L’American Civil Liberties Union (ACLU) publie les documents relatifs à l’Ordre Exécutif 12333 dans l’espionnage de la NSA

Ordre Exécutif 12333 – Recours en justice FOIA

L’ACLU, avec le Media Freedom Information Access Clinic (« MFIA ») à la Yale Law School, ont déposé une requête de Freedom of Information Act demandant au gouvernement de publier les informations sur son utilisation de l’Ordre Exécutif 12333 pour procéder à la surveillance des communications internationales des Américains.

Le décret, signé par le président Reagan en 1981 et modifié à plusieurs reprises depuis, est l’autorité invoquée par les agences de renseignement, y compris la NSA, pour procéder à la surveillance des étrangers en dehors des États-Unis. Selon des rapports récents, cependant, le gouvernement se fonde sur ce décret pour récupérer les communications internationales d’innombrables Américains. Par exemple, il collecte des milliards d’enregistrements par jour contenant les informations de localisation des téléphones mobiles, y compris les téléphones des Américains; pour récolter les carnets d’adresses des utilisateurs d’emails; et pour récupérer les informations des utilisateurs de Google et Yahoo, alors que cette information se déplace entre les centres de données de ces sociétés à l’étranger.

Cliquez ici pour une analyse des documents les plus récemment publiés

Un document déjà publié à l’ACLU est une version récente de  la Directive 18 du Renseignement des Signaux Américains, datée de 2011. L’USSID 18 – comme elle est communément appelée – régit la collecte des communications des Américains par la NSA, y compris issues d’une surveillance sur un sol étranger. Avant les révélations d’Edward Snowden, on en savait peu sur la façon dont la NSA a interprété son autorité en vertu de l’USSID 18. De nombreuses questions restent sans réponse même depuis ces révélations, mais une chose est claire: le gouvernement interprète l’USSID 18 pour lui permettre de récupérer les communications internationales des Américains sans aucune ordonnance de la cour et avec peu de supervision.

Les requêtes de l’ACLU cherchent des informations sur l’USSID 18 et d’autres protections supposées qui sont en place pour les Américains dont les communications sont prises au piège dans la surveillance menée dans le cadre du décret, et également pour savoir si ces protections sont adéquates et conformes à la Constitution.

DOCUMENTS PUBLIÉS

Publiés le 1er Juillet 2013:

Publiés le 18 Novembre 2013:

Publiés le 22 Septembre 2014:

DIA

FBI

NSA

OLC

Publiés le 22 Octobre 2014:

NSA

Source: https://www.aclu.org/national-security-technology-and-liberty/executive-order-12333-foia-lawsuit

La NSA appelle les utilisateurs d’iPhone des « zombies » et Steve Jobs « Big Brother »

big brother_apple

9 septembre 2013, John Koetsier, VB Insight

Steve Jobs est Big Brother, et tout les publics qui achètent l’iPhone ne sont que des zombies, selon des documents internes de la NSA détaillant sur quoi l’agence a travaillé en termes de piratage de smartphones et d’extraction d’informations personnelles, de connections sociales, d’informations de localisation, et plus encore. Ne vous inquiétez pas, les fans d’Android, vous êtes aussi dans les cibles de la liste.

Selon de nouveaux documents du super-leaker Edward Snowden, la NSA a ciblé des smartphones comme un bénéfice massif de données sensibles que les nouveaux utilisateurs de l’appareil ont créé, stocké, et, finalement, partagé sans le savoir avec l’agence d’espionnage américaine qui a été impliquée dans la controverse depuis lors même que Snowden a commencé à publier des détails sur Prism et XKeyscore et d’autres technologies secrètes d’espionnage de l’agence gouvernementale.

Voici « big brother », selon une présentation de la NSA:

steve-jobs-big-brother-nsaCi-dessus: Steve Jobs en tant que Big Brother, selon la NSA

Et, les clients payants d’Apple ont été vus dans les yeux de la NSA comme des participants idiots désireux de leur propre chute. Un diaporama de présentation de la NSA les identifie péjorativement comme des « zombies ».

Lire la suite: http://venturebeat.com/2013/09/09/nsa-calls-iphone-users-zombies-and-steve-jobs-big-brother/

Compilation des documents révélés par Edward Snowden #LEAKS

Openews.eu, 5 juillet 2014

nsa_3Les documents révélés par Edward Snowden et relatifs à la National Security Agency (NSA), aux partenaires des États-Unis dans les programmes de surveillance et aux partenaires de la communauté du renseignement américain à l’étranger ont été publiés et rapportés depuis le 5 Juin 2013. Voici une liste de ces révélations, avec les liens vers les documents et articles pertinents, avec les plus récents en haut.

Voir la liste des documents publiés: http://openews.eu/compilation-des-documents-reveles-par-edward-snowden/

Voir la liste intégrale des documents publiés: https://edwardsnowden.com/fr/category/revealed-documents/

Attentats du 11 septembre: « La NSA n’a jamais prévenu les autres agences que des terroristes étaient aux Etats-Unis »

Reportage sur les écoutes mondiales des USA- NSA L’Agence De L’Ombre – 2013

Comment, au lendemain du 11-Septembre, l’Amérique a mis ses citoyens sur écoute. Une enquête stupéfiante. S’appuyant sur le dernier ouvrage paru de James Bamford, The shadow factory: the ultra-secret NSA from 9/11 to the eavesdropping on America, ce documentaire révèle comment, dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) utilise les nouvelles technologies de l’information pour obtenir des renseignements. De la fibre optique aux transmissions satellitaires, il explore tous les moyens dont dispose la NSA pour mener à bien ses opérations de surveillance, d’écoutes et d’interceptions (notamment de millions de courriels). Ces actions, renforcées depuis le 11 septembre 2001, s’exercent aussi bien contre les amis du gouvernement américain que contre ses ennemis, à l’intérieur du territoire autant qu’à l’extérieur…

(youtube)

Jimmy Carter au sujet de la NSA: « Mes propres communications sont probablement surveillées »

L’ancien président Jimmy Carter pense que les agences de renseignement américaines l’espionnent tant et si bien qu’il évite les e-mails pour échapper aux espions du gouvernement.

« Vous savez, j’ai senti que mes propres communications sont probablement surveillées« , a déclaré Carter à Andrea Mitchell de NBC dans une interview diffusée dimanche. « Et quand je veux communiquer avec un chef d’Etat étranger en privé, je tape ou j’écris une lettre moi-même, la dépose au bureau de poste et l’envoie. »

« Je crois que si j’envoie un e-mail, il sera surveillé« , a poursuivi Carter.

L’homme âgé de 89 ans a déclaré que l’Agence de Sécurité Nationale [NSA] et d’autres ont abusé de l’argument selon lequel la collecte de renseignements est essentielle à la sécurité intérieure.

« Cela a été très libéralisé et, je pense, abusé par nos propres agences de renseignement« , a déclaré Carter.

(youtube)

Cibler l’opposition est le but réel des programmes de la NSA

Ces programmes n’ont jamais concerné le terrorisme: ils concernent l’espionnage économique, le contrôle social et la manipulation diplomatique. Ils concernent le pouvoir.

– Edward Snowden

America - We're Number One - image by DonkeyHoteyLorsque le juge de la Cour suprême Antonin Scalia laissa brièvement tomber le masque au cours des dernières observations aux étudiants en droit à l’Université de Hawaï, ce fut un rare moment d’ouverture pour révéler la pathologie de la classe politique, ici, Au Pays. Lors d’un échange sur un cas de l’ère de la Seconde Guerre mondiale, impliquant des Américains d’origine japonaise qui ont été rassemblés et placés dans des camps d’internement, tels que le tristement célèbre Manzanar Scalia l’a déclaré: « vous vous leurrez si vous pensez que la même chose ne se reproduira pas » et  » En temps de guerre, les lois se taisent. » Les temps de guerre, comme la guerre permanente contre le terrorisme qui en est à sa treizième année consécutive et s’accélère encore, en particulier avec le déchaînement vers une guerre froide récemment redémarrée. Avec les ultimatums de Kerry et d’Obama, poussés par des médias corrompus avec une soif insatiable de sang et une menace néo-conservatrice résurgente, nous sommes maintenant au bord d’un grand péril, alors que l’appareil oppressif de la puissance du Léviathan qui a été exposé par le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden va trouver refuge dans le climat de paranoïa et de peur qui sera à nouveau déclenché. Le temps est compté et nous devons tous faire en sorte maintenant d’appliquer une pression immense pour s’assurer que les programmes illégaux de l’État de surveillance soient exposés avant que l’hydre soit autorisée à se reconfigurer derrière la guerre imminente pour mettre fin à toutes les guerres.

Lire la suite de l’article: http://www.opednews.com/articles/Targeting-Dissent-is-the-R-by-Donn-Marten-American-Facism_American-Foreign-Policy_Bush-Failed-Policy-International_Controlled-Media-140316-930.html

Espionnage: Snowden explique comment la Nsa a instrumentalisé l’Europe

Edward SnowdenLaNouvelleTribune.info, 9 mars 2014

Edward Snowden, l’ancien consultant de l’agence nationale de sécurité américaine (Nsa), réfugié à Moscou depuis la mi-2013, fait une fois encore parler de lui. L’homme qui est à la base des révélations fracassantes sur les méthodes controversées de surveillance de la Nsa vient de remettre une déposition aux députés européens.

Edward Snowden précise qu’il ne s’agit pas de nouvelles révélations sur les méthodes de la Nsa. Seulement, il remet à cette grande institution européenne des éléments à dénoncer sur l’espionnage au sein même de l’Europe, par des Etats européens et pour la Nsa.

Il le fait bien évidemment dans un contexte un peu spécial. Le Parlement européen se prononce la semaine prochaine sur une motion préconisant la suspension de deux importants accords d’échange de données entre l’UE (Union Européenne) et les Etats-Unis. Ces accords sont Swift et Safe Harbour. Aussi, en Ukraine, se déroule actuellement une guerre froide entre la Russie d’un côté, l’UE et les Etats-Unis de l’autre. Cette crise ukrainienne, qui se joue pour étendre ou rétrécir  la zone d’influence de l’Occident, pourrait sans doute renforcer la coopération UE-Usa dans plusieurs domaines, y compris celui de l’espionnage et du contre-espionnage.

Edward Snowden dénonce comment certains Etats européens ont fait le jeu des Etats-Unis. En version Pdf, c’est un document de 12 pages. Il comprend des liens renvoyant aux révélations faites par des journaux sur leurs sites web. « L’une des activités essentielles de la division des affaires étrangères de la Nsa est de faire pression sur les Etats membres de l’Union européenne, pour qu’ils changent leurs lois et permettent ainsi la surveillance de masse », indique l’ancien informaticien et consultant de la Nsa. Il a ajouté que la Nsa a fourni aux pays européens l’expertise et la technologie nécessaires à la surveillance de masse. Cela a permis à nombre d’Etats européens d’espionner les ressortissants des Etats voisins, mais pas leurs propres citoyens. Lire ci-dessous l’intégralité de la version anglaise de la déposition de Snowden aux parlementaires européens.

Pour lire la déposition de Snowden, cliquez ici

Source: http://www.lanouvelletribune.info/index.php/actualite/etranger/18430-espionnage-snowden-explique-comment-la-nsa-a-instrumentalise-l-europe

Edward Snowden et la théorie des dominos

Est-ce qu’un seul lanceur d’alerte peut, à travers ses révélations, provoquer la chute de tout le système mondial de l’espionnage? Réponse: avec l’affaire de la NSA, on pourrait en effet penser qu’Edward Snowden a enclenché, de manière plus ou moins évidente et irrémédiable, la chute de tout un système injuste élaboré par les services secrets américains et destiné à la collecte illégale des données privées des citoyens dans le monde entier. Il a suffi d’une personne et d’une seule révélation pour enclencher toute une série d’autres révélations sur la NSA, des révélations toutes plus fracassantes les unes que les autres, et qui s’emboîtent les unes après les autres, enchaînant pays après pays les scandales liés à l’espionnage, et on ne sait pas encore où cela s’arrêtera. Car, effectivement, le jeu du domino semble loin d’être terminé.

La théorie des dominos, qui est une théorie de géopolitique inventée par les Etats-Unis avec la Guerre froide, est appuyée elle-même sur la théorie de l’effet domino, autrement dit selon Wikipedia: « une réaction en chaîne » qui provoque « la chute séquentielle d’une file de dominos » les uns à la suite des autres. Wikipedia nous apprend que cette théorie a été mise en évidence et utilisée dans la lutte contre le communisme, que cette théorie a justifié l’invasion du Vietnam « pour prévenir une future domination communiste du sud-est asiatique », mais aussi que ceci aurait justifié l’invasion de l’Irak en 2002-2003 en vue de « la disparition des régimes autoritaires » dans tout le Moyen-Orient, l’invasion du Moyen-Orient n’ayant été qu’une sorte de porte ouverte aux événements du Printemps Arabe. En géopolitique, la théorie des dominos semble donc illustrer une propagation idéologique par contagion: la chute de la dictature irakienne a propagé l’idéologie de la chute des dictatures au Moyen-Orient, de même que la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 avait propagé une idéologie de la libération de toute l’Europe de l’Est et conduit à la chute des régimes communistes. Pour ceux qui n’ont toujours pas compris la théorie des dominos, voici une vidéo simple qui en explique le principe:

WikiLeaks avait déjà emboîté le pas sur les révélations de l’espionnage gouvernemental, notamment à travers les câbles diplomatiques fournis par Bradley Manning et les e-mails de la société de renseignement Stratfor transmis par le hacker Jeremy Hammond. Dans la suite de WikiLeaks, Edward Snowden a donc dévoilé au grand jour un autre aspect de l’espionnage mené par le gouvernement américain et certains de ses partenaires qui sont d’autres gouvernements ou d’autres services secrets. Avec les câbles diplomatiques, WikiLeaks avait déclenché une sorte d’effet domino dans les pays du Printemps Arabe, où on a pu voir la Tunisie servir d’exemple à d’autres pays arabes, avec des manifestations qui ont conduit en 2010-2011 à la chute de plusieurs gouvernements au Moyen-Orient, des régimes assimilés à des dictatures ou définis comme des régimes autoritaires. Il y avait alors une effervescence politique générale au Moyen-Orient, une effervescence qui a continué à travers des projets de constitution. La volonté démocratique des Tunisiens avait incité d’autres peuples du Moyen-Orient à réclamer plus de liberté. La théorie des dominos permet de comprendre tous ces événements historiques de manière beaucoup plus claire.

Avec l’affaire de la NSA, ce sont désormais les gouvernements occidentaux, et notamment les Etats-Unis, qui vont devoir rendre des comptes à la population, face aux accusations d’atteintes à la vie privée et face à la collecte illégale de données menée à travers le monde entier. Comme dans la théorie des dominos, le gouvernement américain n’est pas le seul à être fragilisé par ces révélations, car on apprend en effet que plusieurs gouvernements européens ont collaboré avec la NSA, comme la Suède et la France. Si le président Obama a récemment fait un discours sur la réforme de la NSA, personne n’a malheureusement encore entendu François Hollande s’exprimer sur le rôle des services secrets français vis-à-vis de la NSA. Mais on imagine bien que si le président américain a dû donner des explications, il en sera de même pour tous les services secrets qui ont collaboré avec la NSA, et qu’ils devront tous rendre des comptes aux citoyens.

Finalement, ce qu’il faut retenir dans cette histoire, et ce qui nous semblerait à tous plutôt drôle, c’est que la théorie des dominos est à l’origine une théorie américaine visant à lutter contre le communisme, mais on constate aujourd’hui que cette théorie forgée par les Etats-Unis se retourne contre leur propre perception du pouvoir politique. Car aujourd’hui, c’est le système occidental, et non le communisme, qui montre ses faiblesses démocratiques et qui menace de s’effondrer ou en tout cas de s’émietter un tout petit peu. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo qui illustre le tour du monde des dominos, l’affaire de la NSA américaine contamine désormais tous les autres pays du monde. Si vous aimez la théorie des dominos, vous aimerez forcément l’affaire de la NSA. Mais il faudra être patient pour en voir la fin, car il paraît que Snowden a dérobé 1,7 millions de dominos contenant des informations secrètes, et seul 1% d’entre eux seraient publiés…

kimono

Texte: CC BY-SA

Vidéo: youtube

Affaire Prism/NSA: Julian Assange critique les propositions insuffisantes de Barack Obama

Julian Assange: Obama « embarrassant »

Par Jose Delreal, 17 janvier 2014

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a vivement critiqué les réformes de surveillance proposées par le président Barack Obama vendredi, les qualifiant de « faibles » et disant qu’il est « embarrassant pour un chef de l’Etat de continuer ainsi pendant 45 minutes et de ne dire presque rien. »

« Bien que ces lanceurs d’alerte nationaux ont forcé ce débat, ce président a été traîné, se débattant et hurlant au discours d’aujourd’hui. Il se montre très réticent à faire des réformes concrètes », a déclaré Assange à CNN. « Et malheureusement, aujourd’hui, nous voyons aussi très peu de réformes concrètes. »

Source: http://www.politico.com/story/2014/01/julian-assange-obama-embarrassing-102323.html

Les programmes de la NSA visent la « mine d’or à exploiter » des SMS

ob_4e5ffa_sms-message-components

Publié par Kiergaard le 16 Janvier 2014

L’Agence Nationale de Sécurité (NSA) déploie des techniques très avancées pour aspirer et exploiter les métadonnées provenant des échanges de textos et des appels (même manqués). Ces métadonnées permettent d’extraire des données concernant le contenu du message ainsi que l’emplacement, les réseaux de contacts et les détails relatifs aux cartes bancaires, selon des documents top-secrets en date de 2011 révélés par le Guardian. Des documents du GCHQ britanniques montrent une coopération des deux agences sur ce programme. La manière dont le contenu dérive des métadonnées affaiblit encore un peu plus la rhétorique officielle selon laquelle « métadata » est différent de « data ».

Une enquête du Guardian et de Channel 4 sur la base de documents fournis par Edward Snowden permet de lever le voile sur les programmes de l’agence américaine en matière de collecte et de décryptage des informations contenues dans les échanges de SMS et les appels manqués. Le document de référence est malheureusement incomplet suite à un probable choix éditorial qu’on pourra discuter (d’autant plus qu’il est indiqué dans la présentation qu’allait être abordée les prochaines étapes du programme).

Ces documents font état de deux programmes. Le programme DISHFIRE est un programme de collecte qui recueille « à peu près tout ce qu’il peut » selon des documents annexes du GCHQ (non dévoilés). Il a la particularité de recueillir des métadonnées de manière indéterminée, non ciblée. Le second programme, PREFER, identifie les types de messages envoyés et extrait des informations de ces messages quotidiennement et automatiquement.

Lire la suite: http://www.points-de-vue-alternatifs.com/2014/01/les-programmes-de-la-nsa-visent-la-mine-d-or-%C3%A0-exploiter-des-sms.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives