Michael Tsarion – Les architectes du contrôle: contrôle de masse et futur de l’humanité

Documentaire de Michael Tsarion et Blue Fire Film (2008)

Michael Tsarion, auteur et chercheur, cite le livre de Jim Keith (1949-1999) au début de ce documentaire (un livre consacré au contrôle de l’esprit, au Projet Monarch et à la manipulation de masse):

Voici le nouvel homme. Sa conception de la réalité est une danse d’images électroniques qui sont tirées sur son cerveau antérieur, une délicate construction de ses maîtres, conçue de telle sorte qu’il ne percevra en aucun cas le véritable ou le réel. Son bonheur lui est livré par un tube ou une connexion électronique. Son Dieu se cache derrière un rideau électronique; Quand le rideau est retiré, nous trouvons le sorcier de la CIA et le manipulateur des médias (Contrôle de Masse: L’Ingénierie de la Conscience Humaine, Jim Keith, 2003)

Le documentaire évoque plusieurs aspects du contrôle de masse. « La vraie guerre est une guerre contre la conscience. Il est très important de toujours se rappeler que le contrôle de l’esprit est omniprésent. C’est presque une question de savoir qui est contrôlé mentalement, en opposition à qui n’est pas contrôlé mentalement. Il y a juste une différence de degrés. La question d’ensemble qui consiste à savoir ce qu’est la conscience et comment celle-ci peut être manipulée est l’une des questions les plus importantes de notre époque. »

Néanmoins, régulièrement supprimé de youtube, il est possible que le lien de la vidéo que nous donnons dans cet article ne soit plus accessible d’ici quelques semaines. Il suffit de faire une recherche youtube avec les termes suivants « Architects Of Control: Mass Control & The Future of Mankind » pour retrouver les extraits du documentaire.

Publicités

Et si les « False Flag » étaient une bande-annonce d’un film d’Hollywood?

« False Flag, vous n’avez jamais connu une telle peur »

Source: https://socioecohistory.wordpress.com/2015/01/15/false-flag-the-movie-trailer-hd-you-have-never-known-such-fear/

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #8: Le gouvernement manipule les médias

La vérité: De 1948 à 1972, plus de 400 journalistes ont secrètement effectué des missions pour la CIA.

illustration_journaliste

Si vous pensez que la propagande sur les chaînes d’information aujourd’hui est mauvaise, imaginez ce que ce serait si la CIA avait toujours dirigé le navire. Dans le cadre de l’Opération Mockingbird, les doigts collants de la CIA ont touché à plus de 300 journaux et magazines, dont le New York Times, Newsweek, et le Washington Post.

Plus de 400 journalistes étaient de mèche avec la CIA. Ils ont promu le point de vue de l’agence et ont fourni des services: l’espionnage dans des pays étrangers, la collecte de renseignements, et la publication de rapports rédigés par l’agence. Parfois, le chef de la CIA, Frank Wisner, a commandé aux journalistes d’écrire des articles pro-gouvernementaux dans le pays et à l’étranger. Et, comme si la propagande de la CIA ne suffisait pas, l’agence a également versé aux éditeurs de garder des pièces anti-gouvernementales hors des publications de presse. Les journalistes ayant des liens avec la CIA ont également planté de faux renseignements dans les rédactions, afin que des journalistes sans liens les prennent et écrivent à ce sujet.

La CIA faisait équipe avec des journalistes, parce que de nombreux journalistes ont eu des liens forts à l’étranger. Un journaliste faisant des rapports depuis l’étranger pouvait recueillir des informations que la CIA ne pouvait pas recueillir, et il pouvait planter de la meilleure propagande, également.

Même si une audience du Congrès dans les années 1970 a mis fin aux emplois à l’intérieur, Big Brother manipule encore et toujours d’autres marchés. En 2005, le gouvernement a dépensé 300 millions $ pour placer des messages pro-américains dans les médias étrangers points-une tentative d’entraver les extrémistes et d’influencer le soutien.

Source: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #1: Le gouvernement tente de contrôler mon esprit

paranoidMettez vos chapeaux en papier d’aluminium. Il est temps de devenir paranoïaque.

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale (et pourquoi elles peuvent être vraies)

Mentalfloss.com, par Lucas Reilly

Conspiration #1: Le gouvernement tente de contrôler mon esprit.

La vérité: Le gouvernement a investi des millions dans les technologies de contrôle de l’esprit.

Acoustic Signal-Fig.1

Qui ne veut pas d’un pistolet laser télépathique? L’armée américaine en veut sûrement. Elle a déjà étudié un dispositif qui pourrait diffuser des mots dans votre crâne, selon le rapport daté de 1998 sur « Les effets biologiques des armes non létales sélectionnées ». Le rapport dit que, avec l’aide de micro-ondes spéciales, « cette technologie pourrait être développée au point où les mots pourraient être transmis jusqu’à être entendus comme la parole, sauf que cela ne pourrait être entendu que dans la tête d’une personne. » Le dispositif pourrait « communiquer avec les otages » et pourrait « faciliter une transmission de message privé. »

En 2002, l’Air Force Research Laboratory a breveté un dispositif de micro-ondes similaire. Le Rep. Dennis Kucinich semblait préoccupé, car un an plus tôt, il a proposé le Space Preservation Act, une loi qui a appelé à une interdiction de toutes les « armes psychotroniques. » Cela n’a pas réussi.

Les jeux de l’esprit ne s’arrêtent pas là. L’expérience massive de contrôle de l’esprit de la CIA, le Projet MK-ULTRA, reste le projet préféré des personnes paranoïaques partout dans le monde. Depuis le début des années 1950, la CIA a commencé à poser des questions étranges dans des notes de service, comme:

« Pouvons-nous prendre le contrôle d’un individu au point où il va réaliser nos ordres contre son gré, et même contre les lois fondamentales de la nature, tels que sa propre survie? »

En Avril 1953, la CIA a décidé de le découvrir. L’agence voulait développer des médicaments qui pourraient manipuler des espions soviétiques et des leaders étrangers, — essentiellement avec un sérum de vérité. La CIA a abordé beaucoup d’autres idées, également, mais le directeur Allen Dulles se plaignait qu’il n’y avait pas assez de « cobayes humains pour essayer ces techniques extraordinaires. »

Ce manque de sujets de test a conduit la CIA à sortir des profondes fins éthiques, conduisant l’agence à expérimenter sur les Américains à leur insu.

Environ 80 institutions – dont 44 collèges-ont logé les laboratoires MK-Ultra. A cet endroit, la CIA a joué avec les drogues comme le LSD et l’héroïne, en testant si les substances « pourraient potentiellement aider à discréditer les individus, obtenir de l’information, implanter de suggestions et d’autres formes de contrôle mental. » La CIA a testé le LSD et les barbituriques sur des malades mentaux, des prisonniers, et des toxicomanes. Elle a également injecté du LSD à plus de 7000 militaires à leur insu. Beaucoup ont subi des épisodes psychotiques.

La CIA s’est aussi essayé à l’effacement de la mémoire des gens. Le Projet ARTICHOKE a testé la façon dont l’hypnose et la morphine pourraient induire une amnésie. Et quand la CIA ne cherchait pas à développer un tueur de mémoire équivalent au neuralyzer de Men in Black, elle a étudié les techniques chinoises de lavage de cerveau: le Projet QKHILLTOP a examiné les méthodes anciennes de brouillage de l’esprit pour mener des interrogatoires plus faciles.

Dans le sillage du scandale du Watergate, la CIA a détruit des centaines de milliers de documents MK-Ultra. Seulement 20.000 ont échappé à la déchiqueteuse, et la CIA a réorienté ses efforts de contrôle de l’esprit vers la clairvoyance. Au milieu des années 1970, elle a lancé le projet Stargate, qui a étudié le phénomène d’ombre de « vision à distance ». (C’est-à-dire que la CIA a étudié s’il était possible de voir à travers les murs-avec votre esprit.) Le projet a été clôturé en 1995. Une note finale a conclu:

« Même si un effet statistiquement significatif a été observé en laboratoire, il reste difficile de savoir si l’existence d’un phénomène paranormal, la visualisation à distance, a pu être démontrée. »

Lire la suite: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

Andrei Fursov: L’étendue du gouvernement secret

Andrei Fursov – sociologue, journaliste, politologue.

L’élite politique et l’oligarchie financière de l’Occident ont fusionné en un mécanisme unique de pouvoir secret qui gouverne le monde. Les citoyens savent que la politique publique n’a presque aucun effet sur leur qualité de vie, et ils perdent tout intérêt pour la politique. Ceci explique le fait que le taux de participation au vote dans les pays occidentaux est en baisse constante.

(youtube)

L’armée américaine a étudié comment influencer les utilisateurs de Twitter dans une recherche financée par le Darpa

• Le Département de la Défense a dépensé des millions pour la recherche sur les réseaux sociaux
• Les études axées sur Occupy et les protestations au Moyen-Orient
• Les projets ont aussi analysé les mèmes, les célébrités et la désinformation

Ben Quinn et James Ball à Londres, 8 juillet 2014

A person with an iPad takes a photographLe DARPA a défendu le financement, y compris l’étude des militants sur les réseaux sociaux et l’influence de Lady Gaga, comme une chose essentielle pour les intérêts américains.

Les activités des utilisateurs de Twitter et d’autres services de médias sociaux ont été enregistrés et analysés dans le cadre d’un grand projet financé par l’armée américaine, dans un programme qui couvre un champ similaire à l’expérience controversée de Facebook sur la façon de contrôler les émotions par la manipulation des flux d’actualités.

La recherche financée directement ou indirectement par l’entité du Département américain de la recherche militaire de la Défense, connu sous le nom de DARPA, a impliqué des utilisateurs des destinations les plus importantes d’Internet, y compris Facebook, Twitter, Pinterest et Kickstarter Impliqué, pour des études de relations sociales et sur la propagation des messages.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/jul/08/darpa-social-networks-research-twitter-influence-studies

Le Pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Les sciences sociales se militarisent afin de développer des « outils opérationnels » visant à cibler des militants pacifiques et des mouvements de protestation.

The Guardian, par Nafeez Ahmed, 12 juin 2014

pentagoneLe Pentagone finance des recherches en sciences sociales dans le but de modéliser les risques de « contagion sociale » qui pourraient compromettre les intérêts stratégiques américains.

Le Département de la Défense américain (DoD) finance un programme de recherche universitaire dont le but est de modéliser la dynamique, les risques et les points de basculement de troubles civils à grande échelle à travers le monde, sous la supervision de diverses agences militaires américaines. Ce programme de plusieurs millions de dollars est conçu pour élaborer des « éclairages pertinents pour les combattants » à court et à long terme, destinés aux hauts fonctionnaires et décideurs de « la communauté de la défense ». Il vise également à informer la politique menée par « les commandements de terrain.»

Lancée en 2008 – l’année de la crise bancaire mondiale – « l’initiative de recherche Minerva » du DoD a noué un partenariat avec les universités, «visant à améliorer la compréhension de base des forces sociales, culturelles, comportementales et politiques qui façonnent les régions du monde d’importance stratégique pour les États-Unis.»

Parmi les projets retenus pour la période 2014-2017 figure une étude dirigée par l’Université de Cornell, gérée par le Bureau scientifique de recherche de l’US Air Force, visant à développer un modèle empirique « de dynamique de mobilisation du mouvement social et des phénomènes de contagion. » Ce projet déterminera « la masse critique (points de basculement) » des contagions sociales à partir de l’étude de leur « empreinte numérique » dans les cas de « la révolution égyptienne de 2011, des élections de 2011 à la Douma en Russie, de la crise du carburant subventionné au Nigéria en 2012, et des manifestations au parc de Gazi en Turquie en 2013. »

Les messages sur Twitter et les conversations seront examinés « afin d’identifier les personnes qui se mobilisent dans une contagion sociale et le moment à partir duquel elles se mobilisent. »

Un autre projet attribué cette année à l’Université de Washington « cherche à découvrir les conditions dans lesquelles les mouvements politiques visant à des changements politiques et économiques à grande échelle prennent naissance » ainsi que leurs « caractéristiques et conséquences ». Ce projet, géré par le Bureau de recherche de l’Armée américaine, met l’accent sur « les mouvements à grande échelle impliquant plus de 1 000 participants en activité de façon durable ». Il couvrira 58 pays au total.

L’an dernier, l’initiative Minerva du DoD a financé un projet permettant de déterminer « Qui ne devient pas un terroriste et pourquoi ? ». Ce projet, cependant, confond les militants pacifiques avec les « partisans de la violence politique », qui se démarquent des terroristes en cela qu’ils ne versent pas eux-mêmes dans le « militantisme armé ». Le projet énonce explicitement qu’il va étudier les activistes non violents :

« Dans chaque société, nous trouvons beaucoup d’individus qui ont en commun les mêmes arrière-plans  démographiques, familiaux, culturels ou socio-économiques que ceux qui ont décidé de s’engager dans le terrorisme et qui, cependant, s’abstiennent eux-mêmes de prendre les armes, même s’ils peuvent être favorables aux objectifs finaux de groupes armés. Dans le domaine des études sur le terrorisme, les études n’ont pas, jusqu’à tout récemment, tenté de regarder ce groupe de contrôle. Ce projet ne traite pas des terroristes, mais des partisans de la violence politique. »

Chacune des 14 études de cas du projet « implique des entretiens approfondis avec plus de dix militants et activistes de partis et d’organisations non gouvernementales qui, bien que favorables aux causes radicales, ont choisi la voie de la non-violence. »

J’ai contacté le chercheur principal du projet, le Professeur Maria Rasmussen de l’École d’études supérieures du Centre naval américain, en lui demandant pourquoi les activistes non violents travaillant pour les ONG devraient être assimilés à des partisans de la violence politique  – et quels « partis et organisations non gouvernementales » sont ainsi étudiés. Mais je n’ai reçu aucune réponse.

De même, le personnel du programme Minerva a refusé de répondre à une série de questions similaires que je leur ai soumises, demandant notamment comment les « causes radicales » promues par les ONG pacifistes pouvaient constituer une menace potentielle à la sécurité nationale susceptible d’intéresser le DoD.

Entre autres questions, j’ai demandé :

  • « Le Département américain de la Défense voit-il les mouvements de protestation et l’activisme social dans différentes parties du monde comme une menace pour la sécurité nationale américaine ? Si oui pourquoi ? »
  • « Le Département de la Défense américain considère-t-il les mouvements politiques visant un changement politique et économique à grande échelle comme une question de sécurité nationale ? Si oui pourquoi ? »
  • « L’activisme, la protestation, les ‘’mouvements politiques’’ et bien sûr les ONG sont des éléments vitaux d’une société civile saine et de la démocratie. Pourquoi le DoD finance-t-il des recherches pour étudier de telles questions ? »

Le Dr Erin Fitzgerald, directeur du programme Minerva m’a répondu : « J’apprécie votre intérêt et je suis heureux que vous nous contactiez pour nous donner l’occasion d’apporter des clarifications », avant de me promettre une réponse plus détaillée. Au lieu de quoi, j’ai reçu la vague déclaration suivante du bureau de presse du DoD :

« Le Département de la Défense prend au sérieux son rôle en matière de sécurité des États-Unis, de ses citoyens, des alliés de l’Amérique et de ses partenaires. Alors que tous les défis concernant la sécurité ne provoquent pas de conflit et que tous les conflits n’impliquent pas l’intervention de l’armée américaine, Minerva contribue à financer des recherches en sciences sociales fondamentales qui aident le département de la Défense à mieux comprendre ce qui provoque l’instabilité et l’insécurité dans le monde entier. Par une meilleure compréhension de ces conflits et de leurs causes préalables, le Département de la défense peut mieux se préparer au futur environnement de sécurité dynamique. »

En 2013, Minerva a financé un projet de l’Université du Maryland, en collaboration avec le laboratoire Pacific Northwest National du département américain de l’énergie, pour évaluer le risque de troubles civils dus au changement climatique. Ce projet triennal de 1,9 million de dollars élabore des modèles pour anticiper ce qui pourrait arriver aux sociétés, selon un éventail de scénarios de changements climatiques potentiels.

Dès le départ, le programme Minerva a été prévu pour fournir plus de 75 millions de dollars sur cinq ans dédiés à la recherche en sciences sociales et comportementales. Pour cette seule année, il lui a été alloué un budget total de 17,8 millions de dollars par le Congrès américain.

Une communication par courriel interne destiné au personnel de Minerva – référencée dans un mémoire d’expertise de 2012 – révèle que le programme est orienté vers des résultats rapides destinés à être directement applicables aux opérations sur le terrain. Le mémoire faisait partie d’un projet financé par Minerva  visant à « contrer le discours musulman radical » à l’Université de l’État de l’Arizona.

Un courriel interne du Professeur Steve Corman, chercheur principal du projet, fait état d’une rencontre organisée par le Programme de Modélisation Humaine, Sociale, Culturelle et Comportementale (HSCB) du Département de la Défense, programme dans lequel des hauts responsables du Pentagone indiquent que leurs priorités sont « de développer des capacités rapidement disponibles » sous forme de « modèles et outils pouvant être intégrés aux opérations ».

Corman précise dans son courriel que, bien que le responsable du Bureau de Recherche navale, le Dr Harold Hawkins, ait assuré d’emblée aux chercheurs de l’Université que le projet n’était qu’« un effort de recherche courant, donc nous ne devrions pas être préoccupés par son application pratique », la réunion a en réalité montré que le DoD cherche à « mettre en application les résultats ». Corman conseille à ses chercheurs de « penser à présenter les résultats, les rapports, etc., de telle sorte qu’ils [le DoD] puissent clairement voir leur application comme outils qui peuvent être mis en place sur le terrain. »

De nombreux chercheurs indépendants critiquent ce qu’ils considèrent être les efforts du gouvernement américain en matière de militarisation des sciences sociales au service de la guerre. En mai 2008, l’Association Américaine d’Anthropologie (AAA) a écrit au gouvernement américain pour souligner que le Pentagone n’a pas « le genre d’infrastructure pour évaluer la recherche anthropologique [et autres sciences sociales] » d’une manière qui assure « un examen par les pairs, rigoureux, objectif et équilibré » ; elle a demandé que de telles recherches soient gérées à la place par des organismes civils comme la Fondation National des Sciences (NSF).

Le mois suivant, le DoD a signé un protocole d’entente (Memorandum of understanding) (MoU) avec la NSF afin de pouvoir coopérer à la gestion de Minerva. En réponse, l’AAA a mis en garde que, même si les propositions de recherche devaient désormais être évaluées par des comités d’examen du mérite de la NSF, « les fonctionnaires du Pentagone auront le pouvoir de décision au moment de déterminer qui siègera aux comités d’examen » :

«… Il reste des inquiétudes dans la discipline que la recherche soit financée uniquement lorsqu’elle prend en compte l’ordre du jour du Pentagone. Les autres critiques du programme, notamment le Réseau des anthropologues engagés, ont fait état de leurs inquiétudes quant à un programme susceptible de décourager la recherche dans d’autres domaines importants, et de saper le rôle de l’Université comme lieu de discussion indépendant et de critique des instances militaires ».

Selon le professeur David Price, anthropologue culturel à l’Université de Saint-Martin à Washington DC et auteur de La militarisation de l’anthropologie : Les sciences sociales au service de l’État militarisé : « Lorsque vous regardez chaque élément d’un grand nombre de ces projets, ils se présentent comme des sciences sociales normales, d’analyse textuelle, de recherche historique et ainsi de suite ; mais lorsque vous additionnez tous ces morceaux, ils partagent tous des thèmes de lisibilité avec toutes les distorsions résultant de la sur-simplification. Minerva travaille à la production des éléments de l’empire d’une façon qui peut permettre aux gens de dissocier leurs contributions individuelles du projet d’ensemble. »

Le Professeur Price a précédemment exposé comment le programme HTS (Human Terrain Systems) du Pentagone – programme conçu pour intégrer des spécialistes des sciences sociales dans le domaine des opérations militaires – conduit régulièrement des scénarios de formation dans les régions « à l’intérieur des États-Unis. »

Citant une critique sommaire du programme envoyée aux directeurs d’HTS par un ancien employé, Price a rapporté que les scénarios de formation HTS « ont adapté COIN [contre-insurrection] pour l’Afghanistan et l’Irak » à des « situations internes aux États-Unis » où la population locale était considérée d’un point de vue militaire comme une menace pour l’équilibre du pouvoir et de l’influence et une contestation de la loi et de l’ordre ».

Price rapporte qu’un exercice militaire impliquait des militants écologistes protestant contre la pollution provenant d’une centrale au charbon près du Missouri, dont certains étaient membres de l’ONG environnementale bien connue Sierra Club. Les participants furent chargés d’« identifier ceux qui ‘‘résolvaient les problèmes’’», ceux qui ‘‘causaient les problèmes’’ et le reste de la population, qui devait être la cible d’opérations d’informations afin de déplacer le centre de gravité de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui constituait ‘‘l’état final désiré’’ de la stratégie de l’armée. »

Ces exercices militaires s’inscrivent dans le droit fil d’une série de documents du Pentagone qui indiquent que la surveillance de masse de l’Agence de la Sécurité Nationale (National Security Agency – NSA) est en partie motivée par la préparation à l’impact déstabilisateur des chocs à venir, environnementaux, énergétiques et économiques.

James Petras, professeur de sociologie à l’Université de Binghamton à New York, partage les inquiétudes de Price. Les sociologues financés par Minerva et liés aux opérations de contre-insurrection du Pentagone sont impliqués dans l’« étude des émotions survenant lorsqu’on alimente ou que l’on réprime des mouvements déterminés par une idéologie » ajoute-t-il, notamment pour « contrer des mouvements populaires. »

Minerva est un excellent exemple de la profonde étroitesse d’esprit et de la nature défaitiste de l’idéologie militaire. Pire encore, la mauvaise volonté des responsables du DoD pour répondre aux questions les plus fondamentales est symptomatique d’une évidence : dans leur mission à toute épreuve pour défendre un système mondial de plus en plus impopulaire qui sert les intérêts d’une infime minorité, les agences de sécurité n’hésitent pas à peindre le reste d’entre nous comme des terroristes en puissance.

Le Dr Nafeez Ahmed est un universitaire et un journaliste spécialiste de la sécurité internationale. Il est l’auteur du Guide de l’utilisateur de la crise de civilisation : et comment la sauver ainsi que du roman de science-fiction à paraître, ZÉRO POINT.

Source: http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/jun/12/pentagon-mass-civil-breakdown?CMP=twt_gu

Source de la traduction: http://www.upr.fr/actualite/monde/article-paru-journal-britannique-the-guardian-pentagone-se-prepare-rupture-civile-masse

 

Vidéo: le Pentagone et la manipulation des médias sociaux

Russia Today, 26 juillet 2014

Texte de la vidéo sur Dailymotion:

Les défenseurs de la protection de la vie privée sont très agités après la révélation que le gouvernement US aurait pu être derrière une expérience récente sur Facebook. Le média social essaie de manipuler les émotions des utilisateurs en leur montrant différents flux d’actualités. Marina Portnaya rapporte que Washington a un goût pour ce genre de recherches.

Quand la plus grande plateforme de médias sociaux au monde surveille ses utilisateurs, le scandale n’est pas loin.

« L’étude pour voir comment Facebook peut influencer l’état émotionnel de ses utilisateurs, sur ce flux d’infos. »

« Elle a permis aux chercheurs de manipuler les flux d’actualité de 700 000 utilisateurs, certains ont vu des informations positives sur leurs amis, d’autres plus négatives. »

« Je ne suis pas surpris, nous sommes tous des sortes de rats de laboratoires dans cette grande expérimentation Facebook. » Mais ça n’était pas qu’une expérience avec Facebook. Il s’avère que l’étude psychologique était liée aux recherches du gouvernement US sur les désordres sociaux.

« C’est vraiment flippant », et ça ne s’arrête pas là. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que le Département US de la Défense aurait dépensé environ 20 millions de $ sur des études visant à apprendre comment manipuler le comportement sur Internet dans le but d’influencer l’opinion. L’initiative fut lancée en 2011 par l’Agence de recherche sur les programmes avancés du Pentagone connue sous le nom de DARPA. Le programme peut être décrit comme un effort des médias US pour devenir meilleurs à détecter et mener des campagnes de propagande via les médias sociaux.

Traduction, quand des messages anti-gouvernement ont une diffusion virale, Washington veut trouver un moyen pour répandre la contre-opinion.

« Ils veulent dominer ce qu’ils appellent le champ de bataille de l’information. Ce qu’ils cherchent, c’est développer des méthodes et techniques pour le faire, et ça devient très effrayant au point de vue du respect de nos droits et sans savoir si nous recevons des informations exactes. »

Le chercheur sur la sécurité et la vie privée Kevin Gallagher dit que le moyen pour le gouvernement US de répandre la més-information est de créer des faux profils sur Twitter.

« On est suivi par beaucoup de ces comptes qui n’ont pas vraiment travaillé leur profil. »

Apparemment, j’aurais un faux adhérent.

« Regardez ce compte. Il a twitté à tous vos collègues, essayant de vous attirer vers ce lien. »

Selon le Guardian, certaines des recherches financées par le Département de la Défense, ont surveillé et analysé les flux Twitter d’activistes d’Occupy et auraient été jusqu’à envoyer des messages à des utilisateurs de médias sociaux dans le but de tracer et étudier leurs réponses. En pleine ère de l’information de masse, les critiques disent que manipuler les messages devient rapidement un instrument de valeur pour l’armée US.

Traduction par hussardelamort

Un lanceur d’alerte révèle un projet militaire de Mind-Control dans une importante université

Posté par Alex Pituba sur slideshare.net

Que faire si le gouvernement pouvait changer les croyances morales des gens ou arrêter l’opposition politique par le contrôle à distance du cerveau des gens?

Ceci sonne comme la science-fiction, non? Eh bien, un document confidentiel révèle que le gouvernement des États-Unis, grâce à la recherche DARPA, est très proche de l’accomplissement de cette chose.

Activist Post a été récemment contacté par un lanceur d’alerte anonyme qui a travaillé sur un projet secret de mind-control en cours pour DARPA. L’objectif du programme est de perturber à distance l’opposition politique et l’extrémisme en utilisant une « Stimulation Magnétique Transcrânienne » (TMS) en tandem avec la propagande sophistiquée basée sur cette technologie. Le TMS stimule le lobe temporal du cerveau avec des champs électromagnétiques.

Source: http://fr.slideshare.net/alexpituba/156562352-towardnarrativedisruptorsandinductorsmappingthenarrativecomprehensionnetworkanditspersuasiveeffects

Comment des agents secrets infiltrent Internet pour manipuler, tromper, et détruire des réputations

GCHQ-psychology

« La Psychologie, un nouveau genre de SIGDEV (développement de signaux) »: Une page d’un document top-secret du GCHQ préparé par son unité secrète JTRIG [Joint Threat Research Intelligence Group]

Par Glenn Greenwald, 24 février 2014

L’une des nombreuses histoires de pression qui restent à dire de l’archive Snowden est de savoir comment les agences de renseignement occidentales tentent de manipuler et de contrôler le discours en ligne avec des tactiques extrêmes de tromperie et de destruction de la réputation. Il est temps de dire un morceau de cette histoire, complétée avec les documents appropriés.

Au cours des dernières semaines, j’ai travaillé avec NBC News pour publier une série d’articles sur les tactiques des « sales tours » utilisés par l’unité secrète du GCHQ précédemment évoquée, le JTRIG [Joint Threat Research Intelligence Group] (Groupe Commun de Renseignement sur la Recherche de Menace). Ceux-ci étaient fondés sur quatre documents classifiés du GCHQ [doc.1, doc.2, doc.3, doc.4] présentés à la NSA et aux trois autres partenaires de l’alliance anglo-saxonne de la «Five Eyes». Aujourd’hui, nous publions sur The Intercept un nouveau document du JTRIG, en entier, intitulé « L’Art de la Tromperie: Formation pour des opérations secrètes en ligne ».

En publiant ces histoires, une par une, nos rapports NBC ont mis en évidence l’une des clés, des révélations discrètes: la surveillance de YouTube et de Blogger, le ciblage des Anonymous avec les mêmes attaques DDoS qu’ils accusent les « hacktivistes » d’utiliser, l’utilisation de « pièges à miel » (attirer les gens dans des situations compromettantes avec un moyen sexuel) et de virus destructeurs. Mais, ici, je veux me concentrer et donner des détails sur le point fondamental révélé par l’ensemble de ces documents, à savoir que ces agences tentent de contrôler, infiltrer, manipuler et déformer le discours en ligne, et ce faisant, compromettent l’intégrité de l’Internet lui-même.

Lire la suite de l’article: https://firstlook.org/theintercept/2014/02/24/jtrig-manipulation/