3 moyens par lesquels l’axe Russie-Chine essaye de déstabiliser l’Occident

vladimir_putin_and_xi_jinping_brics_summit_2015_01_wikiBusiness Insider UK, Amanda Macias, le 03/09/2016

[Alors que le président chinois Xi Jinping se prépare à accueillir le sommet annuel du G20, ce n’est plus un secret que le président russe Vladimir Poutine sera le top invité.

Le 4 septembre, les dirigeants des plus grandes économies du monde se réuniront à Hangzhou, en Chine, pour discuter des affaires, du commerce, et d’une série de défis de politique étrangère.]

« La Russie et la Chine coopèrent et coordonnent aujourd’hui à un degré sans précédent – politiquement, militairement, économiquement – et leur coopération porte des ramifications anti-américaines et anti-occidentales, » écrivent les auteurs Douglas Schoen et Melik Kaylan dans « L’Axe Russie-Chine ».

« En bref, il y a une nouvelle guerre froide en cours, avec nos anciens adversaires de retour dans le jeu, plus puissants que ce qu’ils ont été pendant des décennies, et avec l’Amérique plus confuse et hésitante qu’elle ne l’a été depuis les années Carter ».

Voici un aperçu des quelques façons dont l’axe Russie-Chine opère contre les intérêts américains et occidentaux.

1. Soutenir des régimes malhonnêtes économiquement et militairement

La Chine et la Russie continuent de fournir une aide militaire et économique à des régimes malhonnêtes comme la Corée du Nord, l’Iran et la Syrie. […]

2. L’acroissement massif du potentiel militaire

La Russie et la Chine ont augmenté leurs budgets de défense afin d’améliorer et d’acquérir du matériel militaire. […]

3. L’action hostile pour consolider et élargir les revendications territoriales dans leurs domaines […]

Lire l’intégralité de l’article: http://uk.businessinsider.com/3-ways-a-russia-china-axis-is-seeking-to-undermine-the-west-2016-9/

L’ennemi de mon ennemi: Les espions américains attendent une guerre entre la Russie et l’Etat Islamique (ISIS)

800px-Russian_Sukhoi_Su-25_at_Latakia_(2)

TheDailyBeast.com, 09.11.15

Six responsables de l’armée et des services de renseignement américains ont déclaré à The Daily Beast qu’ils espèrent qu’une attaque apparente de l’Etat Islamique (ISIS) sur le vol 9268 de [la compagnie] Metrojet obligerait Poutine à enlever enfin ses gants.

Dans les jours suivants l’accident du vol russe Metrojet 9268, où des preuves incontournables suggèrent qu’il a été abattu par une bombe de l’Etat Islamique (ISIS), de nombreux responsables du renseignement et de la sécurité des États-Unis n’étaient pas en train de paniquer à propos de l’Etat soi-disant islamique qui déclenchait une nouvelle campagne d’attaques contre des avions civils. Au contraire, ils se demandaient comment l’attentat pourrait nuire à Vladimir Poutine, et potentiellement aider les Etats-Unis.

Depuis que Poutine a commencé à larguer des bombes sur les militants en Syrie, des responsables ont fait valoir en privé que le leader russe a commis une erreur stratégique majeure, et que son intervention en Syrie affaiblirait tant son armée que sa réputation, et déclencherait probablement une réaction des militants islamistes, qui ont attaqué à l’intérieur de la Russie dans le passé.

Un responsable du renseignement américain, parlant avant le crash de l’avion de ligne, a qualifié la campagne russe en Syrie de « folie de Poutine ».

Lire l’intégralité de l’article: http://www.thedailybeast.com/articles/2015/11/09/u-s-spies-root-for-an-isis-russia-war.html

La Russie sur le point d’interdire une ONG financée par le Congrès américain, la National Endowment for Democracy

La National Endowment for Democracy étiquetée d’«indésirable» en vertu d’une nouvelle loi

RT, le 28 juillet 2015

Les procureurs ont reconnu les activités de la NED [National Endowment for Democracy] en Russie comme indésirables et portant atteinte à la sécurité nationale, après que l’ONG américaine ait dépensé des millions dans des tentatives de remettre en question la légitimité des élections russes et de ternir le prestige du service militaire.

Selon le communiqué publié sur le site du Bureau du Procureur général, le chef de l’agence Vladimir Malinovsky a signé mardi la décision de reconnaître comme indésirables sur le territoire de la Fédération de Russie toutes les activités de l’organisation non gouvernementale étrangère de la National Endowment for Democracy. Le même jour, cette décision a été transmise au ministère de la Justice qui doit désormais inclure la NED dans la liste des organisations étrangères indésirables. […]

La National Endowment for Democracy, fondée en 1983 à l’initiative de Ronald Reagan, est sponsorisée par le Congrès américain et voit sa tâche principale dans l’aide aux institutions démocratiques partout dans le monde. Le Ministère de la Justice russe a reconnu plus tôt cette organisation comme étant le fournisseur le plus actif de diverses subventions en politique et dans les sphères liées à la politique, telles que la sociologie ou la recherche politique.

Lire la suite: https://www.rt.com/politics/310958-us-national-endowment-for-democracy/

Voir le communiqué de la NED: http://www.ned.org/national-endowment-for-democracy-statement-on-russian-undesirable-organizations/

Le discours de John F. Kennedy du 27 avril 1961, l’échec de la Baie des Cochons et la mise en garde contre l’existence des sociétés secrètes

Discours de John F. Kennedy sur les sociétés secrètes

Quelques jours après l’échec de l’invasion de la baie des Cochons à Cuba, John F. Kennedy prononce, le 27 avril 1961, un discours qui est resté célèbre et où il semble pointer les responsabilités de la presse américaine face à cet échec tant militaire, politique, que diplomatique. Il met en garde sur les responsabilités de la presse face à la « sécurité nationale » du pays, et ce n’est pas pour rien qu’il le dit, puisque l’information concernant une invasion de Cuba avait été divulguée dans la presse bien avant les événements:

« En quelque sorte, l’indication du plan a été divulgué à la presse. Le 10 janvier 1961, le New York Times a publié un article en première page sous le titre « Les U.S. aident à entraîner une force anti-castriste dans une base secrète du Guatemala. » (Source: Britannica)

Dans ce discours, John F. Kennedy évoque aussi l’existence des « sociétés secrètes ». Beaucoup ont interprété ces mots comme un avertissement face à un complot venant de l’intérieur même du gouvernement américain. Cet avertissement semble directement lié à l’épisode de la baie des Cochons. John F. Kennedy fait sans doute référence au système soviétique basé sur le secret et la censure.

Mais on peut aussi se demander si le président américain n’a pas voulu désigner à travers ce terme de « sociétés secrètes » les personnes qui ont permis – au sein des services secrets ou au sein du gouvernement des Etats-Unis – de divulguer à la presse l’information sur l’invasion de la baie des Cochons à Cuba, mettant ainsi en péril les plans d’invasion et menant l’administration américaine à un échec diplomatique mondial face à la Russie.

On apprend aussi dans l’article d’un journaliste du Washington Post que la CIA avait maintenu les opérations d’invasion à Cuba, tout en sachant que « les russes avaient été avertis de la baie des Cochons ». Ceci remet profondément en cause l’efficacité des services secrets américains et cela pose la question de savoir pourquoi une telle erreur a été permise, et éventuellement de savoir si cette erreur des services secrets a été intentionnelle ou pas.

Reste à savoir si John F. Kennedy dénonçait simplement les méthodes secrètes qui avaient permis à la presse de recueillir des informations confidentielles sur ce projet d’invasion, ou bien si, tout en dénonçant le communisme et la censure officielle, il pointait également du doigt l’existence d’une société secrète réelle au sein du gouvernement américain ou d’espions oeuvrant contre l’intérêt des Etats-Unis et de leur pays, en pleine guerre froide avec la Russie.

Le Président et la Presse: Adresse devant l’Association américaine des éditeurs de journaux, le 27 avril 1961

JFK Library

I.

Le mot même de «secret» est répugnant dans une société libre et ouverte; et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents dépassent de loin les dangers qui sont cités pour la justifier. Même aujourd’hui, il est de peu de valeur de s’opposer à la menace d’une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui, il y a peu de valeur dans l’assurance de la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il est d’un très grave danger qu’un besoin annoncé pour plus de sécurité soit saisi par ceux qui sont inquiets de développer son sens dans les limites mêmes de la censure officielle et de la dissimulation. Car je n’ai pas l’intention de le permettre dans la mesure où cela reste sous mon contrôle. Et aucun fonctionnaire de mon administration, que son rang soit élevé ou bas, civil ou militaire, ne doit interpréter mes paroles ici ce soir comme une excuse pour censurer les informations, pour étouffer la dissidence, pour couvrir nos erreurs ou pour cacher à la presse et au public les faits qu’ils méritent de connaître.

Mais je demande à chaque éditeur, chaque rédacteur et chaque journaliste de la nation de réexaminer ses propres normes, et de reconnaître la nature du péril de notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse se sont joint habituellement dans un effort basé en grande partie sur l’auto-discipline, pour empêcher des divulgations non autorisées à l’ennemi. En temps de « danger clair et présent », les tribunaux ont statué que même les droits privilégiés du Premier Amendement doivent céder le pas au besoin du public pour la sécurité nationale.

Aujourd’hui aucune guerre n’a été déclarée – et aussi acharné que le combat puisse l’être, il peut ne jamais être déclaré d’une façon traditionnelle. Notre mode de vie est menacé. Ceux qui se font notre ennemi s’avancent autour du globe. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant aucune guerre n’a été déclarée, aucune frontière n’a été franchie par des troupes en marche, aucun missile n’a été tiré.

Si la presse s’attend à une déclaration de guerre avant d’imposer l’autodiscipline des conditions de combat, alors je peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais posé une si grande menace pour notre sécurité. Si vous attendez le verdict d’un « danger clair et présent », alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été plus clair et que sa présence n’a jamais été plus imminente.

Cela exige un changement de perspective, un changement de tactique, un changement dans les missions – par le gouvernement, par le peuple, par chaque chef d’affaires ou responsable professionnel, et par tous les journaux. Car nous sommes confrontés dans le monde à une conspiration monolithique et impitoyable qui repose principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence – sur l’infiltration plutôt que l’invasion, sur la subversion plutôt que les élections, sur l’intimidation plutôt que le choix libre, sur la guérilla de nuit au lieu des armées de jour. C’est un système qui a enrôlé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine très serrée, extrêmement efficace, qui combine des opérations militaires, diplomatiques, du renseignement, des opérations économiques, scientifiques et politiques.

Ses préparatifs sont dissimulés, et pas publiés. Ses erreurs sont enterrées, et pas en titre des journaux. Leurs dissidents sont tus, et pas glorifiés. Aucune dépense n’est remise en cause, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé. [Ce système] mène la guerre froide, en bref, avec une discipline de temps de guerre qu’aucune démocratie n’aurait jamais espéré ou voulu égaler.

Néanmoins, toute démocratie reconnaît les restrictions nécessaires à la sécurité nationale – et la question reste de savoir si ces restrictions doivent être plus strictement observées si l’on veut s’opposer à ce genre d’attaque ainsi qu’à l’invasion pure et simple.

Les faits de l’affaire sont que les ennemis de cette nation ont ouvertement vanté d’acquérir l’information à travers nos journaux, une information qu’ils auraient autrement engagé d’acquérir à travers des agents par le vol, la corruption ou l’espionnage; que les détails des préparations secrètes de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l’ennemi ont été disponibles à tous les lecteurs de journaux, amis et ennemis; que la taille, la force, l’emplacement et la nature de nos forces et de nos armes, nos plans et notre stratégie pour leur utilisation, ont tous été mis en évidence dans la presse et d’autres médias d’informations à un degré suffisant pour satisfaire toute puissance étrangère; et que, dans au moins un cas, la publication des détails concernant un mécanisme secret dans lequel des satellites ont été suivis a nécessité sa transformation au détriment de beaucoup de temps et d’argent.

Les journaux qui ont imprimé ces histoires étaient loyaux, patriotiques, responsables et bien intentionnés. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n’auraient sans doute pas publié ces articles. Mais en l’absence d’une guerre ouverte, ils ont seulement reconnu les tests du journalisme et non les tests de la sécurité nationale. Et ma question, ce soir, est de savoir si des tests supplémentaires ne devraient pas être adoptés maintenant.

Il appartient à vous seuls de répondre à la question. Aucun fonctionnaire public ne doit répondre pour vous. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir à la nation, compte tenu de toutes les responsabilités que nous assumons maintenant et de tous les moyens à portée de main pour répondre à ces responsabilités, si je ne recommandais ce problème à votre attention, et n’exhortais sa considération réfléchie.

En de nombreuses occasions précédentes, j’ai dit – et vos journaux ont constamment dit – que ces temps sont des temps qui font appel au sentiment du sacrifice et à la discipline de chaque citoyen. Ils appellent tous les citoyens à peser leurs droits et leur confort contre ces obligations envers le bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que ces citoyens qui servent dans l’industrie des journaux se considèrent comme exonérés de cet appel.

Je n’ai pas l’intention de mettre en place un nouveau bureau de l’information de guerre pour régir le flux d’informations. Je ne suggère pas de nouvelles formes de censure ou de nouveaux types de classifications de sécurité. Je n’ai pas de réponse facile à ce dilemme que j’ai posé, et je n’aurais pas cherché à l’imposer si j’en avais. Mais je demande aux membres de la profession et de l’industrie de la presse dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du présent danger, et de tenir compte de l’obligation de la maîtrise de soi que ce danger impose sur nous tous.

Chaque journal se demande maintenant, en respect de chaque histoire: «Est-ce des informations? » Tout ce que je suggère, c’est que vous ajoutiez la question: «Est-ce que c’est dans l’intérêt de la sécurité nationale? » Et j’espère que tous les groupes en Amérique – les syndicats et les hommes d’affaires et les fonctionnaires à tous les niveaux– se poseront la même question sur leurs efforts, et soumettront leurs actions aux mêmes tests exigeants.

Et si la presse de l’Amérique devait examiner et recommander l’acceptation volontaire de nouvelles mesures ou de mécanismes spécifiques, je peux vous assurer que nous allons coopérer de tout coeur avec ces recommandations.

Peut-être qu’il n’y aura pas de recommandations. Peut-être qu’il n’y a pas de réponse au dilemme rencontré par une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et sans précédent. Mais c’est un temps de paix et de péril qui ne connaît pas de précédent dans l’histoire.

Discours intégral de John F. Kennedy: http://www.jfklibrary.org/Research/Research-Aids/JFK-Speeches/American-Newspaper-Publishers-Association_19610427.aspx

Vers une révolution pacifique dans le monde, grâce aux lanceurs d’alerte

640px-Protest_against_ACTA_-_2012-01-28_-_Toulouse_-_04Avec les affaires Wikileaks, Manning et Snowden, les citoyens du monde entier ont découvert une nouvelle forme de liberté d’expression: le pouvoir de publier des documents secrets, mais pas n’importe quels types de document, car il s’agit toujours de documents utiles au bien-être et à l’évolution démocratique de la société. Si l’espionnage a existé de tout temps — et malgré le fait que les gouvernements actuels veulent juger les lanceurs d’alerte selon les lois classiques de l’espionnage —, les événements qui se produisent aujourd’hui dans le monde à travers les fuites de documents secrets n’ont rien à voir avec ce qui se produisait dans le passé. Ces événements sont déjà le signe d’une révolution pacifique qui s’amorce dans le monde. En effet, plutôt que de prendre les armes ou de choisir la violence, les lanceurs d’alerte sont des citoyens qui ont décidé de lutter contre l’injustice avec le poids de la parole et celle des documents secrets. En publiant des documents secrets, ils renoncent d’une certaine manière à la violence, sans pour autant renoncer à leur engagement vis-à-vis de la société. Publier ces documents, c’est montrer que les problèmes politiques dans le monde peuvent se résoudre par le dialogue, en amenant les gouvernements à se confronter à leur propre vérité.

On peut véritablement parler de révolution pacifique avec les lanceurs d’alerte, car c’est une révolution de la parole. Le monde a compris qu’il n’y a plus besoin de guerres pour s’opposer à l’injustice, et que là où il est possible d’informer la population, il vaut mieux informer plutôt que de laisser les gens dans l’ignorance. Publier des documents secrets est une nouvelle forme de guerre pacifique. C’est une guerre démesurée, certes, car les lanceurs d’alerte sont opposés à des géants qui sont les gouvernements et qui, s’ils le pouvaient, les auraient déjà broyés depuis longtemps pour les faire taire. Mais la force de leur parole, c’est que justement les gouvernements ne sont pas habitués aux discours pacifiques: c’est pourquoi les gouvernements sont totalement déboussolés face aux fuites de documents secrets et qu’ils ne savent pas comment réagir. Face à des criminels qui tuent ou des manifestants qui pillent un magasin, un gouvernement sait toujours utiliser la violence comme réponse. Mais face à des lanceurs d’alerte qui ont un discours pacifique et en adéquation totale avec les valeurs de la démocratie, que peut faire un gouvernement pour justifier l’utilisation de la violence contre des citoyens? La réponse est que, dans ce genre de cas, le gouvernement ne peut rien faire, et surtout pas d’utiliser la violence contre des citoyens qui défendent la vérité.

La révolution des lanceurs d’alerte est doublement pacifique, car leur parole libre et respectueuse de la démocratie est en opposition totale avec la violence que certains gouvernements utilisent pour faire taire les citoyens révoltés, mais on voit bien que cette guerre des lanceurs d’alerte est aussi une guerre qui ne donne plus pour vainqueur uniquement celui qui a le plus d’argent ou le plus d’armement pour faire taire l’ennemi qui est en face. C’est au contraire une guerre qui donne pour vainqueur ceux qui informent et donnent la vérité à leur population. La révolution des lanceurs d’alerte, c’est une guerre psychologique qui donne pour vainqueur un gouvernement qui est en mesure de dire la vérité à sa propre population. Pour le moment, on ne peut pas dire que ce soit le point fort des gouvernements qui existent dans le monde, mais l’effort entamé dans plusieurs pays pour aller vers la transparence politique montre bien que certains gouvernements veulent trouver des moyens de gouverner par des moyens pacifiques et de renoncer en partie à un contrôle basé sur la force des armées et de la police. Au lieu de fonder un pouvoir sur la peur des citoyens face aux gouvernements, on entrerait donc progressivement dans une période où les gouvernements choisissent de justifier leur pouvoir sur une nature véritablement démocratique, ouverte au dialogue, ne cachant pas les erreurs commises par ceux qui gouvernent. C’est un peu ce qui s’est passé aux Etats-Unis, quand le gouvernement a dû rendre des comptes et expliquer les méthodes d’espionnage à la population.

Il y a très peu de périodes historiques qui ont donné autant d’espoirs pour la liberté d’expression, la démocratie et l’évolution globale des sociétés modernes. Quand on constate et analyse les révolutions passées, la plupart ont toujours été sanglantes. Avec les lanceurs d’alerte, les démocraties occidentales semblent se situer au début d’un nouveau cycle de révolutions pacifiques et de changements profonds. La révolution pacifique est aujourd’hui celle de l’information, elle s’accomplit à travers une nouvelle forme de liberté d’expression et des outils qui sont à la portée de tout le monde: Internet, les réseaux sociaux, etc. Tout le monde est finalement concerné par cette révolution de l’information et tout le monde peut en devenir acteur, même si ce n’est que temporaire.

Nous entrons dans une ère de révolution pacifique, car c’est une ère où le pouvoir est jugé directement et sans intermédiaires par les yeux du peuple, sans avoir recours à aucune forme de violence. Les documents publiés par les lanceurs d’alerte sont accessibles le plus souvent par n’importe quelle personne et toute personne devient implicitement un outil de la libération sociale et un outil de lutte contre l’injustice. En étant conscients des problèmes de grande envergure et en étant mieux informés grâce aux lanceurs d’alerte, comme par exemple dans le cas de l’espionnage de la NSA, chaque citoyen sait d’autant mieux comment réagir face à l’injustice, où trouver l’origine du problème et comment mieux protéger sa vie privée. Il y a un rôle de prévention dans ces révélations de documents secrets. Les lanceurs d’alerte sont des citoyens qui préfèrent « prévenir que guérir » les problèmes de la société. Ils se situent donc dans une démarche totalement pacifique face à la société et face aux gouvernements dont ils dénoncent les injustices. Tout ceci est nouveau dans nos sociétés modernes, car nous avons pour la première fois un accès direct et continu à une information qui n’était accessible dans le passé qu’à un nombre très restreint de personnes qui travaillaient dans les services secrets ou dans les gouvernements. Les lanceurs d’alerte permettent de passer la barrière de la censure et d’aller là où sont les vrais problèmes de la société, de poser les vraies questions. Si grâce à eux les problèmes de nos sociétés modernes sont identifiés plus vite, il faut aussi espérer que les solutions à ces problèmes seront aussi plus faciles et plus rapides à trouver, s’il y a une prise de conscience massive au niveau de la société.

Enfin, on peut aussi estimer qu’un scandale comme les révélations de la NSA a servi à pacifier et à clarifier les relations politiques dans le monde, car les pays savent mieux désormais qui travaille ou collabore avec les Etats-Unis, qui espionne ou partage des informations stratégiques. Cela va rééquilibrer les rapports de force entre des petits pays, qui étaient sous pression et sous surveillance américaines, et de grands pays qui utilisaient l’espionnage comme une arme pour contrôler d’autres nations. Les révélations sur la NSA ont aussi pacifié le monde, car cela a mis fin à la croyance en Occident que les Etats-Unis seraient une démocratie exemplaire face à une Russie en perte de droits. Il ne s’agit plus d’un monde dominé par le conflit idéologique qui opposait les Etats-Unis et l’Occident face à la Russie. Aujourd’hui, il ne s’agit plus vraiment de guerre froide. Et le scandale de la NSA a accéléré les choses, car il a fait éclater la vision bipolaire du monde et cette logique de la guerre froide n’a plus de raison d’être. Aujourd’hui, on voit bien que les problèmes de liberté d’expression, de fichage et de répression des individus ont lieu dans toutes sortes de pays: c’est un problème qui se pose dans un monde multipolaire. La surveillance est un problème global de notre monde moderne. Donc ce n’est plus un problème de guerre froide. Les services secrets abusent de leur pouvoir où que ce soit dans le monde, et le conflit idéologique qui opposait dans le passé le libéralisme occidental face au bloc communiste, ce conflit qui opposait les Etats-Unis, l’Occident et la Russie se situe et oppose davantage aujourd’hui des citoyens épris de liberté face à des gouvernements avides de pouvoir.

Les révélations des lanceurs d’alerte ont donc permis de révéler aux populations ce qui menaçait leur liberté et d’entrer dans une ère nouvelle où les citoyens n’ont plus peur de dévoiler les injustices, que ce soit par des méthodes légales ou illégales, comme la fuite de documents secrets. Dans tous les cas, le choix de publier une information secrète reste un moyen pacifique pour dénoncer les injustices et on peut comparer l’action des lanceurs d’alerte aux méthodes prônant la non-violence dans le combat politique. Les lanceurs d’alerte ont ouvert une voie de dialogue entre les pays, car ceux-ci envisagent de lutter désormais de manière plus efficace contre l’espionnage et les atteintes à la vie privée des citoyens. Le monde a changé, car les Etats-Unis ne sont plus aujourd’hui les seuls à accaparer le discours démocratique et à se placer en défenseurs de la démocratie dans le monde. On voit bien aujourd’hui qu’un pays comme les Etats-Unis, aussi puissant soit-il politiquement ou économiquement, peut aussi être jugé par les autres pays et voir remis en cause son système de fonctionnement et ses pratiques d’espionnage.

La Pologne, un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciens pays de l’Est

Europe de l'EstUn câble américain du 5 janvier 2010, publié sur le site Wikileaks (réf. 10WARSAW7), montre l’implication de la Pologne dans la transition et l’effort démocratique des anciens pays de l’Est. Le rôle des ONG y est notamment exposé. En 1999, avec l’entrée de la Pologne dans l’OTAN, ce sont les frontières géostratégiques de l’Europe qui se redessinent. C’est le renforcement de l’Occident et des Etats-Unis face à l’ancien ennemi de la Guerre froide, la Russie. Les câbles Wikileaks témoignent de l’effort constant et de la volonté continue des Etats-Unis d’étendre leur sphère d’influence sur l’Europe de l’Est, comme en Ukraine, ces dernières années. La Pologne apparaît ainsi comme un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques.

(SBU: Sensible Mais Non-Classifié) RÉSUMÉ: Lors d’une réunion du 21 octobre, le vice-président, un groupe diversifié de représentants de la société civile polonaise, y compris des organisations actives dans la promotion de la transformation démocratique et l’autonomisation des femmes et des minorités, ont souligné les efforts de la Pologne pour partager son expérience de transformation réussie avec des pays en Europe de l’Est et dans le Caucase. Les participants ont souligné les forces uniques de la Pologne et les défis auxquels ils sont encore confrontés. Notant que la Pologne a bénéficié de l’aide du SEED et de l’USAID dans les années 1990, les participants ont déclaré que la Pologne souhaiterait l’assistance technique et l’expertise des États-Unis pour renforcer la capacité de la Pologne à fournir une aide au développement aux pays tiers. Ils ont exprimé leur confiance dans le fait que le partenariat américano-polonais – réunissant le savoir-faire et l’expérience de la Pologne avec les ressources et l’expertise de développement des États-Unis – soutiendrait les efforts pour renforcer les institutions et les processus démocratiques à l’est. Le vice-président a félicité la Pologne pour tout ce qui avait été accompli et a encouragé les Polonais à continuer de passer d’une pensée de ce que les États-Unis peuvent faire pour la Pologne à ce que les États-Unis peuvent faire avec la Pologne. Il a dit aux leaders de la société civile que la Pologne est un excellent exemple de transition réussie vers la démocratie, et les Polonais devraient avoir confiance en eux-mêmes pour délivrer des conseils. FIN DU RÉSUMÉ.

2. (U) PARTICIPANTS

Etats-Unis ————-
Le vice-président Biden
L’ambassadeur Feinstein [Lee A. Feinstein], ambassadeur américain en Pologne

Société civile polonaise ——————
Jolanta Kwasniewska, ancienne Première Dame de la Pologne et fondatrice de la Fondation Communication Sans Barrières
Bronislaw Misztal, Directeur Exécutif, Secrétariat Permanent de la Communauté des Démocraties
Eleonora Bergman, directrice de l’Institut Historique Juif
Jacek Michalowski, Directeur de programme, Fondation américano-polonaise pour la Liberté
Dorota Mitrus, Présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie
Mirella Panek-Owsianska, Présidente du Forum des Entreprises Responsables
Paula Sawicka, Présidente de l’Association République Ouverte
Jacek Strzemieczny, Président du Centre pour l’Education de la Citoyenneté

Comme le souligne le câble Wikileaks, le vice-président américain « a souligné l’importance qu’il avait personnellement placé sur la Pologne en tant que sénateur des États-Unis, en particulier son leadership au Sénat pour l’adhésion de la Pologne à l’OTAN. » L’entrée de la Pologne dans l’OTAN apparaît bien comme faisant partie d’une stratégie américaine qui, dans la continuité de la Guerre froide, a cherché par tous les moyens à intégrer les anciens pays soviétiques et à contrer la puissance russe. Mais cela fait aussi partie d’une stratégie globale: les Etats-Unis semblent, en effet, intéressés par l’idée de dominer globalement, économiquement et politiquement, en Europe et dans le monde — un défi et un objectif pour les années à venir, comme le révèlent les paroles du vice-président Biden:

Une Europe « entière et libre » est l’une des deux bases de la construction d’un appareil de sécurité globale pour le 21ème siècle, et les pays d’Europe Centrale sont prêts à jouer un rôle de premier plan. (par. 3)

La Pologne apparaît également jouer un rôle dans le changement démocratique en Ukraine. Cette volonté des représentants polonais d’assister et d’aider les Etats-Unis est présentée comme une « obligation morale » par Jacek Michalowski, directeur de programme à la Fondation américano-polonaise pour la Liberté, qui travaille aujourd’hui au cabinet de la Présidence polonaise. Parce que les Etats-Unis ont aidé la Pologne à se libérer du communisme dans les années 80, les polonais se sentent « obligés » de continuer la bataille pour la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques. Jacek Michalowski souligne aussi le rôle des ONG polonaises et il demande explicitement au vice-président américain d’encourager l’aide financière de ces ONG pour renforcer l’effort de transition en Europe de l’Est. Le paragraphe 6 du câble est plus précisément consacré à l’Ukraine. On apprend que:

Alors que les organisations polonaises font face à une rude concurrence pour les subventions et travaillent donc dur pour identifier des partenaires efficaces, ce n’est pas toujours facile, dit Michalowski. (par. 6)

Les protestations actuelles en Ukraine contre le gouvernement peuvent apparaître aujourd’hui comme le fruit d’efforts communs, ces dernières années, entre des groupes d’opposition et des ONG plus ou moins financées par les Etats-Unis, comme le démontre ce câble diplomatique. Les Etats-Unis se sont beaucoup impliqués pour obtenir un changement politique en Ukraine. Dorota Mitrus, présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie, parle notamment du rôle de sa propre ONG pour organiser par exemple « des stages et des programmes d’échange pour les fonctionnaires du gouvernement ukrainien« . Si la Pologne a joué un rôle, d’autres pays ont certainement aussi joué un rôle dans la prise de contact et le renforcement des liens avec l’opposition ukrainienne. Ce câble n’offre qu’un petit aperçu des moyens mis en oeuvre par les Etats-Unis. De la même manière, le groupe des Femen présent en Ukraine a de fortes chances d’avoir été initié et soutenu par le gouvernement américain, dans le cadre de cette stratégie de réforme en Europe de l’Est. Ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine résulte donc de tout ce qui a été entrepris par les Etats-Unis pendant ces dernières années et par les efforts multiples qui ont accompagné les nombreuses prises de décision.

A la lumière de ce document diplomatique, on peut se demander, d’une part, où s’arrêtera la stratégie de démocratisation en Europe de l’Est. Le câble diplomatique cite les pays de l’Est et le Caucase, une région qui inclut la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Est-ce que les Etats-Unis vont ainsi continuer leurs programmes de démocratisation en ciblant ces pays, qui sont tous d’anciennes républiques soviétiques? C’est probablement ce à quoi on peut s’attendre pour les prochaines années. Ce sont les derniers actes de l’histoire de la Guerre froide, où les Etats-Unis vont symboliquement aux portes de la Russie comme s’ils s’emparaient des anciens territoires qui leur avaient été confisqués pendant le communisme. Les Etats-Unis ne cherchent pas seulement à apporter la démocratie dans ces pays, ils viennent aussi chercher une partie de leur orgueil perdu dans le passé face à l’empire communiste.

D’autre part, on peut aussi se demander si les guerres en Afghanistan et en Irak n’ont pas fait également partie, ces dernières années, de cette stratégie américaine qui a consisté à mettre en place des programmes pour la démocratie dans le but de contrer la Russie et d’affaiblir sa puissance. Si les programmes de démocratisation des pays de l’Est ont eu pour objectif d’amener les anciens pays soviétiques dans la sphère d’influence américaine, est-ce que les programmes de démocratisation au Moyen-Orient ont eu le même rôle? A savoir, les Etats-Unis ont-ils cherché avec les guerres au Moyen-Orient à étendre leur influence politique et idéologique dans le monde, par crainte de voir la Russie s’emparer de certaines richesses ou bien par crainte qu’elle puisse étendre son influence politique et idéologique? Ceci semble toujours évident, que derrière tout ce que les Etats-Unis nomment « programmes de démocratisation », se cache en fait la volonté de continuer une certaine forme de Guerre froide contre la Russie — une guerre à la fois politique, idéologique et stratégique.

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/10WARSAW7_a.html