L’Invasion des armées de trolls: des partisans russes de Trump aux serviteurs de l’état turc

Les gouvernements du monde entier manipulent les médias sociaux pour leurs propres fins. C’est là que les fantassins numériques entrent – calomniant les opposants, répandant la désinformation et postant de faux textes pour de « l’argent de poche »

troll-armyDes légions en ligne … « Les médias sociaux sont un autre endroit où la guerre continue. »

The Guardian, Leo Benedictus, 06/11/2016

Nous ne savons pas qui ils sont, ni quelle est leur mission. Nous savons seulement qu’ils sont des milliers là-bas, faisant semblant d’être nous. Ils peuvent être à la maison, ou dans des bureaux spéciaux, ou assis à côté de vous dans le train. Ils utilisent les médias sociaux, écrivent des blogs et des commentaires. Certains d’entre eux visiteront peut-être le bas de cet article.

Vous pouvez embaucher votre propre armée de trolls si vous avez de l’argent. En 2011, le cabinet de relations publiques Bell Pottinger a déclaré aux journalistes sous couverture qu’ils pouvaient «créer et maintenir des blogs tiers», et gonfler les profils Wikipedia et les classements de recherche Google. En effet, le marketing a une riche histoire de ce que l’on appelle l' »astroturfing« , qui consiste à fixer de fausses bases populaires.

Lire la suite: https://www.theguardian.com/media/2016/nov/06/troll-armies-social-media-trump-russian

Publicités

Réponse au titre de l’article du New York Times sur WikiLeaks paru le 1er septembre 2016

communiqué paru sur le compte @wikileaks, le 01/09/2016

assange_nytRéponse à l’article du New York Times publié jeudi « Comment la Russie trouve souvent des avantages quand Julian Assange révèle les secrets de l’Occident » [http://archive.is/my52v]

Les seules vraies informations dans l’article sont que « les responsables américains disent que M. Assange et WikiLeaks n’ont probablement aucun lien direct avec les services de renseignement russes. »

Wikileaks a publié plus de 650.000 documents sur la Russie et le président Poutine, dont la plupart sont critiques. Voir https://search.wikileaks.org/

Il est faux que le livre Les documents Wikileaks: Le monde selon l’empire américain (qui parle de la diplomatie américaine), ne contient pas de critique de la Russie. Il contient de nombreuses références critiques à la Russie, y compris un chapitre entier sur les relations diplomatiques des États-Unis avec la Russie avec de nombreuses références à la corruption russe.

Il est faux que M. Assange « aurait évoqué aux associés de déménager » en Russie. Il a ouvertement plaisanté lors d’une conférence de presse en disant combien il serait absurde si un militant de la liberté de la presse occidentale était forcé de demander l’asile à Cuba.

Il est faux que WikiLeaks ou M. Assange n’auraient pas « publiquement critiqué » les violations des droits de l’homme commises par M. Assad et les forces russes qui se battent là-bas. WikiLeaks ne fait aucun commentaire sur les événements mondiaux, à moins que les événements ne se rapportent à ses publications, à son organisation ou à ses sources présumées. Mais, par exemple, WikiLeaks a soutenu la critique d’Amnesty sur les civils russes tués dans leur bombardement en réponse aux partisans russes qui l’ont attaqué, en disant que l’analyse numérique d’Amnesty semblait tenir bon.

Il est trompeur de laisser entendre que WikiLeaks aurait simplement tweeté une fois au sujet de l’emprisonnement du groupe musical russe Pussy Riot. En fait, M. Assange a rencontré plusieurs fois divers membres des Pussy Riot et elles ont rejoint la Fondation Courage, qu’il a co-fondé, et qui protège les sources journalistiques. Voir http://www.dazeddigital.com/artsandculture/article/22662/1/pussy-riot-joins-julian-assange-whistleblower-foundation

Il est faux que la Russie aurait délivré un visa pour Julian Assange (ou que M. Assange aurait demandé un visa).

Il est faux que WikiLeaks n’aurait pas produit de document critique sur le gouvernement Assad. Wikileaks a publié 2,3 millions de documents du gouvernement Assad, un allié russe, y compris des emails personnels du chef de l’Etat, Bachar al Assad. WikiLeaks a également publié sur l’espionnage, par le gouvernement syrien, de militants syriens au moyen de « bluecoat » et documenté de nombreuses importations utilisées par la sécurité nationale syrienne en violation des sanctions du régime. Voir https://wikileaks.org/syria-files/ et https://twitter.com/search?f=tweets&vertical=default&q=syria%20%20from%3Awikileaks%20since%3A2012-01-01%20until%3A2012-12-31&src=typd

La théorie du complot que l’article tente d’attribuer sur le calendrier des publications de WikiLeaks est fausse et n’est pas du journalisme.

Prenons l’exemple de premier plan dans l’article, la censure totale du diffuseur kurde Roj TV. Quand M. Assange a attiré l’attention sur cet outrage, cela coïncide avec les tentatives de Roj de faire de la publicité pour leur appel au tribunal (la grande vedette étant une publication WikiLeaks). Plus tard, lorsque le chef de l’OTAN, Rassmusen, est apparu dans les informations, cela a accroché l’attention sur les archives WikiLeaks et comment ils documentent les sordides accords derrière la destruction de Roj TV. Voir youtube

De même, dans d’autres cas, WikiLeaks a répondu aux appâts de l’information – comme tous les organes de presse le font, pour attirer l’attention sur ses archives ou pour soutenir sa mission anti-censure ou de protection de la source. Encore une fois, tout autre autre suggestion est fausse.

WikiLeaks n’a connaissance d’aucune affirmation du gouvernement américain disant que les emails du DNC publiés par WikiLeaks auraient été « volés par le renseignement russe ». En fait, le chef du renseignement américain, James Clapper, a déclaré que le gouvernement américain n’a pas été en mesure de l’attribuer à quelqu’un. Les différents piratages du DNC sur plusieurs années ne relèvent pas de la même question que la publication par Wikileaks d’emails divulgués et il est trompeur de suggérer autre chose.

Il est faux que la décision de l’ONU au sujet d’Assange serait « non-contraignante ». L’ONU a explicitement déclaré que cela est « juridiquement contraignant ». Il est faux que [cette décision] aurait été rejetée par les tribunaux britanniques. Son caractère contraignant est maintenant considéré par la Cour d’appel suédoise.

La déclaration de l’ONU en réponse aux erreurs de la presse:
NOTE AUX RÉDACTEURS EN CHEF:
Les avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire sont juridiquement contraignants dans la mesure où ils sont fondés sur le droit international des droits de l’homme, tels que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Le GTDA [Groupe de travail sur la détention arbitraire] a pour mandat d’enquêter sur les allégations d’individus privés de leur liberté de manière arbitraire ou incompatible avec les normes internationales des droits de l’homme, et de recommander des solutions telles que la libération de la détention et l’indemnisation, le cas échéant.
Le caractère contraignant de ses avis découle de la collaboration des États dans la procédure, du caractère contradictoire de ses conclusions et de l’autorité donnée au GTDA par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Les avis du GTDA sont également considérés comme faisant autorité par les institutions judiciaires internationales et régionales de premier plan, y compris la Cour européenne des droits de l’homme « . http://ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=17013&LangID=E

Le comité de rédaction du New York Times a appuyé Hillary Clinton, mais cela n’est pas dévoilé dans l’article. L’auteure principale, Jo Becker, a dernièrement retweeté Hillary Clinton (une campagne d’animation en sourire et en danse), le 3 mars. L’autre auteur, Eric Schmitt, a déjà écrit dans le New York Times, d’autres rapports d’enquête robustes, par exemple, que M. Assange est un « clochard » avec des « chaussettes sales » qui « puent ». Il est devenu correspondant du Pentagone en 1990.

Source: http://www.twitlonger.com/show/n_1sp2hsr et https://twitter.com/wikileaks/status/771329205594447872

L’Ukraine lutte pour contrebalancer la censure et la sécurité, alors que la guerre dans l’est se prolonge

porochenko_ukraineKyivPost, le 7 juin 2016

Dans un tweet officiel du 6 juin, le président Petro Porochenko a salué la liberté d’expression post-révolutionnaire de l’Ukraine.

« La liberté d’expression est l’une des grandes réalisations de l’Ukraine depuis la révolution de la dignité, » dit le tweet.

Mais le message est venu à un moment où les journalistes occidentaux et les groupes de défense des droits humains s’expriment sur la montée de la censure dans le pays. Il y a deux semaines, Porochenko a banni 17 cadres exécutifs et journalistes des médias russes d’entrer en Ukraine dans le cadre de la lutte contre la propagande du Kremlin ou « la guerre de l’information » de la Russie.

L’interdiction émise le 27 mai a été largement condamnée par les organisations occidentales, même si l’Ukraine a levé les sanctions sur les 29 journalistes étrangers dans un second décret publié le même jour.

Le premier décret interdisait à plusieurs journalistes, dont le directeur général de Channel One TV, Konstantin Ernst, et le propriétaire de Pravda.Ru, Vadim Gorshenin, d’entrer en Ukraine jusqu’en 2018.

Lire la suite: http://www.kyivpost.com/article/content/ukraine-politics/ukraine-struggles-to-balance-censorship-and-security-as-war-in-east-wears-on-415667.html

La guerre du Pentagone et de la Russie sur YouTube

Politico.com, par Philip Ewing, 15 juin 2015

Counter_propagandaL’impasse fébrile de l’Occident face à la Russie a incité le Pentagone à se doter d’une nouvelle arme: YouTube.

Lire l’article: http://www.politico.com/story/2015/06/us-military-russian-brinkmanship-youtube-119031.html?ml=m_po

Comment la télévision russe induit en erreur les téléspectateurs au sujet de l’Ukraine

medias russes_rossiya1

Par Stephen Ennis, 22 avril 2015

La couverture par la télévision russe des combats dans et autour du village de Shyrokyne à l’est de l’Ukraine apporte une étude de cas utile de certaines des tactiques que celle-ci utilise pour tromper les téléspectateurs sur le conflit. […]

1. Des photos trompeuses

Au cours de la dernière semaine, la télévision russe a avancé l’idée que le cessez-le feu autour de Shyrokyne a été violé par les seules forces ukrainiennes, en particulier par le bataillon de volontaires d’Azov. En fait, comme les rapports de la mission d’observation de l’OSCE le montrent clairement, les deux parties ont rompu la trêve précaire.

2. Des récits faux

Tout en blâmant les forces ukrainiennes pour les violations du cessez-le-feu à Shyrokyne, la télévision russe d’Etat les a également accusés de cibler délibérément des civils. […]

civils en ukraine_rossiya1Les images d’habitant de Shyrokyne sont présentées de manières différentes sur différentes chaînes

3. Déformation et suppression

Immédiatement après l’extrait vidéo du tir de mortier, le rapport de Bilibov a montré une femme âgée, l’une des quelques dizaines de civils toujours restants à Shyrokyne. « Est-ce qu’ils vous tirent dessus? » a demandé Bilibov. La femme lui a répondu en pleurant comment elle a été forcée de se réfugier dans une cave face aux combats. […]

Source: http://www.bbc.co.uk/monitoring/how-russian-tv-misleads-viewers-about-ukraine

« Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret »

la propagande en couleursIllustration: la propagande en couleurs, autrement dit une manière simple de comprendre comment nos esprits sont manipulés par les médias

« Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret »

Ceci pourrait être la nouvelle devise de citoyens qui ont décidé de libérer leur esprit de toute forme de propagande médiatique, de ceux surtout qui veulent sortir de l’opposition entre point de vue pro-occidental (ou pro-américain) et point de vue des pays non-occidentaux. En Europe, nous sommes dans une logique occidentale, mais sans nous en rendre compte, beaucoup des points de vue de nos médias sont calqués sur les Etats-Unis. Trop de gens croient aux médias, et même ceux qui militent et pensent être indépendants dans leur esprit sont aussi influencés par la propagande médiatique occidentale. Exemple: la Palestine qui reste encore aujourd’hui un sujet problématique en Occident à cause du soutien américain à Israël, d’autres sujets aussi comme la prison de Guantanamo, les révélations Wikileaks, la cyber-surveillance, la place des lanceurs d’alerte dans nos sociétés modernes, et le 11 septembre, sont également des sujets peu débattus en Europe.

Dans le cas de la NSA, par exemple, il y a un débat sur l’espionnage américain, mais parallèlement il y a peu d’informations sur l’implication du gouvernement français dans ce partenariat américain. De la même manière, il n’y a quasiment aucun gouvernement européen (sinon aucun) qui a remis en cause la version officielle des attentats du 11 septembre, alors que de nombreux américains dénoncent une enquête insuffisante. Nous avons la liberté d’expression en Europe, mais certains sujets restent malgré tout trop peu analysés dans nos pays, sans que ce soit pour autant une censure officielle.

Dans cette logique, les blogs sont parfois des moyens d’information très utiles qui peuvent soulever des questions qui n’ont pas été évoquées par les grands médias. Si vous pensez qu’il n’y a pas d’informations utiles sur un sujet que vous maîtrisez, créez un blog et prenez la parole, ce sera le meilleur moyen de rompre le silence! Vous pourrez ainsi écrire sans aucune pression politique et au rythme que vous voulez.

C’est pourquoi nous disons: « Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret », parce qu’il faut apprendre à exiger toujours plus d’informations, toujours plus de vérité. Parce qu’il ne faut pas avoir peur de critiquer. Parce qu’il faut apprendre aussi à collecter toutes ces informations qui nous bombardent à la télévision ou sur Internet, apprendre à les classer, à différencier les rumeurs par rapport aux vérités, savoir aussi se poser des questions sur d’éventuelles manipulations médiatiques qui sont là pour provoquer un débat ou détourner l’attention des citoyens face à un sujet plus préoccupant.

Finalement, le citoyen doit parfois faire comme la NSA face à l’information médiatique: il doit tout analyser, stocker dans sa tête pendant des mois, voire des années, s’il est un vrai passionné d’actualité et s’il veut arriver à une vision logique et raisonnable du monde moderne. Au bout de plusieurs années, ce citoyen qui n’aura fait confiance qu’à sa propre intelligence, qui aura parfois eu le courage d’écrire de lui-même des articles, sera sans doute plus objectif que n’importe quel journaliste qui aura seulement passé son temps à obéir à sa rédaction en rédigeant les sujets qu’on lui aura imposés.

Peu importe le sujet ou l’orientation politique: il faut comparer l’information sur beaucoup de sites internet et comparer les idées de différents mouvements politiques, pour arriver à une idée cohérente où nous pouvons discerner les intérêts d’un Etat qui produit de la propagande face à sa population. Il faut être suffisamment ouvert d’esprit pour comparer des informations très différentes et se faire sa propre version de la vérité. Il faut aussi savoir être suffisamment courageux pour avoir des idées différentes face au plus grand nombre et ne pas se laisser intimider par les réactions parfois négatives des personnes qui nous entourent. Si vous soutenez la Russie, dites-le, personne ne vous censurera en Occident, de toute manière les Américains vous auraient mis sur écoute pour moins que ça. Si vous pensez que la Corée du Nord mérite plus d’attention et de respect de la part de la communauté internationale, si vous soutenez la paix en Corée, dites-le aussi. Il n’y a pas de mal à partager ses idées, surtout quand elles sont pacifiques, et vous trouverez certainement des individus qui seront d’accord avec vous.

Il ne faut pas avoir peur de la controverse et d’aller contre les idées du plus grand nombre. De la même manière, notre blog qui soutient Wikileaks – et qui continue à soutenir sa lutte pour la transparence politique – n’a pas hésité à analyser toutes sortes d’informations pour montrer que cette organisation n’a pas forcément expliqué ses vrais liens avec les gouvernements occidentaux ou, du moins, avec certains services secrets américains, comme le FBI (avec Sabu), et d’anciens employés de la NSA ou de la CIA. Parce que le devoir d’information exige que l’on soit critique, même face aux organisations que l’on soutient et même si l’on admire ces personnes. C’est à ce prix-là qu’il y aura de plus en plus de liberté d’expression dans le monde.

Il faut aussi savoir rester critique face aux médias indépendants, qui parfois peuvent avoir été créés ou manipulés par des services secrets afin de collecter des informations sur certains sujets, dans le but de manipuler l’opinion ou pour infiltrer des réseaux militants. C’est pourquoi même l’information indépendante doit rester dans votre esprit une information susceptible de contenir autant de propagande que ce que vous voyez à la télévision.

Le mieux est qu’un citoyen compare et collecte son information comme s’il était à lui-même son propre service secret, là où sa réflexion et sa pensée seront toujours indépendantes de toute manipulation et à l’abri de toute forme de propagande, que cette propagande vienne à l’origine d’un Etat, d’un parti politique ou d’une organisation militante. C’est en développant ces capacités d’analyse que vous serez en mesure de faire les meilleurs choix dans votre engagement politique et de défendre les idées qui vous correspondent le plus.

Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret. La vérité est à portée de tout le monde. Le lavage de cerveau accompli par les médias n’est pas une fatalité. Sachez réagir!

kimono

CC BY-SA

Image CC BY-SA créée par l’auteur de l’article

Les 8 théories de la conspiration gouvernementale. Conspiration #8: Le gouvernement manipule les médias

La vérité: De 1948 à 1972, plus de 400 journalistes ont secrètement effectué des missions pour la CIA.

illustration_journaliste

Si vous pensez que la propagande sur les chaînes d’information aujourd’hui est mauvaise, imaginez ce que ce serait si la CIA avait toujours dirigé le navire. Dans le cadre de l’Opération Mockingbird, les doigts collants de la CIA ont touché à plus de 300 journaux et magazines, dont le New York Times, Newsweek, et le Washington Post.

Plus de 400 journalistes étaient de mèche avec la CIA. Ils ont promu le point de vue de l’agence et ont fourni des services: l’espionnage dans des pays étrangers, la collecte de renseignements, et la publication de rapports rédigés par l’agence. Parfois, le chef de la CIA, Frank Wisner, a commandé aux journalistes d’écrire des articles pro-gouvernementaux dans le pays et à l’étranger. Et, comme si la propagande de la CIA ne suffisait pas, l’agence a également versé aux éditeurs de garder des pièces anti-gouvernementales hors des publications de presse. Les journalistes ayant des liens avec la CIA ont également planté de faux renseignements dans les rédactions, afin que des journalistes sans liens les prennent et écrivent à ce sujet.

La CIA faisait équipe avec des journalistes, parce que de nombreux journalistes ont eu des liens forts à l’étranger. Un journaliste faisant des rapports depuis l’étranger pouvait recueillir des informations que la CIA ne pouvait pas recueillir, et il pouvait planter de la meilleure propagande, également.

Même si une audience du Congrès dans les années 1970 a mis fin aux emplois à l’intérieur, Big Brother manipule encore et toujours d’autres marchés. En 2005, le gouvernement a dépensé 300 millions $ pour placer des messages pro-américains dans les médias étrangers points-une tentative d’entraver les extrémistes et d’influencer le soutien.

Source: http://mentalfloss.com/article/33497/8-government-conspiracy-theories-and-how-they-could-be-right

Scandale d’espionnage en Pologne sur fond de crise ukrainienne

« On a fait une pipe aux Américains »: le chef de la diplomatie polonaise, Radosław Sikorski

Depuis le 15 juin 2014, comme le révèle Le Monde, un scandale d’écoutes bouleverse le gouvernement polonais, dont plusieurs ministres et le gouverneur de la Banque de Pologne. Les enregistrements sont divulgués par l’hebdomadaire polonais Wprost et mis en ligne dans des vidéos sur le compte du journal. Mais la phrase qui agite le plus les médias est celle qui a été prononcée par l’actuel ministre polonais des Affaires étrangères, Radosław Sikorski, qui remet en cause l’alliance américano-polonaise.

Comme le rapporte Slate, dans son article du 23 juin:

«L’alliance américano-polonaise ne vaut rien. Elle est même nuisible, car elle crée un faux sentiment de sécurité. On va entrer en conflit avec les Allemands et les Russes, et on va penser tout va bien parce qu’on a taillé une pipe aux Américains. Des pigeons, on est vraiment des pigeons.»

Les médias russes se sont emparés de l’affaire d’espionnage et citent continuellement Sikorski, qui est devenu une sorte de « héros des médias en Russie », quand il s’agit de propagande anti-américaine, comme dans cet extrait de la Revue militaire cité par le média polonais RMF24:

Nouveauté du jour. Le Ministre polonais des Affaires étrangères Sikorski, oui le même Sikorski qui aime citer Brzezinski et faire peur à la Russie avec les forces de l’OTAN et se positionner contre le fait que le Kremlin puisse acquérir des Mistrals français (soutenant la ligne de la Maison Blanche) – s’avère un grand ennemi de cette même Maison Blanche – rapporte la Revue Militaire [ВОЕННОЕ ОБОЗРЕНИЕ, article du 23 juin 2014]. L’article qui se moque de Sikorski et s’intitule « La merde, la pipe et les pigeons » contient des citations pleines de vulgarité tirées de la conversation entendue du ministre avec [Jacek] Rostowski. (RMF24)

Si l’origine de ces écoutes semble inconnue, on peut malgré tout se demander si — en pleine crise ukrainienne — la fuite de ces enregistrements n’a pas été calculée d’avance et si elle n’a pas pour vocation de lancer un débat politique sur les liens de la Pologne, et plus largement ceux de l’Union Européenne, avec les Etats-Unis. En effet, les extraits — qui sont bien choisis et pertinents — auraient très bien pu être sélectionnés, prémédités par des personnes issues du gouvernement polonais ou d’un autre gouvernement, en vue de conduire à une nouvelle situation politique en Pologne. La Pologne est dans une situation délicate, puisqu’elle doit à la fois resituer sa position vis-à-vis des Etats-Unis qui pratiquent l’espionnage illégal sur les citoyens européens (dont les citoyens polonais), et elle doit aussi s’affirmer face à la Russie dans la crise ukrainienne.

Si certains pensent en Pologne que ces fuites d’enregistrements sonores pourraient provenir d’un gouvernement étranger, comme l’évoque le Washington Post, et en particulier des services secrets russes — « Des médias et des hommes politiques ont suggéré que l’enregistrement secret pourrait avoir été effectué par les services spéciaux russes, afin de déstabiliser la Pologne sur fond de crise russo-ukrainienne » (Le Monde, 19 juin 2014) —, on peut tout aussi bien penser qu’au contraire des personnalités politiques polonaises pourraient tout autant être impliquées dans ces fuites, car comme dans tout pays, il y a aussi des éléments de l’opposition qui sont insatisfaits de la politique actuelle en Pologne et qui souhaitent changer de gouvernement.

Et n’oublions pas que, dans un monde sur écoutes, — où les services secrets ont des capacités d’espionnage presque sans limites, où les agences de renseignement collaborent entre elles et partagent des milliers d’informations chaque jour, où certains responsables politiques sont constamment surveillés au nom de leur sécurité personnelle — quoi de plus facile que d’espionner les conversations d’un ministre et de divulguer à la presse ces enregistrements? Tout cela semblerait un jeu d’enfants pour des services secrets, même la NSA aurait pu être à l’origine de ce scandale d’écoutes en Pologne.

 

 

William Pawelec, vrai ou faux lanceur d’alerte? Techniques de propagande moderne, PsyOps et désinformation

Voici la traduction d’un article qui, face à des révélations qui semblent suffisamment douteuses et contradictoires, comme le souligne le blog humanbeingsfirst, et surtout face à une interview qui ne donne aucune preuve technique des faits décrits, pose la question de l’authenticité du témoignage du lanceur d’alerte William Pawelec. On trouve cette interview datée de 2001 sur plusieurs sites internet, mais l’objectif véritable semble avoir une autre intention que celle d’informer le public d’une réelle menace: autrement dit, on voit comment certaines révélations de documents secrets ou d’informations secrètes sont parfois utilisées à des fins de propagande psychologique, pour éveiller la peur ou provoquer une réaction de masse de la population. A travers les lanceurs d’alerte, les gouvernements ont des ennemis potentiels du secret d’Etat, mais certains lanceurs d’alerte sont parfois un outil idéal à leur portée pour contrôler la population. Les lanceurs d’alerte publient-ils de vraies révélations, ou bien utilisent-ils des techniques de propagande moderne, de psyops et de désinformation, à des fins politiques? A chacun de se faire son idée.

Le lanceur d’alerte William Pawelec sur les projets noirs des Four Horsemen et l’agenda du NWO [New World Order]

Covertress.blogspot.com, posté le 10 mars 2012

The Disclosure Project – Interview de William Pawelec

M. William Pawelec était un spécialiste des opérations informatiques de la programmation de l’US Air Force, avec de nombreux titres de compétences dans les technologies de sécurité et les systèmes de contrôle d’accès. Il a donné cette interview avec le Dr Greer avant l’événement du National Press Club Disclosure en 2001 et a demandé qu’elle ne soit publiée qu’après sa mort. Nous avons récemment appris que M. William Pawelec est décédé le 22 mai 2007 et nous avons reçu l’autorisation de la publier en décembre 2010.

Spécialiste de la sécurité, consultant, homme d’affaires, William Pawelec a servi le complexe militaire industriel et les entreprises de haute technologie pendant de nombreuses années. Il a été impliqué dans les aspects de sécurité de nombreux projets noirs (et peut-être même au-dessus des projets noirs). William Pawelec a révélé ce qu’il savait sur les secrets de gouvernement/s (ou les 4 cavaliers comme il l’a appelé), leurs étranges agendas cachés, les AVC d’ovnis (Alien Visitation Crafts), l’anti-gravité …. etc

Il savait pertinemment que le gouvernement secret a fait des milliards de puces implantables RFID [Radio-Identification]. Il a également expliqué son implication dans la technologie/le champ de la puce implantable microchip RFID pendant quelques décennies. Il était la personne qui a donné la technologie au MIC, l’USDA, la CIA, la NSA, le NRO …. a fait la démo et expliqué ses capacités. Il a souligné qu’il avait déjà eu des puces RFID passives qui pouvaient être détecté à 1 mile de distance. Il a déclaré que ces puces pourraient être modifiées pour surveiller les conditions du corps humain (le contrôle de l’esprit?) et d’autres aspects … etc

Alex Merklinger avec William Pawelec – 2004

Source: http://covertress.blogspot.com/2012/03/whistleblower-william-pawelec-on-black.html

Reflets.info: « Que créé la propagande d’Edward Snowden? »

Edward Snowden en Russie

Par Yovan Menkevick, 2 janvier 2014

[Extrait de l’article]

Alors, dans un absolu idéalisé, Edward Snowden est un type génial, l’équivalent d’un Assange et d’un Manning en encore plus gonflé, avec une action encore plus importante dans sa dénonciation. Un héros en quelque sorte. D’ailleurs, de nombreuses voix s’élèvent pour l’élever au rang de héros mondial, lui filer le Nobel de la paix etc… Au point que personne ne l’attaque (hormis quelques fachos). Mais que fait Snowden depuis le départ? De la propagande. Petite définition basique de la propagande:

La propagande est un ensemble d’actions psychologiques pour influencer les pensées et les actes d’une population, afin de l’endoctriner ou l’embrigader (…) Les techniques de propagande modernes reposent sur les recherches conduites dans le domaine de la psychologie, de la psychologie sociale et dans celui de la communication. De manière schématique, elles se concentrent sur la manipulation des émotions, au détriment des facultés de raisonnement et de jugement(…) (source wikipedia)

Les techniques de propagande sont vastes, mais elles ont été définies de manière assez précise. La fiche wikipedia en donne quelques unes, et c’est assez édifiant dans le cas de Snowden:

— La fabrication de faux documents (les documents de Snowden sont des Slides, pas des preuves techniques, ils ont pu être fabriqués, personne ne le sait…)
— La peur: un public qui a peur est en situation de réceptivité passive, et admet plus facilement l’idée qu’on veut lui inculquer. (Les révélations de Snowden font peur, c’est une certitude…)

— Appel à l’autorité: l’appel à l’autorité consiste à citer des personnages importants pour soutenir une idée, un argument, ou une ligne de conduite. (C’est la NSA, une autorité…)

— Témoignage: les témoignages sont des mentions, dans ou hors du contexte, particulièrement cités pour soutenir ou rejeter une politique, une action, un programme, ou une personnalité donnée. La réputation (ou le rôle : expert, figure publique respectée, etc.) de l’individu est aussi exploitée. Les témoignages marquent du sceau de la respectabilité le message de propagande. (Oui, Snowden est un expert en informatique employé par la NSA…)

Lire l’intégralité de l’article: http://reflets.info/etat-de-droit-et-propagande-est-il-possible-de-nier-levidence/