Les Etats-Unis nient les affirmations faites par WikiLeaks d’un complot pour renverser le président bolivien

TelesurTV.net, le 6 octobre 2015

Coroico_townLa Bolivie dit qu’elle lance une enquête approfondie sur des révélations rendues publiques par un rapport de WikiLeaks

Les États-Unis ont réfuté les rapports selon lesquels ils prévoyaient de renverser le gouvernement de Bolivie.

La controverse a commencé après qu’un rapport ait fait surface sur WikiLeaks selon lequel le gouvernement américain avait comploté une tentative d’assassinat contre le président Evo Morales, en 2008.

Un représentant a décrit les accusations de WikiLeaks comme « absolument fausses et absurdes ».

Dans un communiqué très ferme, l’ambassade américaine en Bolivie a déclaré: « Le gouvernement des États-Unis n’a été impliqué dans aucun complot, ni tentative de renverser le gouvernement de la Bolivie ou d’assassiner le président Morales. Ce genre d’allégations sans fondement ne contribue pas à améliorer les relations bilatérales », a déclaré un porte-parole.

Malgré les dénégations, le gouvernement bolivien a annoncé qu’il continue en lançant une enquête approfondie.

Un ministre du gouvernement a révélé sur la télévision d’Etat, mardi matin, de nouvelles informations provenant d’un rapport de WikiLeaks.

Carlos Romero a rapporté des réunions qui ont eu lieu entre les dirigeants de l’opposition avec des représentants de l’ambassade des États-Unis entre 2007 et 2008. Romero a déclaré à TV Bolivia que les révélations montrent l’implication « catégorique » des Etats-Unis dans la coordination des « théories de conspiration » contre le gouvernement d’Evo Morales.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.telesurtv.net/english/news/US-Denies-WikiLeaks-Claims-of-Plot-To-Topple-Bolivian-President-20151006-0019.html

Publicités

Etats-Unis: Hillary Clinton a envoyé des emails contenant des informations classifiées

BBC.com, par Anthony Zurcher, 24 juillet 2015

220px-Secretary_Clinton_8x10_2400_1La candidate démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, a envoyé au moins quatre messages depuis son serveur de messagerie personnelle qui contenaient des informations provenant de documents classifiés, alors qu’elle était secrétaire d’Etat américaine, selon un inspecteur général du gouvernement américain.

Lire la suite: http://www.bbc.com/news/world-us-canada-33660942

Lire aussi « Etats-Unis: demande d’enquête criminelle sur les emails de Hillary Clinton (NYT) »

Les cas de responsables communistes assassinant leurs maîtresses sont fréquemment rapportés en Chine

china_police_station

Epoch Times, 31 mars 2015

Zhao Liping, un puissant responsable dans la province chinoise de Mongolie intérieure, a été récemment arrêté pour le meurtre de sa maîtresse dans les montagnes.

Policier de formation et ancien vice-président d’une organisation provinciale du Parti communiste, Zhao avait pris son amante dans un lieu sauvage, où il lui a tiré dessus et a enterré son corps après l’avoir brûlé, selon les médias d’Etat le 20 mars. La motivation de Zhao pour cet assassinat est encore à l’étude.

Ces dernières années ont vu plusieurs cas de responsables communistes chinois qui assassinent leurs amantes à la suite de querelles non résolues. Pour beaucoup de Chinois, y compris ceux qui ont exprimé leurs points de vue en ligne, la vague de meurtres brutaux reflète un manque de scrupules et de retenue morale dans l’élite politique de la nation.

Lire la suite: http://www.theepochtimes.com/n3/1304683-murders-of-mistresses-often-linked-to-officials-in-china/

Peter Schiff: Plus les Etats-Unis espionnent le monde, plus le dollar perd du pouvoir

Source: http://www.thepeterschiffblog.com/2014/07/peter-schiff-more-us-spies-on-world.html

Scandale d’espionnage en Pologne sur fond de crise ukrainienne

« On a fait une pipe aux Américains »: le chef de la diplomatie polonaise, Radosław Sikorski

Depuis le 15 juin 2014, comme le révèle Le Monde, un scandale d’écoutes bouleverse le gouvernement polonais, dont plusieurs ministres et le gouverneur de la Banque de Pologne. Les enregistrements sont divulgués par l’hebdomadaire polonais Wprost et mis en ligne dans des vidéos sur le compte du journal. Mais la phrase qui agite le plus les médias est celle qui a été prononcée par l’actuel ministre polonais des Affaires étrangères, Radosław Sikorski, qui remet en cause l’alliance américano-polonaise.

Comme le rapporte Slate, dans son article du 23 juin:

«L’alliance américano-polonaise ne vaut rien. Elle est même nuisible, car elle crée un faux sentiment de sécurité. On va entrer en conflit avec les Allemands et les Russes, et on va penser tout va bien parce qu’on a taillé une pipe aux Américains. Des pigeons, on est vraiment des pigeons.»

Les médias russes se sont emparés de l’affaire d’espionnage et citent continuellement Sikorski, qui est devenu une sorte de « héros des médias en Russie », quand il s’agit de propagande anti-américaine, comme dans cet extrait de la Revue militaire cité par le média polonais RMF24:

Nouveauté du jour. Le Ministre polonais des Affaires étrangères Sikorski, oui le même Sikorski qui aime citer Brzezinski et faire peur à la Russie avec les forces de l’OTAN et se positionner contre le fait que le Kremlin puisse acquérir des Mistrals français (soutenant la ligne de la Maison Blanche) – s’avère un grand ennemi de cette même Maison Blanche – rapporte la Revue Militaire [ВОЕННОЕ ОБОЗРЕНИЕ, article du 23 juin 2014]. L’article qui se moque de Sikorski et s’intitule « La merde, la pipe et les pigeons » contient des citations pleines de vulgarité tirées de la conversation entendue du ministre avec [Jacek] Rostowski. (RMF24)

Si l’origine de ces écoutes semble inconnue, on peut malgré tout se demander si — en pleine crise ukrainienne — la fuite de ces enregistrements n’a pas été calculée d’avance et si elle n’a pas pour vocation de lancer un débat politique sur les liens de la Pologne, et plus largement ceux de l’Union Européenne, avec les Etats-Unis. En effet, les extraits — qui sont bien choisis et pertinents — auraient très bien pu être sélectionnés, prémédités par des personnes issues du gouvernement polonais ou d’un autre gouvernement, en vue de conduire à une nouvelle situation politique en Pologne. La Pologne est dans une situation délicate, puisqu’elle doit à la fois resituer sa position vis-à-vis des Etats-Unis qui pratiquent l’espionnage illégal sur les citoyens européens (dont les citoyens polonais), et elle doit aussi s’affirmer face à la Russie dans la crise ukrainienne.

Si certains pensent en Pologne que ces fuites d’enregistrements sonores pourraient provenir d’un gouvernement étranger, comme l’évoque le Washington Post, et en particulier des services secrets russes — « Des médias et des hommes politiques ont suggéré que l’enregistrement secret pourrait avoir été effectué par les services spéciaux russes, afin de déstabiliser la Pologne sur fond de crise russo-ukrainienne » (Le Monde, 19 juin 2014) —, on peut tout aussi bien penser qu’au contraire des personnalités politiques polonaises pourraient tout autant être impliquées dans ces fuites, car comme dans tout pays, il y a aussi des éléments de l’opposition qui sont insatisfaits de la politique actuelle en Pologne et qui souhaitent changer de gouvernement.

Et n’oublions pas que, dans un monde sur écoutes, — où les services secrets ont des capacités d’espionnage presque sans limites, où les agences de renseignement collaborent entre elles et partagent des milliers d’informations chaque jour, où certains responsables politiques sont constamment surveillés au nom de leur sécurité personnelle — quoi de plus facile que d’espionner les conversations d’un ministre et de divulguer à la presse ces enregistrements? Tout cela semblerait un jeu d’enfants pour des services secrets, même la NSA aurait pu être à l’origine de ce scandale d’écoutes en Pologne.

 

 

Pentagone, Watergate, WikiLeaks, NSA: d’impossibles secrets?

Emission France Culture du 14.12.2013, à écouter en ligne (58 min.): http://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-pentagone-watergate-wikileaks-nsa-d-impossibles-secrets-2013-12-14

Lien direct pour écouter l’émission: http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4758974

Pentagon Papers-the secret warArthur Schlesinger Jr., historien américain notoire et ancien collaborateur du président Kennedy, a écrit un jour non sans justesse: « Vous ne pouvez pas diriger un gouvernement si tout ce que vous faites est transmis à la presse. Mais vous ne pouvez pas diriger une presse libre, si publier tout ce que le gouvernement classe secret constitue un crime. » Deux affaires récentes, dont le retentissement a été mondial, viennent de relancer à partir des Etats-Unis la question, en vérité capitale, de la transparence de l’Etat en démocratie et des secrets indispensables dans l’intérêt de la nation. Entre l’une et les autres, l’équilibre légitime est toujours incertain, il l’est forcément. Edward Snowden, employé d’une entreprise de sous-traitance de la NSA – la National Security Agency – a révélé récemment les pratiques d’espionnage de celle-ci, interceptant les communications de citoyens américains et de nombreux pays alliés, provoquant du coup par cette initiative un tremblement de terre international. Trois ans plus tôt, le site WikiLeaks, animé par l’australien Julian Assange, avait publié des centaines de milliers de documents confidentiels en provenance du réseau diplomatique américain, ce qui avait suscité un autre séisme. Un rapprochement s’est imposé aussitôt avec deux autres affaires retentissantes, qui avaient posé semblablement cette même question du secret démocratique et d’ailleurs n’étaient pas sans lien entre elles. L’affaire dite des documents du Pentagone concerne la guerre du Vietnam, documents portés soudainement à la connaissance du public en 1971, et l’affaire du Watergate, encore plus célèbre, jetant en pâture à l’opinion les multiples mensonges du président Richard Nixon et entraînant la chute de celui-ci, en août 1974. Avec Pierre Melandri, professeur émérite d’histoire des Etats-Unis à Science-Po, nous allons ce matin réfléchir à ce parallèle instructif, tant pour l’histoire que pour le civisme. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore:

– Interview d’Eva JOLY, députée européenne d’Europe Ecologie – Les Verts, France Inter, le 11 juin 2013.

– Interview de Pierre SALINGER, ancien porte-parole de la Maison Blanche, par Yves MOUROUSI, Inter-Actualités, le 16 juin 1971.

– Extrait du film « les hommes du Président » de Alan Jay PAKULA, sorti en 1976, film adapté du livre des journalistes Bob WOODWARD et Carl BERNSTEIN, avec Robert REDFORD et Dustin HOFFMAN.

– Interview de Ted STANGER, journaliste américain, ancien chef de bureau du Newsweek à Paris, France Inter, le 1er juin 2005.

– Déclaration du président américain Richard NIXON annonçant sa démission, France Inter, le 9 août 1974.

Bibliographie:

– Pierre MELANDRI, Histoire des Etats-Unis, Perrin, coll. Tempus, 2013.

– Antoine COPPOLANI, Richard Nixon, Fayard, 2013.

– Claude MOISY, Nixon et le Watergate. La chute d’un président, Hachette, 1994.

– Pierre MELANDRI, « Les secrets du Pentagone », dans L’Histoire, 12 juillet 2012.

– André KASPI, Le Watergate (1972-1974), Complexe Eds, 1983.

– Susan RUEL et Daniel ROYOT, Les médias et l’information aux Etats-Unis de 1945 à aujourd’hui, Didier Erudition, 1997.

Invité(s):
Pierre Melandri, historien, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et chercheur associé à l’Observatoire de la politique étrangère américaine à l’université Paris-III Sorbonne

Turquie: Ecoutes téléphoniques et politiques de la peur

Drapeau de la Turquie

Référence ID               Création                    Classification            Origine
09ANKARA1642      16-11-2009 17:07       CONFIDENTIEL      Ambassade Ankara

TURQUIE : ECOUTES  TELEPHONIQUES  ET POLITIQUES DE LA PEUR

SECTION CONFIDENTIELLE  01 DE  02 ANKARA 001642

Distribué par SIPRnet
Ministère : également pour EUR / SE

E.O. 12958: DECL: 16/11/2019
BALISES: PGOV PINR [Intelligence] TU
Objet: TURQUIE : ECOUTES ELECTRONIQUES ET POLITIQUES DE LA PEUR

REF: ANKARA 1576

Classifié par: Ambassadeur James Jeffrey, pour  raisons 1.4 (b, d)

1. (Classifié)
Résumé: L’inquiétude du public au sujet de l’utilisation des écoutes téléphoniques par le gouvernement pour arrêter des suspects dans le Procès Ergenekon s‘accroît à nouveau, même des membres du Parlement ainsi que l’ancien Président Suleyman Demirel ont fait part de leurs préoccupations à la presse. Bien que les écoutes téléphoniques ne soient rien de nouveau pour la société turque, l’utilisation des écoutes contre les bastions de l’Etat à grande échelle EST nouvelle et choquante, donnant à ceux qui ont un bon rapport avec la presse une excellente raison d’expliquer leurs préoccupations — ignorées par le gouvernement — au public. Les gens qui auparavant se sentaient à l’abri de telles méthodes d’investigation viennent vers nous pour se plaindre qu’ils ne parlent plus librement au téléphone, même pour des choses banales, de peur qu’ils soient inclus dans le champ toujours plus vaste de l’enquête Ergenekon.
En outre, beaucoup de personnes ici pensent que cette situation, ainsi que d’autres développements tels que l’affaire de fraude fiscale du groupe Dogan, sont perçus comme une atteinte à l’équilibre des pouvoirs pluralistes qui renforcent la démocratie turque.
FIN DU RÉSUMÉ.

2. (Non Classifié)
Les allégations selon lesquelles le Ministère de l’Intérieur abuse de son pouvoir afin d’écouter les communications des citoyens turcs ont atteint leur paroxysme, avec l’ancien Président Demirel déclarant dans un récent discours devant la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antalya, que la Turquie est devenue un «empire de la peur ». Affirmant que le climat de peur en Turquie est pire encore qu’au temps du régime militaire (avec qui Demirel est familier, ayant été envoyé en prison après le coup des années 1980), il dénonce une société dans laquelle les citoyens ont à se faire du souci si leurs conversations sont sur écoute, et, par conséquent, la liberté d’expression et de pensée a cessé d’exister. Le quotidien Hurriyet a rapporté le 16 Novembre que  le député Tacidar Seyhan (CHP [Cumhuriyet Halk Partisi, parti républicain du peuple, ndt]), qui siégeait à la commission parlementaire chargée de l’enquête des écoutes illégales, allègue que les téléphones de 300 députés (plus de la moitié du Parlement), 3 000 juges et 613 journalistes sont actuellement sur écoute. Parmi ceux qui sont sur écoute, on pense qu’il y a certains juges qui président au procès Ergenekon, des procureurs qui ont ouvert les poursuites contre des  membres de l’AKP [Adalet ve Kalkınma Partisi : parti pour la justice et le développement, ndt], ainsi que des membres de la Cour d’appel.

3. (Non Classifié)
La peur que son téléphone soit sur écoute est maintenant répandue dans la société turque, en particulier parmi les universitaires, les avocats, les journalistes et les bureaucrates. Beaucoup craignent que par leurs activités routinières, leurs noms et numéros de téléphone aient été associés à quelqu’un sous investigation ou potentiellement lié à l’enquête Ergenekon, justifiant que leurs conversations soient mises sous écoute. L’enquête Ergenekon étant menée en vertu des lois antiterroristes turques, les autorités  enquêtrices  ont une très grande  marge de manœuvre pour détenir des suspects sans inculpation formelle. Comme un nombre croissant de politiciens, de bureaucrates et de militaires gradés — la plupart, mais pas tous, bien connus pour être de dévoués laïcs et de fiers kémalistes — ont été arrêtés, leurs amis et collègues commencent à craindre que ce ne soit bientôt leur tour.

4. (Confidentiel)
COMMENTAIRE: L’élite laïque turque se sent assiégée. Sa crainte de la détention — parfois renforcée par des procédures humiliantes, comme des arrestations à l’aube et d’interminables interrogatoires — a un impact sur ce dont les gens sont disposés à parler, et, par conséquent, étouffe le débat sur les politiques du gouvernement, les libertés, et l’affaire Ergenekon également. Dans un pays où l’Etat de droit et l’impartialité du système judiciaire ne sont pas fermement intégrés, la crainte de l’abus de pouvoir est réel, et ne peut être minimisé ou traité à la légère. Par ailleurs, la rapidité avec laquelle le procès Ergenekon est passé du stade d’investigation de suspects au sujet de caches d’armes illégales, au stade d’enquête sur ceux dont les conversations téléphoniques anti-AKP les ont stigmatisés comme étant des  putschistes, donne à réfléchir. Bien que les écoutes téléphoniques ne soient pas un phénomène nouveau en Turquie, l’élite laïque pense — et peut-être son système de valeurs — être la cible ultime.

5. (Classifié)
Commentaire (suite):

Pourtant, l’angoisse laïque doit être prise avec une grosse pincée de sel. Tout d’abord, jusqu’à présent, nous n’avons pas vu de preuve concluante indiquant dans tout cela — Dogan, mise sur écoute, Ergenekon, etc — que  le gouvernement va à l’encontre de la loi. Mais comme indiqué plus haut, le comportement de l’Etat et la définition large du «légal» ici ne soulèvent que des inquiétudes.

ANKARA 00001642 002 DE 002

Deuxièmement, Demirel définissant l’atmosphère  de la politique actuelle comme un «empire de la peur» semble excessif, particulièrement lorsque l’on regarde au-delà des élites traditionnelles au travers de toute l’étendue de la société. Demirel avait l’écoute d’une audience amicale à Antalya (zone géographique qui fait partie du cœur politique du Parti Démocrate dont il a été le chef).
Il semble également que les principaux points inclus dans son discours, ainsi que les remarques de Husamettin Cindoruk lors du Congrès du Parti démocrate (REFTEL), un autre large rassemblement de sceptiques au sujet d’Ergenekon, proviennent de la même source. La situation des élites traditionnelles telles que Demirel est, en effet, inconfortable et effrayante. Mais cela n’a pas pris — pour l’instant — l’ampleur de la répression des années 1980.

Traduit sur le Forum WikiLeaks par Mayya: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,19348.0.html
Câble d’origine: http://wikileaks.org/cable/2009/11/09ANKARA1642.html

A lire sur ce sujet: « Le procès Ergenekon est-il toujours un vecteur de démocratisation en Turquie? »

Les mandataires politiques d’Obama utilisent des comptes e-mail secrets

Marco Rubio, les comptes e-mail secrets des mandataires d'Obama

Par Jack Gillum, 6/04/2013

WASHINGTON – Certains des mandataires politiques du président Barack Obama utilisent des comptes de messagerie secrets du gouvernement pour mener des affaires officielles, a constaté l’Associated Press, une pratique qui complique les responsabilités juridiques des agences pour trouver et remettre les e-mails dans les requêtes de dossiers publics et les demandes du Congrès.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a reconnu mardi la pratique et a dit que cela avait un sens éminent pour les secrétaires du Cabinet et d’autres responsables de haut niveau d’avoir ce qu’il a appelé des comptes de messagerie alternatifs qui ne se remplissent pas de messages indésirables. Carney a dit que tous leurs comptes de messagerie, publics ou non, ont été soumis à la supervision du Congrès et aux demandes des citoyens en vertu de la loi américaine sur la Liberté de l’Information [Freedom Of Information Act].

« Il n’y a rien de secret », a déclaré M. Carney.

L’AP [Associated Press] a analysé des centaines de pages de courriels du gouvernement, publiés en vertu de la loi sur les dossiers fédéraux en accès ouvert, et n’a pas pu trouver de manière indépendante des exemples où les documents de l’un des comptes secrets qu’il a identifiés aient été remis. Les comités de surveillance du Congrès ont déclaré à l’AP qu’ils n’étaient pas familiers avec les quelques adresses non-publiques gouvernementales que l’AP a identifiées jusqu’à présent, dont une pour la secrétaire Kathleen Sebelius du Ministère de la Santé et des Services Sociaux [HHS: Health and Human Services Department].

La Maison Blanche a déclaré que la pratique a également été utilisée par les précédentes administrations, mais que son ampleur au sein du gouvernement demeure un mystère: la plupart des organismes fédéraux n’ont pas réussi à remettre les listes des adresses e-mail des mandataires politiques, que l’AP [Associated Press] a demandé en vertu de la loi sur la Liberté de l’Information [FOIA], il y a plus de trois mois. Le Ministère du Travail [Labor Department] a d’abord demandé à l’AP de payer plus d’1 million de dollars pour ses adresses e-mail.

L’AP a demandé ces adresses à la suite des révélations de l’année dernière selon lesquelles les anciens chefs de l’Agence de Protection de l’Environnement [Environmental Protection Agency] avaient utilisé des comptes de messagerie distincts au travail. La pratique est différente des fonctionnaires qui utilisent des comptes de messagerie personnels non-gouvernementaux pour le travail, ce qui est généralement déconseillé en raison des lois exigeant que les dossiers les plus fédéraux soient préservés.

Avoir des comptes distincts pourrait mettre un organisme dans une situation difficile quand il est contraint de rechercher et de publier des e-mails dans le cadre des enquêtes du Congrès ou des enquêtes internes, des poursuites civiles et des demandes de dossiers à accès public. C’est parce que les employés affectés à compiler ces réponses auraient nécessairement besoin de connaître les comptes pour les rechercher. Les comptes secrets conduisent également à penser que les responsables gouvernementaux essaient de cacher des actions ou des décisions.

« Qu’est-ce qui se passe quand cette personne ne travaille plus là? Il part et quelqu’un fait une demande (pour passer en revue les e-mails) sous deux ans », a déclaré Kel McClanahan, directeur exécutif des Conseillers à la Sécurité Nationale [National Security Counselors], un groupe ouvert gouvernemental. « Qui va savoir comment chercher les autres comptes? Vous espériez que les agences qui font cela tiendraient une liste des alias dans un tiroir de bureau, mais vous savez que cela n’arrive pas. »

Les agences où l’AP [Associated Press] a jusqu’ici identifié des adresses secrètes, dont le Ministère du Travail et le Ministère de la Santé [HHS: Health and Human Services Department], ont déclaré que le maintien de comptes de messagerie non-publics permet aux hauts-fonctionnaires de garder séparément leurs messages internes avec les employés du ministère des e-mails qu’ils échangent avec le public. Elles ont également répondu que les comptes publics non-publics seraient toujours disponibles aux recherches en réponse aux demandes officielles et que les documents seraient fournis si nécessaire.

Dans son examen, l’AP a trouvé un seul exemple d’une adresse secrète qui a été publiée. Un e-mail du porte-parole du Ministère du Travail [Labor Department], Carl Fillichio, à 34 collaborateurs en 2010, a été remis à un groupe de défense juridique, les Américains pour un Gouvernement Limité [Americans for Limited Government]. Il comprenait aussi comme destinataire l’adresse non-publique de Seth D. Harris, aujourd’hui secrétaire du travail intérimaire, qui maintient au moins trois comptes de messagerie différents.

Google ne peut trouver aucune référence sur Internet pour l’adresse secrète de Sebelius.

Dix ministères n’ont encore pas remis les listes d’adresses e-mail, y compris l’Agence pour la Protection de l’Environnement [Environmental Protection Agency] et les ministères de la Défense, des Anciens Combattants, du Transport, du Trésor, de la Justice, du Logement et du Développement Urbain, de la Sécurité Intérieure, du Commerce et de l’Agriculture. Tous ont dit qu’ils travaillent sur une réponse à l’AP.

Carney n’a pas voulu dire si les responsables de la Maison Blanche utilisent également des comptes secrets, notant que le personnel du président comme le Congrès sont exempts de retourner des documents en vertu de la loi sur les dossiers à accès ouvert. Mais Carney a déclaré qu’au début de son mandat en tant que secrétaire de presse, après que son adresse e-mail ait été annoncée en public, Carney a changé son adresse pour éviter d’être inondé par des e-mails et des spams.

« C’est une chose très raisonnable à faire », a déclaré M. Carney.

Une porte-parole du Ministère du Trésor, Marissa Hopkins Secreto, a mentionné des enquêtes au bureau de l’agence FOIA [Freedom Of Information Act] qui disent que son département de technologie était encore à la recherche d’adresses e-mail. D’autres ministères, y compris celui de la Sécurité Intérieure, n’ont pas répondu aux questions de l’AP au sujet des retards de près de trois mois. Le Pentagone a déclaré qu’il pourrait donner une réponse d’ici la fin de l’été.

Le Ministère de la Santé et des Services Sociaux [HHS: Health and Human Services Department] a initialement remis à l’AP les adresses e-mail d’environ 240 mandataires — mais aucun des comptes de messagerie pour Sebelius, même celui qui est publié sur son site Internet. Après que l’AP ait protesté, il a remis trois adresses e-mail de Sebelius, y compris une adresse secrète. Le ministère a demandé à l’AP de ne pas publier l’adresse que, selon lui, elle avait l’habitude d’utiliser pour des affaires au jour le jour au sein du département. La plupart des 240 mandataires politiques au HHS [Health and Human Services Department] semblaient utiliser uniquement des comptes publics du gouvernement.

L’AP [Associated Press] a décidé de publier l’adresse secrète de Sebelius — KGS2(at)hhs.gov — malgré les objections du gouvernement, parce que la secrétaire est un fonctionnaire de haut rang qui surveille non seulement les Centres de Soins de santé et d’Aides à la santé [Centers for Medicare and Medicaid Services], mais aussi la mise en oeuvre de la loi des soins de santé signée par Obama. Son adresse e-mail publique est Kathleen.Sebelius(at)hhs.gov.

Au moins deux autres hauts fonctionnaires du HHS [Health and Human Services Department] — Donald Brewick, ancien chef des Centers for Medicare & Medicaid Services, et Gary Cohen, un administrateur adjoint en charge de la mise en oeuvre de la réforme de l’assurance maladie — ont également eu des adresses e-mail secrètes au gouvernement, selon les documents de l’AP.

Un porte-parole pour Cohen, Brian Cook, a déclaré que l’adresse non-publique que le HHS [Health and Human Services Department] a inscrit dans ses registres — Gary.Cohen1(at)cms.hhs.gov — a été créée après que Cohen ait rejoint le ministère en août 2012, suite à une courte absence et que tous les e-mails sont maintenant redirigés vers son compte de messagerie public du gouvernement. Cook a qualifié la suggestion que Cohen ait jamais eu un compte secret d' »informations nouvelles pour tout le monde, y compris Gary. »

Le Ministère de l’Intérieur [Interior Department] a donné à l’AP une liste d’environ 100 adresses e-mail du gouvernement pour les mandataires politiques qui y travaillent, mais aucun pour le secrétaire de l’Intérieur de l’époque, Ken Salazar, qui a depuis démissionné. La porte-parole Jessica Kershaw a déclaré que Salazar a maintenu une seule adresse e-mail pendant son service de secrétaire, mais elle ne voulait pas la divulguer. Elle a répondu que l’AP doit la demander en vertu de la loi sur la Liberté de l’Information [FOIA], ce qui prendrait des mois en plus.

Le Ministère du Travail a d’abord demandé à l’AP de payer un peu plus de 1,03 million de dollars lorsque l’AP y a demandé les adresses e-mail des mandataires politiques. Le ministère a dit qu’il avait besoin de retirer 2236 bandes de sauvegardes informatiques à partir de ses archives et de payer 50 personnes pour se concentrer sur des enregistrements anciens. Ces coûts comprennent les trois semaines pour identifier les bandes et pour les expédier à une personne rémunérée, et pour payer chaque personne 2500 $ pour près d’un mois de travail. Mais selon les règles de la FOIA de ce ministère — qu’il cite dans sa lettre à l’AP — il est interdit de facturer à des agences de presse les coûts, sauf pour les photocopies après les 100 premières pages. Le ministère a précisé qu’il faudrait 14 semaines pour trouver les e-mails si l’AP avait versé l’argent.

Fillichio a reconnu plus tard que la facture de 1,03 million de dollars était une erreur et il a fourni à l’AP les adresses e-mail des mandataires à l’agnce du Sénat, dont trois adresses pour Harris. Son adresse  secrète était harris.sd(at)dol.gov. Ses autres comptes étaient destinés pour l’un à une utilisation avec les employés du travail et pour le public, et un autre pour envoyer des mailings à l’ensemble du Ministère du Travail, aux groupes extérieurs et au public. Le Ministère du Travail a déclaré qu’il ne s’opposait pas à la publication par l’AP d’aucune des adresses e-mail de Harris.

Outre les adresses e-mail, l’AP a également cherché les dossiers à l’échelle gouvernementale concernant les décisions de créer des comptes de messagerie différents. Mais le directeur de la FOIA au HHS, Robert Eckert, a indiqué que l’agence ne pouvait pas fournir ces e-mails sans subir « une longue et importante recherche à l’échelle de tout le Ministère ». Il a également dit qu’il n’y avait « pas de mécanismes en place pour déterminer si de telles demandes pour la création de comptes de messagerie secondaires ont été présentées par les quelque 242 mandataires politiques au sein du HHS. »

Tardivement l’année dernière, les critiques de l’EPA [Environmental Protection Agency] — dont les Républicains au Congrès — ont accusé l’ancien administrateur de l’EPA, Lisa Jackson, d’utiliser un compte de messagerie sous le nom de « Richard Windsor » pour contourner les règles de publication. L’EPA a déclaré que les e-mails envoyés par Jackson en utilisant son alias Windsor ont été remis en vertu des demandes de dossiers à accès ouvert. L’inspecteur général de l’agence enquête sur l’utilisation de tels comptes, après avoir été invité à le faire par le Congrès.

Un porte-parole de l’EPA a décrit l’adresse e-mail alternative de [Lisa] Jackson comme « un compte de messagerie de travail quotidien de l’administrateur pour communiquer avec le personnel et d’autres fonctionnaires du gouvernement. » Il a été déterminé par la suite que [Lisa] Jackson a aussi utilisé l’adresse e-mail pour correspondre parfois avec des écologistes en dehors du gouvernement, et au moins dans certains cas, n’a pas corrigé l’idée fausse que les personnes extérieures se faisaient, en pensant communiquer avec un employé du gouvernement nommé Richard Windsor.

Bien que l’inspecteur général de l’EPA [Environmental Protection Agency] en quête sur l’utilisation par l’agence des comptes de messagerie secrets, il n’examine pas si les courriels des comptes secrets de [Lisa] Jackson ont été publiés comme l’exige la Loi sur la Liberté de l’Information [FOIA].

Les comptes de messagerie de l’EPA ont été révélés à l’automne dernier par le Competitive Enterprise Institute [Institut Concurrentiel d’Entreprise], un think tank conservateur à Washington qui a été averti sur les alias de [Lisa] Jackson par un interne, puis qui l’a remarqué dans les documents obtenus en vertu de la FOIA [Freedom Of Information Act]. L’EPA a déclaré que sa politique était de divulguer dans ces documents que « Richard Windsor » était en fait l’administrateur de l’EPA.

Les tribunaux ont constamment placé la barre haut pour le gouvernement afin de retenir les dossiers des agents pûblics en vertu des règles fédérales pour la protection des données personnelles. Un juge fédéral, Marilyn Hall Patel de Californie, a déclaré en août 2010 que « les personnes qui se sont placées dans la lumière publique » — comme au travers de la politique ou la participation volontaire dans l’arène publique — ont un e vie privée significativement diminuée par rapport aux autres. Sa décision fait partie d’une affaire dans laquelle un journaliste a demandé les dossiers du FBI, mais ceux-ci lui ont été refusés.

« Nous parlons d’une adresse électronique, et une adresse e-mail donnée à un individu par le gouvernement pour faire des affaires officielles n’est pas privée », a déclaré Aaron Mackey, un avocat FOIA auprès du Reporters Committee for Freedom of the Press [Comité des journalistes pour la liberté de la presse]. Il a dit que c’est différent, par exemple, des informations confidentielles, comme un numéro de sécurité sociale.

En vertu de la loi, les citoyens et les étrangers peuvent utiliser la FOIA pour contraindre le gouvernement à remettre des copies des dossiers fédéraux pour un coût nul ou peu élevé. Toute personne qui cherche de l’information à travers la loi est généralement censée l’obtenir, à moins que la divulgation nuise à la sécurité nationale, viole la vie privée ou expose des secrets d’affaires ou des décisions confidentielles dans certains domaines.

Obama a promis lors de sa première semaine en fonction de rendre le gouvernement plus transparent et ouvert. La signature de la nation sur la loi des dossiers à accès ouvert, a-t-il dit dans une note à son Cabinet, serait « administrée avec une présomption claire: face au doute, prévaut l’ouverture. »

L’écrivain Jim Kuhnhenn de l’Associated Press a contribué à ce rapport.

Contactez l’équipe d’investigation de Washington à DCinvestigations(at)ap.org. Suivez Jack Gillum sur Twitter: https://twitter.com/jackgillum

Source: http://www.huffingtonpost.com/2013/06/04/obama-email_n_3382900.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités