La radiation de Fukushima testée positive sur la côte ouest des Etats-Unis

Kevin Kamps, Beyond Nuclear, se joint à Thom Hartmann. Trois ans et demi après la catastrophe nucléaire de Fukushima – les eaux de l’océan au large de la côte ouest [américaine] sont testées positives pour les éléments radioactifs. Comment devrions-nous en être préoccupés – et est-ce juste un signe des choses à venir? (youtube)

En août 2014, des échantillons ont été prélevés au large des côtes américaines par la Woods Hole Oceanographic Institution, révélant la présence de césium 134, un des éléments radioactifs provenant de la catastrophe de Fukushima, comme l’explique le présentateur de Russia Today. Ces échantillons ont été réalisés au large des côtes à Vancouver (Colombie-Britannique) et jusqu’en Californie.

Kevin Kamps, l’expert invité pour s’exprimer sur le sujet de la pollution nucléaire aux Etats-Unis, rappelle qu’il y a eu une quantité énorme de produits radioactifs libérés aussi bien dans l’atmosphère que dans l’eau océanique qui continue à être polluée par les éléments liquides échappés de la centrale de Fukushima. Tous ces produits radioactifs s’cheminent plus ou moins vite vers les côtes de l’Amérique du Nord. Selon l’expert, les césiums 134 et 137, tous deux radioactifs, vont continuer à se répandre dans la mer pendant des années, voire des décennies. Tous les jours, de l’eau radioactive continue en effet de se déverser dans l’océan depuis 4 ans.

Kevin Kamps parle d’un mélange de « poisons radioactifs » qui se déversent continuellement dans l’océan près de Fukushima: césium 134, césium 137, strontium 90, isotopes de plutonium. Il s’agit d’ « une catastrophe sans précédent pour l’océan ». Alors que la situation ne va cesser d’empirer, l’expert déplore l’indifférence du gouvernement américain face à la situation. Il affirme qu’il y a très peu de surveillance sur les produits de la mer qui viennent du Pacifique, mais également un problème de normes très faibles aux Etats-Unis pour évaluer la radioactivité de certains produits alimentaires. Ces normes seraient largement plus faibles qu’au Japon. Le Japon autorise 100 beckerels par kilo, au-delà la nourriture n’est pas propre à la consommation. Aux Etats-Unis, la norme est de 1200 beckerels par kilo, ce qui signifie qu’il y a un danger beaucoup plus grave pour la santé humaine.

Publicités

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #6: Le gouvernement m’a exposé à des radiations nocives

La vérité: Si vous avez plus de 50 ans, c’est possible.

Explosion nucléaire

Il est souhaitable que ne soit publié aucun document se référant à des expériences avec les humains et qui pourrait avoir un effet négatif sur l’opinion publique ou entraîner des poursuites judiciaires. Les documents couvrant ce champ de travail doivent être classés «secret». — Mémo de la Commission de l’énergie atomique, 1947

À la fin des années 1980, le Comité de la Chambre américaine de l’Energie et du Commerce a publié un rapport accablant intitulé « Les cobayes nucléaires américains: Trois décennies d’expériences d’irradiation sur les citoyens américains ». Le rapport a mis en lumière l’Opération Green Run, un essai militaire dans une usine de plutonium à Washington. Ici, en 1949, les gestionnaires ont délibérément lancé un nuage massif d’iode-131 radioactif pour tester dans quelle mesure il pourrait voyager sous le vent. L’iode-131 et le xénon-133 se seraient rendus jusqu’à la frontière de la Californie et de l’Orégon, infectant 500 000 acres [202 342 ha]. On prétend que 8000 curies d’iode radioactif ont flotté hors de l’usine. Pour mettre cela en perspective, en 1979, Three Mile Island a émis environ 25 curies d’iode radioactif.

Le rapport a montré que l’armée planifiait 12 rejets radioactifs similaires dans d’autres usines.

Le gouvernement a parrainé de plus petits tests, également. À la fin des années 1950, des enfants handicapés mentaux à l’hôpital d’État de Sonoma ont été nourris avec du lait irradié. Aucun n’avait donné son consentement. Dans le Tennessee, 829 femmes enceintes ont bu une boisson vitaminée pour améliorer la santé de leur bébé. Les mères n’ont pas été informées que la « vitamine » était en réalité du fer radioactif. Dans le Massachusetts, la Commission américaine de l’énergie atomique a nourri 73 enfants handicapés mentaux avec de l’avoine. L’ingrédient secret? Du calcium radioactif. (Les fonctionnaires ont dit aux enfants que s’ils mangeaient de la bouillie, ils se joindraient à un « club de science ».) De 1960 à 1971, le ministère de la Défense a mené des expériences d’irradiation du corps entier sur des patients atteints de cancer noir, qui pensaient qu’ils recevaient un traitement. Au lieu de cela, le DOD [ministère de la Défense] a utilisé le test pour calculer comment les humains ont réagi à des niveaux élevés de rayonnement.

Les États-Unis ont également mené des centaines de tests nucléaires inopinés. En 1957, l’Opération Plumbob a vu 29 explosions nucléaires dans le sud-ouest de l’Amérique. Les explosions, que 18 000 soldats surveillaient à proximité, a laissé échapper 58 curies de radiation d’iode radioactif — suffisant pour provoquer de 11.000 à 212.000 cas de cancer de la thyroïde. À travers les seules années 1950, plus de 400.000 personnes sont devenues des «vétérans atomiques». Beaucoup ne le savent pas.

Source: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités