La liberté de la presse en Islande — trop beau pour être vrai?

ministre_islande

EJO, Clemens Bomsdorf, le 06/09/2016

Pendant longtemps, l’Islande a été considéré comme un brillant exemple de la liberté de la presse – peut-être trop beau pour être vrai. Mais, plus récemment, les politiciens du pays ont tenté d’influencer les médias. Le dernier exemple est venu directement d’en haut, lorsque Sigmundur David Gunnlaugsson, premier ministre à l’époque, a essayé de supprimer une interview télévisée sur sa possession d’une société offshore au Panama. La tentative a échoué et Gunnlaugsson a finalement été contraint de démissionner.

La désormais célèbre interview montre Gunnlaugsson commençant à balbutier quand un journaliste suédois le questionne à propos de la société offshore, Wintris. Peu de temps après, il quitte la pièce, rejetant toutes les allégations. Pour aggraver les choses, l’assistant de Gunnlaugsson a alors appelé la station de télévision pour essayer d’arrêter l’interview en cours de diffusion.

Les politiciens et la chaîne de télévision publique de l’Islande

La tentative d’ingérence de Gunnlaugsson n’est pas la première faite par des politiciens islandais: beaucoup se sont plaints au Parlement que RUV, la chaîne de télévision du service public du pays, est partiale. En août 2013, Vigdis Hauksdóttir, membre du Parti progressiste de Gunnlaugsson et président du Comité du budget du Parlement, a émis une menace à peine voilée. « Je pense qu’une quantité anormale d’argent va à RUV. Surtout quand ils ne font pas un meilleur travail pour rapporter des informations … » a-t-elle dit. Quelques mois plus tard, en décembre 2013, le budget de RUV, qui est directement contrôlé par le gouvernement, a été réduit de 20%.

La réduction du budget a conduit à des plaintes par l’Union européenne de radio-télévision (UER) et a forcé RUV à couper des programmes et à réduire le personnel, par exemple en réduisant un réseau déjà rares de correspondants étrangers à zéro. Le diffuseur prévoit de nouvelles réductions au sein de son service dans un avenir proche.

Valgerdur Anna Jóhannsdóttir, une universitaire des médias à l’Université d’Islande, a dit qu’elle est sûre que « la critique constante a au moins un effet potentiellement dissuasif sur les journalistes ». Elle a ajouté qu’il y a moins de distance entre la politique et le service public de diffusion en Islande que dans les autres pays nordiques.

Les sociétés de médias privés: porte-paroles des puissants

Beaucoup de sociétés privées de médias établis de l’Islande sont la propriété ou sont édités par des politiciens ou des figures puissantes des affaires et sont considérées comme servant des intérêts particuliers. En conséquence, la confiance du public dans les médias a considérablement diminué ces dernières années.

Lire la suite: http://en.ejo.ch/media-politics/iceland

Publicités

Panama Papers: Des espions et des alliés obscurs se cachent en secret avec l’aide d’une société offshore

Une société vient en aide à des agents de la CIA et d’autres personnages – réels ou imaginaires – du monde de l’espionnage pour mettre en place des sociétés offshore pour masquer leurs transactions

ICIJ, Will Fitzgibbon, le 5 avril 2016

Dans cette histoire

  • Des chefs d’espionnage, des agents secrets et de présumés contracteurs de la CIA parmi ceux à utiliser des sociétés offshore
  • Des agents secrets ont utilisé des sociétés offshore, entre autres choses, pour avoir des terrains de golf
  • Octopussy, Goldfinger, Skyfall, GoldenEye, Moonraker parmi les noms de société offshore utilisés par Mossack Fonseca

Un jour, au cours de sa campagne présidentielle de réélection en septembre 1996, Bill Clinton est entré dans une salle à l’hôtel Westin Crown Center à Kansas City, Missouri. En jeu, un quart de million de dollars dans la collecte de fonds de campagne. Clinton se tourna vers son hôte généreux, Farhad Azima, et conduit les invités en chanson.

« Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire… »

Azima, né en Iran, et directeur américain d’une compagnie aérienne charter, a longtemps fait des dons aux deux administrations démocrates et républicaines. Il a visité la Maison Blanche sous Clinton 10 fois entre octobre 1995 et décembre 1996, y compris les cafés privés de l’après-midi avec le président. Des années plus tard, alors qu’Hillary Clinton se présentait pour l’élection au Sénat en décembre 1999, Azima l’a accueillie avec 40 invités pour un dîner privé qui a levé 2500 $ par tête.

Les activités de collecte de fonds démocrates d’Azima ont fourni une tournure intéressante dans la carrière d’un homme qui se trouve dans une tempête médiatique de l’un des plus grands scandales politiques de l’Amérique, l’affaire Iran-Contra, pendant l’Administration des Républicains sous Reagan.

panama-papersAu milieu des années 1980, les hauts responsables de l’administration Reagan se sont secrètement arrangés pour vendre des armes à l’Iran pour aider à libérer sept otages américains, puis ont utilisé ensuite le produit de la vente pour financer les rebelles nicaraguayens de droite connus comme les Contras. Lors d’une mission à Téhéran en 1985, l’un des avions cargo Boeing 707 d’Azima a livré 23 tonnes de matériel militaire, rapporte le New York Times. Azima a toujours prétendu ne rien savoir sur le vol ou même si cela est arrivé.

« Je n’ai rien à voir avec l’Iran-Contra », a déclaré Azima à l’ICIJ. « J’ai été examiné par tous les organismes connus aux États-Unis et ils ont décidé qu’il n’y avait absolument rien », a dit Azima. « Ce fut une chasse aux oies sauvages. L’application et la réglementation du droit y sont tombés ».

Maintenant, les documents obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation, le journal allemand Süddeutsche Zeitung et d’autres partenaires des médias révèlent de nouveaux détails sur l’un des donateurs de fonds politiques les plus colorés de l’Amérique. Les dossiers décrivent également les contrats offshore faits par une autre figure de l’Iran-Contra, le milliardaire saoudien Adnan Khashoggi.

Lire l’intégralité de l’article: https://panamapapers.icij.org/20160405-spies-secret-offshore-companies.html

« La carte des compagnies et des clients du #PanamaPapers: plus de 3000 aux Etats-Unis, plus de 9000 au Royaume-Uni » (WikiLeaks)

Voir la carte complète: https://briankilmartin.cartodb.com/viz/54ddb5c0-f80e-11e5-9a9c-0e5db1731f59/embed_map

Lien du tweet de WikiLeaks: https://twitter.com/wikileaks/status/716941059935375360

Le Offshore Leaks, scandale mondial?

Offshore Leaks, les paradis fiscaux

Par Charles Carrasco avec Amandine Alexandre, correspondante à Londres

Publié le 4 avril 2013 à 08h21

Des millions de transactions financières dans des paradis fiscaux sont dévoilées jeudi par la presse.

L’INFO. C’est un séisme fiscal planétaire. Des millions de transactions « offshore » ainsi que des dizaines de milliers de noms de sociétés et de particuliers provenant de 170 pays dans le monde entier vont être dévoilés jeudi. Ces révélations proviennent du travail de 86 journalistes du monde entier (The Guardian, la BBC, le Washington Post, Le Soir ou encore Le Monde) sous la direction de l’International Consortium of Investigate Journalists (ICIJ) à Washington.

Ces journalistes ont rassemblé durant quinze mois 2,5 millions de fichiers ainsi que les comptes de 120.000 sociétés offshore. La fuite informatique équivaut, rapporte Le Soir à 160 fois le volume des câbles diplomatiques, comme ceux de WikiLeaks en 2010.

Qui est mis en cause ? Ce que l’on sait c’est que les détenteurs de ces comptes « offshore » sont des riches et puissants du monde entier. Il y a des proches de Vladimir Poutine, le président russe, les filles du président de l’Azerbaïdjan, une collectionneuse d’art espagnole ou encore l’ancien ministre des finances de la Mongolie. A cette liste de VIP, il faut ajouter de nombreux quidams : des dentistes américains ou encore des villageois grecs qui échappent ainsi aux services fiscaux de leurs pays respectifs.

Les experts cités par The Guardian estiment que l’argent placé dans ces paradis fiscaux et qui échappe donc de cette façon au fisc est l’équivalent du Produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis et du Japon réunis ! On évoque des sommes colossales.

Un homme d’affaires français, Jean-Jacques Augier, l’un des trésoriers de la campagne de François Hollande, aurait bénéficié de cette industrie offshore, selon The Guardian. Il aurait investi en Chine en 2005 et il aurait bénéficié d’argent placé sur des comptes dans les îles Vierges britanniques pour réaliser cet investissement.

Source: http://www.europe1.fr/International/Le-Offshore-leaks-scandale-mondial-1470771/

Hashtag officiel sur Twitter: #OffshoreLeaks

Autres articles sur ce thème: Des données secrètes sont en main des journalistes
A l’ombre des cocotiers, de l’argent caché
Et maintenant, le « Offshore Leaks »