison avec le lanceur d’alerte des Pentagon Papers, Daniel Ellsberg (aussi co-fondateur de la FPF). (Et lisez une conversation antérieure avec Jonathan Turley ici.)

WikiLeaks a été extra-judiciairement coupé de son financement après que deux membres du Congrès US aient fait pression sur Visa, MasterCard et PayPal pour qu’ils cessent de faire affaire avec l’organisation journalistique fin 2010. Nous espérons que la Freedom of the Press Foundation deviendra un bastion contre ce genre de tactiques non-officielles de censure à l’avenir.

Voici la première partie de notre conversation.

John Cusack – JC: Vous aviez lu ce papier d’Ellsberg avant les élections?

Kevin McCabe – KM: Non.

Jonathan Turley – JT: Non.

JC: C’était lourd de sens, je repense à ce que cela voulait dire que de voter pour Obama – la position d’Ellsberg en est une position de principe – mais il avait pris l’attitude de Chomsky de stopper les Républicains dans certains états décisifs. Mais de le faire sans illusions.

JT: Oui.

JC: En tout cas, j’ai pensé que le cas Ellsberg était fascinant. Et j’ai parlé à – John, tu connais Michael Ratner? Il m’a dit qu’il te connaissait –

JT: Ouais.

JC: Je lui ai parlé de cette requête pour voir Assange à Londres. Je pensais juste Assange, et comme Hedges et Ellsberg attaquent la NDAA, nous avons une situation où, si les choses sont telles qu’elles semblent être, Assange est reclus pour le simple fait d’avoir exposé des crimes de guerre.

JT: Ouais. Je pense que la chose la plus intéressante à propos d’Assange est que le même acte de diffusion d’informations, s’il était reconnu comme journaliste, lui aurait peut-être valu le Prix Pulitzer. Assange a ce statut particulier. Les médias ne savent pas vraiment comment dialoguer avec lui. Ils n’arrivent pas à se décider de savoir si c’est un bandit ou un héros, ou une espèce de bandit héros. Et beaucoup de gens ignorent le contenu d’une grande part de ce qu’il a publié.

Nous en avons parlé toi et moi par le passé, John, comme quoi le matériel diffusé par WikiLeaks avait énervé le gouvernement US, principalement parce qu’il démontrait que le gouvernement avait menti régulièrement au peuple des USA. Ceci a provoqué une immense colère chez des officiels du gouvernement qui n’ont pas l’habitude d’être exposés de cette manière, y compris des membres du Congrès. Ce sont des gens qui contrôlent de près ce qu’apprend le public et quelles informations sont permises hors du gouvernement.

Franchement, la plupart des gouvernements ont l’habitude de se mentir – à un point que la plupart des gens trouveraient choquant. Une partie de la diplomatie est l’art du mensonge stratégique. Ces câbles démontrent le niveau de mensonge atteint par les gouvernements non seulement envers d’autres gouvernements, mais envers leurs propres citoyens, dont les nôtres. Et c’était donc une divulgation particulièrement embarrassante.

Certaines d’entre elles ont été vraiment étonnantes et bien plus importantes que ne l’a suggéré la couverture médiatique. Par exemple, nous avons parlé du câble exposant que l’administration Obama avait menacé l’Espagne, si l’Espagne exerçait son droit par traité d’enquêter sur le programme de torture US, étant donnée le refus d’Obama de le faire.

JC: Ouais, ce n’est pas comme si ce mec était poursuivi à travers le globe parce qu’il avait embarrassé quelques diplomates.

JT: C’est sûr, c’est bien plus que ça.

JC: J’aimerais beaucoup discuter de ce que sont ces principes légaux sous-jacents. Penses-tu qu’il pense qu’il fait quelque chose qui devrait être fait par les journalistes et les diffuseurs – penses-tu qu’il remplisse une vacance dans le journalisme, ou ceci est-il une nouvelle forme de journalisme? Peut-être ne se soucie-t-il pas de ces distinctions, et devrions-nous?

JT: Hé bien, la réponse à Assange est remarquable – c’était un peu comme un changement de paradigme. Les médias ont l’habitude de divulgations isolées qui sont maîtrisées et focalisées sur des sujets tels que les prisons secrètes en Europe, ou le programme de torture. Ce qu’a fait Assange a été la diffusion massive de matériel qui montrait la choquante malhonnêteté du gouvernement US et de gouvernements autour du monde… elle a montré comment beaucoup de nos politiques domestiques ou internationales sont juste une espèce de kabuki, qui –

JC: Vu ainsi, c’est adéquatement analogue aux Pentagon Papers. De la même manière – disons qu’Eric Holder signant des documents disant que vous pouvez tuer des citoyens US est le même genre de patine légale de merde que le document de John Yoo sur la torture. Quelles sont les différences importantes ou les parallèles, entre les publications des Pentagon Papers par Ellsberg et les publications de WikiLeaks exposant les crimes de guerre et les mensonges d’Etat?

JT: Je pense que vous faites la bonne analogie. En un sens, les Pentagon Papers étaient si importants parce qu’ils étaient focalisés sur le thème du mensonge autour de la guerre du Vietnam. Assange est presque blessé parce que ses publications étaient 100 fois plus vastes que les Pentagon Papers.

Ironiquement, s’il avait simplement pris des parties de ces divulgations et les avaient publiées de manière isolée, il aurait peut-être eu davantage de soutien. À la place, il a rendu publique cette chronique exhaustive des mensonges du gouvernement US et d’autres gouvernements. Et franchement, je pense que les médias classiques ont eu du mal à la couvrir, la décrire et à s’en servir.

Le résultat, c’est que ce mec est isolé, à la fois juridiquement et physiquement. Il est tout bonnement retenu captif dans cette ambassade, à moins qu’il ne convienne de la quitter et d’être sujet à arrestation. Il a de bonnes raisons de suspecter que le gouvernement US projette de le déporter dès que n’importe quel gouvernement – n’importe quel gouvernement ami – arrive à mettre la main sur lui.

JC: Ouais – je n’ai aucune idée de ce qu’est la vérité en la matière. Mais je sais que vous n’avez pas vu tant de gouvernements se piquer d’un tel intérêt et s’impliquer autant dans des affaires suédoises de viol.

JT: En fait, il y a beaucoup de scepticisme autour du timing. Le fait est que les USA avaient besoin qu’un gouvernement attrape Assange sur la base de quelque accusation criminelle. Pourtant, nous ne connaissons pas complètement tous les faits de l’affaire.

Assange est peut-être, en effet, un individu hautement imparfait – même un violeur si les allégations étaient jamais prouvées. Comme je l’ai déjà dit, je dis sans cesse à mes étudiants que nos causes sont souvent meilleures que nos clients. C’est juste une réalité du travail pro bono ou d’intérêt public. Il n’est pas rare d’avoir des personnes qui soulèvent des questions d’intérêt public importantes, mais qui ont pu commettre de grands torts.

Honnêtement, je ne sais pas quelle est la vérité au fond de cette affaire. Je sais qu’Assange a proposé de rencontrer des enquêteurs à l’ambassade, et cela a été refusé. Je ne suis pas bien sûr de pourquoi cela a été refusé.

Mais en termes de l’importance de WikiLeaks, je ne pense pas que qui que ce soit puisse réellement remettre en question que ces publications ont une importance considérable.

JC: Oui, de beaucoup de façons, cela change le monde. Assange et WikiLeaks disent-ils en fait qu’il n’y a plus personne qui fasse encore ce genre de journalisme, et que donc nous devons le faire nous-mêmes? Ou comble-t-il quelque autre espace journalistique, ou essaie-t-il de tronquer l’espace journalistique. Légalement, où est la différence? Pourquoi est-il puni alors que le New York Times ne l’est pas? Ils ont publié son matériel.

Je pense que tu dis que c’est un terrain tellement plus vaste que les Pentagon Papers que cela explique peut-être la frénésie – quand l’éditeur du New York Times et les reporters autour des divulgations d’Ellsberg ont juste eu à se dire – mensonges du Vietnam – OK, ces types vont nous courir après – nous irons peut-être en prison, peut-être pas. Mais ils ont pris le risque, et ils les ont publiés. WikiLeaks s’en prend à tous les gouvernements tout autour du monde.

JT: Ouais, je trouve fascinant de regarder la réaction à Bradley Manning et à Assange. Le gouvernement est vraiment monté jusqu’à DEFCON 4 pour s’occuper de ce gars. ET la question c’est pourquoi. Je pense que la réponse est qu’ils veulent pendre les malheureux. Ils veulent que tout le monde voie ces hommes se tordre dans le vent, pour que personne ne refasse plus ce genre de choses.

Et qu’ont-ils fait? Ils ont publié –

JC: Ce sont des lanceurs d’alerte.

JT: Oui, lis ont publié des informations portant préjudice au gouvernement. Mais quand vous regardez la couverture médiatique, ils ne veulent clairement pas traiter Assange comme un lanceur d’alerte, et ils ne veulent surtout pas le considérer comme un journaliste.

Et ceci mène donc à la question, longtemps en suspens, de ce qui constitue un journaliste à l’ère des blogs et des sites Internet?

JC: J’imagine que c’est probablement la question vers laquelle je me dirigeais – que penses-tu que soit la différence, du point de vue constitutionnel de la liberté d’expression, ou de sa protection?

JT: Les journalistes en ont adopté une définition très étroite parce qu’ils ont une crainte légitime que, avec la possibilité de créer un blog en quelques minutes, tout(e) un(e) chacun(e) puisse se déclarer journaliste. Si tout le monde est journaliste, personne n’aura plus sans doute de privilèges journalistiques. Les journalistes vivent grâce à ces privilèges et ceux-ci s’évaporeront comme neige au soleil si tout le monde peut les réclamer.

Et donc si vous regardez certaines choses comme le National Press Club, ils ont depuis longtemps eu une définition de ce qu’est un journaliste qui s’occupe de combien gagne la personne pour faire du journalisme, et excluant des personnes qui sont des journalistes légitimes mais ne reçoivent pas un salaire à plein temps, ou même un salaire à temps partiel significatif. Ces définitions sont hautement artificielles aujourd’hui. L plupart des gens obtiennent leurs infos d’Internet et de blogs.

KM: – Dans une référence dans un article du Times, le reporter citait Chris Matthews et Katie Couric comme journalistes, et qui seraient présents au dîner d’Al Smith. Et j’allais envoyer une note disant que Chris Matthews n’est pas journaliste. À une époque il a été pigiste. Mais c’est un commentateur de la TV par câble maintenant. Je pense que ce que vous êtes en train de dire apporte juste à tout ceci un relief surprenant. C’est juste si évident.

JT: Cela suscite aussi cette situation étrange, où si Adam Liptak au New York Times publie du matériel venant d’Assange, c’est un acte de journalisme. Quand Assange publie ces informations en masse, c’est considéré comme un acte de terrorisme. Et personne ne semble être à l’aise pour tenter d’expliquer cette différence. Et je ne suis pas trop sûr qu’ils le puissent.

Il y a deux manières de voir si une personne est ou non un(e) journaliste – leur fonction et leur motivation. Et, en général, nous considérons les deux. Alors, quelle était la motivation d’Assange? Sa motivation, il me semble, était clairement d’être un lanceur d’alerte et de publier ces informations. Mais il faisait aussi une chose qui est identique à ce que font les journalistes.

Et pourtant, si vous lisez comment il est traité dans les journaux, ils ne le considèrent pas comme un lanceur d’alerte ou un journaliste; ils le traitent en quelque sorte comme sui generis, quelque chose d’unique. C’est un ‘Assange’.

JC: Oui. Quelle est la différence entre lui soulevant des fonds, créant un site web, WikiLeaks, et ayant sa propre équipe d’enquêteurs rassemblant des informations et accumulant du contenu; et le Huffington Post recrutant des gens faisant la même chose – je la regarde mettant son truc en place et devenit le journal en ligne… beaucoup de ceux qui étaient blogueurs sont maintenant journalistes – des mecs super comme Sam Stein – et ils font du très bon boulot – maintenant ils ont des titres – ils se font accréditer et vont à la Maison Blanche, et ils sont journalistes, mais prioritairement, ils écrivent en ligne…

JT: Ouais, je pense que c’est vrai. La différence que tu peux tirer entre ces actes – et je pense que tu as tout à fait raison à ce sujet. Je pense qu’une partie de cette différence vient du fait que si le gouvernement disait qu’Assange est en fait un hacker – s’ils disent qu’il a fait effraction dans un système informatique et en a enlevé ce matériel –

JC: – ils disent en gros qu’Assange est Anonymous.

JT: Oui.

JC: Alors leur argument c’est que si Assange est Anonymous; c’est un cyber-terroriste?

JT: Oui. Et si c’est un hacker, je pense que cela –

JC: Cela tient-il?

JT: Hé bien, non – si c’est un hacker, cela le met dans une autre catégorie, dans le sens où il commet un délit –

JC: Est-il un hacker? Savons-nous cela?

JT: Alors non, nous ne le savons pas. En fait, beaucoup de personnes insistent sur le fait qu’il est clair qu’il n’est pas hacker, qu’il a d’une manière ou d’une autre obtenu ce matériel d’une tierce personne. Mais je ne sais pas ce qu’il en est, dans un sens ou dans l’autre. Cependant je pense que la différence que nous pouvons distinguer, et qui est celle qui a existé –

JC: Comme le New York Times a eu d’Ellsberg – il était la tierce personne.

JT: Correct.

KM: Mais je pense qu’il est important de recadrer ici cette conversation et de considérer ce problème depuis une perspective plus large que juste Julian Assange. Parce que je ne m’intéresse pas aux individus.

Je m’intéresse aux mouvements. Nous avons besoin de protéger le Premier Amendement et son application au sens le plus large. Assange m’indiffère outre que c’est un individu dont les droits sont bafoués. la raison pour laquelle nous devrions nous soucier de ce qui arrive à Assange aux USA est que ce qui lui arrive, arrive au Premier Amendement.

Vous pouvez également lire ce post sur le blog de Jonathan Turley.

Source: http://www.huffingtonpost.com/john-cusack/what-is-an-assange_b_2317824.html

Et: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,16829.0.html

Lire la 2ème partie de l’interview: https://wikileaksactu.wordpress.com/2013/01/18/interview-de-john-cusack-2eme-partie-quest-ce-quun-assange/

Traduit depuis le web par willsummer

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités