Les pays qui fournissent des armes à l’Arabie Saoudite pour tuer des femmes et des enfants innocents au Yémen

countries supplying arms

Source: https://twitter.com/YemenFightsBack/status/680866351242596352

#EndYemenWar

La Grande-Bretagne: le partenaire silencieux de l’Arabie saoudite dans la guerre civile au Yémen

bombardement_yemenUn hôpital dans la province de Saada a été touché par un bombardement aérien en octobre

Independent, par Iona Craig, 19/12/2015

Les missiles britanniques et les avions de chasse fabriqués et vendus aux Saoudiens font partie d’une guerre que le gouvernement voudrait que l’on oublie

Si on vous a dit que des avions de chasse britanniques et des bombes britanniques étaient impliqués dans une guerre au Moyen-Orient qui a laissé des milliers de morts parmi les civils, vous pourriez être pardonné pour supposer que cela fait référence à l’Irak, ou peut-être à la plus récente campagne aérienne du Royaume-Uni étendue à la Syrie.

Lire plus:
Royaume-Uni pourrait faire face à des accusations de crimes de guerre pour les missiles vendus à l’Arabie Saoudite

Ce qui est moins susceptible de venir à l’esprit c’est un autre conflit oublié dans la région – une guerre parrainée par le Royaume-Uni dont on parle rarement. Pendant les neuf derniers mois, des avions fournis par les britanniques et des missiles de fabrication britannique ont fait partie des raids aériens quasi-quotidiens au Yémen, [des raids] effectués par une coalition de neuf pays conduite par l’Arabie saoudite.

Dans cette campagne bien cachée, des milliers [de personnes] sont mortes. Les bombardements de la coalition saoudienne ont représenté 60% des 4.493 victimes civiles au cours des sept premiers mois de l’année. L’Arabie Saoudite s’est engouffrée dans ce qui a commencé comme une lutte intérieure pour le pouvoir politique entre le président en exercice du pays, Abd Rabbu Mansour Hadi, et son prédécesseur pendant 33 ans, Ali Abdallah Saleh.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/voices/britain-saudi-arabia-s-silent-partner-in-yemen-s-civil-war-a6780186.html

RootsAction.org: Inacceptable – Obama retient un journaliste en prison au Yémen

Yémen, protestation contre la détention du journaliste Abdulelah Haider Shaye

Le 17 décembre 2009, des missiles Tomahawk américains et des bombes incendiaires à sous-munitions sont tombés sur le petit village yéménite d’al Majala, tuant 21 enfants, 14 femmes et 6 hommes, et brûlant toutes les maisons et ce qu’elles contenaient. Le gouvernement du Yémen en a revendiqué à tort la responsabilité. Le journaliste yéménite Abdulelah Haider Shaye a réfuté cette allégation.

Shaye a fait un rapport sur le carnage, y compris en photographiant des pièces de missile portant la mention « Fabriqué aux Etats-Unis ». Il a rendu compte des frappes américaines ultérieures au Yémen, en collaboration avec le Washington Post, ABC News, Al Jazeera et d’autres médias.

Shaye est en prison au Yémen pour « crime » de journalisme, sur l’insistance du Président Obama. Cliquez ici pour rejoindre notre demande commune à Obama et au gouvernement du Yémen pour libérer Shaye.

Alors que le gouvernement américain recherchait le citoyen américain Anwar Awlaki pour le tuer, Shaye a suivi sa trace à plusieurs reprises et l’a interviewé. C’étaient des entretiens difficiles et sérieux, où Shaye demandait à Awlaki comment il pourrait peut-être soutenir des actes de violence. L’image d’Awlaki n’a pas bénéficié d’aide.

Mais le gouvernement américain a commencé à avertir les médias de ne pas travailler avec Shaye, faussement accusé de soutenir Al Qaïda. Le gouvernement yéménite a enlevé Shaye, l’a menacé et l’a relâché, puis l’a attrapé de nouveau et lui a intenté un procès sans défense, universellement dénoncé comme une imposture par les organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch.

Le 2 février 2011, le président yéménite Ali Abdullah Saleh, sous la pression publique, a élaboré, imprimé, et était prêt à signer un acte de pardon pour Shaye. Mais Saleh a reçu un appel téléphonique du président Barack Obama, qui s’est opposé à la libération du journaliste. Saleh a déchiré l’acte de pardon.

Les Américains vont apprendre l’histoire de Shaye dans la version cinématographique de « Dirty Wars », qui sortira dans les salles américaines le 7 juin. Saisissons-nous de ce moment pour dire au président Obama et au gouvernement yéménite qu’un journaliste ne doit pas être enfermé pour avoir fait son travail.

Cette situation est inacceptable. S’il vous plaît, signez la pétition, qui est également soutenue par Demand Progress, et que nos amis de CodePink aideront à soumettre à la fois à la Maison Blanche et au gouvernement du Yémen.

S’il vous plaît, faites suivre ce message de manière large aux amis partageant les mêmes idées partout dans le monde.

L’équipe de RootsAction.org

P.S. RootsAction est une force indépendante en ligne approuvée par Jim Hightower, Barbara Ehrenreich, Cornel West, Daniel Ellsberg, Glenn Greenwald, Naomi Klein, Bill Fletcher Jr., Laura Flanders, l’ancien sénateur américain James Abourezk, Coleen Rowley, Frances Fox Piven, et bien d’autres.

Source: http://act.rootsaction.org/p/dia/action3/common/public/?action_KEY=8014

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives