Michael Tsarion – Les architectes du contrôle: contrôle de masse et futur de l’humanité

Documentaire de Michael Tsarion et Blue Fire Film (2008)

Michael Tsarion, auteur et chercheur, cite le livre de Jim Keith (1949-1999) au début de ce documentaire (un livre consacré au contrôle de l’esprit, au Projet Monarch et à la manipulation de masse):

Voici le nouvel homme. Sa conception de la réalité est une danse d’images électroniques qui sont tirées sur son cerveau antérieur, une délicate construction de ses maîtres, conçue de telle sorte qu’il ne percevra en aucun cas le véritable ou le réel. Son bonheur lui est livré par un tube ou une connexion électronique. Son Dieu se cache derrière un rideau électronique; Quand le rideau est retiré, nous trouvons le sorcier de la CIA et le manipulateur des médias (Contrôle de Masse: L’Ingénierie de la Conscience Humaine, Jim Keith, 2003)

Le documentaire évoque plusieurs aspects du contrôle de masse. « La vraie guerre est une guerre contre la conscience. Il est très important de toujours se rappeler que le contrôle de l’esprit est omniprésent. C’est presque une question de savoir qui est contrôlé mentalement, en opposition à qui n’est pas contrôlé mentalement. Il y a juste une différence de degrés. La question d’ensemble qui consiste à savoir ce qu’est la conscience et comment celle-ci peut être manipulée est l’une des questions les plus importantes de notre époque. »

Néanmoins, régulièrement supprimé de youtube, il est possible que le lien de la vidéo que nous donnons dans cet article ne soit plus accessible d’ici quelques semaines. Il suffit de faire une recherche youtube avec les termes suivants « Architects Of Control: Mass Control & The Future of Mankind » pour retrouver les extraits du documentaire.

Publicités

Manipulations psychologiques et contrôle politique de la population: qu’est-ce que le MK-Ultra?

Selon l’article de Wikipédia, « le Projet MKULTRA (ou MK-ULTRA), dévoilé en 1975, est le nom de code d’un projet secret illégal de la CIA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l’injection de substances psychotropes« . MK-Ultra signifie « Mind Control », ou Contrôle de la Pensée. Les substances chimiques injectées sans la volonté des individus qui étaient pris pour cobayes lors des expériences, avaient pour effet de changer le comportement des personnes, de provoquer des troubles de la vision, des sentiments d’euphorie ou de terreur, l’agressivité, l’obéissance, etc. Certains cobayes humains furent recrutés dans des hôpitaux psychiatriques.

Le MK-Ultra est l’alliance du domaine chimique et du domaine psychologique dans le contrôle de la pensée des individus. En plus des injections de produits chimiques, les scientifiques expérimentaient également la réaction des sujets et leurs traumatismes face à l’absence de sommeil, les dérèglements psychiques face à l’absence de lumière, ou encore l’effet des électrochocs. Toutes ces méthodes ont bien sûr trouvé des champs d’application dans le domaine de la torture, par exemple, et sont encore aujourd’hui utilisées par certains régimes assimilés à des dictatures.

Ces méthodes, comme l’explique le documentaire vidéo ci-dessus, viennent directement des scientifiques et médecins du régime nazi qui ont émigré et ont été accueillis aux Etats-Unis, après la seconde guerre mondiale. Par peur de voir ces scientifiques et leur savoir tomber dans les mains du régime de Staline, les Etats-Unis ont préféré protéger et accueillir tous ces chercheurs qui avaient expérimenté des atrocités dans les camps de concentration nazis. Le nom de code de ce programme de recrutement était Paperclip. L’idéologie nazie a donc subsisté aux Etats-Unis, et tous ces scientifiques ont pu y continuer leur expériences.

Le programme MK-Ultra de la CIA ne se serait par ailleurs pas arrêté en 1970, et il aurait continué pendant de longues années avec l’implication des services secrets. Des affaires de suicides collectifs, comme le massacre de Jonestown aux Etats-Unis, qui a eu lieu en 1978, ont probablement aussi fait partie du terrain d’expérimentation de la CIA dans le cadre du projet MK-Ultra, ou d’un projet sous un autre nom. Les membres de la coopérative de Jonestown qui vivaient en autarcie ont tous pris du poison, mais ce suicide collectif a pu être un assassinat orchestré par la CIA: un document Wikileaks y fait d’ailleurs référence, mais rien ne prouve que les membres ont bu le poison de leur propre volonté.

Les services secrets de la CIA ont pu expérimenter avec le MK-Ultra, à la fois l’effet des drogues sur les êtres humains, la manipulation psychique, mais aussi l’obéissance en groupe et le fonctionnement de structures similaires aux camps de travail forcé, comme celle de Jonestown, qui s’apparentait à une coopérative communiste. La CIA a ainsi acquis différentes manières de contrôler les populations, depuis l’usage de drogues, les méthodes de torture psychique et physique, jusqu’aux structures d’organisation du travail, pour favoriser l’obéissance des individus en société.

Traduction du documentaire vidéo:

« Ce n’est pas seulement contre les conspirations futures d’hommes maléfiques que nous devons nous défendre…
mais les faiblesses et les fautes dans notre propre ordre social…
contre lesquelles nous devons être en garde continuelle » (Dr. Ewen Cameron)

Les sciences de l’esprit, ou l’étude du comportement humain en relation à l’esprit.

« C’est le plus récent de tous les arts, il a moins de 100 ans d’existence, et c’est de loin celui qui est le plus dissimulé dans le secret. »

Guerilla News Network présente: Le jeu le plus dangereux (Partie 1) – Les Origines

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « Les origines de la guerre psychologique étaient dans l’Allemagne nazie. Dans l’idéologie nazie, il y avait quelque chose d’appelé « Weltenshunkrieg », ce qui veut dire « Guerre de la Vision Mondiale ». L’idée pour eux était d’imposer la vision mondiale des nazis dans les pays qu’ils avaient occupés. Les Américains ont pris cette idée et en ont créé une version américaine, et l’ont appelé « guerre psychologique ».

Guerre psychologique: l’utilisation de la propagande ou d’autres moyens psychologiques pour influencer ou rendre confuse la pensée, saper la morale, d’un ennemi ou d’un opposant. (Dictionnaire Webster du Nouveau Monde)

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « En essayant de comprendre la guerre psychologique et en essayant de comprendre l’approche américaine dans les efforts d’après-guerre pour contrôler les esprits des gens, à l’échelle individuelle et à l’échelle de masse, il y avait beaucoup d’illusions faites à ce sujet. Est-ce que les nazis étaient impliqués dans ce processus? Oui, ils l’étaient. »

« Project Paperclip »

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Project Paperclip, autrement dit les autorisations du gouvernement des Etats-Unis, l’opération de la CIA pour l’importation de scientifiques nazis et fascistes aux Etats-Unis. »

Après la seconde guerre mondiale, les responsables militaires américains ont fait pression sur le Congrès pour approuver l’opération top-secrète de transport NAZI.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Leur déclaration était celle-ci: « Si nous ne prenons pas ces gens dans ce pays, et ne les contenons pas, alors nos ennemis, l’Union Soviétique, les prendra. »

En 1946, le président Truman a approuvé le projet Paperclip, ramenant les meilleurs scientifiques d’Hitler aux Etats-Unis.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « La première vague a consisté à rapporter les scientifiques, environ 700 scientifiques de la propulsion et ensuite il y avait environ 600 scientifiques de l’esprit qui ont été ramenés. La CIA a eu la responsabilité, à vrai dire, de placer les individus du Projet Paperclip dans le complexe militaire industriel, y compris dans nos lycées et universités. »

Alors que les scientifiques de la propulsion prirent la tête du programme spatial américain, les scientifiques de l’esprit ont continué à expérimenter les techniques de contrôle de la pensée.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Le Mind Control » [Contrôle de la Pensée] était une arme de guerre psychologique qu’Hitler considérait comme la réponse pour prendre le contrôle de la planète entière. »

En apprenant des Nazis, les scientifiques américains commencèrent à développer leurs propres applications du Contrôle de l’Esprit.

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Le nom pour la recherche scientifique du Mind Control dans ce pays était MK-Ultra. »

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « MK-Ultra était un des programmes parmi une série de programmes qui sont venus de la CIA pour expérimenter différents types de Mind Control: les drogues, les électrochocs, chocs insuliniques, et d’autres techniques. »

Les premiers sujets des expériences pour le MK-Ultra ont été les personnels de l’armée américaine, qui ont reçus des doses de LSD et de PCP sans leur consentement.

Dr. Harvey Weinstein, psychologue social, Université de Californie, Berkeley, CA: « Je pense que le but pour tous les gens qui ont mené le programme était clair: c’était une tentative de trouver un moyen d’interroger les gens et de protéger leurs propres agents contre le contrôle des autres. »

A la fin des années 50, la CIA a commencé à financer des expériences top-secrètes de lavage de cerveau.

Lavage de cerveau: Endoctriner intensément et exhaustivement afin d’entraîner une transformation radicale des croyances et des attitudes mentales. (Dictionnaire Webster du Nouveau Monde)

Dr. Harvey Weinstein, psychologue social, Université de Californie, Berkeley, CA: « Si vous placez quelqu’un dans une position d’invalide, en ne les nourrissant pas, ou ne les autorisant pas à dormir, ou en les submergeant de bruit, si vous utilisez un traitement massif de choc, et si vous donnez aux gens des doses massives de drogues, comme le PCP, la mescaline, les amphétamines, ou le LSD, et si vous les plongez dans des périodes d’obscurité, où ils ne peuvent prévoir d’une minute à l’autre ce qui va arriver après, alors ils sont tout le temps terrifiés, il n’y a pas de position consistante sur ce qui va arriver. N’importe qui peut se retrouver placé dans une situation ouverte au lavage de cerveau.

Dû à la nature psychologique destructive des recherches sur le lavage de cerveau, la CIA a commencé à chercher de nouveaux sujets ignorants dans les hôpitaux psychiatriques.

De 1957 à 1964, les patients de l’Institut Allan Memorial à Montréal sont devenus les cobayes du Mind Control pour le scientifique du MK-Ultra Ewen Cameron.

Ewen Cameron

Dr. Harvey Weinstein, psychologue social, Université de Californie, Berkeley, CA: « Ewen Cameron était probablement le psychiatre le plus en vue de son époque dans les années 50… Il utilisait les techniques de son high-tech, il utilisait plusieurs sortes d’enregistreurs à circuits multiples, pour forcer les gens à écouter des messages enregistrés 24H/24 sans aucune fin, dans le but essentiellement de détruire les structures de la pensée des gens. »

Les patients étaient placés dans une stupeur due aux drogues, pendant que les messages enregistrés étaient acheminés vers leur esprit.

Lassie, témoin du MK-Ultra: « Il a injecté l’acide lysergique dans la veine… et il m’a donné un petit coup sur l’épaule, et dit: ‘Maintenant, Lassie… nous allons te revoir plus tard.’ Et j’ai commencé à me sentir très effrayée, et la frayeur est devenue de la terreur, et j’ai commencé à me jeter d’un côté à l’autre de la pièce. Je ne savais pas quoi faire pour arrêter ce sentiment. Je me sentais comme si mes os étaient en train de fondre, que j’étais… Je ne savais plus du tout qui j’étais, au juste.

En 1977, les audiences de l’Eglise ont enquêté sur le projet du Mind Control. Cela a forcé la CIA à publier des documents dévoilant l’histoire du MK-Ultra.

Terry Lenzner, avocat à Washington DC: « Ce n’est pas juste pour avoir brisé les demeures des gens, ou l’invasion du droit à la vie privée, les atteintes illégales sur les témoins, ou l’invasion de la pensée d’une personne, les faits concernent une blessure profonde […] que le gouvernement impose. »

New York Times, 2 août 1977: « Des institutions privées utilisées dans l’effort de la CIA pour contrôler le comportement », « Des drogues testées par la CIA sur des patients malades mentalement »

En 1980, la CIA a été poursuivie par neuf victimes des recherches du Mind Control du Dr. Cameron. Elles ont chacune reçu 100 000 $ en compensation pour les dommages.

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « Ceci était un programme post-nazi, si vous voulez. C’était une américanisation. »

Mark Phillips, cadre du renseignement, ancien agent de la CIA: « Mon point de vue est que les Nazis n’ont pas perdu la guerre, ils ont juste eu à déménager. »

Christopher Simpson, théoricien des communications, Université américaine, DC: « Maintenant, nous sommes 50 ans après. Maintenant, ils sont beaucoup plus intelligents, beaucoup plus sophistiqués, ils ont beaucoup plus d’argent à dépenser. »

A suivre…

Producteurs du documentaire:

Josh Shore
Aaron Pocock
Stephen Marshall