Un leader sunnite: la politique conduit à des divisions sectaires en Irak #IraqatWar

#IraqatWar

Un chef religieux sunnite a déclaré que Bagdad doit faire confiance à sa communauté et les armer afin que le groupe Etat islamique puisse être vaincu en Irak

Muneer al-Obaidi_Baghdad_IrakMuneer Hashim al-Obaidi est un chef religieux et leader de la société sunnite dans la capitale irakienne de Bagdad (MEE)

Rori Donaghy, 21 avril 2015

[…] La guerre a souvent été dépeinte comme sectaire, en raison – partiellement – du fait que le gouvernement de Bagdad était soutenu par l’Iran chiite et l’EI a exploité les plaintes de la communauté sunnite.

Cependant, Muneer, un islamiste sunnite auto-déclaré, réfute cette version et dit que le conflit est motivé par des questions politiques et a peu à voir avec les différences religieuses.

« La guerre en Irak, c’est de la politique, la fracture sunnite et chiite sert juste à couvrir cela, » dit-il.

« L’Iran utilise les chiites d’Irak pour atteindre l’objectif politique d’augmenter son pouvoir dans la région. L’EI utilise le prétexte de protéger les sunnites pour atteindre ses objectifs politiques dans l’établissement du contrôle des terres en Irak et en Syrie « .

« L’Irak fait partie d’une guerre régionale – qui pourrait même être décrite comme une guerre mondiale. Nous pouvons voir l’Occident – je veux dire les Etats-Unis et l’Europe – lutter contre la Russie et la Chine. Les Russes et les Chinois soutiennent l’Iran, alors que les Américains et les Européens soutiennent l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe « .

Bien qu’il souligne les facteurs politiques principaux du conflit, Muneer parle avec passion en disant combien il croit que les autorités dominantes chiites de Bagdad ont abusé les sunnites irakiens. Ceci, dit-il, a contribué à une désintégration complète de la confiance entre les deux communautés, permettant aux divisions sectaires de se développer alors que le pays devient de plus en plus fracturé.

Les crises actuelles qui consument l’Irak ont leurs racines dans la guerre menée par les Américains en 2003, selon Muneer, alors que beaucoup d’Irakiens sunnites n’ont pas pris part dans les gouvernements qui ont suivi l’éviction du défunt Saddam Hussein.

Lire la suite de l’article: http://www.middleeasteye.net/news/sunni-leader-says-political-conflict-driving-sectarian-divisions-iraq-1962297395

Publicités

Le lien du gouvernement saoudien aux pirates de l’air du 11 septembre

World Trade Center, le 11 septembre 2001

Extrait du Faux Drapeau du 11/9 par Philip Marshall – Chapitre 16

Cela requiert une lecture attentive d’une déclaration apparemment inoffensive à l’intérieur du rapport de la Commission du 11/9 pour se rendre compte qu’un énorme entourage du ministre de longue date des renseignements saoudiens, le prince Turki al Faisal, se trouvait à Las Vegas le 11 Septembre 2001. Niché dans le dos de ce rapport, un compte sur trois avions affrétés séparés, transportant des dizaines de Saoudiens, au départ de Las Vegas sur les vols transatlantiques de minuit qui commencent le 19 Septembre.

Nous savons maintenant que ce groupe, dont fait partie le prince Turki, avec des liens profonds à la police secrète de l’Arabie Saoudite, était à Las Vegas pendant la période où la Commission du 11/9 ne pouvait pas expliquer pourquoi tous les pirates de l’air avaient fait des voyages à Las Vegas. La liste des responsables saoudiens qui sont aux Etats-Unis le 11 septembre comprend le ministre de la Défense, le ministre des Affaires étrangères, le ministre de l’Aviation et le chef de Dallah Avco Group, en plus du Prince Turki et bien sûr du Prince Bandar, ambassadeur saoudien aux États-Unis. En outre, le responsable de deux des plus saintes mosquées de l’Arabie Saoudite est resté au même hôtel que les pirates de l’air tous-saoudiens du AA77 — au Marriott Residence Inn à Herndon, en Virginie — dans la nuit du 10 Septembre. Dans la semaine suivant l’attaque, il y a eu une douzaine de vols charters avec de hauts responsables saoudiens qui ont quitté Las Vegas, Newark, Boston et Washington, toutes les villes, soit dit en passant, avec des liens directs aux détournements des avions. Au 24 septembre 2001, ils étaient tous rentrés chez eux.

L’Observer britannique a rapporté que le très redouté prince Turki al Faisal avait eu une relation longue et mutuellement hostile avec Oussama Ben Laden. Turki, avec des relations américaines (il allait devenir l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, après le Prince Bandar), finançait les moudjahidines de Ben Laden contre les Soviétiques en Afghanistan dans les années 1980, mais le partenariat avec Ben Laden a pris fin peu après. Plus récemment, la totalité de la famille royale saoudienne est devenue la cible privilégiée d’Al-Qaïda pour leur relation avec les compagnies pétrolières américaines. D’un grand intérêt est le rapport de l’Observer selon lequel le pilote/pirate de l’air Mohammed Atta a quitté Hambourg peu de temps après avoir pris contact avec les agents de renseignement du Prince Turki au début de l’année 2000. La destination d’Atta, après une brève escale au Pakistan, était Huffman Aviation, la petite école en Floride où il a commencé sa formation de base en aviation. Il était bientôt rejoint par Jarrah et al Shehhi. Ils ont dit aux gens de Venice qu’ils étaient des gardes du corps auprès du gouvernement saoudien et qu’ils avaient besoin d’apprendre à piloter des avions.

L’entourage du prince a donné une occasion parfaite pour les raiders de faire venir dans le pays les instructeurs de vol des Boeings saoudiens qui étaient nécessaires, et de sortir après les attentats sans que personne ne les interroge. Les départs charters depuis Las Vegas étaient un quadriréacteur DC-8 pour Genève, le 19 septembre 2001, avec 69 passagers, dont 46 Saoudiens; un Boeing 727 pour l’Angleterre avec 18 Saoudiens, le 20 septembre; et le 23 septembre, un jumbo Lockheed L -1011 pour Paris. Seuls 34 passagers ont été répertoriés sur ce vol, qui avait une capacité de près de 400. Sur ce vol se trouvait le prince Turki.

Personne dans le gouvernement ne dira au juste qui a autorisé ces vols à partir sans même interroger qu’un seul des passagers soit interrogé. Prince Bandar a déclaré à Meet the Press, en septembre 2001, que le FBI a effacé les vols. Le FBI a dit qu’ils n’avaient pas effacé les vols.

Le Prince Turki et le Prince Bandar ont plus de relations avec les instructeurs de vol arabophones de Boeing que n’importe qui d’autre dans le monde. Les moyens et l’opportunité de glisser les pirates de l’air au sein du Pinal Airpark ou d’autres installations en vue de la formation étaient les leurs. La raison était un événement qui change le monde. Les Saoudiens pourraient grandement bénéficier non seulement du ciblage d’Al-Qaïda, mais d’une invasion américaine de l’Irak, celle qu’ils avaient imploré après la première guerre du Golfe. Dick Cheney aurait garanti au Prince Bandar que l’Amérique allait envahir l’Irak des mois avant que quiconque ait informé le Congrès des États-Unis.

En novembre 2001, le Prince Turki a exprimé son soutien public à l’opération américaine en Afghanistan, se référant à al-Qaïda comme un « culte du mal ». En affirmant la complicité de Ben Laden dans les attentats, il aiderait à « lancer l’assaut » du monde contre son pire ennemi, un ennemi qui a fait plusieurs tentatives d’assassinat contre la famille royale saoudienne. À l’hiver 1998, trois valises enfouies avaient été retrouvées en Arabie Saoudite contenant neuf missiles antichars Sagger. Les Saoudiens ont appris qu’Al-Qaïda avait l’intention de les utiliser contre la famille royale. L’ancien directeur du FBI Louis Freeh a déclaré au New Yorker, « D’où je me tiens et de ce que je savais… Al-Qaïda était plus une menace pour l’Arabie saoudite que pour les États-Unis, et toute la visée d’Oussama Ben Laden était le renversement de la famille royale et d’obtenir la sortie des forces américaines de l’Arabie Saoudite ».

Source: http://thebigbamboozle.tumblr.com/post/40938835223/saudi-government-connection-to-9-11-hijackers

Les liens du Prince al Faisal et de Ben Laden dans les articles du Guardian (Observer):

Un représentant saoudien au Royaume-Uni lié au 11/9: http://www.theguardian.com/world/2003/mar/02/september11.politics

Les liens de Ben Laden à l’ambassadeur saoudien: http://www.theguardian.com/uk/2002/oct/19/alqaida.september11