Théorie du complot: A qui profite réellement le terrorisme?

terrorisme1

Cette réflexion, nous l’intitulons « théorie du complot », car il ne s’agit pas d’accuser ou de pointer une responsabilité sur qui que ce soit, mais plutôt de montrer quels pourraient être les vrais enjeux du terrorisme dans un monde parallèle. Dans un monde parallèle, où il est possible de dire que des marchands d’armes (y compris des individus, des groupes liés de près ou de loin au commerce des armes, des mafias de toute nature) auraient un intérêt économique face à la montée du terrorisme. Pourquoi ne pas se poser la question et voir les implications possibles d’une telle théorie?

L’expression « théorie du complot », trop souvent rabaissée, trop souvent perçue de manière négative, nous la considérons au contraire comme une expression positive. Par « théorie du complot », nous désignons toute démarche à caractère scientifique qui émet une hypothèse probable (parmi d’autres hypothèses), mais ne comportant pas de preuves pour appuyer cette affirmation. Le complotiste, loin d’être aveugle dans sa démarche, est plus proche, selon nous, d’un scientifique ou d’un enquêteur qui émet une hypothèse, cherche une piste, des explications, envisage des théories dans sa recherche de vérité. Avant de confirmer la vérité, il faut bien passer par des théories.

Le complotiste, tout comme un scientifique, construit sa pensée dans le doute. Il élabore des théories, se remet souvent en cause, et peut-être que, dans plusieurs années, au bout d’une longue recherche et après avoir été moqué des gens, peut-être qu’un jour il aura enfin la preuve que ce qu’il disait était vrai. Des scientifiques comme Galilée et Copernic, défendant la théorie de l’héliocentrisme, n’ont-ils pas, de leur temps, été victimes de l’opposition de tous ceux qui ne voulaient pas croire que la Terre tournait autour du Soleil? C’est bien la preuve que des esprits libres peuvent parfois avoir raison, même face à l’opposition d’une société entière, et même si cela prend parfois des siècles.

Mais pour en revenir au terrorisme, nous ne disons pas que ce schéma est une certitude. Plutôt que, dans certains pays, développés ou peu développés – cela ne fait pas de différence -, les réseaux terroristes pourraient être manipulés dans le but de servir directement ou indirectement les intérêts de l’industrie de l’armement ou d’autres groupes qui y auraient un intérêt économique. C’est une hypothèse envisageable, car ce qui est en jeu, ce sont des sommes qui correspondent à plusieurs millions, voire plusieurs milliards. La corruption existe partout dans le monde, et le terrorisme a sans doute aussi ses propres réseaux de corruption.

Première possibilité (de notre théorie du complot). Imaginons un pays pauvre, en proie au terrorisme: la déstabilisation d’un tel pays peut servir les intérêts de pays étrangers, d’industriels de l’armement, de multinationales ou encore de mafias étrangères ayant besoin d’imposer leur hégémonie sur l’économie d’un pays. Envoyant des moyens et dépensant beaucoup d’argent pour aider ce petit pays qui n’arrive pas à faire face au terrorisme, voilà que des pays ou des groupes extérieurs venus en « frères bienveillants » revendiquent au bout de plusieurs années le droit d’exploiter les richesses économiques de ce pays ravagé. Les concurrents sont balayés, l’industrie de l’armement, ou peut-être des mafias étrangères, se sont renforcées. Le pays pauvre aura bien du mal à refuser les offres de collaboration économique, pensant avoir une dette envers le ou les pays ou groupes extérieurs venu(s) l’aider à sortir du terrorisme.

Deuxième possibilité (de notre théorie du complot). Imaginons un pays, riche ou pauvre, en proie au terrorisme. Le pays, n’ayant plus connu de guerres pendant un certain temps, commence par diminuer les budgets de la défense. Les industriels de l’armement ne voient pas cela d’un bon oeil. L’un d’eux, qui sera plus motivé par le gain économique que par l’idée qu’un pays puisse vivre en paix, entre secrètement en contact avec des réseaux terroristes. Il donne beaucoup d’argent. On leur dit de commettre des attentats au nom d’une cause religieuse, politique, etc. Les recrues obéissent et commettent l’irréparable. Le pays ne peut plus désormais diminuer ses budgets de la défense, il va devoir réinvestir de l’argent dans du matériel militaire et des technologies de surveillance. Le débat sur le terrorisme envahit la société.

Quand un attentat se produit, les médias parlent du nombre des victimes, des revendications, etc. Mais au-delà de ça, il y a beaucoup d’autres questions. Des marchands d’armes, des sociétés et des individus liés au commerce des armes, ainsi que des mafias, il y en a beaucoup dans le monde. Sans les guerres, sans le terrorisme, sans les attentats, il n’y aurait plus besoin d’investir dans l’armement et la société pourrait se tourner vers d’autres objectifs liés à l’éducation et au progrès social. Plus il y a de guerres et de terrorisme, plus on a l’impression que le monde se tourne vers son passé, au lieu de se projeter vers l’avenir.

Texte et image CC-BY-SA

Les musulmans qui s’engagent dans le terrorisme islamiste sont comparables à des victimes de mind-control

mind_wikiLe mind-control, ou contrôle de la pensée, « est une théorie scientifique controversée selon laquelle les sujets humains peuvent être endoctrinés d’une manière qui cause « une altération de l’autonomie, une incapacité à penser indépendamment, et une perturbation des croyances et des affiliations. Dans ce contexte, le lavage de cerveau se réfère à la rééducation involontaire des croyances et des valeurs fondamentales » (wikipedia). Parler de mind-control dans le cas du terrorisme est tout à fait justifié, puisque l’individu qui commet un acte terroriste a toujours été victime d’un endoctrinement préalable qui le conduit à « une altération de l’autonomie, une incapacité à penser indépendamment » et que, dans d’autre cas, cet individu a aussi subi des tortures physiques ou psychiques pour accomplir un acte terroriste, ou même reçu des drogues qui ont « pour effet de limiter les capacités cognitives et discriminantes du sujet » (wikipedia). Le documentaire de Michael Tsarion évoque le mind-control comme remontant à des époques anciennes, comme la secte des Assassins qui, selon lui, est un culte basé sur l’utilisation du haschisch qui faisait disparaître chez les combattants tout sentiment de peur face à la mort.

Dans le phénomène du terrorisme radical, pour en revenir à l’époque moderne et à ce qui a pu être expérimenté par certains régimes totalitaires à partir du 20ème siècle, on retrouve dans le terrorisme actuel les mêmes techniques employées par les programmes secrets de mind-control, notamment le lavage de cerveau, la propagande, la torture et l’utilisation des drogues.

  • Pour ce qui est du lavage de cerveau, dont le but est « de supprimer la capacité d’analyse » (wikipedia), il apparaît évident à travers l’endoctrinement des individus. L’endoctrinement peut être rendu possible par le contact avec des recruteurs jihadistes, comme cela a été révélé dans les médias pour certains auteurs d’attentats, mais cela peut être aussi rendu possible à travers un endoctrinement des enfants et des adolescents, par exemple dans des écoles coraniques. En septembre 2016, on découvre qu’une mosquée en France « abritait en toute illégalité une école coranique » où « il y avait des risques d’endoctrinement » (FranceTVinfo). Mais la situation est bien plus dangereuse dans d’autres pays. On apprend, par exemple, au Pakistan, l’existence d’une école coranique où « la moitié des ministres et des commandants talibans ont été ses élèves » (Courrier Int., 01/10/2003). L’article n’est pas tout récent, mais cela montre bien les dangers et l’étendue que peut prendre l’endoctrinement, un endoctrinement fondé sur la propagande, comme dans le cas des enfants utilisés comme « bourreaux » par l’Etat Islamique (L’Express, 17/05/2016).
  • Pour ce qui est de la propagande, le terrorisme y a recours dans une même perspective de contrôle de l’esprit, ou mind-control, mais dans une dimension plus collective. Alors que l’endoctrinement vise des individus, la propagande s’adresse à des populations entières « en influençant et en modifiant l’attitude d’une population à l’égard d’une cause, d’une position ou d’un agenda politique précis » (wikipedia). Il peut y avoir un objectif de semer la peur au sein d’une population, ou bien un objectif de recrutement en incitant de jeunes européens à rejoindre les rangs de l’EI, en utilisant « des codes familiers aux Occidentaux » (L’Express, 02/10/2014) selon l’analyse d’un politologue et postant des selfies avec des chats. Cette propagande renforce le phénomène de mind-control et elle se propage d’autant plus facilement que nous vivons dans des sociétés connectées en permanence à Internet et aux réseaux sociaux.
  • Pour ce qui est de la torture, celle-ci a largement été utilisée par les groupes terroristes pour contrôler et faire peur à la population, que ce soit à l’égard des prisonniers, des otages, ou même utilisée contre les « déserteurs » de ces groupes terroristes (Sputnik News, 11/05/2016). Le contrôle mental repose ici sur le phénomène de peur et de dissuasion, en montrant le sort réservé à ceux qui désertent un groupe terroriste. La torture est subie par des individus, mais a une dimension collective, car elle a pour but de mieux contrôler le reste de la population ou le reste du groupe terroriste. La torture est un outil de mind-control à part entière.
  • Pour ce qui est de l’utilisation de drogues, il apparaît que « le Captagon, drogue euphorisante, voire déshumanisante, apparaît être de plus en plus utilisée dans les rangs des jihadistes et des candidats aux attentats-suicides » a été retrouvé « dans différents lieux où ont habité Salah Abdeslam […] et certains de ses complices » et dont les assaillants du Bataclan semblaient également présenter les symptômes (RFI, 17/11/2015). Si l’on ne peut nier qu’un terroriste soit un criminel quand il tue d’autres individus, il faudrait parallèlement dire qu’il est aussi dans certains cas victime de mind-control, si le fait qu’il ait agi de manière déshumanisée et sans peur de la mort a été préalablement conditionné, par exemple, par l’usage d’une drogue administrée volontairement et parfois sans qu’il ait lui-même eu conscience de l’administration de cette drogue. Cela change la nature du problème. Ce n’est plus seulement un problème de terrorisme, c’est un problème plus large qui concerne aussi la manipulation de ces individus, des actes qui n’auraient peut-être pas été commis sans l’effet de ces drogues. De la même manière, l’usage de la méfloquine sur des prisonniers de Guantanamo a été dénoncé sur des forums complotistes comme pouvant relever d’une expérimentation de mind-control, la méfloquine ayant « des effets qui vont de la dépression et l’anxiété, à la psychose et même au suicide » (AlJazeera, 20/08/2013)

Si des musulmans engagés dans le terrorisme sont directement ou indirectement victimes de mind-control, l’émancipation est toujours possible en revenant justement à ces « croyances et valeurs fondamentales » qui ont été détruites dans l’esprit de ces personnes. Les valeurs fondamentales, ce sont ces valeurs avec lesquelles l’individu a grandi et qui peuvent être, par exemple, les croyances religieuses. La valeur fondamentale d’une religion, c’est la vie. Toutes les mythologies et les religions se fondent sur les origines de la vie et donnent un sens à l’existence du monde. C’est pourquoi tout mouvement terroriste qui se réclame d’une religion est en contradiction avec cette valeur fondamentale qui prône la vie. Des terroristes qui revendiquent la mort des victimes d’un attentat, par exemple, ont rompu avec cette valeur fondamentale qui accordait la plus grande importance à la vie. Ce n’est pas ce qui leur a été inculqué depuis leur enfance, donc à ce stade, il y a bien eu une altération de leur pensée, pour qu’ils arrivent à un stade où la mort est devenue pour eux plus importante que le phénomène de la vie. C’est un stade où ils ne discernent plus le bien du mal.

Pour revenir aux valeurs fondamentales, les individus engagés dans le terrorisme doivent faire la différence entre les valeurs fondamentales de vie et une idéologie qui repose sur le fondement de la mort. En tant qu’être vivant, il n’y a rien de naturel que quelqu’un soit tenté par un acte suicidaire ou souhaite se donner la mort au nom d’une cause terroriste. Vouloir sa propre mort n’a rien de naturel, car tout ce qui existe sur terre depuis des millions d’années est fait d’êtres vivants qui luttent au contraire pour vivre. Le terrorisme est placé sous le signe de la mort, il est donc à l’opposé de toutes les valeurs qui régissent la vie. Mais pour que cette distinction soit de nouveau possible, il faut arriver à émanciper ces individus de leurs pensées radicales qui sont venues se substituer à leur personnalité antérieure. Selon Noam Chomsky, « l’être humain doit être autonome et avoir l’esprit critique pour ne pas se faire manipuler » (wikipedia). Autrement dit, cette émancipation de l’esprit désigne aussi ce que l’on appelle aujourd’hui par le terme de « déradicalisation » en ce qui concerne les terroristes. La déradicalisation désigne ce fait d’émanciper l’esprit du jihadiste en lui rendant sa liberté de pensée qui avait été altérée par une manipulation ou un endoctrinement extérieurs aux valeurs fondamentales sur lesquelles s’était contruit l’individu. Le terrorisme a remplacé la valeur fondamentale de vie par la valeur fondamentale de mort. Dans cette inversion des valeurs, le terroriste ou le jihadiste dont le discernement est manipulé ne peut aller que vers son auto-destruction dans la négation la plus totale des valeurs qui régissent le vivant.

Peut-être que la déradicalisation donne l’impression d’échouer aujourd’hui en France, parce que l’on ne se questionne pas assez sur ces valeurs fondamentales. Un discours moralisateur ou des vidéos construites comme des messages publicitaires, manquant de clarté et jouant sur l’émotion, reprenant même parfois les codes de la propagande jihadiste, ne seront jamais la réponse au problème. Il faut donner à ces personnes les clés pour émanciper leur esprit et les aider à comprendre qu’il y a eu des formes de manipulation de la pensée, comparables à ce qu’ont vécu les victimes de MK-Ultra dans les programmes secrets de la CIA des années 1950 à 1970, comparables aussi à ce qui a été expérimenté par les scientifiques allemands pendant la 2ème guerre mondiale, notamment « des expériences concernant les psychotropes ainsi que les expériences cliniques sur des êtres humains in vivo » (wikipedia). Si les terroristes ou les jihadistes arrivaient à prendre suffisamment de distance pour comprendre la manipulation dont ils ont pu être victimes, peut-être que la plupart d’entre eux renonceraient au terrorisme.

CC-BY-SA

Sources:

Mind-control: https://en.wikipedia.org/wiki/Mind_control

Manipulation mentale, émancipation: https://fr.wikipedia.org/wiki/Manipulation_mentale#.C3.89mancipation

Manipulation mentale, techniques: https://fr.wikipedia.org/wiki/Manipulation_mentale#Techniques

Lavage de cerveau: https://fr.wikipedia.org/wiki/Lavage_de_cerveau

Propagande: https://en.wikipedia.org/wiki/Propaganda

Projet MK-Ultra: https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra

Contrôle de masse et futur de l’humanité, Michael Tsarion (documentaire): https://www.youtube.com/watch?v=h7POcUyTtd0

Le Captagon, la drogue des terroristes: http://www.rfi.fr/moyen-orient/20151117-attentats-captagon-drogue-terroristes-kamikaze-syrie

Un médicament contre le paludisme surdosé sur les prisonniers de Guantanamo Bay? http://america.aljazeera.com/articles/2013/8/20/powerful-drug-overusedongitmoprisoners.html

Les militants islamiques sont-ils victimes de MK-Ultra? https://forum.davidicke.com/showthread.php?t=189281

Enfants français, bourreaux de Daech: « Un défi adressé à l’Occident » http://www.lexpress.fr/actualite/societe/enfants-francais-bourreaux-de-daech-un-defi-adresse-a-l-occident_1792840.html

« Daech mise sur nos faiblesses » http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/daech-mise-sur-nos-faiblesses_1603400.html

Des dizaines de « déserteurs » enterrés vivants par Daech en Irak https://fr.sputniknews.com/international/201605111024918150-daech-deserteurs-executions/

Campagne du gouvernement français: « Stop Djihadisme » https://youtu.be/ke3i9-7kkQM

Lutte contre le terrorisme: une école coranique clandestine découverte http://www.francetvinfo.fr/france/lutte-contre-le-terrorisme-une-ecole-coranique-clandestine-decouverte_1805219.html

L’écheveau afghan. L’école coranique qui a formé les chefs fondamentalistes http://www.courrierinternational.com/article/2001/10/11/l-ecole-coranique-qui-a-forme-les-chefs-fondamentalistes

Quand Efraim Halevy, ancien directeur du Mossad, répondait aux questions sur les combattants rebelles syriens traités dans des hôpitaux israéliens

 

capture-decran-2016-12-29-a-18-17-01Une vidéo mise en ligne sur youtube en juin 2016 (et qui est bien authentique) montre Efraim Halevy — « avocat et expert du renseignement israélien [qui] a été le neuvième directeur du Mossad et le 4ème chef du Conseil de sécurité nationale israélien » d’après le descriptif —, interviewé par le journaliste Mehdi Hasan de l’émission UpFront (AlJazeera, émission du 31/05/2016) qui pose en anglais la question suivante, parmi d’autres questions sur la situation en Syrie:

« Il y a eu des rapports établissant qu’Israël traite des combattants rebelles syriens blessés dans des hôpitaux à la frontière, y compris des combattants du front Nosra, qui est bien sûr la branche syrienne d’al-Qaïda. Est-ce que ces rapports vous inquiètent, qu’Israël aide des combattants blessés, alliés d’al-Qaïda?

Voici la réponse d’Efraim Halevy:

« Comme je l’ai dit avant, c’est toujours utile de traiter avec vos ennemis d’une manière humaine. Je pense que, quand on a des gens qui sont blessés, vous traitez avec eux de manière humaine, la considération de les ramener à l’intérieur n’est pas seulement de savoir si c’est politiquement utile, ou…

Le journaliste:

« C’est purement humanitaire, dites-vous. Il n’y a pas de stratégie tactique ou politique?

Efraim Halevy:

Je n’ai pas dit qu’il n’y a pas de tactique. J’ai dit que la considération principale, la considération immédiate, est humaine.

Le journaliste:

Mais les problèmes tactiques impliqués, vous savez mieux que moi l’expression du « contre-coup ». Vous ne pensez pas qu’il y aura un contre-coup contre Israël, si vous vous mettez dans le même lit que le front Nosra?

Efraim Halevy:

Je ne pense pas. Je ne pense pas qu’il y aura un contre-coup.

Le journaliste:

Pourquoi?

Efraim Halevy:

Parce que je pense, malheureusement, que les règles du jeu en Syrie sont telles que vous pouvez y faire des choses qui ne sont pas possibles ailleurs.

Le journaliste:

Traiteriez-vous aussi des combattants du Hezbollah?

Efraim Halevy:

Non.

Le journaliste:

Je ne veux pas contredire ce que vous disiez quelques minutes plus tôt, de traiter humainement vos ennemis.

Efraim Halevy:

Non, je pense que les combattants du Hezbollah, avec eux, nous avons une situation différente, car le Hezbollah a mené des actions contre nous. […] Al-Qaïda n’a pas attaqué Israël jusqu’à présent.

Le journaliste:

Ils ont attaqué votre allié n°1, protecteur et sponsor, les Etats-Unis, il y a une « guerre contre le terrorisme » depuis 15 ans.

Efraim Halevy:

Tout d’abord, quand il s’agit de combattre al-Qaïda, dans le renseignement et d’autres domaines, oui, nous sommes ensemble avec les Etats-Unis dans toutes ces choses. Mais Israël n’a pas été spécifiquement la cible d’al-Qaïda, et ainsi, c’est une situation différente de celle que nous avons avec le Hezbollah.

Le descriptif de la vidéo sur youtube comporte néanmoins une erreur, car le sous-titre dit: « Efraim Halevy a admis qu’Israël traite des combattants d’ISIS blessés dans des hôpitaux israéliens ». En fait, le nom d’ISIS (ou de l’Etat Islamique) n’est pas mentionné dans la vidéo en anglais. Le spécialiste israélien ne parle à aucun moment de l’Etat Islamique. Le nom mentionné est Nosra, allié d’al-Qaïda. Donc il y a une nuance, même si sur le fond, il s’agit bien de groupes terroristes dans les deux cas. Dans l’interview d’origine, Efraim Halevy mentionne aussi à la fin de l’interview le lien du Hezbollah à l’Iran.

Voir l’extrait de la vidéo: https://youtu.be/dDtD_Ws2Z64

Voir la vidéo intégrale: « L’ancien chef du Mossad sur l’aide médicale israélienne au front al-Nosra » http://www.aljazeera.com/programmes/upfront/2016/05/mossad-head-israel-medical-aid-al-nusra-front-160531081744269.html

D’autres interviews d’Efraim Halevy sur Al-Jazeera: http://www.aljazeera.com/Search/?q=efraim%20halevy

Syrie: L’étrange arrangement entre l’armée israélienne et les groupes terroristes http://arretsurinfo.ch/syrie-letrange-arrangement-entre-larmee-israelienne-et-les-groupes-terroristes/

Bachar al-Assad donne un nouvel entretien sur RT (sous-titres français)

Bachar al-Assad évoque le rôle des Etats-Unis et des pays occidentaux dans la crise syrienne, parle du sort des rebelles, et donne son avis sur l’élection de Donald Trump

Turquie: WikiLeaks publie les emails du gendre d’Erdogan

220px-berat_albayrak_croppedLundi 5 décembre 2016, WikiLeaks publie une base d’archives catégoriques de 57 934 emails provenant de l’adresse email personnelle de Berat Albayrak, gendre du Président Recep Tayyip Erdoğan et ministre de l’Energie de la Turquie

Source: https://wikileaks.org/berats-box/

Communiqué: https://wikileaks.org/berats-box/article

Daesh et le pétrole : Wikileaks publie plus de 50 000 mails personnels du gendre de Recep Erdogan https://francais.rt.com/international/30185-turquie-wikileaks-erdogan-gendre-daesh

La déradicalisation terroriste en Arabie Saoudite est en fait un programme de radicalisation secrète, selon un prisonnier de Guantanamo

 Independent, Samuel Osborne, 01/12/2016

« C’est la cause d’un roi. Ce n’est pas un vrai jihad »

guantanamoLe centre de déradicalisation terroriste de l’Arabie Saoudite est en fait un « programme de radicalisation cachée », a prétendu un prisonnier de Guantanamo Bay accusé d’être un fabricant de bombes d’al-Qaïda.

Le prisonnier saoudien Ghassan Abdullah al-Sharbi a déclaré à une commission de libération conditionnelle de Gitmo: « Vous voulez me renvoyer en Arabie Saoudite, parce que vous croyez qu’il y a un programme de déradicalisation en surface, c’est vrai.

Vous avez à 100% raison, il y a un programme de radicalisation important, mais ne vous y trompez pas, en dessous il y a un programme caché de radicalisation. »

Al-Sharbi a fait ces commentaires à la Commission d’examen périodique, qui évalue si les prisonniers de Guantanamo peuvent être libérés, en juin, selon des documents récemment déclassifiés.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/saudi-arabia-terrorist-rehab-secret-hidden-radicalisation-programme-guantanamo-prisoner-claim-a7449191.html

« Le financement du terrorisme », le cas de la CIA et du Qatar (conférence-débat)

« Terrorisme, argent et services secrets : le cas de la CIA et du Qatar », par Maître Élie Hatem, Avocat à la Cour, enseignant à la Faculté Libre de Droit et d’Économie de Paris. (youtube)

Voir les autres extraits de la conférence: https://www.youtube.com/channel/UCoM2foCdexbxGoCwUA5_g-w/videos

Le débat: Arabie Saoudite-Israël, une alliance secrète? (vidéo)

27 septembre 2016

Source: http://www.presstv.ir/DetailFr/2016/09/26/486486/Le-dbat-Arabie-SaouditeIsral-Une-alliance-secrte-25-sep

Donald Trump aurait promis de rouvrir l’enquête sur le 11 septembre s’il est élu président

Donald Trump revient sur le 11 septembre et s’en prend à l’ancien président Bush dans les médias américains

World News Daily, 15/10/2015

RICHMOND, VA | Donald Trump, le grand favori 2016 du GOP [Parti Républicain], a mené sa campagne à Henrico County mercredi soir [14 octobre 2015], où il a fait une déclaration inattendue après avoir répondu à une série de questions de la foule.

Pressé sur le sujet des attaques terroristes du 11 septembre 2001 et sur ce qu’il ferait pour empêcher qu’une telle chose ne se reproduise, le candidat présidentiel connu pour ses réponses effrontées a créé une surprise complète chez ses partisans.

« Tout d’abord, l’enquête initiale sur le 11 septembre est un désordre total et elle doit être rouverte » a-t-il dit à la foule de partisans. « Comment deux avions font-ils tomber trois bâtiments dans la même journée? J’ai du mal à comprendre le fait que rien ne soit mentionné au sujet de la destruction du bâtiment 7 dans le document de 585 pages », a-t-il expliqué, en parlant de World Trade Center 7, qui s’est également effondré pendant les attaques du 11 septembre.

trump-tradeLe candidat controversé à la présidentielle a contesté la validité du rapport officiel de la Commission du 11 septembre, affirmant que celui-ci ne répondait pas entièrement à un certain nombre de questions et il a souligné que « les Américains méritent de savoir ce qui est arrivé »

Donald Trump a également essayé de répondre au frère du candidat présidentiel Jeb Bush et ancien président, George W. Bush, sans mentionner pleinement son nom.

« Pourquoi l’administration à ce moment n’a pas pris des moyens légaux contre l’Arabie Saoudite? Les 19 pirates de l’air n’étaient-ils pas de l’Arabie Saoudite? » a-t-il demandé à haute voix. « Les Américains méritent d’avoir des réponses et je voudrais vraiment demander une nouvelle enquête pour que cette horrible tragédie ne se reproduise plus », a-t-il dit à la foule sous un tonnerre d’applaudissements.

Source: http://worldnewsdailyreport.com/donald-trump-promises-to-reopen-911-investigation-if-elected/

Donald Trump évoque l’implication possible de l’Arabie Saoudite dans le 11 septembre: https://youtu.be/Gdqd8l9R95k?t=5m30s

Donald Trump au sujet des attentats du 11 septembre: « Le WTC a toujours été connu comme un bâtiment très solide »

Donald Trump demande comment un avion a pu traverser l’acier de la structure du WTC

Dans cet enregistrement audio, Donald Trump répond à une question et fait part d’une visite qu’il a fait quelques jours après les attentats du 11 septembre 2001. Accompagné d’un ingénieur qui avait participé à la construction du bâtiment, il n’a pu que constater:

« Le World Trade Center a toujours été connu comme un bâtiment très solide. […] Je n’ai pas pu le croire, le bâtiment se tenait solide, et la moitié des colonnes ont été soufflées, c’était un bâtiment incroyablement puissant ». […] Je n’ai pas pu y croire, car il y avait des trous dans l’acier. Comment un avion pourrait faire des trous dans l’acier? […] Je pense qu’ils n’avaient pas seulement un avion, mais des bombes qui ont explosé de manière simultanée. […] Ce bâtiment avait été construit avec l’acier à l’extérieur, qui est la structure la plus solide qu’on peut avoir. […] Je pense juste qu’ils avaient des avions avec bien plus que de l’essence ».

Donald Trump avait du mal à croire à l’étendue des dégâts sur l’un des bâtiments les plus solides des Etats-Unis.