Donald Trump pourrait choisir un architecte du programme de torture de Bush pour diriger la CIA

The Intercept, Lee Fang, 11/11/2016

800px-aerial_view_of_cia_headquarters_langley_virginia_wikimediaDonald Trump pourrait choisir Jose Rodriguez, l’un des principaux architectes du programme de torture de George W. Bush, pour diriger la Central Intelligence Agency (CIA), selon un cabinet d’avocats ayant des liens étroits avec Trump.

Rodriguez, l’ancien directeur du Service national clandestin, a aidé à développer les sites noirs de la CIA, les prisons secrètes opérées dans des pays étrangers où les interrogateurs utilisaient une gamme de tactiques de torture, y compris l’utilisation du « waterboarding », une technique de simulation de noyade utilisée autrefois par les Khmers Rouges et les agents nazis pour recueillir des informations auprès des détenus.

Au moins 136 personnes ont été détenues et torturées par la CIA. Les tactiques d’interrogatoire incluaient également la nudité forcée, la privation de sommeil tout en étant verticalement enchaînés et le confinement dans une petite boîte.

Lire l’intégralité de l’article: https://theintercept.com/2016/11/11/trump-cia-torture/

Entretien avec John R. Mac Arthur sur la torture de la CIA et le rapport du sénat américain traduit en français

Etats-Unis: La CIA et la torture, Un rapport accablant.(TV5 Monde)

Entretien avec John R. MacArthur, journaliste directeur de la revue Harper’s magazine et chroniqueur au Devoir, journal canadien.

Le scandale de la torture aux Etats-Unis… Début décembre, le Sénat américain a publié un rapport qui a provoqué beaucoup d’émoi dans le pays. Les actes de torture de la CIA, après le 11 septembre, au nom de la lutte contre le terrorisme. L’agence américaine de renseignements a torturé, pendant des années, des dizaines de personnes, au mépris des lois et de toutes les conventions internationales. Le rapport est édifiant, accablant pour la CIA. Et aujourd’hui, il sort en français, aux Editions les Arènes avec une préface du John R. MacArthur. Son auteur nous parle des constats après la parution du rapport, nous explique les raisons des tortures, des auteurs et de la CIA et des enjeux. (youtube)

Rapport sur la torture de la CIA: les révélations les plus choquantes sur les techniques d’interrogatoire

Reportage sur Russia Today, 14/12/2014

Le « rapport sur la torture » dont il est question  et qui a été publié par le Sénat cette semaine contient seulement une fraction des conclusions sur la manière dont la CIA agissait pour recueillir des renseignements auprès des détenus à travers les interrogatoires. Pourtant, il contient plusieurs révélations choquantes.

Voir l’article: http://rt.com/news/213483-cia-torture-country-scandal/

La CIA n’a pas seulement torturé, elle a fait des expériences sur les êtres humains

torture_iraq_ap_img

The Nation, Lisa Hajjar, 16 décembre 2014

Recadrer les techniques d’interrogation de la CIA comme une violation de l’éthique scientifique et médicale pourrait être le meilleur moyen de parvenir à une responsabilisation.

L’expérimentation humaine a été une caractéristique essentielle du programme de torture de la CIA. La nature expérimentale des techniques d’interrogation et de détention est clairement évidente dans le résumé du rapport d’enquête [écrit] par le Comité du renseignement du Sénat, malgré les rédactions (exigées par la CIA) pour confondre les emplacements de ces laboratoires de science cruelle et les identités des auteurs.

A la barre de ce projet d’expérimentation humaine, il y avait deux psychologues embauchés par la CIA, James Mitchell et Bruce Jessen. Ils ont conçu des protocoles d’interrogatoire et de détention qu’ils ont appliqués avec d’autres aux personnes emprisonnées dans les « sites noirs » secrets de l’agence.

Lire la suite: http://www.thenation.com/article/193185/cia-didnt-just-torture-it-experimented-human-beings#

Dianne Feinstein: Les actions de la CIA, une tache sur les valeurs et l’histoire de l’Amérique

Lire le rapport du Sénat américain sur les programmes de torture de la CIA: http://edition.cnn.com/interactive/2014/12/politics/torture-report/

Le point de vue du Guardian au sujet du rapport sur la torture américaine: la honte et le déshonneur de l’Amérique

Torturer les détenus après le 11 septembre était une erreur de principe, inefficace dans la pratique, et a nui à la crédibilité de la démocratie, à la primauté de la loi et aux USA

Senator Dianne Feinstein, who said the CIA's interrogation programmes were 'morally and legally misgPhoto: La sénatrice Dianne Feinstein, qui a dit que les programmes d’interrogatoire de la CIA étaient «moralement et juridiquement erronés» et incarnent «la brutalité à l’opposé de nos valeurs en tant que nation».

The Guardian, éditorial, 9 décembre 2014

Le président Ronald Reagan a signé la convention des Nations Unies contre la torture en 1988 et les États-Unis l’ont ratifié, six ans plus tard, en 1994. Sept ans après, en 2001, les Etats-Unis ont néanmoins commencé à utiliser la torture sur une base systématique. Cette utilisation a continué pendant plusieurs années. En 2009, la pratique a été interdite par le président Obama. Mardi, l’histoire complète de la honte et du déshonneur de l’Amérique était enfin apparue au grand jour. C’est l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire d’une nation qui se considère non sans raison, à bien des égards et à certaines périodes, comme un symbole d’espoir dans le monde.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/dec/09/guardian-view-on-us-torture-report-america-shame-disgrace

Rapport du Sénat sur le programme de torture de la CIA (PDF): http://edition.cnn.com/interactive/2014/12/politics/torture-report/

Torture en Libye: Abdel Hakim Belhaj remporte le droit de poursuivre le gouvernement du Royaume-Uni au sujet de son enlèvement

Le tribunal juge que le cas d’un exilé libyen, qui a été envoyé à Tripoli et torturé, peut aller de l’avant malgré les tentatives du gouvernement pour y mettre un terme

Owen Bowcott, The Guardian, 30 Octobre 2014

Abdel Hakim BelhajAbdel Hakim Belhaj et sa femme Fatima Bouchar ont été secrètement transportés à Tripoli en 2004, où ils ont été torturés par les forces de sécurité de Kadhafi.

Un homme politique libyen qui a été enlevé dans une opération conjointe de la CIA et du MI6 a reçu une décision de la cour d’appel qui lui permet de poursuivre le gouvernement britannique pour son transfert, une décision qui établit un précédent important pour d’autres demandes.

Abdel Hakim Belhaj et son épouse marocaine, Fatima Bouchar, ont été transportés secrètement en 2004 à Tripoli, où les forces de sécurité de Mouammar Kadhafi l’ont torturé, et, comme il est supposé, les agents du renseignement britannique ont participé à son interrogatoire.

La cour d’appel a décidé jeudi que l’affaire devait aller de l’avant, malgré les tentatives du gouvernement d’y résister en raison de l ‘ »acte de la doctrine de l’Etat », arguant que les tribunaux ne pouvaient pas enquêter sur ce qui est arrivé parce que cela impliquait un État étranger.

Parlant au Guardian depuis la Libye, Belhaj, 48 ans, dit: « J’ai toujours eu la foi dans la justice britannique. La bonne décision a été prise. Je sens que je me rapproche de la réalisation de la justice dans mon cas « .

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/oct/30/abdel-hakim-belhaj-court-kidnap-mi6-cia-torture

Les groupes de défense des droits au Royaume-Uni rejettent l’enquête officielle sur les transferts de prisonniers post-11 septembre

Vue de Guantanamo

L’enquête menée par le gouvernement sur une supposée implication britannique dans la restitution et la torture sera un simulacre, disent les groupes de défense des droits

Mark Townsend, 8 novembre 2014

Les principaux groupes de défense des droits du Royaume-Uni sont sur le point de boycotter l’enquête officielle sur la participation du Royaume-Uni dans la torture et la restitution [des prisonniers] dans les années après le 11 septembre, portant gravement atteinte à l’enquête controversée.

Neuf organisations ont annoncé qu’elles ne veulent rien à voir avec l’enquête parlementaire du comité du renseignement et de la sécurité (ISC) [Intelligence and Security Committee] dans le rôle présumé du Royaume-Uni dans le mauvais traitement des détenus.

Une lettre rédigée avec conviction à l’équipe du comité d’enquête sur les allégations des détenus affirme que, malgré une hausse des préoccupations avec le gouvernement il y a plus de six mois pour savoir si sa décision d’autoriser l’ISC [Intelligence and Security Committee] à mener l’enquête était « légale ou appropriée », leurs préoccupations face à une dissimulation des institutions sont restées sans réponse.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/nov/08/british-torture-inquiry-boycotted-rights-groups?CMP=twt_gu

Physicians for Human Rights (PHR) demande une enquête fédérale sur le rôle de l’American Psychological Association dans le programme de torture de la CIA

Prisonniers de Guantanamo

Le nouveau livre de James Risen donne des preuves de collusion entre les professionnels de la santé et la CIA

New York, NY – 16/10/2014

Physicians for Human Rights (PHR) demande une enquête du ministère de la Justice enquête sur le rôle de l’American Psychological Association (APA) dans le soutien au programme de torture de la CIA. Une nouvelle preuve préjudiciable de cette relation a fait surface dans « A n’importe quel prix: la cupidité, le pouvoir, et la guerre sans fin« , le nouveau livre du journaliste lauréat du prix Pulitzer, James Risen, du New York Times.

Dans un chapitre intitulé « La guerre contre la décence », Risen détaille les preuves que l’APA a travaillé directement et secrètement avec des représentants du gouvernement des États-Unis, y compris de la CIA et de la Maison Blanche, sur sa politique d’éthique. Selon Risen, cette collusion aurait eu pour but de justifier éthiquement la participation des psychologues dans les interrogatoires et d’assurer l’assistance des psychologues dans la mise en œuvre et la légitimisation du programme de torture de l’ère Bush.

« Risen présente des preuves crédibles que l’American Psychological Association était de connivence avec l’administration Bush, afin que les compétences et les connaissances que les professionnels de la santé puissent être utilisées pour justifier la torture et les mauvais traitements des détenus », a déclaré Donna McKay, directrice exécutive de PHR. « Le ministère de la Justice doit immédiatement ouvrir une enquête afin de déterminer si l’APA et la CIA se sont engagés dans un comportement illégal lié à ce programme de torture brutale. »

Lire l’intégralité de l’article: http://physiciansforhumanrights.org/press/press-releases/phr-calls-for-federal-probe-into-american-psychological-associations-role-in-cia-torture-program.html

Exclusif: une entreprise britannique fait face à une enquête pour avoir accepté un contrat à Guantanamo

GuantanamoLe groupe de défense des droits de l’homme dit que le rôle de G4S pourrait le rendre complice des abus de la prison américaine.

The Independent, Chris Green, 31 août 2014

La société de sécurité britannique G4S a été signalée au gouvernement pour avoir accepté un contrat de plusieurs millions de livres pour servir à la base navale américaine de Guantanamo Bay, qui renferme la prison tristement célèbre pour les suspects de terrorisme.

La plus grande société de sécurité au monde a peut-être enfreint des directives internationales en signant un contrat de 70 millions de livres, en vertu duquel elle a accepté de fournir des «services d’entretien» à la prison au sud-est de Cuba, qui abrite 149 détenus non inculpés d’aucune infraction, selon les militants.

Une plainte officielle a été déposée auprès du Département des Affaires, de l’Innovation et du Savoir-faire [Department for Business, Innovation and Skills] (BIS) par le groupe de défense des droits de l’homme Reprieve, qui dit qu’en travaillant à Guantanamo Bay, le personnel de G4S « peut contribuer aux violations actuelles des droits de l’homme » qui y sont perpétrées.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/exclusive-british-company-faces-investigation-for-accepting-guantanamo-contract-9701868.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives