Une étude scientifique conclut que les 3 tours du World Trade Center ont fait l’objet d’une démolition contrôlée

National_Park_Service_9-11_Statue_of_Liberty_and_WTC_fire_wikimedia

Le 11 septembre 2001, le monde a été témoin de l’effondrement total de trois gratte-ciels à structure d’acier. Depuis, scientifiques et ingénieurs ont travaillé à comprendre comment et pourquoi ces défaillances structurelles sans précédent se sont produites. (Europhysics News)

Fawkes News, 12/09/2016

Dans un silence assourdissant des médias (pas un média francophone n’en a parlé), le magazine scientifique Europhysics News a fait paraître il y a 3 semaines une étude confirmant que les 3 tours du World Trade Center ont bien fait l’objet d’une démolition contrôlée.

Lire la suite: http://fawkes-news.blogspot.fr/2016/09/enorme-une-etude-scientifique-conclue.html et http://reseauinternational.net/enorme-une-revue-scientifique-du-prestigieux-european-physical-society-demolit-la-version-officielle/

Publicités

Etats-Unis: malgré la publication des « 28 pages », l’implication saoudienne dans le 11 septembre est toujours dissimulée

New York Post, Paul Sperry, le 10/09/2016

National_Park_Service_9-11_Statue_of_Liberty_and_WTC_fire_wikimediaLa Maison Blanche pense que publier les « 28 pages » résumant l’implication saoudienne dans le 11 septembre a satisfait le besoin du public de savoir. Mais ne soyez pas dupe. L’histoire reste ensevelie sous plus de 100.000 pages d’autres documents, encore secrets.

Le public n’a même pas pu voir tout ce qui se trouve dans ces 28 pages (en fait, 29) longuement classifiées de l’enquête du Congrès, qui se concentrent étroitement sur les contacts d’officiels du gouvernement saoudien avec seulement deux des 15 pirates de l’air saoudiens pendant leur séjour à San Diego. L’administration Obama a censuré des informations critiques à travers le document.

En tout, il y a près de 100 révisions distinctes, allant de mots simples, tels que les noms des suspects saoudiens, aux paragraphes et à des sections entières de texte. Les censeurs d’Obama n’ont donné aucune raison pour justifier que chacune de ces informations aient dues être gardées secrètes 15 ans après les attentats, même si ces explications sont nécessaires dans le cadre des examens de déclassification.

Les 29 pages révèlent de nombreuses connections, qui se renforcent entre des officiels saoudiens et les pirates de l’air du 11 septembre. Aussi convaincantes soient-elles en les reliant ensemble en tant que co-conspirateurs, celles-ci sont simplement un résumé des documents d’enquête du FBI et de la CIA qui détaillent les éléments de preuve, y compris avec des dossiers téléphoniques et financiers, ainsi que des déclarations de témoins et d’informateurs saoudiens. Les dossiers du FBI concernant un agent présumé du renseignement saoudien et preneur en charge du pirate de l’air, Omar al-Bayoumi, correspondent à eux seuls d’après ce qui est dit à plus de 4000 pages. Ils sont censés inclure des interviews avec des représentants du gouvernement saoudien qui ont été en contact avec Bayoumi.

Les avocats des familles du 11 septembre qui poursuivent le royaume saoudien, qui ont remporté vendredi le passage au Congrès d’un projet de loi supprimant l’immunité souveraine de l’Arabie Saoudite, veulent mettre la main sur ces documents, ainsi que sur:

  • Plus de 80.000 pages de documents inédits liés à l’enquête du FBI concernant une riche famille saoudienne avec un bon réseau, à Sarasota, en Floride, qui avait « beaucoup de connections » avec des « personnes associées aux attentats terroristes du 11/09/2001, » selon un rapport du FBI de 2002.
  • Des dossiers d’enquête du FBI, toujours classifiés, d’une investigation sur des pirates de l’air basés en Virginie et au New Jersey, ainsi qu’en Arizona et dans l’Oklahoma.
  • Des documents encore secrets de la Commission du 11 septembre, y compris une interview des enquêteurs en 2003 avec le prince saoudien Bandar, dont le compte-rendu reste sous clé aux Archives nationales. (L’interview pourrait faire la lumière sur la raison pour laquelle, selon les 29 pages, Bandar a personnellement écrit des chèques à l’un des preneurs en main présumé des pirates de l’air et pourquoi un agent important d’al Qaïda capturé au Pakistan possédait un numéro de téléphone confidentiel lié à une résidence de Bandar à Aspen, ainsi que le numéro de téléphone de l’un des gardes du corps de Bandar à l’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington.)
  • Une section entière sur le rôle de l’Arabie Saoudite dans le 11 septembre qui a été effacée dans le rapport 2015 de la Commission d’examen du 11 septembre, mise en place pour évaluer la performance du FBI et de la CIA dans l’application des recommandations de la commission d’origine et pour évaluer de nouvelles preuves.
  • Le « rapport de renseignement conjoint FBI-CIA pour évaluer la nature et l’étendue du soutien du gouvernement saoudien au terrorisme », [daté de] 2005, qui reste classifié.
  • Quelques 632 pages détenues par le Département du Trésor expliquant pourquoi un organisme de bienfaisance saoudien lié à Al-Qaïda a été officiellement désigné comme une organisation terroriste étrangère.
  • Des documents et autres matériaux récupérés dans le raid du complexe d’Oussama Ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, en 2011, qui restent encore scellés.
  • Des pages révisées d’un rapport de la CIA en 2002 intitulé « Le soutien financier basé en Arabie Saoudite envers les organisations terroristes ».
  • Des documents fédéraux relatifs aux enquêtes concernant jusqu’à 70 ressortissants saoudiens ayant des pouvoirs diplomatiques saoudiens qui ont été chassés et renvoyés dans leur pays après le 11 septembre, dont la plupart travaillaient dans les bureaux des affaires islamiques de l’ambassade d’Arabie Saoudite, à Washington DC .
  • Des rapports du FBI et des notes de service du Département d’Etat détaillant la décision de refuser une nouvelle entrée aux États-Unis, en 2003, de Fahad al-Thumairy, un religieux saoudien qui travaillait au consulat saoudien à Los Angeles et dont on dit qu’il aurait agi en tant que l’homme d’avant-plan pour deux des pirates de l’air saoudiens et, en fait, aurait peut-être été au centre du réseau de soutien américain pour eux.

La Maison Blanche et Riyad espéraient que le public passerait à autre chose après la publication partielle des 29 pages.

« Maintenant que la déclassification est terminée », a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, « nous espérons poursuivre notre coopération étroite avec les Etats-Unis ». Pas si vite. Avec tant de choses encore cachées à la vue du public, la publication des 29 pages ne devrait être que le début de la transparence sur le 11 septembre, et non la fin.

Paul Sperry est l’auteur d’Infiltration: comment les espions et les [éléments] subversifs musulmans ont infiltré Washington

Source: http://nypost.com/2016/09/10/despite-28-pages-release-saudis-911-involvement-still-buried/

Un groupe derrière la distribution d’un faux journal du New York Times identifié comme étant le Jewish Voice For Peace

journal_parodie

JTA et Haaretz, 3 février 2016

JTA – Jewish Voice for Peace a pris crédit mercredi pour la distribution de milliers de fausses versions du New York Times à Manhattan et sur les médias sociaux.

L’organisation, qui soutient le mouvement anti-Israël, Boycott, Désinvestissement, Sanctions, ou BDS, a déclaré dans un communiqué publié mercredi qu’il a distribué 10.000 exemplaires parodiques, qui comprenaient des articles tels que « le Congrès va débattre l’aide à Israël » et « Sur les traces de Mandela et King: un mouvement non-violent gagne du terrain dix ans plus tard », ainsi qu’un éditorial, « Notre nouvelle politique éditoriale: Repenser Israël-Palestine ».

Les membres du Jewish Voice for Peace de New York et de Jews Say No!, une organisation pro-palestinienne basée à New York, ont créé le journal pour « montrer à quel point est biaisé le présent rapport sur Israël et la Palestine et pour montrer à quoi pourrait ressembler un journal qui serait juste et précis, a dit dans un communiqué Alan Levine, membre de « Just Say No! et l’un de ses auteurs.

Le faux journal imite les polices et mise en forme de style du Times, et se décrit comme « Supplément – Repenser notre couverture sur Israël et la Palestine en 2015. » Parmi les objets présentés en ligne, un lien vers des « corrections » qui déclarent: « Il est venu à notre attention que la grande majorité des articles sur la violence en Israël et dans les territoires palestiniens occupés ont omis d’inclure les noms des Palestiniens tués par les forces israéliennes. » Il comprenait également des articles et des fausses annonces, comme l’une pour les montres « TimeUp » avec la devise « Le moment, c’est maintenant: la fin de l’aide militaire américaine à Israël. »

Le domaine du faux journal et du compte Twitter ont été suspendus, mais la version en ligne peut encore être consultée ici.

Un porte-parole du New York Times aurait déclaré que le journal s’est opposé à sa marque de fabrication en l’ayant utilisé pour pousser une position politique spécifique.

Source: http://www.haaretz.com/world-news/1.701218

Télécharger la version pdf du journal parodique: https://jewssayno.org/2016/02/04/heres-the-paper/

Le lanceur d’alerte de la NSA William Binney rejoint AE911Truth dans l’appel pour une vraie enquête sur le 11 septembre – GRTV Interview spéciale

William Binney, lanceur d’alerte de la NSA

William Binney était un fonctionnaire avec une carrière de 30 ans à la NSA qui a démissionné en octobre 2001 en raison des flagrantes et délibérées violations de la Constitution dans lesquelles l’agence s’était engagé. Au cours des 13 dernières années, il a travaillé à rendre responsable l’agence pour ses actions. Maintenant, il a signé la pétition des Architectes et Ingénieurs pour la Vérité du 11 septembre [Architects and Engineers for 9/11 Truth], afin d’appeler à une nouvelle enquête sur les attaques du 11 septembre.

Aujourd’hui sur GRTV, James Corbett parle à William Binney et Richard Gage au sujet de la NSA, du 11 septembre, et la couverture actuelle qui entoure la vérité sur le 11 septembre.

(youtube)

Attentats du 11 septembre: Preuve sonore des explosions du WTC 7 par David Chandler

Vidéo publiée par AE911, Architectes et Ingénieurs pour la vérité du 11/9.

M. Chandler, professeur de physique, réfute la déclaration du National Institute of Standards and Technology (NIST) selon laquelle les rapports de témoins visuels enregistrés sur place ne donnent pas de preuves d’explosions. Il passe aussi en revue les rapports de presse montrant que l’on savait que le bâtiment 7 du WTC (WTC 7) allait s’effondrer.

(youtube)

Richard Gage apporte de nouvelles preuves de démolition contrôlée sur les attentats du 11 septembre

Le fondateur de AE9/11Truth, Richard Gage, invité du Washington Journal sur C-SPAN le 1er août 2014, montre que le bâtiment 7 du WTC a été soumis à une démolition contrôlée le 11 septembre 2001.

« Il essaie seulement de créer du buzz autour de son livre »: les New-Yorkais outragés par Russell Brand qui admet qu’il est ouvert d’esprit sur les théories du complot du 9/11

World Trade Center, le 11 septembre 2001

Par Martin Robinson et Corey Charlton, 25 octobre 2014

Le Comédien a été questionné sur le 9/11 parce qu’il a dit que c’était «contrôlé» dans [son] livre  
Il a déclaré à BBC Newsnight: «Nous devons garder l’esprit ouvert à tout type de possibilité. Faites-vous confiance au gouvernement américain?  
Les New-Yorkais ont fait entendre leur indignation face à ces commentaires «paranoïaques» et «insensibles»  
Il a ajouté: «Je pense que c’est très intéressant de voir la relation que la famille Bush a eu pendant longtemps avec la famille Ben Laden »  
Il a accusé la BBC de construire un ‘récit anti-islamique’ sur l’attaque terroriste d’Ottawa
La proche d’une victime affirme qu’elle est choquée qu’il «serait si stupide ‘

La célébrité a été mise à sac par MTV après s’être habillé en Ben Laden, le jour après le 9/11  
Les critiques l’ont qualifié d’ « idiot sauvage »et lui ont dit de « coller à la comédie »
Les téléspectateurs se plaignent auprès de la BBC pour sa diatribe sur le complot du 9/11
L’entreprise défend son apparition et dit: Aimez-le ou détestez-le, il exprime l’humeur anti-politicienne’

Les New-Yorkais ont réagi furieusement à l’affirmation de Russell Brand qu’il est «ouvert» quant à savoir si les Etats-Unis étaient derrière les attaques de 9/11.

Le comédien de 39 ans a déclaré dans une interview de BBC Newsnight qu’il croit qu’il existe une relation «intéressante» entre les familles de l’ancien président américain George Bush et le leader d’Al-Qaïda Oussama ben Laden, et il a demandé: «Faites-vous confiance au gouvernement américain?»

Brand a été pressé par le présentateur Evan Davis de commenter son nouveau livre, Révolution, parce qu’il y décrit les attaques du 9/11 sur les Twin Towers à New York comme «contrôlées».

Lire la suite: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2806376/Russell-Brand-open-minded-conspiracy-theories-surrounding-9-11-terror-attacks-asks-trust-American-Government.html

« ZERO, Enquête sur le 11 Septembre »

Plébiscité par les médias italiens et sélectionné pour le Festival du cinéma de Rome en 2007, « Zéro » est sans conteste l’un des meilleurs films documentaires offrant une vue d’ensemble sur le 11 septembre 2001 et ses zones d’ombre.

Une véritable enquête d’investigation s’appuyant sur des interviews d’experts, survivants et témoins oculaires, et mettant en exergue un nombre alarmant d’inexactitudes et d’incohérences dans la version officielle des attentats du 11 Septembre.

À l’origine de ce film, Giulietto Chiesa qui fut journaliste pour les plus grands journaux italiens et député au Parlement européen. Giulietto Chiesa s’est entouré de plusieurs journalistes d’investigation, dont le journaliste Franco Fracassi, réalisateur du film, pour enquêter une année durant aux États-Unis et en Europe.

Source: http://www.reopen911.info/video/zero-enquete-sur-le-11-septembre-en-francais.html

Rapport CBS sur le 11 septembre: une explosion au niveau du sol a causé l’effondrement du WTC

Documentaire vidéo présentant les preuves et l’hypothèse d’une démolition contrôlée du WTC.

Paul Joseph Watson
Prison Planet.com
Vendredi 15 Octobre 2010

Encore une autre vidéo du 11 septembre, que le NIST [National Institute of Standards and Technology] a essayé de bloquer pour ne pas qu’elle soit publiée, a émergé dans la discussion sur les bombes dans le World Trade Center qui a conduit à l’effondrement des tours jumelles, indiquant une fois de plus que l’organisation a tenté de présider une dissimulation pour cacher les preuves d’explosifs secondaires.

Chacune des vidéos que nous avons pu étudier à la suite d’un procès intenté par le Centre International pour les Etudes sur le 11 septembre, lequel a forcé l’Institut National des Standards et de la Technologie [NIST] à publier 3 téraoctets de documents, a permis de regrouper des preuves directes ou des preuves de témoins oculaires de la démolition contrôlée, ce qui suggère que le refus du NIST [National Institute of Standards and Technology] pour publier la vidéo après une requête FOIA était un stratagème délibéré pour essayer de garder les documents en dehors de l’arène publique.

Mercredi, nous avons expliqué comment les images de l’effondrement du WTC 7 ont été éditées pour essayer de dissimuler les preuves de la démolition contrôlée.

La nouvelle vidéo montre la journaliste de CBS 2 Marcia Kramer discuter d’un reportage de CNN sur des explosions secondaires à l’intérieur des zones au niveau du sol de la tour sud qui ont causé l’effondrement du bâtiment.

« CNN rapporte maintenant qu’il y a eu une troisième explosion au World Trade Center, probablement une explosion venant du sol qui a conduit le World Trade Center 1 à s’effondrer sur lui-même », déclare la journaliste Marcia Kramer dans la vidéo.

Kramer se réfère au WTC 1 [World Trade Center 1], mais en fait, elle est en train de parler de la tour sud, qui fut la première à s’effondrer. La vidéo en direct dans le reportage montre la tour nord fumante encore debout.

« Encore une fois, il y a eu une troisième explosion, on ne sait pas ce qui l’a causé, s’il s’agissait d’une bombe ou bien si le premier avion qui s’est écrasé sur la tour a été en quelque sorte piégé avec une bombe qui a été programmée pour exploser plus tard, après que l’accident ait eu lieu. Mais CNN rapporte qu’il y a eu une troisième explosion qui a conduit le World Trade Center 1 à s’effondrer sur lui-même », ajoute-elle.

Regardez la vidéo

La vidéo s’accorde avec une séquence vidéo que le NIST [National Institute of Standards and Technology] a tenté de garder secrète, où les pompiers du 11 septembre décrivent des explosions secondaires dans le hall de la tour qui ont causé l’effondrement du bâtiment.

Comme nous l’avons souligné la semaine dernière, de nombreux témoins, y compris WTC le gardien William Rodriguez, le surperviseur Anthony Saltalamacchia, et l’employé de gardiennage d’ABM Services Kenneth Johannemann, ont tous décrit des explosions dans le sous-sol des tours avant et après qu’elles aient été frappées par les avions.

Un travailleur depuis 15 ans, Marlene Cruz, et de nombreux autres travailleurs du sous-sol du WTC, y compris Felipe David et Salvatore Giambanco, ont tous été en public depuis les attentats pour parler des explosions secondaires dans les niveaux inférieurs des tours.

La Commission du 11 septembre a complètement ignoré les centaines de survivants, les professionnels, les premiers intervenants, les pompiers et les policiers qui ont déclaré de nombreuses explosions secondaires à tous les niveaux des tours jumelles.

(L’article continue plus bas)

L’histoire officielle dicte que l’effondrement des deux tours a commencé au niveau du point d’impact où les avions ont frappé les bâtiments. Les preuves d’explosions au niveau du sol qui ont contribué à l’effondrement des tours ne viendraient pas confirmer l’insistance du gouvernement selon laquelle l’attaque était uniquement l’œuvre de 19 pirates de l’air agissant au nom d’Oussama ben Laden, ce qui est sans doute la raison pour laquelle le NIST [National Institute of Standards and Technology] a combattu bec et ongles pour empêcher cette vidéo et d’autres d’être publiées.

ARTICLES CONNEXES: Vidéo: Les pompiers du 11 septembre révèlent d’énormes explosions avant que les tours se soient effondrées

ARTICLES CONNEXES: Une nouvelle vidéo du 11 septembre révèle les explosions du WTC 7

ARTICLES CONNEXES: Est-ce que le NIST a modifié la vidéo du WTC 7 pour dissimuler les preuves de l’implosion?

*********************

Paul Joseph Watson est l’éditeur et écrivain pour PrisonPlanet.com. Il est l’auteur de L’Ordre du chaos. Watson est aussi un hôte-invité pour The Alex Jones Show. Watson a été interviewé par de nombreuses publications et émissions de radio, y compris Vanity Fair et Coast to Coast AM, les talk-shows de nuit les plus écoutés d’Amérique.

Cet article a été posté: Vendredi 15 Octobre 2010 à 04h15

Source: http://www.prisonplanet.com/cbs-report-on-911-ground-level-explosion-caused-wtc-to-collapse.html

3 Février 2013: Julian Assange a reçu le « Yoko Ono Lennon Courage Award »

Yoko Ono Courage Award

Le 3 Février, lors d’un dîner privé, à The Modern, MoMA, NYC, en présence de plus de 150 invités, Julian Assange a reçu le « Yoko Ono Lennon Courage Award For the Arts 2013 » pour son travail WikiLeaks, qui comprend, parmi les autres révélations, Collateral Murder. Ce prix est décerné aux personnes qui ont fait preuve d’un courage extraordinaire et qui, à travers leur art, ont changé le monde.
Ont accepté le prix au nom de Julian Assange, à la fois l’Honorable Juge Baltasar Garzon Real et Michael Ratner, Président Émérite du Centre pour les Droits Constitutionnels.
Ont aussi assisté à la cérémonie de remise du prix, l’Honorable Ricardo Patino Aroca, Ministre des Affaires Étrangères de l’Équateur, et Daniel Ellsberg, source des « Pentagon Papers ».

Discours de Julian Assange in absentia:

Tout d’abord, je tiens à remercier Yoko Ono Lennon pour son esprit et son courage en m’accordant ce prix. Une femme dévouée dont les actions nombreuses la définissent. Une mise à l’épreuve pour nous tous.

Les gens me demandent souvent comment je fais pour continuer.

Ils le demandent comme si mon travail était une sorte de fardeau pour moi.

Rien ne serait plus éloigné de la vérité.

Il n’y a pas de plus grand plaisir que celui de se battre pour vos principes.

Il n’y a pas de plus grand plaisir que celui de se battre pour ceux qui ont tout risqué pour partager votre vision.

Et il n’y a pas de plus grand plaisir que de voir ceux que vous admirez, commencer à se battre pour vous, en retour.

Et tandis que l’ambassade qui m’abrite est toujours entourée par une police armée, ma voix est libre.

Dans les contraintes de l’opération extérieure de surveillance du Royaume-Uni, je suis libre de voir mon personnel et mes amis.

Beaucoup se sont battus et continuent de se battre pour permettre cette liberté fondamentale et je leur en suis reconnaissant.

Je tiens à remercier le peuple de l’Équateur.

Je tiens à remercier le Président Rafael Correa et le Ministre des Affaires étrangères Patino pour leur soutien courageux et inflexible.

Leur position renforce, non seulement mes droits, mais les droits des réfugiés politiques partout dans le monde. Soutenons-les.

Je dédie ce prix à nos sources courageuses, nos supporters et à mon personnel.

À travers leur courage et leur esprit, ils révèlent la vraie nature de notre civilisation humaine globale. C’est ainsi que nous pouvons la réformer. L’élever – et la rendre juste, au-delà de ses humbles origines.

Leur courage en documentant les crimes de guerre, les violations flagrantes des droits de l’homme et la corruption de nos sociétés, est inégalé.

Je tiens à remercier tous nos volontaires anonymes et tous ces volontaires d’Anonymous. Vous êtes invisibles dans votre travail, mais votre travail est loin d’être invisible.

Mais je tiens spécialement à en nommer quelques-uns.

Le volontaire Aaron Swartz, âgé de 26 ans. Activiste politique, traqué à mort, ici même à New York, le mois dernier, dans le cadre de la politique plus large de répression contre nos idéaux.

La source présumée, désormais prisonnier politique, Bradley Manning. Bradley est maintenant à deux semaines d’avoir passé 1000 jours en prison. La plus longue détention provisoire dans l’histoire de l’armée américaine.

La source présumée, désormais prisonnier politique, Jeremy Hammond, détenu sans jugement, ici même à New York, pour les derniers 336 jours jusqu’à aujourd’hui.

Le volontaire et source présumée, désormais prisonnier politique, Gottfrid Svartholm, détenu en Suède depuis près de cinq mois.

Les protestataires du blocus bancaire de WikiLeaks, Christopher Weatherhead, âgé de 22 ans, et Ashley Rhodes, âgée de 28 ans. Condamnés respectivement la semaine dernière à 18 mois et 7 mois de prison, au Royaume-Uni.

Et je tiens à remercier mes avocats Baltasar Garzon et Michael Ratner qui me représentent ici aujourd’hui, comme ils le font chaque jour.

Ensemble avec nos avocats aux Etats-Unis, en Europe, en Afrique, en Australie et en Équateur, ils font partie de la lutte pour s’assurer que nos droits soient respectés et que WikiLeaks puisse continuer sa mission.

Avec autant de courage, de ténacité, l’amour et le soutien de nos amis, faire taire WikiLeaks reste et continuera de rester un fantasme.

Nous continuerons notre combat pour informer le monde, comprendre ses institutions, et pour porter notre civilisation à un degré plus élevé.

Je vous remercie tellement,
Julian Assange
Ambassade d’Équateur
Londres
3 Février 2013

NEW YORK – 3 FÉVRIER A 21h30 (HEURE DE NEW YORK).
LONDRES – 4 FÉVRIER A 02h30 (HEURE DE LONDRES).
SYDNEY – 4 FÉVRIER A 13h30 (HEURE DE SYDNEY).

Source: http://www.twitlonger.com/show/ku2ld8

http://wlcentral.org/node/2812

Plus de détails:

http://collateralmurder.org/

http://wikileaks.org

http://usvwikileaks.org

http://justice4assange.com

http://imaginepeace.com/?tag=courage-awards-for-the-arts

http://ccrjustice.org

http://wikileaks-press.org/assange-wins-yoko-ono-lennon-courage-award/