Le gouvernement pakistanais a tenté de négocier avec al-Qaïda, un an avant la mort de Ben Laden

Les documents d’Oussama Ben Laden: Le gouvernement pakistanais voulait négocier

Long War Journal, par Thomas Joscelyn, 9 mars 2015

Leaders d'Al-Qaïda (depuis la gauche), Ayman al-Zawahiri, Oussama Ben Laden et Mohammed AtefLes documents publiés récemment et récupérés dans le complexe d’Oussama Ben Laden montrent que certaines parties du gouvernement pakistanais ont tenté de négocier avec Al-Qaïda en 2010. Les lettres ont été publiées à titre de preuve dans le procès d’Abid Naseer, qui a été reconnu coupable de terrorisme par un jury de Brooklyn en début de ce mois.

L’un des documents est une lettre écrite par Atiyah Abd al Rahman («Mahmud»), qui était alors le directeur général d’Al-Qaïda, à Oussama ben Laden (identifié comme cheikh Abou Abdallah) en juillet 2010. La lettre révèle un jeu compliqué impliquant al-Qaïda, les talibans pakistanais, le frère de l’actuel premier ministre pakistanais, et les services de renseignement du Pakistan.

« En ce qui concerne les négociations, cher Cheikh, je vais vous donner un aperçu, que Dieu me soutienne dans ce domaine », a écrit Rahman. « L’ennemi pakistanais a correspondu avec nous et avec Tahreek-i-Taliban (Hakimullah) pendant un temps très court, depuis les jours de Hafiz, que Dieu ait pitié de lui. » Hakeemullah Mehsud était le chef des talibans pakistanais à ce moment. Le « Hafiz » mentionné est Mustafa Abu Yazid (Cheikh Saeed al Masri), qui a servi comme directeur général d’Al-Qaïda avant sa mort en mai 2010. Rahman a succédé à Yazid dans ce rôle.

« Nous avons discuté de la question de manière interne, puis nous avons parlé avec Abou-Muhammad plus tard, une fois que nous étions en mesure de reprendre la correspondance avec lui », a expliqué Rahman. « Abu-Muhammad » est le nom de guerre d’Ayman al Zawahiri. À la suite de ces discussions, Al-Qaïda était prêt à négocier un accord dans lequel les djihadistes lâcheraient du lest face aux Pakistanais tant que les services militaires et le renseignement arrêteraient la lutte contre Al-Qaïda et ses alliés.

« Notre décision était la suivante: Nous sommes prêts à vous laisser tranquilles. Notre combat est d’abord contre les Américains. Vous êtes devenus une partie de la bataille, quand vous avez pris position avec les Américains », écrit Rahman, en expliquant la position d’Al-Qaïda face au gouvernement pakistanais. « Si vous étiez prêts à nous laisser tranquilles, nous et nos affaires, nous vous laisserons tranquilles. Sinon, nous sommes des hommes, et vous serez surpris par ce que vous verrez; Dieu est avec nous. »

La tactique de négociation d’Al-Qaïda était simple. Soit les Pakistanais les laissaient tranquilles, soit ils souffriraient plus d’attaques terroristes. La lettre de Rahman révèle comment les hommes de Ben Laden ont cherché à transmettre leur message. Ils comptaient sur Siraj Haqqani, le dirigeant du réseau Haqqani, qui a longtemps été soutenu par l’establishment militaire et le renseignement pakistanais.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.longwarjournal.org/archives/2015/03/osama-bin-ladens-files-the-pakistani-government-wanted-to-negotiate.php source: https://twitter.com/husainhaqqani/status/711123210025246720

Les documents Ben Laden analysés par The Long War Journal: http://www.longwarjournal.org/tags/osama-bin-laden

Publicités

Le mensonge des Etats-Unis sur la mort de Ben Laden: le terroriste le plus recherché au monde assigné à résidence par l’armée pakistanaise?

Le meurtre d’Oussama ben Laden

London Review of Books, Par Seymour Hersh, Mai 2015

Oussama Ben LadenCela fait quatre ans qu’un groupe de commandants de l’US Navy a assassiné Oussama ben Laden dans un raid nocturne sur un complexe avec de hauts murs à Abbottabad, au Pakistan. Le meurtre a été le point principal du premier mandat d’Obama, et un facteur majeur de sa réélection. La Maison Blanche maintient toujours que la mission était une affaire toute-américaine, et que les généraux de haut rang de l’armée pakistanaise et de l’Inter-Services Intelligence (ISI) [Direction pour le renseignement inter-services] n’ont pas été prévenus du raid à l’avance. Ceci est faux, comme le sont de nombreux autres éléments venant de l’administration Obama. L’histoire de la Maison Blanche aurait pu être écrite par Lewis Carroll: est-ce que ben Laden, cible d’une chasse à l’homme internationale et massive, aurait vraiment décidé qu’une grande ville à quarante miles d’Islamabad serait le meilleur endroit pour vivre et commander les opérations d’al-Qaïda? Il se cachait à l’air libre. C’est ce qu’a dit l’Amérique.

[…] Le complexe de ben Laden était à moins de deux miles de l’Académie militaire du Pakistan, et un quartier général du bataillon de combat de l’armée pakistanaise était à environ un mile. Abbottabad est à moins de 15 minutes en hélicoptère de Tarbela Ghazi, une importante base pour les opérations clandestines de l’ISI et un bâtiment où sont formés ceux qui gardent l’arsenal nucléaire du Pakistan. « Ghazi est la première raison pour laquelle l’ISI a placé ben Laden à Abbottabad », a déclaré le responsable à la retraite, « pour le maintenir sous surveillance constante ».

Lire l’intégralité de l’article: http://www.lrb.co.uk/v37/n10/seymour-m-hersh/the-killing-of-osama-bin-laden

Dévoilé par JW [Judicial Watch]: Un Commandant supérieur du Pentagone a ordonné la destruction des photos de la mort de Ben Laden

Residence_Ben_Laden_AbbottabadJudicial Watch, 10 février 2014

Judicial Watch dévoile des e-mails qui révèlent qu’un commandant supérieur du Pentagone a ordonné la destruction des photos de la mort de Ben Laden.

(Washington, DC) – Judicial Watch a annoncé aujourd’hui que, le 31 janvier 2014, il a reçu des documents du ministère de la Défense (Pentagone) révélant que dans les quelques heures de son dépôt d’une demande de Freedom of Information Act (FOIA), le 13 mai 2011, demandant les photos du défunt Oussama ben Laden, le Commandant des Opérations Spéciales des Etats-Unis, l’amiral William McRaven [voir biographie], a ordonné à ses subordonnés de « détruire » les photos qu’ils ont pu avoir « immédiatement ». Judicial Watch avait déposé une demande FOIA pour les photos 11 jours plus tôt.

L’e-mail de McRaven, adressé à « Messieurs », donne pour ordre:

Un point particulier que je veux souligner, ce sont les photos, notamment celles qui restent d’UBL [Usama Ben Laden]. À ce stade – toutes les photos devraient avoir été remises à la CIA; si vous en avez encore, détruisez-les immédiatement ou rendez-les à [expurgé].

Selon les documents du Pentagone, McRaven a envoyé son e-mail « le vendredi 13 mai 2011, à 17h09. « Les documents ne détaillent pas quels documents, le cas échéant, ont été détruits en réponse à la directive de McRaven. La demande FOIA de Judicial Watch en quête des documents a été déposée à la cour américaine du district de Columbia seulement quelques heures plus tôt. Judicial Watch avait également annoncé le dépôt de la demande lors d’une conférence de presse le matin.

Le 2 mai, Judicial Watch avait déposé une demande FOIA avec le ministère de la Défense à la recherche de « toutes les photographies et/ou enregistrements vidéo d’Usama (Oussama) Ben Laden pris pendant et/ou après l’opération militaire américaine au Pakistan, le ou autour du 1er mai 2011. « La loi fédérale contient des interdictions générales de « dissimulation, enlèvement, ou de manière générale d’altération » des documents gouvernementaux.

Les documents contenant l’e-mail de McRaven disant de « les détruire immédiatement » ont été publiés à la suite d’une demande FOIA du 7 juin 2013 et d’une poursuite ultérieure contre le ministère de la Défense pour les documents relatifs à la directive 2011 de purge de McRaven. L’ordre de McRaven a été mentionné pour la première fois à la fin d’un projet de rapport de 2011, par l’inspecteur général du Pentagone (IG) qui examinait si l’administration Obama avait donné un accès privilégié aux dirigeants d’Hollywood pour la planification du film « Zero Dark Thirty. » Selon le projet de rapport, « l’ADM [Amiral] McRaven a également ordonné que les noms et les photos associées à ce raid ne soient pas publiées. Cet effort a inclu la purge du système d’exploitation de la commande de combattant de tous les documents liés à l’opération et de fournir ces documents à un autre organisme gouvernemental. « La référence à la purge du document ne ​​figurait pas dans le rapport final de l’IG.

Le coup de McRaven dans la purge des photos semble être venu, au moins en partie, à la suite des efforts agressifs de Judicial Watch pour obtenir des images du défunt Ben Laden, des photos que le président Obama, dans une réécriture de la loi fédérale sur les documents ouverts, avait refusé de divulguer. En plus de sa requête FOIA du 2 mai 2011, avec le Pentagone, Judicial Watch a déposé une demande identique, le 3 mai 2011, auprès de la CIA. Lorsque ni le ministère de la Défense ni la CIA ne se sont conformé aux demandes FOIA, Judicial Watch, en juin 2011, a intenté des poursuites FOIA contre les deux agences. Dans le cadre du litige, le Pentagone a indiqué qu’il n’avait « pas de documents en réponse à la demande du demandeur. »

Le 26 avril 2012, le juge de la Cour de district James Boasberg a accepté les arguments DOD d’Obama et de la CIA, estimant que les images pouvaient rester secrètes tout en concédant: « En effet, il est logique que plus l’événement est important pour notre nation – et la fin du règne de terreur de ben Laden se classe certes de manière élevée -, plus le public a besoin d’une divulgation complète. » Le 21 mai 2013, la Cour d’appel du district de Columbia aux États-Unis a confirmé la décision de la Cour de district, tout en admettant que les documents peuvent ne pas avoir été correctement classés. La Cour suprême des États-Unis a par la suite rejeté la demande de Judicial Watch pour une ordonnance de certiorari demandant un examen de la question.

« L’e-mail de McRaven de « les détruire immédiatement » est une preuve irréfutable, révélant à la fois le mépris de la primauté de la loi et du droit de savoir du peuple américain », a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton. « L’administration Obama a essayé de recouvrir ce scandale – et notre procès l’expose. Nous exigeons une enquête plus approfondie de l’effort de destruction des documents sur le raid de Ben Laden ».

Source: http://www.judicialwatch.org/press-room/press-releases/pentagon-destruction-of-bin-laden-death-photos/

Lire aussi sur Slate.fr: Ben Laden: l’armée américaine a ordonné la destruction des photos du corps

Ben Laden – Les habitants d’Abbottabad: « Tout est faux, rien ne s’est passé »

Oussama Ben Laden est officiellement mort le 2 mai 2011 dans une opération des forces spéciales américaines à Abbottabad contre la résidence où celui-ci avait trouvé refuge. Pour certains, la thèse officielle n’a pas suffisamment de preuves.

Dans un reportage de la BBC, Orla Guerin a interviewé des douzaines de personnes qui ont insisté en disant que Ben Laden n’a pas vécu dans le complexe, aucun d’eux n’ayant jamais été témoin de sa présence ou de rumeurs voulant qu’il ait été là pendant les 5 années où Obama a dit que Ben Laden était un résident de cette ville.

Voici ce que dit le reportage vidéo, publié le 9 mai 2011:

« Une image que la Maison Blanche veut que le monde voit: apparemment un Oussama Ben Laden décoiffé et affaibli qui se regarde lui-même à la télévision. La vidéo a été éditée par le Pentagone et publiée sans son audio. Il affirme que c’est l’une des 5 vidéos retrouvées dans le complexe de Ben Laden. L’image a été en première page des informations au Pakistan aujourd’hui, mais à Abbottabad, où il a rencontré sa mort, il y a beaucoup de scepticisme. »

[Le vendeur de journaux]: « Tout est faux, rien ne s’est passé » dit Mohammad, qui a vendu des journaux ici pendant 50 ans.

Shabeer dit que c’est un cas d’erreur et d’identité. Il affirme que l’homme sur la photo est son voisin.

[Un habitant]: « Son nom est Akhbar Han, il est propriétaire de la maison qu’ils prétendent avoir été celle de Ben Laden. Je le connais très bien. »

Si l’intention a été de prévenir des dangers, cela n’a pas marché ici.

[Un autre habitant]: « Cette photo n’est pas Oussama. »

[Un autre habitant]: « C’est très suspect et fait avec une technologie avancée. »

[Olga Guerin]: « Fait avec un ordinateur? »

[Réponse de l’habitant]: « Oui, fait avec un ordinateur. »

Après avoir maintenant parlé à plus de 50 personnes sur le marché, un seul croit que l’homme dans la vidéo qui regarde la télé était en effet Oussama Ben Laden. Les gens disent ici que les Américains n’ont rien prouvé du tout, ils n’ont pas montré le corps mort de Ben Laden. Beaucoup ne croient pas que le leader d’Al Qaïda vivait ici ou qu’il ait été tué ici.

Il n’est pas clair où et quand les vidéos ont été réalisées. Ce soir, le président Obama a dit que Ben Laden a dû avoir une sorte de réseau de soutien au Pakistan, peut-être impliquant des gens du gouvernement, et que cela doit faire l’objet d’une enquête.

Olga Guerin, BBC News, Abbottabad

Suite de l’enquête de la BBC sur « La mort de Ben Laden« , publiée le 16 janvier 2013: