Bradley [Chelsea Manning]: « Nous avons oublié notre humanité »

Bradley-Manning-non-coupable-de-collusion-avec-l-ennemi_article_landscape_pm_v8[Bradley Manning a affirmé sa volonté de changer d’identité après son procès, et souhaite désormais se faire appeler Chelsea Manning]

Par Chelsea E. Manning, 21 août 2013

Mercredi, Chelsea (anciennement Bradley) Manning a été condamnée à 35 ans de prison. Suite à l’annonce de la sentence, la déclaration suivante de Manning a été lue lors d’une conférence de presse, par son avocat David Coombs. Jeudi, Chelsea Manning a publié un communiqué expliquant qu’elle voulait vivre comme une femme.

« Les décisions que j’ai faites en 2010 sont venues d’une préoccupation pour mon pays et pour le monde dans lequel nous vivons. Depuis les tragiques événements du 11/9, notre pays a été en guerre. Nous avons été en guerre avec un ennemi qui choisit de ne pas nous rencontrer sur aucun champ de bataille traditionnel, et de ce fait, nous avons dû changer nos méthodes de lutte contre les risques posés pour nous et notre mode de vie.

J’ai d’abord été d’accord avec ces méthodes et j’ai choisi de me porter volontaire pour aider à défendre mon pays. Ce n’est pas avant que j’aie été en Irak, et en lisant des rapports militaires secrets sur une base quotidienne, que j’ai commencé à remettre en question la moralité de ce que nous faisions. C’est à ce moment que j’ai réalisé que dans nos efforts pour répondre à ce risque posé à nous par l’ennemi, nous avons oublié notre humanité. Nous avons consciemment choisi de dévaloriser la vie humaine à la fois en Irak et en Afghanistan. Lorsque nous avons engagé la guerre contre ceux que nous percevions comme l’ennemi, nous avons parfois tué des civils innocents. Chaque fois que nous avons tué des civils innocents, au lieu d’accepter la responsabilité de notre conduite, nous avons choisi de nous cacher derrière le voile de la sécurité nationale et des renseignements classifiés afin d’éviter toute responsabilité publique.

Dans notre zèle pour tuer l’ennemi, nous avons débattu en interne la définition de la torture. Nous avons détenu des personnes à Guantanamo pendant des années sans procès. Nous avons inexplicablement fermé les yeux sur la torture et sur les exécutions commises par le gouvernement irakien. Et nous avons supporté d’innombrables autres actes au nom de notre guerre contre le terrorisme.

Le patriotisme est souvent le cri prôné, lorsque des actes moralement discutables sont préconisés par ceux qui sont au pouvoir. Lorsque ces cris de patriotisme noient toutes nos dissensions fondées sur la logique, il revient généralement à un soldat américain d’effectuer une mission mal conçue.

Notre nation a eu des moments sombres et semblables pour les vertus de la démocratie – la Piste des Larmes, la décision Dred Scott, le maccarthysme, les camps d’internement nippo-américains – pour en citer quelques-uns. Je suis convaincu que beaucoup de nos actions menées depuis le 11/9 seront un jour vues dans une lumière semblable.

Comme le regretté Howard Zinn l’a dit un jour: «Il n’est pas de drapeau assez grand pour couvrir la honte de tuer des innocents. »

Je comprends que mes actes ont violé la loi, et je regrette que mes actions aient causé du mal à quiconque ou heurté les États-Unis. Mon intention n’a jamais été de blesser qui que ce soit. Je voulais seulement aider les gens. Quand j’ai choisi de divulguer des informations classifiées, je l’ai fait par amour pour mon pays et par sens du devoir envers les autres.

Si vous refusez ma demande de grâce, je servirai mon temps en sachant que parfois vous devez payer un lourd tribut pour vivre dans une société libre. Je serai heureux de payer ce prix, si cela signifie que nous pourrions avoir un pays qui est vraiment conçu dans la liberté et dédié à la proposition selon laquelle toutes les femmes et tous les hommes sont créés égaux. »

Source: http://rabble.ca/news/2013/08/chelsea-manning-we-have-forgotten-our-humanity

Human Rights Watch: « Qui est Bradley Manning? »

120112055353_bradley-manning

Posté le 7 juin 2013

Le mercredi 5 juin, Amnesty4Manning a demandé aux supporters de Pfc. Bradley Manning de participer aux APPELS POUR MANNING – une journée destinée à prendre son téléphone pour appeler les branches locales d’Amnesty International et Human Rights Watch. L’objectif était de recueillir des informations sur la manière dont les deux plus grandes organisations de défense des droits de l’homme évaluent les violations des droits humains, le soutien à Manning, et pourquoi il n’a pas été reconnu comme prisonnier politique ou prisonnier de conscience.

Plusieurs participants ont rapporté sur le compte Twitter @Amnesty4Manning que les représentants d’Amnesty International ont demandé leur nom et leur adresse e-mail promettant de revenir vers eux à un moment ultérieur. Plusieurs personnes ayant appelé ont été renvoyées au communiqué de presse d’Amnesty publié le premier jour du procès de Manning en cour martiale. Certains ont dit à @Amnesty4Manning que leurs appels sont restés sans réponse ou sont directement arrivés sur une messagerie vocale.

Ce qui suit est le récit d’un supporter de Manning qui a téléphoné aux branches américaines de Human Rights Watch:

« J’ai appelé plusieurs des bureaux de Human Rights Watch, hier, pour exprimer mon soutien de Bradley Manning et demander pourquoi HRW n’avait pas reconnu Manning comme prisonnier de conscience. Le bureau de New York a été particulièrement malhonnête les deux fois où j’ai appelé. La première fois que j’ai appelé, on m’a dit que le site de HRW a déjà abordé cette question, et qu’ils ont reçu « déjà plusieurs appels à ce sujet aujourd’hui ». L’associé de HRW m’a alors dit qu’il me serait plus utile de diriger ce type de demande à l’ACLU [Americain Civil Liberties Union]. Je lui ai répondu que, indépendamment de la position de l’ACLU au sujet de Manning, HRW avait l’obligation de prendre des mesures et de dire son soutien à Manning. Il n’a pas fallu beaucoup plus de temps avant que l’associé me réponde qu’il allait me transférer vers quelqu’un qui serait mieux capable de m’aider. J’ai ensuite été transféré vers un numéro qui a sonné pendant environ cinq minutes avant que je raccroche.

J’ai attendu environ une heure avant de rappeler le bureau de New York. Cette fois, j’étais un peu mieux préparé pour le détour par l’ACLU. Une femme a répondu au téléphone cette fois, et il est bien évident que je n’étais pas la première personne à qui elle avait parlé de Manning. Elle était nerveuse, et a rapidement pris la route de l’ACLU.

« Est-ce que Human Rights Watch a une affiliation quelconque avec l’ACLU? » demandai-je.

« Non. »

« Mais votre organisation dirige directement vers eux les appels du plaidoyer de toute manière? Que fait d’autre HRW pour les êtres humains qui ont besoin d’amnistie? »

« Je vais devoir vous mettre en attente. »

Quelques minutes plus tard, la belle dame est revenue en ligne et m’a dit qu’elle allait me transférer vers quelqu’un qui pourrait m’aider, car elle « ne pouvait pas me garder sur la même ligne avec elle ».

Après plusieurs minutes d’attente, une voix différente est venue au téléphone et a demandé comment elle pouvait m’aider. Je lui ai expliqué pourquoi la femme précédente avec qui je parlais m’a transféré vers elle. Elle m’a alors dit qu’elle était juste une secrétaire à la réception. Je l’ai entretenu pendant plusieurs minutes, juste pour m’assurer qu’elle connaissait les faits autour de l’affaire Manning. J’ai été poli, mais persistant. Je l’ai finalement remercié pour son temps accordé, et j’ai sollicité auprès d’elle, en tant que citoyen américain, de pouvoir parler à une personne de son organisation au sujet de Manning.

L’appel le plus troublant que j’ai fait a été de loin delui du bureau de Los Angeles de Human Rights Watch. Après que j’ai dit à l’associé qui a répondu au téléphone la raison de mon appel, j’ai reçu une réponse imprévue.

« Qui est-ce? »

« Bradley Manning. »

« Oui, qui est Bradley Manning? »

J’étais abasourdi. J’ai regardé mon téléphone pour m’assurer que j’avais composé le bon numéro.

« Est-ce que c’est Human Rights Watch? », ai-je demandé.

« Oui. »

« Et vous ne savez pas qui est Bradley Manning? »

« Non. Qui est-ce? »

Je devais rester calme. Ce que je voulais vraiment, c’était de dire à cette femme que les gens comme elle sont la vraie raison pour laquelle notre gouvernement s’en tire avec ce genre de choses, et qu’il n’y a rien de réel sur les femmes au foyer ou quoi que ce soit d’autre de l’enfer avec lequel elle remplit sa tête, quand elle devrait prêter attention aux droits du 1er amendement qui sont volés. Je voulais lui dire que sa compagnie me fait chier, et qu’elle me fait chier de ne pas avoir la moindre idée d’une chose si importante directement liée à sa profession. Cependant, blâmer cette femme pour son ignorance ne ferait rien pour le héros que je voulais aider. Alors, j’ai répondu rapidement et calmement.

« C’est un patriote, m’dame. Un vrai héros qui a exposé les crimes de guerre au monde, et maintenant le gouvernement US va l’enfermer pour le reste de sa vie. Les organisations comme la vôtre sont censées venir à son secours, mais il est désormais clair pour moi que HRW n’a même pas mentionné cette affaire à ses employés. »

Elle a poursuivi en expliquant que le bureau de Los Angeles était « juste un bureau de collecte de fonds », et n’avait aucune implication dans le choix des causes à plaider. Encore une fois, j’ai pris une profonde inspiration, puis j’ai expliqué lentement à la femme que nous, en tant que citoyens américains, nous devons défendre toutes les vies innocentes qui ont été perdues en exprimant notre soutien à Pfc. Bradley Manning. Après plusieurs minutes de harangue contrôlée, j’ai conclu ma conversation avec la femme en la remerciant de son temps, et en l’encourageant à parler avec quelqu’un de HRW à ce sujet.

Bien que tout cela me rende furieux, je ne suis pas surpris. Je suis en fait encore plus porté par cette expérience que tout le reste. Nous devons continuer à appeler ces organisations, et nous avons besoin d’ÊTRE GENTILS AVEC EUX quand nous remplissons notre objectif. J’ai travaillé dans un centre d’appels avant. C’était un centre d’appels pour une entreprise qui faisait des choses que je n’approuvais pas moralement. Cela étant dit, si je savais que le client avait été traité de manière injuste, mais que ce client m’avait traité comme un idiot, ce client aurait eu un moment beaucoup plus difficile à passer pour obtenir réparation. D’un autre côté, si le client était poli et qu’il avait compris le fait que j’étais juste un gars en plus en bas du totem qui se faisait défoncer par la même société, je faisais tout ce qu’il fallait pour cette personne à part entière. Avec un peu de chance, je peux parler à une personne avec le même esprit quand j’inonde ces organisations avec des appels.

« Oui, qui est Bradley Manning? » Il est difficile d’imaginer que la deuxième plus grande organisation des Droits de l’homme dirigerait ses membres à contacter l’ACLU, quand elle est interrogée sur le soutien à Manning. L’ACLU est une organisation avec laquelle ils affirment n’avoir aucune affiliation. Une recherche rapide sur leur site web affichera un résultat. Human Rights Watch a publié un article sur Pfc. Bradley Manning pendant les trois ans où il a été placé en détention. Un seul. Il a été écrit en mars 2011.

Source: http://amnesty4manning.wordpress.com/2013/06/07/hrw-who-is-bradley-manning/

Le discours de Julian Assange à l’ambassade d’Equateur, le 20 décembre 2012

Bonsoir, Londres.

Quelle vision, pour des yeux fatigués. Les gens me demandent ce qui me donne de l’espoir. Hé bien, la réponse est juste ici. Il y a six mois – il y a 185 jours –  je suis entré dans ce bâtiment. Il est devenu mon domicile, mon bureau et mon refuge. Grâce à l’attitude de principe du gouvernement équatorien et au soutien de son peuple, je suis en sécurité dans cette ambassade pour vous parler. Et chaque jour à l’extérieur, pendant 185 jours, des personnes comme vous ont veillé sur cette ambassade – qu’il pleuve, grêle ou fasse beau. Chaque jour. Je suis venu ici en été. C’est l’hiver maintenant.

J’ai été sustenté par votre solidarité et je suis reconnaissant des efforts de personnes de par le monde entier soutenant le travail de WikiLeaks, soutenant la liberté d’expression, la liberté de la presse, des éléments esentiels de notre démocratie. Bien que ma liberté soit limitée, au moins suis-je capable de communiquer ce Noël, non pas comme les 232 journalistes qui sont en prison ce soir.

Non pas comme Gottfrid Svartholm en Suède ce soir.

Non pas comme Jeremy Hammond à New York ce soir.

Non pas comme Nabeel Rajab au Bahreïn ce soir.

Et non pas comme Bradley Manning, qui a eu 25 ans cette semaine, un jeune homme qui a préservé sa dignité après avoir passé plus d’un dixième de sa vie en prison, sans procès, une partie de ce temps dans une cage, nu et sans ses lunettes. Et non pas comme tant d’autres dont les épreuves sont reliées aux miennes.

Je salue ces hommes et ces femmes de courage. Et je salue les journalistes et les publications qui ont couvert ce qui continue d’arriver à ces personnes, et les journalistes qui continuent de publier la vérité face à la persécution, les poursuites judiciaires et les menaces – qui prennent le journalisme au sérieux. Parce que c’est à partir de la révélation de la vérité que tout le reste s’ensuit.

Nos édifices ne peuvent être aussi grands que leurs briques sont fortes. Notre civilisation est seulement aussi forte que ses idées sont vraies. Quand nos édifices sont érigés par les corrompu(e)s, quand leur ciment est coupé avec des salissures, quand l’acier vierge est remplacé par des débris – nos édifices ne sont pas sûrs comme domicile. Et quand nos médias sont corrompus, quand nos intellectuels sont pusillanimes, quand notre histoire est emplie de demi-vérités et de mensonges – notre civilisation ne sera jamais juste. Elle ne s’élèvera jamais jusqu’au ciel.

Nos sociétés sont des bidonvilles intellectuels. Nos croyances concernant le monde et nous-mêmes, entre nous, ont été créées par le même système par qui le mensonge nous a menés dans des guerres à répétition qui ont tué des millions de gens. Vous ne pouvez pas construire un gratte-ciel avec de la pâte à modeler. Et vous ne pouvez pas édifier une civilisation juste à partir d’ignorance et de mensonges.

Nous devons nous éduquer les un(e)s les autres. Nous devons célébrer ceux et celles qui révèlent la vérité et dénoncer ceux qui empoisonnent notre capacité à comprendre le monde dans lequel nous vivons. La qualité de notre discours est la limite de notre civilisation.

Mais cette génération s’est dressée sur ses jambes et révolutionne la manière dont nous percevons le monde. Pour la première fois dans l’histoire les personnes qui sont affectées par l’histoire en sont les créateurs. Et pour ce qui est des autres journalistes et publications – vos oeuvres parlent d’elles-mêmes, comme le font vos crimes de guerre.

Je salue ceux et celles qui reconnaissent la liberté de la presse et le droit du public à l’information – reconnus dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, reconnus dans le Premier Amendement des USA – nous devons admettre que ceux-ci sont en danger et ont besoin de protection, comme jamais auparavant.

WikiLeaks est sous le coup d’une enquête en cours du Ministère de la Justice US, et ce fait a été correctement reconnu par l’Équateur et les gouvernements d’Amérique Latine comme mettant matériellement en danger ma vie comme mon travail. L’asile n’est pas accordé sur un coup de tête, mais selon des faits. L’enquête états-unienne est rapportée par témoignage – sous serment – dans les Cours US, est reconnue par le Ministère de la Justice, et dans le Washington Post il y a tout juste quatre jours par le Procureur de la Virginie, comme un fait. Ses citations à comparaître sont combattues par nos agents dans les Cours US. Le Pentagone a réitéré ses menaces contre moi en septembre et affirmé que l’existence même de WikiLeaks était un crime en plein jour.

Mon oeuvre ne sera pas étouffée. Mais tant que cette enquête immorale se poursuit, et tant que le gouvernement australien ne défendra pas le journalisme et la publication de WikiLeaks, je dois rester ici.

Toutefois, ma porte est ouverte – et la porte a toujours été ouverte – pour quiconque désire me parler. Comme vous, je n’ai pas été accusé de crime. Si jamais vous vous entendez de la propagande suggérant autre chose, faites note de cette corruption du journalisme et allez sur justice4assange.com pour tous les faits réels. Dites au monde la vérité, et dites-le au monde qui vous a menti. Malgré les limitations, malgré le blocus bancaire extra-judiciaire, qui entoure WikiLeaks comme l’embargo sur Cuba, malgré une enquête criminelle sans précédent et une campagne pour nuir à et détruire mon organisation, 2012 a été une année immense.

Nous avons publié presque un million de documents. Des documents concernant la guerre qui se poursuit en Syrie. Nous avons exposé l’état de surveillance des masses dans des centaines de documents issus d’entreprises privées de renseignement. Nous avons publié des informations au sujet du traitement des détenus à Guantanamo Bay et ailleurs – le symbole de la corruption de la règle du droit en Occident, et au-delà.

Nous avons gagné contre le blocus bancaire illégal dans les tribunaux et au Parlement Européen. Après un combat de deux ans, les dons à WikiLeaks sont passés d’un statut de blocage et de non-déductibilité fiscale à la déductibilité dans le calcul des impôts à travers toute l’Union Européenne et les USA. Et la semaine dernière l’information révélée par WikiLeaks était cruciale – et citée au cours du jugement – dans la détermination de ce qui est vraiment arrivé à El-Masri, un Européen innocent kidnappé et torturé par la CIA.

L’année prochaine sera également riche en événements. WikiLeaks a déjà plus d’un million de documents en préparation pour être publiés, des documents qui concernent tous les pays du monde. Tous les pays du monde. Et en Australie un Sénateur non-élu sera remplacé par un Sénateur qui lui, l’est.

En 2013, nous continuons à nous dresser face aux brutes. Le gouvernement équatorien et les gouvernements de l’Amérique Latine ont démontré combien la coopération au travers de valeurs partagées peut enhardir les gouvernements pour résister à la contrainte et soutenir l’auto-détermination. Leurs gouvernements ne menacent personne, n’attaquent personne, n’envoient des drones sur personne. Mais ensemble ils sont forts et indépendants. Les appels las des manipulateurs de pouvoir à Washington en faveur de sanctions économiques contre l’Équateur, simplement à cause de la défense de mes droits, sont mal inspirés et immoraux. Le Président Correa a justement dit, « les principes de l’Équateur ne sont pas à vendre. » Nous devons nous unir ensemble pour soutenir le courageux peuple équatorien, pour les défendre contre une intervention à l’encontre de leur économie et une interférence dans leurs élections l’année prochaine.

La puissance de personnes parlant haut et fort et résistant ensemble terrifie le pouvoir corrompu et anti-démocratique. Tant et si bien que des gens ordinaires ici en Occident sont devenus les ennemis des gouvernements, des ennemis à surveiller, des ennemis à être contrôlés et appauvris.

La vraie démocratie n’est pas la Maison Blanche. La vraie démocratie n’est pas Canberra. La vraie démocratie est la résistance des peuples, armés de la vérité, de la place Tahrir jusqu’ici à Londres. Chaque jour, des personnes ordinaires nous enseignent que la démocratie c’est la liberté de parole et la dissidence. Car dès que nous, le peuple, cessons de dire ce qu’il y a à dire et cessons de nous révolter, dès que nous sommes distraits ou pacifiés, dès que nous nous détournons les un(e)s des autres, nous cessons d’être libres. Car la vraie démocratie est la somme – LA SOMME – de notre résistance.

Si vous ne vous exprimez pas – si vous abandonnez ce qui est uniquement à vous en tant qu’être humain: si vous abandonnez votre conscience, votre indépendance, votre sens de ce qui est bien et de ce qui est mal, en d’autres mots – peut-être sans le savoir, vous devenez passif(ve)s et sous contrôle, incapables de vous défendre et de défendre ceux et celles que vous aimez.

Les gens me demandent souvent, « Que puis-je faire? »

La réponse n’est pas si compliquée.

Apprenez comment fonctionne le monde Remettez en question les déclarations et les intentions de ceux et celles qui cherchent à nous contrôler derrière une façade de démocratie et de monarchie. Unissez-vous en un but commun et un principe commun pour imaginer, construire, documenter, financer et défendre.

Apprenez. Défiez. Agissez.

Maintenant.

Source: http://wikileaks.org/Statement-by-Julian-Assange-after.html

Discours de Julian Assange sur Russia Today


Traduit depuis le web par willsummer

Un garde du corps d’Assange redoute qu’il soit menacé de mort

Par Samantha Turnbull

*Note du blog: Cet article est paru le 7 août 2012, avant l’accord de l’asile politique de Julian Assange. Nous le publions car il dresse le portrait de Ciaron O’Reilly, un militant pacifiste qui donne ici des explications sur la Guerre en Irak et sur son soutien à Assange. L’audio de cette interview est disponible sur le site d’origine (cf. lien en fin d’article).

Un des gardes du corps de Julian Assange était récemment de passage à Lismore où il s’est exprimé pour ABC North Coast

Ciaron O’Reilly ressemble plus à une rockstar qui approche de la cinquantaine qu’à un garde du corps corpulent surveillé par les pouvoirs internationaux.

Derrière les cheveux rastas, cependant, c’est un homme farouchement passionné par le pacifisme et dévoué à la protection d’un des militants les plus connus au monde – Julian Assange, le fondateur de Wikileaks.

M. O’Reilly, originaire de Brisbane, est maintenant un londonien et a été désigné par M. Assange comme un des deux gardes du corps volontaires qui l’escortent au milieu des hordes de journalistes et de photographes affamés dans l’intervalle des apparitions au tribunal.

« C’est une sacrée meute sauvage, toute cette presse, et beaucoup de photographes veulent qu’il ait peur et qu’il ait l’air pris de perdre les pédales, donc nous formons un cordon de sécurité autour de lui pour l’amener au tribunal », dit M. O’Reilly.

« Il me fait évidemment confiance… et je suis plutôt grand. »

« Nous avons eu le rôle… je pense qu’il n’avait pas beaucoup de choix possible parmi les gens. »

M. O’Reilly a rencontré pour la première fois M. Assange en Angleterre et il s’est identifié à sa situation désespérée après avoir été lui-même emprisonné pour des activités anti-guerre.

Il a été emprisonné pendant 13 mois pendant la 1ere Guerre du Golfe pour avoir désarmé un bombardier B-52, dans l’Etat de New York, et à son retour en Australie, il a mis hors service une machine d’extraction d’uranium dans l’Etat du Nord.

Il a affirmé que le Premier Ministre Julia Gillard n’a pas menti quand elle a dit que M. Assange a reçu le même traitement que n’importe quel australien ayant des ennuis à l’étranger.

« Je pense que c’est différent pour un Australien  qui a des ennuis à cause de la drogue en Thaïlande ou à Bali, mais si tu as des ennuis avec les Etats-Unis pour des raisons politiques, le gouvernement australien va juste en profiter pour te livrer », a dit M. O’Reilly.

« Dans mon cas, ils n’ont établi aucun contact avec moi avant mon procès à New York. »

« Ils ont assisté à ma sentence mais ne se sont jamais présentés devant moi. »

« Ils étaient là pour servir le FBI en me mettant en prison. »

« C’est ce qu’ils ont fait. »

M. O’Reilly est revenu en Australie pour 3 mois afin de rendre visite à sa famille, mais il retourne à Londres dans quinze jours.

Là, il prévoit de participer à la veille à l’extérieur de l’ambassade d’Equateur où M. Assange a cherché refuge en attendant une annonce formelle au sujet de l’accord ou non de l’asile politique en Equateur.

Il a dit qu’il a été surpris quand M. Assange a demandé l’asile, mais c’était un pas important pour éviter l’extradition en Suède suivi par celle des Etats-Unis.

« Ce n’est pas quelqu’un qui cherche à réagir, c’est quelqu’un qui prend des initiatives », a dit M. O’Reilly.

« Je pense que toute cette affaire suédoise a été une manœuvre dilatoire pour les Americains, et s’il va en Suède, il ira aux Etats-Unis. »

M. Assange est accusé d’agression sexuelle en Suède, ce qu’il n’a pas eu le temps d’évoquer en détail avec M. O’Reilly.

« J’ai lu des déclarations de témoin et des choses comme ça », a dit M. O’Reilly.

« Je pense que ce qui est arrivé en Suède est que les femmes sont allées demander un test HIV et les flics, en quelque sorte, ont détourné cela en allégation d’agression sexuelle. »

Le Gouvernement US a nié qu’il ait l’intention d’extrader M. Assange depuis la Suède, mais c’est un argument que ses supporters rejettent catégoriquement.

Ils croient que le Gouvernement US veut inculper M. Assange pour la divulgation en masse de documents militaires et diplomatiques des Etats-Unis dans le domaine public.

M. O’Reilly a dit que M. Assange n’a pas été extradé depuis l’Angleterre vers les Etats-Unis, car les accusations n’étaient pas assez graves.

« Les Anglais ne vont pas extrader pour des délits passibles de peine de mort, mais les Suédois le feront, a-t-il dit. »

« Donc s’il part d’Angleterre, ils ne pourront pas l’exécuter. »

La mère d’Assange, Christine Assange, est en ce moment en Equateur pour plaider en faveur de la demande d’asile de son fils.

Elle a rencontré le Président de l’Equateur Rafael Correa la semaine dernière pendant une heure.

M. O’Reilly a dit que Mme. Assange a appris que le Gouvernement Equatorien ferait une annonce quand les Jeux Olympiques seraient terminés.

Source: http://www.abc.net.au/local/stories/2012/08/07/3562410.htm

Traduit par kimono

Lettre ouverte aux députés français en soutien à Julian Assange

Paris, le 1er septembre 2012

Mesdames, Messieurs les député(e)s,

Comme élu(e)s de la République, respectueux de nos engagements internationaux et du respect des Droits de l’homme, nous nous adressons à vous pour notre requête.

Nous sommes membres d’un comité de soutien à M. Julian Assange connu en tant que fondateur, rédacteur en chef et porte-parole de WikiLeaks. Il a su avoir le courage de faire connaître aux démocrates du monde entier les informations que lui transmit Bradley Manning, que ses défenseurs qualifient de héros et définissent comme un lanceur d’alerte – il est à ce jour détenu illégalement aux USA dans une prison militaire depuis 834 jours alors que la durée légale d’emprisonnement avant procès militaire y est de 120 jours: “C’est une personne qui dit au peuple ce que le gouvernement ne veut pas que l’on sache…”, “Quelqu’un qui protège la démocratie.”

Dans ces communiqués, Julian Assange a dénoncé les dérives de pays qualifiés de démocratiques et les méthodes employées contraires au respect des Droits de l’homme. Certains s’étonnent du choix de Julian Assange de demander l’asile politique à la République de l’Equateur. Il est surprenant de constater qu’aucun pays européen respectueux des Droits de l’homme et de la souveraineté des ambassades, n’ait à aucun moment protesté contre le geste de la Grande-Bretagne de vouloir bafouer l’intégrité de ce territoire équatorien.

Il semble que les alibis employés pour une éventuelle extradition vers les Etats-Unis relèvent du rocambolesque, de l’ineptie. Le devoir de mémoire nous rappelle que la Grande-Bretagne n’a pas eu d’état d’âme pour protéger le dictateur A. Pinochet qui avait quelques milliers de crimes sur la conscience.

Nous sommes convaincus que votre mission de députés est d’être aux cotés de ceux qui luttent et dénoncent les dérives contraires à l’esprit démocratique et aux respects des fondamentaux qui ont fait la réputation et l’honneur de la France à travers le monde.

Le fondateur de Wikileaks est soutenu par des milliers de gens (de toutes conditions sociales) à travers le monde, militants, artistes, intellectuels, comme Noam Chomsky, Gail Malone, Kellie Tranter, Kevin Gosztola, Helene Bergman, des Nobels de la Paix, Mairead Maguire, Pérez Esquivel, des parlementaires, hommes politiques, Jean-Luc Mélenchon en France, Anne Clwyd au Royaume-Uni, Snorre Valen en Norvège, Ron Paul aux Etats-Unis, Scott Ludlam, Adam Bandt, Malcolm Fraser, Doug Cameron et le Parti Pirate en Australie, et par tous ceux qui dénoncent les violations du respect des Droits de l’homme.

Julian Assange est devenu aujourd’hui le symbole de la liberté d’expression menacée dans le monde, y compris dans les pays occidentaux. Nous découvrons au travers des révélations de Wikileaks que le risque de vivre dans une dictature est toujours présent et qu’il plane au-dessus de nos démocraties européennes.

Il est déplorable que nos gouvernements européens restent silencieux sur cette affaire et ne prennent pas la peine de défendre la liberté d’expression, surtout quand Wikileaks dévoile que les guerres sont justifiées par les intérêts économiques des Etats-Unis et de la Suède, cette dernière étant l’un des plus importants fabricants d’armes au monde.

C’est pour toutes ces raisons que nous sollicitons votre soutien et votre collaboration. Pour dénoncer le harcèlement des autorités qui se livrent à la campagne de calomnies et de diabolisation contre Julian Assange et la discrimination des associations de défense des Droits de l’homme. Le discours de Julian Assange, le 19 août 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres, a été un moment historique.

Nous appelons à un véritable élan de solidarité pour Julian Assange et qu’il soit reconnu pour l’effort qu’il a fait envers nos sociétés pour plus de vérité et de justice.

Je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs les député(e)s, l’assurance de notre considération distinguée,

Comité de rédaction Wikileaks Actu

Liens relatifs à cet article :

Julian Assange et Wikileaks
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rédacteur_en_chef
http://fr.wikipedia.org/wiki/WikiLeaks

Bradley Manning
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bradley_Manning

Militants, artistes, intellectuels, soutenant Julian Assange :
http://www.mmrree.gob.ec/eng/2012/bol0983.asp
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/08/22/noam-chomsky-assange-est-un-vrai-democrate/
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/07/25/pourquoi-wikileaks-est-un-don-a-lhistoire/
http://vimeo.com/45941628
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/08/08/julian-assange-est-deja-condamne-par-le-feminisme-detat-suedois/

Nobels de la Paix soutenant Julian Assange :
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/07/24/mairead-maguire-laureate-du-prix-nobel-de-la-paix-appelle-a-la-justice-pour-assange/
http://www.lalibre.be/actu/international/article/755546/assange-attitude-de-londres-inadmissible-pour-le-prix-nobel-de-la-paix.html

Parlementaires et hommes politiques soutenant Julian Assange :
http://www.humanite.fr/fil-rouge/assange-intervient-au-meeting-de-jean-luc-melenchon-pg
http://blog.ukfriendsofbradleymanning.org/2011/05/03/ann-clwyd-mrs-manning-should-have-had-the-courtesy-of-a-reply/
http://www.liberation.fr/societe/01012317507-un-depute-norvegien-propose-wikileaks-pour-le-prix-nobel-de-la-paix-2011
http://www.theamericanconservative.com/ron-paul-stands-for-manning-and-assange/
http://scott-ludlam.greensmps.org.au/wikileaks

Autres textes de soutien :
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/08/28/quatre-choses-que-les-medias-ne-vous-disent-pas-sur-assange/
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/08/19/le-discours-de-julian-assange-a-lambassade-dequateur/
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/08/11/wikileaks-est-un-espoir-pour-changer-le-monde/

Lien pdf de l’article: Lettre ouverte aux députés français en soutien à Julian Assange

Quatre choses que les médias ne vous disent pas sur Assange

Manifestation en soutien à Julian Assange devant l’Hôtel de Ville de Sydney, le 10 décembre 2010 (photo: Wikipedia)

par Nicholas Mead, journaliste, le 19 août 2012

L’intérêt des médias pour l’affaire Julian Assange a encore atteint des hauteurs de fébrilité la semaine dernière avec la décision du gouvernement équatorien d’accorder l’asile politique à Julian Assange. Cependant, comme d’habitude, une bonne partie de la couverture médiatique continue d’ignorer les faites importants et le contexte, tournant l’histoire d’une manière qui seille à leurs agendas politiques et économiques ou simplement attaquer Assange ou quiconque est en désaccord avec eux. Il est important de souligner certains faits importants qui sont sempiternellement ignorés des médias concernant la situation actuelle du fondateur de WikiLeaks.

1. Assange a déjà une fois été questionné en Suède.

L’accusation est tout à fait dans ses droits de demander à ré-interroger Assange mais presque aucun diffuseur médiatique ne met la situation en contexte en mentionnant le fait qu’il a déjà été interrogé une fois en Suède et relâché sans suites. Peu de temps après, la transcription de l’entretien fuita mystérieusement vers la presse suédoise. Et aucun média ne souligne qu’Assange a attendu pendant 5 semaines avant d’obtenir la permission de quitter le pays et de continuer son travail sur les publications des War Logs et du CableGate avec le journal The Guardian au Royaume-Uni. Quelques journaux, surtout en Suède, ont plutôt dit qu’il avait « fui » le pays impliquant qu’il est en quelque sorte « en cavale » devant les accusations.

2. Assange a exprimé sa volonté de retourner en Suède mais les enquêteurs peuvent aussi l’interroger au Royaume-Uni.

Assange a déclaré son plein gré de retourner en Suède si une garantie légale est faite qu’il ne sera pas extradé vers les USA pour son travail avec WikiLeaks. Toutefois, il n’y a aucune obligation pour lui de se trouver ne Suède pour un interrogatoire. C’est usuel dans la pratique suédoise quand il n’y a pas d’accusation formelle et qu’une personne est voulue pour simple interrogatoire, et il peut être effectué dans n’importe quel pays du monde y compris par téléphone ou visio-conférence. Les procureurs suédois voyagent souvent vers d’autres pays comme ils l’ont fait récemment pour interroger un homme soupçonné de meurtre en Serbie. Par contre, dans le cas d’Assange, la procureure suédoise Marianne Ny insiste qu’Assange doit physiquement être en Suède pour être interrogé. Aucune raison n’a été fournie pour cette inflexibilité mais le journal suédois Dagens Nyheter le justifie en disant qu’il s’agit d’une question relative au prestige de la Suède.

3. Il y a une accumulation de preuves que les USA compilent un dossier de plainte criminelle contre Assange.

Il y en a suffisamment pour suggérer que les craintes de l’équipe de défense juridique d’Assange sont justifiées. Des câbles diplomatiques australiens diffusés au Sydney Morning Herald selon la loi [australienne] sur la liberté de l’information révèlent que le gouvernement australien a confirmé que WikiLeaks a été la cible d’une enquête du Département de la Justice US en Australie « sans précédent à la fois dans son étendue et sa nature ». Le gouvernement australien suggère également que les rapports des médias selon lesquels un grand jury secret a été convoqué à Alexandria en Virginie, étaient « sûrement vrais ». De plus, les publications par WikiLeaks des Stratfor Intelligence Files ont révélé que le vice-président de Stratfor Fred Burton a déclaré que: « Nous avons un acte d’accusation scellé contre Assange ». En sus de cela, prenant en compte le traitement atroce auquel a été soumis Bradley Manning actuellement dans une prison militaire aux USA pour avoir peut-être transmis à Assange des documents confidentiels, vous n’avez pas besoin de vous coiffer d’une passoire et de papier alu pour croie que les USA feront n’importe quoi pour mettre la main sur Assange et faire de lui un « exemple ».

4. C’est en réalité plus facile pour les USA de faire extrader Assange depuis la Suède que depuis le Royaume-Uni.

Beaucoup de gens rejettent les craintes d’extradition d’Assange du fait que s’ils le voulaient, il leur serait plus facile de l’avoir depuis le Royaume-Uni de toute façon. Mais en fait, il est considérablement plus difficile de l’extrader depuis le Royaume-Uni pour diverses raisons. Une est que le Royaume-Uni n’a pas l’accord d’extradition « d’abandon temporaire » (par lequel un suspect dans deux pays différents se trouvant dans l’un d’entre eux peut être ‘temporairement’ extradé vers l’autre, ndt) qui existe entre la Suède et les USA qui puisse outrepasser les accords internationaux d’extradition et effectivement donner aux USA des pouvoirs « immédiats » d’extradition. Un autre problème est  que si les USA devaient émettre une demande d’extradition pour Assange depuuis le Royaume-Uni vers les USA, cela mettrait le Royaume-Uni dans une position très difficile parce que normalement, la première demande d’extradition reçue de la Suède devrait être honorée en premier. Par ailleurs, la plus grande diversité médiatique et le plus grand soutien du public au Royaume-Uni sont des facteurs qui rendraient plus difficile encore pour les USA d’extrader Assange depuis la Grande-Bretagne. Et pour tous ceux qui pensent que le système judiciaire suédois est d’une quelconque manière le meilleur du monde, les archives de Human Rights Watch sur la Suède offrent de la lecture intéressante.

24-08-12: Il est depuis venu à mon attention que l’accord « d’abandon temporaire » existe aussi entre les USA et le Royaume-Uni ce qui est certainement quelque chose que beaucoup de supporters d’Assange ne semblent pas savoir. Cependant, le même problème s’appliquerait – puisque la Suède a déjà émis une demande d’extradition, cela mettrait assurément le gouvernement britannique dans une situation très compliquée. Il y a une discussion intéressante là-dessus ici.

Il y a plein d’autres exemples de faits et de mises en contexte régulièrement ignorés dans la couverture médiatique qui sont importants pour la compréhension de l’affaire Assange. Voici certains des plus importants mais alors que la guerre de propagande continue dans cette bataille juridique de plus en plus dramatique, ils ne seront certainement pas les derniers.

Postscriptum: Si vous voulez un éclairage réellement révélateur et dérangeant sur la façon dont les accusations de crimes sexuels contre Assange en Suède se sont déroulées, lisez le fil de commentaires du post original sur Assange publié [par l’auteur] il y a maintenant presque exactement deux ans.

Source: http://nicholasmead.com/2012/08/19/4-things-the-media-wont-tell-you-about-assange/

Traduit depuis le web par willsummer

Rassemblement du 10 août 2012 à Paris

Char de guerre
Nous soutenons Julian Assange et Bradley Manning, dans leur dimension de militants des Droits de l’homme et de défenseurs de la vérité. Nous pensons que les vies de Julian Assange et Bradley Manning sont menacées, pour avoir dénoncé les crimes de guerre de l’armée américaine et les crimes contre l’humanité perpétrés en Irak et en Afghanistan. En France, il n’y a eu à l’heure actuelle aucune mobilisation pour soutenir la demande d’asile politique de Julian Assange en Equateur. Aujourd’hui, l’Equateur est un des seuls pays, avec la Tunisie, qui propose l’asile politique à Julian Assange. Aucun autre pays n’a soutenu Julian Assange. Aucun pays n’ose dénoncer les atteintes aux Droits de l’homme que subissent Julian Assange et Bradley Manning. Aucun pays européen n’a pris position pour dénoncer cette situation illégale.

En France, il n’y a eu également aucun soutien de notre pays, alors que la France est la patrie des Droits de l’homme. Nous appelons les citoyens français à réagir, mais aussi les journalistes, les députés, les militants des associations des Droits de l’homme, pour qu’ensemble nous dénoncions cette situation et les menaces qui pèsent sur ces deux hommes, qui risquent la peine de mort pour avoir dénoncé la guerre, alors que l’un d’entre eux est déjà emprisonné aux Etats-Unis et torturé sans pouvoir se défendre. Si nos pays européens sont de vraies démocraties, qu’ils nous le prouvent en soutenant officiellement Julian Assange et Bradley Manning. Nous en appelons à un discours honnête sur la question des Droits de l’homme, que l’Europe se prononce sur cette question et qu’elle vienne enfin en aide à ceux qui en ont besoin.

Cette manifestation soutient la demande d’asile politique de Julian Assange en Equateur. Nous adressons nos remerciements à l’Equateur pour avoir accueilli dans leur ambassade de Londres Julian Assange. Si Rafael Correa n’avait pas offert ce refuge à Julian Assange, il serait aujourd’hui en Suède, dans une prison, sans jugement, et probablement en cours de transfert vers une prison américaine, où il serait resté à perpétuité, voire condamné à mort pour l’Espionage Act. Nous, citoyens français, nous avons grandi dans le respect des Droits de l’homme et nous croyons à ces valeurs que l’on nous a appris. Nous ne voulons pas voir mourir Julian Assange et Bradley Manning, ni aucun autre militant dans le monde. Nous voulons qu’ils vivent et qu’ils soient libérés. Nous appelons le gouvernement français à prendre position pour défendre Julian Assange. Nous appelons l’Europe à défendre activement ces personnes et à ne pas les abandonner, alors qu’elles en ont tellement besoin, et qu’il suffirait de si peu pour les sauver. Si des pays comme la France se mobilisent, alors nous avons une chance de sauver ces militants et ces hommes, pour qu’ils puissent continuer leur mission de paix.

Les médias aujourd’hui ne parlent plus de Julian Assange, ni de Bradley Manning. Pourtant les soutiens dans le monde se font entendre sur les réseaux sociaux et sur internet. Facebook, Twitter, le forum de WikiLeaks, sont devenus le seul endroit où nous pouvons avoir des informations sur Julian Assange et Bradley Manning, car la télévision a choisi d’étouffer leur histoire. Pourtant, leur histoire est la plus belle et la plus exemplaire. J’aurais aimé que Julian Assange et Bradley Manning soient français, j’aurais été fière s’ils avaient été des citoyens français. En Australie et aux USA, ils sont pourtant devenus les « ennemis à abattre » et des politiciens ont même appelé publiquement à les tuer. Ceci est inconcevable. Au lieu d’être fiers de leurs citoyens, l’Australie et les USA choisissent de réprimer des héros, des militants de la paix et de la justice. L’Australie a dit qu’elle ne porterait pas assistance à Julian Assange. Sans doute, un jour, les livres d’histoire se rappelleront de son rôle. Mais pour le moment, l’Australie est aveugle et ne veut rien entendre des appels à l’aide de Julian Assange. Voilà où nous en sommes aujourd’hui.

Ecrit par kimono

Australie: Voici le subterfuge rhétorique utilisé par la ministre de la Justice Nicola Roxon en cas d’abandon d’Australiens à l’étranger

Posté depuis Twitlonger le dimanche 5 août 2012

1. Prétendre que l’Australie ne peut pas « interférer » avec les procédures judiciaires formelles d’un autre pays. Ceci est rarement ce que des Australiens en difficulté à l’étranger réclament. Toutes les nations sont libres de demander à l’exécutif d’une autre nation d’envisager de prendre telle ou telle mesure ou pour fournir des informations. L’Équateur l’a fait à plusieurs reprises au cours de l’affaire Assange. C’est l’exécutif étranger qui contrôle quelles sont les requêtes présentées à ses tribunaux et comment ses prisonniers sont traités. Demander à un exécutif d’envisager de prendre une mesure ne remet pas en cause l’indépendance du corps judiciaire, qui est libre de rejeter de telles mesures, dusse l’affaire être véritablement judiciaire.

2. Prétendre que l’Australie ne peut pas agir avant qu’il y ait une incarcération, une condamnation, un procès, une extradition ou un exécution. Dans l’affaire Assange, il y a déjà nombre de procédures judiciaires en cours aux États-Unis (Grand Jury, enquête du FBI, batailles de citations à comparaître, l’affaire Manning, et les interventions d’Assange dans l’affaire Manning) et dans d’autres pays (Islande, Suède, Royaume-Uni, Colombie, Équateur). Mais Assange n’a encore été formellement accusé dans aucun d’entre eux.

Le subterfuge est de dire que, soit ces procédures ne sont pas encore suffisamment formelles pour que l’Australie agisse, ou alors que l’Australie ne peut intervenir dans une procédure formelle. Ceci couvre toutes les possibilités. Est-ce que ce n’est pas magique?

Nicola Roxon, ministre australienne de la Justice

Pour les USA, la ministre Roxon affirme que les procédures ne sont pas assez formelles pour faire quoique ce soit. Pour la Suède, elle assure qu’elles sont trop formelles pour faire quoi que ce soit. Pourtant elles sont équivalentes – Assange n’a pas été publiquement accusé dans aucun des deux pays et il est l’objet « d’enquêtes » dans les deux pays.

En se servant de cette rhétorique, Roxon, le premier ministre, et les hauts fonctionnaires, sont exemptés de faire quoi que ce soit, jamais. Ce qui est important. Avec le gouvernement de gauche qui est en train de couler, ce sont les parrainages qu’ils flattent dans les cercles US qui les verront passer les rudes périodes hors du gouvernement.

Source: http://www.twitlonger.com/show/imarte

Traduit depuis le web par willsummer

Mairead Maguire, Lauréate du Prix Nobel de la Paix, appelle à la justice pour Assange

Mairead Maguire à l’aéroport de Dublin, en juin 2010

Lundi 23 juillet 2012

The Peace People, 224 Lisburn Road, Belfast BT9 6GE, Irlande du Nord

Téléphone: 0044 (0) 28 9066 346

Courriel:  info@peacepeople.com

Site web:  www.peacepeople.com

Ainsi que le savent les citoyens inquiets du monde, le rédacteur-en-chef de WikiLeaks, Julian Assange, est actuellement à l’intérieur de l’ambassade équatorienne à Londres, où il est allé pour demander l’Asile Politique.

Je souhaite ajouter ma voix à celles de beaucoup de personnes de conscience, autour du monde, pour presser le Président Correa d’accorder l’asile politique à Julian Assange. Les Cours britanniques ont honteusement rejeté l’appel de M. Assange contre l’extradition en Suède, où il est requis pour répondre à un interrogatoire, accusé d’agression sexuelle (aucune charge criminelle n’a été retenue contre lui). M. Assange a dit qu’il était prêt à répondre à des questions relatives à des accusations pesant contre lui, mais que ce soit au Royaume-Uni.

Il a de bonnes raisons de ne pas vouloir être extradé vers la Suède, puisqu’il risque de se retrouver emprisonné et en isolement, et ensuite extradé vers une prison états-unienne. Les médias états-uniens ont rapporté que le Ministère de la Justice des États-Unis et le Pentagone conduisaient une enquête criminelle pour déterminer si « le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a violé des lois criminelles lors de la diffusion par le groupe de documents du gouvernement, incluant de possibles charges tombant sous l’ « Espionage Act ».

Le seul crime de M. Assange est d’avoir assez aimé les gens pour respecter leur droit à la vérité, d’avoir eu le courage et la bravoure de l’imprimer et ce faisant d’avoir embarrassé des gouvernements puissants.

La diffusion par WikiLeaks de milliers de câbles diplomatiques du Département d’État US, et de la séquence vidéo depuis un hélicoptère Apache d’un incident de 2007 où les militaires US semblent avoir délibérément tué des civils, dont deux employés de l’agence Reuters, ont révélé les crimes des USA contre l’Humanité.

Pour cette « vérité de parole », il a hérité de la colère du gouvernement US, et a été ciblé de la manière la plus vindicative (tout comme le soldat Bradley Manning). (Je soutiens le droit de WikiLeaks à publier des fuites d’informations, car c’est dans l’intérêt du public et de leur droit de savoir. WikiLeaks n’étaient pas les auteurs des fuites ni les lanceurs d’alerte, mais un média en ligne).

Beaucoup pensent qu’il y en a à de hauts postes, qui ne veulent pas seulement punir Assange pour les avoir exposés, mais comme avertissement à d’autres qui restent silencieux, et qui n’auront de cesse jusqu’à ce qu’Assange soit derrière des barreaux aux USA et il y a même des politiciens états-uniens qui ont mis la vie d’Assange sérieusement en danger en appelant à ce qu’il soit assassiné.

C’est ironique que les Droits Fondamentaux d’Assange aient été bafoués, alors qu’en tant que journaliste, il a travaillé pour les droits des peuples à la liberté de parole, et pour une presse libre. Les gouvernements australien, suédois et britannique ont la responsabilité de voir à ce que cet « homme de courage » soit traité correctement et avec équité, et qu’il lui soit permis de livrer son histoire au Royaume-Uni quand il peut prouver si les accusations incohérentes et contradictoires portées contre lui sont vraies ou fausses.

Nous, en tant que citoyens du monde, avons besoin de soutenir Julian Assange qui a essayé de protéger les innocents en exposant les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, et ce sont eux qui doivent, un jour, répondre de leurs crimes. Il faut également garder à l’esprit que si Assange finit dans une prison états-unienne pendant longtemps, en danger grave pour sa vie, et peut-être même risquant la peine de mort, nous devons tous poser la question « À qui le tour? » et « Où vont la Liberté, les Droits de l’Homme et la Justice? »

Mairead Maguire (www.peacepeople.com) 17.7.2012
* Mairead Maguire a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1976

À propos des Peace People, Belfast, Irlande du Nord

The Peace People est une organisation dévouée à la résolution non-violente des conflits.

Source: http://www.newsmaker.com.au/news/18293

Traduit depuis le web par willsummer

« The World Tomorrow » – épisode 7, Julian Assange interviewe des membres éminents d’Occupy New York et Occupy London

Alexa O’Brien est une activiste new-yorkaise et journaliste citoyenne. En 2011 elle a commencé la campagne #USDayofRage, appelant à une réforme du système électoral des États-Unis. Cette campagne déborda dans le mouvement #OWS (Occupy Wall Street). En conséquence directe de sa campagne #USDayof Rage, O’Brien a été sujette au harcèlement des autorités US, et est une plaignante dans la procédure Stop The NDAA, obtenant récemment une injonction temporaire contre la provision de détention à durée indéfinie dans le National Defense Authorization Act de 2012. Elle apporte une couverture sans égale et en profondeur des auditions de Bradley Manning sur son site web, alexaobrien.com

David Graeber est un anthropologue des États-Unis basé à Goldsmiths’, à l’Université de Londres. Il est l’auteur de Debt : The First Five Thousand Years (Dette : les premiers cinq mille ans, ndt), une monographie historique sur l’usage et le rôle de la dette dans les mouvements historiques et les révolutions. Un vétéran des manifestations anti-mondialisation depuis le tournant du siècle, Graeber était un participant originel des manifestations Occupy Wall Street, et est reconnu comme son porte-parole intellectuel. Depuis, il est devenu l’un des porte-paroles les plus en vue du mouvement, et son théoricien le plus éminent.

Naomi Colvin est la force motrice derrière UK Friends of Bradley Manning (Amis du Royaume-Uni de Bradley Manning, ndt), un groupe de soutien qui a gagné une publicité significative pour la défense de Bradley Manning, le présumé lanceur d’alerte américain. Colvin est depuis devenue une activiste-clé et une porte-parole régulière du groupe Occupy London, articulant ses objectifs et principes généraux au plus grand public à la télévision et lors d’interviews à la radio. Elle a publié pour The
Guardian à la fois sur Occupy et sur l’affaire Manning.

Aaron Peters est doctorant à Royal Holloway, Université de Londres. Il écrit sur les mouvements sociaux dans le contexte d’internet, et a été l’un des commentateurs les plus perspicaces sur les grands mouvements de masse des dernières années. Étudiant activiste, Peters est à la fois analyste avisé de et participant aux mouvements de masse balayant le monde. Peters est co-éditeur de Fight Back ! et contributeur régulier sur openDemocracy.net.

Marisa Holmes est une activiste et une réalisatrice de documentaires indépendants. Elle était une des participantes d’origine des manifestations d’Occupy Wall Street, passant depuis le début la nuit à Zuccotti Park. Au huitième jour, elle fut brutalement arrêtée par le NYPD parce qu’elle filmait en public, légalement et paisiblement. Holmes est une porte-parole de premier plan pour le mouvement, et a été largement interviewée à propos des objectifs et des aspirations d’Occupy.

Transcription

Julian :

Bienvenue à un épisode spécial de « Le Monde Demain ». Normalement je le fais depuis le lieu où je suis assigné à domicile mais aujourd’hui, à cause du nombre de personnes impliquées dans le Mouvement Occupy, nous avons décidé de le faire ici dans l’ancienne Deutsche Bank de Londres, qui est contrôlée par des amis d’Occupy.

Nous avons Marisa Holmes d’Occupy New York. Alexa O’Brien d’Occupy New York et US Day of Rage. Aaron Peters d’Occupy London, Naomi Colvin d’Occupy London et David Graeber d’Occupy New York.

Julian :

Alors je veux diviser cette émission en plutôt deux parties en fait. La première partie, parce que je veux comprendre comment Occupy est né – le genre de personnes qui étaient impliquées, l’environnement politique pour l’organiser et conduire ses affaires et le répandre… et ensuite de voir où cela va aller

David, d’où pensez-vous que venait ce mouvement qui a fini par causer l’occupation de Zuccotti Park et s’est répandu à travers tous les États-Unis ?

David :

Hé bien, je pense qu’il y a eu une sorte de mouvement mondial, je veux dire, je dirais qu’il a commencé en Tunisie et a comme soufflé de l’autre côté de la Méditerranée : la Grèce, l’Espagne. Donc c’est en fait le même mouvement qui a frappé les États-Unis. Il y a beaucoup de gens de Grèce ou d’Espagne qui étaient impliqués dans les tous premiers jours et même avant l’occupation de Zuccotti Park où nous n’avions pas encore fini de nous organiser. Donc je… je pense qu’il y a vraiment un ferment mondial

Julian :

Alexa, tu as participé à cet US Day of Rage (Journée US de Colère, ndt) en mai 2010, mais vois-tu ceci comme le moment d’entrer comme dans la transition du cyber-espace au monde réel, ou y a-t-il un précédent similaire ?

Alexa :

Oh, je… je pense c’est sûr, je veux dire, je regarde OPBart et d’autres petites activités activistes en « essaim ». Les médias sociaux et la transformation de l’organisation des médias aussi ont joué un rôle au cours de l’année passée à Occupy Wall Street.

Julian :

C’est clair que… clairement, il y avait un sentiment émergeant du Printemps Arabe et…

Aaron :

Je veux dire, c’est… il y est très rarement fait allusion – l’Égypte de 2008 obtient de la banque Mondiale la première place comme type de pays réformateur dans le monde en développement et, en termes de réformes néolibérales, l’Égypte était imbattable en Afrique du Nord et au Moyen Orient du point de vue de la banque Mondiale et du FMI. Le plus… le plus gros phénomène au sens large qui se passe ici est qu’après la Seconde Guerre Mondiale l’état-nation est communément vu comme le dépositaire de la responsabilité démocratique, et depuis la fin des années ’70 c’est en train de partir et dans quelques lieux ça n’a jamais existé, pas vrai ? Mais c’est maintenant un phénomène mondial. Nous avons désormais assimilé que les objectifs des politiques publiques ne se réalisent pas, au niveau national, et que les faiseurs de politiques ne sont pas en réalité ceux qui sont dans les parlements nationaux, ils sont ailleurs, et ceux qui dictent la politique ne sont de toute façon pas responsables ou, tu sais, ce ne sont pas des représentants démocratiques. Et c’est un phénomène mondial et qui est en Inde, qui est en Chine, qui est aux USA, qui est au Royaume-Uni.

Alexa :

Nous n’avons même… nous n’avons pas juste une crise financière mondiale, nous avons une crise politique mondiale parce que nos institutions ne fonctionnent plus.

Aaron :

Ouais, exactement.

David :

Et c’est un des points du mouvement de justice global, qui est qu’il y a ces espèces de mécanismes administratifs glo… de mécanismes politiques planétaires nouvellement créés…

Julian :

Comme l’OMC ?

David :

Comme l’OMC, comme le FMI, les gens – en tout cas dans des endroits comme les USA – nous n’étions même pas censés savoir qu’ils existaient, mais en fait ils dirigeaient le monde. Je veux dire, c’est la première bureaucratie planétaire vraiment effective, qui est créée au nom de l’espèce d’idéologie de liberté des marchés qui est censée se dresser contre elle – la bureaucratie – mais qui a en réalité fait exactement l’inverse. Et donc la révolte est toujours au nom de la démocratie, car c’est la chose qui est évidemment manquante. La crise financière l’a juste confirmé dans les esprits, surtout sur le sujet de la dette, je crois – où, tu sais, c’est devenu très clair que les dettes des gros joueurs pouvaient être renégociées par ces… à travers ces mécanismes mondiaux, mais la vôtre ne le peut pas, parce que vos politiciens sont redevables envers eux et pas envers vous.

Julian :

Donc, je veux descendre jusque dans la, pour ainsi dire, la genèse pratique – alors ce sont en gros les grands événements qui se passent en toile de fond… mais si nous y revenons… quelques-uns des ingrédients clés d’Occupy New York. Dans notre recherche nous voyons ces, comme, « Ah, nous avons les 99% », mais en fait le phrasé n’était pas Nous Sommes Les 99%, ce n’était pas encore tout à fait au point… et ensuite il y a eu, tu sais, ces espèces de tâtonnements en compétences de représentation qui se sont finalement rassemblées en quelque chose.

David :
C’est un bel exemple du processus collectif. Je crois que j’ai sorti, comme, « Pourquoi ne faisons-nous pas un truc avec 99% ? » et quelqu’un d’autre, je crois des Espagnols, ont dit « Nous, les 99% », et après je crois que Chris a monté cette page Tumblr. En fait, il y a mis le « are », donc c’était en fait différentes personnes qui ont contribué chaque mot, mais cela s’est mis ensemble magnifiquement.

Julian :

Naomi, as-tu vu ce genre de… de processus de cheminement, où… quelque chose s’est élevé. Ce n’est pas né tel un éclair d’inspiration dans le cerveau d’une seule personne, cela semble avoir été une chose qui en fait a évolué à travers tous ces processus.

Naomi :

Je pense que c’est exact. Je pense qu’il y a différents courants identifiables qui nourrissent Occupy et Occupy est presque un moment galvanisant quand des gens qui faisaient en réalité des choses bien différentes ont réalisé qu’ils peuvent coopérer ensemble et créer quelque chose qui est vraiment extraordinaire. Si vous voulez bien voir Occupy London spécifiquement, le déclic est clairement l’exemple d’Occupy Wall Street – l’idée que cette chose extraordinaire pouvait se produire de l’autre côté de l’Atlantique, là où tu ne te serais jamais attendu(e) à ce que ce soit possible, et donc tu dois faire quelque chose à Londres. Mais tu as aussi, qui alimente le tout, ce qui s’est passé ailleurs en Europe. Ce qui se passe à Londres n’est pas possible sans l’exemple de ce qui s’est passé en Espagne. C’est vraiment un instant où tout se cristallise.

Julian :

Combien le mouvement Indignados espagnol a-t-il apporté en pratique, en termes de soutien logistique ou de personnes présentes, pour Occupy New York ?

Marisa :

Hé bien, il y avait beaucoup de membres des Indignados qui étaient en fait à New York pour une raison ou une autre à l’approche du 17 septembre, où ils sont venus aux premières assemblées générales et, ma foi, nous ont donné la fondation et le contexte pour ce que nous faisions. Donc nous avons beaucoup appris grâce à eux.

Alexa :

Il y avait même des Égyptiens. En fait, nous avons reçu des e-mails d’Égypte disant « Je vais à New York spécifiquement pour être là pour cette action particulière », alors je pense qu’en parlant du processus d’apprentissage sur le tas je peux dire, personnellement, qu’en regardant ce qui se passait en Europe, et aussi en conversation avec Take The Square sur comment en élargir l’échelle, de cette information pour les Occupations, c’était clairement pris de ce mouvement particulier.

Julian :

Naomi, à Occupy London il y avait une pancarte affichée « Tahrir Square » devant la cathédrale St. Paul…

Naomi :

Une des plus… une des pancartes les plus photographiées… je n’ai aucune idée qui l’y a mise… mais ouais, je dirais qu’il y avait… Clairement, les gens identifiaient ce qu’ils faisaient avec l’inspiration du Printemps Arabe. Pour ce qui est des personnes présentes sur place, c’est le mouvement européen qui alimente le plus Londres juste à cause du lieu où nous nous trouvons.

Julian :

Je m’y intéresse parce que je m’intéresse à une branche particulière de la philosophie sur la technique et la domination de la technique qui en dépit de… quoique nous essayions de faire politiquement dans un sens ou dans un autre nous devons le faire efficacement pour pouvoir gagner. Et pour le faire efficacement nous devons adopter des techniques efficaces, et donc tout le monde quelle que soit la direction dans laquelle ils vont commence à adopter des techniques efficaces et à la fin ce sont les techniques… les techniques qui gagnent. David ?

David :

Je pense qu’une partie de ces techniques, par contre, n’est pas juste les médias sociaux mais la… il y a eu une tradition pour – au moins depuis les années ’70 – de créer de nouvelles formes de démocratie – du consensus en modération, de la décentralisation, de la prise de décision – qui est profondément usuelle et, d’une certaine manière, il y a une sorte de synthèse… ou qui se définit en opposition à la manière dont tu agis sur les médias sociaux. C’est une sorte de synergie donc, d’une part, tu répands des informations de certains types sur les médias sociaux, mais en même temps il y a ces nouvelles formes de démocratie profondément personnalisées. Et cette tradition – le fait que nous l’avions pour y puiser – que des personnes savaient faire de la modération et des institutions comme le microphone du peuple avaient été développées depuis des années, qu’elles soient là pour y puiser était absolument crucial.

Julian :

Cette… cette culture méthodologique que visuellement nous connaissons bien venant d’Occupy, le microphone humain – ce test de micro – c’est comme un peu de théâtre de rue, d’un autre côté, il semble être pratique – assemblée générale, ces trucs de gestes de la main, qui pour moi quand je les ai vus pour la première fois m’ont semblé terriblement comme, faiblards et, tu sais, inefficaces mais je… je peux voir que si tu as beaucoup de gens et tu veux pouvoir entendre quelqu’un peut-être que ce n’est pas une mauvaise… une mauvaise solution. Aaron, as-tu étudié l’émergence de ces techniques ? Y a-t-il eu, en fait, des innovations en termes de technique ?

Aaron :

Alors, si tu retournes à cette notion du mème et de la mémétique, il y a un argument qui a toujours existé pour dire comment les êtres humains partagent leurs identités, comment ils en créent de nouvelles, comment ils se les approprient. Mais le fait est qu’avec ces nouveaux modes de communication ce processus est rapidement accéléré. Je pense qu’il y a vraiment une relation entre, surtout parmi les jeunes, une pratique en ligne et hors ligne où ils ne sont pas intéressés par des leaders, ils ne sont pas intéressés par des modèles de profit. Ils s’intéressent à la création de valeur mais fréquemment au-delà de la motivation du profit et de la contrainte de faire quelque chose, donc en quelque sorte c’est volontaire… une action volontaire collective.

Julian :

Les techniques utilisées à Occupy London, ont-elles été prises en voyant ce que les gens faisaient à New York, à Occupy New York, ou est-ce plus ancien ?

Naomi :

Je pense qu’il y a une tension intéressante entre la manière dont fonctionne le consensus en ligne, et il marche, si vous considérez comment… comment la situation de l’esprit de ruche fonctionne, c’est… c’est du consensus mais d’une manière beaucoup moins structurée. Et il y a une tension intéressante entre cela, qui est une espèce d’attitude avec laquelle beaucoup de personnes sont venues à Occupy, et la manière dont cette tradition… ce consensus plus traditionnel, si je puis dire, cette prise de décision sur un consensus plus structuré, fonctionne… marche sur le terrain. Mais c’est une tension que je pense que nous avons explorée à Occupy London sans totalement la résoudre.

Julian :

Nous pouvons voir pourquoi Occupy n’aurait pas eu lieu il y a dix ans… nous avions ces mouvements de contestation apparaissant à Seattle et Gênes etc. – et Crac ! Il y a eu le 11 septembre – et c’en était fini… Donc nous pouvons voir pourquoi cela ne se serait pas passé il y a dix ans, mais pourquoi cela ne s’est-il pas produit il y a cinq ans ?

Aaron :

Je pense… hé bien, tout d’abord les mouvements sociaux sont là… ils naissent toujours d’un grief et d’un sentiment de mécontentement, et je crois que ce sont simplement… ce qui se passe est simplement impossible sans la crise financière mondiale. Je veux dire, cela aurait vraiment pu être la fin du capitalisme tel que nous le connaissons. Nous aurions eu d’énormes problèmes avec la distribution de nourriture. Le problème avec les sociétés complexes c’est que quand quelque chose va mal, cela va vraiment mal, euh…

Julian :

Alors, tu penses que cela ne serait pas passé si ce n’avait été pour la CFM (crise financière mondiale, ndt) ? C’était… c’était un tel moteur… ?

Aaron :

Parce qu’il y a des cités de tentes aux États-Unis qui ne sont pas dans le mouvement Occupy. Il y a des gens qui sont tout simplement sans toit. Alors c’est… c’est un symptôme politique autant qu’un agent.

Julian :

David, Occupy a comme mijoté pour un moment, pendant la première semaine ou dix jours à peu près, jusqu’à ce qu’il y ait de la violence…

David :

Mmm. Hé bien oui, et alors que…

Julian :

Je veux dire, c’était de la violence policière, mais de la violence tout de même. Et la violence, c’est quoi ? Un mécanisme de marketing efficace. Les films d’Hollywood sont pleins de violence.

Marisa :

Hé bien, je… je veux dire, j’étais là, tu sais, vivant dans le Parc pendant la première semaine, et donc je peux attester du fait que nous n’avons pas mijoté. Nous avons manifesté toute la journée, toute la semaine, quoi. Nous avons occupé Wall Street, nous y allions, tu sais – la cloche d’ouverture et la cloche de fermeture tous les jours. Nous tenions deux assemblées générales par jour, nous étions, tu sais,

Julian :

Toujours est-il que la couverture des médias n’était tout simplement pas là et a vraiment commencé une fois qu’il y a eu de la violence.

Marisa :

Hé bien, d’accord. Mais notre but n’était jamais de… tu sais…

Julian :

Je suis juste… J’avance que peut-être cela devrait se baser sur l’expérience de cet événement. Que peut-être en fait… que provoquer la violence policière est quelque chose qui devrait vraiment être fait si vous…

David :

Mais nous n’avons pas vraiment besoin de provoquer quoi que ce soit – cela va arriver.

Marisa :

Je veux juste être claire que nous n’avons pas provoqué de violence policière, nous avons agi direct…

Julian :

Pour être sûrs d’enregistrer la violence policière.

Marisa :

Nous avons fait une action directe non-violente. Nous sommes allés occuper une place pour pouvoir avoir une assemblée populaire et avons commencé à parler du monde dans lequel nous voulions vivre, que nous voyions comme antinomique avec le monde dans lequel nous vivions à ce moment-là et les structures qui le gouvernaient. Alors, ouais, je veux dire j’imagine qu’en étant là et en faisant l’exercice d’un processus démocratique direct nous posions une menace et donc la police a du y répondre.

David :

En fait, il n’y a rien qui terrifie plus le gouvernement états-unien que la menace de la démocratie s’échappant des États-Unis… [rires] Ils sont sûrs de réagir violemment.

Aaron :

Le jour où Occupy LSX a démarré j’étais à l’extérieur de l’espèce de premier cordon de policiers, ok ? Et je pense que j’ai compté à peu près 20 fourgonnettes et, je veux dire, je l’ai vu suffisamment de fois maintenant. J’ai entendu les chiens en train de sortir. J’ai vu les équipes de renseignement complètes, ils y ont leurs caméras. Ok, c’est maintenant qu’ils mettent une rossée à tout le monde, et il n’y a aucun média ici et ils savent que s’ils ne stoppent pas ce truc aujourd’hui… cela pourrait très vite prendre de l’élan…

Julian :

Naomi, tu étais la coordinatrice pour la campagne pour Bradley Manning, et il y a une connexion assez intéressante et inhabituelle entre le nombre de personnes qui étaient de certaines manières impliquées dans le soutien à WikiLeaks ou Bradley Manning ou Anonymous et le mouvement Occupy. Mais Bradley Manning a été montré en exemple. Il n’a pas juste été arrêté et tout a été mis sous silence, je veux dire il a été montré en exemple bien visible pour agir comme une dissuasion, parce que l’autorité a besoin de donner des exemples bien visibles de ce qui arrive à ceux qui sont accusés d’avoir désobéi à l’autorité, afin de conserver l’autorité. Ces scènes de télévision de manifestants en butte à de la violence – dans une position de faiblesse vis-à-vis de la violence – pensez-vous que cela donne aussi un exemple sur le long terme, un exemple négatif ?

Naomi :

Hé bien, il y a une chose ou deux ici. Je crois que la première est que ce qui arrivait à Bradley à Quantico – il était vraiment maltraité là-bas, tu sais, ainsi que le Rapporteur Spécial de l’ONU est enfin venu déclarer… En termes de représentation médiatique de conflits je pense que c’est, comment dire, sans doute que la couverture de, tu sais, ce qui s’est passé les premiers jours à New York, c’étaient les… c’étaient les images qui ont fait le tour du monde mais ce n’était… ce n’était pas des médias traditionnels qu’elles venaient, c’était les médias citoyens, c’était du « livestream » donc… Et je crois qu’il y a… sûrement jusqu’à un certain point, que la présence des médias, le fait que quelque chose se passe qui soit à la vue du monde entier, qui est une chose vraiment importante qui se soit passée avec Occupy – le, tu sais, qu’il se documente sans cesse, est une sorte de force inhibitrice importante.

Marisa :

Je veux dire, si ce n’était pour le livestream et pour nos propres équipes de médias sociaux, alors nous ne serions pas entrés dans les médias traditionnels. Nous avons poussé le dialogue d’une manière vraiment importante.

Julian :

Alexa, parle-moi de la règle du droit et d’Occupy. C’était une des… les exigences d’US Day of Rage semblent être la règle du droit, le respect de la procédure…

Alexa :
Absolument. Je veux dire, je pense que, tu sais, à la base de n’importe quelle sorte de… dans le cas des États-Unis une république démocratique, ou au moins il est dit que c’est une république démocratique, il y a beaucoup d’institutions. Il y a la place publique, il y a la presse et il y a des élections, et ensuite il y a… et quand ces choses sont entre les mains du peuple, les institutions trouvent plus ou moins leur équilibre, tu sais, parce qu’elles se contrôlent mutuellement. Je pense qu’en termes de règle du droit… je veux dire, mon expérience personnelle, euh… juste… si « un citoyen, un dollar, un vote », pour ainsi dire, est si radical que cela m’a faite décrire dans le magazine « Australian Security »… comme liée à al-Qaïda… et je reçois des messages privés d’autres firmes de sécurité qui ont des relations avec le FBI qui me disent que, tu sais, « Faites attention, vous… vous êtes pour une raison ou une autre reliée à al-Qaïda ». [les autres rient] Cela me dit tout de suite… Alors, c’est une tactique d’intimidation… tu sais, essentiellement…

Julian :

David, Occupy, avec ce nom, est venu au-devant de la scène mondiale comme conséquence d’Occupy à New York, mais il s’est répandu à travers les États-Unis. Peux-tu nous décrire un peu cette diffusion d’Occupy à travers les États-Unis continentaux ?

David :

Cela a été remarquablement rapide. J’étais époustouflé, j’étais épaté. Parce que, tu sais, tu rêves que ces choses se produisent mais tu ne crois jamais vraiment qu’elles vont se produire. Je dirais qu’en trois semaines nous avions quelque chose comme 800 Occupations, et d’accord que certaines de ces Occupations n’étaient qu’un mec avec une pancarte, mais beaucoup d’entre elles ne l’étaient pas, beaucoup étaient de grands campements de personnes comme, tu sais, Missoula, Occupy Saskatchewan au Canada. Tu sais, ce déversement formidable et il s’est produit très, très vite.

Julian :

Je veux maintenant en venir à… à l’espace. Donc, pourquoi est-ce important d’occuper un quelconque espace…

Naomi :

Euh…

Julian :

Pourquoi ne… pourquoi ne pas rester à la maison ? Tu as ton Rolodex, tu as tes amis, tu as tes réseaux sociaux – pourquoi ne pas tout coordonner depuis les coulisses ? N’est-ce pas une perte de temps que de monter une tente, et tu ne peux pas faire les choses efficacement ?

Naomi :

Hé bien, c’est… cela remonte à la question de pourquoi un mouvement en ligne vient hors ligne de toute façon. Je pense qu’il y a un besoin humain naturel de communiquer face-à-face et, en réalité, c’est beaucoup plus profond. Je pense qu’en travaillant en ligne tu es un peu… c’est une histoire de coordonner des individus autonomes pour faire des choses, et tu as comme le sentiment que tu fais partie d’une communauté de personnes qui ressentent la même chose ou se sentent concernées par la même chose, mais cela n’a rien à voir avec être… tu sais, être dans un espace où, disons… tout le monde est présent et volontaire pour… tu sais, voulant se parler. Parce que c’est en réalité recréer la sorte de société que les gens désirent qu’il existe en permanence.

Alexa :

Je pense que c’est aussi une expérience pour voir jusqu’où tu peux pousser ton engagement avec… tu sais, dans l’espace public, c’est-à-dire, tu sais, quand l’espace public est le trottoir entre le Chuck E. Cheese et le Wal-Mart, ce qu’il est aux États-Unis dans beaucoup de cas et beaucoup même de petites villes, il y a un besoin de créer une « public-ité » qui ne soit pas privée, qui ne soit même pas reliée à son travail, qui soit… est le « nous », le « nous » qui se rassemble et s’occupe de Carlisle achetant notre eau ou quoique ce cela puisse être.

Julian :

David, l’espace doit-il être contesté ? Je veux dire, tout le monde pourrait aller dans… dans les Redwoods de Californie ou quelque part… et, en fait, le G8 a été déménagé à Camp David pour produire exactement cet effet, semble-t-il.

David :

En effet. Hé bien, je pense que oui. Je veux dire, je pense qu’il y a eu… depuis les 30 dernières années il y a eu cet assaut systématique contre la notion de communauté et… et l’idée de l’imagination, d’imagination politique. Et ceci est une manière de récupérer les deux à la fois. Donc je pense que cette idée de reprendre quelque chose est essentiellement importante.

Julian :

Est-ce… est-ce une démonstration de souveraineté, littéralement, sur une zone de terrain donnée ? Nous contrôlons physiquement cet espace à travers notre prise de décision politique… vous ne le contrôlez pas physiquement.

David :

Absolument, et c’est ce qui est crucial à ce sujet. En fait, c’est une stratégie à deux pouvoirs. Je veux dire, nous sommes en train de parler de force. Nous ne parlons pas des légalités – ils ne parlent pas de légalités et nous non plus. Chacun peut s’en servir comme d’une arme, mais ce que nous disons c’est « Ceci est notre espace, c’est notre… nous sommes le public. Ceci est un espace public. Nous allons le prendre », et ce simple acte de défi est extrêmement créatif. Je veux dire, tout en découle, et tout le reste de ce que nous avons fait vient du fait que nous commençons sans accepter les termes de l’ordre existant et avec la volonté d’en créer un autre.

Julian :

Naomi, dans la domination de cet espace physique , en créant votre propre mini-État à Occupy, ce qui est, je pense, le terme correct quand vous contrôlez physiquement un espace de terrain, quand vous détenez le monopole de la force coercitive, vous avez commencé à construire certaines structures sur comment vous gérer entre vous et comment vous coordonner entre vous et certaines méthodologies pour le contact avec la police, pour gérer les opportunistes à l’intérieur du mouvement Occupy, pour vous occuper des gens pris de folie, pour vous occuper de vos déchets.  Ces méthodologies dont vous vous êtes servis pour la prise de décision politique et vous occuper concrètement des choses, les voyez-vous comme un modèle pour la gestion de la société au sens large, ou sont-elles des méthodologies qui servent seulement pour – ou surtout pour – la gestion du problème en cours à résoudre, qui est d’occuper une place ?

Naomi :

Je ne crois pas que nous ayons jamais eu le monopole de la force au sein d’Occupy, et il eut été beaucoup plus simple si nous, tu sais, l’avions fait… en négociant réellement, quoi, ce que tu fais dans cette situation où en quelque sorte, en fait, quelle que soit la perturbation qui puisse survenir tu n’as… en fait tu n’as pas le pouvoir de contrainte, tu as le… le pouvoir de persuasion, tu as le pouvoir de montrer ce que, tu sais, ce que la majorité des personnes dans cet… dans cet espace pensent, mais en définitive non, tu n’as pas la contrainte, et cela c’est aussi, en fait, une éducation [inaudible]

Julian :

Tu as une personne perturbatrice sur place, ou c’est une personne folle… ils gâchent tout pour tout le monde, qu’est-ce que tu en fais ? Qu’est-ce que vous en faites dans Occupy ? Comment vous en débarrassez-vous ? Est-ce que vous appelez la police ?

David :

Nous ne faisons pas ça…

Marisa :

Non. En fait, nous avons utilisé une combinaison de choses, la désescalade, la médiation et la communication non-violente ont été les modes de gestion de conflits à l’intérieur du Parc.

Julian :

David… pour aller jusqu’au bout, à la fin j’en reste là : « Tes putains de règles ne s’appliquent pas à moi. Je veux faire de la percu’ quand je veux faire de la percu’. Je veux parler quand je veux parler. Je veux être tout nu quand je veux être tout nu » – n’avez-vous pas besoin que vos hommes forts arrivent à un moment donné et disent, « Écoute, bonhomme, allez, tu gâches tout pour tout le monde, casse-toi »?

David :

Il y a beaucoup de manières de faire pression sur les gens.

[rires]

Julian :

Comme ?

Marisa :

Comme pour avec les percussionnistes, par exemple – je veux dire, nous avons eu une assemblée où nous avons parlé de la situation du tambourinage. Nous l’avons négociée dans le cadre de l’assemblée.

Alexa :

C’est sûr qu’il y a des conflits et des tensions qui sont naturelles aux êtres humains dans des groupes comme Occupy. Ce n’est pas comme si l’espace que crée Occupy devient soudainement comme une Utopie, parce qu’il ne l’est pas.

Julian :

Aaron, au bout du compte, n’avez-vous pas besoin d’un mécanisme, un processus pour déployer une force de cohésion ?

Aaron :

Euh, c’est… En pratique, c’est une question qu’il faut bien traiter, bien sûr… mais…

Julian :

Seigneur, vous êtes tous si inconfortables avec ça, c’est super.

Aaron :

Non, c’est faux, je… vais vers une bonne… une bonne union… c’est une espèce de question générale existentielle…

Julian :

Ou tu peux les mettre en psychothérapie pendant dix ans…

Aaron :

Je ne suis pas pour ça personnellement.

Julian :

Hé bien, mets-les en psychothérapie pendant dix ans, mais en attendant, tu as quelqu’un dans ton foutu camp qui cause un problème.

David :

Il y a eu des personnes qui ont été exclues de réunions et des choses pareilles, c’est arrivé, mais… tu sais… d’une certaine manière nous… nous essayons d’éviter délicatement quelques sujets dont peut-être nous ne parlons pas beaucoup, ou qui sont de la subversion intentionnelle. Il y a eu des tentatives d’en somme nous lâcher des gens, il y avait, tu sais… alors, à un moment, la police prenait des prisonniers récemment relâchés et les apportaient en bus au Parc en disant « Hé, il y a de la nourriture gratuite ici. » Donc ce n’est pas juste la… sociopathie qui apparaît naturellement si tu as des gens dans un camp. Il y a eu une tentative très dirigée d’essayer de nous subvertir et de nous laisser le choix entre, tu sais, soit se faire déborder soit devenir comme une forme de modèle de charité sociale où nous nous occupons de ces personnes, ce qui est d’ailleurs ce qui a commencé à se produire.

Julian :

Comment Occupy London a-t-il empêché les gratteurs sociaux pathologiques qui étaient très libres dans leurs paroles, bons à dire une chose à une personne, une autre à une autre personne, répandre des rumeurs, semer la discorde, euh, de s’élever jusqu’en haut ? Ou l’a-t-il fait ?

Naomi :

Hé bien… [rires]

David :

Oui, et s’il y a une hiérarchie c’est très facile à faire mais si c’est un mouvement horizontal c’est vraiment très difficile. Et puis, il n’y a que tant de dommages qu’un sociopathe peut causer. Je veux dire, c’est ce que je dis toujours à propos de l’anarchisme quand les gens disent « Et pour untel… et pour, tu sais, les gens qui s’en moquent des autres et qui sont des connards égoïstes » et je réponds « Hé bien oui, mais au moins ils ne se retrouveront pas à la tête d’une armée », [rires] ce qu’ils font ici, tu sais. Il n’y a vraiment pas tant de dommages qu’une personne seule puisse faire s’ils n’y a pas de structure où pouvoir commencer à dominer, à s’élever vers le sommet. Une chose pour laquelle je suis d’accord avec William F. Buckley, il a dit un jour que « Je préfère être gouverné par les trois cents premiers noms de l’annuaire que par les gens qui veulent entrer au Congrès ». Je suis d’accord. Ils feraient sans doute du meilleur travail.

Julian :

Mais, je veux dire, à la fin quel… quelle que soit la manière dont nous nous gouvernons, nous devons être en compétition avec ceux qui voudraient nous gouverner autrement.

Alexa :

Tout à fait.

David :

C’est pourquoi un mouvement international est si important et c’est ce que nous voyons. Je veux dire, il y a un sentiment partagé que l’ennemi devient de plus en plus mondialisé et la seule manière dont il puisse être défié c’est par des mouvements mondiaux, donc en ce sens que les États soient ou non compétitifs entre eux devient de plus en plus sans objet.

Julian :

Aaron ?

Aaron :

Alors, nous avons la plus grande transformation de l’économie politique mondiale en termes de choses allant en… en Asie du Sud-Est… avec toute cette dette… je veux dire, cela ne va se terminer que d’une manière… Comme, clairement l’Occident est fini, mais c’est juste… c’est visible pour tout le monde sauf pour les faiseurs de politiques de l’Occident.

[rires]

Aaron :

C’est juste abondamment évident… Je veux dire, c’est ridicule

David :

Ce n’est pas clair qu’ils ne le sachent pas aussi.

Aaron :

Ouais, tu commences à parler de moments de 1989 et d’argent qui ne sortait pas des distributeurs et les gens te rient au nez. Tu vas, quoi, je sais pas… C’est plutôt évident que la fête est finie.

David :

Ça tombe sous le sens que le 1% va essayer de prendre toutes  les parts du gâteau s’il en reste moins à prendre, mais il semble très improbable si tu regardes ça historiquement qu’ils finissent avec…

[Fin]

Source: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,11781.0.html et http://worldtomorrow.wikileaks.org/episode-7.html

Traduit sur WikiLeaks par Setanta

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives