L’espionnage de la NSA remonte au président Reagan en 1981

La NSA a collecté des données en vrac sur les Américains depuis Reagan

La National Security Agency a gagné en puissance depuis les attaques terroristes du 11 septembre. L’agence secrète d’espionnage a été confronté à des scandales durant les deux administrations présidentielles successives, d’abord sous la présidence de George W. Bush, et maintenant sous la présidence de Barack Obama. Mais la collecte en vrac par la NSA des métadonnées des Américains a commencé bien avant cela, au début de l’administration du président Ronald Reagan. En 1981, Reagan a signé le décret exécutif 12333, qui prescrit les devoirs et les capacités de collecte des renseignements étrangers des 17 agences de renseignement des États-Unis. L’ordre est l’autorité supérieure pour guider les opérations de renseignement, y compris la capacité de fonctionner en dehors des limites d’un mandat ou d’une ordonnance faite par un tribunal à l’approbation du procureur général. Ameera David de RT examine comment le décret exécutif 12333 a changé la face de l’espionnage gouvernemental au cours des trois dernières décennies. (youtube)

Quelle est l’importance du décret exécutif de Reagan en 1981 pour les programmes d’espionnage de la NSA?

Débat sur Russia Today, vidéo du 2 octobre 2014

Marcy Wheeler, d’ExposeFacts, rejoint Thom Hartmann. Ronald Reagan était un révolutionnaire. Sa présidence a marqué un moment important – et véritablement un tournant – dans l’histoire américaine. Selon des documents nouvellement publiés et obtenus par l’ACLU – une de ces choses est l’élargissement considérable des pouvoirs d’espionnage étranger de la NSA. (youtube)

Publicités

Quand Hillary Clinton disait: « Nous avons financé Al-Qaïda »

Al-Qaïda, soit-disant le plus grand ennemi de l’Amérique, a été créé et financé sous l’impulsion des Etats-Unis dans les années 80, comme l’explique Hillary Clinton dans cette vidéo. Sous l’impulsion du président Reagan, Al-Qaïda a permis à l’Amérique de lutter et de faire tomber l’Union Soviétique. Aujourd’hui, le gouvernement américain est encore soupçonné d’avoir des liens avec Al-Qaïda, qui a servi à faire tomber Kadhafi et à semer la guerre en Syrie.