Une étude scientifique conclut que les 3 tours du World Trade Center ont fait l’objet d’une démolition contrôlée

National_Park_Service_9-11_Statue_of_Liberty_and_WTC_fire_wikimedia

Le 11 septembre 2001, le monde a été témoin de l’effondrement total de trois gratte-ciels à structure d’acier. Depuis, scientifiques et ingénieurs ont travaillé à comprendre comment et pourquoi ces défaillances structurelles sans précédent se sont produites. (Europhysics News)

Fawkes News, 12/09/2016

Dans un silence assourdissant des médias (pas un média francophone n’en a parlé), le magazine scientifique Europhysics News a fait paraître il y a 3 semaines une étude confirmant que les 3 tours du World Trade Center ont bien fait l’objet d’une démolition contrôlée.

Lire la suite: http://fawkes-news.blogspot.fr/2016/09/enorme-une-etude-scientifique-conclue.html et http://reseauinternational.net/enorme-une-revue-scientifique-du-prestigieux-european-physical-society-demolit-la-version-officielle/

Publicités

« Nous ne devons pas confondre l’ordre international avec celui des Etats-Unis »: le ministre russe de la Défense répond à son homologue américain

RT, 12/09/2016

220px-official_portrait_of_sergey_shoigu_with_awardsLes États-Unis confondent l’ordre international avec celui qui [serait] « américain », a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, remettant en question les politiques de Washington. Cela vient en réponse aux accusations d’Ash Carter selon qui Moscou veut éroder les principes de l’ordre international.

Dans la déclaration, Choïgou a fait remarquer que de nombreuses interventions dirigées par les Etats-Unis ont, en réalité, contribué aux problèmes de sécurité que la communauté internationale doit actuellement affronter.

« Ce sont les Etats-Unis, aux côtés de leurs partenaires occidentaux, qui ont été constamment en train de détruire les fondements du monde existant, en commençant par la Bosnie, le Kosovo jusqu’à l’Irak et la Libye ».

Lire la suite: https://www.rt.com/news/359115-carter-american-order-shoigu/

Etats-Unis: malgré la publication des « 28 pages », l’implication saoudienne dans le 11 septembre est toujours dissimulée

New York Post, Paul Sperry, le 10/09/2016

National_Park_Service_9-11_Statue_of_Liberty_and_WTC_fire_wikimediaLa Maison Blanche pense que publier les « 28 pages » résumant l’implication saoudienne dans le 11 septembre a satisfait le besoin du public de savoir. Mais ne soyez pas dupe. L’histoire reste ensevelie sous plus de 100.000 pages d’autres documents, encore secrets.

Le public n’a même pas pu voir tout ce qui se trouve dans ces 28 pages (en fait, 29) longuement classifiées de l’enquête du Congrès, qui se concentrent étroitement sur les contacts d’officiels du gouvernement saoudien avec seulement deux des 15 pirates de l’air saoudiens pendant leur séjour à San Diego. L’administration Obama a censuré des informations critiques à travers le document.

En tout, il y a près de 100 révisions distinctes, allant de mots simples, tels que les noms des suspects saoudiens, aux paragraphes et à des sections entières de texte. Les censeurs d’Obama n’ont donné aucune raison pour justifier que chacune de ces informations aient dues être gardées secrètes 15 ans après les attentats, même si ces explications sont nécessaires dans le cadre des examens de déclassification.

Les 29 pages révèlent de nombreuses connections, qui se renforcent entre des officiels saoudiens et les pirates de l’air du 11 septembre. Aussi convaincantes soient-elles en les reliant ensemble en tant que co-conspirateurs, celles-ci sont simplement un résumé des documents d’enquête du FBI et de la CIA qui détaillent les éléments de preuve, y compris avec des dossiers téléphoniques et financiers, ainsi que des déclarations de témoins et d’informateurs saoudiens. Les dossiers du FBI concernant un agent présumé du renseignement saoudien et preneur en charge du pirate de l’air, Omar al-Bayoumi, correspondent à eux seuls d’après ce qui est dit à plus de 4000 pages. Ils sont censés inclure des interviews avec des représentants du gouvernement saoudien qui ont été en contact avec Bayoumi.

Les avocats des familles du 11 septembre qui poursuivent le royaume saoudien, qui ont remporté vendredi le passage au Congrès d’un projet de loi supprimant l’immunité souveraine de l’Arabie Saoudite, veulent mettre la main sur ces documents, ainsi que sur:

  • Plus de 80.000 pages de documents inédits liés à l’enquête du FBI concernant une riche famille saoudienne avec un bon réseau, à Sarasota, en Floride, qui avait « beaucoup de connections » avec des « personnes associées aux attentats terroristes du 11/09/2001, » selon un rapport du FBI de 2002.
  • Des dossiers d’enquête du FBI, toujours classifiés, d’une investigation sur des pirates de l’air basés en Virginie et au New Jersey, ainsi qu’en Arizona et dans l’Oklahoma.
  • Des documents encore secrets de la Commission du 11 septembre, y compris une interview des enquêteurs en 2003 avec le prince saoudien Bandar, dont le compte-rendu reste sous clé aux Archives nationales. (L’interview pourrait faire la lumière sur la raison pour laquelle, selon les 29 pages, Bandar a personnellement écrit des chèques à l’un des preneurs en main présumé des pirates de l’air et pourquoi un agent important d’al Qaïda capturé au Pakistan possédait un numéro de téléphone confidentiel lié à une résidence de Bandar à Aspen, ainsi que le numéro de téléphone de l’un des gardes du corps de Bandar à l’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington.)
  • Une section entière sur le rôle de l’Arabie Saoudite dans le 11 septembre qui a été effacée dans le rapport 2015 de la Commission d’examen du 11 septembre, mise en place pour évaluer la performance du FBI et de la CIA dans l’application des recommandations de la commission d’origine et pour évaluer de nouvelles preuves.
  • Le « rapport de renseignement conjoint FBI-CIA pour évaluer la nature et l’étendue du soutien du gouvernement saoudien au terrorisme », [daté de] 2005, qui reste classifié.
  • Quelques 632 pages détenues par le Département du Trésor expliquant pourquoi un organisme de bienfaisance saoudien lié à Al-Qaïda a été officiellement désigné comme une organisation terroriste étrangère.
  • Des documents et autres matériaux récupérés dans le raid du complexe d’Oussama Ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, en 2011, qui restent encore scellés.
  • Des pages révisées d’un rapport de la CIA en 2002 intitulé « Le soutien financier basé en Arabie Saoudite envers les organisations terroristes ».
  • Des documents fédéraux relatifs aux enquêtes concernant jusqu’à 70 ressortissants saoudiens ayant des pouvoirs diplomatiques saoudiens qui ont été chassés et renvoyés dans leur pays après le 11 septembre, dont la plupart travaillaient dans les bureaux des affaires islamiques de l’ambassade d’Arabie Saoudite, à Washington DC .
  • Des rapports du FBI et des notes de service du Département d’Etat détaillant la décision de refuser une nouvelle entrée aux États-Unis, en 2003, de Fahad al-Thumairy, un religieux saoudien qui travaillait au consulat saoudien à Los Angeles et dont on dit qu’il aurait agi en tant que l’homme d’avant-plan pour deux des pirates de l’air saoudiens et, en fait, aurait peut-être été au centre du réseau de soutien américain pour eux.

La Maison Blanche et Riyad espéraient que le public passerait à autre chose après la publication partielle des 29 pages.

« Maintenant que la déclassification est terminée », a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, « nous espérons poursuivre notre coopération étroite avec les Etats-Unis ». Pas si vite. Avec tant de choses encore cachées à la vue du public, la publication des 29 pages ne devrait être que le début de la transparence sur le 11 septembre, et non la fin.

Paul Sperry est l’auteur d’Infiltration: comment les espions et les [éléments] subversifs musulmans ont infiltré Washington

Source: http://nypost.com/2016/09/10/despite-28-pages-release-saudis-911-involvement-still-buried/

56 haut-fonctionnaires français complices de criminels et terroristes (Jean-Loup IZAMBERT)

Conférence de Jean-Loup IZAMBERT à Ille sur Têt le 18 décembre 2015 sur son dernier ouvrage: «56 – Tome 1: (L’État français complice de groupes criminels) », comportant 386 pages (youtube)

Des cellules dormantes de l’EI au Mexique pourraient frapper le sud des Etats-Unis

Un homme de l’EI [ISIS] arrêté et ayant fait l’objet de poursuites criminelles dans l’Ohio, ce mois-ci, a confirmé que le groupe terroriste a des cellules au Mexique, selon les autorités fédérales. Judicial Watch a rapporté cela pendant des années, en le documentant dans une série d’articles dans le cadre d’une enquête en cours sur le lien entre les cartels de drogue, la corruption et le terrorisme à la frontière sud. (youtube)

Source: https://twitter.com/PrisonPlanetTV/status/765239959447941120

« Le plan du Caliphat islamique jusqu’en 2020 »: al-Qaïda est à l’origine de l’idée d’un Etat Islamique

WND, par Pamela Geller, le 15 mars 2015

De retour en 2005, le journaliste jordanien Fouad Hussein a publié le manifeste d’al-Qaïda. Dans son livre, il a présenté le plan en sept points d’al-Qaïda sur une période de 20 ans: « Un califat islamique en sept étapes faciles ». Dix ans plus tard, nous pouvons voir comment al-Qaïda et d’autres groupes djihadistes islamiques ont suivi ce plan à la lettre – avec un succès remarquable, grâce à la faiblesse, l’ignorance délibérée et l’irresponsabilité des dirigeants occidentaux.

Le journaliste Yassin Musharbash a écrit à propos de Hussein et de son livre, dans le journal allemand Der Spiegel, le 12 août 2005, dans un article intitulé « L’avenir du terrorisme. Ce que veut vraiment al-Qaida », Musharbash a écrit: « Ce que ce petit homme mince a signalé n’est rien de moins que le plan d’action du réseau terroriste le plus dangereux du monde: la stratégie d’al-Qaida pour les deux prochaines décennies. Il est à la fois effrayant et absurde, un plan fou conçu par des fanatiques qui vivent dans leur propre monde. « 

Der Spiegel semble rire du plan de cet article. Mais à le lire maintenant – 10 ans plus tard. Qui [en] rit maintenant? Du 11 septembre à « l’éveil », l’accent mis sur la Syrie, le renversement des régimes arabes laïques, la déclaration du Califat – tout y est. L’article le déclare « inapplicable » à l’époque – ainsi qu' »à la fois effrayant et absurde, un plan fou ».

islamic-caliphate-1-1024x576-1

Matar Matar, Syrian Times, 26/01/2014 [extrait]

En sept étapes, le réseau terroriste espère établir un califat islamique que l’Occident sera alors trop faible pour combattre.

La première phase connue comme « l’éveil », cela a déjà été réalisé et aurait duré de l’an 2000 à 2003, ou plus précisément depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001 à New York jusqu’à la chute de Bagdad en 2003. Le but des attentats du 9/11 était de provoquer les Etats-Unis en les poussant à déclarer la guerre au monde islamique et ainsi provoquant le « réveil » des musulmans. « La première étape a été jugée par les stratèges et les cerveaux d’al-Qaïda comme un grand succès », écrit Hussein. « Le champ de bataille a été ouvert et les Américains et leurs alliés sont devenus une cible plus proche et plus facile ». Le réseau terroriste est également signalé comme étant convaincu que son message peut maintenant être entendu « partout ».

La deuxième étape, « ouvrir les yeux », est, selon la définition de Hussein, la période où nous sommes maintenant et devrait durer jusqu’en 2006. Hussein affirme que les terroristes espèrent faire en sorte que la conspiration occidentale devienne consciente à  la « communauté islamique ». Hussein croit que c’est une étape dans laquelle Al-Qaïda veut que l’organisation se développe en un mouvement. Le réseau compte sur le recrutement de jeunes hommes au cours de cette période. L’Irak doit devenir le centre de toutes les opérations mondiales, avec une «armée» mise en place là-bas et des bases établies dans d’autres Etats arabes.

La troisième étape. Celle-ci est décrite comme « la montée et le soulèvement » et devrait durer de 2007 à 2010. « Il y aura un accent mis sur la Syrie », prophétise Hussein, d’après ce que ses sources lui ont raconté. Les cadres du combat sont censés être déjà préparés et certains sont en Irak. Des attaques contre la Turquie et – encore plus explosives – en Israël, sont prévues. Les cerveaux d’Al-Qaïda espèrent que les attaques contre Israël aideront le groupe terroriste à devenir une organisation reconnue. L’auteur estime également que les pays voisins de l’Irak, comme la Jordanie, sont également en danger.

La quatrième étape, entre 2010 et 2013, Hussein écrit qu’al-Qaïda aura pour but de provoquer l’effondrement des gouvernements arabes détestés. L’estimation est que « la perte rampante de la puissance des régimes conduira à une croissance régulière de la force au sein d’Al-Qaïda ». Dans le même temps, les attaques seront menées contre les fournisseurs de pétrole et l’économie américaine sera ciblée en utilisant le cyber-terrorisme.

La cinquième étape, ce sera le point où un Etat islamique, ou Califat, peuvent être déclarés. Le plan est que, à ce moment, entre 2013 et 2016, l’influence occidentale dans le monde islamique sera donc réduite et Israël tellement affaibli, que la résistance ne sera pas à craindre. Al-Qaïda espère que, d’ici là, l’Etat islamique sera en mesure d’apporter un nouvel ordre mondial.

La sixième étape, Hussein croit qu’à partir de 2016, il y aura une période de « confrontation totale ». Dès que le califat a été déclaré « armée islamique », il attisera la « lutte entre les croyants et les non-croyants », qui a été si souvent prédite par Oussama ben Laden.

La septième étape, cette dernière étape est décrite comme la « victoire définitive ». Hussein écrit que, dans les yeux des terroristes, parce que le reste du monde sera donc battu par les « un demi-milliard de musulmans, » le califat aura sans aucun doute réussi. Cette étape devrait être achevée d’ici 2020, bien que la guerre ne dure pas plus de deux ans.

Lire l’intégralité des articles: https://counterjihadreport.com/blueprint-for-islamic-caliphate-by-2020/ et http://thesyriantimes.com/2014/06/26/islamic-caliphate-birth-after-long-pregnancy/

Julian Assange s’exprime sur l’affaire Lafarge, Hillary Clinton, l’Etat Islamique, la Libye et la Syrie

Autre extrait de l’interview:

L’Etat Islamique pourrait utiliser des drones pour mener des attaques terroristes au Royaume-Uni

Standard.co.uk, Jamie Micklethwaite, le 28/07/2016

drone-packagedeliveryLes terroristes pourraient commettre des atrocités au Royaume-Uni en utilisant des drones armés d’explosifs, selon un expert de sécurité de premier plan.

L’ancien chef de la Marine, l’amiral Lord West of Spithead, a demandé des garanties plus strictes sur les appareils après que les ministres ont confirmé que l’Etat islamique les a armés d’explosifs.

Les Affaires Etrangères ont confirmé aujourd’hui qu’elles avaient la preuve que l’EI adaptait largement les drones commerciaux disponibles pour transporter des explosifs au Moyen-Orient, ainsi que pour les utiliser à des fins de surveillance et de propagande.

L’ancien ministre de la sécurité, l’amiral Lord West, a déclaré que si le groupe terroriste utilisait la technologie dans ses bastions, il était susceptible d’utiliser des drones en Occident.

Il a mis en garde: « Je ne pense pas que notre contrôle des drones soit aussi rigoureux qu’il devrait l’être ».

Lire l’intégralité de l’article: http://www.standard.co.uk/news/uk/isis-could-use-drones-to-carry-out-terror-attacks-in-uk-a3306741.html source: https://twitter.com/mestrate/status/758680557777784832

Les liens saoudiens au 11 septembre détaillés dans des documents supprimés depuis 2002

The Intercept, par Murtaza Hussain, 16/07/2016

National_Park_Service_9-11_Statue_of_Liberty_and_WTC_fire_wikiAprès des années de querelles politiques, la section supprimée d’un rapport du Congrès datant de 2002 qui a détaillé les liens possibles entre le gouvernement saoudien et les attaques terroristes du 11 septembre a été publié aujourd’hui. Les documents classifiés ont été la source d’une spéculation énergique pendant des années, car ils ont mis en évidence des liens présumés entre les membres de haut rang de la famille royale saoudienne et les pirates de l’air du 11 septembre.

De nombreuses personnalités politiques qui avaient déjà vu le rapport ont mené la charge appelant à sa publication, y compris l’ancien sénateur Bob Graham qui a déclaré que les 28 pages « pointent fortement en direction de l’Arabie Saoudite », et le membre du Congrès au Minnesota, Rick Nolan, qui a déclaré que les pages « confirment que la majeure partie de la rhétorique précédant l’attaque américaine sur l’Irak était terriblement fausse ».

Les pages supprimées, expurgées dans certaines parties, détaillent les preuves circonstancielles des liens entre les fonctionnaires du gouvernement saoudien, des agents du renseignement et plusieurs des pirates de l’air.

« Alors qu’aux États-Unis, certains des pirates du 11 septembre ont été en contact avec ou ont reçu une assistance de personnes qui peuvent être connectées avec le gouvernement saoudien », lit-on dans le rapport, qui ajoute que les sources du FBI croyaient qu’au moins deux de ces individus étaient des agents du renseignement saoudien.

Lire l’intégralité de l’article: https://theintercept.com/2016/07/15/saudi-ties-to-911-detailed-in-documents-suppressed-since-2002/ et https://twitter.com/theintercept/status/754114518725365760

Un « problème de l’islam » ou « une retombée de la guerre en Irak »? – débat de spécialistes sur RT après les attentats de Bruxelles

Les attentats de Bruxelles (et les attentats de Paris avant eux) mettent en évidence les dangers immenses auxquels l’Europe est confrontée avec le terrorisme. Parallèlement à ces craintes – la préoccupation que cela stimule une montée de l’islamophobie, alors que les communautés se fracturent et que le langage fort tourne à la violence. La question pour les forces de sécurité est: Quand intervenir. Les suspects de Bruxelles ont été autorisés à se déplacer sans menaces, et pourtant l’intense débat parmi les gens en ligne attire l’attention de la police.

Reza Kazım du Conseil islamique des droits de l’homme en Grande-Bretagne et Stephen Morris du Parti démocrate anglais rejoignent RT pour discuter de cette question. (texte youtube)