Le nouveau président français pourrait-il accorder l’asile politique à Edward Snowden, comme un signe de rupture face au gouvernement socialiste?

Nous sommes en mai 2017, un nouveau président vient d’être élu en France. L’affaire Snowden remonte au printemps 2013, et depuis le 23 juin 2013, Snowden est réfugié en Russie, à Moscou – alors qu’étrangement le monde occidental si prompt à défendre les opposants politiques russes, chinois, etc, dans les médias, devient soudain bien muet quand il s’agit de défendre politiquement des lanceurs d’alerte dénonçant les injustices du monde occidental et la surveillance de masse.

Nous nous rappelons que le gouvernement socialiste avait refusé de « donner suite » à la demande d’asile politique d’Edward Snowden en France — mais alors même que le candidat Emmanuel Macron a souhaité marquer une rupture face au parti socialiste et la politique qui a été menée par le gouvernement précédent, saura-t-il marquer également une rupture face à la manière dont le gouvernement précédent a traité les lanceurs d’alerte? Saura-t-il marquer son indépendance face aux Etats-Unis et face aux pressions politiques qui n’ont pas permis jusqu’à aujourd’hui qu’Edward Snowden puisse se réfugier en Europe, que ce soit en France ou dans un autre pays.

Il ne s’agit pas seulement d’avoir un président neuf qui est perçu comme une personnalité neuve, il ne s’agit pas seulement d’avoir un visage neuf en politique, il faut aussi avoir des idées neuves et que les choix politiques soient neufs et osent être plus indépendants que les choix qui ont été menés par le gouvernement de François Hollande.

Se démarquer d’un gouvernement précédent, ce n’est pas seulement changer de visage, comme on changerait un masque au théâtre en gardant les mêmes acteurs et les mêmes paroles pour accomplir le même jeu. Se démarquer, c’est savoir au contraire changer l’esprit du gouvernement français, ne pas commettre les mêmes erreurs commises dans les guerres multiples auxquelles notre pays a participé, c’est savoir renouveler la manière de penser la politique, c’est savoir être à l’écoute de la contestation sociale dans notre pays (et ne pas mépriser ceux qui défendent leurs droits), ou encore savoir renouveler notre vision des droits de l’homme dans un pays lui-même touché par la pauvreté et le chômage de masse, c’est savoir également accorder la première place aux lanceurs d’alerte et les accueillir si leurs droits sont menacés.

Si le nouveau gouvernement français qui a été élu accordait l’asile politique à Edward Snowden, cela serait une preuve concrète qu’il y a une forme de changement dans la politique menée par ce pays et une forme d’indépendance face aux Etats-Unis qui ont mené la « chasse aux sorcières », ces dernières années, contre les lanceurs d’alerte, en contradiction totale avec les valeurs démocratiques prônées par les sociétés occidentales et par nos gouvernements.

De plus, ces derniers mois ont vu apparaître des articles prétendant que la Russie pourrait envisager d’extrader Snowden vers les Etats-Unis, dans une démarche de rapprochement envers le président Donald Trump. Ce qui n’a pas été complètement démenti par la porte-parole des affaires étrangères de la Russie, Maria Zakharova, qui citée dans un article de Newsweek du 28 avril 2017, tout en assurant que Snowden pouvait rester aussi longtemps qu’il le souhaitait, « a refusé de fournir des commentaires supplémentaires sur la question de savoir si la Russie envisageait ou non de l’extrader vers les États-Unis où il serait jugé, en disant: «Cela ne relève pas de mon domaine» ».

En tant que citoyens français, nous devons continuer à rester vigilants et à considérer de quelle reconnaissance fera preuve le nouveau président français pour ces lanceurs d’alerte. Si rien n’est fait pour Edward Snowden, et si aucun soutien n’est apporté à d’autres lanceurs d’alerte comme Julian Assange qui est toujours réfugié dans une ambassade à Londres, alors seul le visage d’un président aura changé, mais les politiques menées par la France n’auront sans doute rien de neuf et nous verrons continuer la même histoire qui s’est écrite pendant ces dernières années, faite de scandales de surveillance de masse, de lanceurs d’alerte et de groupes Anonymous persécutés en Europe, voire extradés vers les Etats-Unis, etc.

Un tel monde n’est pas le nôtre et nous ne voulons pas d’une France qui refuse l’asile politique au lanceur d’alerte Edward Snowden, ni d’une France qui n’est pas non plus en mesure de dénoncer la manière dont Julian Assange est privé de sa liberté, menacé d’extradition vers la Suède ou les Etats-Unis, s’il sortait de l’ambassade où il s’est réfugié à Londres. Nous voulons une France qui défend tous les lanceurs d’alerte, que ceux-ci dénoncent des injustices commises par des régimes autoritaires ou des injustices commises par des pays occidentaux.

kimono

CC BY-SA

Un ado de 14 ans aurait pu pirater les emails Podesta, selon Assange

Ray McGovern est interviewé sur RT

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a récemment déclaré à Fox News qu’un adolescent aurait pu pirater les emails de John Podesta et que la Russie n’était pas la source des emails divulgués. Manila Chan, de RT America, est accompagnée d’un ancien analyste de la CIA, Ray McGovern, pour évoquer les questions, discuter de la sympathie du président élu Donald Trump pour Assange et de l’incroyable disparité entre le récit des médias traditionnels aux États-Unis et les preuves du contraire. (youtube)

Un personnage lié à WikiLeaks dit qu’un démocrate « dégoûté » a fuité les emails de la campagne Clinton

Washington Times, Dave Boyer, 14/12/2016

craigmurray_c0-194-1234-913_s885x516Un personnage lié à WikiLeaks prétend qu’il a reçu les emails de la campagne Clinton d’un lanceur d’alerte démocrate « dégoûté », tandis que la Maison Blanche a continué d’accuser des hackers russes, mercredi, de s’être mêlés aux élections présidentielles et a affirmé que Donald Trump était « évidemment conscient » des efforts de Moscou en son nom.

Craig Murray, ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan et associé proche du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré dans un article du Daily Mail qu’il avait pris l’avion pour Washington pour un transfert clandestin avec l’une des sources des emails, en septembre.

Il a dit avoir reçu un paquet dans une zone boisée près de l’université américaine. »Aucune [des fuites] ne vient des Russes », a déclaré M. Murray au journal britannique. « La source avait un accès légal à l’information. Les documents provenaient de fuites internes, pas de piratages ».

Lire la suite: http://www.washingtontimes.com/news/2016/dec/14/craig-murray-says-source-of-hillary-clinton-campai/

Le Sean Hannity Show demande à Julian Assange si la Russie est derrière le piratage des documents obtenus par WikiLeaks

Les Russes et le piratage? ou bien des fuites venant de l’intérieur des Etats-Unis? (émission radio intégrale)

Julian Assange « Notre source n’est pas le gouvernement russe » (extrait de l’émission)

Pour Julian Assange, Clinton et Daesh sont financés par le même argent

Voir l’interview intégrale: https://youtu.be/WksG3XSBvE4

WikiLeaks fait écho aux affirmations de Trump selon lesquelles les élections américaines sont « truquées »

The Intercept-LiveBlogs, Robert Mackey, 21/10/2016

Face à la probabilité d’une défaite pour Donald Trump, Wikileaks – qui a été salué par les républicains, et critiqué par les démocrates, pour avoir publié les emails piratés qui ont mis dans l’embarras Hillary Clinton et son parti – s’est plaint sur Twitter dans les premières heures de vendredi matin que le processus électoral aux États- Unis est « truqué ».

Il n’y a pas d’élection américaine. Il y a la consolidation d’un pouvoir. Une primaire truquée, des médias truqués et un candidat truqué « joueur de flûte » qui se consolide. @wikileaks

Le tweet du groupe a été publié après 3 heures, heure locale, à Londres, où son fondateur, Julian Assange, a été effectivement confiné dans l’ambassade d’Equateur depuis plus de quatre ans. Plus tôt dans la semaine, l’Equateur a confirmé qu’il avait empêché Assange d’utiliser la connexion Internet de l’ambassade, citant ses efforts apparents pour influencer le résultat de l’élection américaine.

L’affirmation d’un processus truqué, qui fait écho à la rhétorique que Trump a utilisée depuis la campagne de la primaire, n’est pas nouvelle pour l’organisation. En août, le compte Twitter du groupe a fait une accusation similaire après que la popularité de Clinton auprès des électeurs ait augmenté, malgré la publication d’emails montrant que les responsables du parti l’avaient favorisée face à Bernie Sanders pendant la campagne de la primaire.

Lire la suite: https://theintercept.com/liveblogs/trumpdown/wikileaks-echoes-claim-u-s-elections-rigged/

Source du tweet: https://twitter.com/wikileaks/status/789296990127427588

WikiLeaks et les Podesta emails

Les Podesta emails

POLITICO couvre la dernière publication WikiLeaks sur les emails du président de la campagne Clinton, John Podesta.

Politico, Live-blog

Épinglé par Eric Geller, 10/2016

220px-john_podestaWikiLeaks a publié lundi un deuxième lot présumé de courriels privés du président de la campagne d’Hillary Clinton, John Podesta.

Les nouveaux messages, qui couvrent une période allant de septembre 2007 à mars 2016, est apparu en ligne trois jours après la première tranche de messages, et au lendemain du deuxième débat présidentiel.

Ces emails ont été publiés peu de temps après que le gouvernement américain a accusé publiquement le gouvernement russe [d’être impliqué dans] les cyberattaques sur les organisations politiques américaines comme le Comité national démocrate [DNC].

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a promis la semaine dernière de poster du « matériel significatif » lié à l’élection américaine. Le site internet anti-secrets a déjà sorti un lot d’emails apparemment volés au cours du piratage de données au DNC. Les messages internes semblent montrer que le comité a favorisé à la Maison Blanche la candidature de Clinton sur celle de son rival, le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.), forçant la démission de la présidente Debbie Wasserman Schultz.

Lire la suite: http://www.politico.com/live-blog-updates/2016/10/john-podesta-hillary-clinton-emails-wikileaks-000011

Podesta emails: https://wikileaks.org/podesta-emails/?q=&mfrom=&mto=&title=&notitle=&date_from=&date_to=&nofrom=&noto=&count=50&sort=6

Archives WikiLeaks: https://wikileaks.org/-Leaks-.html

Suède. Le procureur de Julian Assange: nous attendons l’Equateur

Conférence de presse des procureurs suédois dans l’affaire Assange

[Le procureur] Marianne Ny, en attente de savoir comment et quand aura lieu l’entrevue

Radio Sweden, 07/09/2016

Les procureurs suédois dans l’affaire Assange ont tenu une conférence de presse à Stockholm, mercredi, pour répondre à des questions, alors que le programme phare d’investigation de la Suède Uppdrag Granskning promettait de révéler plus de détails sur le cas, ce soir.

L’état actuel de l’affaire est que les procureurs sont en attente d’une décision du tribunal d’appel sur l’opportunité de maintenir ou non le mandat pour l’arrestation de Julian Assange. Cela viendra vendredi. Ils sont également en attente des détails de l’ambassade équatorienne sur la façon dont ils peuvent interroger Assange, qui est à l’ambassade d’Equateur à Londres. Ils disent qu’ils sont prêts à aller à Londres sur un court préavis dès qu’ils obtiennent le feu vert.

Les procureurs ont passé une grande partie du temps à expliquer pourquoi ils n’ont toujours pas interrogé Julian Assange sur les soupçons de crimes sexuels, dont certains ont déjà atteint leur période de prescription et ne sont plus l’objet de poursuites. Une partie de l’explication est qu’ils ont essayé d’éviter l’abaissement de la qualité de l’enquête, par exemple en questionnant Assange par téléphone.

La situation idéale pour les procureurs est d’interroger un suspect en Suède, en personne, et ils disent qu’ils ont essayé de ne pas donner à Assange un traitement différent.

Beaucoup de [ces éléments] ne sont pas nouveau, et des explications similaires sont disponibles en anglais sur le site web des procureurs.

Marianne Ny a commencé la conférence de presse en disant qu’elle avait peu de nouvelles à communiquer, et que cela était tout simplement une occasion de mettre à jour l’affaire pour le public. Elle dit que la diffusion du programme Uppdrag Granskning, ce soir, rend cette journée appropriée pour une conférence de presse.

Source: http://sverigesradio.se/sida/artikel.aspx?programid=2054&artikel=6512153

Réponse au titre de l’article du New York Times sur WikiLeaks paru le 1er septembre 2016

communiqué paru sur le compte @wikileaks, le 01/09/2016

assange_nytRéponse à l’article du New York Times publié jeudi « Comment la Russie trouve souvent des avantages quand Julian Assange révèle les secrets de l’Occident » [http://archive.is/my52v]

Les seules vraies informations dans l’article sont que « les responsables américains disent que M. Assange et WikiLeaks n’ont probablement aucun lien direct avec les services de renseignement russes. »

Wikileaks a publié plus de 650.000 documents sur la Russie et le président Poutine, dont la plupart sont critiques. Voir https://search.wikileaks.org/

Il est faux que le livre Les documents Wikileaks: Le monde selon l’empire américain (qui parle de la diplomatie américaine), ne contient pas de critique de la Russie. Il contient de nombreuses références critiques à la Russie, y compris un chapitre entier sur les relations diplomatiques des États-Unis avec la Russie avec de nombreuses références à la corruption russe.

Il est faux que M. Assange « aurait évoqué aux associés de déménager » en Russie. Il a ouvertement plaisanté lors d’une conférence de presse en disant combien il serait absurde si un militant de la liberté de la presse occidentale était forcé de demander l’asile à Cuba.

Il est faux que WikiLeaks ou M. Assange n’auraient pas « publiquement critiqué » les violations des droits de l’homme commises par M. Assad et les forces russes qui se battent là-bas. WikiLeaks ne fait aucun commentaire sur les événements mondiaux, à moins que les événements ne se rapportent à ses publications, à son organisation ou à ses sources présumées. Mais, par exemple, WikiLeaks a soutenu la critique d’Amnesty sur les civils russes tués dans leur bombardement en réponse aux partisans russes qui l’ont attaqué, en disant que l’analyse numérique d’Amnesty semblait tenir bon.

Il est trompeur de laisser entendre que WikiLeaks aurait simplement tweeté une fois au sujet de l’emprisonnement du groupe musical russe Pussy Riot. En fait, M. Assange a rencontré plusieurs fois divers membres des Pussy Riot et elles ont rejoint la Fondation Courage, qu’il a co-fondé, et qui protège les sources journalistiques. Voir http://www.dazeddigital.com/artsandculture/article/22662/1/pussy-riot-joins-julian-assange-whistleblower-foundation

Il est faux que la Russie aurait délivré un visa pour Julian Assange (ou que M. Assange aurait demandé un visa).

Il est faux que WikiLeaks n’aurait pas produit de document critique sur le gouvernement Assad. Wikileaks a publié 2,3 millions de documents du gouvernement Assad, un allié russe, y compris des emails personnels du chef de l’Etat, Bachar al Assad. WikiLeaks a également publié sur l’espionnage, par le gouvernement syrien, de militants syriens au moyen de « bluecoat » et documenté de nombreuses importations utilisées par la sécurité nationale syrienne en violation des sanctions du régime. Voir https://wikileaks.org/syria-files/ et https://twitter.com/search?f=tweets&vertical=default&q=syria%20%20from%3Awikileaks%20since%3A2012-01-01%20until%3A2012-12-31&src=typd

La théorie du complot que l’article tente d’attribuer sur le calendrier des publications de WikiLeaks est fausse et n’est pas du journalisme.

Prenons l’exemple de premier plan dans l’article, la censure totale du diffuseur kurde Roj TV. Quand M. Assange a attiré l’attention sur cet outrage, cela coïncide avec les tentatives de Roj de faire de la publicité pour leur appel au tribunal (la grande vedette étant une publication WikiLeaks). Plus tard, lorsque le chef de l’OTAN, Rassmusen, est apparu dans les informations, cela a accroché l’attention sur les archives WikiLeaks et comment ils documentent les sordides accords derrière la destruction de Roj TV. Voir youtube

De même, dans d’autres cas, WikiLeaks a répondu aux appâts de l’information – comme tous les organes de presse le font, pour attirer l’attention sur ses archives ou pour soutenir sa mission anti-censure ou de protection de la source. Encore une fois, tout autre autre suggestion est fausse.

WikiLeaks n’a connaissance d’aucune affirmation du gouvernement américain disant que les emails du DNC publiés par WikiLeaks auraient été « volés par le renseignement russe ». En fait, le chef du renseignement américain, James Clapper, a déclaré que le gouvernement américain n’a pas été en mesure de l’attribuer à quelqu’un. Les différents piratages du DNC sur plusieurs années ne relèvent pas de la même question que la publication par Wikileaks d’emails divulgués et il est trompeur de suggérer autre chose.

Il est faux que la décision de l’ONU au sujet d’Assange serait « non-contraignante ». L’ONU a explicitement déclaré que cela est « juridiquement contraignant ». Il est faux que [cette décision] aurait été rejetée par les tribunaux britanniques. Son caractère contraignant est maintenant considéré par la Cour d’appel suédoise.

La déclaration de l’ONU en réponse aux erreurs de la presse:
NOTE AUX RÉDACTEURS EN CHEF:
Les avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire sont juridiquement contraignants dans la mesure où ils sont fondés sur le droit international des droits de l’homme, tels que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Le GTDA [Groupe de travail sur la détention arbitraire] a pour mandat d’enquêter sur les allégations d’individus privés de leur liberté de manière arbitraire ou incompatible avec les normes internationales des droits de l’homme, et de recommander des solutions telles que la libération de la détention et l’indemnisation, le cas échéant.
Le caractère contraignant de ses avis découle de la collaboration des États dans la procédure, du caractère contradictoire de ses conclusions et de l’autorité donnée au GTDA par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Les avis du GTDA sont également considérés comme faisant autorité par les institutions judiciaires internationales et régionales de premier plan, y compris la Cour européenne des droits de l’homme « . http://ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=17013&LangID=E

Le comité de rédaction du New York Times a appuyé Hillary Clinton, mais cela n’est pas dévoilé dans l’article. L’auteure principale, Jo Becker, a dernièrement retweeté Hillary Clinton (une campagne d’animation en sourire et en danse), le 3 mars. L’autre auteur, Eric Schmitt, a déjà écrit dans le New York Times, d’autres rapports d’enquête robustes, par exemple, que M. Assange est un « clochard » avec des « chaussettes sales » qui « puent ». Il est devenu correspondant du Pentagone en 1990.

Source: http://www.twitlonger.com/show/n_1sp2hsr et https://twitter.com/wikileaks/status/771329205594447872

Live Replay: L’interview de l’éditeur de WikiLeaks avec la journaliste d’investigation du New York Times

New York Times, 31/08/2016

Live Replay: https://www.facebook.com/nytimes?smid=tw-nytimesworld&smtyp=cur

assange_nytRejoignez-nous pour une conversation avec Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, et Jo Becker, une journaliste d’investigation auprès du New York Times. En Juillet, l’organisation a publié près de 20 000 emails du Comité National Démocrate suggérant que le Parti Démocrate avait conspiré avec la campagne d’Hillary Clinton pour miner son principal adversaire, Bernie Sanders.

La deuxième partie de notre interview est ici: https://www.facebook.com/nytimes/videos/10150889048719999/

Source: https://twitter.com/wikileaks/status/771013325484396545