Quand Efraim Halevy, ancien directeur du Mossad, répondait aux questions sur les combattants rebelles syriens traités dans des hôpitaux israéliens

 

capture-decran-2016-12-29-a-18-17-01Une vidéo mise en ligne sur youtube en juin 2016 (et qui est bien authentique) montre Efraim Halevy — « avocat et expert du renseignement israélien [qui] a été le neuvième directeur du Mossad et le 4ème chef du Conseil de sécurité nationale israélien » d’après le descriptif —, interviewé par le journaliste Mehdi Hasan de l’émission UpFront (AlJazeera, émission du 31/05/2016) qui pose en anglais la question suivante, parmi d’autres questions sur la situation en Syrie:

« Il y a eu des rapports établissant qu’Israël traite des combattants rebelles syriens blessés dans des hôpitaux à la frontière, y compris des combattants du front Nosra, qui est bien sûr la branche syrienne d’al-Qaïda. Est-ce que ces rapports vous inquiètent, qu’Israël aide des combattants blessés, alliés d’al-Qaïda?

Voici la réponse d’Efraim Halevy:

« Comme je l’ai dit avant, c’est toujours utile de traiter avec vos ennemis d’une manière humaine. Je pense que, quand on a des gens qui sont blessés, vous traitez avec eux de manière humaine, la considération de les ramener à l’intérieur n’est pas seulement de savoir si c’est politiquement utile, ou…

Le journaliste:

« C’est purement humanitaire, dites-vous. Il n’y a pas de stratégie tactique ou politique?

Efraim Halevy:

Je n’ai pas dit qu’il n’y a pas de tactique. J’ai dit que la considération principale, la considération immédiate, est humaine.

Le journaliste:

Mais les problèmes tactiques impliqués, vous savez mieux que moi l’expression du « contre-coup ». Vous ne pensez pas qu’il y aura un contre-coup contre Israël, si vous vous mettez dans le même lit que le front Nosra?

Efraim Halevy:

Je ne pense pas. Je ne pense pas qu’il y aura un contre-coup.

Le journaliste:

Pourquoi?

Efraim Halevy:

Parce que je pense, malheureusement, que les règles du jeu en Syrie sont telles que vous pouvez y faire des choses qui ne sont pas possibles ailleurs.

Le journaliste:

Traiteriez-vous aussi des combattants du Hezbollah?

Efraim Halevy:

Non.

Le journaliste:

Je ne veux pas contredire ce que vous disiez quelques minutes plus tôt, de traiter humainement vos ennemis.

Efraim Halevy:

Non, je pense que les combattants du Hezbollah, avec eux, nous avons une situation différente, car le Hezbollah a mené des actions contre nous. […] Al-Qaïda n’a pas attaqué Israël jusqu’à présent.

Le journaliste:

Ils ont attaqué votre allié n°1, protecteur et sponsor, les Etats-Unis, il y a une « guerre contre le terrorisme » depuis 15 ans.

Efraim Halevy:

Tout d’abord, quand il s’agit de combattre al-Qaïda, dans le renseignement et d’autres domaines, oui, nous sommes ensemble avec les Etats-Unis dans toutes ces choses. Mais Israël n’a pas été spécifiquement la cible d’al-Qaïda, et ainsi, c’est une situation différente de celle que nous avons avec le Hezbollah.

Le descriptif de la vidéo sur youtube comporte néanmoins une erreur, car le sous-titre dit: « Efraim Halevy a admis qu’Israël traite des combattants d’ISIS blessés dans des hôpitaux israéliens ». En fait, le nom d’ISIS (ou de l’Etat Islamique) n’est pas mentionné dans la vidéo en anglais. Le spécialiste israélien ne parle à aucun moment de l’Etat Islamique. Le nom mentionné est Nosra, allié d’al-Qaïda. Donc il y a une nuance, même si sur le fond, il s’agit bien de groupes terroristes dans les deux cas. Dans l’interview d’origine, Efraim Halevy mentionne aussi à la fin de l’interview le lien du Hezbollah à l’Iran.

Voir l’extrait de la vidéo: https://youtu.be/dDtD_Ws2Z64

Voir la vidéo intégrale: « L’ancien chef du Mossad sur l’aide médicale israélienne au front al-Nosra » http://www.aljazeera.com/programmes/upfront/2016/05/mossad-head-israel-medical-aid-al-nusra-front-160531081744269.html

D’autres interviews d’Efraim Halevy sur Al-Jazeera: http://www.aljazeera.com/Search/?q=efraim%20halevy

Syrie: L’étrange arrangement entre l’armée israélienne et les groupes terroristes http://arretsurinfo.ch/syrie-letrange-arrangement-entre-larmee-israelienne-et-les-groupes-terroristes/

Les origines de l’Etat Islamique: une responsabilité historique?

OneEurope.info, le 12 avril 2016

[Extrait de l’article]

La montée de l’Etat Islamique sur les cendres des interventions occidentales

280px-Sykes_picotL’insuffisance chronique de l’Irak et de la Syrie pour lutter efficacement contre l’Etat Islamique (ISIS) a conduit les commentateurs à les qualifier d' »États défaillants ». L’expression révèle leur incapacité à exercer le monopole de la violence au sein de leurs frontières, ainsi qu’à garder le contrôle de leur territoire et de la population. Pourtant, on a tendance à oublier à quel point le processus même de construction de la nation a été entravé dans cette région. Faire porter la responsabilité des nations occidentales pour la misère de ces pays serait très simple, et cela constituerait une insulte à l’égard de ces nations indépendantes et souveraines. Cependant, il faut reconnaître que celles-ci portent une sorte de responsabilité.

En octobre 2015, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a admis que la guerre en Irak pourrait être en partie responsable de la montée de l’Etat islamique. En fait, on peut faire valoir que les conditions nécessaires à la prospérité des mouvements terroristes dans ce pays – la faiblesse d’un État-nation et l’effondrement de ses institutions – ont été réunies depuis longtemps. Ce fut le cas en 1991, lorsque 28 pays ont décidé d’appliquer vigoureusement les 13 résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et de défendre la souveraineté du Koweït contre l’invasion de l’Irak, au coût d’environ 30 000 décès (pour la plupart des Irakiens) et la destruction d’innombrables infrastructures civiles essentielles. La fin de la guerre n’a pas mis fin aux sanctions économiques sur la quasi-totalité des ressources commerciales et financières soumises à l’Irak, des sanctions qui sont connues pour avoir eu un effet désastreux sur les populations civiles. Enfin, la guerre juridiquement débattue qui a suivi en 2003, fondée sur la fausse hypothèse que l’Irak possédait des armes de destruction massive, a achevé la destruction de la structure de commandement de l’état et la mort de plus d’une centaine de milliers de civils.

Les origines de l’Etat Islamique (ISIS) ne peuvent pas être identifiées sur un seul jour, mais plutôt en tenant compte de l’ensemble de l’histoire très troublée de la région, ce qui a créé un terrain fertile pour la montée de ce groupe terroriste qui est maintenant dans le contrôle d’un territoire et d’une population. La prise de la première ville irakienne en janvier 2014, Falloujah, a été rendue possible par une armée forte qui était équipée d’une artillerie lourde américaine; contre une très faible armée chiite, méprisée par la nouvelle majorité sunnite irakienne. Mais la vraie force de l’Etat Islamique (ISIS) réside dans son projet politique. Le califat auto-proclamé a commencé une guerre contre la civilisation occidentale qu’il tient pour responsable de tous les malheurs de la région. L’abolition de facto de la frontière entre l’Irak et la Syrie a été annoncée comme « La fin de Sykes-Picot » dans un discours qui a naturellement uni les combattants régionaux sous une bannière commune. Le premier objectif de ces recrues est de se débarrasser de la minorité régnante chiite qui a opprimé la masse. En outre, la tactique du président Bachar al-Assad pour nourrir l’instabilité de son propre pays afin d’apparaître irremplaçable (par exemple, en libérant des centaines de prisonniers extrémistes en 2011) a été fondamentale pour rendre l’idéologie politique de l’Etat Islamique (ISIS) si forte. Dans un tel contexte, il est clair que la religion est juste l’un des nombreux outils que ce mouvement terroriste utilise pour convaincre le monde qu’il mène un « choc des civilisations » moderne.

Dans les mois précédents, l’Etat Islamique (ISIS) a accumulé les défaites militaires et il a perdu une partie importante de son territoire. Néanmoins, l’Irak et la Syrie n’ont pas besoin d’une « victoire » étrangère contre un adversaire désigné. Ces pays ont besoin d’espérer en un avenir qu’ils vont seulement façonner. Le cessez-le-feu récent qui a été négocié en Syrie par l’envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura, est un pas en avant dans la fin du conflit. Mais ce qui doit être ciblé afin d’assurer une résolution efficace, ce sont les causes du succès précédent de l’Etat Islamique (ISIS). À cet égard, les anciennes puissances mandataires doivent assumer leur passé colonial et leur responsabilité, aussi bien pour surmonter leur position intéressée à la fois sur le sort de Bachar al-Assad que sur la fragmentation de la Syrie. Ce qu’ils ne peuvent pas nier, c’est le caractère irréversible de leurs actions au Moyen-Orient depuis cent ans.

Lire l’intégralité de l’article: http://one-europe.info/the-origins-of-isis-a-historical-responsibility

Une série de documentaires sur la géopolitique mondiale et les crises politiques au Moyen-Orient

WikiLeaks publie le lien sur Twitter d’une série de documentaires russes (sous-titrés en anglais) sur la géopolitique mondiale, portant entre autres sur les révolutions du monde arabe, les processus de démocratisation qui ont été soutenus par les Etats-Unis et les conséquences de ces révolutions qui ont notamment conduit à une crise des réfugiés en Syrie et l’impact que cela a pu avoir dans plusieurs pays européens.

Les vidéos sont accessibles gratuitement.

Voir la série de documentaires: http://www.liveleak.com/browse?q=world+order+eng+subs

Les entreprises de la défense militaire parlent des «avantages» de l’escalade des conflits au Moyen-Orient

The Intercept, Lee Fang, Zaid Jilani, le 4/12/15

industrie_defenseLes principales entreprises de la défense, Raytheon, Oshkosh, et Lockheed Martin ont assuré les investisseurs lors d’une conférence de Credit Suisse à West Palm Beach cette semaine qu’ils vont gagner dans l’escalade des conflits au Moyen-Orient.

Le Vice-président exécutif de Lockheed Martin, Bruce Tanner, a dit lors de la conférence que son entreprise va voir ses «avantages indirects» de la guerre en Syrie, citant la récente décision de l’armée turque d’abattre un avion de guerre russe.

L’incident, a déclaré Tanner, augmente le risque d’opérations militaires américaines dans la région, en fournissant «un ascenseur immatériel en raison de la dynamique de cet environnement et de nos produits dans le théâtre. » Il a également souligné que l’intervention russe mettrait en évidence le besoin de F-22 et de nouveaux chasseurs F-35 faits par Lockheed Martin.

Et pour les produits « consommables », comme des roquettes, Tanner a ajouté qu’il y a une demande accrue, y compris de la part des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite en raison de la guerre au Yémen.

Ecouter les remarques de Tanner à la 3ème conférence annuelle des industriels ci-dessous:
https://soundcloud.com/firstlookmedia/lockheed-martin-3rd-annual-industrial-conference-dec-2-2015

Lire la suite: https://theintercept.com/2015/12/04/defense-contractors-cite-benefits-of-escalating-conflicts-in-the-middle-east/

L’Etat Islamique (ISIS) a acheté des missiles anti-aériens en Ukraine via une cellule du Koweït

Syrie:TurquieRT, 20 novembre 2015

Le Koweït a mis à jour une cellule internationale qui a fourni à l’Etat islamique (anciennement ISIS/ISIL) des armes achetées en Ukraine, des fonds et de nouvelles recrues. Six membres ont été arrêtés, mais quatre autres, y compris des ressortissants australo-libanais, restent en fuite à l’étranger.

L’information est venue du ministère de l’Intérieur du Koweït, qui a identifié le chef du groupe comme un ressortissant libanais de 45 ans, Oussama Khayat. Le chef de file a été d’abord détenu et a donné l’information sur le reste des membres au cours des interrogatoires, a indiqué le ministère dans un communiqué.

La cellule a été impliquée dans le trafic d’armes au nom des chefs de l’État islamique en Syrie, y compris l’acquisition de systèmes portables de défense aérienne FN-6 fabriqués en Chine ainsi que d’autres armes, selon les informations fournies par Khayat.

Les détails du trafic ont révélé que les armes ont été expédiées d’abord de l’Ukraine vers la Turquie, et ensuite en contrebande vers la Syrie, d’après le communiqué cité par l’agence d’informations du Koweït KUNA.

Lors de son interrogatoire, Khayat a également admis avoir transféré de l’argent sur des comptes bancaires turcs, ainsi que d’avoir propagé la propagande d’ISIS en ligne pour obtenir de nouvelles recrues.

D’autres personnes impliquées dans la cellule étaient des syriens, un égyptien et un koweïtien. Quatre autres n’ont pas été arrêtés et sont soupçonnés d’être à l’extérieur du Koweït. Les suspects toujours en fuite comprennent deux ressortissants australo-libanais et deux ressortissants syriens.

Un des membres en charge de l’approvisionnement des terroristes avec les armes a été identifié comme un ressortissant syrien, Mohammad Abdulkarim Selem.

Les autorités du Koweït ont déclaré que la cellule a été découverte au milieu d’une vague de répression contre le terrorisme dans le pays.

Le ministère ukrainien de la Défense a publié une déclaration disant que l’Ukraine n’a rien à voir avec les provisions de munitions à l’État islamique.

«L’Ukraine n’a ni produit ni acheté les systèmes de missiles de défense aérienne FN-6 mentionnés produits en Chine et n’a pas fourni de transit pour leur réinstallation, » selon la déclaration faite par le ministère.

« Par ailleurs, ni l’armée ukrainienne, ni d’autres unités armées n’ont jamais été armées de systèmes de missiles de défense aérienne FN-6 », a-t-il ajouté.

Source: https://www.rt.com/news/322788-isis-kuwait-ukraine-weapons/

Lire aussi: « Comment des armes ukrainiennes se sont-elles retrouvées aux mains de Daesh? »

WikiLeaks révèle comment les Etats-Unis ont poursuivi de manière agressive le changement de régime en Syrie, en provoquant le début d’un bain de sang

800px-Azaz_Syria_during_the_Syrian_Civil_War_Missing_front_of_House

Le 9/10/2015, par Robert Naiman, Verso Books (extrait du livre)

Ce qui suit est le chapitre 10 des documents WikiLeaks:

Le 31 Août 2013, le président américain Barack Obama a annoncé qu’il avait l’intention de lancer une attaque militaire contre la Syrie en réponse à une attaque aux armes chimiques dans ce pays que les États-Unis ont attribué au gouvernement syrien. Obama a assuré le public américain que ce serait une action limitée uniquement destinée à punir le gouvernement Assad pour l’utilisation d’armes chimiques; l’objectif de l’action militaire américaine ne serait pas de renverser le gouvernement Assad, ni de changer l’équilibre des forces dans la guerre civile interconfessionnelle en Syrie.

L’histoire montre que la compréhension du public face à la politique étrangère des États-Unis dépend de façon cruciale de l’évaluation des motivations des responsables américains. Il est plus que probable que les responsables américains se présenteront aux yeux du public comme ayant des motivations plus nobles que ce qu’ils partagent avec d’autres en privé, et donc que si les membres du public avaient accès aux motivations partagées en privé, ils pourraient faire des évaluations différentes de la politique américaine. Ceci est la raison principale pour laquelle la publication des câbles diplomatiques américains par WikiLeaks était si importante.

Les câbles ont donné au public une ouverture récente sur les stratégies et les motivations des responsables américains telles qu’ils les ont exprimé entre eux, pas comme ils ont l’habitude de les exprimer au public. Dans le cas de la Syrie, les câbles montrent que le changement de régime avait été un objectif de longue date de la politique américaine; que les Etats-Unis ont fait la promotion du sectarisme en soutien à leur politique de changement de régime, contribuant ainsi à jeter les bases de la guerre civile interconfessionnelle et à l’effusion massive de sang que nous voyons aujourd’hui en Syrie; que les éléments clés de la politique de changement de régime par l’administration Bush sont restés en place alors même que l’administration Obama s’est tournée publiquement vers une politique d’engagement; et que le gouvernement américain était beaucoup plus intéressé par la politique étrangère du gouvernement syrien, notamment sa relation avec l’Iran, que par les droits de l’homme à l’intérieur de la Syrie.

Un câble du 13 Décembre 2006, «Influencer le SARG [Gouvernement Syrien] à la fin de 2006″, indique que, d’aussi loin que 2006 – cinq ans avant les manifestations du «Printemps arabe» en Syrie – déstabiliser le gouvernement syrien était une motivation centrale de la politique américaine. L’auteur du câble était William Roebuck, à ce moment chargé d’affaires à l’ambassade américaine à Damas. Le câble souligne les stratégies pour déstabiliser le gouvernement syrien. Dans son résumé du câble, Roebuck écrit:

Nous croyons que les faiblesses de Bachar sont dans la façon dont il choisit de réagir à des questions imminentes, à la fois dans la perception et dans la réalité, comme le conflit entre les étapes de la réforme économique (cependant limitée) et des forces corrompues, bien enracinées, la question kurde, et la menace potentielle pour le régime de la présence croissante d’extrémistes islamistes en transit. Ce câble résume notre évaluation de ces vulnérabilités et suggère qu’il peut y avoir des actions, des déclarations, et des signaux que le gouvernement US peut envoyer et qui permettront d’améliorer la probabilité de telles opportunités qui se manifestent.

Ce câble indique que l’objectif des États-Unis en Décembre 2006 a été de saper le gouvernement syrien par tous les moyens, et que ce qui importait était de savoir si l’action des États-Unis permettrait de déstabiliser le gouvernement, pas de savoir ce que pourraient être les autres impacts de l’action. En public, les Etats-Unis étaient en faveur de la réforme économique, mais en privé les États-Unis ont vu le conflit entre la réforme économique et « les forces corrompues, retranchées » comme une « opportunité ». En public, les États-Unis étaient opposés aux « extrémistes islamistes » où que ce soit; mais en privé, ils ont vu la « menace potentielle pour le régime de la présence croissante d’extrémistes islamistes en transit » comme une « opportunité » que les Etats-Unis devraient considérer dans leur champ action pour essayer de l’augmenter.

Lire la suite: http://www.truth-out.org/progressivepicks/item/33180-wikileaks-reveals-how-the-us-aggressively-pursued-regime-change-in-syria-igniting-a-bloodbath

Quand les USA fournissent des armes à Al-Qaïda (Euronews)

Le croyant: comment un introverti ayant une passion pour la religion et le football est devenu Abou Bakr al-Baghdadi, leader de l’Etat Islamique

Par William McCants, le 1er septembre 2015

320px-Mugshot_of_Abu_Bakr_al-Baghdadi,_2004Ibrahim Awad Ibrahim al-Badri est né en 1971 à Samarra, une ancienne ville irakienne sur la bordure orientale du Triangle sunnite au nord de Bagdad. Fils d’un homme pieux qui enseignait la récitation coranique dans une mosquée locale, Ibrahim lui-même en a été retiré, taciturne, et, quand il a parlé, [il était] à peine audible. Les voisins qui le connaissaient comme adolescent se souviennent de lui comme étant timide et réservé. Même quand les gens s’approchaient de lui lors des matches de football amicaux, son sport favori, il restait stoïque. Mais des photos de lui datant de ces années capturent une autre qualité: une intensité terrible dans des yeux sombres sous son épais front plissé.

Abou Bakr al-Baghdadi
Né: en Irak
Rôle: chef de l’Etat islamique
Statut: Recherché

Dès le début, le surnom d’Ibrahim était « Le Croyant ». Quand il n’était pas à l’école, il passait beaucoup de son temps à la mosquée locale, plongé dans ses études religieuses; et quand il venait à la maison à la fin de la journée, selon un de ses frères, Shamsi, il ne tardait pas à réprimander quiconque s’écartait des consignes de la loi islamique.

Maintenant, Ibrahim al-Badri est connu dans le monde en tant qu’Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’État islamique ou ISIS, et il a le pouvoir non seulement de réprimander, mais de punir et même d’exécuter toute personne dont la foi n’est pas absolue sur ses territoires. Ses partisans l’appellent le « Commandeur des Croyants », un titre réservé aux califes, les dirigeants spirituels et temporels suprêmes du vaste empire musulman du Moyen Âge. Bien que son propre royaume soit beaucoup plus petit, il règne sur des millions de sujets. Certains sont fanatiquement loyaux envers lui; beaucoup d’autres tremblent dans la crainte des conséquences sanglantes de défier sa version brutale de l’islam.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.brookings.edu/research/essays/2015/thebeliever

Gandhi au pays de l’Etat Islamique, ou comment enseigner la non-violence à des terroristes (fiction politique)

800px-Syrian_Desert_(5079168819)Gandhi reposait dans sa tombe depuis de nombreuses années… Le corps inerte de celui qui avait rêvé de la non-violence et d’une révolution pacifique dans le monde fut réveillé un jour par des cris inhumains et des prières qui venaient de tous les coins de la terre, des appels à l’aide qui demandaient que la paix revienne enfin et que l’on arrête les meurtres et les destructions. Cette chose qui empêcha Gandhi de profiter du repos éternel était appelée l’Etat Islamique. Au plus haut du ciel, montaient le bruit des bombes et la souffrance des êtres humains. Et si l’existence des anges pouvait être prouvée, alors ceux-ci étaient sans doute en train de lancer une alerte dans l’univers contre toute cette violence.

Effrayé et impuissant, Dieu convoqua Gandhi qui reposait dans sa tombe. Il lui dit: « Je te redonne la vie et je t’envoie sur terre pour aller enseigner la paix et la non-violence à l’Etat Islamique. Apprends-leur ce que tu sais. Si tu n’arrives pas à pacifier la terre, je détruirai l’humanité pour toujours, car depuis des milliers d’années j’ai essayé en vain d’améliorer l’espèce humaine, mais encore une fois, je constate mon échec millénaire. »

Gandhi prit peur. Pourquoi devrait-il aller là-bas? Tout avait changé sur terre. Le monde était bien plus cruel qu’à l’époque où il avait vécu.

Dieu lui répondit: « A quoi te sert de vivre dans l’éternité? à quoi te sert toute cette paix éternelle où tu reposes dans les nuages? tu as déjà atteint la sagesse ultime, tu as la connaissance de l’infini et la maîtrise de ce qui est juste, que veux-tu de plus? ne veux-tu pas partager avec eux la paix et l’éternité, leur ouvrir les portes du savoir, les guider vers la justice, maintenant que tu sais exactement ce que c’est? Ne veux-tu pas pacifier le monde avec tes paroles, comme tu l’as fait dans le passé? »

Gandhi comprit qu’il n’avait pas le choix face à tant d’arguments. Il fit battre ses ailes, soupira légèrement et se posa sur un nuage.

Dieu souffla sur lui. Il fit disparaître ses ailes. Il lui redonna une forme humaine. Il lui redonna un corps, il réactiva son cœur et réchauffa son sang, pour qu’il puisse redevenir comme les hommes qui vivent sur la terre. Il le fit descendre là où régnait une violence sans nom, sur ce territoire sans frontières où les armes et les bombes avaient remplacé les rires des enfants, les chants des femmes et les paroles des poètes.

Gandhi, dans un souffle divin, arriva sur terre, au milieu d’un désert syrien — sans ses livres et sans aucune idée de ce qu’il allait dire aux terroristes de l’Etat Islamique. Il se rappelait vaguement de ses discours qu’il avait prononcés il y a très longtemps, dans une autre vie, sur la non-violence. Mais il ne se souvenait plus très bien de ses discours. Peut-être que c’était mieux ainsi, car en les oubliant, cela le forçait à réinventer ses idées et à redevenir un créateur. Maintenant, comment parler à des terroristes? Qui étaient donc ces terroristes? La plupart d’entre eux furent des enfants et des êtres qui partageaient des rêves d’un monde meilleur, avant d’avoir sombré dans la folie du terrorisme. Gandhi considérait que le terrorisme était une forme de suicide, un suicide de la conscience, un renoncement à l’humanité. Et selon lui, il n’y avait que deux chemins dans la vie: celui de la violence et de la guerre qui ne mène qu’à la destruction, et celui de la paix et de la révolution pacifique qui mène à un monde meilleur. Et tandis que le chemin de la violence ne s’appuie que sur les armes et la guerre pour arriver à son but, celui de la paix avance par le dialogue, l’intelligence et la conviction des idées.

Dieu avait donné à Gandhi la capacité de comprendre parfaitement la langue arabe, pour qu’il puisse parler à tous les hommes et à tous les habitants de cette région du monde. Ainsi, Gandhi n’aurait aucun problème pour enseigner la non-violence aux terroristes de l’Etat Islamique. En même temps que son âme revenue à la vie, tous ses rêves de révolution pacifique étaient aussi revenus à la vie avec lui. Ce qui n’avait pas été possible dans le passé le serait peut-être aujourd’hui. Peut-être que le monde entier allait enfin renoncer à la violence et aux guerres, si seulement son enseignement était enfin écouté et apprécié à sa juste valeur. Et comme il était déjà mort une fois, il savait qu’il n’avait plus peur de la mort et de mourir pour ses idées.

Gandhi arriva aux portes de la ville de Raqqa. Un frisson lui parcourut les épaules. Il n’avait pourtant pas vu ces milliers d’images et de vidéos que les gens voyaient chaque jour sur Internet. Il était couvert d’un châle de couleur jaune. Il avait des lunettes et il scrutait l’horizon. Le soleil de Raqqa en Syrie lui rappelait le soleil qu’il avait vu en Inde.

Soudain, une voiture arriva pour le contrôler parce qu’il n’avait pas l’habit conventionnel. La police de l’Etat Islamique le remarqua tout de suite avec son habit indien jaune vif. Le jaune, c’était plutôt mal vu ici, surtout pour un homme. On aurait pu l’accuser d’homosexualité. Gandhi expliqua qu’il était musulman, qu’il venait de l’Inde et qu’il voulait servir la paix au nom de Dieu et qu’il venait enseigner la révolution pacifique dans le monde.

Avec ses belles paroles, Gandhi ajouta: « mais une révolution sans les armes — car on m’a confié une mission pour enseigner la paix et la non-violence à l’Etat Islamique. Je vous apprendrai comment régner avec le cœur, et non par les armes, à régner avec les idées, plutôt que par la guerre, et vous verrez qu’ainsi le monde musulman sera rassemblé dans la paix pour les années à venir, si vous faites les bons choix ». La brigade de police de l’Etat Islamique l’écoutait avec attention.

Gandhi saisit sa chance pour continuer son discours:

« Je veux vous enseigner la non-violence comme un moyen d’unifier le Moyen-Orient et de pacifier le monde musulman, car le monde musulman est déchiré depuis de trop nombreuses années; je veux vous enseigner la non-violence pour rassembler les foules et pour unir les chiites et les sunnites qui ne sont qu’un seul peuple, le peuple musulman, et je veux vous enseigner la paix comme le seul outil de la victoire, et la révolution pacifique comme le seul outil de votre volonté — et je vous enseignerai la victoire sans les armes, et je vous enseignerai la vraie justice: celle qui vient du cœur. Car la vraie justice règne sur l’intelligence des hommes, et elle n’a recours à aucune violence ni à aucun crime. Le jour où vous aurez renoncé à la violence et aux armes, vous aurez ramené la paix sur la terre et vous aurez rassemblé le monde musulman. Renoncez à la violence, et la paix reviendra sur terre en un seul jour et elle se lèvera comme un soleil sur votre pays, en réchauffant les âmes de ceux que vous avez perdus et de tous ceux que vous aimiez et qui sont morts dans les combats. La guerre, c’est le retour vers le passé. La guerre, c’est le temps disparu. La seule réalité, c’est la paix. Le seul présent, c’est celui d’un monde pacifié. »

La brigade de l’Etat Islamique l’embarqua dans la voiture et l’emmena auprès du Calife pour que Gandhi explique son charabia idéologique.

Gandhi fut très content d’avoir touché la sensibilité des terroristes et il se dit que c’était un bon début. Ça ne pouvait pas mieux commencer. Ses mots avaient touché le fond de leurs cœurs. Son discours avait changé quelque chose dans leurs regards.

Une fois devant le Calife, Gandhi dut expliquer à nouveau ses idées. Il répéta tout ce qu’il avait déjà dit auparavant, avec encore plus d’espoir et de conviction que le monde pouvait changer grâce à la non-violence. Oui, le monde pouvait changer en un seul jour. Il commença à enseigner dès le lendemain matin.

Il eut une chambre privée, avec un brigadier à l’entrée qui devait l’accompagner partout où il voulait aller et qui lui servait de guide dans la cité islamique.

Le lendemain matin, Gandhi arriva dans le bâtiment de l’université où était enseigné l’islam. On le surnomma « l’Arabe jaune », à cause de son vêtement au style particulier. Malgré les mesures sévères, il fut autorisé à porter son habit traditionnel.

Gandhi entra dans la salle de cours. Il dit aux hommes de l’Etat Islamique de sortir du bâtiment. « Nous allons étudier dehors, à la lumière du soleil: car le soleil, c’est le symbole de la vérité. Dieu est la lumière, et il est la vérité. Ainsi, toute vérité ne peut être enseignée qu’à la lumière du soleil, et non plus à l’intérieur de vos bâtiments. C’est ainsi que naîtra la vérité dans le monde. »

Et Gandhi leur dit encore, à ces hommes de l’Etat Islamique: « Tout comme Zarathoustra est, un jour, descendu parmi les hommes pour leur enseigner le surhumain, moi je descends parmi les terroristes pour vous enseigner la non-violence, c’est-à-dire que je vous enseigne à dépasser votre condition, en renonçant à tous vos instincts violents et primitifs, pour devenir des êtres supérieurs dont le seul but dans la vie sera de mener une révolution pacifique dans le monde entier. Libérez vos esprits, libérez-vous du terrorisme, libérez-vous de tout ce qui empêche vos âmes de voler vers la paix. »

« Ici, au milieu des sables du désert, là où vous avez exécuté des prisonniers et des innocents, rappelez-vous du message implacable de la vérité, de cette vérité qui règne au-dessus de vos têtes comme la lumière du soleil. »

« Personne n’est éternel sur cette terre. Le soleil brille, et la vie est notre destin. Mais au bout, chacun devra affronter la mort. Si les dictateurs ont tué vos familles, ne prenez pas exemple sur eux pour vous venger et donner la mort à votre tour. Montrez au monde que vous êtes plus intelligents que les dictateurs et que vous ne tuerez pas les populations. Ne commettez pas les mêmes erreurs que les dictateurs et les criminels de guerre: ne tuez pas, ne torturez pas, même quand il s’agit de vos ennemis.

Car le monde ne pourra être sauvé que le jour où les hommes auront renoncé à leurs instincts les plus meurtriers.

Le jour où même les terroristes les plus violents auront renoncé à tuer, alors nous vivrons dans un monde libre et pacifié. »

Gandhi parlait ainsi:

« Je suis venu vous enseigner le surhumain, l’homme qui renonce au terrorisme et à la violence. Et en chacun de vous, je vois déjà le questionnement: Qui suis-je face au terrorisme? Suis-je encore cet homme qui voulait tuer l’autre, mon voisin? Suis-je encore cet homme qui voulait se suicider et s’autodétruire, sans vouloir connaître les joies de la vie et l’avenir que Dieu m’avait réservé? Suis-je encore cet homme qui voulait disparaître de la terre et abandonner ma propre liberté? »

« Mais je vous le dis: Est-ce que le terroriste le plus dangereux de la terre ne peut pas devenir un homme pacifique voué entièrement à la paix? Pourquoi cette chose serait impossible? Pourquoi l’homme qui s’est trompé de chemin n’aurait pas le droit de revenir en arrière et de choisir le chemin de la paix? »

Et alors, les yeux de ceux qui écoutaient se levèrent. Les hommes de l’Etat Islamique commencèrent à se poser des questions. Des milliers d’entre eux étaient morts dans la souffrance, mais chacun d’eux voulait vivre, au contraire, dans un monde en paix. On leur avait enseigné la guerre. Mais pourquoi tout ce temps perdu, alors qu’on pouvait vivre en paix?

Gandhi arrivait au bout de son discours:

« Regardez tout ce que vous pouvez faire dans un monde en paix. Regardez combien vous serez plus appréciés par la population, si vous la traitez avec justice plutôt qu’en utilisant la violence et la mort contre les civils. Voyez comme ceux qui sont différents de vous peuvent aussi vous aimer, quand vous laissez vos armes sur le côté. « 

« Les peuples ont peur de vous, c’est pourquoi ils vous fuient. Or, ce n’est pas la peur que vous devez inspirer aux peuples, mais la confiance et la paix. »

« N’enfermez pas des prisonniers dans des cages pour les brûler, arrêtez de sacrifier et de torturer les peuples. Arrêtez de poser des bombes sur vos corps, car vous devez vivre et porter votre message vers le monde. Si vous renoncez à la vie, personne ne pourra défendre vos idées et vos rêves à votre place. »

« Quand vous deviendrez entièrement pacifiques, votre peuple vous suivra, et des milliers de peuples vous suivront dans le chemin de la non-violence. »

« Celui qui règne n’impose pas son pouvoir par les armes, la violence ou la mort. Celui qui règne n’a pour seule arme que sa parole qui prône la justice et la paix. Il n’y a de vérité que dans la non-violence. Et ceux qui choisissent la violence seront écartés de ce monde et ils périront dans les flammes de la guerre. Et ceux qui choisissent la paix vivront longtemps sur cette terre et ils construiront le monde de demain. Tel est l’enseignement que vous devez retenir aujourd’hui. »

kimono

CC BY-SA

La preuve des liens de la Turquie et de l’Etat Islamique (ISIS) | L’objectif de la Turquie est de détruire les Kurdes (pas seulement les Kurdes du PKK)

Syrie:Turquie

Undercoverinfo, posté le 28 juillet 2015

La preuve d’une alliance informelle entre la Turquie et l’Etat Islamique (ISIS) constitue la toile de fond de l’escalade des raids aériens et terrestres contre les Kurdes. L’objectif de la Turquie est de saisir le territoire kurde en créant une zone dite de «sécurité», d’anéantir le PKK, puis d’attaquer d’autres groupes kurdes. Les États-Unis savent depuis des mois le lien avec l’Etat Islamique (ISIS), mais ils sont prêts à l’oublier si la Turquie fournit des bases aériennes pour les Américains. Lors de la réunion de l’OTAN d’aujourd’hui, hors de portée du public ou de la presse, ces questions ont été sans doute discutées. Tout cela donne plus de poids à la suspicion que l’attentat de Suruç a été arrangé pour donner à la Turquie le prétexte de commencer une nouvelle offensive contre le PKK et une excuse pour convoquer une réunion d’urgence de l’OTAN afin de chercher son soutien à l’initiative.

Lire la suite: https://undercoverinfo.wordpress.com/2015/07/28/evidence-of-turkeys-links-to-isis-turkeys-objective-to-destroy-kurds-not-just-pkk-kurds/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives