Les origines de l’Etat Islamique: une responsabilité historique?

OneEurope.info, le 12 avril 2016

[Extrait de l’article]

La montée de l’Etat Islamique sur les cendres des interventions occidentales

280px-Sykes_picotL’insuffisance chronique de l’Irak et de la Syrie pour lutter efficacement contre l’Etat Islamique (ISIS) a conduit les commentateurs à les qualifier d' »États défaillants ». L’expression révèle leur incapacité à exercer le monopole de la violence au sein de leurs frontières, ainsi qu’à garder le contrôle de leur territoire et de la population. Pourtant, on a tendance à oublier à quel point le processus même de construction de la nation a été entravé dans cette région. Faire porter la responsabilité des nations occidentales pour la misère de ces pays serait très simple, et cela constituerait une insulte à l’égard de ces nations indépendantes et souveraines. Cependant, il faut reconnaître que celles-ci portent une sorte de responsabilité.

En octobre 2015, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a admis que la guerre en Irak pourrait être en partie responsable de la montée de l’Etat islamique. En fait, on peut faire valoir que les conditions nécessaires à la prospérité des mouvements terroristes dans ce pays – la faiblesse d’un État-nation et l’effondrement de ses institutions – ont été réunies depuis longtemps. Ce fut le cas en 1991, lorsque 28 pays ont décidé d’appliquer vigoureusement les 13 résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et de défendre la souveraineté du Koweït contre l’invasion de l’Irak, au coût d’environ 30 000 décès (pour la plupart des Irakiens) et la destruction d’innombrables infrastructures civiles essentielles. La fin de la guerre n’a pas mis fin aux sanctions économiques sur la quasi-totalité des ressources commerciales et financières soumises à l’Irak, des sanctions qui sont connues pour avoir eu un effet désastreux sur les populations civiles. Enfin, la guerre juridiquement débattue qui a suivi en 2003, fondée sur la fausse hypothèse que l’Irak possédait des armes de destruction massive, a achevé la destruction de la structure de commandement de l’état et la mort de plus d’une centaine de milliers de civils.

Les origines de l’Etat Islamique (ISIS) ne peuvent pas être identifiées sur un seul jour, mais plutôt en tenant compte de l’ensemble de l’histoire très troublée de la région, ce qui a créé un terrain fertile pour la montée de ce groupe terroriste qui est maintenant dans le contrôle d’un territoire et d’une population. La prise de la première ville irakienne en janvier 2014, Falloujah, a été rendue possible par une armée forte qui était équipée d’une artillerie lourde américaine; contre une très faible armée chiite, méprisée par la nouvelle majorité sunnite irakienne. Mais la vraie force de l’Etat Islamique (ISIS) réside dans son projet politique. Le califat auto-proclamé a commencé une guerre contre la civilisation occidentale qu’il tient pour responsable de tous les malheurs de la région. L’abolition de facto de la frontière entre l’Irak et la Syrie a été annoncée comme « La fin de Sykes-Picot » dans un discours qui a naturellement uni les combattants régionaux sous une bannière commune. Le premier objectif de ces recrues est de se débarrasser de la minorité régnante chiite qui a opprimé la masse. En outre, la tactique du président Bachar al-Assad pour nourrir l’instabilité de son propre pays afin d’apparaître irremplaçable (par exemple, en libérant des centaines de prisonniers extrémistes en 2011) a été fondamentale pour rendre l’idéologie politique de l’Etat Islamique (ISIS) si forte. Dans un tel contexte, il est clair que la religion est juste l’un des nombreux outils que ce mouvement terroriste utilise pour convaincre le monde qu’il mène un « choc des civilisations » moderne.

Dans les mois précédents, l’Etat Islamique (ISIS) a accumulé les défaites militaires et il a perdu une partie importante de son territoire. Néanmoins, l’Irak et la Syrie n’ont pas besoin d’une « victoire » étrangère contre un adversaire désigné. Ces pays ont besoin d’espérer en un avenir qu’ils vont seulement façonner. Le cessez-le-feu récent qui a été négocié en Syrie par l’envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura, est un pas en avant dans la fin du conflit. Mais ce qui doit être ciblé afin d’assurer une résolution efficace, ce sont les causes du succès précédent de l’Etat Islamique (ISIS). À cet égard, les anciennes puissances mandataires doivent assumer leur passé colonial et leur responsabilité, aussi bien pour surmonter leur position intéressée à la fois sur le sort de Bachar al-Assad que sur la fragmentation de la Syrie. Ce qu’ils ne peuvent pas nier, c’est le caractère irréversible de leurs actions au Moyen-Orient depuis cent ans.

Lire l’intégralité de l’article: http://one-europe.info/the-origins-of-isis-a-historical-responsibility

Publicités

WikiLeaks: Une traduction du document des Câbles saoudiens pour «faire tomber» le régime syrien

saudi-king-abdullah-syria-bashar-assad-afpLe roi saoudien Abdallah et le président syrien Bachar al-Assad au Palais d’al-Shaab à Damas, le 7 octobre 2009

Albawaba.com, le 7 juillet 2015 via SyndiGate.info

WikiLeaks est revenu avec un autre rapport, lundi, qui semble montrer les sentiments saoudiens à l’égard du régime syrien; un télégramme révèle que les responsables saoudiens ont dit du président Bachar al-Assad qu’il doit tomber avant qu’il ne se venge sur l’Arabie saoudite.

Une traduction exacte de la note semble montrer que l’Arabie saoudite a fait des plans pour rencontrer des responsables russes et essayer de les persuader de mettre un terme à leur soutien au régime. Dans l’intérêt des objectifs diplomatiques du royaume, le télégramme a parlé d’interdire aux médias locaux la couverture défavorable de la Russie.

Voici une traduction de la partie la plus pertinente du document saoudien:

Le royaume a pris une position ferme et il n’y a plus de place pour se retirer. Il faut mettre l’accent sur la vérité que le premier but du régime syrien, pour contourner la crise actuelle, est la revanche contre les pays qui se dressent contre lui, et le royaume et certains des pays du Golfe sont en haut de la liste. Si nous prenons en considération l’ensemble de la cruauté de ce régime, son inhumanité et son manque d’hésitation à utiliser n’importe quel moyen pour réaliser ses objectifs, alors il y a un haut degré de danger pour le royaume, ce qui rend crucial de le viser – avec toutes les méthodes possibles et connues – pour faire tomber le régime actuel en Syrie.

Et voici la note originale en arabe. Le mémo semble incomplet:

saudi-cables-syria-regime-russia-twitter

Par Hayat Norimine

Source: http://www.albawaba.com/loop/saudi-cables-translation-document-bring-down-syrian-regime-716790

Le site de la diplomatie française confronte les affirmations de Bachar al-Assad sur la BBC et France 2 à la situation en Syrie

Comparaison entre les affirmations de Bachar al-Assad et les conclusions de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie (avril 2015)

Lire le communiqué: http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/syrie/la-france-et-la-syrie/actualites-2015/article/comparaison-entre-les-affirmations

Vidéo: OTAN, Etats-Unis, Arabie Saoudite, Qatar, Turquie, Royaume-Uni face au régime Assad

« La vérité et la solution en 61 secondes »

Transcription de la vidéo:

« La vérité » – Scott Rickard, ancien linguiste du renseignement américain:

« Ce sont des crimes de guerre internationaux, commis par les Américains, par les Britanniques, et aussi par les Saoudiens, le Qatar et la Turquie. Et l’OTAN prend un autre rôle et aurait créé une autre Libye, s’ils avaient fait la zone d’exclusion aérienne qu’ils demandaient -. et Dieu merci pour la Russie, Dieu merci pour la Chine de filmer parce que vous auriez vu un demi-million à un million de Syriens morts aujourd’hui en raison d’un bombardement intense de l’OTAN. Et Assad est juste l’un des dictateurs à travers le monde, nous pouvons faire le tour de la planète et en trouver plusieurs, sinon des centaines qui ont été soutenus par les Américains et également soutenus par les Britanniques. »

« La solution » – Sukan Chandan, commentateur politique:

« Arrêtez l’Occident, arrêtez les alliés qui apportent les armes, trouvons et négocions, et concentrons-nous sur qui sont les vrais ennemis du peuple de la région: ce n’est pas Assad, ce n’était pas Kadhafi, ce n’est pas le Hezbollah, ce n’est pas l’Etat iranien. Regardez vers le sud les monarchies du Golfe et l’Etat sioniste: ce sont les ennemis du peuple de la région et des musulmans et des peuples opprimés du monde entier.

La Russie commandait des opérations d’espionnage contre les forces israéliennes et les rebelles syriens, montre une vidéo

Des images récentes téléchargées par les combattants de l’Armée syrienne libre après leur capture d’une base du Golan indique une forte implication russe dans les opérations d’espionnage du régime du président Bachar al-Assad.

Base russe en Syrie

By Anshel Pfeffer, 7 octobre 2014

Des images récentes apparemment prises dans une base de renseignement du Golan syrien, téléchargées par les combattants de l’Armée syrienne libre (ASL) après leur capture de la base, indiquent une forte implication russe dans les opérations d’espionnage du régime du président Bachar al-Assad.

La base de Tel Al-Hara, au sud de la frontière de Quneitra avec Israël, a été prise ce week-end par l’ASL [FSA], après des batailles rangées qui comprenaient un certain nombre de groupes rebelles, y compris le Front al-Nosra aligné avec al-Qaida.

La vidéo montre que la base, utilisée pour effectuer la surveillance électronique à la fois des rebelles et des forces militaires israéliennes, avait été sous le commandement russe.

Lire la suite: http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.619664

Lire en français: http://fr.timesofisrael.com/les-rebelles-decouvrent-un-site-despionnage-russo-syrien-dans-le-golan/

La stratégie d’Israël contre le Hamas exposée dans deux câbles WikiLeaks

combats-syrieDe nombreux câbles WikiLeaks évoquent le conflit israélo-palestinien, mais il faut confronter plusieurs documents pour tenter de comprendre la vraie situation géopolitique qui s’est mise en place au Moyen-Orient. La guerre en Syrie, en effet, ne semble pas totalement étrangère au conflit israélo-palestinien. Comme nous l’avions mentionné dans un article, la Syrie avait pris la défense des Palestiniens et réclamé « l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, [la fin du] siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale ». Ces demandes n’ont jamais été entendues par l’Etat d’Israël.

Un câble WikiLeaks du 11 février 2009 (09TELAVIV363) intitulé « Le président du Likoud Netanyahu parle de l’Iran, des Palestiniens et de la Syrie avec Codel Smith » explique le point de vue israélien sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. Ce câble est très important, car il montre que l’Etat d’Israël aurait pu avoir un intérêt direct dans la déstabilisation du régime syrien pour conduire à l’affaiblissement du Hamas en Palestine. Israël accuse l’Iran de financer les groupes terroristes au Moyen-Orient et d’être le « régime-mère » du terrorisme. Parmi ces groupes terroristes, Israël considère que c’est l’Iran – soutenu par la Syrie – qui apporte son soutien au Hamas palestinien.

La Syrie, l’Iran et le Hamas palestinien

La théorie du gouvernement israélien consiste à dire, en quelque sorte, que si le Hamas est si puissant en Palestine, c’est parce qu’il est soutenu financièrement et idéologiquement par les régimes alliés de la Syrie et de l’Iran. Autrement dit, selon Israël, le problème du conflit israélo-palestinien ne serait pas uniquement un problème entre Israël et la Palestine, mais un problème qui a sa source en Syrie et en Iran, et qui doit se résoudre par l’affaiblissement de ces deux régimes: « il [Netanyahu] prédit que le terrorisme diminuerait si on coupe la volonté et la capacité de l’Iran à soutenir des terroristes avec de l’argent, un entraînement et des directives« .

On voit bien comment la stratégie israélienne se met en place et pourquoi le renversement du régime syrien aurait pu servir par la suite les intérêts sécuritaires de l’Etat d’Israël, en assurant la présence de régimes favorables à Israël dans tout le Moyen-Orient. Dans la suite du câble, Netanyahu « affirma que le retrait du Hamas au pouvoir n’y produirait pas nécessairement un régime pire, étant donné que les groupes alternatifs ne sont pas aussi proche de l’Iran que le Hamas ». Ainsi, affaiblir l’Iran et la Syrie semble s’être présenté aux yeux des responsables israéliens comme un moyen possible pour obtenir la fin de la résistance du Hamas en Palestine.

Le conflit israélo-palestinien, un problème régional

A travers ce document Wikileaks, on comprend finalement que le gouvernement israélien perçoit la guerre avec le Hamas dans une logique régionale qui va au-delà des territoires de la Palestine occupée. Cette logique régionale inclut plusieurs pays: Israël, la Palestine occupée, la Syrie, l’Iran, l’Irak et le Liban. Le conflit israélo-palestinien est un enjeu pour toute cette région du Moyen-Orient, c’est un facteur de déstabilisation et c’est pourquoi beaucoup d’observateurs considèrent qu’il n’y aura jamais de paix au Moyen-Orient tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas résolu. Les câbles Wikileaks témoignent de cette logique.

Dans un autre câble du 4 avril 2005 (05TELAVIV2054), le gouvernement israélien évoque de nouveau le problème de la Syrie face aux groupes terroristes: « Il a dit que, bien que la Syrie ait fait de mauvaises choses, comme aider le Hamas et le Hezbollah, en compromettant la stabilité en Irak, et donnant refuge aux copains de [Saddam] Hussein, la chose la plus importante maintenant est de le sortir du Liban. » Dans ce même câble, le ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, évoque l’espoir que « d’autres pays de la région passent vers des systèmes démocratiques ». Ces propos témoignent d’une certaine volonté israélienne d’amener des changements de régime au Moyen-Orient, vers des régimes plus démocratiques et pacifiés, libérés du terrorisme, ou du moins d’une stabilisation politique en Irak et en Syrie, qui pourrait être favorable à la résolution du conflit israélo-palestinien.

Le câble diplomatique ne dit pas si le gouvernement israélien a eu une implication dans la déstabilisation du régime syrien, mais si tel était le cas, on constate aujourd’hui que la stratégie d’Israël a échoué au Moyen-Orient, car la déstabilisation des régimes hostiles à l’Etat d’Israël n’a pas pacifié le Moyen-Orient et n’a pas conduit à la mise en place de systèmes plus démocratiques. Au contraire, on voit aujourd’hui qu’avec la guerre en Syrie, non seulement les régimes se sont maintenus dans la violence et la répression, mais le jihadisme a aussi progressé et se répand comme une poudre sur toute la région.

Quel rôle pour la Russie?

Il semble aussi que le gouvernement israélien ait mal envisagé le rôle de la Russie dans le conflit au Moyen-Orient. Dans le premier câble (09TELAVIV363), Netanyahu présente la Russie comme un possible allié dans la stratégie de lutte contre le terrorisme en Iran et en Syrie: « La communauté internationale pourrait aussi imposer un blocus naval sur l’Iran […] avec la Russie comme pays clé dans cet effort. Le conseiller de Netanyahu, Arad, a ajouté que la Russie a été utile à certains moments […] et que les puissances occidentales pourraient avoir à faire des concessions avec la Russie sur d’autres questions pour les amener à collaborer plus étroitement contre Téhéran. »

Ce câble date d’avant le début de la guerre en Syrie, qui a commencé par les manifestations du 15 mars 2011, mais on sait aujourd’hui que la Russie n’a pas voulu s’allier avec l’Occident dans la lutte contre le régime syrien. Le câble Wikileaks montre ainsi que la stratégie prévue par le gouvernement israélien n’a pas fonctionné, car celui-ci pensait s’appuyer sur la Russie pour déstabiliser l’Iran et la Syrie. De son côté, la Russie n’a pas voulu intervenir contre le régime syrien par peur d’une extension du front islamique vers ses propres frontières: on voit que, là aussi, le raisonnement n’a pas fonctionné, car le front islamique s’est bel et bien étendu vers d’autres pays, même s’il n’atteint pas encore la Russie.

En fait, il y a beaucoup d’incertitudes sur ce qui se passe désormais dans cette région du Moyen-Orient. Il semble que toutes les stratégies gouvernementales aient échoué pour pacifier la région et que les scénarios qui se déroulent actuellement en Syrie et en Irak avec l’avancée de l’Etat Islamique n’avaient certainement pas été imaginés ni par le gouvernement israélien, ni par les gouvernements américain, européen ou russe, à un moment où ils pensaient régler le conflit avec le Hamas.

Les documents Wikileaks mettent ainsi en lumière les profondes erreurs d’appréciation des responsables gouvernementaux israéliens qui, dans leur stratégie face à l’Iran et à la Syrie, en 2005, puis 2009, ont pensé qu’ils réussiraient à affaiblir le Hamas, mais n’ont pas compris que ce qu’ils redoutaient le plus allait se produire quelques années plus tard, à savoir l’avancée actuelle du front jihadiste, la radicalisation du terrorisme et la déstabilisation du Moyen-Orient qui remet profondément en cause tout espoir de résoudre de manière pacifique le conflit israélo-palestinien.

Source des documents Wikileaks: http://search.wikileaks.org/plusd/cables/09TELAVIV363_a.html et http://search.wikileaks.org/plusd/cables/05TELAVIV2054_a.html

Le père de Julian Assange a rencontré Bachar el-Assad à Damas

LePoint.fr, 31 décembre 2013

Une délégation du WikiLeaks Party fondé en Australie par Assange a rencontré le dictateur syrien. WikiLeaks a pris ses distances avec cette initiative.

Le père du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a rencontré en Syrie le président Bachar el-Assad au cours d’un voyage de « solidarité avec le peuple syrien », a rapporté mardi le quotidien The Australian. John Shipton faisait partie d’une délégation de membres du WikiLeaks Party, une formation politique créée par Assange à l’occasion des dernières sénatoriales en Australie et qui a fait un score confidentiel. L’entretien avec el-Assad, dont l’agence officielle syrienne a diffusé plusieurs photos, s’est déroulé le 23 décembre et a duré environ une heure, selon la présidence syrienne.

Un photographe a posté une de ses photos sur Twitter.

Visite du Wikileaks Party en Syrie

La délégation australienne a aussi rencontré à Damas le patriarche orthodoxe d’Antioche, Jean X, et le Premier ministre Waël al-Halqi. Le secrétaire national du WikiLeaks Party, Matt Watt, a fait valoir que ce voyage, qui a suscité des réactions hostiles en Australie, était « une mission pour la reconstruction et la paix ».

WikiLeaks prend ses distances

« Le courtage de la paix est une bonne idée, mais la rencontre apparente serait filée sans soins. Ne savais ni n’approuve. » @wikileaks, posté le 30 décembre 2013

Le 22 décembre sur le site Facebook du parti, un délégué australien, Jamal Daoud, écrivait : « Après avoir rencontré les Premier ministre et vice-ministre des Affaires étrangères syriens, nous avons compris comment les Syriens mettaient en échec la conspiration de plus de 86 pays contre leur État. » Le site WikiLeaks – sans lien avec le parti – a immédiatement pris ses distances. Le site « n’était pas informé et n’a pas donné son aval », a-t-il écrit sur son compte Twitter. Le WikiLeaks Party a précisé qu’il publierait au mois de janvier un rapport sur ce séjour syrien qualifié d' »irresponsable » par l’opposition travailliste.

La guerre en Syrie, partie d’une révolte pacifique contre le pouvoir réprimée dans le sang, oppose les rebelles, la plupart sunnites comme la majorité de la population syrienne, au régime de Bachar el-Assad, qui appartient à la minorité alaouite. Le conflit, qui a commencé en mars 2011, a fait plus de 126 000 morts selon une ONG, et forcé des millions de personnes à quitter leur foyer.

Source: http://www.lepoint.fr/monde/le-pere-de-julian-assange-a-rencontre-bachar-el-assad-a-damas-31-12-2013-1775680_24.php

En savoir plus sur la délégation australienne en Syrie: http://sana.sy/eng/21/2013/12/21/518773.htm

Roland Dumas: deux ans avant le début de la guerre, « l’Angleterre préparait l’invasion des rebelles en Syrie »

L’ancien ministre des Affaires étrangères de la France, Roland Dumas, a déclaré dans une émission télévisée sur LCP que les représentants du gouvernement britannique lui avaient parlé des préparatifs de guerre en Syrie deux ans avant le début des protestations et du conflit en 2011. La raison invoquée pour cette guerre est la position anti-israélienne du gouvernement syrien qui a fait de la Syrie une cible pour un changement de régime soutenu par l’Occident.

Nabil Antaki, Syrie: « Nous avons hâte que la guerre cesse »

Nous voulons remercier tous les amis qui nous soutiennent par leur amitié, leurs messages, leurs prières et leurs dons.

16 octobre 2013

Lettre d’Alep No 14
10 octobre 2013

Un statu quo précaire règne à Alep depuis quelques semaines, concomitamment avec la décision de suspendre les frappes aériennes qu’on devait nous infliger pour « punir » le régime d’avoir utilisé des armes chimiques. Vouloir « punir » le régime en tuant des jeunes conscrits (se trouvant sur les sites visés) ou des civils (par les bombes dites intelligentes qui manquent souvent leurs cibles comme on l’a vu ailleurs) et en bombardant une infrastructure déjà largement détruite par 2 années et demie de guerre ! Quelle bêtise. Les Alépins ont trouvé cette farce grotesque et, en d’autres circonstances, en auraient ri. Comme si la crise syrienne avait commencé avec les armes chimiques et prendrait fin avec leur destruction. Heureusement que l‘accord, qui a permis de sauver la face des va-t-en guerre occidentaux, semble être l’amorce d’un processus de paix négocié. Depuis donc cet accord, il n’y a presque plus d’action militaire en ville si ce n’est le bruit continu mais lointain des canons d’une part et les batailles à la campagne entre les bandes armées rebelles, le groupe islamiste le plus extrémiste prenant le dessus et exécutant les dirigeants de l’ASL.

Quant à la vie de tous les jours à Alep, elle est moins difficile qu’avant. Il y’a toujours un rationnement de l’eau, de l’électricité et du pain mais il semble que les Alépins se soient habitués à cet état et ont organisé leur vie en conséquence. Les déplacés qui s’étaient réfugiés dans les écoles, ont été évacués et les écoles ont ouvert leurs portes. Quant au blocus qui dure depuis maintenant 3 mois, il est devenu moins pénible grâce à un nouveau métier : le « maabarji » = celui qui traverse le maabar ou le point de passage entre les 2 zones. Les rebelles, qui ont imposé le blocus, laissent passer les piétons (par milliers tous les jours et dans les 2 sens). Ils leur permettent d’emporter avec eux autant de petits sacs noirs en plastique que peuvent porter leurs 2 mains (les marchandises en camion sont interdites de rentrer). Alors chaque personne rentre avec un sac de 1 kg de tomates, un autre de concombres, un 3eme de raisins etc.… Une fois dans Alep, le maabarji remet ses sacs à un associé et retraverse pour revenir avec d’autres sacs. Et comme 1 kg plus 1 kg peuvent faire des dizaines de kilo, tous les trottoirs d’Alep sont envahis par les étals de marchands, s’approvisionnant chez les maabarjis, qui vendent leurs produits à des prix exorbitants vu le nombre d’intermédiaire et le bakchich qu’on doit payer à ceux qui gardent le point de passage. Le ravitaillement est devenu, pour les bandes armées, un business très lucratif. Mais les 2 millions d’Alépins, déjà très appauvris par la guerre, payent les produits 5 fois plus chers que les mêmes produits se trouvant de l’autre côte du maabar. La majorité des habitants circulent à pied. La circulation des voitures est très difficile vu que les trottoirs sont envahis par les marchands, la chaussée par les piétons, et les voitures slalomant entre eux.

L’essence, le fuel et la farine sont toujours interdites de passage. J’ai pu remplir le réservoir de mon générateur de 1000 litres de fuel que le maabarji a fait passer, en plusieurs passages, dans 100 sacs de plastique transparent de 10 litres chacun les faisant passer pour du vinaigre !! Nous sommes restés sans téléphone pendant 3 semaines et sommes sans internet depuis 6 semaines et le blocus des personnes est en vigueur depuis 45 jours, personne ne peut entrer ou sortir d’Alep sans risquer sa vie. On nous promet une amélioration avec l’ouverture d’une nouvelle route qui contournerait les zones tenues par les rebelles et par laquelle sera acheminé tout ce qui manque et permettra le voyage des habitants.

Nos activités, avec les Maristes bleus et l’Oreille de Dieu continuent de plus belle. Nous avons décidé, début septembre, de loger en ville les familles déplacées de Djabal Al Sayde qui s’étaient réfugiées chez nous en fuyant leur quartier envahi le vendredi Saint par les rebelles. Et ce, pour 2 raisons : nous avons estimé qu’il était temps, pour ces gens, de vivre en famille alors qu’ils logeaient chez nous, depuis 5 mois, dans des dortoirs séparés et puis, la maison des Maristes étant loin des écoles de leurs enfants, nous avons jugé qu’avec la rentrée scolaire, il serait préférable qu’ils habitent près des écoles des enfants, le ramassage scolaire n’existant plus. Nous leur avons payé le loyer (pour 6 mois) des petits appartements meublés (rudimentairement) qu’ils avaient trouvés.

A partir du 1er octobre, nous avons organisé notre action et nos activités autour de 2 axes :

Les activités de secours :

Notre programme d’aide aux déplacés de Djabal Al Sayde se poursuit. Le 14ème Panier de la Montagne (Sallet al Djabal =panier alimentaire mensuel) a été distribué aux 300 familles vendredi 4 octobre. Une distribution de vêtements d’hiver (nos déplacés avaient quitté fin mars leurs appartement n’emportant avec eux que les habits de printemps qu’ils portaient) est prévue pour fin octobre. Début novembre, nous leur donnerons des chaussures et des bombonnes de gaz (indispensables pour la cuisine). Nous avons offert les fournitures ainsi que les livres scolaires aux enfants. Nous n’oublions pas nos protégés du quartier Midane qui reçoivent aussi un panier alimentaire mensuel. Nous distribuons tous les midis un repas chaud à 250 personnes dans le besoin. Et nous poursuivons notre projet des « Blessés de Guerre » pour traiter gratuitement les civils atteints par des actes de guerre et qui n’ont pas les moyens de se faire traiter à leurs frais.

Les activités pédagogiques

Maintenant que nos locaux sont redevenus disponibles avec le départ de nos déplacés et pour revenir à la principale mission des Maristes qui est l’éducation des enfants, surtout les plus défavorisés, nous avons développé nos activités pédagogiques pour répondre aux immenses besoins créés par la guerre. « Apprendre à Grandir » s’est agrandi et a maintenant un frère jumeau. Il s’occupe des enfants d’âge préscolaire, de 3 à 6 ans, par l’éducation, l’instruction et la santé. Le projet initial continue toutes les après-midi de 15h à 19h avec 55 enfants des familles pauvres ou déplacées. Le nouveau projet a lieu tous les matins de 9h à 12h30 avec 100 enfants des familles des déplacés des écoles. En parallèle, le matin, un nouveau projet « Je veux Apprendre » va démarrer et qui visera 50 enfants déplacés en âge scolaire de 7 à 13 ans, mais qui ne vont pas à l’école, pour leur apprendre au moins à lire, écrire et compter. Le programme « Tawassol » continue 4 matinées par semaine et vise à donner aux mamans, de 20 à 35 ans, des cours d’anglais, d’informatique, de pédagogie et de travaux manuels pour leur permettre, en plus de s’épanouir, de suivre les enfants dans leurs leçons ; L’anglais et l’ordinateur sont maintenant dans le programme scolaire depuis la 1ère classe. Enfin, le programme «  Skills School » est poursuivi certains après-midi pour les adolescents (tes). Leur nombre dépasse maintenant la cinquantaine.

J’aimerai souligner que nos différents programmes sont tous destinés aux familles défavorisées et/ou déplacées et sont entièrement gratuits. Nous avons encore d’autres projets que nous aimerions réaliser ; Mais, malgré les 42 bénévoles, les 6 salariés (chauffeur, responsable des achats…) et les neuf membres de notre équipe (3 frères maristes, 6 laïcs: 4 femmes et 2 hommes), nous manquons de moyens humains.

Voilà où on en est. Nous sommes un peu plus optimistes qu’il y a 2 mois mais nous avons hâte que la guerre cesse. Avec les Maristes du monde entier, notre devise pour cette année est: sème espérance. En terminant, nous voulons remercier tous les amis qui nous soutiennent par leur amitié, leurs messages, leurs prières et leurs dons.

Nabil Antaki
Pour les Maristes Bleus
Alep, le 10 octobre 2013

URL: http://www.silviacattori.net/article4967.html

Source : Anis el Abed

Syrie: comment la révolte fut fabriquée! (vidéo)


Le documentaire « Fabriquer la contestation » (« Manufacturing Dissent ») met en lumière la guerre psychologique fomentée par les médias dits mainstream afin de faciliter le renversement du gouvernement syrien selon l’agenda occidental et dans l’intérêt de la politique étrangère occidentale et israélienne. Il montre comment les médias ont contribué directement à l’effusion de sang en Syrie.

Ce documentaire comprend:

‣ La preuve de faux rapports diffusés par la chaîne américaine CNN, l’anglaise BBC, la qatarie al-Jazeera, la saoudienne al-Arabiya et d’autres encore.

‣ Des entretiens avec un échantillon de la population syrienne: un acteur*, un artisan, un journaliste, un résident de Homs et un militant qui ont en commun d’avoir tous été touchés par la crise syrienne.

Rami Allouch, né à Hama et étudiant en médecine en Russie, apprend qu’il a été tué par les forces de sécurité syriennes en regardant une vidéo sur al-Jazeera, sur Facebook et sur YouTube!

A propos des massacres de Houla (108 morts le 25 mai 2012), la BBC a utilisé une photo irakienne pour illustrer le massacre syrien: « J’ai ouvert la page de BBC sur ce qui s’était passé en Syrie. J’ai failli tomber de ma chaise, quelqu’un utilise exprès la photo d’un autre pour faire de la propagande » raconte le photographe.

*L’acteur syrien d’origine palestinienne Mohammed Rafea, interviewé dans le documentaire, a été froidement assassiné par une brigade terroriste le 2 novembre 2012… « A Dieu nous sommes, et à Dieu nous retournerons »

Source: http://www.partiantisioniste.com/actualites/syrie-comment-la-revolte-fut-fabriquee-video-1703.html