Quand Ben Laden était considéré comme le héros de l’Amérique…

ben laden-the independentPhoto de Ben Laden publiée par The Independent, en 1993: «Le guerrier anti-soviétique met son armée sur la route de la paix»

Ce profil ahurissant de Ben Laden est sorti il y a exactement 20 ans, aujourd’hui

Business Insider, 6 décembre 2013

Cet article du 6 décembre 1993, par Robert Fisk du [journal] The Independent avec le titre «Le guerrier anti-soviétique met son armée sur la route de la paix» est étonnant à considérer 20 ans plus tard.

Oussama ben Laden, fraîchement débarqué de la victoire des moudjahidins soutenus par les USA contre la Russie en 1989, a ramené ses hommes, ses matériaux, et de l’argent vers le Soudan, apparemment pour commencer des projets de travaux publics.

Lorsqu’on lui a demandé si c’étaient des camps d’entraînement de militants, l’ « entrepreneur d’Arabie » et futur leader d’Al-Qaïda dit à Fisk: « Je suis un ingénieur de la construction et un agronome. Si j’avais des camps d’entraînement ici, au Soudan, je ne pourrais pas faire ce travail. ».

La pièce est fascinante, parce que c’est le profil positif d’un homme qui allait devenir un cerveau terroriste mondial.

Lire la suite: http://www.businessinsider.com/1993-independent-article-about-osama-bin-laden-2013-12

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #7: Le gouvernement organise des attaques terroristes contre lui-même

La vérité: les responsables militaires ont une fois suggéré la mise en scène de fausses attaques terroristes pour justifier la guerre avec Cuba.

northwoodsmemorandum-1Mémorandum de Northwoods (Wikipedia)

Au début des années 1960, les chefs d’état-major ont proposé l’impossible: une attaque américaine sur l’Amérique. Le plan proposait de fausses attaques terroristes sur des villes et des bases américaines. L’objectif? Blâmer Cuba et rallier un soutien pour la guerre.

Les responsables ont appelé la proposition Opération Northwoods. Le mémo original a suggéré que, « Nous pourrions développer une campagne cubaine de terreur communiste dans la région de Miami, dans d’autres villes de la Floride, et même à Washington ».

Northwoods suggérait que le personnel des États-Unis pourrait se déguiser en agents de Cuba. Ces soldats infiltrés pourraient brûler des munitions et couler des navires dans le port de la baie de Guantanamo. « Nous pourrions faire exploser un navire américain et blâmer Cuba », dit le mémo.

Northwoods a également inclus un plan pour «couler une cargaison de Cubains en route vers la Floride (réel ou simulé) » et suggéré « un incident qui démontrera qu’un avion cubain a attaqué et abattu un vol charter civil. » Les responsables avaient prévu pour simuler un détournement commercial, l’atterrissage en secret de l’avion tandis qu’un drone identique s’écrasait à proximité.

Quand les attaques seraient terminées, le gouvernement publierait des documents compromettants « justifiant la participation cubaine… L’opinion mondiale et le forum des Nations Unies devraient être affectés favorablement en développant l’image internationale du gouvernement cubain comme imprudente et irresponsable ».

Le président Kennedy a rejeté la proposition.

Source: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

Le chef de l’OTAN Jens Stoltenberg et son passé KGB top-secret

Jens Stoltenberg

MOSCOU, 11 octobre (RIA Novosti), Ekaterina Blinova – Le nouvellement nommé Secrétaire norvégien général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avait des liens avec le KGB, l’agence de sécurité soviétique principale, sous le nom de code « Steklov » pendant la guerre froide, selon l’ancien officier du KGB Mikhaïl Butkov.

Au début des années 1990, le Premier ministre Jens Stoltenberg a eu des contacts avec un agent du Comité soviétique pour la sécurité d’Etat (KGB), qui a établi un fichier de renseignements personnels et politiques sur Stoltenberg et lui a donné le nom de code « Steklov », a écrit le Norway Post le 24 Janvier 2000, quelques mois avant que Jens Stoltenberg prenne ses fonctions en tant que Premier ministre de Norvège, en mars 2000.

Il semble que cet épisode de son passé va hanter Jens Stoltenberg pour les années à venir. Stoltenberg a été premier ministre de la Norvège en 2000-2001, et en 2005-2013. Il a été nommé nouveau chef de l’OTAN en mars 2014. Depuis lors, des rumeurs de ses présumés liens avec le KGB ont commencé à apparaître dans la presse.

Commentant ces rumeurs, les responsables du renseignement norvégien ont admis que le KGB avait fait des efforts pour recruter Jens Stoltenberg, au début des années 1990, mais les tentatives ont échoué: Stoltenberg a signalé l’incident aux autorités norvégiennes, selon l’Associated Press.

Cependant, de nombreuses questions restent encore sans réponse. Il y a environ quatorze ans, NRK 1, un diffuseur norvégien d’Etat, a publié un documentaire intitulé « La dernière offensive du KGB », à propos de l’activité du KGB en Norvège au début de l’effondrement de l’Union soviétique. Le documentaire a analysé les faits et les preuves fournies par Mikhail Butkov, un ancien officier du KGB désabusé, qui a été envoyé en Norvège comme agent infiltré, en se faisant passer pour un journaliste à la fin des années 1980.

Bien que la Finlande et la Suède aient été considérés comme des pays neutres pendant la guerre froide, ils aidaient encore secrètement les membres scandinaves de l’OTAN, la Norvège et le Danemark, en espionnant l’URSS, a remarqué Geoffrey R. Weller, professeur d’études internationales à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique dans un article qu’il a consacré à la sécurité scandinave en 1997.

Selon [le documentaire] NRK, Mikhail Butkov avait changé de camp en 1989, après qu’il ait été envoyé en Norvège par le KGB. Il a fui à l’Ouest, en mai 1991. Entre 1989 et 1991, Butkov a travaillé comme agent double sous les noms de code « Buffalo Bill » et « Lennart ». Il a rapporté les activités du KGB au Service de sécurité de la police norvégienne (POT), ainsi qu’au MI6. Mikhail Butkov a également fourni au MI6 et au POT des informations sur les politiciens et les fonctionnaires norvégiens qui ont été jugées utiles par le KGB. Ainsi, les forces de sécurité norvégiennes pourraient empêcher la fuite de données sensibles et prévenir les politiciens impliqués dans une coopération compromettante.

Selon le documentaire, un politicien norvégien anonyme sous le nom de code « Steklov » a approché le POT en 1989. Pour trouver le vrai nom de l’homme politique que le KGB avait considéré comme une source précieuse d’informations, Butkov a visité le siège du KGB à Moscou et a illégalement obtenu l’accès au dossier sur « Steklov ». En janvier 1990, lors d’une réunion avec des représentants du POT, Mikhail Butkov a révélé que «Steklov» était en fait Jens Stoltenberg.

De manière remarquable, peu de temps après la révélation de Mikhail Butkov, il a été annoncé que Jens Stoltenberg avait été choisi pour devenir membre de la Commission de Défense. Afin d’accepter le poste, Jens Stoltenberg a rempli un questionnaire spécial et a admis avoir eu des contacts avec Boris Kirillov, un diplomate et un attaché de presse à l’ambassade soviétique d’Oslo.

Selon Butkov, Kirillov était un officier du KGB qui a recruté des fonctionnaires norvégiens comme agents ou informateurs. Stoltenberg était devenu membre de la Commission de Défense du pays, en février 1990. Quatre mois plus tard, en mai 1990, le POT avertissait Stoltenberg contre toute autre communication avec Kirillov. En juin 1990, les agents de sécurité norvégiens ont demandé à Stoltenberg de suspendre tout contact avec l’attaché de presse russe pour la deuxième fois, selon les réalisateurs du documentaire de la NRK.

Au printemps 1991, Butkov fait défection à l’Ouest, en laissant son passé au KGB derrière lui. Plus tard au cours de cet été, Boris Kirillov a été déclaré persona non grata par le gouvernement norvégien.

Cette information a été diffusée en 2000 par la télévision norvégienne et a été confirmée par le chef adjoint de la Division spéciale, Stein Vale. Selon le Norway Post, « Vale souligne que Stoltenberg n’a rien fait de mal, et qu’il n’a pas transmis d’information critique. C’était tout à fait commun pour le KGB de prendre contact avec de jeunes politiciens et des journalistes. »

Source: http://en.ria.ru/analysis/20141011/193962457/KGB-Past-Still-Haunts-NATO-Chief-Jens-Stoltenberg-Former.html

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #3: Le gouvernement tente de ruiner ma réputation

La vérité: Le COINTELPRO [Counter Intelligence Program] du FBI l’a fait pendant une durée de 15 ans.

Martin Luther King

Le FBI n’a jamais été un fan de critiques. Au cours du deuxième Red Scare [Peur Rouge], le Bureau a combattu les dissidents, en lançant un programme secret appelé COINTELPRO. Sa mission? « Exposer, perturber, détourner, discréditer, ou sinon neutraliser » les personnes et les groupes rebelles.

Sous COINTELPRO, le FBI a supervisé 2000 opérations de diffamation subversive. Les agents ont mis sur écoute les téléphones, fabriqué des faux documents, et planté de faux rapports pour créer une image publique négative des dissidents. Le COINTELPRO a ciblé des groupes haineux comme le KKK [Ku Klux Klan], mais il a aussi continué à surveiller étroitement la «nouvelle gauche», comme les manifestants pour les droits civiques et les activistes des droits des femmes. Il a surveillé Muhammad Ali, Malcolm X, John Lennon, et Ernest Hemingway.

Peu, cependant, ont été surveillés d’aussi près que Martin Luther King Jr. Après que MLK prononça son fameux discours « I Have a Dream », ce mémo flottait dans les bureaux du FBI:

« A la lumière du puissant discours démagogique d’hier de King, il est tête et épaules au-dessus de tous les autres leaders noirs mis ensemble quand il s’agit d’influencer les grandes masses de Noirs. Nous devons le marquer maintenant, si nous ne l’avons pas fait avant, comme étant le Noir le plus dangereux de l’avenir dans ce pays du point de vue du communisme, du noir, et de la sécurité nationale ».

King est devenu un ennemi non officiel de l’Etat. Les agents ont suivi chacun de ses mouvements, en effectuant une «analyse complète des voies d’approche visant à neutraliser King comme un chef de file Noir efficace. » Quand une écoute téléphonique a révélé une liaison extraconjugale de King, le FBI lui a envoyé une lettre anonyme, en lui prédisant qu’une menace était dans son avenir. « Vous êtes une fraude colossale et un mal, vicieux à cela», dit la lettre. Un mois plus tard, MLK a accepté le prix Nobel de la paix.

Le COINTELPRO a fermé en 1971, bien que le FBI ait continué à surveiller certains groupes. Dans les années 1990, il a surveillé PETA et mis les membres de Greenpeace sur sa liste de surveillance terroriste.

Source: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

Le discours de John F. Kennedy du 27 avril 1961, l’échec de la Baie des Cochons et la mise en garde contre l’existence des sociétés secrètes

Discours de John F. Kennedy sur les sociétés secrètes

Quelques jours après l’échec de l’invasion de la baie des Cochons à Cuba, John F. Kennedy prononce, le 27 avril 1961, un discours qui est resté célèbre et où il semble pointer les responsabilités de la presse américaine face à cet échec tant militaire, politique, que diplomatique. Il met en garde sur les responsabilités de la presse face à la « sécurité nationale » du pays, et ce n’est pas pour rien qu’il le dit, puisque l’information concernant une invasion de Cuba avait été divulguée dans la presse bien avant les événements:

« En quelque sorte, l’indication du plan a été divulgué à la presse. Le 10 janvier 1961, le New York Times a publié un article en première page sous le titre « Les U.S. aident à entraîner une force anti-castriste dans une base secrète du Guatemala. » (Source: Britannica)

Dans ce discours, John F. Kennedy évoque aussi l’existence des « sociétés secrètes ». Beaucoup ont interprété ces mots comme un avertissement face à un complot venant de l’intérieur même du gouvernement américain. Cet avertissement semble directement lié à l’épisode de la baie des Cochons. John F. Kennedy fait sans doute référence au système soviétique basé sur le secret et la censure.

Mais on peut aussi se demander si le président américain n’a pas voulu désigner à travers ce terme de « sociétés secrètes » les personnes qui ont permis – au sein des services secrets ou au sein du gouvernement des Etats-Unis – de divulguer à la presse l’information sur l’invasion de la baie des Cochons à Cuba, mettant ainsi en péril les plans d’invasion et menant l’administration américaine à un échec diplomatique mondial face à la Russie.

On apprend aussi dans l’article d’un journaliste du Washington Post que la CIA avait maintenu les opérations d’invasion à Cuba, tout en sachant que « les russes avaient été avertis de la baie des Cochons ». Ceci remet profondément en cause l’efficacité des services secrets américains et cela pose la question de savoir pourquoi une telle erreur a été permise, et éventuellement de savoir si cette erreur des services secrets a été intentionnelle ou pas.

Reste à savoir si John F. Kennedy dénonçait simplement les méthodes secrètes qui avaient permis à la presse de recueillir des informations confidentielles sur ce projet d’invasion, ou bien si, tout en dénonçant le communisme et la censure officielle, il pointait également du doigt l’existence d’une société secrète réelle au sein du gouvernement américain ou d’espions oeuvrant contre l’intérêt des Etats-Unis et de leur pays, en pleine guerre froide avec la Russie.

Le Président et la Presse: Adresse devant l’Association américaine des éditeurs de journaux, le 27 avril 1961

JFK Library

I.

Le mot même de «secret» est répugnant dans une société libre et ouverte; et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents dépassent de loin les dangers qui sont cités pour la justifier. Même aujourd’hui, il est de peu de valeur de s’opposer à la menace d’une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui, il y a peu de valeur dans l’assurance de la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il est d’un très grave danger qu’un besoin annoncé pour plus de sécurité soit saisi par ceux qui sont inquiets de développer son sens dans les limites mêmes de la censure officielle et de la dissimulation. Car je n’ai pas l’intention de le permettre dans la mesure où cela reste sous mon contrôle. Et aucun fonctionnaire de mon administration, que son rang soit élevé ou bas, civil ou militaire, ne doit interpréter mes paroles ici ce soir comme une excuse pour censurer les informations, pour étouffer la dissidence, pour couvrir nos erreurs ou pour cacher à la presse et au public les faits qu’ils méritent de connaître.

Mais je demande à chaque éditeur, chaque rédacteur et chaque journaliste de la nation de réexaminer ses propres normes, et de reconnaître la nature du péril de notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse se sont joint habituellement dans un effort basé en grande partie sur l’auto-discipline, pour empêcher des divulgations non autorisées à l’ennemi. En temps de « danger clair et présent », les tribunaux ont statué que même les droits privilégiés du Premier Amendement doivent céder le pas au besoin du public pour la sécurité nationale.

Aujourd’hui aucune guerre n’a été déclarée – et aussi acharné que le combat puisse l’être, il peut ne jamais être déclaré d’une façon traditionnelle. Notre mode de vie est menacé. Ceux qui se font notre ennemi s’avancent autour du globe. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant aucune guerre n’a été déclarée, aucune frontière n’a été franchie par des troupes en marche, aucun missile n’a été tiré.

Si la presse s’attend à une déclaration de guerre avant d’imposer l’autodiscipline des conditions de combat, alors je peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais posé une si grande menace pour notre sécurité. Si vous attendez le verdict d’un « danger clair et présent », alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été plus clair et que sa présence n’a jamais été plus imminente.

Cela exige un changement de perspective, un changement de tactique, un changement dans les missions – par le gouvernement, par le peuple, par chaque chef d’affaires ou responsable professionnel, et par tous les journaux. Car nous sommes confrontés dans le monde à une conspiration monolithique et impitoyable qui repose principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence – sur l’infiltration plutôt que l’invasion, sur la subversion plutôt que les élections, sur l’intimidation plutôt que le choix libre, sur la guérilla de nuit au lieu des armées de jour. C’est un système qui a enrôlé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine très serrée, extrêmement efficace, qui combine des opérations militaires, diplomatiques, du renseignement, des opérations économiques, scientifiques et politiques.

Ses préparatifs sont dissimulés, et pas publiés. Ses erreurs sont enterrées, et pas en titre des journaux. Leurs dissidents sont tus, et pas glorifiés. Aucune dépense n’est remise en cause, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé. [Ce système] mène la guerre froide, en bref, avec une discipline de temps de guerre qu’aucune démocratie n’aurait jamais espéré ou voulu égaler.

Néanmoins, toute démocratie reconnaît les restrictions nécessaires à la sécurité nationale – et la question reste de savoir si ces restrictions doivent être plus strictement observées si l’on veut s’opposer à ce genre d’attaque ainsi qu’à l’invasion pure et simple.

Les faits de l’affaire sont que les ennemis de cette nation ont ouvertement vanté d’acquérir l’information à travers nos journaux, une information qu’ils auraient autrement engagé d’acquérir à travers des agents par le vol, la corruption ou l’espionnage; que les détails des préparations secrètes de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l’ennemi ont été disponibles à tous les lecteurs de journaux, amis et ennemis; que la taille, la force, l’emplacement et la nature de nos forces et de nos armes, nos plans et notre stratégie pour leur utilisation, ont tous été mis en évidence dans la presse et d’autres médias d’informations à un degré suffisant pour satisfaire toute puissance étrangère; et que, dans au moins un cas, la publication des détails concernant un mécanisme secret dans lequel des satellites ont été suivis a nécessité sa transformation au détriment de beaucoup de temps et d’argent.

Les journaux qui ont imprimé ces histoires étaient loyaux, patriotiques, responsables et bien intentionnés. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n’auraient sans doute pas publié ces articles. Mais en l’absence d’une guerre ouverte, ils ont seulement reconnu les tests du journalisme et non les tests de la sécurité nationale. Et ma question, ce soir, est de savoir si des tests supplémentaires ne devraient pas être adoptés maintenant.

Il appartient à vous seuls de répondre à la question. Aucun fonctionnaire public ne doit répondre pour vous. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir à la nation, compte tenu de toutes les responsabilités que nous assumons maintenant et de tous les moyens à portée de main pour répondre à ces responsabilités, si je ne recommandais ce problème à votre attention, et n’exhortais sa considération réfléchie.

En de nombreuses occasions précédentes, j’ai dit – et vos journaux ont constamment dit – que ces temps sont des temps qui font appel au sentiment du sacrifice et à la discipline de chaque citoyen. Ils appellent tous les citoyens à peser leurs droits et leur confort contre ces obligations envers le bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que ces citoyens qui servent dans l’industrie des journaux se considèrent comme exonérés de cet appel.

Je n’ai pas l’intention de mettre en place un nouveau bureau de l’information de guerre pour régir le flux d’informations. Je ne suggère pas de nouvelles formes de censure ou de nouveaux types de classifications de sécurité. Je n’ai pas de réponse facile à ce dilemme que j’ai posé, et je n’aurais pas cherché à l’imposer si j’en avais. Mais je demande aux membres de la profession et de l’industrie de la presse dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du présent danger, et de tenir compte de l’obligation de la maîtrise de soi que ce danger impose sur nous tous.

Chaque journal se demande maintenant, en respect de chaque histoire: «Est-ce des informations? » Tout ce que je suggère, c’est que vous ajoutiez la question: «Est-ce que c’est dans l’intérêt de la sécurité nationale? » Et j’espère que tous les groupes en Amérique – les syndicats et les hommes d’affaires et les fonctionnaires à tous les niveaux– se poseront la même question sur leurs efforts, et soumettront leurs actions aux mêmes tests exigeants.

Et si la presse de l’Amérique devait examiner et recommander l’acceptation volontaire de nouvelles mesures ou de mécanismes spécifiques, je peux vous assurer que nous allons coopérer de tout coeur avec ces recommandations.

Peut-être qu’il n’y aura pas de recommandations. Peut-être qu’il n’y a pas de réponse au dilemme rencontré par une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et sans précédent. Mais c’est un temps de paix et de péril qui ne connaît pas de précédent dans l’histoire.

Discours intégral de John F. Kennedy: http://www.jfklibrary.org/Research/Research-Aids/JFK-Speeches/American-Newspaper-Publishers-Association_19610427.aspx

Obama serait un ex-agent de la CIA

Le révérend James D. Manning affirme qu’Obama a été un employé de la CIA dans les annees 80, le premier emploi occupé par Obama juste après avoir obtenu son diplôme à la Columbia University. Il avait été embauché par la société Business International Corporation (BIC), une société internationale fournissant des informations économiques et financières et dont le fondateur avait reconnu, en 1977, qu’elle servait de couverture pour des agents de la CIA.

En 1981, Obama avait travaillé à Jacobabad et à Karachi, au Pakistan, sous la direction d’un “agent traitant” de la CIA, il s’était ensuite rendu en Inde. A l’époque, suite à l’invasion soviétique en Afghanistan, le Pakistan était en train d’être préparé par les USA pour servir de base arrière à la stratégie anti-soviétique de l’Administration Carter, sous la direction du conseiller pour la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski – le même Brzezinski qui a servi de conseiller diplomatique à Barack Obama lors de sa campagne électorale.

(Dailymotion)

Edward Snowden et la théorie des dominos

Est-ce qu’un seul lanceur d’alerte peut, à travers ses révélations, provoquer la chute de tout le système mondial de l’espionnage? Réponse: avec l’affaire de la NSA, on pourrait en effet penser qu’Edward Snowden a enclenché, de manière plus ou moins évidente et irrémédiable, la chute de tout un système injuste élaboré par les services secrets américains et destiné à la collecte illégale des données privées des citoyens dans le monde entier. Il a suffi d’une personne et d’une seule révélation pour enclencher toute une série d’autres révélations sur la NSA, des révélations toutes plus fracassantes les unes que les autres, et qui s’emboîtent les unes après les autres, enchaînant pays après pays les scandales liés à l’espionnage, et on ne sait pas encore où cela s’arrêtera. Car, effectivement, le jeu du domino semble loin d’être terminé.

La théorie des dominos, qui est une théorie de géopolitique inventée par les Etats-Unis avec la Guerre froide, est appuyée elle-même sur la théorie de l’effet domino, autrement dit selon Wikipedia: « une réaction en chaîne » qui provoque « la chute séquentielle d’une file de dominos » les uns à la suite des autres. Wikipedia nous apprend que cette théorie a été mise en évidence et utilisée dans la lutte contre le communisme, que cette théorie a justifié l’invasion du Vietnam « pour prévenir une future domination communiste du sud-est asiatique », mais aussi que ceci aurait justifié l’invasion de l’Irak en 2002-2003 en vue de « la disparition des régimes autoritaires » dans tout le Moyen-Orient, l’invasion du Moyen-Orient n’ayant été qu’une sorte de porte ouverte aux événements du Printemps Arabe. En géopolitique, la théorie des dominos semble donc illustrer une propagation idéologique par contagion: la chute de la dictature irakienne a propagé l’idéologie de la chute des dictatures au Moyen-Orient, de même que la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 avait propagé une idéologie de la libération de toute l’Europe de l’Est et conduit à la chute des régimes communistes. Pour ceux qui n’ont toujours pas compris la théorie des dominos, voici une vidéo simple qui en explique le principe:

WikiLeaks avait déjà emboîté le pas sur les révélations de l’espionnage gouvernemental, notamment à travers les câbles diplomatiques fournis par Bradley Manning et les e-mails de la société de renseignement Stratfor transmis par le hacker Jeremy Hammond. Dans la suite de WikiLeaks, Edward Snowden a donc dévoilé au grand jour un autre aspect de l’espionnage mené par le gouvernement américain et certains de ses partenaires qui sont d’autres gouvernements ou d’autres services secrets. Avec les câbles diplomatiques, WikiLeaks avait déclenché une sorte d’effet domino dans les pays du Printemps Arabe, où on a pu voir la Tunisie servir d’exemple à d’autres pays arabes, avec des manifestations qui ont conduit en 2010-2011 à la chute de plusieurs gouvernements au Moyen-Orient, des régimes assimilés à des dictatures ou définis comme des régimes autoritaires. Il y avait alors une effervescence politique générale au Moyen-Orient, une effervescence qui a continué à travers des projets de constitution. La volonté démocratique des Tunisiens avait incité d’autres peuples du Moyen-Orient à réclamer plus de liberté. La théorie des dominos permet de comprendre tous ces événements historiques de manière beaucoup plus claire.

Avec l’affaire de la NSA, ce sont désormais les gouvernements occidentaux, et notamment les Etats-Unis, qui vont devoir rendre des comptes à la population, face aux accusations d’atteintes à la vie privée et face à la collecte illégale de données menée à travers le monde entier. Comme dans la théorie des dominos, le gouvernement américain n’est pas le seul à être fragilisé par ces révélations, car on apprend en effet que plusieurs gouvernements européens ont collaboré avec la NSA, comme la Suède et la France. Si le président Obama a récemment fait un discours sur la réforme de la NSA, personne n’a malheureusement encore entendu François Hollande s’exprimer sur le rôle des services secrets français vis-à-vis de la NSA. Mais on imagine bien que si le président américain a dû donner des explications, il en sera de même pour tous les services secrets qui ont collaboré avec la NSA, et qu’ils devront tous rendre des comptes aux citoyens.

Finalement, ce qu’il faut retenir dans cette histoire, et ce qui nous semblerait à tous plutôt drôle, c’est que la théorie des dominos est à l’origine une théorie américaine visant à lutter contre le communisme, mais on constate aujourd’hui que cette théorie forgée par les Etats-Unis se retourne contre leur propre perception du pouvoir politique. Car aujourd’hui, c’est le système occidental, et non le communisme, qui montre ses faiblesses démocratiques et qui menace de s’effondrer ou en tout cas de s’émietter un tout petit peu. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo qui illustre le tour du monde des dominos, l’affaire de la NSA américaine contamine désormais tous les autres pays du monde. Si vous aimez la théorie des dominos, vous aimerez forcément l’affaire de la NSA. Mais il faudra être patient pour en voir la fin, car il paraît que Snowden a dérobé 1,7 millions de dominos contenant des informations secrètes, et seul 1% d’entre eux seraient publiés…

kimono

Texte: CC BY-SA

Vidéo: youtube

La Pologne, un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciens pays de l’Est

Europe de l'EstUn câble américain du 5 janvier 2010, publié sur le site Wikileaks (réf. 10WARSAW7), montre l’implication de la Pologne dans la transition et l’effort démocratique des anciens pays de l’Est. Le rôle des ONG y est notamment exposé. En 1999, avec l’entrée de la Pologne dans l’OTAN, ce sont les frontières géostratégiques de l’Europe qui se redessinent. C’est le renforcement de l’Occident et des Etats-Unis face à l’ancien ennemi de la Guerre froide, la Russie. Les câbles Wikileaks témoignent de l’effort constant et de la volonté continue des Etats-Unis d’étendre leur sphère d’influence sur l’Europe de l’Est, comme en Ukraine, ces dernières années. La Pologne apparaît ainsi comme un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques.

(SBU: Sensible Mais Non-Classifié) RÉSUMÉ: Lors d’une réunion du 21 octobre, le vice-président, un groupe diversifié de représentants de la société civile polonaise, y compris des organisations actives dans la promotion de la transformation démocratique et l’autonomisation des femmes et des minorités, ont souligné les efforts de la Pologne pour partager son expérience de transformation réussie avec des pays en Europe de l’Est et dans le Caucase. Les participants ont souligné les forces uniques de la Pologne et les défis auxquels ils sont encore confrontés. Notant que la Pologne a bénéficié de l’aide du SEED et de l’USAID dans les années 1990, les participants ont déclaré que la Pologne souhaiterait l’assistance technique et l’expertise des États-Unis pour renforcer la capacité de la Pologne à fournir une aide au développement aux pays tiers. Ils ont exprimé leur confiance dans le fait que le partenariat américano-polonais – réunissant le savoir-faire et l’expérience de la Pologne avec les ressources et l’expertise de développement des États-Unis – soutiendrait les efforts pour renforcer les institutions et les processus démocratiques à l’est. Le vice-président a félicité la Pologne pour tout ce qui avait été accompli et a encouragé les Polonais à continuer de passer d’une pensée de ce que les États-Unis peuvent faire pour la Pologne à ce que les États-Unis peuvent faire avec la Pologne. Il a dit aux leaders de la société civile que la Pologne est un excellent exemple de transition réussie vers la démocratie, et les Polonais devraient avoir confiance en eux-mêmes pour délivrer des conseils. FIN DU RÉSUMÉ.

2. (U) PARTICIPANTS

Etats-Unis ————-
Le vice-président Biden
L’ambassadeur Feinstein [Lee A. Feinstein], ambassadeur américain en Pologne

Société civile polonaise ——————
Jolanta Kwasniewska, ancienne Première Dame de la Pologne et fondatrice de la Fondation Communication Sans Barrières
Bronislaw Misztal, Directeur Exécutif, Secrétariat Permanent de la Communauté des Démocraties
Eleonora Bergman, directrice de l’Institut Historique Juif
Jacek Michalowski, Directeur de programme, Fondation américano-polonaise pour la Liberté
Dorota Mitrus, Présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie
Mirella Panek-Owsianska, Présidente du Forum des Entreprises Responsables
Paula Sawicka, Présidente de l’Association République Ouverte
Jacek Strzemieczny, Président du Centre pour l’Education de la Citoyenneté

Comme le souligne le câble Wikileaks, le vice-président américain « a souligné l’importance qu’il avait personnellement placé sur la Pologne en tant que sénateur des États-Unis, en particulier son leadership au Sénat pour l’adhésion de la Pologne à l’OTAN. » L’entrée de la Pologne dans l’OTAN apparaît bien comme faisant partie d’une stratégie américaine qui, dans la continuité de la Guerre froide, a cherché par tous les moyens à intégrer les anciens pays soviétiques et à contrer la puissance russe. Mais cela fait aussi partie d’une stratégie globale: les Etats-Unis semblent, en effet, intéressés par l’idée de dominer globalement, économiquement et politiquement, en Europe et dans le monde — un défi et un objectif pour les années à venir, comme le révèlent les paroles du vice-président Biden:

Une Europe « entière et libre » est l’une des deux bases de la construction d’un appareil de sécurité globale pour le 21ème siècle, et les pays d’Europe Centrale sont prêts à jouer un rôle de premier plan. (par. 3)

La Pologne apparaît également jouer un rôle dans le changement démocratique en Ukraine. Cette volonté des représentants polonais d’assister et d’aider les Etats-Unis est présentée comme une « obligation morale » par Jacek Michalowski, directeur de programme à la Fondation américano-polonaise pour la Liberté, qui travaille aujourd’hui au cabinet de la Présidence polonaise. Parce que les Etats-Unis ont aidé la Pologne à se libérer du communisme dans les années 80, les polonais se sentent « obligés » de continuer la bataille pour la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques. Jacek Michalowski souligne aussi le rôle des ONG polonaises et il demande explicitement au vice-président américain d’encourager l’aide financière de ces ONG pour renforcer l’effort de transition en Europe de l’Est. Le paragraphe 6 du câble est plus précisément consacré à l’Ukraine. On apprend que:

Alors que les organisations polonaises font face à une rude concurrence pour les subventions et travaillent donc dur pour identifier des partenaires efficaces, ce n’est pas toujours facile, dit Michalowski. (par. 6)

Les protestations actuelles en Ukraine contre le gouvernement peuvent apparaître aujourd’hui comme le fruit d’efforts communs, ces dernières années, entre des groupes d’opposition et des ONG plus ou moins financées par les Etats-Unis, comme le démontre ce câble diplomatique. Les Etats-Unis se sont beaucoup impliqués pour obtenir un changement politique en Ukraine. Dorota Mitrus, présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie, parle notamment du rôle de sa propre ONG pour organiser par exemple « des stages et des programmes d’échange pour les fonctionnaires du gouvernement ukrainien« . Si la Pologne a joué un rôle, d’autres pays ont certainement aussi joué un rôle dans la prise de contact et le renforcement des liens avec l’opposition ukrainienne. Ce câble n’offre qu’un petit aperçu des moyens mis en oeuvre par les Etats-Unis. De la même manière, le groupe des Femen présent en Ukraine a de fortes chances d’avoir été initié et soutenu par le gouvernement américain, dans le cadre de cette stratégie de réforme en Europe de l’Est. Ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine résulte donc de tout ce qui a été entrepris par les Etats-Unis pendant ces dernières années et par les efforts multiples qui ont accompagné les nombreuses prises de décision.

A la lumière de ce document diplomatique, on peut se demander, d’une part, où s’arrêtera la stratégie de démocratisation en Europe de l’Est. Le câble diplomatique cite les pays de l’Est et le Caucase, une région qui inclut la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Est-ce que les Etats-Unis vont ainsi continuer leurs programmes de démocratisation en ciblant ces pays, qui sont tous d’anciennes républiques soviétiques? C’est probablement ce à quoi on peut s’attendre pour les prochaines années. Ce sont les derniers actes de l’histoire de la Guerre froide, où les Etats-Unis vont symboliquement aux portes de la Russie comme s’ils s’emparaient des anciens territoires qui leur avaient été confisqués pendant le communisme. Les Etats-Unis ne cherchent pas seulement à apporter la démocratie dans ces pays, ils viennent aussi chercher une partie de leur orgueil perdu dans le passé face à l’empire communiste.

D’autre part, on peut aussi se demander si les guerres en Afghanistan et en Irak n’ont pas fait également partie, ces dernières années, de cette stratégie américaine qui a consisté à mettre en place des programmes pour la démocratie dans le but de contrer la Russie et d’affaiblir sa puissance. Si les programmes de démocratisation des pays de l’Est ont eu pour objectif d’amener les anciens pays soviétiques dans la sphère d’influence américaine, est-ce que les programmes de démocratisation au Moyen-Orient ont eu le même rôle? A savoir, les Etats-Unis ont-ils cherché avec les guerres au Moyen-Orient à étendre leur influence politique et idéologique dans le monde, par crainte de voir la Russie s’emparer de certaines richesses ou bien par crainte qu’elle puisse étendre son influence politique et idéologique? Ceci semble toujours évident, que derrière tout ce que les Etats-Unis nomment « programmes de démocratisation », se cache en fait la volonté de continuer une certaine forme de Guerre froide contre la Russie — une guerre à la fois politique, idéologique et stratégique.

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/10WARSAW7_a.html

Subversion idéologique – Manipulation de l’opinion – Guerre psychologique (par Yuri Alexandrovitch Bezmenoz)

Yuri Alexandrovitch Bezmenoz (Tomas Schuman). Né en 1939 dans la banlieue de Moscou. Il est le fils d’un officier de haut rang de l’armée soviétique. Il est issu des écoles de l’élite du système soviétique, il est devenu un expert de la culture et des langues de l’Inde. Il a fait une carrière exceptionnelle au sein de Novosti, qui était, et est encore, l’agence de presse du régime soviétique, agence qui servait également de paravent pour le KGB. Il est passé à l’Ouest en 1970 après avoir été totalement dégouté du système soviétique, et il l’a fait au péril de sa vie. C’est certainement l’un des plus grands experts mondiaux, en matière de propagande soviétique, de désinformation et de manipulation.

SUBVERSION IDEOLOGIQUE
Manipulation de l’opinion
Guerre psychologique

DEMORALISATION
DESTABILISATION
RADICALISATION
NORMALISATION

Le danger de l’« Etat providence », du système « Big Brother »
« Toutes vos libertés disparaîtront. Elles seront carbonisées en quelques secondes, et vos précieuses vies avec. »

INTERVIEW DE 1985 – SOUS-TITRES FRANÇAIS – YURI BEZMENOV, EX-AGENT DU KGB PASSE A L’OUEST DANS LES ANNEES 1970 RACONTE LES TECHNIQUES DE DESTABILISATION ET DE MANIPULATION DE L’OPINION

La subversion idéologique, c’est un processus qui n’a rien d’illégal ou de caché. C’est une action menée au grand jour. Il suffit de s’en rendre compte, de se déboucher les oreilles, d’ouvrir les yeux, et cela devient évident. Il n’y aucun mystère. Cela n’a rien à voir avec l’espionnage. Je sais que travailler dans le renseignement, cela fait plus romantique, c’est plus vendeur auprès du public. C’est sûrement pour ça que les producteurs d’Hollywood aiment tant les films du genre James Bond.

Mais en réalité, l’action principale du KGB n’est pas du tout de faire du renseignement. Selon moi, et selon l’avis de beaucoup de transfuges qui ont le même profil que moi, seuls 15% du temps, de l’argent et des effectifs sont consacrés à l’espionnage en tant que tel. Les 85% restants sont consacrés à un à processus très lent, que l’on appelle soit « subversion idéologique » ou manipulation de l’opinion, – « xxxxxxxxxx» dans le langage du KGB – ou « guerre psychologique ». Cela signifie essentiellement: changer la perception de la réalité de tous les américains, au point que malgré la profusion d’information, plus personne n’est plus capable de tenir un raisonnement correct afin de défendre ses propres intérêts, ceux de sa famille, de sa communauté, ou de son pays.

C’est un processus de lavage de cerveau généralisé, qui va très lentement, et qui comprend quatre phases.

La première phase est celle de la « démoralisation ». Cela prend entre 15 et 20 ans pour « démoraliser » un pays. Pourquoi tant d’années ? Parce que c’est le nombre d’années minimum requis pour éduquer une génération d’étudiants du pays visé, pour l’exposer à l’idéologie adverse. En d’autres termes, l’idéologie marxiste-léniniste est actuellement injectée dans les esprits malléables d’au moins trois générations de jeunes américains, sans rencontrer de résistance, sans être contrebalancée par les valeurs de base de l’Amérique ou par un patriotisme américain.

L’essentiel de l’activité du département était de compiler d’énormes quantités d’informations sur des personnes qui étaient ensuite instrumentalisées pour influencer l’opinion publique. Editeurs, écrivains, journalistes, acteurs, éducateurs, professeurs de sciences politiques, députés, hommes d’affaires…

La plupart de ces gens étaient divisés en deux groupes:

• Ceux qui soutenaient la politique du régime soviétique étaient promus à des postes de pouvoir grâce à la manipulation de l’opinion et des médias.

• Ceux qui refusaient l’influence du communisme dans leur pays, leur réputation était ruinée ou ils étaient exécutés. Physiquement. Révolution oblige.

Ainsi, dans une petite ville du Sud-Vietnam, plusieurs milliers de Vietnamiens ont été exécutés en une seule nuit, après que la ville ait été prise par les Viêt-Cong, au bout de seulement deux jours. Et la C.I.A n’a jamais compris comment les communistes avaient pu aller si vite, pour repérer chacun d’entre eux, connaître leurs domiciles, là où les trouver, les arrêter, tout cela en une seule nuit, en à peine quelques heures, avant le lever du jour, et les embarquer dans des camions, les conduire hors de la ville et les exécuter.

La réponse est très simple: bien avant que les communistes occupent la ville, il existait un réseau complet d’informateurs, des vietnamiens habitant la région, qui savaient absolument tout des personnes en mesure d’influencer l’opinion publique, jusqu’aux simples barbiers ou aux chauffeurs de taxi. Tous ceux qui étaient favorables aux Etats-Unis ont été exécutés.

Même chose à Hanoï [Vietnam], pilotée par l’ambassade soviétique. Et je faisais la même chose à New-Dehli.

A ma grande horreur, j’ai découvert, dans les dossiers des personnes qui allaient être exécutées, le nom de journalistes prosoviétiques qui étaient mes amis personnels.

– Prosoviétiques!?

Oui, absolument!

Ils défendaient un idéal communiste, ils avaient fait plusieurs voyages en URSS, et pourtant le KGB avait décidé que, révolution oblige, pour mener à bien les changements politiques drastiques de l’Inde, qu’il fallait les éliminer.

– Pourquoi cela?

Parce qu’ils en savaient trop. Simplement parce que les idiots utiles, les gens de gauche qui sont idéalistes, qui croient en la beauté du système soviétique, communiste, socialiste … quand ils ouvrent les yeux sur la réalité, ils deviennent les pires ennemis du système. C’est pourquoi mes instructeurs, au KGB, insistaient tout particulièrement sur ce point : « Ne vous préoccupez jamais des gauchistes. »

« Oubliez ces prostitués politiques. Visez plus haut. »

Telles étaient mes instructions. Essayez de pénétrer les médias conservateurs bien établis, essayez d’atteindre les producteurs de films riches à millions, les intellectuels, les milieux soi-disant académiques, entrez en contact avec les cyniques, les égocentriques qui peuvent vous mentir d’un air angélique en vous regardant droit dans les yeux.

Voilà les gens qu’il fallait recruter: ceux qui n’avaient plus aucuns principes moraux, les gens avides de pouvoir, ceux qui se prennent pour quelqu’un, ou qui se croient très importants.

Voilà les profils que le KGB cherchait à « recruter ».

– Mais pour éliminer les autres, ne sont-ils pas utiles?

Non, ils ne sont utiles que dans la phase de déstabilisation du pays.

Par exemple, tous les gens de gauche ici, tous ces professeurs et ces magnifiques défenseurs des droits à l’égalité, sont instrument alisés dans ce processus de subversion, et ce uniquement pour déstabiliser le pays.

Quand cette étape sera achevée, ils ne seront plus nécessaires. Ils en savent trop.

Quand leurs illusions tomberont, une fois un pouvoir marxiste en place, ils seront bien évidemment scandalisés, car ils s’imaginent que ce sont eux qui vont prendre le pouvoir.

Cela n’arrivera jamais bien sûr. Ils seront alignés contre un mur et exécutés. Ils seraient les adversaires les plus acharnés d’un régime marxiste-léniniste.

Ce qui s’est passé au Nicaragua, vous vous souvenez quand la plupart des anciens communistes ont été jetés en prison, ou quand l’un d’entre eux a changé de camp pour s’opposer aux sandinistes.

C’est aussi arrivé à Grenade, quand Maurice Bishop, du parti marxiste, a été exécuté par un autre, « plus marxiste » que lui.

Même chose en Afghanistan quand Taraki a été assassiné par Amin, lui-même assassiné par Karmal avec l’aide du KGB.

Même chose au Bangladesh, avec Mujibur Rahman, un leader de gauche très prosoviétique, assassiné par ses propres amis communistes de l’armée.

Le mécanisme se répète chaque fois à l’identique.

Une fois qu’ils ont servi, les idiots utiles sont soit exécutés jusqu’au dernier – je parle des idéalistes marxistes – ou exilés, ou jetés en prison, comme à Cuba ou beaucoup d’anciens marxistes sont en prison.

Fondamentalement, l’Amérique est coincée par cette « démoralisation ».

Si vous commenciez maintenant, à la minute même, à former une nouvelle génération d’américains, cela prendra quand même de 15 à 20 ans pour inverser la tendance, pour inverser cette perception idéologique de la réalité, et revenir à la normale et aux idées patriotiques.

Le résultat? Vous pouvez observer le résultat. La plupart de ceux qui ont fait leurs études dans les années 60, de ceux qui ont quitté l’école et la plupart des pseudo-intellectuels, occupent à l’heure actuelle des postes de pouvoir au gouvernement, dans l’administration, dans les affaires, les médias, ou dans le système éducatif.

Vous êtes coincés avec eux. Vous ne pouvez plus vous en débarrasser. Ils sont contaminés. Ils sont programmés pour penser et réagir à certains stimuli d’une façon déterminée. Vous ne pouvez pas changer leur façon de voir, même si vous leur présentez des informations véridiques.

Même si vous leur démontrez que blanc c’est blanc, et noir c’est noir, vous ne pouvez pas modifier leur perception de base et leur logique de comportement.

En d’autres termes, chez ces gens, le processus de « démoralisation » est total et irréversible. Pour débarrasser la société de ces personnes, il faut de nouveau attendre 15 à 20 ans, pour éduquer une nouvelle génération d’étudiants, leur inculquer des idéaux patriotiques et en faire des gens de bon sens, qui agissent dans l’intérêt de la société américaine.

– Et ces personnes qui ont été « programmées » et qui sont en place, favorables aux idéaux communistes, ce sont ces mêmes personnes qui seraient vouées à être massacrées dans un tel système.

La plupart d’entre eux, oui. Simplement parce que, avec le choc psychologique qu’ils éprouveraient en découvrant ce qu’est VRAIMENT leur magnifique société « d’égalité et de justice », se révolteraient, c’est bien évident. Ils seraient extrêmement mécontents, frustrés. Et un régime marxiste-léniniste ne peut tolérer ce genre de personnes, ils rejoindraient à coup sûr le camp des dissidents et des opposants.

Et à la différence des Etats-Unis actuels, il n’y a pas de place pour les dissidents dans un régime marxiste-léniniste.

Ici, vous pouvez devenir très célèbre, comme Daniel Ellsberg, ou démesurément riche comme Jane Fonda, en répandant des opinions « dissidentes » ou en critiquant la politique du Pentagone.

Dans un système marxiste, ces gens seraient simplement « pfft », écrasés comme des cafards. Ils n’obtiendraient rien en retour de leurs belles et nobles idées d’égalité.

Ça, ils ne le comprennent pas. Ce serait un choc terrible pour eux.

Aux Etats-Unis, le processus de démoralisation est en fait terminé. Et cela depuis 25 ans. Il dépasse même toutes les espérances: la démoralisation atteint désormais une telle ampleur que même Andropov et tous ses experts n’auraient jamais rêvé d’un tel succès.

Pour la plupart, elle est maintenant effectuée par les américains eux-mêmes sur d’autres américains, grâce à la disparition des repères moraux.

Comme je l’ai dit auparavant, dire la vérité [sur les régimes marxiste] n’a plus aucune importance.

Une personne « démoralisée » n’est plus en mesure de prendre en compte la réalité des faits. Les faits, le réel, cela ne l’atteint plus.

Même si je la bombardais d’informations, de preuves authentiques, de documents, de photos, même si je l’emmenai de force en URSS pour lui montrer les camps de concentration, elle refuserait de le croire, jusqu’à ce qu’elle reçoive un bon coup de pied au derrière.

C’est seulement quand la botte militaire s’abattra, qu’alors elle comprendra. Mais pas avant. C’est ça le tragique de la démoralisation.

L’étape suivante est la déstabilisation.

Dans ce cas, les révolutionnaires ne se soucient plus de vos idées ou de votre façon de vivre. Tout ça ne compte plus.

Cela prend seulement 2 à 5 ans pour déstabiliser un pays, et ce qui compte, ce sont les fondamentaux: économie, relations étrangères, défense. Et l’on peut voir clairement que, dans certains domaines, dans les domaines aussi sensibles que la défense ou l’économie, l’influence des idées marxistes-léninistes est absolument prodigieuse.

Je n’en croyais pas mes yeux, il y a 14 ans, quand je suis arrivé ici, je ne pensais pas que le processus irait aussi vite.

L’étape suivante est l’insurrection.

Cela prend environ 6 semaines pour amener un pays au bord de la crise, comme vous pouvez le voir en Amérique Centrale actuellement. (1985)

Après la crise, à la suite des violents changements de régime, de structure et d’économie, arrive ce qu’on appelle la phase de normalisation, qui peut durer indéfiniment.

La normalisation est une expression d’un grand cynisme, issue de la propagande soviétique. Quand les chars ont envahi la Tchécoslovaquie en 1968, Brejnev a déclaré: « Maintenant la situation en Tchécoslovaquie est normalisée ».

Et c’est ce qui arrivera aux Etats-Unis si vous laissez tous ces abrutis amener le pays à la crise, si vous les laissez promettre aux gens monts-et-merveilles et le « paradis sur Terre », si vous les laissez déstabiliser votre économie, éliminer l’économie de libre-échange, et mettre un gouvernement « Big-Brother » à Washington, avec des dictateurs bienveillants du genre Walter Mondale qui vous promettront tout ce que vous voulez, peu importe que ces promesses soient tenues ou non.

Il ira ensuite à Moscou baiser les pieds de la nouvelle génération de criminels communistes.

Il donnera l’illusion d’avoir les choses bien en main et qu’il contrôle la situation. Mais la situation n’est pas sous contrôle. Elle est même épouvantablement hors de tout contrôle.

La plupart des politiciens américains, la plupart des médias et le système éducatif forment une génération de gens qui croient vivre une période de paix.

C’est faux! Les Etats-Unis sont en guerre. Une guerre non déclarée et totale, contre les principes et les fondements même de ce système. Et l’initiateur de cette guerre, ce n’est pas Andropov, bien sûr, c’est une guerre contre le système communiste mondial, aussi ridicule que cela paraisse – ou contre la conspiration communiste mondiale, que cela fasse peur aux gens, je m’en fiche. Et si vous n’avez pas peur maintenant, rien ne vous fera peur…

Il ne faut pas devenir paranoïaque à ce sujet.

A vrai dire, ce qui se passe actuellement, c’est que contrairement à moi, vous avez encore plusieurs années à vivre – à moins que l’Amérique ne se réveille – avec cette bombe à retardement. Et le désastre approche chaque seconde un peu plus. Et contrairement à moi, vous n’aurez nulle part où vous réfugier, à moins d’aller en Antarctique avec les pingouins.

Ici, c’est le dernier pays de libertés, où tout reste possible.

– Et que faire alors? Que recommandez-vous aux Américains?

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est qu’il faut un effort national de grande ampleur pour éduquer les gens dans le sens des valeurs patriotiques, et ensuite, expliquer le réel danger du système socialiste, communiste, quel que soit son nom.

Le danger de l’ « Etat providence », du système « Big-Brother ».

Si les gens ne réussissent pas à saisir l’imminence de ce danger et de cette évolution, rien n’aidera les Etats-Unis. Vous pouvez dire au revoir à vos libertés, à la liberté des homosexuels, aux droits des détenus etc…

Toutes vos libertés disparaîtront, elles seront carbonisées en quelques secondes, et vos précieuses vies avec.

Deuxièmement, au moins une partie de la population est convaincue que le danger est réel. Ils doivent FORCER le gouvernement – et je ne parle pas d’envoyer des lettres, des pétitions ou d’autres nobles et belles activités de ce genre – Je parle bien de forcer le gouvernement à arrêter d’aider le communisme.

Quand Hillary Clinton disait: « Nous avons financé Al-Qaïda »

Al-Qaïda, soit-disant le plus grand ennemi de l’Amérique, a été créé et financé sous l’impulsion des Etats-Unis dans les années 80, comme l’explique Hillary Clinton dans cette vidéo. Sous l’impulsion du président Reagan, Al-Qaïda a permis à l’Amérique de lutter et de faire tomber l’Union Soviétique. Aujourd’hui, le gouvernement américain est encore soupçonné d’avoir des liens avec Al-Qaïda, qui a servi à faire tomber Kadhafi et à semer la guerre en Syrie.

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives