Réponse au titre de l’article du New York Times sur WikiLeaks paru le 1er septembre 2016

communiqué paru sur le compte @wikileaks, le 01/09/2016

assange_nytRéponse à l’article du New York Times publié jeudi « Comment la Russie trouve souvent des avantages quand Julian Assange révèle les secrets de l’Occident » [http://archive.is/my52v]

Les seules vraies informations dans l’article sont que « les responsables américains disent que M. Assange et WikiLeaks n’ont probablement aucun lien direct avec les services de renseignement russes. »

Wikileaks a publié plus de 650.000 documents sur la Russie et le président Poutine, dont la plupart sont critiques. Voir https://search.wikileaks.org/

Il est faux que le livre Les documents Wikileaks: Le monde selon l’empire américain (qui parle de la diplomatie américaine), ne contient pas de critique de la Russie. Il contient de nombreuses références critiques à la Russie, y compris un chapitre entier sur les relations diplomatiques des États-Unis avec la Russie avec de nombreuses références à la corruption russe.

Il est faux que M. Assange « aurait évoqué aux associés de déménager » en Russie. Il a ouvertement plaisanté lors d’une conférence de presse en disant combien il serait absurde si un militant de la liberté de la presse occidentale était forcé de demander l’asile à Cuba.

Il est faux que WikiLeaks ou M. Assange n’auraient pas « publiquement critiqué » les violations des droits de l’homme commises par M. Assad et les forces russes qui se battent là-bas. WikiLeaks ne fait aucun commentaire sur les événements mondiaux, à moins que les événements ne se rapportent à ses publications, à son organisation ou à ses sources présumées. Mais, par exemple, WikiLeaks a soutenu la critique d’Amnesty sur les civils russes tués dans leur bombardement en réponse aux partisans russes qui l’ont attaqué, en disant que l’analyse numérique d’Amnesty semblait tenir bon.

Il est trompeur de laisser entendre que WikiLeaks aurait simplement tweeté une fois au sujet de l’emprisonnement du groupe musical russe Pussy Riot. En fait, M. Assange a rencontré plusieurs fois divers membres des Pussy Riot et elles ont rejoint la Fondation Courage, qu’il a co-fondé, et qui protège les sources journalistiques. Voir http://www.dazeddigital.com/artsandculture/article/22662/1/pussy-riot-joins-julian-assange-whistleblower-foundation

Il est faux que la Russie aurait délivré un visa pour Julian Assange (ou que M. Assange aurait demandé un visa).

Il est faux que WikiLeaks n’aurait pas produit de document critique sur le gouvernement Assad. Wikileaks a publié 2,3 millions de documents du gouvernement Assad, un allié russe, y compris des emails personnels du chef de l’Etat, Bachar al Assad. WikiLeaks a également publié sur l’espionnage, par le gouvernement syrien, de militants syriens au moyen de « bluecoat » et documenté de nombreuses importations utilisées par la sécurité nationale syrienne en violation des sanctions du régime. Voir https://wikileaks.org/syria-files/ et https://twitter.com/search?f=tweets&vertical=default&q=syria%20%20from%3Awikileaks%20since%3A2012-01-01%20until%3A2012-12-31&src=typd

La théorie du complot que l’article tente d’attribuer sur le calendrier des publications de WikiLeaks est fausse et n’est pas du journalisme.

Prenons l’exemple de premier plan dans l’article, la censure totale du diffuseur kurde Roj TV. Quand M. Assange a attiré l’attention sur cet outrage, cela coïncide avec les tentatives de Roj de faire de la publicité pour leur appel au tribunal (la grande vedette étant une publication WikiLeaks). Plus tard, lorsque le chef de l’OTAN, Rassmusen, est apparu dans les informations, cela a accroché l’attention sur les archives WikiLeaks et comment ils documentent les sordides accords derrière la destruction de Roj TV. Voir youtube

De même, dans d’autres cas, WikiLeaks a répondu aux appâts de l’information – comme tous les organes de presse le font, pour attirer l’attention sur ses archives ou pour soutenir sa mission anti-censure ou de protection de la source. Encore une fois, tout autre autre suggestion est fausse.

WikiLeaks n’a connaissance d’aucune affirmation du gouvernement américain disant que les emails du DNC publiés par WikiLeaks auraient été « volés par le renseignement russe ». En fait, le chef du renseignement américain, James Clapper, a déclaré que le gouvernement américain n’a pas été en mesure de l’attribuer à quelqu’un. Les différents piratages du DNC sur plusieurs années ne relèvent pas de la même question que la publication par Wikileaks d’emails divulgués et il est trompeur de suggérer autre chose.

Il est faux que la décision de l’ONU au sujet d’Assange serait « non-contraignante ». L’ONU a explicitement déclaré que cela est « juridiquement contraignant ». Il est faux que [cette décision] aurait été rejetée par les tribunaux britanniques. Son caractère contraignant est maintenant considéré par la Cour d’appel suédoise.

La déclaration de l’ONU en réponse aux erreurs de la presse:
NOTE AUX RÉDACTEURS EN CHEF:
Les avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire sont juridiquement contraignants dans la mesure où ils sont fondés sur le droit international des droits de l’homme, tels que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Le GTDA [Groupe de travail sur la détention arbitraire] a pour mandat d’enquêter sur les allégations d’individus privés de leur liberté de manière arbitraire ou incompatible avec les normes internationales des droits de l’homme, et de recommander des solutions telles que la libération de la détention et l’indemnisation, le cas échéant.
Le caractère contraignant de ses avis découle de la collaboration des États dans la procédure, du caractère contradictoire de ses conclusions et de l’autorité donnée au GTDA par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Les avis du GTDA sont également considérés comme faisant autorité par les institutions judiciaires internationales et régionales de premier plan, y compris la Cour européenne des droits de l’homme « . http://ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=17013&LangID=E

Le comité de rédaction du New York Times a appuyé Hillary Clinton, mais cela n’est pas dévoilé dans l’article. L’auteure principale, Jo Becker, a dernièrement retweeté Hillary Clinton (une campagne d’animation en sourire et en danse), le 3 mars. L’autre auteur, Eric Schmitt, a déjà écrit dans le New York Times, d’autres rapports d’enquête robustes, par exemple, que M. Assange est un « clochard » avec des « chaussettes sales » qui « puent ». Il est devenu correspondant du Pentagone en 1990.

Source: http://www.twitlonger.com/show/n_1sp2hsr et https://twitter.com/wikileaks/status/771329205594447872

Publicités

Live Replay: L’interview de l’éditeur de WikiLeaks avec la journaliste d’investigation du New York Times

New York Times, 31/08/2016

Live Replay: https://www.facebook.com/nytimes?smid=tw-nytimesworld&smtyp=cur

assange_nytRejoignez-nous pour une conversation avec Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, et Jo Becker, une journaliste d’investigation auprès du New York Times. En Juillet, l’organisation a publié près de 20 000 emails du Comité National Démocrate suggérant que le Parti Démocrate avait conspiré avec la campagne d’Hillary Clinton pour miner son principal adversaire, Bernie Sanders.

La deuxième partie de notre interview est ici: https://www.facebook.com/nytimes/videos/10150889048719999/

Source: https://twitter.com/wikileaks/status/771013325484396545

Physicians for Human Rights (PHR) demande une enquête fédérale sur le rôle de l’American Psychological Association dans le programme de torture de la CIA

Prisonniers de Guantanamo

Le nouveau livre de James Risen donne des preuves de collusion entre les professionnels de la santé et la CIA

New York, NY – 16/10/2014

Physicians for Human Rights (PHR) demande une enquête du ministère de la Justice enquête sur le rôle de l’American Psychological Association (APA) dans le soutien au programme de torture de la CIA. Une nouvelle preuve préjudiciable de cette relation a fait surface dans « A n’importe quel prix: la cupidité, le pouvoir, et la guerre sans fin« , le nouveau livre du journaliste lauréat du prix Pulitzer, James Risen, du New York Times.

Dans un chapitre intitulé « La guerre contre la décence », Risen détaille les preuves que l’APA a travaillé directement et secrètement avec des représentants du gouvernement des États-Unis, y compris de la CIA et de la Maison Blanche, sur sa politique d’éthique. Selon Risen, cette collusion aurait eu pour but de justifier éthiquement la participation des psychologues dans les interrogatoires et d’assurer l’assistance des psychologues dans la mise en œuvre et la légitimisation du programme de torture de l’ère Bush.

« Risen présente des preuves crédibles que l’American Psychological Association était de connivence avec l’administration Bush, afin que les compétences et les connaissances que les professionnels de la santé puissent être utilisées pour justifier la torture et les mauvais traitements des détenus », a déclaré Donna McKay, directrice exécutive de PHR. « Le ministère de la Justice doit immédiatement ouvrir une enquête afin de déterminer si l’APA et la CIA se sont engagés dans un comportement illégal lié à ce programme de torture brutale. »

Lire l’intégralité de l’article: http://physiciansforhumanrights.org/press/press-releases/phr-calls-for-federal-probe-into-american-psychological-associations-role-in-cia-torture-program.html

Le New York Times aurait pu dévoiler le scandale de la NSA dès 2004

Slate.fr, , 16 mai 2014

Le scandale de la NSA aurait pu éclater en 2004. Selon Al Jazeera America, le New York Times connaissait déjà les pratiques d’espionnage de l’Agence de sécurité nationale il y a dix ans. Mais le quotidien américain aurait fléchi sous la pression de la Maison Blanche et aurait choisi de ne pas publier les informations recueillies par ses journalistes.

Lire la suite: http://www.slate.fr/monde/87175/new-york-times-nsa-2004

Mediastan, le nouveau documentaire sur Wikileaks

Extrait du documentaire Mediastan: L’interview d’Alan Rusbridger

Wikileaks.org, 11 octobre 2013

MEDIASTAN
Un Road-Movie WikiLeaks

Regardez MEDIASTAN en ligne

Pour la première fois, le public obtient un aperçu d’arrière- scène sur le premier événement médiatique véritablement global du monde : L' »Opération Cablerun »: l’opération de 2011, pendant laquelle WikiLeaks a déversé des centaines de milliers de câbles secrets du gouvernement américain aux médias à travers le monde.

Regardez MEDIASTAN gratuitement à partir des Etats-Unis et du Canada ce samedi soir et dimanche matin (le lien sera actualisé sur le site)

Irlande et Portugal, dimanche (le lien sera actualisé sur le site)

Estonie et Lithuanie, dimanche (le lien sera actualisé sur le site)

La vidéo à la demande est disponible à tout moment au niveau mondial http://jman.tv/store?p=5104

Sur toutes les autres plates-formes:

sur Vimeo: https://vimeo.com/ondemand/mediastan

sur Dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/x15tipf_mediastan_news

Sur Facebook: http://app.screenburn.co.uk/movie/m …

Pour les téléchargements et la diffusion, consultez: http://www.journeyman.tv/?lid=65989&bid=5

Dans MEDIASTAN, une équipe clandestine de journalistes voyage à travers les républiques d’Asie centrale du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Tadjikistan, du Turkménistan, de l’Ouzbékistan et de l’Afghanistan sous occupation américaine, avant de poursuivre son voyage vers l’ouest ; regroupement dans la cuisine de Julian Assange, embuscade du rédacteur en chef du Guardian, et obtenant des images candides  du rédacteur en chef du New York Times et de son éditeur Arthur Sulzberger qui parle d’Obama.

Pour plus d’informations, lire le communiqué de presse.

Pour le communiqué de presse du lancement du film depuis le Royaume-Uni, le 11 octobre, cliquez ici.

Source: http://wikileaks.org/Watch-MEDIASTAN.html

Voir la bande-annonce officielle de Mediastan

Julian Assange a-t-il été un hacker au service des gouvernements?

Julian Assange, le hacker australien

Le fondateur de Wikileaks a travaillé sur le système d’espionnage informatique du renseignement américain dans les années 1990

Opinion Maker, 8 Février 2011, Par Wayne Madsen via http://www.waynemadsenreport.com/

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange n’a pas toujours été considéré comme un paria par la communauté du renseignement américain. En fait, selon une source bien informée qui a déjà travaillé sur les programmes sophistiqués de sécurité informatique pour la communauté du renseignement américain, à Oak Ridge National Laboratory, Assange a aidé à développer, à l’époque, un outil de pointe de surveillance informatique à l’usage de la communauté du renseignement américain, qui a fini par être utilisé par la NSA [Agence de Sécurité Nationale] et par la CIA.

Assange, selon notre source, a effectué son travail technique au Sandia National Laboratories au Nouveau-Mexique, où l’Agence d’Information des Systèmes de Défense (DISA) a conduit un travail de surveillance informatique mené dans un cadre relativement non-classifié par rapport à la NSA.

Le « deal » d’Assange avec le gouvernement américain à Sandia se serait produit au début des années 1990, après son arrestation par la police australienne pour s’être introduit dans les ordinateurs du Ministère de la Défense américain.

Les hackers comme espions

Assange est venu en premier à l’attention des agences de renseignement occidentales en 1990, quand, lors de l’opération Bouclier du Désert, précurseur de la guerre avec l’Irak concernant son invasion du Koweït, le Chaos Computer Club basé à Hambourg, avec les pirates informatiques aux Pays-Bas et en Australie, ont été attrapés en train de pirater les systèmes de défense informatique du Ministère américain de la Défense via des liens MILNET jusqu’à l’ARPANET omniprésent, un réseau qui liait la recherche gouvernementale et les agences de développement aux diverses universités à travers le monde.

En 1987, Assange, à l’âge de 16 ans, a commencé sa carrière de hacker en Australie. Lui et deux collègues ont créé un groupe de hackers clandestin appelé « Les Subversifs internationaux ». Assange a utilisé le nom de hacker « Mendax » pour usage, ce qui signifie en latin « celui qui est mensonger ». La fin des années 1980 représentaient une période où les agences de renseignement et les forces de l’ordre ont joué un jeu de capture avec les hackers — des jeunes qui, dans la plupart des cas, en savait plus que même la NSA sur la façon de pirater des systèmes informatiques. Finalement, en 1991, la police fédérale australienne a attrapé Assange dans le cadre de l' »Opération Weather », une opération de répression menée contre les pirates informatiques. L’un des ordinateurs ciblés par Assange a été l’un de ceux exploités par l’US Air Force au Pentagone. Et le piratage a eu lieu pendant la Tempête du Bouclier du désert, à un moment où l’Agence du Renseignement de la Défense (DIA) et la CIA ont commencé à prendre plus au sérieux la question du piratage informatique.

C’est en 1989 que certains pirates informatiques ont été soupçonnés de collaborer avec les services de renseignement étrangers, y compris le KGB soviétique, pour pénétrer dans les ordinateurs de la défense occidentale. Grâce à un lien fourni par le Chaos Computer Club, un groupe de hackers allemands – Karl Koch, alias « Hagbard », Markus Hess, alias « Urmel », Hans Heinrich Hubner, alias « Pengo », et Dirk-Otto Brezinski, alias « DOB « – ont fait équipe avec les pirates de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas et à Melbourne en Australie, pour pénétrer les ordinateurs militaires américains. C’était l’administrateur-système du Lawrence Berkeley Laboratory, Clifford Stoll, qui a d’abord découvert le portail des hackers au sein des ordinateurs militaires – à l’Université de Brême via le réseau allemand de Datex-P jusqu’au [laboratoire] Lawrence Berkeley via Tymnet, pour sortir dans quelque 400 ordinateurs militaires de la base aérienne de Ramstein en Allemagne jusqu’à Fort Buckner, à Okinawa, et la base de données OPTIMIS au Pentagone. Koch, ou « Hagbard », a été retrouvé brûlé à mort avec de l’essence dans une forêt près de Celle, en Allemagne de l’Ouest, en 1989. La police a établi la mort par suicide.

En octobre 1998, un autre hacker du Chaos, Boris Floriciz, alias « Tron », a été retrouvé pendu dans un parc de Berlin. Après avoir considéré la mort comme un suicide, la police a commencé à traiter la mort comme un homicide après que le magazine Stern ait indiqué que Floriciz avait travaillé pour des éléments peu recommandables. Le père de Floriciz a indiqué que son fils avait été approché par des agents du renseignement qui voulaient que le pirate travaille pour eux.

En Août 2001, Herwart Holland-Moritz, alias « Wau Holland, « l’un des fondateurs du Chaos, est mort à l’âge de 49 ans à Hambourg. Holland est décédé après avoir subi un accident vasculaire cérébral. En 1987, Holland avait affirmé que le Chaos avait obtenu des données sensibles sur les systèmes d’armement américains des ordinateurs VAX 11/785 de la NASA reliés au Réseau d’Analyse de Physique Spatiale ou SPAN.

En 1995, Jean-Bernard Condat, fondateur du Chaos Computer Club de France, a été découvert à travailler pour l’agence du renseignement intérieur français, la Direction de la Surveillance du Territoire (DST). Selon le journaliste d’investigation français Jean Guisnel, Condat a commencé à travailler pour la DST en 1989. L’officier de la DST en charge de Condat était connu sous le nom de couverture « Jean-Luc Delacour. »

Dans son livre, « Guerres dans le Cyberespace, Services secrets et Internet« , Guisnel a révélé: « Internet est contrôlé jusqu’à l’os par des mesures telles que tourner autour des pirates informatiques, l’écoute systématique des réseaux informatiques et la manipulation des groupes d’informations ».

En 2000, Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), l’organisme international qui attribue les noms de domaine Internet, a élu d’Andy Mueller-Maguhn du Chaos en tant que directeur régional européen.

En 1998, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué un pirate informatique israélien de 18 ans, nommé Ehud Tenebaum, alias « L’Analyseur », qui avait piraté les systèmes informatiques du Pentagone et de la NASA à partir de Tel Aviv, via un modem de l’université à Sde Boker dans le sud d’Israël. Netanyahu a déclaré que Tenebaum était « sacrément bon ». Leader du groupe ViRii, Tenebaum a été détenu par la police israélienne ainsi que deux autres hackers israéliens et un américain, Calidan Levi Coffman de Carson, à Washington. Le FBI a perquisitionné les domiciles de deux adolescents membres de ViRii à Cloverdale, en Californie, mais le Ministère de la Justice ne cherchait que la surveillance probatoire dans leurs affaires criminelles. Les procureurs fédéraux y sont allés facilement sur l’anneau des hackers israéliens, même après que la procureur général Janet Reno a déclaré que les Etats-Unis traiteraient les intrusions informatiques comme des « crimes graves ».

Le Secrétaire adjoint à la Défense John Hamre a déclaré que les attaques de ViRii sur le Pentagone constituaient « l’attaque la plus organisée et systématique » à ce jour. Etaient ciblés par les Israéliens, le personnel du Pentagone et les fichiers des effectifs. Comme le deal d’Assange avec le renseignement australien, il a été ensuite rapporté que la négociation de la peine de Tenebaum avec les autorités israéliennes avait impliqué qu’il travaille pour le renseignement israélien. Les apologistes d’Israël dans la presse officielle ont assimilé le piratage de ViRii au fait de jeter « des missiles électroniques ». L’attaque informatique sur le Pentagone est intervenue, alors que la secrétaire d’État Madeleine Albright demandait le gel des colonisations israéliennes sur la Rive Ouest [Cisjordanie] et à Jérusalem-Est, et que les forces américaines se préparaient à une action militaire contre l’Irak. Les récentes révélations de Wikileaks des câbles du Département d’Etat, ce qui inclut la publication sélective des câbles sur les négociations israélo-palestiniennes, interviennent au milieu d’exigences américaines similaires sur le gel des colonies israéliennes.

Dans une indication que Tenebaum a continué son piratage pour le renseignement israélien, en 2003, un nouveau-zélandais connu sous le nom de « VeNoMous » [VeNiMeux] a été accusé d’entretenir des liens avec Tenebaum et de s’être introduit par effraction à l’intérieur du Centre Indien de Recherche Atomique de Bhabha à Mumbai. L’attaque informatique a éliminé des données et volé des e-mails. Il a été rapporté que VeNoMous et les hackers qui étaient liés avec lui ont été impliqués dans le piratage des systèmes informatiques du programme nucléaire pakistanais. Le programme de cyber-sécurité du Pentagone, comme indiqué précédemment par WMR, a été minutieusement pénétré à hauts niveaux par des agents d’influence israéliens. John P. Wheeler III, qui, en tant qu’assistant au secrétaire de l’Armée de l’Air dans l’administration Bush, et plus tard à MITRE Corporation, a été impliqué fortement dans le programme cyber-guerre du Pentagone, a été retrouvé mort dans une décharge de Wilmington, dans le Delaware, le 30 Décembre de l’année dernière [2010].

L’Enigmatique Assange

Certains dans les médias officiels ont loué de manière similaire Assange et Wikileaks pour la publication des câbles du Département d’Etat, mais le directeur de publication du New York Times, Bill Keller, a récemment exprimé ses regrets sur les relations de son journal avec Assange. Keller a déclaré que, lorsque les relations entre le Times et Assange sont devenues glaciales, trois personnels du Times ont été témoins de piratage sur leurs comptes de messagerie e-mail. Keller n’est manifestement pas au courant du travail passé d’Assange pour la communauté du renseignement américain, et la diligence journalistique par lui et son journal auraient découvert ce que WMR a découvert sur Assange et ses collègues pirates avant d’entrer dans une relation avec Wikileaks et son fondateur, décrit par Keller comme habillé à la manière d’un sac de femme et qui a besoin d’un bain.

La seule chose que les forces de l’ordre et le renseignement pouvaient faire, face à une telle nouvelle menace de piratage informatique technologiquement avancé, était de passer des accords avec les hackers qui ont été arrêtés. Le choix pour la police australienne a été simple: soit faire face à la prison de visage et à une énorme amende, ou bien venir travailler pour les forces de l’ordre et le renseignement dans les nouvelles divisions et branches de la sécurité informatique. Pour Assange, le choix a aussi été simple. Quelque part entre son arrestation en 1991 et son inculpation en 1994, avec 31 accusations criminelles, dont six ont été abandonnées, Assange, selon notre source, a pris ses fonctions au Sandia National Laboratory au Nouveau Mexique, où sous couverture non-classifiée de la DISA, Assange a travaillé sur un système qui permettrait au renseignement américain de pirater des systèmes informatiques à travers une faille de sécurité dans les modems des télécopieurs. Le programme de la DISA développé pour la communauté du renseignement a permis aux opérateurs du renseignement de passer clandestinement des modems en mode fax aux modems en mode données connectés à des ordinateurs, permettant aux fichiers informatiques d’être subrepticement téléchargés. C’était via des modems qu’Assange, depuis l’Australie, a été capable de pénétrer dans les ordinateurs du Ministère de la Défense et c’était via la faille de sécurité du modem des télécopieurs — l’utilisation de modems de fax qui étaient en ligne et qui attendaient de recevoir des télécopies — que certaines agences de renseignement américaines voulaient pour être en mesure d’accomplir la même tâche sur leurs objectifs de renseignement.

À l’issue de sa mission et à son retour en Australie pour son procès, Assange a reçu une simple amende de 2100$A et a été libéré sous caution par la déclaration suivante du juge: « il n’y a tout simplement pas eu de preuve qu’il y ait eu autre chose qu’une sorte de curiosité intelligente et le plaisir d’être capable, comme le dit l’expression, de surfer à travers ces différents ordinateurs. « 

Le juge a également mentionné l’enfance difficile d’Assange, dans laquelle il a grandi dans une secte religieuse, la Santiniketan Park Association, également connue sous le nom « The Family » [« La Famille »] et « Great White Brotherhood » [« La Grande Fraternité Blanche »], et dirigée par le gourou-yoga Anne-Hamilton Byrne. « The Family », en plus d’infliger des châtiments corporels et la privation de sommeil et la privation de nourriture, soumettait les enfants des membres de la secte aux médicaments psychotropes, y compris les médicaments psychiatriques, Anatensol, Diazépam, Halopéridol, Largactil, Mogadon, Serepax, Stelazine, Tegretol ou Tofranil. Les enfants étaient également soumis au LSD. WMR a appris que le culte avait des liens aux opérations de Mind-Control menées conjointement par la CIA et son partenaire, l’Organisation du Renseignement de la Sécurité Australienne (ASIO). En 1978, la police de l’Etat de Victoria a fermé le culte. Ainsi, la première interaction apparente d’Assange, quoique involontaire, avec un service de renseignement, est venue quand il était un enfant maltraité par le culte Santiniketan. « The Family » en Australie présente des similitudes frappantes avec un autre culte d’abus sur les enfants aux États-Unis lié à la CIA: « The Finders » [« Les Inventeurs »].

En Octobre 1990, alors que de plus en plus de ministères du gouvernement américain sont devenus conscients de la menace posée par les hackers du Chaos et de leurs associés, une réunion des responsables de la sécurité informatique auprès de divers organismes traitant des systèmes informatiques classifiés a eu lieu dans une salle sécurisée au siège de la CIA à Langley, en Virginie. Cet éditeur a pris part à la réunion, représentant la Division de la Sécurité des Systèmes d’Information du Département d’Etat au sein du Bureau de la Sécurité Diplomatique. Etaient présents des représentants de la CIA, du FBI, du Ministère du Commerce, du Ministère de la Défense, la DIA, et la NSA.

La CIA était préoccupée par l’angle du KGB avec le gang du Chaos allemand et leurs amis pirates aux Pays-Bas et en Australie. Cependant, après environ une heure de va-et-vient, le représentant-en-chef du FBI se leva, sa ceinture de boucle en laiton très importante avec son costume de tricot-double voyant, et a assuré à tous les participants que comme agent-en-chef du contre-espionnage soviétique de la branche du FBI, il avait « tout sous contrôle. » Le nom de l’agent du FBI était Robert Hanssen, arrêté le 18 Février 2001, pour espionnage pendant 22 ans pour les Soviétiques et les Russes.

Les médias avaient rapporté les faits au sujet des hackers liés au Chaos depuis 1987. Sur le World News Tonight, à ABC News, le soir du 15 Septembre 1987, Peter Jennings a signalé que: « Il y a eu un autre cas de pirates informatiques indiscrets faisant électroniquement leur chemin vers certains dossiers très secrets. Deux allemands de l’Ouest ont apparemment obtenu l’accès à un réseau informatique mondial utilisé par la NASA pour relier les centres de recherche sur l’espace en Europe et en Asie. La NASA a confirmé que le système a été visité, mais a nié que les pirates aient obtenu aucune sorte d’informations classifiées ». Mais le 25 Avril 1991, l’histoire du piratage dans les systèmes militaires au cours du Bouclier du Désert a été rapportée dans son intégralité par ABC:

« Peter Jennings: Une fois de plus, les voleurs électroniques ont réussi à s’introduire dans quelques-uns des systèmes informatiques géants dans les installations militaires et les universités américaines. Une enquête d’ABC News a constaté que, pour au moins un an maintenant, les pirates informatiques, les intrus électroniques basés aux Pays-Bas, ont piraté la sécurité des systèmes informatiques américains où ils peuvent lire des informations sensibles au sujet des plans et des opérations militaires. Voici John Martin d’ABC.

JOHN MARTIN: [CU DOCUMENTS/Graphiques] Des documents obtenus par ABC News montrent que les hackers ont eu tellement d’informations sur le missile Patriot, qu’ils ont dû s’infiltrer dans plusieurs ordinateurs afin de juste trouver un endroit pour stocker les données. [Les soldats] À un moment donné, les intrus ont arrêté des ordinateurs dans le Wisconsin et en Virginie qui ont ensuite été utilisés pour mobiliser des troupes pour l’opération Tempête du désert. [BAT EXT] La CIA considère le vol si grave, qu’ils ont convoqué une réunion spéciale.
 
ANCIEN OFFICIEL DU GOUVERNEMENT: [SILHOUETTE] Il y avait des informations recueillies à partir des systèmes, sur le système Patriot de lancement de fusées, des missiles de croisière Tomahawk de la Marine, l’appel des réserves militaires. [JET D’EMBARQUEMENT DES TROUPES] Les mots qu’ils ont été particulièrement intéressés par étaient « militaire », « nucléaire », « missile » et « Tempête du désert » ou « Bouclier du désert ».

JOHN MARTIN: Des sources indiquent que la plupart des pénétrations informatiques provenaient de Geldrop, aux Pays-Bas. [BAT EXT] Les enquêteurs croient que les voleurs étaient des espions indépendants qui cherchent à vendre des informations au KGB ou au renseignement irakien. [HACKER SUR ORDINATEUR] Un pirate néerlandais a démontré combien c’était facile. [MAP/Graphiques] En utilisant des téléphones locaux, les hackers sont entrés par voie électronique dans un ordinateur de l’université voisine, puis ont traversé l’Atlantique à travers les lignes du campus des universités américaines. [DIVERS BATIMENTS] A partir d’ordinateurs ici, à Bowling Green, dans l’Ohio et d’autres campus, ils ont fait irruption dans au moins 22 réseaux: [DIVERSES INTALLATIONS] La commande des Systèmes de la Naval Sea, système de préparation de l’armée à Fort Belvoir, en Virginie, le laboratoire de recherche de missile à Aberdeen, au Maryland. Aucune des informations qu’ils ont obtenu n’était classifiée, mais le gouvernement est inquiet.

GERALD BURKE: L’une des grandes réalisations de l’espionnage moderne qui ont résulté de la collecte de données non-classifiées, en apparence anodines.
 
JOHN MARTIN: Le gouvernement a alerté son équipe d’intervention informatique d’urgence.
 
LARRY Druffel PhD/RÉPONSE LEADER DE L’ÉQUIPE: Chaque fois que quelqu’un pénètre un système utilisé à des fins militaires, alors vous devez supposer qu’ils essaient d’obtenir des informations qu’ils ne devraient pas et c’est de l’espionnage.
 
JOHN MARTIN: Une raison pour lesquelles les hackers ont été capables de pénétrer dans les ordinateurs, ce sont les mots de passe faibles.
 
WAYNE MADSEN: Tous ces crackers informatiques là-bas savent ce que sont ces mots de passe et ils savent comment les utiliser essentiellement pour s’introduire dans les systèmes.
 
JOHN MARTIN: [SU] Le FBI est sur l’affaire, mais a rencontré des difficultés. La loi néerlandaise ne permet pas la poursuite contre les hackers informatiques à moins que les informations qu’ils volent soient classées. John Martin, ABC News, Crystal City, en Virginie.
 
PETER JENNINGS: En fait, certains néerlandais pensent qu’il n’y a rien de mal à ce genre de piratage informatique. Le directeur d’Economie à l’Université d’Utrecht dit que la plupart des écoles néerlandaises encouragent en fait les élèves à infiltrer d’autres systèmes informatiques dans le cadre de leur formation. Il dit que la sécurité est la responsabilité des propriétaires des systèmes ».

Mais ce que ABC News et personne d’autre ne savaient, c’est que certaines agences de renseignement, y compris l’ASIO en Australie et la NSA avaient décidé de choisir les services de certains hackers afin de pénétrer leurs groupes et dans le but de déterminer la technologie qu’ils utilisaient pour pirater les systèmes. Le projet avec l’étudiant de Cornell, Robert Morris, Jr., qui était capable de lancer un programme internet perturbateur de ver informatique en 1988 qui a fait tomber un certain nombre de systèmes informatiques, en est un exemple. Le père de Morris se trouvait être Robert Morris, Sr., scientifique en chef de la NSA à l’époque. La « punition » du jeune Morris fut notamment de travailler au craquage des codes cryptographiques utilisés par les trafiquants de drogue et autres pirates. La punition de Morris était semblable à la douce affaire amoureuse qui a fait travailler Assange en retour de ses services à Sandia.

Assange continue à jouer son rôle en étant un agent à « repaire limité » pour la communauté du renseignement américain. La fuite sélective du Département d’Etat sur les câbles sur-classifiés du Secret maximal SIPRNET, des câbles qui rapportent sur des ragots et des informations open-source recueillies auprès des diplomates américains et de leurs contacts à l’étranger, ont été utilisés pour influencer les événements dans le monde entier. Il s’agit d’une opération classique d' »infiltration cognitive » tel que préconisé par le Dr. Cass Sunstein, chef du Bureau de l’Information des Affaires Réglementaires de la Maison Blanche, un promoteur de Wikipedia et Wikileaks, tous deux utilisés par les agences de renseignement pour l’information et les opérations de guerre psychologique.

Peut-être que ce n’était pas un hasard si, en Décembre 2010, le Parti Pirate international, qui trouve ses débuts en Suède, où Assange est recherché pour crimes sexuels, et sa branche autrichienne, ont offert d’accueillir le cache de plus de 250.000 câbles du Département d’Etat de Wikileaks. Le Parti Pirate, avec des branches aussi en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg, a des contacts étroits avec le Chaos Computer Club.

Wayne Madsen est un journaliste d’investigation de Washington, DC, auteur et chroniqueur. Il a écrit pour plusieurs journaux et blogs renommés.

Madsen est un contributeur régulier sur Russia Today. Il a été un fréquent commentateur sur la politique et la sécurité nationale sur Fox News et est également apparu sur ABC, NBC, CBS, PBS, CNN, BBC, Al Jazeera, et MS-NBC. Madsen a été accepté par Bill O’Reilly et Sean Hannity dans leurs émissions de télévision. Il a été invité à témoigner comme témoin devant la Chambre des représentants américaine, le Tribunal pénal pour le Rwanda, et un panel d’enquête du gouvernement français sur le terrorisme.

Comme un officier de la marine américaine, il a réussi l’un des premiers programmes de sécurité informatique pour l’US Navy. Il a ensuite travaillé pour la National Security Agency, le Commandement Naval des données d’automatisation, le Département d’État, la RCA Corporation, et la Computer Sciences Corporation.

Madsen est un membre de la Société des journalistes professionnels (SPJ), l’Association des agents de renseignement (AFIO), et le National Press Club. Il est un collaborateur régulier de l’Opinion Maker.

Source: http://www.opinion-maker.org/2011/02/wikileaks-and-us-intelligence-computers/

« Le Confident Privé de Manning », par Bill Keller (New York Times)

Bill Keller, Le Confident privé de Manning

Par Bill Keller, 10 mars 2013

Au début de 2010, le PFC. Bradley Manning a méthodiquement envoyé un filon numérique principal de documents classifiés, militaires et diplomatiques américains aux insurgés Internet de WikiLeaks. Comme chacun le sait, WikiLeaks a rendu ces archives secrètes disponibles à quelques publications majeures de l’actualité, dont celle-ci. Beaucoup d’histoires troubles et éclairantes ont été publiées, et Washington a depuis grincé des dents.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, d’aussi loin que nous pouvons le savoir, est toujours réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres, effrayé qu’il puisse être extradé pour son rôle dans cette hémorragie de secrets, bien que les seules allégations en suspens contre lui n’impliquent que des allégations de crimes sexuels en Suède. Pendant ce temps, Manning, un geek de faible intelligence, âgé de 25 ans, est en audiences préliminaires à Fort Meade, dans le Maryland. Il a plaidé coupable pour des crimes pouvant conduire jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, et le gouvernement mise sur des accusations supplémentaires, incluant l’Article 104 du code militaire, « l’aide à l’ennemi », ce qui pourrait le mener à perpétuité sans libération conditionnelle.

Dans sa déclaration devant le tribunal militaire, Manning a dit qu’avant de tomber dans les guérillas anti-secrets chez WikiLeaks, il a essayé de livrer son trésor de documents dérobés au Washington Post et au New York Times. Au Post [Washington Post], il a été découragé par une journaliste qui lui a dit qu’avant de pouvoir s’engager dans quoi que ce soit, elle devait d’abord obtenir la décision d’un rédacteur en chef senior. Au Times [New York Times], Manning dit avoir laissé un message sur la boîte vocale, mais il n’a jamais été rappelé. C’est surprenant pour moi de voir qu’un expert doué en technologie, capable de gérer l’une des fuites les plus monumentales qui aient existé, n’ait pas réussi à résoudre comment envoyer un e-mail ou un message téléphonique au Times, un exploit réussi par des dizaines de lecteurs chaque jour.

Mais qu’en serait-il s’il l’avait fait? Qu’en serait-il s’il avait réussi à livrer ses documents dérobés au Times? Qu’est-ce qui aurait changé pour Manning et pour le reste d’entre nous?

Tout d’abord, je peux dire avec une certaine assurance que le Times aurait fait exactement ce qu’il a fait avec l’archive, quand celle-ci a été fournie par l’intermédiaire de WikiLeaks: affecter des journalistes à la recherche de matériel d’intérêt public véritable, prendre soin d’omettre les informations qui auraient pu faire tuer les troupes sur le terrain ou des informateurs innocents, et publier nos rapports avec grand geste. Les documents auraient fait l’actualité — la une de l’actualité.

Mais un peu moins que ça, en quelque sorte. Alors qu’en réalité le Times et le public ont bénéficié d’un partenariat collégial avec le Guardian de Londres et d’autres journaux qui ont pris part à la fête de WikiLeaks, je suis quasiment sûr que si nous avions été le seul destinataire, nous n’aurions pas partagé le cadeau de Manning avec d’autres organismes d’actualités. C’est en partie pour des raisons de concurrence, mais aussi parce que le partage d’un trésor de renseignement brut, en particulier avec des médias étrangers, aurait augmenté le risque juridique pour le New York Times et pour notre source. Ainsi, notre exclusivité aurait été un joli coup pour le Times, mais quelque chose aurait été perdu. En partageant les données de manière très large — y compris avec toute une gamme de médias locaux qui ont exploité le matériau sur des histoires qui avaient peu d’intérêt pour une opération globale d’informations — WikiLeaks a obtenu une répercussion kilométrique beaucoup plus grande de ses câbles secrets que nous ne l’aurions fait.

Si Manning était entré en contact avec le Times, nous nous serions retrouvés dans une relation, face à un jeune soldat de l’armée, inquiet, nerveux et en colère, qui n’offrait pas tellement de documentation sur les délits d’un gouvernement particulier, comme étant une chance de pouvoir pêcher dans une mer de secrets. N’ayant jamais rencontré Manning (il était en détention au moment où nous avons reçu les documents de WikiLeaks), je peux seulement deviner à quoi aurait pu ressembler cette relation. Compliquée. Probablement tendue. Nous aurions, bien sûr, respecté tout accord pour protéger son identité, même si Manning n’était pas si bon pour couvrir ses propres pistes. (Il a déversé l’histoire de sa fuite dans de longues conversations de messagerie instantanée, avec un ex-hacker qui l’a dénoncé.) Après qu’il ait été arrêté, nous aurions sûrement écrit un éditorial contre la brutalité de sa détention à l’isolement — comme le Times l’a déjà fait — et peut-être aurions-nous protesté contre l’excès inquiétant de l’accusation d’« aide à l’ennemi ». (Si la fuite de Manning a apporté un point de réconfort à l’ennemi, alors il en est de même pour toute histoire d’actualité sur les coupes dans les budgets de la défense, l’opposition aux attaques de drones, ou les revers en Afghanistan.) Au-delà de ça, nous nous serions assurés que Manning savait dès le départ qu’il était seul, comme nous l’avons fait pour le dernier lanceur de fuites de cette ampleur, Daniel Ellsberg, rendu célèbre avec les Pentagon Papers.

« Quand le gouvernement a décidé de poursuivre Ellsberg, nous ne nous sommes pas sentis obligés de l’assister », a rappelé l’autre jour Max Frankel, qui était à l’époque chef de bureau au Times à Washington. « Il était en train de commettre un acte de désobéissance civile et il savait sans doute que cela demandait d’accepter la punition. Nous étions heureux intérieurement de voir que les poursuites ont échoué en voulant aller trop loin, mais nous ne nous considérions en aucune manière comme son partenaire. »

La chose la plus importante qui n’aurait pas été trop différente si le Times avait été son journal, aurait été la responsabilité civile de Manning. La loi prévoit la protection du Premier Amendement pour une presse libre, mais pas pour ceux qui ont prêté serment à protéger les secrets des gouvernements. Cette administration a une intolérance particulière qui donne le frisson à l’égard des lanceurs de fuites — et les empreintes digitales les rendent plus faciles à attraper de nos jours — mais je ne peux pas imaginer qu’une autre administration aurait hésité à poursuivre Manning.

Mais si Manning avait été notre source directe, les conséquences auraient pu être légèrement atténuées. Bien que, du point de vue du droit, je sois certain que WikiLeaks et le New York Times sont protégés de manière égale par le Premier Amendement, il est possible que le jugement du tribunal envers le lanceur de fuites ait une couleur qui prenne compte du fait qu’il a livré les données à un groupe d’anciens hackers avec une sensibilité de hors-la-loi et une antipathie à l’égard des intérêts américains. Est-ce que cela va coûter à Manning au moment de la sentence? Je me le demande. Et cela pourrait expliquer l’accumulation de charges maximum. Pendant le pré-procès, la juge, Col. Denise Lind, a demandé si les poursuites se seraient appuyées sur les mêmes accusations, si Manning avait transmis les documents au Times. « Oui, M’dame », fut la réponse. Peut-être en aurait-il été ainsi. Mais je soupçonne le fait de Manning d’avoir choisi l’anti-système WikiLeaks en tant que collaborateur, comme ce qui a rendu le gouvernement encore plus avide à vouloir ajouter cette accusation douteuse d’« aide à l’ennemi ».

Si Manning avait livré son matériel au Times, WikiLeaks n’aurait pas été en mesure de publier les câbles inédits, comme il l’a fait au final, sans se soucier du risque pour les défenseurs des droits de l’homme, les dissidents et les informateurs qui y sont nommés. En fait, vous n’auriez peut-être pas entendu parler de WikiLeaks. Le groupe avait eu d’autres scoops médiocres, mais Manning les a rendus célèbres.

Et, en fin de compte, s’il avait traité avec le Times, nous aurions peut-être mieux compris Bradley Manning. Adulé par WikiLeaks et sa base de fans comme un lanceur d’alerte et un martyr, considéré comme un traître infâme par ses procureurs, il est devenu un duel de caricatures. Jusqu’aux procédures de la cour, la seule fenêtre donnant à voir la psyché de Manning était la transcription volumineuse de ses discussions en ligne avec l’ex-hacker Adrian Lamo, publiées par le magazine Wired. Cela dresse le portrait d’un jeune homme, selon ses propres mots, « émotionnellement fracturé » — un homme gay dans une institution où les gays ne sont pas les bienvenus, un homme fragile, solitaire, un peu satisfait de sa propre intelligence, un peu vague au sujet de ses motivations. Ses opinions politiques apparaissent comme inachevées. Quand on lui a posé la question, il avait des difficultés à se rappeler aucun des délits spécifiques qui devaient être exposés. Son motif était la « diplomatie ouverte », ou bien — peut-être, juste pour plaisanter — « l’anarchie mondiale ».

A Fort Meade, Manning a livré une explication plus cohérente de ce qui l’a motivé. Consterné par les dommages humains collatéraux du contreterrorisme et de la contre-insurrection, dit-il, il avait l’intention de « documenter le vrai coût des guerres en Irak et en Afghanistan. » Intrigué en lisant les câbles du Département d’Etat, il a senti le besoin de laisser entrer les contribuables dans « les négociations d’arrière-porte et de toute évidence l’activité criminelle » qui sont la face sombre de la diplomatie. Est-ce que ce sens de la mission était là depuis le début, ou est-ce que cela a été déterminé par la suite par les attentes des partisans de Free Bradley Manning? La réponse ne ferait probablement pas de différence pour la cour. Mais il se peut que cela aide à définir le verdict de l’histoire.

Source: http://www.nytimes.com/2013/03/11/opinion/keller-private-mannings-confidant.html?smid=tw-share

Voir le Tweet de Bill Keller

Arrêt sur Images : Le témoignage de Manning devant la justice

Bradley-Manning

Wikileaks: Le témoignage de Manning devant la justice

La Freedom of the Press Foundation (fondation pour la liberté de la presse) diffuse l’enregistrement du témoignage, devant un tribunal militaire, du soldat Bradley Manning accusé d’avoir transmis des centaines de milliers de documents confidentiels à Wikileaks. L’occasion de découvrir les motivations de l’auteur d’une des plus importantes fuites de documents officiels de l’histoire.

Bradley Manning (25 ans) spécialiste du renseignement militaire, basé en Irak, avant d’être arrêté, à Bagdad, le 26 mai 2010, a témoigné pendant une heure et demie devant un tribunal militaire de la base de Fort Meade le 28 février dernier. Des journalistes étaient présents dans la salle. Malgré l’interdiction de toute photo, vidéo ou enregistrement, un enregistrement audio de ses propos a pourtant été effectué et diffusé cette semaine par la Freedom of the Press Foundation sur son site.

Cette audition précède le procès qui n’a pas commencé. Manning passera devant une cour martiale à partir du 3 juin prochain pour une durée de 12 semaines. Le 28 février dernier, Manning a plaidé coupable pour une dizaine des vingt deux chefs d’inculpation, pour lesquels il risque vingt ans de prison. Outre cette vingtaine d’accusations, s’il est reconnu coupable d’avoir « aidé l’ennemi » au titre de l’article 104, ce qu’il ne reconnaît pas, il risque la prison à vie, sans possibilité de remise de peine.

Plusieurs observateurs estiment que le gouvernement américain a choisi la charge plus grave (collaboration avec l’ennemi) pour dissuader tous ceux qui seraient tentés d’utiliser, comme Manning, des appareils de stockage amovibles ou Internet pour recopier et diffuser des documents officiels.

Il existait déjà des retranscriptions écrites (non officielles) des propos de Manning, mais c’est la première fois que l’on entend sa voix, que l’on découvre ses propos dans leur formulation exacte et dans leur intégralité. Manning a lu devant le tribunal, son témoignage écrit (35 pages). Il justifie son action par la volonté de provoquer un débat aux USA sur « la politique étrangère américaine« . Il ajoute qu’il a été en contact avec quelqu’un qu’il pense être Julien Assange, le fondateur de Wikileaks, mais qu’il a agi de son propre chef, et qu’il n’a jamais reçu de directives de Wikileaks.

Cette dernière précision n’est pas un détail, car un grand jury fédéral (juridiction civile contrairement à celle de Fort Meade qui est militaire) enquête, par ailleurs, sur une éventuelle conspiration de Julien Assange et les autres membres de Wikileaks, avec Manning.

Pour le New York Times, lorsqu’il a témoigné à Fort Meade, Manning a donné une explication cohérente des motivations de sa démarche. Il était horrifié par les dégâts humains collatéraux de la lutte contre l’insurrection et le terrorisme, et voulait, dit-il, dévoiler « le vrai coût des guerres en Irak et en Afghanistan ».

Avant de transmettre à Wikileaks les documents auxquels il avait accès, Manning dit avoir essayé de contacter le Washington Post, le New York Times, et le quotidien Politico, spécialisé dans la vie politique de Washington.

Le point de vue de l’ex-rédacteur en chef du New York Times

Dans un point de vue publié dans le New York Times, Bill Keller, rédacteur en chef du journal de 2003 à 2011, évoque les tentatives de Manning pour contacter la presse.

« Au Washington Post, Manning a abandonné quand une journaliste reporter qui a indiqué qu’elle ne pouvait rien faire sans l’accord d’un de responsables de la rédaction. Au New York Times, Manning dit avoir laissé un message sur un répondeur, mais personne ne l’a jamais rappelé« .

Keller s’étonne : « Je suis stupéfait de voir qu’un spécialiste du renseignement high-tech, capable d’organiser une des plus grandes fuites de documents secrets de tous les temps, ne sache pas comment envoyer un e-mail ou laisser un message vers un rédacteur en chef ou reporter du New York Times, alors que d’innombrables lecteurs le font chaque jour« .

Que se serait-il passé s’il avait réussi ? s’interroge Keller. « Le New York times aurait fait ce qu’il a fait quand Wikileaks nous a transmis les documents. C’est à dire que le journal aurait désigné une équipe de journalistes pour y trouver ce qui a un intérêt pour le public et ne pas publier ce qui pourrait mettre des vies en danger (…) Ces documents auraient fait les gros titres, mais un peu moins que ce ne fut le cas ».

Keller explique que son journal n’aurait pas partagé les documents avec d’autres médias comme le Guardian à qui Wikileaks les a aussi confiés.

Le New York Times se serait en effet mis dans l’illégalité en partageant ce trésor d’informations militaires confidentielles avec un média « étranger« , comme le Guardian britannique. Wikileaks a réussi à faire plus de bruit, que nous n’aurions pu en faire considère Keller. De plus, il estime que les relations avec Manning, jeune, perturbé, tendu, auraient été délicates.

Par contre, Keller pense que si Manning avait donné les documents au New York Times, il serait dans une situation moins grave qu’après les avoir transmis à une organisation d’ex-hackers, qui affiche une antipathie ouverte face aux intérêts américains, ce qui a peut-être conduit le gouvernement à ajouter l’accusation de collaboration avec l’ennemi.

Keller glisse au passage que si Manning avait donné les documents au New York Times, Wikileaks n’aurait pas pu les diffuser de manière brute, sans même prendre le temps de masquer les noms et les détails identifiant les militants des droits de l’homme, les avocats, les dissidents et les informateurs des Américains comme ce fut, malheureusement, le cas avec Wikileaks. Un argument repris également par l’accusation de Manning qui évoque le fait que les documents ont fini entre les mains d’Al-Qaïda. Reste à l’accusation de prouver ce dernier point, ce qui ne sera pas facile.

Des journalistes se battent pour un accès libre à la procédure contre Manning

En attendant le procès de Manning en juin, un groupe de journalistes représentés par le Center for Constitutional Rights (CCR) a engagé une procédure devant la justice pour obtenir un accès normal à cette affaire.

Le CCR souligne que le juge a lu les conclusions du tribunal pendant deux heures à toute vitesse (180 mots/minute) empêchant les journalistes de prendre correctement des notes, alors qu’il est interdit d’enregistrer, et que contrairement à l’habitude, ces conclusions n’ont pas été rendues publiques sous forme écrite.

Le CCR ajoute que les rares documents de la procédure contre Manning qui ont été rendus publics contiennent systématiquement des passages censurés de manière ridicule, alors qu’ils font souvent référence à des informations publiques, non couvertes par le secret.

Source: http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15284

Télécharger l’audio de la déclaration de Bradley Manning: https://pressfreedomfoundation.org/blog/2013/03/fpf-publishes-leaked-audio-of-bradley-mannings-statement

Lire la déclaration de Bradley Manning devant la justice: http://www.alexaobrien.com/secondsight/wikileaks/bradley_manning/pfc_bradley_e_manning_providence_hearing_statement.html

Lire les documents du procès de Bradley Manning: https://www.rmda.army.mil/foia/FOIA_ReadingRoom/Detail.aspx?id=83

Interview de John Cusack (2ème partie): « Qu’est-ce qu’un ‘Assange’? »

par John Cusack, le 14 janvier 2013

Il y a deux semaines et demie, j’ai eu le plaisir d’aider au lancement de la Freedom of the Press Foundation (Fondation pour la Liberté de la Presse, FPF, ndt), qui vise à promouvoir et aider à financer des organisations de journalisme indépendantes qui rapportent de manière offensive sur des thèmes que le le gouvernement US considère secrets. Vous pouvez lire sur ce sujet ici (et voir le post du co-fondateur de la FPF Daniel Ellsberg ici).

Ci-dessous se trouve la deuxième partie de ma conversation avec Jonathan Turley et Kevin McCabe. Vous pouvez lire la première partie ici.

Nous avions coupé alors que nous parlions de Julian Assange, d’éditeurs de presse et de journalistes – de définitions et de protection constitutionnelle en ce nouvel âge digital – et des zones grises qui semblent artificielles et commodes pour ceux qui sont au pouvoir – avec la réaction grandement passive des médias.

Jonathan Turley (JT): Le gouvernement le traite comme s’il était un hacker. En réalité, beaucoup de personnes insistent qu’il est clair qu’il n’est pas un hacker, qu’il a d’une manière ou d’une autre obtenu ce matériel d’une tierce personne.

John Cusack (JC): – Comme le New York Times obtint d’Ellsberg – il était la tierce personne.

JT: Je pense que s’il est un hacker, c’est difficile de le traiter comme un journaliste. Et il peut être difficile de le traiter comme un lanceur d’alerte.

Kevin McCabe (KM): Un autre élément qui s’y joint – selon ce que j’en comprends – c’est quand il négociait avec le Times, en ce qui concerne ce qui serait rapporté et donc vérifié et validé au travers du New York Times et du Washington Post – il a perdu toute possibilité d’entrer au sein du club, à cause de la manière dont il les approchés.

Apparemment, lorsque le Times a défini des paramètres, Assange est devenu difficile et a insisté sur une approche différente, le Times disait non, ce n’est pas comme ça que nous travaillons et Assange a perdu tout soutien institutionnel s’exprimant, dans la continuité, pour être considéré comme un journaliste parce qu’il ne voulait pas jouer selon ces règles. C’est donc juste une part intéressante de la dynamique, quand tu as dis si finement – c’est sui generis, mais de quoi? Il n’est ni torchon ni serviette, mais il est utile, et remplit un vide et rendant service au public en dévoilant et en rapportant des informations dont tout le monde devrait avoir connaissance.

JC: Donc Jon, sur ce même sujet – si tu me donnes de l’information et je décide de la diffuser sur, disons, Twitter, – et elle atteindra plus d’un million de personnes – suis-je dans la même catégorie qu’Assange – si quelqu’un m’envoie une vidéo d’un crime, et que je crois qu’un crime a été commis? Ai-je un droit ou une obligation morale à exposer la vérité… Et suis-je protégé?

JT: Hé bien, c’est un conflit que nous avons eu dans la communauté des libertés civiques avec le Congrès (aux USA, l’Assemblée+le Sénat, ndt) depuis longtemps. En fait, j’ai témoigné devant le House Intelligence Committee (Comité Parlementaire sur le Renseignement, ndt) il y a des années sur la motion de plusieurs membres de criminaliser la publication d’information classées confidentielles, que vous soyez journaliste ou qui que ce soit d’autre. Ils y incluaient donc tous les journalistes, comme les non-journalistes.

Et ceci avait le soutien des Républicains comme des Démocrates. Les membres du Congrès ont tendance à ne pas aimer les lanceurs d’alerte, ou les journalistes à fortiori, parce qu’ils les attrapent hors-script et quand ils sont le plus vulnérables. Ceci les rend moins contrôlables. J’ai précédemment témoigné devant à la fois des membres Démocrates et Républicains du Congrès au regard d’un mouvement désastreux vers le criminalisation de la publication d’informations dites confidentielles quelle que soit la manière dont vous la recevez.

La question de ta diffusion de la même information sur Twitter est intéressante. Étant donné ton statut, tu atteins en fait plus de personnes que presque tous les journaux quotidiens. Donc tu atteins plus d’un million de personnes avec un seul tweet que la plupart des journaux rêveraient chèrement de pouvoir reproduire.

JC: Nous bloguons et écrivons tous les deux en ligne – comme maintenant –

JT: Alors, nous en arrivons à cette question sérieuse de pourquoi tu n’es pas journaliste mais Chris Matthews l’est. Je veux dire, tu peux sans doute atteindre 100 fois plus de personnes que MSNBC ne le peut en n’importe quelle soirée grâce à ton statut.

JC: Une des grandes idées d’Arianna était de créer ce qu’elle appelle des journalistes citoyens pour participer et faire entendre vos voix, – et des gens ordinaires pourraient s’y associer – tout là-haut avec Hillary Clinton. Et bloguez, et elle rassemblera les informations. Elle a créé cette sorte de révolution à sa manière propre. Mais cela a à voir avec la connectivité et la mise en commun d’infos et l’idée du journaliste citoyen. Alors Assange est-il tout simplement un éditeur citoyen? Cela revient à la même question – quels sont les droits des gens à exposer la vérité? Quelles sont leurs protections?

JT: Je pense que c’est vrai. Et c’est là, je pense, que les médias ont décidé de devenir suspicieusement silencieux. Parce qu’il n’y a pas de doute que la diffusion de ces informations par Assange ressemble au genre d’actions qui ont valu des Pulitzers à des journalistes. Il a rendues publiques des informations qui lui sont parvenues, et des informations qui n’avaient été divulguées nulle part ailleurs, dans aucun forum. Ces informations traitaient directement de tromperie gouvernementale et de crimes potentiels.

Cela avait l’apparence et l’odeur d’une histoire journalistique. Mais ils ne veulent pas le dénommer journaliste.

JC: Et par conséquent, il n’a aucune protection?

JT: En tout cas, c’est ainsi que le gouvernement US s’en charge. Ils ont opté de façon assez transparente de le traiter comme suspect de hacking. Et ils vont le poursuivre sur ces bases. S’ils lui mettent la main dessus, je m’attends à ce qu’ils fassent tout ce qu’ils peuvent pour le garder en prison. Ils ont besoin de le clouer au pilori, ils ont besoin de rendre clair que vous ne pourrez pas vous en tirer si vous embarrassez le gouvernement et divulguez ce genre d’informations. Les administrations Bush et Obama ont toutes deux menacé des journalistes. Ils ne vont pas se retenir avec Assange s’ils ont déjà menacé de poursuivre des reporters.

JC: Comme l’homme a dit une fois – Vous avez droit à la liberté de parole – tant que vous n’êtes pas assez bêtes pour essayer de vous en servir. C’est donc une autre partie du verrouillage croissant sur les libertés civiques et la liberté de parole.

JT: En effet.

Le ministère de la justice (US, ndt) continue donc d’insister que les journalistes et autres qui reçoivent des informations classées confidentielles violent techniquement la loi s’ils savent qu’ils sont en possession d’informations confidentielles et la diffusent publiquement. c’est un vieil argument que nous connaissons depuis Nixon. Il y a une hostilité continuelle à l’encontre de journalistes faisant ce genre de choses. Je pense que c’est ce qui rend Assange une cible si tentante pour le gouvernement. Parce qu’ils savent qu’ils peuvent le poursuivre en justice et que les médias s’interrogent s’ils peuvent le soutenir, ou même essayer de l’expliquer au public.

En fait, la chose ahurissante est qu’après tout ce temps, Assange demeure autant un mystère qu’il l’était au premier mois. La question est pourquoi. Et les médias le traitent vraiment comme le gouvernement. Il n’est pas journaliste, il n’est pas lanceur d’alerte; il est un Assange. Il devient un nom à lui tout seul.

JC: Ouais, c’est vrai.

KM: Ce n’est pas l’un d’entre eux.

Laissez-moi vous poser une question – d’un point de vue légal, le fait que le gouvernement puisse prendre une approche très stricte, très calculée et presque singulière aux fuites, et aux individus qui font les fuites; et pourtant pour leurs objectifs politiques personnels ont rendus routinières des fuites à des diffuseurs qu’ils favorisent, afin de contrôler le message en politique?

JT: Tu as raison, il y a toujours eu cette hypocrisie –

JC: Et après l’autre entourloupe – la grande diversion que nous faisons? Nous commençons à diffuser des peccadilles et/ou des profils de personnalité qui nous font aimer ou mépriser une personne, et nous ne savons jamais vraiment ce qui est réellement factuel – Assange est vaniteux, il est messianique, un prédateur sexuel &c &c – aucun d’entre nous ne sait si c’est vrai ou non; nous n’en avons aucune idée.

JT: Correct.

JC: Mais l’argumentation se tourne alors vers les troubles peut-être feints de personnalité de l’individu, pas aux principes qui sont derrière ou au contenu intrinsèque de ce qu’ils font.

Bradley Manning a exposé des meurtres brutaux d’êtres humains… Daniel Ellsberg, également co-fondateur de la FPF, a même brandi une photo disant « j’étais Bradley Manning » et pourtant j’entends encore – « Ce n’est pas une comparaison valable. » – tout le temps – Pendant que les gouvernements divulguent fréquemment selon leurs propres avantages politiques –

JT: Bien, je pense – il faut vraiment porter des cuissardes pour passer au travers de l’hypocrisie sur ce sujet avec Washington.

Quand je témoignais au House Intelligence Committee, ces membres me sortaient, comme Claude Rains – qu’ils étaient ‘choqués, choqués’ que des gens divulguent des choses à Washington. Certains de ces gens prennent régulièrement leur téléphone pour divulguer des choses gênantes les uns sur les autres. Et c’est considéré comme faisant partie du jeu.

Mais je pense qu’ils partagent un certain désamour pour les journalistes et les lanceurs d’alerte qui le font.

KM: Quel est le standard légal? S’il y avait une dynamique comparable, un scénario comparable, pas Assange, quelqu’un qui se fait accuser d’être un « leaker » (divulgateur d’informations à caractère confidentiel, ndt) ou un hacker, ou une menace aux USA qui ne soit pas un lanceur d’alerte. Et ensuite, il y a une entité gouvernementale qui – soit sur commande ou de sa propre initiative – commence une enquête; d’un point de vue strictement légal, quelle est la protection pour l’individu qui initie l’action,  qu’elle soit bienveillante ou plus vénale; et que vous soyez un officiel du gouvernement ou un citoyen, ou même un non-citoyen – quels sont les standards juridiques pour affirmer – tu peux divulguer, mais toi tu ne peux pas?

Je ne parviens pas à croire que Leon Panetta aie le loisir d’appeler les médias mainstream et de dire – ne rapportez pas cette histoire, en voici une meilleure, et j’ai besoin de ceci, ou je ne sais quoi. Ils le font tout le temps. Mais si quelqu’un d’autre le fait, il peut finir sur la chaise électrique. Je ne capte pas.

JC: Ou les différences sont que puisque Seymour Hersh ne grille pas ses sources, il peut diffuser des informations confidentielles sur des attaques contre l’Iran ou des armes de destruction massives… parce qu’à part l’argument du hacker dont nous ne savons pas s’il est vrai – se reposent-ils sur la méthode par laquelle il est venu à diffuser ces informations? Ou est-ce une surgélation générale dans l’hypocrisie?

JT: Alors, je pense que le problème est le standard juridique. Si vous lisez la loi fédérale, il est bien clair que c’est considéré comme un crime que de posséder des informations classées confidentielles sans avoir une autorisation ou un besoin de détenir ces informations.

KM: Judith Miller fait-elle partie de ce monde, ou est-ce différent?

JT: Hé bien, c’est une chose qui peut être utilisée contre n’importe quel journaliste recevant des informations confidentielles comme les Pentagon Papers. Et le problème est que les tribunaux, particulièrement depuis le tribunal Rehnquist, ont graduellement réduit le privilège journalistique dans ce pays. Il y a une exception au privilège journalistique pour la fraude criminelle, ce qui explique pourquoi des journalistes peuvent être traînés devant des grands jurys ou jetés en prison pour n’avoir pas rendu de témoignage. Ceci n’est pas juste pour des affaires à nature confidentielle mais pour toute affaire criminelle.

JC: Mais cela ne s’applique pas uniformément au gouvernement. Donc quand Rove a divulgué l’identité de Valerie Plame, – hé bien, ils ont eu Scooter Libby, ils en ont donc lâché un.

JT: En fait, il y a beaucoup de ce genre de conflits. Je veux dire, il y avait Sandy Berger, qui aurait placé du matériel confidentiel dans sa chaussette et serait sorti d’un bâtiment sécurisé. Toute autre personne faisant cela aurait probablement été poursuivie, et il –

KM: Et l’a divulgué. Ce n’est pas comme s’il le ramenait chez lui pour mettre dans son album de souvenirs de fac.

JT: Ouais. Il y a beaucoup de ce genre de choses.

Les gens ne se rendent pas compte que l’administration Obama a été, s’il en fut, plus dure envers les lanceurs d’alerte que l’administration Bush. La raison en est en partie qu’ils savent que le bord de ceux qui soutiennent traditionnellement les lanceurs d’alerte se trouve être celui d’Obama. Et donc ils –

JC: Peux-tu un peu plus t’expliquer là-dessus? Je n’ai pas bien compris.

JT: Hé bien, que l’administration Obama, dans le domaine des lanceurs d’alerte, a rpsi exactement la même position que celle qu’ils ont adoptée sur les libertés civiques. c’est-à -dire, ils sont pleinement conscients –

JC: Institutionnalisant l’agenda de Bush, l’expansion massive du pouvoir de l’exécutif…

JT: Mais ils en ont plus que la capacité pour le faire, car ils savent qu’ils démarrent en divisant l’habituelle –

JC: Opposition.

JT: – communauté, oui –

JC: Compris.

JT: – qui soutient les lanceurs d’alerte. Et c’est la même chose avec les libertés civiques – ils savent qu’au moins la moitié des gens qui soutiennent d’habitude les lanceurs d’alerte ne diront rien si l’assaut vient du président Obama. Et cela fait partie de ce culte de la personnalité qui a saisi tant de gauchistes et Démocrates et progressistes.

JC: Ouais. Nous le voyons tous les jours.

JT: Mais la répression contre les lanceurs d’alerte est un exemple d’une réaction assez tiède. L’administration Obama est partie le mors aux dents contre les lanceurs d’alerte. Ils ont témoigné très peu de sympathie ou de retenue. Mais il y en eu très peu de couverture médiatique. Vous savez, j’avais pensé que la Convention Démocrate était révélatrice, quand vous compariez la platreforme entre 2008 et 2012. Des pans entiers des libertés civiques ont disparu entre ces deux conventions. Et même s’il est vrai que ces conventions sont plutôt vides de contenu, le refus de ne faire que mentionner le soutien de certains des principes de sa campagne de réélection a été vraiment frappant, depuis la détention indéfinie à la torture.

JC: Je sais.

JT: En fait, cela s’est évaporé. La même chose avec les écoutes sans mandat – les meurtres par drones – même des États-Uniens tués sans même un argument juridique cohérent ou –

JC: Mais il était sur « Jon Stewart » (un talk-show US, ndt), et il a bien dit que tuer des États-Uniens n’est pas optimal,

JT: Oui.

(Rires)

JC: – c’est un peu comme une reconnaissance de loin de certaines des affaires d’état louches et sales.

JT: Oui. C’est comme sortir sa décapotable par temps de pluie. Ce n’est pas optimal.

JC: Non, pas optimal. Parfois vous avez juste besoin de garder des gens en prison sans procès et de les assassiner. Mais c’est pas optimal.

JT: Cela montre vraiment la fascination qu’a cette administration pour les drones. Peu de gens savent que le président Obama s’est servi d’attaques de drones beaucoup plus de fois que Bush ne l’a jamais fait. Obama est hors catégorie en termes d’attaques de drones.

JC: – et ces actes de guerre, sur des nations souveraines, et des innocents se font tuer, pas vrai? Mais nous les appelons des terroristes suspectés, et les massacrons. En réalité nous ne savons pas qui ils sont – ou qui nous tuons – ou pourquoi.

JT: Ouais, c’est encore un autre exemple de ce genre de sens nuancé que nous trouvons chez l’administration Obama – qu’est-ce qu’une attaque de drone? Une attaque de drone est un assassinat. C’est cibler un individu pour le tuer.

JC: Cela devrait être souligné en sang – Comme tu a dit, ton droit à procédure te sert quand ta voiture explose –

C’est intéressant, parce que c’est comme un parallèle tordu de ce qu’est un Assange – qu’est-ce qu’un journaliste? Tout ce malaise profond – les gens ne semblent tout simplement pas vouloir le reconnaître et ce n’est même pas vraiment défendu – juste ignoré comme par routine – ce n’est pas juste que les excès de l’administration Bush n’ont pas été corrigés – il y a une escalade d’écoutes sans mandat, une escalade de drones, une escalade d’intimidation des lanceurs d’alerte. Ces choses augmentent exponentiellement. Est-ce que c’est un commentaire correct?

JT: Non, il est absolument juste. Mais ces leaders Démocrates ont grandement abandonné les libertés civiques. Ils livreront encore des envolées de rhétorique au sujet des libertés civiques. Mais ce sont quelques-unes des mêmes personnes pendant l’administration Bush qui apprirent des choses telles que les programmes de torture. Certains étaient les mêmes qui bloquèrent toute enquête parlementaire de ces programmes.

Ils sont donc lourdement investis dans ce système national de sécurité que nous avons. Et cela ne va pas changer simplement parce qu’Obama est dans son deuxième mandat. Le Congrès est toujours lourdement divisé. Ces politiciens vont tourner le regard vers les prochaines élections dans deux ans, et Obama aussi. Et ils vont poursuivre la même approche et le même script pour ce qui est des libertés civiques. Ils vont continuer à donner à la clique de la sécurité nationale tout ce qu’ils veulent.

JC: C’est tellement bizarre, parce que même quand nous parlons de libertés civiques, cela semble être un thème très marginal – un peu kitsch, un peu comme ce que font les collectionneurs de petites babioles. j’aime mes petites boîtes chinoises, j’aime ma liberté civique.

Ce que je ne comprends pas c’est – et c’est pourquoi je pense que c’est peut-être juste du racisme – peut-être parce que ce n’est encore arrivé à personne que nous connaissions, seulement ces Arabes ou personnes à la peau brune de pays ratés. Tant pis pour eux… Ce n’est pas grave s’ils peuvent jeter Bradley Manning en prison. Pas grave s’ils peuvent jeter n’importe quel Arabe en taule ou les assassiner, ou leurs familles à un mariage – Si le gouvernement peut simplement dire – nous soupçonnons cette ou ces personnes d’être des terroristes, nous pouvons les pulvériser – les oblitérer de la surface de la planète.

JT: Ou,plus important, tu auras la même division. Les gens ne vont toujours pas sentir qu’ils peuvent s’opposer à Obama, avec les Républicains encore plus barrés à droite.

Et donc tu vas avoir la même dynamique. C’est la même caisse de résonance qui a cours aujourd’hui. Et c’est pourquoi Obama a été si désastreux pour le mouvement des droits civiques. J’ai écrit une colonne il y a quelques années, au sujet de la mort du mouvement des libertés civiques, pour le LA Times. Et elle détaille combien Obama a été dévastateur pour le mouvement. Je ne pense pas que sa réélection aide, mais plutôt gêne la cristallisation d’un mouvement significatif. Il ne va pas prendre.

Je pense qu’il aurait pu prendre si Romney avait été elu, ironiquement. Je pense qu’il aurait pris si McCain avait été élu parce qu’il y aurait eu la sortie de cette figure très centripète, qu’est Barack Obama. Parce que beaucoup de gens ne peuvent pas se battre sur ces sujets de libertés civiques quand ils sont en train de se battre contre cette figure emblématique.

JC: Kevin, comment vois-tu la chose se dérouler, politiquement parlant? Vois-tu des bonnes nouvelles arriver par les tuyaux, ou est-ce que nous avons vraiment juste l’obligation de dire la vérité et de prendre les coups? Ou plutôt de regarder pendant que d’autres le font – en fait…

KM: Je pense que nous avons trop de problèmes en même temps: Un. Le Congrès – qu’il soit Démocrate ou Républicain, le Congrès, à la fois la Chambre (des Représentants, équivalent de l’Assemblée Nationale aux USA, ndt) et le Sénat, sont vendus et payés par « POLITIQUE/GOUV. Inc » qui les contrôlent. Les commerciaux, consultants/lobbyistes/leveurs de fonds/opérateurs – ils mènent la danse à Washington, DC maintenant. Vous avez donc très peu d’ouvertures pour quoi que ce soit de créatif, pour toute alternative, toute solution et le public globalement recherche des solutions.

Deux, Jon parle d’un point très important auquel je n’avais pas encore pensé.. Le fait est qu’il n’y a pas de partage 50/50. Il y a une sorte de partage différent. Et la raison pour laquelle Obama n’a pas été aussi bon qu’il l’aurait pu, c’est qu’il lui en est donné le pouvoir. Et tous les jours, il y a ce pouvoir – cette influence – qui est donné à des gens qui ont peur d’être considérés comme déloyaux -ooh, ne dites pas ça, vous ne pouvez dire ça, vous ne pouvez pas. C’est notre homme.

En fait, la réalité de l’histoire est que, politiquement, si tu n’as pas tes suporters te poussant vers un agenda, te poussant à t’améliorer, te poussant vers de nouvelles hauteurs… tu laisses tout à l’égo – ou à l’ego d’Obama, ou à sa vanité, son narcissisme, le nom que tu veux lui donner – nous n’en bénéficierons pas. Les gens globalement n’en bénéficieront pas, c’est à propos de lui, pas du peuple.

Il y a donc, je crois, cet octroi en silence de pouvoir, d’influence, involontaire ou tout à fait voulu en lui accordant un sauf-conduit. Et ce n’est pas juste les libertés civiques.

Ce qui m’effraie le plus c’est que tellement de gens qui sont sur les côtés de la route, qui devraient être activés – motivés et activés mour faire quelque chose, prennent tout pour acquis.

JC: Je vais bientôt voir Assange et revenir en parler…

Source: http://www.huffingtonpost.com/john-cusack/what-is-an-assange-part-2_b_2402236.html

Lire la 1ère partie de l’interview: https://wikileaksactu.wordpress.com/2013/01/06/interview-de-john-cusack-quest-ce-quun-assange/

Traduit depuis le web par Will Summer

Interview de John Cusack: « Qu’est-ce qu’un ‘Assange’? »

par John Cusack, le 1 janvier 2013

Cette semaine, j’ai été fier de rejoindre le conseil et d’aider au lancement de la Freedom of the Press Foundation (FPF), une nouvelle organisation qui compte sur le crowd-funding pour une gamme de diffuseurs médiatiques dont la mission première est d’œuvrer à la transparence et à la responsabilité gouvernementales. Vous pouvez vous informer au sujet des quatre premières organisations – qui incluent la National Security Archive, MuckRock News, The UpTake et WikiLeaksici.

Je me suis assis, récemment, avec le professeur de la Washington Law School et spécialiste constitutionnel Jonathan Turley et mon ami proche Kevin McCabe pour discuter de l’impact de WikiLeaks sur la transparence, la réponse gouvernementale, et de la comparaison avec le lanceur d’alerte des Pentagon Papers, Daniel Ellsberg (aussi co-fondateur de la FPF). (Et lisez une conversation antérieure avec Jonathan Turley ici.)

WikiLeaks a été extra-judiciairement coupé de son financement après que deux membres du Congrès US aient fait pression sur Visa, MasterCard et PayPal pour qu’ils cessent de faire affaire avec l’organisation journalistique fin 2010. Nous espérons que la Freedom of the Press Foundation deviendra un bastion contre ce genre de tactiques non-officielles de censure à l’avenir.

Voici la première partie de notre conversation.

John Cusack – JC: Vous aviez lu ce papier d’Ellsberg avant les élections?

Kevin McCabe – KM: Non.

Jonathan Turley – JT: Non.

JC: C’était lourd de sens, je repense à ce que cela voulait dire que de voter pour Obama – la position d’Ellsberg en est une position de principe – mais il avait pris l’attitude de Chomsky de stopper les Républicains dans certains états décisifs. Mais de le faire sans illusions.

JT: Oui.

JC: En tout cas, j’ai pensé que le cas Ellsberg était fascinant. Et j’ai parlé à – John, tu connais Michael Ratner? Il m’a dit qu’il te connaissait –

JT: Ouais.

JC: Je lui ai parlé de cette requête pour voir Assange à Londres. Je pensais juste Assange, et comme Hedges et Ellsberg attaquent la NDAA, nous avons une situation où, si les choses sont telles qu’elles semblent être, Assange est reclus pour le simple fait d’avoir exposé des crimes de guerre.

JT: Ouais. Je pense que la chose la plus intéressante à propos d’Assange est que le même acte de diffusion d’informations, s’il était reconnu comme journaliste, lui aurait peut-être valu le Prix Pulitzer. Assange a ce statut particulier. Les médias ne savent pas vraiment comment dialoguer avec lui. Ils n’arrivent pas à se décider de savoir si c’est un bandit ou un héros, ou une espèce de bandit héros. Et beaucoup de gens ignorent le contenu d’une grande part de ce qu’il a publié.

Nous en avons parlé toi et moi par le passé, John, comme quoi le matériel diffusé par WikiLeaks avait énervé le gouvernement US, principalement parce qu’il démontrait que le gouvernement avait menti régulièrement au peuple des USA. Ceci a provoqué une immense colère chez des officiels du gouvernement qui n’ont pas l’habitude d’être exposés de cette manière, y compris des membres du Congrès. Ce sont des gens qui contrôlent de près ce qu’apprend le public et quelles informations sont permises hors du gouvernement.

Franchement, la plupart des gouvernements ont l’habitude de se mentir – à un point que la plupart des gens trouveraient choquant. Une partie de la diplomatie est l’art du mensonge stratégique. Ces câbles démontrent le niveau de mensonge atteint par les gouvernements non seulement envers d’autres gouvernements, mais envers leurs propres citoyens, dont les nôtres. Et c’était donc une divulgation particulièrement embarrassante.

Certaines d’entre elles ont été vraiment étonnantes et bien plus importantes que ne l’a suggéré la couverture médiatique. Par exemple, nous avons parlé du câble exposant que l’administration Obama avait menacé l’Espagne, si l’Espagne exerçait son droit par traité d’enquêter sur le programme de torture US, étant donnée le refus d’Obama de le faire.

JC: Ouais, ce n’est pas comme si ce mec était poursuivi à travers le globe parce qu’il avait embarrassé quelques diplomates.

JT: C’est sûr, c’est bien plus que ça.

JC: J’aimerais beaucoup discuter de ce que sont ces principes légaux sous-jacents. Penses-tu qu’il pense qu’il fait quelque chose qui devrait être fait par les journalistes et les diffuseurs – penses-tu qu’il remplisse une vacance dans le journalisme, ou ceci est-il une nouvelle forme de journalisme? Peut-être ne se soucie-t-il pas de ces distinctions, et devrions-nous?

JT: Hé bien, la réponse à Assange est remarquable – c’était un peu comme un changement de paradigme. Les médias ont l’habitude de divulgations isolées qui sont maîtrisées et focalisées sur des sujets tels que les prisons secrètes en Europe, ou le programme de torture. Ce qu’a fait Assange a été la diffusion massive de matériel qui montrait la choquante malhonnêteté du gouvernement US et de gouvernements autour du monde… elle a montré comment beaucoup de nos politiques domestiques ou internationales sont juste une espèce de kabuki, qui –

JC: Vu ainsi, c’est adéquatement analogue aux Pentagon Papers. De la même manière – disons qu’Eric Holder signant des documents disant que vous pouvez tuer des citoyens US est le même genre de patine légale de merde que le document de John Yoo sur la torture. Quelles sont les différences importantes ou les parallèles, entre les publications des Pentagon Papers par Ellsberg et les publications de WikiLeaks exposant les crimes de guerre et les mensonges d’Etat?

JT: Je pense que vous faites la bonne analogie. En un sens, les Pentagon Papers étaient si importants parce qu’ils étaient focalisés sur le thème du mensonge autour de la guerre du Vietnam. Assange est presque blessé parce que ses publications étaient 100 fois plus vastes que les Pentagon Papers.

Ironiquement, s’il avait simplement pris des parties de ces divulgations et les avaient publiées de manière isolée, il aurait peut-être eu davantage de soutien. À la place, il a rendu publique cette chronique exhaustive des mensonges du gouvernement US et d’autres gouvernements. Et franchement, je pense que les médias classiques ont eu du mal à la couvrir, la décrire et à s’en servir.

Le résultat, c’est que ce mec est isolé, à la fois juridiquement et physiquement. Il est tout bonnement retenu captif dans cette ambassade, à moins qu’il ne convienne de la quitter et d’être sujet à arrestation. Il a de bonnes raisons de suspecter que le gouvernement US projette de le déporter dès que n’importe quel gouvernement – n’importe quel gouvernement ami – arrive à mettre la main sur lui.

JC: Ouais – je n’ai aucune idée de ce qu’est la vérité en la matière. Mais je sais que vous n’avez pas vu tant de gouvernements se piquer d’un tel intérêt et s’impliquer autant dans des affaires suédoises de viol.

JT: En fait, il y a beaucoup de scepticisme autour du timing. Le fait est que les USA avaient besoin qu’un gouvernement attrape Assange sur la base de quelque accusation criminelle. Pourtant, nous ne connaissons pas complètement tous les faits de l’affaire.

Assange est peut-être, en effet, un individu hautement imparfait – même un violeur si les allégations étaient jamais prouvées. Comme je l’ai déjà dit, je dis sans cesse à mes étudiants que nos causes sont souvent meilleures que nos clients. C’est juste une réalité du travail pro bono ou d’intérêt public. Il n’est pas rare d’avoir des personnes qui soulèvent des questions d’intérêt public importantes, mais qui ont pu commettre de grands torts.

Honnêtement, je ne sais pas quelle est la vérité au fond de cette affaire. Je sais qu’Assange a proposé de rencontrer des enquêteurs à l’ambassade, et cela a été refusé. Je ne suis pas bien sûr de pourquoi cela a été refusé.

Mais en termes de l’importance de WikiLeaks, je ne pense pas que qui que ce soit puisse réellement remettre en question que ces publications ont une importance considérable.

JC: Oui, de beaucoup de façons, cela change le monde. Assange et WikiLeaks disent-ils en fait qu’il n’y a plus personne qui fasse encore ce genre de journalisme, et que donc nous devons le faire nous-mêmes? Ou comble-t-il quelque autre espace journalistique, ou essaie-t-il de tronquer l’espace journalistique. Légalement, où est la différence? Pourquoi est-il puni alors que le New York Times ne l’est pas? Ils ont publié son matériel.

Je pense que tu dis que c’est un terrain tellement plus vaste que les Pentagon Papers que cela explique peut-être la frénésie – quand l’éditeur du New York Times et les reporters autour des divulgations d’Ellsberg ont juste eu à se dire – mensonges du Vietnam – OK, ces types vont nous courir après – nous irons peut-être en prison, peut-être pas. Mais ils ont pris le risque, et ils les ont publiés. WikiLeaks s’en prend à tous les gouvernements tout autour du monde.

JT: Ouais, je trouve fascinant de regarder la réaction à Bradley Manning et à Assange. Le gouvernement est vraiment monté jusqu’à DEFCON 4 pour s’occuper de ce gars. ET la question c’est pourquoi. Je pense que la réponse est qu’ils veulent pendre les malheureux. Ils veulent que tout le monde voie ces hommes se tordre dans le vent, pour que personne ne refasse plus ce genre de choses.

Et qu’ont-ils fait? Ils ont publié –

JC: Ce sont des lanceurs d’alerte.

JT: Oui, lis ont publié des informations portant préjudice au gouvernement. Mais quand vous regardez la couverture médiatique, ils ne veulent clairement pas traiter Assange comme un lanceur d’alerte, et ils ne veulent surtout pas le considérer comme un journaliste.

Et ceci mène donc à la question, longtemps en suspens, de ce qui constitue un journaliste à l’ère des blogs et des sites Internet?

JC: J’imagine que c’est probablement la question vers laquelle je me dirigeais – que penses-tu que soit la différence, du point de vue constitutionnel de la liberté d’expression, ou de sa protection?

JT: Les journalistes en ont adopté une définition très étroite parce qu’ils ont une crainte légitime que, avec la possibilité de créer un blog en quelques minutes, tout(e) un(e) chacun(e) puisse se déclarer journaliste. Si tout le monde est journaliste, personne n’aura plus sans doute de privilèges journalistiques. Les journalistes vivent grâce à ces privilèges et ceux-ci s’évaporeront comme neige au soleil si tout le monde peut les réclamer.

Et donc si vous regardez certaines choses comme le National Press Club, ils ont depuis longtemps eu une définition de ce qu’est un journaliste qui s’occupe de combien gagne la personne pour faire du journalisme, et excluant des personnes qui sont des journalistes légitimes mais ne reçoivent pas un salaire à plein temps, ou même un salaire à temps partiel significatif. Ces définitions sont hautement artificielles aujourd’hui. L plupart des gens obtiennent leurs infos d’Internet et de blogs.

KM: – Dans une référence dans un article du Times, le reporter citait Chris Matthews et Katie Couric comme journalistes, et qui seraient présents au dîner d’Al Smith. Et j’allais envoyer une note disant que Chris Matthews n’est pas journaliste. À une époque il a été pigiste. Mais c’est un commentateur de la TV par câble maintenant. Je pense que ce que vous êtes en train de dire apporte juste à tout ceci un relief surprenant. C’est juste si évident.

JT: Cela suscite aussi cette situation étrange, où si Adam Liptak au New York Times publie du matériel venant d’Assange, c’est un acte de journalisme. Quand Assange publie ces informations en masse, c’est considéré comme un acte de terrorisme. Et personne ne semble être à l’aise pour tenter d’expliquer cette différence. Et je ne suis pas trop sûr qu’ils le puissent.

Il y a deux manières de voir si une personne est ou non un(e) journaliste – leur fonction et leur motivation. Et, en général, nous considérons les deux. Alors, quelle était la motivation d’Assange? Sa motivation, il me semble, était clairement d’être un lanceur d’alerte et de publier ces informations. Mais il faisait aussi une chose qui est identique à ce que font les journalistes.

Et pourtant, si vous lisez comment il est traité dans les journaux, ils ne le considèrent pas comme un lanceur d’alerte ou un journaliste; ils le traitent en quelque sorte comme sui generis, quelque chose d’unique. C’est un ‘Assange’.

JC: Oui. Quelle est la différence entre lui soulevant des fonds, créant un site web, WikiLeaks, et ayant sa propre équipe d’enquêteurs rassemblant des informations et accumulant du contenu; et le Huffington Post recrutant des gens faisant la même chose – je la regarde mettant son truc en place et devenit le journal en ligne… beaucoup de ceux qui étaient blogueurs sont maintenant journalistes – des mecs super comme Sam Stein – et ils font du très bon boulot – maintenant ils ont des titres – ils se font accréditer et vont à la Maison Blanche, et ils sont journalistes, mais prioritairement, ils écrivent en ligne…

JT: Ouais, je pense que c’est vrai. La différence que tu peux tirer entre ces actes – et je pense que tu as tout à fait raison à ce sujet. Je pense qu’une partie de cette différence vient du fait que si le gouvernement disait qu’Assange est en fait un hacker – s’ils disent qu’il a fait effraction dans un système informatique et en a enlevé ce matériel –

JC: – ils disent en gros qu’Assange est Anonymous.

JT: Oui.

JC: Alors leur argument c’est que si Assange est Anonymous; c’est un cyber-terroriste?

JT: Oui. Et si c’est un hacker, je pense que cela –

JC: Cela tient-il?

JT: Hé bien, non – si c’est un hacker, cela le met dans une autre catégorie, dans le sens où il commet un délit –

JC: Est-il un hacker? Savons-nous cela?

JT: Alors non, nous ne le savons pas. En fait, beaucoup de personnes insistent sur le fait qu’il est clair qu’il n’est pas hacker, qu’il a d’une manière ou d’une autre obtenu ce matériel d’une tierce personne. Mais je ne sais pas ce qu’il en est, dans un sens ou dans l’autre. Cependant je pense que la différence que nous pouvons distinguer, et qui est celle qui a existé –

JC: Comme le New York Times a eu d’Ellsberg – il était la tierce personne.

JT: Correct.

KM: Mais je pense qu’il est important de recadrer ici cette conversation et de considérer ce problème depuis une perspective plus large que juste Julian Assange. Parce que je ne m’intéresse pas aux individus.

Je m’intéresse aux mouvements. Nous avons besoin de protéger le Premier Amendement et son application au sens le plus large. Assange m’indiffère outre que c’est un individu dont les droits sont bafoués. la raison pour laquelle nous devrions nous soucier de ce qui arrive à Assange aux USA est que ce qui lui arrive, arrive au Premier Amendement.

Vous pouvez également lire ce post sur le blog de Jonathan Turley.

Source: http://www.huffingtonpost.com/john-cusack/what-is-an-assange_b_2317824.html

Et: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,16829.0.html

Lire la 2ème partie de l’interview: https://wikileaksactu.wordpress.com/2013/01/18/interview-de-john-cusack-2eme-partie-quest-ce-quun-assange/

Traduit depuis le web par willsummer