Le documentaire « Project X » sur le bâtiment ultra-secret de la NSA à Manhattan est en ligne gratuitement

Fieldofvision.org, Laura Poitras et Henrik Moltke

Un manuel top-secret emmène les téléspectateurs vers un voyage clandestin à Titanpointe, le site d’un partenariat caché. Raconté par Rami Malek et Michelle Williams, et basé sur les documents classifiés de la NSA, Project X révèle le fonctionnement interne d’un gratte-ciel sans fenêtre dans le centre de Manhattan.

Ce film est le produit d’un projet de reportage commun entre Field of Vision et The Intercept.

Voir le documentaire: https://fieldofvision.org/project-x

Publicités

Les documents Snowden révèlent que les USA utilisent une base secrète au Royaume-Uni pour le programme d’assassinats ciblés

echelon07_02-001-800x451La base d’espionnage de Menwith Hill, près de Harrogate dans le North Yorkshire, en Angleterre, est la plus grande station de surveillance électronique du monde.

MintPress, Lauren McCauley, 06/09/2016

Des documents récemment divulgués par Edward Snowden et rapportés par The Intercept détaillent le fonctionnement interne de la plus grande base d’outre-mer de la NSA, Menwith Hill.

Dans un exposé accablant publié lundi, le journaliste de The Intercept, Ryan Gallagher, plonge dans les rouages internes de la base étrangère la plus grande de la National Security Agency (NSA), Menwith Hill Station au Royaume-Uni, et révèle des preuves concrètes que le gouvernement britannique est complice dans le programme d’assassinats ciblés des Etats-Unis.

Citant des documents top-secrets obtenus du lanceur d’alerte de la NSA, Edward Snowden, Gallagher rapporte que « Les fichiers révèlent pour la première fois comment la NSA a utilisé la base britannique pour aider ‘un nombre significatif d’opérations capture-assassinat’ à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, alimentés par une technologie d’écoute puissante ».

Lire l’intégralité de l’article: https://www.mintpressnews.com/snowden-files-reveal-us-using-secretive-uk-base-targeted-killing-program/220114/

Le gouvernement américain a marqué un journaliste éminent d’Al-Jazeera comme « membre d’Al-Qaïda »

Ahmad Muaffaq Zaidan_al_jazeera

The Intercept, le 8/05/2015, Par Cora Currier, Glenn Greenwald, and Andrew Fishman

Le gouvernement américain a marqué un éminent journaliste comme membre d’Al-Qaïda et l’a placé sur une liste de surveillance de terroristes présumés, selon un document top-secret qui détaille les efforts de renseignement pour suivre les courriers d’Al-Qaïda en analysant les métadonnées.

Le briefing décrit Ahmad Muaffaq Zaidan, chef du bureau d’Al Jazeera de longue date à Islamabad, comme membre du groupe terroriste. Ressortissant syrien, Zaidan a porté ses reportages au long de sa carrière sur les talibans et Al-Qaïda, et a mené plusieurs entretiens de haut niveau avec les principaux leaders d’Al-Qaïda, y compris Oussama ben Laden.

Un diaporama de Juin 2012 à partir d’une présentation PowerPoint de la Nationak Security Agency porte sa photo, son nom et un numéro d’identification de la liste de surveillance du terrorisme, et l’étiquette « membre d’Al-Qaïda », ainsi que des Frères musulmans. Il note également qu’il « travaille pour Al Jazeera. »

La présentation était parmi les documents fournis par le lanceur d’alerte de la NSA, Edward Snowden.

Dans un bref entretien téléphonique avec The Intercept, Zaidan a «absolument» nié être un membre d’Al-Qaïda ou des Frères musulmans. Dans une déclaration fournie par Al Jazeera, Zaidan a noté que sa carrière a couvert de nombreuses années de travail dangereux en Afghanistan et au Pakistan, et a exigé de faire des interviews de personnes clés dans la région – une partie normale du travail de tout journaliste.

Lire l’intégralité de l’article: https://firstlook.org/theintercept/2015/05/08/u-s-government-designated-prominent-al-jazeera-journalist-al-qaeda-member-put-watch-list/

Des secrets fondamentaux exposés: la NSA a utilisé des agents infiltrés dans des compagnies étrangères

nsa-agents

RT, 11 octobre 2014

Pour infiltrer des réseaux étrangers et avoir accès à des systèmes sensibles, la NSA a utilisé la tactique de la «subversion physique» – le déploiement d’agents infiltrés dans des compagnies chinoises, allemandes, sud-coréennes et peut-être même américaines, rapporte The Intercept.

Lire la suite: http://rt.com/news/195068-nsa-undercover-foreign-agents/

Fichiers divulgués: une société allemande d’espionnage a aidé le Bahreïn à pirater des manifestants du printemps arabe

The Intercept, Par Cora Currier et Morgan Marquis-Boire, 7 août 2014

bahrain_658Une entreprise notoire de technologie de surveillance qui aide les gouvernements à travers le monde à espionner leurs citoyens a vendu un logiciel pour le Bahreïn au cours de la réponse brutale de ce pays au mouvement du printemps arabe, selon des documents internes divulgués cette semaine sur Internet.

Les documents montrent que FinFisher, une société de surveillance allemande, a aidé le Bahreïn à installer des logiciels espions sur 77 ordinateurs, y compris ceux appartenant à des avocats défenseurs des droits de l’homme et un chef de file de l’opposition désormais emprisonné, entre 2010 et 2012, une période qui inclut la répression du Bahreïn sur les manifestants pro-démocratie.
Le logiciel de FinFisher donne aux espions à distance un accès total aux ordinateurs infectés. Certains des ordinateurs qui ont été espionnés semblent avoir été localisés aux États-Unis et au Royaume-Uni, selon un rapport de Bahreïn Watch.

Lire la suite: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/07/leaked-files-german-spy-company-helped-bahrain-track-arab-spring-protesters/

La relation de renseignement de la NSA avec Israël (document)

NSA:IsraelUn nouveau document top secret de la NSA, en date du 13 Avril 2013 et publié aujourd’hui par The Intercept, raconte que la « NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure avec l’Unité nationale israélienne SIGINT (ISNU) qui consiste au partage d’informations sur l’accès, l’interception, le ciblage, la langue, l’analyse et le reporting ».

Source: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Consulter le document: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/08/03/nsa-intelligence-relationship-israel

The Intercept publie un accord secret passé entre les Etats-Unis et Israël en 1999

Accord secret US:IsraelLa coopération entre la NSA et l’ISNU a commencé il y a des décennies. Un accord top secret entre les deux agences datant de Juillet 1999 rappelle que le premier accord formel de partage du renseignement a été conclu en 1968 entre le président américain Lyndon Johnson et le Premier ministre israélien Levi Eshkol, et a commencé de manière informelle dans les années 1950. Mais la relation a rapidement augmenté dans la dernière décennie.

Source: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Consulter le document: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/08/03/israel-us-1999-agreement/

Relations NSA/Israël dans un nouveau document d’Edward Snowden

obama-netanyahu_658

L’argent, les armes et la surveillance: les États-Unis sont une partie clé de toute attaque israélienne

Par Glenn Greenwald, le 4 août 2014

[Extrait]

Un nouveau document top secret de la NSA, en date du 13 Avril 2013 et publié aujourd’hui par The Intercept, raconte que la « NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure avec l’Unité nationale israélienne SIGINT (ISNU) qui consiste au partage d’informations sur l’accès, l’interception, le ciblage, la langue, l’analyse et le reporting ».

Plus précisément, « cette relation SIGINT a été de plus en plus le catalyseur d’une relation d’intelligence plus large entre les Etats-Unis et Israël. » En outre, les « cyber-partenariats de la NSA se sont étendus au-delà de l’ISNU pour inclure le SOD [Special Operation Division] et le Mossad du Renseignement de la Défense Israélienne. »

En vertu de cette coopération élargie, les Américains et les Israéliens travaillent ensemble pour avoir accès à des «cibles géographiques [qui] comprennent les pays d’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, le Golfe Persique, l’Asie du Sud, et les républiques islamiques de l’ex-Union soviétique. » Cela comprend également « une ligne de communications dédiées entre la NSA et l’ISNU [qui] permet l’échange de matière première, aussi bien que l’analyse quotidienne et la correspondance technique. »

La relation a fourni à Israël un large soutien à la fois pour le renseignement et la surveillance: « La partie israélienne bénéficie des avantages de l’accès géographique élargi à l’expertise cryptanalytique de classe mondiale de la NSA et à l’expertise en ingénierie de SIGINT, et elle gagne aussi un accès contrôlé à la technologie et aux équipements avancés américains à travers l’achat de logements et les ventes militaires à l’étranger. « Parmi les priorités d’Israël dans la coopération sont ce que la NSA appelle le « terrorisme palestinien ».

La coopération entre la NSA et l’ISNU a commencé il y a des décennies. Un accord top secret entre les deux agences datant de Juillet 1999 rappelle que le premier accord formel de partage du renseignement a été conclu en 1968 entre le président américain Lyndon Johnson et le Premier ministre israélien Levi Eshkol, et a commencé de manière informelle dans les années 1950. Mais la relation a rapidement augmenté dans la dernière décennie.

En 2003 et 2004, les Israéliens faisaient pression sur la NSA pour accepter une relation de partage de renseignement massivement élargi appelé « Gladiator. » Dans le cadre de ce processus, Israël voulait que les Américains paient des centaines de millions de dollars pour financer les activités israéliennes. Le projet d’entente spécifique « Gladiator » ne semble jamais avoir été consommé, avorté par les exigences israéliennes qui demandaient aux Etats-Unis de porter le coût total, mais les documents dans les archives Snowden relatifs à ces négociations contiennent ce qui semble être deux recettes pour un ou plusieurs paiements de $ 500,000 en espèces à des responsables israéliens à des fins non précisées.

Lire l’intégralité de l’article: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Le nouveau partenaire de la NSA dans l’espionnage: la brutale police d’Etat de l’Arabie Saoudite

The Intercept, 25 juillet 2014

La National Security Agency a considérablement élargi, l’an dernier, ses relations de coopération avec le ministère saoudien de l’Intérieur, l’un des organismes gouvernementaux les plus répressifs et violents du monde. Un mémo top secret d’avril 2013, fourni par le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden, détaille les plans de l’agence « pour fournir un soutien analytique direct et un soutien technique » aux Saoudiens sur les questions de «sécurité interne».

Obama Saudi ArabiaPhoto: Obama et le roi Abdallah d’Arabie Saoudite en 2010

Le ministère saoudien de l’Intérieur — désigné dans le document par MOI — a été condamné pendant des années comme l’un des violateurs les plus brutaux en matière de droits de l’homme dans le monde. En 2013, le Département d’Etat américain a indiqué que les « employés du Ministère de l’Intérieur ont parfois soumis les prisonniers et les détenus à la torture et à d’autres mauvais traitements physiques », en mentionnant spécifiquement un épisode de 2011 dans lequel les agents du MOI ont prétendument « versé un liquide de nettoyage antiseptique sur [la] gorge » d’un militant des droits de l’homme. Le rapport note également l’utilisation de la surveillance invasive du MOI destinée aux dissidents politiques et religieux.

Lire la suite: https://firstlook.org/theintercept/2014/07/25/nsas-new-partner-spying-saudi-arabias-brutal-state-police/

Document d’information sur l’Arabie Saoudite: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/07/25/saudi-arabia-information-paper/

Voir aussi: Coopération entre la NSA et l’Arabie Saoudite d’après un nouveau #leaks de #Snowden (Openews.eu)

Un manuel rendu public montre comment les agences américaines mettent des millions de personnes sur la liste des « suspects de terrorisme »

watchlist-cover

Cory Doctorow, 24 juillet 2014

« Le Guide de Mise sous Surveillance » de 166 pages a été rédigé conjointement par 19 agences, et a été publié dans son intégralité sur The Intercept.

Comme Jeremy Scahill et Ryan Devereaux le soulignent dans leur analyse, le document est positivement kafkaïen, permettant aux agences de vous ajouter à la liste si vous êtes soupçonné de vous être associé avec une personne suspectée d’être soupçonnée d’être terroriste – et « terroriste » a été redéfini pour inclure « les gens qui endommagent la propriété du gouvernement », et les gens qui cherchent à « influencer la politique du gouvernement par l’intimidation ».

Ce document – et les millions de personnes qui ont été placées sous suspicion en conséquence de cela – doit son existence à l’administration Obama et à sa campagne pour préserver sa réputation en élargissant la liste des cibles de la surveillance à la suite de l’échec du complot du « kamikaze en sous-vêtements » [Complot d’Al-Qaïda: l’aspirant kamikaze travaillait pour la CIA].

Lire la suite: http://boingboing.net/2014/07/24/leaked-manual-shows-how-us-age.html