Un Moyen-Orient sans nucléaire vaut la peine d’être imaginé, même si c’est une utopie

nuclear_research_reactor

Washington Post, par Walter Pincus, le 15 juin 2015

Qu’arriverait-il si Israël soudainement changeait de cap et annonçait qu’il était prêt à signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et de travailler à l’établissement d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient?

Je ne dis pas que cela est en préparation. Loin de là.

Alors que les négociations entre les États-Unis et cinq autres puissances mondiales, connues comme les 5 +1, et l’Iran, se dirigent vers une sorte de conclusion, il est évident que peu importe le contenu de tout accord, il y aura un combat aux États-Unis au sujet de ses mérites. Et si l’accord survit, les années à venir verront inévitablement des allégations de toutes sortes, disant que l’un ou l’autre des côtés a violé ses termes.

Cela semblait être un moment opportun pour réfléchir à la question « Et qu’arriverait-il si? », qui a également été déclenchée en relisant une section du livre de 2013 du chroniqueur israélien Ari Shavit, « Ma Terre Promise, le Triomphe et la Tragédie d’Israël ».

Shavit a brièvement décrit l’histoire du programme nucléaire d’Israël, en le faisant remonter aux débuts de l’Etat nouvellement créé.

Lire la suite: http://www.washingtonpost.com/world/national-security/a-nuclear-free-middle-east-is-worth-imagining-even-if-its-fantasy/2015/06/15/83374158-104b-11e5-9726-49d6fa26a8c6_story.html

Publicités

L’espionnage de la NSA sur les ambassades étrangères a aidé les Etats-Unis à « développer » leur stratégie

TasnimNews.com, 13 mai 2014

NSA espionnage des gouvernements étrangersL’Agence nationale de sécurité [NSA] a fourni en 2010 à l’ambassadeur américain aux Nations Unies des informations de fond sur plusieurs gouvernements et leurs ambassades qui étaient indécis sur la question des sanctions iraniennes.

En mai 2010, alors que le Conseil de sécurité de l’ONU tente de gagner le soutien des sanctions contre l’Iran sur son programme d’énergie nucléaire, plusieurs membres étaient indécis quant à la façon dont ils allaient voter.

À ce stade, l’ambassadrice américaine auprès de l’organisation mondiale, Susan Rice, a demandé à la NSA de l’assistance dans ses efforts pour « élaborer une stratégie », révèlent des documents de la NSA qui ont été divulgués.

Lire la suite: http://www.tasnimnews.com/English/Home/Single/369037

Des documents WikiLeaks évoquent le rachat du « yellowcake » irakien par les pays occidentaux

Tuwaitha-IrakPhoto: Tuwaitha Bâtiment 15 (publié sur le site de la CIA)

Dans les médias, on cite souvent les pays du Moyen-Orient pour évoquer les problèmes de droits de l’homme, mais il apparaît à travers les documents Wikileaks que le nucléaire est aussi une autre raison qui rend ces pays importants au regard des Occidentaux. Ainsi en est-il de l’Irak et de la centrale nucléaire de Tuwaitha (site nucléaire principal de l’Irak), où il est aussi question de rachat d’uranium, comme on le voit dans cette sélection de documents.

Câble n°08PARIS77, du 14 janvier 2008: « La vente du yellowcake irakien » [selon Wikipedia, le yellowcake est un « concentré d’uranium (…) qui n’est pas soluble dans l’eau et qui contient environ 80 % d’uraninite]

10. (S) Enfin, l’USDP [Secrétaire à la Défense pour la politique] Edelman s’est enquis de la position du GOF [Gouvernement français] concernant la vente possible de yellowcake irakien à la société française Areva. Les États-Unis et le gouvernement irakien étaient inquiets de faire sortir le yellowcake à l’extérieur du pays et nous avons compris qu’Areva est un acheteur potentiel. Carré a confirmé que le gouvernement français soutient la vente, et l’a fait savoir à Areva, mais que les détails techniques devront être élaborés, étant donné qu’une partie du yellowcake qui doit être vendu ne sera pas utilisable et que le droit français ne lui permettrait pas d’être importé et stocké en France. Le GOF [Gouvernement français] espère, par conséquent, que les États-Unis ou un autre pays serait en mesure d’accepter ces déchets. Cela dit, Carré a souligné, le gouvernement français avait « donné le feu vert » à la vente.

Câble n°08BAGHDAD591, du 29 février 2008: « Mise à jour de l’acheteur de Tuwaitha — post-réunion de Paris »

Coopération nucléaire à long terme des États-Unis et l’Irak

5. (S) Comme il l’a fait dans les discussions précédentes, Fahmi a posé la question sur l’établissement d’une relation sur le nucléaire à long terme entre les États-Unis et l’Irak, soulignant combien cela est important pour le GOI [Gouvernement irakien]. Ries a répondu que le GOI [Gouvernement irakien] voudra peut-être soulever cette question dans le dialogue sur la Relation à Long Terme de Sécurité Américano-Irakienne, mais il a noté que des accords de coopération nucléaire peuvent prendre une longue période de temps pour se négocier.

L’accès à Tuwaitha zone B

6. (S) Fahmi a déclaré que le ministère irakien de l’agriculture avait recueilli un certain nombre de sources de rayonnement et le MOST [Ministère des Sciences et de la Technologie] avait besoin d’un accès au site de Tuwaitha pour les stocker adéquatement. Ils sont maintenant dans un stockage temporaire et le MOST aimerait les déplacer dès que possible. Parks a répondu que les Etats-Unis fourniraient les procédures suggérées pour l’accès, la semaine prochaine. Ces procédures doivent permettre un accès relativement rapide fondé sur la coordination avec le col. Ra’ad sur le site. Fahmi a remercié Parks et réitéré qu’il était important de déplacer bientôt les sources dans le site.

Câble n°08BAGHDAD610, du 2 mars 2008: « Matériel nucléaire de Tuwaitha »

8. (S) L’ambassadeur Ries a indiqué que deux offres ont été faites pour l’achat de l’uranium irakien yellowcake, et l’offre la plus élevée est de l’enchérisseur canadien. Il a déclaré que le ministre Fahmi du Ministère de la Science et de la Technologie proposerait d’accepter l’offre du Canada lors de la prochaine réunion du Conseil des ministres. L’USG [Gouvernement US] demande au moins 14 millions de dollars pour le partage des coûts, les frais de transport et d’emballage de l’USG. L’ambassadeur Crocker a exhorté le DPM à convaincre le Cabinet d’accepter l’offre canadienne, depuis qu’AREVA a indiqué que si elle fait une offre, elle ne le fera pas avant la mi-mars, le prix de l’offre canadienne expire le 29 février, et le prix du marché ne cesse de descendre.

Câble n°08BAGHDAD1088, du 8 avril 2008: « Mise à jour des négociations de Tuwaitha »

1. (C) Résumé: Le ministère de la Science et de la technologie a tenu une conférence téléphonique le 6 avril à l’ambassade pour finaliser les négociations contractuelles avec Cameco, l’acheteur canadien du yellowcake d’uranium. Les négociations se sont bien passées, et le contrat une fois finalisé et révisé par les parties pourrait être signé dès le 11 avril, en attendant une clarification de l’USG [Gouvernement US] sur les plans de livraison. FIN DE RÉSUMÉ

2. (SBU) Le dimanche 6 avril, le ministre irakien des Sciences et de la Technologie, Riad Fahmi, a tenu une conférence téléphonique à l’ambassade avec la société canadienne Cameco. Les autres participants étaient le Dr. Fadhel Jawad, conseiller juridique du MOST [Ministère des Sciences et de la Technologie]; le sous-ministre de l’Industrie, Sami Alarjee; le sous-ministre du MOST [Ministère des Sciences et de la Technologie], Fouad Shati; Tayseer Mohammed et Mohammed Mahmood de la Banque commerciale de l’Irak.

Voir aussi: le rapport en ligne de la CIA sur le programme nucléaire irakien

Autres annexes sur l’Irak publiées sur le même site: Cartes, Bâtiments et Chiffres de Tuwaitha

Points forts en photographies: Mission de Tuwaitha, 20-22 novembre 2003 (annexe F) et description d’autres bâtiments de Tuwaitha (annexe B) – voir toutes les photos

Témoignage de Charles Duelfer sur les programmes ADM (Armes de Destruction Massive) de l’Irak

La bombe dans mon jardin: Les Secrets du Mastermind nucléaire de Saddam

Niger: les drones, la guerre en Libye, le nucléaire et Areva

NIGER-uranium

Alors que le public français se divertit de l’affaire Dieudonné et de l’affaire Julie Gayet, tout le monde semble oublier qu’il y a d’autres enjeux beaucoup plus importants en ce moment pour le gouvernement français: le Niger, les drones américains et Areva.

Dernièrement, François Hollande est arrivé à Washington pour négocier avec Barack Obama, notamment sur la question des drones au Sahel. Le terrorisme est l’une des préoccupations principales pour cette partie de l’Afrique, un enjeu de sécurité et de paix pour le continent. La France semble avoir décidé de s’armer de drones pour résoudre cette question et de s’allier avec les Etats-Unis. En décembre 2013, la France avait déjà reçu les deux premiers drones américains destinés à aller se poser au Niger. « À Paris, on se félicite déjà du partage au quotidien de renseignements obtenus par les drones français et américains basés à Niamey au Niger », comme le souligne un article du JDD. On comprend mieux pourquoi les pays occidentaux protestent si peu contre les drones tueurs des Etats-Unis au Moyen-Orient: ils envisagent de faire à peu près pareil en Afrique.

Si le gouvernement a fait le choix des drones, c’est sans doute, d’un point de vue militaire, pour économiser des vies humaines au sein de l’armée française et pour économiser les forces sur le terrain, mais il faut espérer que cela n’enclenchera pas des désastres humains comme ceux qui se sont produits au Moyen-Orient et que l’armée française fera un usage plus pacifique des drones par rapport à ce qu’ont fait les Américains. On se rappelle notamment des drones au Pakistan qui ont fait des milliers de victimes civiles, et parmi cela des dizaines d’enfants, sans parvenir à éradiquer les problèmes de sécurité et de terrorisme. Il faut espérer qu’en Afrique le même scénario ne se répètera pas et que les civils ne seront pas tués par ces machines aveugles qui survolent le ciel sans faire la différence entre un enfant, un terroriste ou un animal. Cependant, comme les Américains prévoient l’installation d’une base entière de drones au Sahel, on ne peut que prédire qu’il y aura certainement des victimes civiles, tôt ou tard.

Sur fond de négociations sur les drones, le Niger est au centre de la question, puisque la base de drones se situera sur son territoire. Les accords sont déjà signés à cet effet. Les négociations sur les drones et la sécurité au Sahel font du Niger un partenaire-clé de la France et des Etats-Unis: le Niger devient ainsi un nouvel allié occidental dans cette lutte contre le terrorisme, pour la sécurité et la stabilité de l’Afrique. On comprend donc mieux la prise de position du Niger qui désormais demande « une intervention internationale en Libye » et qui soutient la stratégie des pays occidentaux. Les drones au Sahel sont-ils le signe d’une nouvelle guerre occidentale en Libye? On imagine bien que le Niger n’a pas eu d’autre choix que de soutenir l’Occident, face à l’instabilité politique qui menace son territoire et face aux enjeux financiers avec la présence des sociétés comme Areva qui font vivre l’économie du pays.

C’est aussi pourquoi il y a sans doute eu des négociations au Niger: si le gouvernement du Niger a accepté la présence des drones français et américains, il y aura sans doute un soutien économique en échange, et pourquoi pas celui d’une renégociation des profits de la société Areva? En effet, ce n’est certainement pas un hasard si on a appris récemment que la France juge « légitimes » les demandes du Niger face à Areva (Le Monde). La déclaration du ministre délégué au développement, Pascal Canfin, coïncide étrangement avec les négociations sur les drones au Sahel et l’installation de la base américaine des drones au Niger. Autrement dit, le Niger a pris les drones, mais en échange la France va faire des efforts pour l’économie du Niger. Il semble que c’est sur ce point que se font les négociations entre les deux gouvernements. Areva est en ligne de mire, les anti-nucléaires sont certainement contents de cette petite avancée.

C’est ainsi que va le monde: il fallait des drones au Sahel, pour que la France remette en cause les profits d’Areva au Niger. Quand on pense qu’Areva exploite ce pays depuis 50 ans, on se dit que le Niger obtient tout de même très peu du gouvernement français, à travers les quelques paroles de soutien d’un ministre, face à l’immense catastrophe écologique qui a lieu dans ce pays et face à la pauvreté excessive de la population.

En 2008, l’Allemagne a renoncé à un projet de coopération nucléaire avec la Syrie, pour s’aligner sur les Etats-Unis

carte-de-syrie1Câble diplomatique n°08BERLIN1583: Projet de coopération technique AIEA/Syrie: Sans engagement de Berlin (25 novembre 2008)

Classé par: Le Chef de l’Unité des Affaires Globales Don L. Brown pour les raisons 1.4 (b) et (d).

1. (C) Le 25 Novembre, le Dr Joerg Polster (protection), représentant du MFA de la politique d’énergie nucléaire, nous a dit que l’Allemagne n’avait pas encore formulé de position sur l’opportunité de soutenir la coopération technique (TC) de l’AIEA [Agence internationale de l’énergie atomique] avec la Syrie. Reconnaissant les objectifs américains pour empêcher le TC [coopération technique] avec la Syrie, il a déclaré que « nous ne sommes pas encore opérationnel » pour décider de soutenir la coopération, ajoutant que l’Allemagne a besoin de plus de temps pour discuter. Remarquant que l’Allemagne reste sur le « mode de réception » pour cette question, il a dit que toute information supplémentaire venant de l’USG [Gouvernement US] serait la bienvenue.

2. (C) Lors d’une réunion du 21 novembre, Nicolei von Schoepff (protection), Directeur du Bureau du MFA pour le Désarmement et le Contrôle des Armes, a également indiqué qu’aucune décision n’avait été convenue en ce qui concerne le soutien à la résolution de la Syrie. Schoepff a ajouté que l’on craint que la résolution de la Syrie pourrait conduire les Etats Arabes à faire pression langagière condamnant l’attaque d’Israël sur le site al-Kibar.

TIMKEN JR

Câble diplomatique n°08BERLIN1638: L’Allemagne alignée avec l’USG [Gouvernement US] sur la Coopération Technique entre l’AIEA et la Syrie (9 décembre 2008)

Classé par: Le Chef de l’Unité des Affaires Globales Don L. Brown pour des raisons 1.4 (b) et (d).

1. (C) L’Allemagne a confirmé que son soutien à une coopération technique pour le projet demandé de Coopération Technique (TC) pour la Syrie avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sera limité à une « discussion générale concernant l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire » et que son intention est de limiter la discussion technique jusqu’à ce que la Syrie ait résolu ses questions en suspens avec l’AIEA. L’EconOff [représentant économique] a délivré la démarche du reftel [reference telegram] le 4 Décembre au représentant de la politique de l’énergie nucléaire du MFA, le Dr Joerg Polster.

2. (C) Polster a déclaré que l’Allemagne, en tant que présidente actuelle du Groupe des fournisseurs nucléaires (NSG, Nuclear Suppliers Group), a une approche très prudente du TC [Coopération Technique] de l’AIEA avec la Syrie et soutient l’esprit de base du reftel non-papier. Polster a affirmé le soutien général de l’Allemagne aux discussions TC de l’AIEA avec la Syrie et voit le dialogue continu comme une étape importante pour « construire la confiance » avec la Syrie, même si des questions demeurent concernant les activités de la Syrie à l’installation nucléaire suspecte d’al-Kibar. Cependant, Polster a souligné que l’Allemagne se rend compte qu’il y a une ligne fine entre les discussions et l’échange de données techniques potentielles à double usage et a déclaré que la Syrie aurait besoin de répondre aux questions en suspens de l’AIEA avant que l’Allemagne ne soutienne le progrès du TC [Coopération Technique] de l’AIEA à l’étape suivante.

Koenig

Documents Wikileaks: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/08BERLIN1583_a.html et http://www.wikileaks.org/plusd/cables/08BERLIN1638_a.html

Moteurs de recherche des documents Wikileaks:

PlusD (Cablegate et câbles Kissinger)
GiFiles
War Diaries, journaux de guerre en Irak et en Afghanistan
Wikileaks Storage

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités