L’émission satirique américaine de HBO s’attaque au scandale de torture de la CIA

Last Week Tonight with John Oliver: La Torture (HBO)

Le rapport du sénat américain sur la torture a révélé des détails horrifiants du programme d’interrogation de l’Amérique. Helen Mirren vous éclaire sur le sujet. (youtube)

« Malheureusement, la torture n’est pas une chose qui arrive seulement à Mel Gibson » dans ses films, nous rappelle le présentateur.

Publicités

Le rapport sur la torture de la CIA déclenche un plaidoyer pour l’arrestation de Bush

La semaine dernière, le Comité du renseignement du Sénat a publié son rapport complet sur les tactiques inhumaines de torture de la CIA. Même si le rapport dit que l’ancien président George W. Bush a été maintenu dans l’ignorance jusqu’en 2006, beaucoup de gens croient encore qu’il devrait être tenu responsable pour les actions de la CIA durant son mandat en tant que commandant en chef. En fait, la Cour Pénale Internationale a dans ses mains, un document de demande officielle d’arrestation immédiate de George W. Bush. Nous accueillons aujourd’hui le professeur Francis Boyle du Collège juridique de l’Université de l’Illinois. Il est très étroitement lié à la CPI, et fait un rapport sur l’état de la demande de mandat d’arrêt de Bush.

(youtube)

Rapport sur la torture de la CIA: les révélations les plus choquantes sur les techniques d’interrogatoire

Reportage sur Russia Today, 14/12/2014

Le « rapport sur la torture » dont il est question  et qui a été publié par le Sénat cette semaine contient seulement une fraction des conclusions sur la manière dont la CIA agissait pour recueillir des renseignements auprès des détenus à travers les interrogatoires. Pourtant, il contient plusieurs révélations choquantes.

Voir l’article: http://rt.com/news/213483-cia-torture-country-scandal/

Edward Snowden s’exprime au sujet du rapport sur la torture de la CIA

Edward Snowden, le 10 décembre 2014, en vidéo-conférence avec Amnesty International

Edward Snowden, l’ancien contracteur américain de la National Security Agency commente le rapport du Sénat américain sur la torture de la CIA. Lors d’un événement Amnesty International à Paris, Snowden demande pourquoi personne n’a été tenu responsable pour les pratiques de détention de la CIA. Il parle aussi de sa vie à Moscou, en disant qu’il est satisfait, mais que sa maison lui manque.

Source: http://www.theguardian.com/us-news/video/2014/dec/11/edward-snowden-cia-torture-report-nsa-video

Dianne Feinstein: Les actions de la CIA, une tache sur les valeurs et l’histoire de l’Amérique

Lire le rapport du Sénat américain sur les programmes de torture de la CIA: http://edition.cnn.com/interactive/2014/12/politics/torture-report/

Carte: Le réseau global de la torture de la CIA

cia_global_networkSource: http://interactive.guim.co.uk/embed/2014/12/2014-12-cia-global-network/cia-global-network.svg

Le point de vue du Guardian au sujet du rapport sur la torture américaine: la honte et le déshonneur de l’Amérique

Torturer les détenus après le 11 septembre était une erreur de principe, inefficace dans la pratique, et a nui à la crédibilité de la démocratie, à la primauté de la loi et aux USA

Senator Dianne Feinstein, who said the CIA's interrogation programmes were 'morally and legally misgPhoto: La sénatrice Dianne Feinstein, qui a dit que les programmes d’interrogatoire de la CIA étaient «moralement et juridiquement erronés» et incarnent «la brutalité à l’opposé de nos valeurs en tant que nation».

The Guardian, éditorial, 9 décembre 2014

Le président Ronald Reagan a signé la convention des Nations Unies contre la torture en 1988 et les États-Unis l’ont ratifié, six ans plus tard, en 1994. Sept ans après, en 2001, les Etats-Unis ont néanmoins commencé à utiliser la torture sur une base systématique. Cette utilisation a continué pendant plusieurs années. En 2009, la pratique a été interdite par le président Obama. Mardi, l’histoire complète de la honte et du déshonneur de l’Amérique était enfin apparue au grand jour. C’est l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire d’une nation qui se considère non sans raison, à bien des égards et à certaines périodes, comme un symbole d’espoir dans le monde.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/dec/09/guardian-view-on-us-torture-report-america-shame-disgrace

Rapport du Sénat sur le programme de torture de la CIA (PDF): http://edition.cnn.com/interactive/2014/12/politics/torture-report/

L’architecte du programme d’interrogation avancée de la CIA interviewé exclusivement par Vice News

Vice News, 9 décembre 2014

Le Comité de Renseignement du Sénat a publié aujourd’hui un rapport alarmant de 500 pages sur le programme controversé de détention et d’interrogation de la CIA, un document que la présidente de ce comité, Dianne Feinstein, a déclaré comme représentant l’effort de contrôle le plus important dans l’histoire du Sénat américain.

L’étude de 40 millions de dollars sur cinq ans a conclu que les fonctionnaires de la CIA ont exagéré la valeur du renseignement qu’ils ont récupéré des dizaines de « détenus de grande valeur » emprisonnés dans les prisons des « sites noirs », où ils ont été soumis à des soi-disant « techniques renforcées d’interrogatoire » comme la privation de sommeil et la simulation de noyade.

Le comité a examiné plus de 6 millions de pages de documents top-secrets de la CIA et a constaté que l’architecte du programme des interrogatoires était un psychologue retraité de l’Air Force nommé James Mitchell, un contracteur de l’agence qui – selon les rapports de presse – a personnellement waterboardé le cerveau présumé du 11 septembre, Khalid Cheikh Mohammed. Le rapport du Sénat ne permet pas d’identifier Mitchell par son nom. Il est appelé l’ « entrepreneur A » dans le résumé.

Mitchell a signé un accord de non-divulgation avec la CIA et a été incapable de parler de son rôle dans le programme d’interrogation avancée de l’agence, mais Vice News l’a rencontré dans une banlieue de Floride pour discuter du rapport du Sénat et de l’un des chapitres les plus sombres de la guerre contre le terrorisme. C’est la première fois que Mitchell a jamais paru devant une caméra.

Lire « La sécurité accrue dans les ambassades américaines en amont de la publication du rapport sur la torture de la CIA » – http://bit.ly/1yyCXKQ

Regarder « Le journaliste emprisonné d’Al Jazeera, Abdullah Elshamy, s’exprime: VICE News Interview » – http://bit.ly/1yyDLzc

Source: https://news.vice.com/video/the-architect-trailer

Egypte: Obama sous le feu des critiques

Armée égyptienne

BBC Afrique, 16 août 2013

De nombreux sénateurs et la presse américaine ont sévèrement critiqué Barack Obama pour n’avoir pas suspendu l’aide militaire à l’Egypte après le bain de sang au Caire.

Au Congrès, John McCain, l’ancien rival républicain de Barack Obama aux présidentielles de 2008, réclamait la suspension de l’aide militaire avant même les violences de mercredi, mais jeudi soir, il a accuse le ministre des Affaires Etrangères John Kerry d’avoir contribué à la détérioration de la situation en Egypte en ayant déclaré le mois dernier que le renversement de Mohamed Morsi par l’armée allait « rétablir la démocratie » en Egypte.

De son coté, le sénateur républicain de Rand Paul appelle Barack Obama à « suivre la loi » américaine qui prévoit la suspension de l’aide militaire en cas de coup d’Etat dans le pays bénéficiaire du soutien des Etats-Unis. « Le président Obama dit qu’il ‘condamne la violence en Egypte’, mais l’aide américaine continue de contribuer à financer cette violence », déplore le sénateur Paul.

Des amis démocrates du président Obama sont également scandalisés. « Tant que nous n’obtiendrons pas l’assurance que l’aide américaine est utilisée pour aider le peuple égyptien, il n’y a aucune raison de la continuer », lance ainsi Loretta Sanchez, une députée démocrate de Californie.

Quant au sénateur Patrick Leahy, le démocrate de gauche qui préside la commission judiciaire, il emboite le pas au Républicain Rand Paul en estimant que la loi américaine « est claire » et que « l’aide a l’Egypte doit cesser jusqu’à ce que la démocratie soir rétablie dans ce pays ».

La presse américaine est, elle aussi, favorable a l’arrêt de l’aide militaire américaine à l’Egypte. C’est le cas du New York Times et du Washington Post, les deux quotidiens américains les plus influents. C’est aussi le cas de journaux aussi différents sur le plan politique que le Los Angeles Times, un journal situe sur l’aile gauche de Barack Obama, ou le Washington Times, un quotidien ultra-conservateur.

Chaque année, les Etats-Unis accordent à l’Egypte une aide de 1,5 milliard de dollars, la plupart sous forme d’assistance militaire. Depuis 1948, l’Egypte a ainsi reçu plus de 70 milliards de dollars du gouvernement américain.

Jusqu’à présent, les milieux politiques américains considéraient cette aide comme une sorte de police d’assurance permettant de maintenir l’accord de paix que l’Egypte a signe avec Israël.

En juillet, une motion déposée par le sénateur Paul qui visait à suspendre l’aide américaine à l’Egypte n’avait pu recueillir que 13 voix sur les 100 membres du Sénat. Mais depuis, l’escalade de la violence en Egypte, l’utilisation d’équipement militaire américain par l’armée égyptienne dans ses actions de répression, ainsi que le manque d’influence des Etats-Unis sur le gouvernement Morsi, puis sur le gouvernement intérimaire, amènent de plus en plus d’élus américains et d’Américains ordinaires à exiger la suspension, voire, l’arrêt pur et simple de l’aide américaine a l’Egypte.

Source: http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2013/08/130816_obama_critics.shtml

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités