Etats-Unis/Israël: Les signes d’une politique commune, dès 2008, pour éliminer les figures-clés du régime syrien et de ses alliés

Syria.BasharAlAssad.02Photo: Affiche avec le portrait du président Assad, avec l’inscription « Que Dieu protège la Syrie » (2006).

Dans des révélations récentes de The Intercept, on apprend que la mort mystérieuse d’un général de Bachar al-Assad, en 2008, a été opérée par les services secrets israéliens, d’après des documents émanant de la NSA américaine. Mais cette mort et cet assassinat, replacés dans un contexte politique plus large, font voir d’autres choses importantes: le rapport conflictuel entre la Syrie et Israël, l’intérêt commun de certains pays (Etats-Unis, Arabie Saoudite, Qatar, Turquie) pour faire tomber le régime Assad, mais aussi les défaillances internes au régime syrien, les purges au sein des services secrets et la fissuration d’un système qui allait tomber irrémédiablement vers une guerre généralisée.

C’est cette fissuration de l’intérieur qui a conduit à la situation actuelle en Syrie et qui a facilité l’expansion de la guerre, du chaos et de la terreur — le tout favorisé par une alliance de l’Occident, de pays arabes et de l’Etat israélien contre le régime Assad. Ce sont encore aujourd’hui ces fissurations idéologiques qui empêchent la paix en Syrie et qui empêchent tous les groupes opposés idéologiquement de trouver un terrain d’entente pour revenir à une situation « normale » d’avant-guerre.

Le régime syrien, semblable à un mur en béton, a subi des pressions venant de toutes parts – de l’intérieur même des services secrets, des opposants au régime, et de l’extérieur, venant de pays occidentaux ou arabes opposés à Bachar al-Assad – et il n’a pas tenu face à la contestation civile qui allait l’emporter dans une chute totale. Le problème, c’est qu’en s’effondrant, le régime syrien est retombé par morceaux entiers sur une population sans défense et que ce qui a émergé de ces ruines, c’est l’Etat Islamique.

Les assassinats d’Imad Mughniyeh et de Mohammad Suleiman: Israël et la CIA

L’assassinat d’Imad Mughniyeh est évoqué dans un des documents Wikileaks, les Stratfor Files. Stratfor, une société privée du renseignement américain, fait un rapport sur la mort d’Imad Mughniyeh, présenté comme « un des piliers du Hezbollah », et mort dans une explosion de voiture le 12 février 2008. Le rapport de Stratfor (traduit ici en français), établi grâce à une source israélienne, attribue l’attentat contre Imad Mughniyeh aux services secrets israéliens, le Mossad. Le plus étonnant, c’est qu’Imad Mughniyeh, décrit comme « un partisan de la guerre clandestine et un théoricien de l’attentat à la voiture piégée » (Wikipedia) est lui-même mort assassiné dans un attentat, dans l’explosion de sa voiture — comme si le Mossad avait voulu lui jouer une revanche en choisissant son moyen de lutte privilégié pour le tuer.

Mais, dans un article du Washington Post, daté de janvier 2015, on apprend que le Mossad a été assisté de l’aide de la CIA américaine pour réaliser l’élimination d’Imad Mughniyeh, notamment en ce qui concerne la mise au point de la bombe:

Les États-Unis ont aidé à construire la bombe, a dit l’ancien fonctionnaire, et l’ont testé à plusieurs reprises dans un établissement de la CIA en Caroline du Nord pour s’assurer que la zone de l’explosion potentielle soit contenue et n’entraînerait pas de dommages collatéraux.

Ces éléments qui ont été révélés il y a quelques mois montrent qu’il y a bien eu une volonté commune entre les Etats-Unis et Israël pour éliminer certaines figures-clés liées au Hezbollah et au régime syrien, les deux étant soutenus par l’Iran. Cette politique d’élimination et d’assassinats qui a eu lieu en 2008, bien avant le début de la guerre civile en Syrie, montre la montée de la tension politique au Moyen-Orient: les tentatives de paix entre Israël et la Palestine échouent, l’Etat israélien sent monter la menace d’une agression à ses frontières et s’empresse dans la panique de faire assassiner toute une liste de personnalités jugées dangereuses pour la sécurité de l’Etat d’Israël. Imad Mughniyeh en faisait partie, tout comme le général syrien Mohammad Suleiman.

Il y a deux interprétations à cette série d’assassinats ciblés: soit ces assassinats ont été menés comme une alternative pour éviter la guerre, autrement dit comme un moyen de pression pour forcer le gouvernement syrien à ne plus soutenir le Hezbollah et à négocier avec Israël, soit ces assassinats ont été menés par Israël et les Etats-Unis comme une préparation à une guerre planifiée avec la Syrie dès 2008, dans le but d’affaiblir à l’avance le régime syrien en éliminant les chefs militaires et les soutiens proches de Bachar al-Assad, comme Imad Mughniyeh et Mohammad Suleiman.

D’autre part, ce qui montre le lien entre ces deux assassinats comme le reflet d’une politique commune entre les Etats-Unis et Israël, c’est l’intervalle de temps — 6 mois à peine — qui séparent la mort d’Imad Mughniyeh et celle de Mohammad Suleiman. Comme le souligne The Intercept dans son article sur la mort de Mohammad Suleiman, le général qui était une figure-clé du régime de Bachar al-Assad:

L’assassinat israélien de Suleiman est venu moins de six mois après qu’une équipe conjointe de la CIA et du Mossad a assassiné un haut membre du Hezbollah dans le coeur de Damas, selon plusieurs responsables actuels et anciens de l’armée et du renseignement américain. L’implication américaine et israélienne dans cette attaque, qui visait l’agent du Hezbollah Imad Mughniyeh, a été rapportée en tout premier et en détail par le Washington Post.

On peut donc fortement soupçonner que l’assassinat d’Imad Mughniyeh, le 12 février 2008, puis celui de Mohammad Suleiman, le 1er août 2008, faisaient tous deux parties d’une liste commune au Mossad israélien et à la CIA américaine pour contrer et affaiblir le régime syrien et ses alliés, même si le lien à la CIA pour Mohammad Suleiman n’est pas démontré.

Le régime Assad, un régime fissuré de l’intérieur

En 2008, des sources citées par des journalistes faisaient déjà le lien entre la mort de Mohammad Suleiman et celle d’Imad Mughniyeh (sans parler encore d’une responsabilité du Mossad ou de la CIA). Ces articles soulevaient plutôt la question d’une vengeance au sein des services secrets syriens, en effet:

Des membres internes du régime indiquent que le meurtre de Mughniyeh, qui a causé au leader syrien un sérieux embarras avec ses alliés iraniens et le Hezbollah, a déclenché une purge dans les rangs supérieurs des services de renseignement en Syrie. Certains spéculent que ces purges ont pu créé un motif de revanche pour le meurtre de [Mohammad] Suleiman.

Ces affaires concernant les services secrets ont pu affaiblir de l’intérieur le régime syrien et conduire, peut-être, à une forme de trahison et de contestation accrue contre le régime de Bachar al-Assad avant de mener à la guerre civile.

D’autre part, le régime syrien était fragile de l’intérieur, comme l’ont constaté les diplomates américain, dès 2006, dans un câble publié par Wikileaks (06DAMASCUS5399). Les Etats-Unis avaient conscience de ces failles dans le régime syrien. Le cercle du pouvoir de Bachar al-Assad est très restreint à ce moment: le pouvoir est détenu par un nombre très limité de personnes, un « cercle intérieur » qui est fragile et vulnérable, ce qui laisse penser que Bachar al-Assad pouvait être facile à renverser:

Les actions qui conduisent Bachar à perdre l’équilibre et augmenter son insécurité sont dans notre intérêt, parce que son inexpérience et le cercle de décision extrêmement petit du régime le rendent sujet aux trébuches diplomatiques qui peuvent l’affaiblir à l’échelle nationale et régionale.

La question qui reste à l’esprit est la suivante: Est-ce que les Etats-Unis, Israël et leurs alliés qui voulaient faire tomber le régime Assad avaient planifié une guerre en Syrie dès 2008, en conduisant des politiques d’assassinats (est-ce que l’objectif de faire tomber le régime Assad était clairement défini et décidé?) —, ou bien est-ce que la révolution et la guerre civile en Syrie se sont produites comme une conséquence de l’échec répété des négociations de paix au Moyen-Orient, forçant les pays occidentaux à soutenir les rebelles et à s’enliser dans une guerre indéfinie contre le régime syrien? Les politiques d’assassinats ont peut-être été imaginées au départ comme une alternative à la guerre, un moyen d’affaiblir le régime syrien par étapes, en déconstruisant les bases du pouvoir de Bachar al-Assad, plutôt que de l’affronter directement dans des combats militaires, terrestres ou aériens.

Les Etats-Unis ont toujours eu conscience du rôle-clé et de la position stratégique de la Syrie pour l’avenir du Moyen-Orient. Ils avaient tout à fait conscience que la Syrie était un pays qui pouvait déstabiliser l’ensemble de la région, comme en témoigne l’extrait d’un rapport daté de 2008 et destiné au congrès américain:

Malgré la faiblesse de son armée et son économie morne, la Syrie demeure essentielle dans la géopolitique du Moyen-Orient. Le régime Assad a ses mains dans chacune des quatre grandes zones actives ou potentielles de conflit dans la région (Liban, Israël-Palestine, Irak, et Iran). […] D’autres pensent que l’Administration devrait aller encore plus loin pour faire pression sur le gouvernement syrien et devrait même envisager la mise en œuvre de sanctions économiques plus sévères contre celui-ci. (Résumé, p. 2)

Dans tous les cas, les Etats-Unis et Israël étaient impliqués idéologiquement face à la Syrie, bien avant le début de la guerre civile. Et il n’y a sans doute jamais eu de réelle « passivité » politique du côté israélien à l’égard du régime syrien, contrairement à ce que peut sous-entendre, par exemple, un article récent du Huffington Post:

La position de l’Etat hébreu, autre puissance régionale, sur le dossier syrien est quand à elle assez ambiguë et a évolué depuis le début de la crise. Si Israël a été d’une relative passivité durant les deux premières années, elle soutient désormais officiellement militairement et logistiquement les différents groupes armés rebelles présents dans les zones proches de la frontière israélo-syrienne

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Etat d’Israël a été actif dans les affaires syriennes, bien avant la guerre civile, à travers les assassinats de figures soutenant de près ou de loin Bachar al-Assad, ou de personnalités liées au régime. On ne peut donc pas dire que l’Etat hébreu « a été d’une relative passivité » dans l’analyse de ces faits. Des assassinats et des opérations secrètes ont été menés. Mais l’implication de l’Etat hébreu n’explique pas à elle seule la chute du régime de Bachar al-Assad, car on constate que ce régime était miné de l’intérieur idéologiquement et qu’il pouvait difficilement contenir une montée croissante de l’opposition.

Le père de Julian Assange a rencontré Bachar el-Assad à Damas

LePoint.fr, 31 décembre 2013

Une délégation du WikiLeaks Party fondé en Australie par Assange a rencontré le dictateur syrien. WikiLeaks a pris ses distances avec cette initiative.

Le père du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a rencontré en Syrie le président Bachar el-Assad au cours d’un voyage de « solidarité avec le peuple syrien », a rapporté mardi le quotidien The Australian. John Shipton faisait partie d’une délégation de membres du WikiLeaks Party, une formation politique créée par Assange à l’occasion des dernières sénatoriales en Australie et qui a fait un score confidentiel. L’entretien avec el-Assad, dont l’agence officielle syrienne a diffusé plusieurs photos, s’est déroulé le 23 décembre et a duré environ une heure, selon la présidence syrienne.

Un photographe a posté une de ses photos sur Twitter.

Visite du Wikileaks Party en Syrie

La délégation australienne a aussi rencontré à Damas le patriarche orthodoxe d’Antioche, Jean X, et le Premier ministre Waël al-Halqi. Le secrétaire national du WikiLeaks Party, Matt Watt, a fait valoir que ce voyage, qui a suscité des réactions hostiles en Australie, était « une mission pour la reconstruction et la paix ».

WikiLeaks prend ses distances

« Le courtage de la paix est une bonne idée, mais la rencontre apparente serait filée sans soins. Ne savais ni n’approuve. » @wikileaks, posté le 30 décembre 2013

Le 22 décembre sur le site Facebook du parti, un délégué australien, Jamal Daoud, écrivait : « Après avoir rencontré les Premier ministre et vice-ministre des Affaires étrangères syriens, nous avons compris comment les Syriens mettaient en échec la conspiration de plus de 86 pays contre leur État. » Le site WikiLeaks – sans lien avec le parti – a immédiatement pris ses distances. Le site « n’était pas informé et n’a pas donné son aval », a-t-il écrit sur son compte Twitter. Le WikiLeaks Party a précisé qu’il publierait au mois de janvier un rapport sur ce séjour syrien qualifié d' »irresponsable » par l’opposition travailliste.

La guerre en Syrie, partie d’une révolte pacifique contre le pouvoir réprimée dans le sang, oppose les rebelles, la plupart sunnites comme la majorité de la population syrienne, au régime de Bachar el-Assad, qui appartient à la minorité alaouite. Le conflit, qui a commencé en mars 2011, a fait plus de 126 000 morts selon une ONG, et forcé des millions de personnes à quitter leur foyer.

Source: http://www.lepoint.fr/monde/le-pere-de-julian-assange-a-rencontre-bachar-el-assad-a-damas-31-12-2013-1775680_24.php

En savoir plus sur la délégation australienne en Syrie: http://sana.sy/eng/21/2013/12/21/518773.htm

Roland Dumas: deux ans avant le début de la guerre, « l’Angleterre préparait l’invasion des rebelles en Syrie »

L’ancien ministre des Affaires étrangères de la France, Roland Dumas, a déclaré dans une émission télévisée sur LCP que les représentants du gouvernement britannique lui avaient parlé des préparatifs de guerre en Syrie deux ans avant le début des protestations et du conflit en 2011. La raison invoquée pour cette guerre est la position anti-israélienne du gouvernement syrien qui a fait de la Syrie une cible pour un changement de régime soutenu par l’Occident.

Turquie: Erdogan accusé de soutien financier et militaire aux groupes terroristes en Syrie

Kemal Kilçdaroglu

Kilçdaroglu porte à Erdogan la responsabilité des actes de meurtre en Syrie

9 août 2013

Ankara / Kemal Kilçdaroglu, chef du Parti Républicain turc du peuple (de l’opposition) a porté au Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, la responsabilité de tous les actes de meurtre perpétrés en Syrie, jugeant « erronées et dangereuses » les politiques adoptées par le gouvernement turc dès le début de la crise en Syrie.

Dans des déclarations faites aujourd’hui dans la ville de Tunceli, Kilçdaroglu a affirmé que les politiques du gouvernement représentent un danger sur la sécurité patriotique et nationale de la Turquie, appelant Erdogan à abandonner cette politique dangereuse, qui a également détruit la Syrie.

Dans un rapport qu’elle avait publié aujourd’hui sur l’action des groupes terroristes qui se trouvent près des frontières turco-syriennes, la Commission turque des droits de l’homme a accusé le gouvernement turc de procurer toutes sortes de soutien financier et militaire aux groupes terroristes en Syrie, en particulier  »le Front Nosra », affilié à al-Qaïda, notant que les hommes armés du Front Nosra s’infiltrent à travers ces frontières à l’intérieur de la Syrie.

D. Hmaiché / A. Chatta

Source: http://sana.sy/fra/55/2013/08/09/496507.htm

Syrie: l’irakisation du conflit ?

Syrie, l'irakisation du conflit?

15/07/2013, Par Ghada Hamrouche

La Russie et les Etats-Unis affirment toujours leur volonté d’organiser une conférence pour la paix en Syrie alors que les chances de réussite de cette dernière, baptisée Genève 2, s’amenuisent de jour en jour. La Syrie s’enfonce dans une guerre civile tentaculaire.

En près de 3 années, cette guerre civile aurait fait près de 100 000 morts et des millions de réfugiés.

Les affrontements entre pro et anti-régime se poursuivent. Des affrontements qui sont aujourd’hui doublés d’une confrontation entre les différentes factions de la rébellion.

La composante hétéroclite de ces combattants venus de divers horizons et pour diverses raisons accentuent la confusion et brouille les motivations des uns et des autres. Si globalement les premiers combattants de l’Armée syrienne libre (ASL) étaient des opposants au régime de Bachar al Assad, ceux qui les ont rejoints au fil du temps, veulent combattre en Syrie pour autre chose. Du Jihad, prôné par les uns, à la guerre confessionnelle, défendue par les autres, le terrorisme qu’imposent ces groupes à la société syrienne fait craindre le pire.

 Le dernier épisode de cette confrontation est indicatif à plus d’un titre. Entre les rebelles syriens dits modérés et les djihadistes venus prêter main forte contre les forces de Bachar al Assad en Syrie, il suffit d’un rien pour mettre le feu aux poudres. L’assassinat le 11 juillet de Kamal Hamami, un chef de l’Armée syrienne libre (ASL) à Lattaquié dans des circonstances floues par les combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), marque l’implosion de la rébellion armée contre Assad. L’hostilité croissante entre djihadistes et l’ASL, jugée modérée n’augure rien de bon. La guerre de suprématie entre les deux clans débarque avant même que le combat contre Assad ne soit terminé.

Quel avenir pour la Syrie ?

Que va-t-il se passer en Syrie dans les mois à venir ? La fin du régime de Bachar al Assad, si l’on admet qu’il tombera tôt ou tard, ne pourrait que précipiter le pays dans une anarchie totale. Le scénario irakien semble la seule alternative qui se profile à l’horizon syrien. Certains disent même que ce scénario est déjà enclenché. La sanglante décomposition à l’irakienne, ponctuée d’attentats de plus en plus meurtriers, avec la survie plus ou moins longue du régime de Bachar al Assad tandis que le peuple cumule les affres de la guerre civile et l’embargo. La position géostratégique de la Syrie et ses soutiens internationaux de poids, notamment l’Iran, la Russie mais aussi l’Irak et le Hezbollah libanais offre une longévité au régime qui maintiendrait la situation en état. Les analystes sont convaincus, aujourd’hui que la chute de Bachar al Assad n’apporterait pas davantage la paix à la Syrie que celle de Saddam Hussein ne l’a apportée en Irak. Bien au contraire.

Une chose est certaine: le nombre croissant de victimes innocentes des combats tout autant que le nombre de réfugiés syriens dans les pays voisins et ailleurs sont une facture déjà trop lourde. Outre les personnes qui ne sont pas particulièrement visées mais seulement présentes au mauvais endroit et au mauvais moment, il y a les victimes ciblées: les minorités confessionnelles notamment les alaouites auxquels appartient le clan d’Assad, mais aussi des chiites et des sunnites ainsi que les chrétiens. Les villes syriennes se vident de leurs habitants forcés de partir, souvent sans avoir le temps de rien emporter. Celles-ci se transforment en champs de bataille où le gagnant n’est pas toujours en mesure d’asseoir son autorité sur les autres milices qui y activent.

Israël en …«sniper»

Pendant ce temps, une nouvelle attaque israélienne a ciblé une base syrienne à côté du port de Lattaquié. Selon la chaîne américaine CNN, qui cite un responsable du Pentagone, l’aviation israélienne a lancé un raid nocturne contre un dépôt de missiles antinavires Yakhont, récemment livrés par la Russie au régime syrien. D’après le magazine britannique Sunday Times, l’attaque a plutôt été menée par un sous-marin israélien de la classe Dolphin qui aurait tiré des missiles de croisière contre le dépôt.

Damas a rapporté que des explosions avaient eu lieu dans cette base après une attaque de l’ASL. Un porte-parole de l’ASL a confirmé à l’agence Reuters que d’énormes explosions avaient été observées, et la présence de missiles sur la base navale de Safira, à côté du port de Lattaquié. Mais il a démenti que l’ASL soit à l’origine de l’attaque. «Il s’agit soit d’un raid aérien, soit de missiles tirés depuis des navires en mer», a déclaré le porte-parole, Qassem Saadeddine.

Le ministre de la Défense de l’État hébreu, Moshe Yaalon, s’est contenté de rappeler qu’Israël avait tracé des lignes rouges, conformément à ses propres intérêts, et ils les font respecter.

Ce n’est pas la première agression de l’Etat sioniste sur la Syrie fragilisé par une guerre de près de trois ans. En janvier 2013, l’aviation israélienne avait lancé plusieurs raids contre des dépôts d’armes près de Damas. Le 5 mai 2013, d’autres attaques aériennes avaient été lancées, cette fois contre des bases situées sur les hauteurs de la capitale syrienne. Les Américains avaient confirmé tous ces raids tout en soutenant le droit d’Israël de se défendre. Même quand Tel Aviv n’apporte aucune preuve sur sa sécurité menacée.

Washington, qui coopère étroitement avec Israël, ne craint qu’une escalade militaire impliquant l’Iran. Téhéran, cerné par les salafistes et wahabites qui dominent les pays du Golfe, n’a d’allié stratégique dans la région que Damas. Aussi, les Iraniens affirment qu’ils ne laisseront jamais tomber le régime de Damas. Le Hezbollah, importante pièce sur l’échiquier de la résistance dans la région, refuse de se laisser entrainer dans des problèmes interlibanais qui l’éloigneraient du grand jeu qui se trame en terre syrienne. Il reste, pour le moment, l’allié indéfectible de l’armée syrienne régulière. Un soutien actif depuis la bataille de Qosseir en juin dernier.

A travers ces tiraillements internes et externes, la nouvelle carte du nouvel Moyen-Orient que l’on veut dessiner sans une Syrie forte et surtout sans un axe de résistance viable, permet de voir plus clairement la partie qui en tire le plus grand profit.

Source: http://www.latribune-online.com/suplements/international/85401.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives