Etats-Unis/Israël: Les signes d’une politique commune, dès 2008, pour éliminer les figures-clés du régime syrien et de ses alliés

Syria.BasharAlAssad.02Photo: Affiche avec le portrait du président Assad, avec l’inscription « Que Dieu protège la Syrie » (2006).

Dans des révélations récentes de The Intercept, on apprend que la mort mystérieuse d’un général de Bachar al-Assad, en 2008, a été opérée par les services secrets israéliens, d’après des documents émanant de la NSA américaine. Mais cette mort et cet assassinat, replacés dans un contexte politique plus large, font voir d’autres choses importantes: le rapport conflictuel entre la Syrie et Israël, l’intérêt commun de certains pays (Etats-Unis, Arabie Saoudite, Qatar, Turquie) pour faire tomber le régime Assad, mais aussi les défaillances internes au régime syrien, les purges au sein des services secrets et la fissuration d’un système qui allait tomber irrémédiablement vers une guerre généralisée.

C’est cette fissuration de l’intérieur qui a conduit à la situation actuelle en Syrie et qui a facilité l’expansion de la guerre, du chaos et de la terreur — le tout favorisé par une alliance de l’Occident, de pays arabes et de l’Etat israélien contre le régime Assad. Ce sont encore aujourd’hui ces fissurations idéologiques qui empêchent la paix en Syrie et qui empêchent tous les groupes opposés idéologiquement de trouver un terrain d’entente pour revenir à une situation « normale » d’avant-guerre.

Le régime syrien, semblable à un mur en béton, a subi des pressions venant de toutes parts – de l’intérieur même des services secrets, des opposants au régime, et de l’extérieur, venant de pays occidentaux ou arabes opposés à Bachar al-Assad – et il n’a pas tenu face à la contestation civile qui allait l’emporter dans une chute totale. Le problème, c’est qu’en s’effondrant, le régime syrien est retombé par morceaux entiers sur une population sans défense et que ce qui a émergé de ces ruines, c’est l’Etat Islamique.

Les assassinats d’Imad Mughniyeh et de Mohammad Suleiman: Israël et la CIA

L’assassinat d’Imad Mughniyeh est évoqué dans un des documents Wikileaks, les Stratfor Files. Stratfor, une société privée du renseignement américain, fait un rapport sur la mort d’Imad Mughniyeh, présenté comme « un des piliers du Hezbollah », et mort dans une explosion de voiture le 12 février 2008. Le rapport de Stratfor (traduit ici en français), établi grâce à une source israélienne, attribue l’attentat contre Imad Mughniyeh aux services secrets israéliens, le Mossad. Le plus étonnant, c’est qu’Imad Mughniyeh, décrit comme « un partisan de la guerre clandestine et un théoricien de l’attentat à la voiture piégée » (Wikipedia) est lui-même mort assassiné dans un attentat, dans l’explosion de sa voiture — comme si le Mossad avait voulu lui jouer une revanche en choisissant son moyen de lutte privilégié pour le tuer.

Mais, dans un article du Washington Post, daté de janvier 2015, on apprend que le Mossad a été assisté de l’aide de la CIA américaine pour réaliser l’élimination d’Imad Mughniyeh, notamment en ce qui concerne la mise au point de la bombe:

Les États-Unis ont aidé à construire la bombe, a dit l’ancien fonctionnaire, et l’ont testé à plusieurs reprises dans un établissement de la CIA en Caroline du Nord pour s’assurer que la zone de l’explosion potentielle soit contenue et n’entraînerait pas de dommages collatéraux.

Ces éléments qui ont été révélés il y a quelques mois montrent qu’il y a bien eu une volonté commune entre les Etats-Unis et Israël pour éliminer certaines figures-clés liées au Hezbollah et au régime syrien, les deux étant soutenus par l’Iran. Cette politique d’élimination et d’assassinats qui a eu lieu en 2008, bien avant le début de la guerre civile en Syrie, montre la montée de la tension politique au Moyen-Orient: les tentatives de paix entre Israël et la Palestine échouent, l’Etat israélien sent monter la menace d’une agression à ses frontières et s’empresse dans la panique de faire assassiner toute une liste de personnalités jugées dangereuses pour la sécurité de l’Etat d’Israël. Imad Mughniyeh en faisait partie, tout comme le général syrien Mohammad Suleiman.

Il y a deux interprétations à cette série d’assassinats ciblés: soit ces assassinats ont été menés comme une alternative pour éviter la guerre, autrement dit comme un moyen de pression pour forcer le gouvernement syrien à ne plus soutenir le Hezbollah et à négocier avec Israël, soit ces assassinats ont été menés par Israël et les Etats-Unis comme une préparation à une guerre planifiée avec la Syrie dès 2008, dans le but d’affaiblir à l’avance le régime syrien en éliminant les chefs militaires et les soutiens proches de Bachar al-Assad, comme Imad Mughniyeh et Mohammad Suleiman.

D’autre part, ce qui montre le lien entre ces deux assassinats comme le reflet d’une politique commune entre les Etats-Unis et Israël, c’est l’intervalle de temps — 6 mois à peine — qui séparent la mort d’Imad Mughniyeh et celle de Mohammad Suleiman. Comme le souligne The Intercept dans son article sur la mort de Mohammad Suleiman, le général qui était une figure-clé du régime de Bachar al-Assad:

L’assassinat israélien de Suleiman est venu moins de six mois après qu’une équipe conjointe de la CIA et du Mossad a assassiné un haut membre du Hezbollah dans le coeur de Damas, selon plusieurs responsables actuels et anciens de l’armée et du renseignement américain. L’implication américaine et israélienne dans cette attaque, qui visait l’agent du Hezbollah Imad Mughniyeh, a été rapportée en tout premier et en détail par le Washington Post.

On peut donc fortement soupçonner que l’assassinat d’Imad Mughniyeh, le 12 février 2008, puis celui de Mohammad Suleiman, le 1er août 2008, faisaient tous deux parties d’une liste commune au Mossad israélien et à la CIA américaine pour contrer et affaiblir le régime syrien et ses alliés, même si le lien à la CIA pour Mohammad Suleiman n’est pas démontré.

Le régime Assad, un régime fissuré de l’intérieur

En 2008, des sources citées par des journalistes faisaient déjà le lien entre la mort de Mohammad Suleiman et celle d’Imad Mughniyeh (sans parler encore d’une responsabilité du Mossad ou de la CIA). Ces articles soulevaient plutôt la question d’une vengeance au sein des services secrets syriens, en effet:

Des membres internes du régime indiquent que le meurtre de Mughniyeh, qui a causé au leader syrien un sérieux embarras avec ses alliés iraniens et le Hezbollah, a déclenché une purge dans les rangs supérieurs des services de renseignement en Syrie. Certains spéculent que ces purges ont pu créé un motif de revanche pour le meurtre de [Mohammad] Suleiman.

Ces affaires concernant les services secrets ont pu affaiblir de l’intérieur le régime syrien et conduire, peut-être, à une forme de trahison et de contestation accrue contre le régime de Bachar al-Assad avant de mener à la guerre civile.

D’autre part, le régime syrien était fragile de l’intérieur, comme l’ont constaté les diplomates américain, dès 2006, dans un câble publié par Wikileaks (06DAMASCUS5399). Les Etats-Unis avaient conscience de ces failles dans le régime syrien. Le cercle du pouvoir de Bachar al-Assad est très restreint à ce moment: le pouvoir est détenu par un nombre très limité de personnes, un « cercle intérieur » qui est fragile et vulnérable, ce qui laisse penser que Bachar al-Assad pouvait être facile à renverser:

Les actions qui conduisent Bachar à perdre l’équilibre et augmenter son insécurité sont dans notre intérêt, parce que son inexpérience et le cercle de décision extrêmement petit du régime le rendent sujet aux trébuches diplomatiques qui peuvent l’affaiblir à l’échelle nationale et régionale.

La question qui reste à l’esprit est la suivante: Est-ce que les Etats-Unis, Israël et leurs alliés qui voulaient faire tomber le régime Assad avaient planifié une guerre en Syrie dès 2008, en conduisant des politiques d’assassinats (est-ce que l’objectif de faire tomber le régime Assad était clairement défini et décidé?) —, ou bien est-ce que la révolution et la guerre civile en Syrie se sont produites comme une conséquence de l’échec répété des négociations de paix au Moyen-Orient, forçant les pays occidentaux à soutenir les rebelles et à s’enliser dans une guerre indéfinie contre le régime syrien? Les politiques d’assassinats ont peut-être été imaginées au départ comme une alternative à la guerre, un moyen d’affaiblir le régime syrien par étapes, en déconstruisant les bases du pouvoir de Bachar al-Assad, plutôt que de l’affronter directement dans des combats militaires, terrestres ou aériens.

Les Etats-Unis ont toujours eu conscience du rôle-clé et de la position stratégique de la Syrie pour l’avenir du Moyen-Orient. Ils avaient tout à fait conscience que la Syrie était un pays qui pouvait déstabiliser l’ensemble de la région, comme en témoigne l’extrait d’un rapport daté de 2008 et destiné au congrès américain:

Malgré la faiblesse de son armée et son économie morne, la Syrie demeure essentielle dans la géopolitique du Moyen-Orient. Le régime Assad a ses mains dans chacune des quatre grandes zones actives ou potentielles de conflit dans la région (Liban, Israël-Palestine, Irak, et Iran). […] D’autres pensent que l’Administration devrait aller encore plus loin pour faire pression sur le gouvernement syrien et devrait même envisager la mise en œuvre de sanctions économiques plus sévères contre celui-ci. (Résumé, p. 2)

Dans tous les cas, les Etats-Unis et Israël étaient impliqués idéologiquement face à la Syrie, bien avant le début de la guerre civile. Et il n’y a sans doute jamais eu de réelle « passivité » politique du côté israélien à l’égard du régime syrien, contrairement à ce que peut sous-entendre, par exemple, un article récent du Huffington Post:

La position de l’Etat hébreu, autre puissance régionale, sur le dossier syrien est quand à elle assez ambiguë et a évolué depuis le début de la crise. Si Israël a été d’une relative passivité durant les deux premières années, elle soutient désormais officiellement militairement et logistiquement les différents groupes armés rebelles présents dans les zones proches de la frontière israélo-syrienne

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Etat d’Israël a été actif dans les affaires syriennes, bien avant la guerre civile, à travers les assassinats de figures soutenant de près ou de loin Bachar al-Assad, ou de personnalités liées au régime. On ne peut donc pas dire que l’Etat hébreu « a été d’une relative passivité » dans l’analyse de ces faits. Des assassinats et des opérations secrètes ont été menés. Mais l’implication de l’Etat hébreu n’explique pas à elle seule la chute du régime de Bachar al-Assad, car on constate que ce régime était miné de l’intérieur idéologiquement et qu’il pouvait difficilement contenir une montée croissante de l’opposition.

La CIA a violé la Convention sur les attentats terroristes – le cas de l’assassinat d’Imad Mughniyeh

par Kevin Jon Heller, 31 janvier 2015

Le Washington Post a un long article aujourd’hui sur la façon dont le Mossad et la CIA ont collaboré pour faire exploser le chef  des opérations internationales du Hezbollah en 2008 […]

mughniyehL’article aborde la légalité de l’assassinat de Mughniyeh, avec les États-Unis qui font valoir que c’était un acte légal de légitime défense en vertu de l’art. 51 de la Charte des Nations Unies et Mary Ellen O’Connell affirmant que c’était de la perfidie. Les lecteurs réguliers anticiperont mon scepticisme à l’égard de la première déclaration, et il n’y a tout simplement aucun appui dans le droit humanitaire international pour la deuxième déclaration. La perfidie est un acte « invitant la confiance d’un adversaire pour le conduire à croire qu’il a droit à, ou qu’il est obligé d’accorder une protection en vertu des règles du droit international applicable dans les conflits armés, avec l’intention de trahir cette confiance. »

Le Mossad et de la CIA n’ont rien fait de la sorte. Le Mossad et la CIA ont toutefois violé la Convention internationale pour la répression des attentats terroristes, ratifiée par Israël le 10 Février 2003 et par les Etats-Unis le 26 Juin 2002. Je ne veux pas m’attarder sur le Mossad dans ce post; l’analyse est la même que celle que j’ai apporté ici à l’égard de leur assassinat de scientifiques nucléaires iraniens. Au lieu de cela, je veux me concentrer sur la complicité des Etats-Unis dans la mort de Mughniyeh.

Lire la suite: http://opiniojuris.org/2015/01/31/cia-violates-terrorist-bombing-convention/

Source: https://twitter.com/opiniojuris/status/561567522957565952

La CIA et le Mossad ont tué un haut responsable du Hezbollah dans l’explosion d’une voiture en 2008

Par Adam Goldman et Ellen Nakashima, 30 Janvier 2015

Le 12 février 2008, Imad Mughniyeh, chef des opérations internationales du Hezbollah, marchait dans une rue calme, de nuit, à Damas, après un dîner dans un restaurant voisin. Non loin de là, une équipe d’observateurs de la CIA dans la capitale syrienne suivait ses mouvements.

Alors que Mughniyeh s’approchait du SUV stationné, une bombe placée dans un pneu de secours à l’arrière du véhicule a explosé, faisant un éclat d’obus dans un rayon étroit. Il a été tué sur le coup.

Le dispositif a été déclenché à distance depuis Tel Aviv par des agents auprès du Mossad, le service de renseignement étranger israélien, qui étaient en communication avec les agents sur le terrain à Damas. «La façon dont cela avait été mis en place, les États-Unis auraient pu s’opposer et l’annuler, mais cela n’a pas pu être exécuté », a déclaré un ancien responsable du renseignement américain.

Les États-Unis ont aidé à construire la bombe, a dit l’ancien fonctionnaire, et l’ont testé à plusieurs reprises dans un établissement de la CIA en Caroline du Nord pour s’assurer que la zone de l’explosion potentielle soit contenue et n’entraînerait pas de dommages collatéraux.

mughniyeh

Lire la suite: http://www.washingtonpost.com/world/national-security/cia-and-mossad-killed-senior-hezbollah-figure-in-car-bombing/2015/01/30/ebb88682-968a-11e4-8005-1924ede3e54a_story.html

La stratégie d’Israël contre le Hamas exposée dans deux câbles WikiLeaks

combats-syrieDe nombreux câbles WikiLeaks évoquent le conflit israélo-palestinien, mais il faut confronter plusieurs documents pour tenter de comprendre la vraie situation géopolitique qui s’est mise en place au Moyen-Orient. La guerre en Syrie, en effet, ne semble pas totalement étrangère au conflit israélo-palestinien. Comme nous l’avions mentionné dans un article, la Syrie avait pris la défense des Palestiniens et réclamé « l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, [la fin du] siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale ». Ces demandes n’ont jamais été entendues par l’Etat d’Israël.

Un câble WikiLeaks du 11 février 2009 (09TELAVIV363) intitulé « Le président du Likoud Netanyahu parle de l’Iran, des Palestiniens et de la Syrie avec Codel Smith » explique le point de vue israélien sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. Ce câble est très important, car il montre que l’Etat d’Israël aurait pu avoir un intérêt direct dans la déstabilisation du régime syrien pour conduire à l’affaiblissement du Hamas en Palestine. Israël accuse l’Iran de financer les groupes terroristes au Moyen-Orient et d’être le « régime-mère » du terrorisme. Parmi ces groupes terroristes, Israël considère que c’est l’Iran – soutenu par la Syrie – qui apporte son soutien au Hamas palestinien.

La Syrie, l’Iran et le Hamas palestinien

La théorie du gouvernement israélien consiste à dire, en quelque sorte, que si le Hamas est si puissant en Palestine, c’est parce qu’il est soutenu financièrement et idéologiquement par les régimes alliés de la Syrie et de l’Iran. Autrement dit, selon Israël, le problème du conflit israélo-palestinien ne serait pas uniquement un problème entre Israël et la Palestine, mais un problème qui a sa source en Syrie et en Iran, et qui doit se résoudre par l’affaiblissement de ces deux régimes: « il [Netanyahu] prédit que le terrorisme diminuerait si on coupe la volonté et la capacité de l’Iran à soutenir des terroristes avec de l’argent, un entraînement et des directives« .

On voit bien comment la stratégie israélienne se met en place et pourquoi le renversement du régime syrien aurait pu servir par la suite les intérêts sécuritaires de l’Etat d’Israël, en assurant la présence de régimes favorables à Israël dans tout le Moyen-Orient. Dans la suite du câble, Netanyahu « affirma que le retrait du Hamas au pouvoir n’y produirait pas nécessairement un régime pire, étant donné que les groupes alternatifs ne sont pas aussi proche de l’Iran que le Hamas ». Ainsi, affaiblir l’Iran et la Syrie semble s’être présenté aux yeux des responsables israéliens comme un moyen possible pour obtenir la fin de la résistance du Hamas en Palestine.

Le conflit israélo-palestinien, un problème régional

A travers ce document Wikileaks, on comprend finalement que le gouvernement israélien perçoit la guerre avec le Hamas dans une logique régionale qui va au-delà des territoires de la Palestine occupée. Cette logique régionale inclut plusieurs pays: Israël, la Palestine occupée, la Syrie, l’Iran, l’Irak et le Liban. Le conflit israélo-palestinien est un enjeu pour toute cette région du Moyen-Orient, c’est un facteur de déstabilisation et c’est pourquoi beaucoup d’observateurs considèrent qu’il n’y aura jamais de paix au Moyen-Orient tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas résolu. Les câbles Wikileaks témoignent de cette logique.

Dans un autre câble du 4 avril 2005 (05TELAVIV2054), le gouvernement israélien évoque de nouveau le problème de la Syrie face aux groupes terroristes: « Il a dit que, bien que la Syrie ait fait de mauvaises choses, comme aider le Hamas et le Hezbollah, en compromettant la stabilité en Irak, et donnant refuge aux copains de [Saddam] Hussein, la chose la plus importante maintenant est de le sortir du Liban. » Dans ce même câble, le ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, évoque l’espoir que « d’autres pays de la région passent vers des systèmes démocratiques ». Ces propos témoignent d’une certaine volonté israélienne d’amener des changements de régime au Moyen-Orient, vers des régimes plus démocratiques et pacifiés, libérés du terrorisme, ou du moins d’une stabilisation politique en Irak et en Syrie, qui pourrait être favorable à la résolution du conflit israélo-palestinien.

Le câble diplomatique ne dit pas si le gouvernement israélien a eu une implication dans la déstabilisation du régime syrien, mais si tel était le cas, on constate aujourd’hui que la stratégie d’Israël a échoué au Moyen-Orient, car la déstabilisation des régimes hostiles à l’Etat d’Israël n’a pas pacifié le Moyen-Orient et n’a pas conduit à la mise en place de systèmes plus démocratiques. Au contraire, on voit aujourd’hui qu’avec la guerre en Syrie, non seulement les régimes se sont maintenus dans la violence et la répression, mais le jihadisme a aussi progressé et se répand comme une poudre sur toute la région.

Quel rôle pour la Russie?

Il semble aussi que le gouvernement israélien ait mal envisagé le rôle de la Russie dans le conflit au Moyen-Orient. Dans le premier câble (09TELAVIV363), Netanyahu présente la Russie comme un possible allié dans la stratégie de lutte contre le terrorisme en Iran et en Syrie: « La communauté internationale pourrait aussi imposer un blocus naval sur l’Iran […] avec la Russie comme pays clé dans cet effort. Le conseiller de Netanyahu, Arad, a ajouté que la Russie a été utile à certains moments […] et que les puissances occidentales pourraient avoir à faire des concessions avec la Russie sur d’autres questions pour les amener à collaborer plus étroitement contre Téhéran. »

Ce câble date d’avant le début de la guerre en Syrie, qui a commencé par les manifestations du 15 mars 2011, mais on sait aujourd’hui que la Russie n’a pas voulu s’allier avec l’Occident dans la lutte contre le régime syrien. Le câble Wikileaks montre ainsi que la stratégie prévue par le gouvernement israélien n’a pas fonctionné, car celui-ci pensait s’appuyer sur la Russie pour déstabiliser l’Iran et la Syrie. De son côté, la Russie n’a pas voulu intervenir contre le régime syrien par peur d’une extension du front islamique vers ses propres frontières: on voit que, là aussi, le raisonnement n’a pas fonctionné, car le front islamique s’est bel et bien étendu vers d’autres pays, même s’il n’atteint pas encore la Russie.

En fait, il y a beaucoup d’incertitudes sur ce qui se passe désormais dans cette région du Moyen-Orient. Il semble que toutes les stratégies gouvernementales aient échoué pour pacifier la région et que les scénarios qui se déroulent actuellement en Syrie et en Irak avec l’avancée de l’Etat Islamique n’avaient certainement pas été imaginés ni par le gouvernement israélien, ni par les gouvernements américain, européen ou russe, à un moment où ils pensaient régler le conflit avec le Hamas.

Les documents Wikileaks mettent ainsi en lumière les profondes erreurs d’appréciation des responsables gouvernementaux israéliens qui, dans leur stratégie face à l’Iran et à la Syrie, en 2005, puis 2009, ont pensé qu’ils réussiraient à affaiblir le Hamas, mais n’ont pas compris que ce qu’ils redoutaient le plus allait se produire quelques années plus tard, à savoir l’avancée actuelle du front jihadiste, la radicalisation du terrorisme et la déstabilisation du Moyen-Orient qui remet profondément en cause tout espoir de résoudre de manière pacifique le conflit israélo-palestinien.

Source des documents Wikileaks: http://search.wikileaks.org/plusd/cables/09TELAVIV363_a.html et http://search.wikileaks.org/plusd/cables/05TELAVIV2054_a.html

WikiLeaks: Quand l’Elysée rendait visite à Bachar al-Assad – Le Liban, Israël et l’Union Pour la Méditerranée

640px-Palais_de_l'Elysée_EntréeCâble n°08PARIS1139 du 16 juin 2008: « Lecture de la présidence française sur la visite Guéant/Levitte du 15 juin à Damas »

ns 1.4. (b), (d).

1. (C) Le conseiller NEA [New Enterprise Allowance] de la présidence française, Boris Boillon, nous a donné une lecture rapide de la visite du 16 juin effectuée à Damas, un jour plus tôt, par le SecGen [Secrétaire Général] de l’Elysée, Claude Guéant, le conseiller diplomatique Jean David Levitte, et Boillon. Le trio a rencontré le président syrien Bachar al-Assad pendant environ une heure, suivi d’un déjeuner organisé par le FM [Ministre des Affaires étrangères] Mu’allim. Assad, « comme d’habitude », était « sincère et un peu ouvert » sur le plan de son attitude générale. (Note: Les Français, en remontant à l’initiative de l’Elysée sur le Liban, l’année dernière, ont toujours décrit Assad en ce qu’ils reconnaissent comme des termes étonamment positifs.) Assad a commencé par soulever [la question de] l’Union pour la Méditerranée (UPM), confirmant sa présence au sommet du 13 juillet à Paris. Assad a demandé, cependant, le changement de nom, puisqu’«union» impliquait pour lui une relation politique normale de travail avec Israël. Boillon a déclaré que les français ont fermement refusé et ont souligné que l’union était moins une structure rigide qu’un cadre pour un «processus». Assad a ensuite demandé des références encore plus claires dans l’UPM au processus de Barcelone existant. Boillon a ajouté, avec un clair regret, qu’Assad a confié que le résultat-clé du récent mini-sommet de Tripoli serait probablement la présence de Kadhafi au sommet de Paris du 13 juillet pour qu’il puisse exprimer ses doutes au sujet de l’UPM en personne. (Commentaire: Boillon a qualifié cette perspective de «malheureuse», et cela rappelle sans doute de nombreux souvenirs amers de la lutte constante qu’il menait avec les Libyens sur la visite longue et controversée de Kadhafi en décembre dernier. Fin de commentaire)

2. (C) Sur les relations bilatérales, Assad a demandé une réunion bilatérale avec le Président français Nicolas Sarkozy avant les activités du sommet du 13 juillet. Boillon a déclaré que les français ont accepté en principe, mais ont dit qu’ils auraient à soumettre la question à Sarkozy. (Commentaire: Nous soupçonnons que, en plus de comprendre les optiques difficiles d’une telle réunion, les Français n’ont pas encore décidé de la manière de gérer des réunions bilatérales avec les nombreux chefs d’Etat dont la présence est attendue. Fin de commentaire) Assad a soulevé [la question] de l’amélioration des relations économiques, mis l’accent sur l’accroissement du commerce et de l’investissement français en Syrie, ainsi que la mise à niveau de l’accord d’association entre la Syrie et l’Union européenne pendant la présidence française de l’UE. La réponse française a été que les progrès dans tous ces domaines dépendent du contexte global des relations bilatérales et en particulier:

— Les progrès sur les relations diplomatiques complètes entre la Syrie et le Liban: Assad a dit qu’il attendrait un nouveau gouvernement libanais pour envoyer Mu’allim à Beyrouth pour inviter «les trois présidents» à Damas pour discuter et annoncer officiellement la mise en place de relations diplomatiques complètes. Selon Boillon, Guéant et Levitte ont soulevé avec Assad et Mu’allim des préoccupations partagées par l’USG [Gouvernement US]/France sur la renégociation des Syriens pour les accords actuels (par exemple, sur le commerce) qui étaient favorables au Liban. En outre, Boillon n’est pas certain de savoir comment les Libanais réagiront à l’engagement d’Assad d’éliminer le conseil suprême actuel entre la Syrie et le Liban qui gère efficacement la relation «bilatérale» et remplace l’établissement d’ambassades dans les capitales respectives.

— L’évolution des pourparlers Syrie/Israël: Assad les a ouvertement décrit comme «très sérieux» et dans l’intérêt de la Syrie. Il s’est dit optimiste sur leur progrès et a affirmé que la Syrie attend la réponse d’Israël à un document de deux pages sur des questions de sécurité (Boillon ne savait pas si cela incluait les frontières ou quelles questions spécifiques ont été couvertes) pour juger des intentions israéliennes. Selon Boillon, Assad a déclaré que la Syrie comptait sur un éventuel parrainage des États-Unis et/ou de l’Europe des possibles pourparlers directs. Mu’allim a indiqué que, afin de prévenir les problèmes de Palestiniens entravant les pourparlers Syrie/Israël, Damas était en contact avec le Hamas pour dire au Hamas, qu’il n’avait pas envie d’une escalade de la violence et pour encourager la libération du soldat israélien Gilad Shalit (un double national français/israélien).

— Geste positif sur les droits de l’homme: Guéant et Levitte ont dit à Assad que la France souhaite un geste positif sur les droits de l’homme avant le 14 juillet, une occasion qui en France, entre autres, célèbre la France comme le lieu de la naissance des conceptions occidentales des droits de l’homme. Ces gestes pourraient inclure la libération de détenus de l’opposition et permettre à Riadh Saif et à d’autres dirigeants malade de quitter la Syrie pour un traitement médical. Assad a répondu avec un non « ferme et sanglant », en faisant valoir que la France doit comprendre comment accepter la conduite de la Syrie sur les droits de l’homme et de traiter cela dans le contexte approprié. Il était, en tout cas, un non-starter, puisque les droits de l’homme sont une affaire interne. Lorsque nous avons demandé à Boillon ce qu’était la réponse française, il a indiqué que l’Elysée serait susceptible d’accepter qu’il n’y ait pas lieu d’appuyer cette question comme un préalable absolu à de meilleures relations.

3. (C) Sur le Liban, Assad a déclaré que la Syrie n’interférerait pas dans les efforts pour former un nouveau gouvernement et laisserait les Libanais arriver à un accord par eux-mêmes. Il a ajouté que sa compréhension de l’obstacle principal était l’insistance d’Aoun pour être nommé ministre des Finances, et que c’était à Aoun et Siniora de résoudre cette impasse.

4. (U) L’Elysée a publié un communiqué annonçant la visite Guéant/Levitte du 15 juin à Damas, et leurs rencontres avec Assad et Mu’allim. Il était noté que les envoyés avaient transmis à Assad un message du président Sarkozy et ont discuté des relations bilatérales, de la situation au Proche-Orient (en particulier le Liban, les contacts Israël/Syrie, et le «processus de paix»), ainsi que l’Union pour la Méditerranée. Le communiqué a caractérisé les discussions comme «utiles et constructives», avec les deux parties étant d’accord sur la nécessité de renforcer les relations bilatérales, de poursuivre les efforts coordonnés pour instaurer une paix juste globale dans la région, et de continuer à encourager les Libanais à appliquer l’accord de Doha.

5. (C) Commentaire: le grand absent de la lecture de Boillon était une mention de la spéculation des médias que Sarkozy espère organiser une réunion Assad/Olmert sur ​​les marges du sommet du 13 juillet. Fin de commentaire

STAPLETON

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/08PARIS1139_a.html

Stratfor Files: Retour sur les opérations du Mossad – sabotage et crash du vol ET-409 Beyrouth/Addis Abeba

Publié par W, le 21 novembre 2012

Le 25 janvier 2010, un Boeing 737 de la compagnie Ethiopian airlines (vol ET-409 Beyrouth/Addis Abeba) s’est abîmé en mer quelques minutes après son décollage, en pleine tempête, de l’aéroport de Beyrouth, à 02h30 locales (00h30 GMT), avec 90 personnes à bord, dont 54 libanais. Aucun survivant n’a été retrouvé.

Un homme inspecte les débris du crash du vol ET-409 sur une plage de la côte libanaise, le 25 janvier 2010

Trois jours après le crash, les boites noires de l’appareil ont été localisées à environ 10 kilomètres à l’ouest de l’aéroport, selon le rapport final et officiel de l’enquête, le crash est dû à une erreur de pilotage, les conclusions de ce rapport ont été rejetées par la compagnie éthiopienne. La compagnie a affirmé dans un communiqué signé par son vice-président des opérations de vol, Desta Zeru et réalisé sur la base de témoins visuels, qu’un sabotage, foudre ou tirs pouvaient être à l’origine du crash, car l’avion s’est désintégrée en vol à cause d’une explosion.

Cette hypothèse est confirmée par un des emails de Stratfor – récupérés par les hackers d’Antisec et publiés par Wikileaks –, l’email avec l’ID 85813, échangé entre Antonia Colibasanu et le service des analyses de la société le 10 février 2010 révèle que les services de renseignement militaire libanais ont estimé que l’avion était sabotée par le Mossad, la source interrogée par Antonia Colibasanu (une source fiable et travaille pour les services de renseignement militaire libanais) a affirmé que le Mossad avait saboté l’avion pour assassiner le cousin de Hassan Nasrallah Hashim Saifeddine, car il croyait que ce dernier figurait parmi les passagers de l’avion.

Plus d’informations sur le crash de l’avion éthiopien et l’histoire de sabotage

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 85813
Date 2010-2-10 16:40:01
De colibasanu@stratfor.com
À analysts@stratfor.com
Listname mailto:analysts@stratfor.com

PUBLICATION: background/analysis

ATTRIBUTION: Source de STRATFOR

DESCRIPTION DE LA SOURCE: Renseignement militaire libanais

FIABILITÉ DE LA SOURCE: B

CREDIBILITÉ DE L’ELÉMENT: 3

DISTRIBUTION SUGGÉRÉ: analystes

GESTIONNAIRE DE SOURCE: Reva

** Il se passe quelques choses de plus ici que l’histoire d’erreur de pilotage. Cette source était fiable dans le passé.

L’analyse initiale de la boite noire récupérée du jet éthiopien n’a pas montré une erreur de pilotage, comme suggéré précédemment par les médias libanais. La communauté des services de renseignement libanais estime que l’avion a été sabotée par le Mossad. À son avis, c’était la première frappe dans la prochaine guerre entre Israël et le Hezbollah. Il dit que les israéliens ont agi selon une fausse croyance que le cousin de Hassan Nasrallah Hashim Saifeddine figurait parmi les passagers de l’avion.

Saifeddine est largement considéré comme le vrai homme numéro deux du Hezbollah. Ma source dit qu’il semble que les israéliens veulent se débarrasser des têtes du Hezbollah avant la guerre, afin qu’ils puissent perturber ses commandes et démoraliser ses subordonnés.

Les libanais sont confrontés à un dilemme. Ils ne peuvent pas admettre que la bombe a été plantée dans l’avion à l’aéroport de Beyrouth, car ça révèle l’ampleur du laxisme de la sécurité. Quand j’ai parlé à la source à ce sujet, il m’a rappelé le cas du crash d’Egyptair en Amérique du Nord en 1999. Les autorités égyptiennes n’ont pas permis aux États-Unis de révéler publiquement le résultat de l’enquête qui signalait un crash suicidaire du pilote Al-Battuti.

31 octobre 1999 : vol 990 Egyptair, un Boeing 767 de la compagnie Egyptair s’abîme en mer au large de la côte est des États-Unis avec 217 personnes à bord. Peu après le décollage de New York, le deuxième copilote demande avec insistance à remplacer le premier copilote avant l’heure prévue puis, peu après, le commandant de bord l’aurait laissé seul au poste de pilotage. Ce dernier aurait alors volontairement coupé le pilote automatique et prononcé plusieurs fois « I rely on God (je m’en remets à Dieu) ». Lorsque le commandant de bord parvient enfin à revenir dans le cockpit, il rattrape l’appareil qui descendait en piqué, mais le copilote avait coupé les moteurs. Le Boeing fait une chute de 33 000 pieds (environ 10 000 m) en 83 secondes puis est pulvérisé à la surface de la mer. Il n’y a pas de survivant. Un défaut des rivets de la gouverne de profondeur est attesté (des modifications ont dû être réalisées sur plusieurs appareils en service) mais il n’expliquerait pas tout. L’hypothèse du suicide du copilote est retenue par le bureau américain d’enquête et contestée par la partie égyptienne. Ce suicide pourrait être lié à l’interdiction pour le copilote de retourner à nouveau aux États Unis, interdiction prononcée la veille par le chef pilote à la suite d’une affaire de mœurs, la frustration du copilote de n’avoir jamais été promu commandant de bord à quelques mois de sa fin de carrière est également avancée.

Wikipédia

L’avion a explosé en vol. Une erreur de pilotage aurait provoqué une perte de l’équilibre et un crash en mer. Veuillez noter que le mot « une possible erreur de pilotage » a refait surface juste après que le ministre de la santé parlait d’une explosion. Tard, il a dû émettre une clarification que l’explosion n’était pas nécessairement le résultat d’une action militaire. Notez qu’il a utilisé «nécessairement» alors qu’il pouvait simplement l’exclure. Le ministre de la santé a apparemment perdu son sang froid et a mentionné «explosion» quand un des proches des passagers provoquait des troubles et insistait de voir les corps des morts. Il leur a dit qu’il y avait pas de corps, mais seulement des morceaux de chair.

Source: https://operationleakspin.wordpress.com/2012/11/21/exclusif-the-gifiles-retour-sur-les-operations-du-mossad-sabotage-et-crash-du-vol-et-409-beyrouthaddis-abeba/

Et: https://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,16160.0.html

Republié par willsummer

Les sales blagues de Bachar el-Assad

Le 18 juillet 2012

Les #SyriaFiles de WikiLeaks révèlent qu’avant le déclenchement de la révolution, Bachar el-Assad draguait son assistante avec des blagues salaces, et raillait, auprès de son beau-père, la taille respective des pénis de Nicolas Sarkozy, Benyamin Netanyahou et Barack Obama. Quand la révolution syrienne a commencé, il a cessé de blaguer, et viré conspirationniste.

Le 26 février 2011, 15 jours après la fuite (et la démission) d’Hosni Moubarak, qui dirigeait l’Égypte depuis 1981, Bachar el-Assad envoie un mail intitulé “Un nouveau mot dans le dictionnaire” :

Moubarak (verbe) : accrocher, coller quelque chose. Exemple : “je vais te frapper et te moubaraker au mur”, ou “tu peux moubaraker les différentes pièces pour les faire tenir ensemble”.
Moubarak (adjectif) : long à apprendre ou comprendre. Ex : “Pourquoi avez-vous besoin d’être aussi moubarak ?”
Moubarak (nom) : ex-petite amie psychotique qui n’arrive pas à comprendre que c’est fini.

Sur les 2 434 899 mails des Syria Files révélés par WikiLeaks et auxquels Owni a eu accès, on trouve 538 e-mails envoyés par sam@alshahba.com, l’adresse e-mail utilisée par Bachar el-Assad. La majeure partie d’entre-eux ont été envoyés avant le début de la révolution en Syrie, et concernent la gestion d’affaires internes, ainsi que de nombreux échanges avec la traductrice personnelle d’el-Assad.

On n’y trouve aucun secret d’État, pas de révélations sur la main-mise des services de sécurité syriens, non plus que sur le soutien de la Russie, de la Chine ou de l’Iran. Par contre, on y trouve des blagues, plusieurs dizaines, pour la plupart en anglais, que le président-dictateur syrien envoyait à ses proches collaborateurs, et notamment à sa traductrice.Certaines sont plutôt drôles ou raffinées, la majeure partie graveleuses et misogynes. A mille lieues de l’image glamour que le régime syrien et ses communicants cherchaient à donner du couple el-Assad en mettant en avant la belle et jeune Asma, épouse de Bachar, ces blagues révèlent un homme adepte de ces blagues que s’échangent les hommes d’un certain âge au sujet de leurs femmes vieillissantes, et d’un humour peu respectueux de la femme, tout comme de l’islam. Florilège.

Une pastèque dans le c…

En février 2010, dans un email intitulé “Les femmes qui savent rester à leur place” il raconte comment la journaliste américaine Barbara Walters s’était étonnée de voir les femmes afghanes continuer à marcher plusieurs pas derrière leurs maris, comme du temps des Talibans :

Pourquoi semblez-vous si heureuse de perpétuer cette vieille coutume que vous cherchiez pourtant désespérément à abolir ?

La femme regarde Mme Walters droit dans les yeux et, sans hésitation, lui répond : “les mines antipersonnelles”.

Moralité de l’histoire : derrière chaque homme, il y a une femme intelligente !

Le 16 mars 2010, Bachar el-Assad envoie une série de blagues en arabe, se moquant notamment de Haifa Wehbe, laissant entendre que le jour où la diva d’origine libanaise mourra, elle saura enfin de ce que cela fait de se coucher toute seule… entre autres plaisanteries de bon goût.

On y trouve aussi l’histoire d’un homme qui ne parvient pas à se défaire des vers qui rongent ses viscères. Un médecin lui propose alors de couper une pastèque en deux et de s’asseoir dessus, afin que son nectar attire les vers. L’un d’entre-eux vient de fait goûter la pastèque qui, effectivement, a très bon goût. Mais plutôt que d’attirer les vers, ces derniers crient au premier : “ramène-nous la pastèque !

Cochon entier et petite saucisse

Le 8 août à 18h24, Bachar el-Assad faisait suivre une chaîne mail intitulée “Longue vie aux célibataires“, compilation de citations anti-mariage :

Je n’ai pas peur du terrorisme. J’ai été marié pendant deux ans.

J’emmène ma femme partout, mais elle arrive toujours à retrouver le chemin du retour.

Nous nous tenons toujours par la main. Si je la laisse aller, elle entre dans les magasins.

Quatre minutes plus tard, à 18h28, Bachar el-Assad envoie un autre e-mail, titré “femmes âgées“, évoquant le fait que “pour chaque femme magnifique, intelligente, bien coiffée et sexy de plus de 40 ans, il y a un chauve bedonnant qui porte des pantalons jaunes et autres reliques en guise de vêtements, et qui devient gaga devant des serveuses de 22 ans” :

Mesdames, je suis désolé. A tous ces hommes qui disent : “mais pourquoi acheter une vache quand on peut avoir du lait gratuitement ?” sachez qu’aujourd’hui, 80% des femmes sont contre le mariage. Pourquoi ? Parce qu’elles réalisent que ce n’est pas la peine d’acheter un cochon entier pour n’avoir qu’une petite saucisse !

Le 20 octobre 2010, il envoie à sa traductrice “quelques calculs mathématiques“, que l’on retrouve sur le web sous l’intitulé Romance Mathematics :

Homme intelligent + femme intelligente = Romance
Homme intelligent + femme bête = aventure
Homme stupide + femme intelligente = mariage
Homme stupide + femme bête = grossesse

Un homme qui réussit gagne plus d’argent que sa femme ne peut dépenser.
Une femme qui réussit est celle qui peut trouver un tel homme.

Le 23 décembre, il fait suivre une série de blagues “Mari vs Femme” elle aussi copiée-collée sur les interwebs :

La femme : j’aimerais être un journal, pour être dans tes mains tous les jours.
Le mari : moi aussi j’aimerais bien que tu sois un journal, histoire d’en avoir un nouveau chaque jour.

Le 5 novembre, il transmet un “guide hormonal à scotcher sur le réfrigérateur” que “les femmes comprendront (et que) les hommes devraient mémoriser“, dont la version poster est beaucoup plus explicite et qui, en résumé, explique que pour ne pas avoir de problèmes avec les femmes, le mieux est encore de les enivrer :

Le 15 décembre, Bachar el-Assad transfert un mail intitulé “générosité britannique” que lui avait envoyé Fawaz Akhras, son beau-père, et qui raille l’aide internationale apportée au Pakistan après un tremblement de terre (imaginaire) ayant fait 2 millions de mort :

Les USA envoient des troupes. L’Arabie Saoudite du pétrole. La Nouvelle-Zélande des moutons, des bovins et de la nourriture. Les pays d’Asie du sud est de la main d’œuvre pour rebâtir les infrastructures. L’Australie du matériel et des équipes médicales.

Pour ne pas être en reste, la Grande-Bretagne renvoie ses deux millions de Pakistanais. God Bless British generosity…

Le Guardian, qui a consacré un article au sujet des conseils donnés par Fawaz Akhras à son beau-fils pour minimiser la portée du nombre de morts civils en Syrie, évoque également le fait que Bachar lui avait envoyé plusieurs autres blagues depuis son iPhone, dont une portant sur la taille respective des pénis de Nicolas Sarkozy, Benyamin Netanyahu et Barack Obama.

La blague postée en date du 28 décembre est tout aussi courte, percutante, que déplacée. Une nonne va voir sa mère supérieure pour lui annoncer qu’elle a été violée :

– Que dois-je faire ?
– Buvez ce thé, amer et sans sucre
– Cela me rendra-t-il mon honneur et ma pureté ?
– Non, mais cela devrait effacer l’expression de bonheur qu’arbore votre visage.

Le 31, une histoire où un gars vient demander à Bush et Obama, qui sont assis dans un bar, ce qu’ils sont en train de préparer :

Bush : Nous préparons la 3ème guerre mondiale.
le gars : vraiment, mais qu’est-ce qui va se passer ?
Bush : cette fois, nous allons tuer 140 millions de gens, ainsi qu’Angelina Jolie.
le gars : Angelina Jolie ? Mais pourquoi Angelina Jolie ?
Bush se tourne alors vers Obama : tu vois ? Je te l’avais bien dit, tout le monde s’en fout de ces 140 millions de gens !!!!!!!!!

“Woo-hoo, quelle aventure !”

Le 20 janvier, ce n’est pas une blague, mais une vidéo en noir et blanc, et en pièce jointe, façon comédie italienne d’antan, que Bachar el-Assad envoie par mail un spot publicitaire de la société Belgacom incitant ses abonnés à ne pas la quitter. On y voit une femme en-dessous s’affoler de l’arrivée de son mari, et son amant se cacher dans une valise. Le mari, croyant que sa femme le quittait, prend la valise et la jette par la fenêtre.

Le 25, Bachar el-Assad envoie une autre vidéo en pièce jointe : Reopen911.wmv (4.1MiB), résumé de plusieurs des thèses conspirationnistes entourant les attentats du 11 septembre.

Le lendemain, Hasan Ali Akleh s’immole par le feu afin de protester contre le gouvernement syrien, évènement considéré comme annonciateur, et en tout cas emblématique, du printemps syrien.

Le 1er mars 2011, 15 jours après les premières manifestations en Libye, et une semaine après le fameux discours télévisé où Mouammar Kadhafi où il promettait de “nettoyer la Libye maison par maison” de tous ces “mercenaires, rats, bandes criminelles et drogués” manipulés par Al-Qaïda et les Américains, Bachar el-Assad envoyait un nouvel e-mail :

Kadhafi a dit :
. hé, les gens, sans électricité, nous nous assiérons pour regarder la TV dans le noir
. je ne suis pas un dictateur qui bloque Facebook, mais j’arrêterais tous ceux qui s’y connecteront
. vous pouvez protester autant que vous le voulez, mais n’allez ni dans les rues ni dans les places
. je resterai en Libye jusqu’à ma mort, ou mon destin viendra à moi.

Le 2 mars 2011, Bachar el-Assad fait suivre les conseils d’un médecin qui préconise la sieste plutôt que l’exercice, conseille de boire de l’alcool (parce que le vin et la bière sont faits à partir de fruits et de céréales), de ne pas se restreindre sur les fritures et le chocolat (parce que faits à partir de légumes), déconseille la nage (“si la nage est bonne pour la ligne, expliquez-moi les baleines“) :

La vie ne doit pas être un long voyage destiné à arriver dans sa tombe avec une ligne et une condition physique excellente, mais plutôt une virée zigzaguante (du Chardonnay dans une main, du chocolat dans l’autre) où l’on crierait “woo-hoo, quelle aventure !” afin d’en finir complètement usé et épuisé.

Le 27 mars 2011, alors que le mouvement de libération prend de l’ampleur, et que l’AFP avance que plus d’une centaine de manifestants ont été tués par la police, un proche collaborateur de Bachar el-Assad lui envoie un mail particulièrement obséquieux lui expliquant qu’une étude aurait démontré que le cœur de la quasi-totalité des 24 millions de Syriens battrait pour Bachar el-Assad, et qu’il est impossible de geler ses avoirs puisqu’ils ne sont pas en Suisse, mais dans le cœur des Syriens…

Le 28, Bachar el-Assad fait suivre une image montrant comment la photo de gens manifestant avec le drapeau syrien en soutien au président syrien a été manipulée pour que l’on croit qu’ils réclament son départ.

Le 31, un autre collaborateur lui envoie un mail intitulé ‘J’ai aimé cette chanson” avec, en pièce jointe, une chanson (sirupeuse) attribuée (à tort) à Mick Jagger composée sur un vieux synthé et répétant (en anglais) “Bashar, We Love You“.

Le 25 juillet, il fait suivre la version traduite en arabe d’une vidéo, en français, intitulée “Sarkozy, combien d’enfants as-tu tué cette nuit ?“, l’accusant d’être responsable de la mort d’enfants tués lors d’un bombardement de l’OTAN en Libye, réalisée par Michel Collon, un journaliste belge considéré comme proche des réseaux français au service de la Syrie1 qui, après avoir publié un essai sur les “médiamensonges” de l’OTAN en Libye, a récemment préfacé un ouvrage similaire consacré, cette fois, au plan “Syriana” de remodelage du Moyen-Orient par la CIA.

Le 24 septembre, il envoie un lien vers une vidéo (en arabe) sur la proximité supposée entre Al Jazeera et la CIA. Censurée depuis, on la retrouve facilement en cherchant les mots-clefs “الجزيرة والمخابرات الأمريكية.. مين بيلعب فى دماغنا ؟؟“.

Le dernier e-mail de Bachar el-Assad présent dans les #SyriaFiles de WikiLeaks est un copié-collé d’un article de Wayne Madsen, un ancien militaire américain devenu journaliste spécialiste des services de renseignement, proche du Réseau Voltaire et conspirationniste.

Dans cet article, basé sur “plusieurs sources fiables“, Madsen affirme que l’ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie a été chargé de recruter des “escadrons de la mort” auprès d’unités affiliées à Al-Qaïda et de les envoyer se battre contre les soldats et policiers fidèles au régime syrien. Il affirme également que ces terroristes ne se sont pas contentés d’attaquer les forces loyalistes, mais également de massacrer des civils, afin d’accuser, avec l’aide du Mossad, le gouvernement syrien.

Et cette histoire de CIA qui recrute des terroristes d’Al-Qaïda pour tuer des civils avec l’aide du Mossad, pour Bachar el-Assad, ce n’était pas une blague.


A noter que le Fonds de Défense de la Neutralité du Net, émanation du French Data Network, premier FAI indépendant français, vient de faire sauter le blocus financier de Wikileaks, et qu’il est donc de nouveau possible de lui faire un don par carte bancaire.Merci à Salam Houssam Aldeen, pseudonyme d’un journaliste syrien en exil à Paris (qui cherche du travail : contactez presse AT OWNI.fr), ainsi qu’à Pierre Leibovici (@pierreleibo sur Twitter), qui m’ont beaucoup aidé à plonger dans ces #SyriaFiles.
Photo trouvée dans les mails de Bachar el-Assad, illustration et couverture par Loguy pour Owni /-)

  1. l’auteure de cet article, Hala Kodmani, une journaliste franco-syrienne, ex-rédactrice en chef à France 24, et responsable de la rubrique Syrie à Libération, est aussi la sœur de Bassma Kodmani, porte-parole du Conseil national syrien -organe de l’opposition syrienne basé à Paris-, et préside l’association française Souria Houria -Syrie Liberté-, “groupe de soutien à la révolte du peuple syrien” qui milite pour le renversement du régime de Bachar el-Assad. []

Source: http://owni.fr/2012/07/18/les-sales-blagues-de-bachar-el-assad/ et http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,13062.0.html

« The World Tomorrow », épisode 1 – Julian Assange interviewe Sayyed Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah

Image

Février 2012 – (vidéo de l’interview, en anglais et en arabe, en fin d’article)

[Voix off ] Je suis Julian Assange, directeur de la publication de WikiLeaks. Nous avons dévoilé les secrets du monde, attaqués par les puissants. Depuis 500 jours, maintenant, je suis détenu sans mise en examen, mais cela ne nous a pas arrêtés. Aujourd’hui, nous sommes en quête d’idées révolutionnaires qui pourraient changer Le Monde de Demain.

Cette semaine, je suis rejoint par un invité depuis un lieu gardé secret au Liban. Il est l’un des plus extraordinaires personnages du Moyen-Orient. Il a livré de nombreuses batailles armées contre Israël et est maintenant impliqué dans une lutte internationale en Syrie. Je veux savoir : pourquoi est-il qualifié de combattant de la Liberté par des millions de gens, et en même temps traité de terroriste par des millions d’autres. C’est sa première interview à l’Ouest depuis la guerre israélo-libanaise de 2006. Son parti, le Hezbollah, est membre du gouvernement libanais. Il en est le chef, Sayyed Hassan Nasrallah.

JA : Êtes-vous prêt ?…Quelle est votre vision du futur d’Israël et de la Palestine ? Qu’est ce que le Hezbollah considérerait comme une victoire ? Et, si vous obteniez cette victoire, désarmeriez-vous ?

SHN : L’État d’Israël n’est pas un…c’est un État illégal, c’est un État qui a été établi sur la base de l’occupation des territoires des autres, l’usurpation des territoires des autres, le contrôle par la force des territoires des autres, en commettant des massacres contre les Palestiniens qui ont été expulsés, et ceci inclut aussi des Musulmans et des Chrétiens, donc pour cette raison, la justice est…la justice reste…reste dans le fait que, même passé dix ans, le passage du temps ne transforme pas la justice en…ne nie pas la justice. Si c’est ma maison…mettons votre maison…et je viens, et je l’occupe par la force, elle ne devient pas mienne en 50 ou 100 ans juste parce que je suis plus fort que vous et que j’ai été capable de l’occuper, cela ne me donne pas…cela ne légalise pas ma possession de votre maison. Du moins, ceci est notre point de vue idéologique, et notre point de vue légal, et nous croyons que la Palestine appartient au peuple palestinien. Mais, si nous voulions combiner l’idéologie et la loi avec les réalités politiques, et les mettre en relation sur le terrain, nous pourrions dire que la seule solution est que nous ne voulons tuer personne, nous ne voulons traiter personne injustement , nous voulons que la justice soit restaurée pour… et la seule solution est l’établissement d’un État, un État sur le territoire de la Palestine dans lequel les Musulmans, les Juifs et les Chrétiens vivent en paix dans un État démocratique. Toute autre solution ne serait simplement pas viable, et ne sera pas soutenable.

JA : Israël dit que le Hezbollah a tiré des roquettes sur Israël dans des zones civiles – est-ce vrai ?

SHN : Tout au long des années passées, et même depuis 1948, quand l’État d’Israël a été créé sur le territoire de la Palestine, les forces israéliennes ont bombardé des civils, des civils libanais, et des villages libanais et des bourgades libanaises. Dans les années de résistance, c’est à dire entre 1982 et…92. Après dix ans de résistance, nous avons commencé à réagir – mais purement et seulement et strictement pour empêcher Israël de bombarder nos civils. Ainsi donc, en 1993, il y a eu une entente, elle était tacite entre la résistance et Israël, et cette entente a été réaffirmée en 1996, et cette entente implique que les deux côtés évitent de bombarder des civils, et nous avons toujours dit « si vous ne bombardez pas nos bourgs et nos villages, nous ne ferons rien à vos bourgs et vos villages » Ainsi, voyez-vous, le Hezbollah a recouru à cette méthode après de longues années d’agression contre des civils libanais, et son objectif est purement d’instituer une sorte d’équilibre de dissuasion pour empêcher Israël de tuer des civils libanais.

JA : Selon les télégrammes diplomatiques de WikiLeaks provenant de l’ambassade des États-Unis au Liban, vous auriez dit que vous étiez choqué par le degré de corruption que les membres du Hezbollah sont en train d’atteindre. Ils disent que vous avez dit « Que sommes-nous devenus ? » parce que certains membres du Hezbollah roulent dans des 4X4, des grosses voitures, portent des tenues en soie, achètent de la nourriture à emporter. Est-ce une conséquence naturelle de l’intégration du Hezbollah dans le système politique électoral libanais ?

SHN : D’abord, ce qu’ils disent à ce sujet n’est pas correct . Cela fait partie des rumeurs qu’ils ont voulu utiliser pour discréditer le Hezbollah et nuire à son image. Cela fait bien entendu partie de la guerre des médias contre nous. Vous savez qu’ils parlent de nous, ils disent que nous agissons, vous savez, comme des organisations mafieuses, et euh, avec des trafics de drogue dans le monde entier, ce qui cependant dans notre religion et notre morale est absolument l’un des interdits les plus ultimes, c’est quelque chose contre quoi nous nous battons. Ils disent un tas de choses qui sont sans fondement, et je veux ici vous affirmer que cela n’est pas vrai.

En second lieu, ce qu’ils ont dit récemment, je dirais que c’est juste très….C’est un phénomène limité, et sa raison est qu’il y a, vous savez, des familles riches qui n’étaient pas…..qui dans le passé ne soutenaient pas le Hezbollah, ou ne soutenaient pas sa ligne, ni son idéologie ni son programme . Vous savez, quand, après l’an 2000, quand la résistance au Liban et le Hezbollah, – et le Hezbollah est la composante principale de la résistance -, arrivèrent à libérer le sud Liban, cela a été vu comme une sorte de miracle, cela a créé un grand choc dans la société libanaise, parce que, comment un petit groupe comme celui-là avait-il pu se dresser pendant 33 jours en face de la plus grande, la plus puissante armée de la région, et sans être vaincu ? Ainsi, des composantes de la société commencèrent à se considérer elles-mêmes comme pro-Hezbollah ou des soutiens au Hezbollah, et elles viennent de, vous voyez…de milieux aisés qui vivent une vie facile avec leurs capacités financières, et ainsi, voyez-vous, c’est c’est… Ils disent que ce phénomène a pénétré le Hezbollah, mais ce n’est pas vrai – je dis cela vraiment en confiance avec les informations qui me sont disponibles – ce n’est vraiment pas un problème auquel nous devons remédier.

JA : Pourquoi avez-vous soutenu le Printemps Arabe en Tunisie, au Yémen,….en Égypte et dans d’autres pays, mais pas en Syrie ?

SHN: Les raisons sont claires. D’abord, c’est que…Originairement, parce que, en principe, nous ne voulons pas nous ingérer dans la politique intérieure des États arabes. Cela a toujours été notre politique. Il y a eu des événements dans le monde arabe…qui ont été très sérieux et très importants, au point que personne, aucun parti, aucun mouvement, ne peut s’abstenir de prendre position par rapport à eux. En Syrie, tout le monde sait que le régime de Bachar al-Assad a soutenu la résistance au Liban, soutenu la résistance en Palestine, il ne s’est pas couché sous la pression israélienne et américaine, aussi, c’est un régime qui sert très bien la cause palestinienne. Ce à quoi nous appelons pour la Syrie est la négociation…c’est le dialogue, c’est la réforme, et que les réformes soient engagées, parce que, l’alternative à cela, à cause des diversités en Syrie, à cause du caractère sensible des situations en Syrie, l’alternative est de pousser la Syrie dans une guerre civile, et c’est exactement ce qu’Israël et les États-Unis veulent en Syrie.

JA : Sayyed, pendant le week-end, plus de 100 personnes ont été tuées à Homs, y compris une journaliste avec qui j’avais déjeuné il y a un an, Mary Colvin. Je peux comprendre votre logique quand vous dites que nous ne pouvons pas juste détruire un pays sans raison et qu’il est préférable de réformer un pays si possible. Mais le Hezbollah a-t-il une limite à ne pas dépasser ? S’il y a 100 000 personnes tuées, un million de personnes tuées, quand le Hezbollah dira-t-il que cela suffit ?

SHN: Depuis le début des événements en Syrie, nous avons eu des contacts – des contacts constants – avec les dirigeants syriens, et nous avons parlé en amis, échangeant des avis sur l’importance de mettre en œuvre des réformes depuis le tout début. J’ai personnellement trouvé que le Président Assad était très désireux de mettre en place des réformes radicales et importantes, et ceci nous a rassurés, euh… eu égard aux positions que nous avions prises. En plus d’une occasion, publiquement, j’ai fait des discours où j’ai dit ceci – et ceci exactement – et dans mes rencontres avec divers hommes politiques libanais, arabes, ou autres, je leur ai dit la même chose : Que je suis sûr que le Président Assad veut la réforme et veut engager des réformes, des réformes réalistes et authentiques, mais l’opposition doit accepter le dialogue.

Je dirais plus que cela, et c’est la première fois que je le dis, nous avons même contacté des éléments de l’opposition pour les y encourager et faciliter le processus de dialogue avec le régime. Mais eux, ils ont rejeté le dialogue, et depuis le tout début, nous avons eu un régime qui veut accepter des réformes et est prêt au dialogue. De l’autre côté, vous avez une opposition qui n’est pas prête au dialogue et qui… n’est pas prête a accepter de… d’accepter les réformes, tout ce que l’opposition veut, c’est de renverser le régime, donc, nous avons un problème… Autre chose, ce qui est en train d’arriver en Syrie doit être… nous devons le regarder avec deux yeux, pas seulement d’un seul point de vue. Les groupes armés en Syrie ont tué beaucoup de civils.

JA : Comment voyez-vous l’évolution de la situation en Syrie ? Que devrions-nous faire pour arrêter les tueries ? Vous avez parlé de dialogue, et le dialogue est une chose dont il est facile de parler, mais y a-t-il des mesures pratiques pour arrêter… le bain de sang qui a lieu en Syrie ?

SHN: Pour la question précédente, il y a quelque chose que je n’ai pas mentionné, et je vais l’ajouter à cette réponse. Il y a certainement des États qui offrent de l’argent, qui procurent de l’argent, qui procurent des armes, qui encouragent les combats à l’intérieur de la Syrie, et certains de ces États sont  des … pays arabes, et il y a aussi des pays non-arabes. Premier point. Il y a aussi une situ… euh, un fait préoccupant également, qui est confirmé, et nous avons tous entendu Dr Ayman al-Zawahiri, le leader d’ al-Qaïda quand il…. quand il a appelé au combat en Syrie, au… au…. aux armes en Syrie, alors il y a des combattants d’al-Qaïda qui sont arrivés en Syrie, et d’autres qui sont… qui les suivent, de plusieurs pays, et ils sont en train d’essayer de faire de la Syrie un champ de bataille.

Donc, les pays qui procurent des armes et de l’argent devraient être capables d’amener les groupes d’opposition qu’ils soutiennent à s’asseoir à la table des négociations et résoudre les choses politiquement. J’ai dit cela il y a quelques jours, certains pays arabes sont prêts… prêts à avoir dix ans….à s’engager dans des discussions politiques avec Israël pendant des dizaines d’années non stop, malgré tout ce qu’Israël a fait dans la région, mais ils n’accorderont pas un an ou deux ans – voire juste quelques mois – pour une solution politique en Syrie, et cela n’a absolument aucun sens et c’est injuste.

JA : Seriez vous disposé à exercer une médiation entre ces groupes d’opposition et le régime d’Assad? Les gens savent que vous n’êtes pas un agent des États-Unis, ou d’Arabie Saoudite, ou d’Israël, mais croiront-ils que vous n’êtes pas un agent du régime d’Assad ? S’ils peuvent en être convaincus, accepteriez-vous de négocier la paix ?

SHN: L’expérience de trente ans d’existence du Hezbollah prouve qu’il est un ami de la Syrie, et non un agent de la Syrie. Vous savez, il y a eu des périodes de la vie politique libanaise pendant lesquelles notre relation avec la Syrie n’était pas bonne. Euh… nous avons eu des problèmes, il y a eu des problèmes entre nous, et ceux qui ont tiré des bénéfices de la politique et de l’influence de la Syrie et du Liban, sont ceux maintenant qui étaient nos opposants quand nous étions sous la pression de la Syrie. Voyons, nous sommes amis, nous ne sommes pas des agents. Le moindre groupe de… l’opposition syrienne sait cela et toutes les forces politiques de la région aussi. Nous sommes amis.

C’est le premier point. En second lieu, quand je dis que nous soutenons une solution politique, alors, très certainement, nous serions heureux de faire tous les efforts ou d’apporter toute contribution pour que cette solution politique voie le jour. Dans le passé, je vous l’ai dit, nous avons contacté certains éléments qui ont refusé d’entrer dans un dialogue avec le régime. Alors, si un de ces groupes voulait dialoguer avec le régime et voulait que nous soyons des intermédiaires dans ce rapprochement, nous serions plus qu’heureux d’avoir ce rôle de médiateurs. Mais nous demandons aux autres de faire, euh… de faire des efforts pour créer cette solution politique.

JA : Je crois que ces groupes d’opposition,… [l’interprète traduit] trouveraient le rôle du Hezbollah plus crédible… si vous disiez que le régime syrien d’Assad… qu’il y a une limite à ne pas dépasser. Est-ce que le régime syrien est libre de faire ce qu’il veut par rapport au Hezbollah ? Ou y a -t-il des choses que le Hezbollah n’accepterait pas ?

SHN : Oui, naturellement, Je pense que le Président Bachar al-Assad s’est donné ces limites, et nos frères en Syrie ont ces limites, et nous réaffirmons ces limites, que nous devrions tous respecter… Mais le problème est qu’il y a des combats qui ont lieu, et par conséquent, quand un côté recule, l’autre avance. Aussi longtemps que la porte pour une solution politique est fermée et verrouillée, cela va… cela va continuer, parce que même si une des parties concède un recul, l’autre va avancer.

JA : La Tunisie a déclaré qu’elle ne reconnaîtrait plus le régime syrien. Pourquoi la Tunisie a-t-elle pris cette position forte pour se désolidariser de la Syrie ?

SHN : Je crois que la position qui a été prise à Tunis ou ailleurs était fondée d’une façon ou d’une autre sur des [inaudible] incomplètes. Je ne dirais pas incorrectes, je dirais des preuves incomplètes.
Naturellement il y a de l’information fausse, incorrecte qui a été présentée aux gouvernements arabes et occidentaux quand on a dit… quand on leur a dit que le régime allait tomber en l’espace de quelques semaines, alors beaucoup d’entre eux ont voulu participer à cette victoire anticipée. Je ne cache pas aussi que je crois que peut-être la raison de quelques-unes de ces positions qui ont été prises… parce que les jeunes nouveaux gouvernements ont dû faire face à de dures épreuves, et que maintenant ce n’est pas le moment d’entrer dans des disputes avec les États-Unis et l’Occident, et des choses comme cela, et qu’il est préférable de les apaiser et d’être avec eux sur beaucoup de ces questions.

JA : Vous avez fondé une chaîne de télévision internationale. Les États-Unis empêchent al Manar de diffuser aux US. En même temps, Les États Unis déclarent être un bastion de la liberté d’expression. Pourquoi, à votre avis, le gouvernement US a-t-il si peur d’al Manar ?

SHN: Ils veulent pouvoir dire aux gens que le Hezbollah est…est une organisation terroriste, qui tue et assassine, mais ils ne veulent pas laisser les gens nous écouter. Par exemple, s’il s’agissait d’ un procès juste, alors, au moins les accusés auraient le droit de se défendre, mais…mais l’administration états-unienne… Nous sommes accusés, mais nous n’avons même pas ce droit le plus élémentaire de nous défendre nous-mêmes, et de donner notre point de vue aux peuples du monde. Ainsi, ils empêchent cette voix de se faire entendre.

JA : Sayyed, en tant que chef de guerre, comment êtes-vous arrivé à garder la cohésion de votre peuple sous le feu ennemi ?

SHN : La chose la plus importante, autant que je puisse dire, est que nous avions un objectif, nous avons déterminé notre objectif. Cet objectif est à la fois humain, moral, basé sur la foi, et patriotique. Il n’y a pas débat. L’objectif est de libérer notre terre de l’occupation. C’est la… c’est la raison originelle, la raison réelle, pour laquelle le Hezbollah a été fondé en premier lieu, et il n’y a aucune discussion là-dessus parmi les Libanais. Nous, nous ne voulions pas être… nous ne voulions pas entrer au gouvernement, nous ne voulions pas lutter pour le pouvoir politique.

La première fois que nous sommes entrés au gouvernement, dans le gouvernement libanais, c’était en 2005, et le but alors n’était pas d’avoir notre part du pouvoir, mais de protéger… de protéger les arrières de la résistance afin que ce gouvernement, le gouvernement qui était entré en fonctions en 2000, ne fasse pas d’actions erronées contre la résistance, nous avions des craintes de cette sorte, et donc, quand vous avez un objectif, un objectif correct, et j’en fais ma priorité, et j’évite toutes les autres rivalités pour la sauvegarde de cet objectif, et jusqu’à maintenant, nous sommes… nous évitons de nous laisser entraîner dans des querelles internes, autant que nous pouvons. Vous pouvez voir qu’il y a beaucoup de questions au Liban sur lesquelles il y a d’énormes discussions et des différences de point de vue. Nous… nous évitons quelquefois de seulement exprimer notre avis ou de prendre position pour ne pas être impliqués dans des querelles. Notre priorité reste la libération de notre terre, et la protection du Liban contre la menace israélienne, car nous croyons que le Liban est encore confronté à cette menace.

JA: Je voudrais revenir sur votre enfance. Vous étiez le fils d’un marchand de fruits et légumes. Quels sont vos premiers souvenirs en tant qu’enfant dans ce foyer au Liban, et ces souvenirs d’enfance affectent-ils votre pensée politique ?

SHN : Naturellement, quand j’étais enfant, quand j’étais un petit enfant, je suis né et j’ai vécu…J’ai vécu 15 ans après ma naissance dans un quartier de Beyrouth Est. Ce quartier avait certaines particularités, et naturellement, l’environnement laisse… une empreinte sur la personnalité de quelqu’un. Une des caractéristiques de ce quartier était que c’était un endroit pauvre. Il y avait des Musulmans, chiites, et il y avait des Musulmans sunnites, il y avait des Chrétiens, il y avait des Arméniens, des Kurdes, et il y avait aussi des Libanais et des Palestiniens, tous ensemble, aussi, je suis né et j’ai vécu dans cet environnement très varié et mélangé. Donc naturellement, cela a fait… cela m’a, en quelque sorte, alerté et préoccupé au sujet de la Palestine, et de l’injustice à laquelle le peuple palestinien avait été soumis, et j’ai réalisé très tôt pourquoi les Palestiniens étaient dans notre quartier, ils avaient tous été expulsés de leurs villages, de Haïfa, d’Acre, de Jérusalem, de Ramallah. Ils étaient… C’était cet environnement-là dans lequel je suis né et où j’ai grandi.

JA: J’ai lu une plaisanterie plutôt amusante que vous avez faite sur le cryptage et le décryptage par les Israéliens. Cela m’intéresse, parce que je suis un expert en cryptage, et WikiLeaks est en proie à une surveillance de tous les instants. Vous souvenez-vous de cette plaisanterie?

SHN : Oui, je parlais de… de la manière dont la simplicité peut mettre en défaut la complexité. Par exemple, les forces israéliennes au Liban utilisent une technologie très sophistiquée, dans leurs armes ou dans leurs télécommunications. La résistance, de l’autre côté, est une résistance populaire, et la plupart des jeunes hommes qui participent sont seulement des villageois ordinaires, et ils viennent de fermes, ou de petits villages, ou de communautés agricoles.

Et ils… ils communiquent avec des talkie-walkies ordinaires, il n’y a rien de compliqué à çà, ce sont des outils simples, mais quand ils utilisent des codes, ils utilisent simplement une sorte de langue qui… l’argot qui est utilisé dans leur village et dans leurs familles, et ainsi, quelqu’un qui écoute… quelqu’un qui écoute à travers les outils de surveillance et avec les ordinateurs qui vont avec… en essayant de décoder cette sorte de langue, ne sera jamais capable de… Ils ne pourront pas facilement trouver ce que cela signifie, à moins d’avoir vécu pendant des années dans ces villages. Ainsi, par exemple, ils utilisent certains mots, juste des termes de village, vous voyez, la marmite, l’âne, ou même des termes propres au village, comme, oui comme, le père du poulet ou quelque chose comme ça, vous voyez, aucun agent de renseignement ou informaticien Israélien ne peut comprendre qui est le père du poulet, et pourquoi il l’appellent comme ça… Mais cela ne vous servira à rien pour WikiLeaks, dans tous les cas d’utiliser (rires) ce dialecte !

JA : Je vous poserai juste une question provocante… mais elle n’est pas politique. Vous avez combattu contre l’hégémonie des États-Unis. Est-ce que Allah ou la notion d’un Dieu n’est pas l’ultime super pouvoir ? Et ne devriez-vous pas, en tant que combattant de la liberté, vous battre aussi pour chercher à libérer les gens du concept totalitaire que représente un Dieu monothéiste ?

[L’interprète ne sait pas trop comment traduire]

SHN : Nous croyons que Dieu, Tout-Puissant, est le créateur de cette existence, des êtres humains, et de toutes les créatures. Quand il nous a créés, il nous a donné des capacités, il nous a donné des corps, il nous a donné des capacités psychologiques et spirituelles, nous appelons cela l’instinct, l’inclination. Les gens qui sont à l’écart… à l’écart des lois religieuses, ont seulement un instinct, mais ils ont l’instinct de dire la vérité, ils ont une inclination… leur inclination leur dit que la vérité est bien, que le mensonge est mal, que la justice est bien, que l’injustice est mal, qu’aider les gens pauvres ou les gens injustement traités et les défendre est une bonne chose, mais qu’attaquer les autres et répandre leur sang est une chose horrible. La question de résister à l’hégémonie états-unienne, ou de résister à l’occupation, ou de résister à toute attaque contre nous ou contre notre peuple, c’est une question morale, une question d’instinct, une question humaine.

Maintenant Dieu a voulu aussi cela ainsi, dans le sens que, les principes moraux et humains sont cohérents avec la loi du paradis, parce que les… les religions d’Abraham ne sont pas apparues avec quoi que ce soit qui contredise l’esprit ou qui contredise l’instinct humain, parce que le créateur de ces religions est aussi le créateur des humains, et les deux choses sont complètement cohérentes.
Même dans un pays donné, même dans une maison ou un pays, s’il y a deux leaders, c’est une cause de ruine, alors comment l’univers pourrait-il durer depuis des millions d’années dans une si belle harmonie et avoir davantage qu’un seul Dieu? S’il y avait plus qu’un Dieu, il aurait été mis en pièces, nous en avons donc la preuve. Nous ne… nous ne nous battons pas pour imposer une croyance religieuse à qui que ce soit. Abraham, le prophète Abraham était toujours en faveur du dialogue, et de la démonstration, et nous sommes tous… nous sommes tous des successeurs de ce prophète.

JA: Merci Sayyed… Merci aussi à nos interprètes.

La version originale est disponible en cliquant sur le lien suivant:

http://worldtomorrow.wikileaks.org/episode-1.html

Lien sur le forum WikiLeaks: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,10877.0.html

Traduit sur WikiLeaks par Irien

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives