Les Passeports biométriques rendent les choses plus difficiles pour les agents secrets de la CIA

Point de contrôle biométrique au Royaume-UniImage: point de contrôle biométrique dans un aéroport du Royaume-Uni (Wikipedia, « Les portes des Epasseports« )

Par Bruce Schneier

L’année dernière, j’ai écrit sur la façon dont les sites des médias sociaux rendent les choses plus difficiles que jamais pour des policiers en civil. Cette histoire raconte comment les passeports biométriques rendent les choses encore plus difficiles pour les agents de la CIA sous couverture.

Les carrefours très fréquentés de l’espionnage comme Dubaï, la Jordanie, l’Inde et beaucoup de points d’entrée de l’UE emploient des scanners de l’iris pour relier les yeux irrévocablement à un nom particulier. De même, l’utilisation croissante des passeports biométriques, qui sont intégrés à des puces contenant le visage, le sexe, les empreintes digitales, la date et le lieu de naissance d’une personne, et d’autres données personnelles, sont de plus en plus en train de remplacer les anciens [documents] en papier. Pour un agent de terrain clandestin, prendre un vol sous un faux nom pourrait être un aller-simple vers un bureau du siège, car ils sont irrévocablement enchaînés à un nom et à un passeport qu’ils ont utilisé.

« Si vous allez dans un de ces pays sous un alias, vous ne pouvez pas y aller de nouveau sous un autre nom », explique un espion de carrière, qui a parlé sous couvert d’anonymat parce qu’il reste un consultant de l’agence. « Donc, c’est une chose qui ne se produit qu’une seule fois – une seule fois, et c’est fini. Les données biométriques dans votre passeport, et peut-être votre iris, aussi, ont été liées pour toujours au nom qui figurait sur votre passeport pour la première fois. Vous ne pouvez pas vous montrer de nouveau sous un nom différent avec les mêmes données ».

Source: https://www.schneier.com/blog/archives/2012/04/biometric_passp_1.html

Publicités
  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités