« La moitié des lanceurs d’alerte licenciés ou forcés à démissionner », constate le PCAW (Public Concern At Work)

Par Peter Crush, le 3 août 2015

La recherche montre que les gens qui soulèvent des préoccupations au travail sont couramment rendus victimes.

Quatre-vingt pour cent des «lanceurs d’alerte» souffrent de représailles au travail, dont 50 pour cent disent qu’ils ont été soit contraints de démissionner ou licenciés à la suite de leurs revendications, selon une étude de l’organisme caritatif Public Concern At Work (PCAW).

L’enquête sur plus de 2.000 adultes qui travaillent, a révélé que seulement 33 pour cent des employés qui se sont identifiés comme des lanceurs d’alerte ont dit qu’ils avaient reçu une réaction positive quand ils ont soulevé des préoccupations.

Cependant, dans plus de la moitié des cas (52 pour cent), les répondants ont déclaré que leur employeur avait nié ou ignoré les préoccupations soulevées.

Le responsable de la politique de PCAW, Andy Parsons, a déclaré que la responsabilité dans l’amélioration de cette situation incombe aux RH.

« Ce que cette recherche nous dit, c’est que les employeurs – autrement dit les RH – ne disposent pas des politiques et procédures en place pour gérer le lancement d’alerte correctement, » a-t-il dit. « Cela inclut le fait de savoir quels sont les meilleures politiques à suivre.. Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi, alors si les RH licencient les personnes, ils ne devraient pas le faire sans raison valable ».

Lire la suite: http://www.cipd.co.uk/pm/peoplemanagement/b/weblog/archive/2015/08/03/half-of-whistleblowers-dismissed-or-forced-to-resign-finds-pcaw.aspx

Publicités

La France, pays corrompu? (débat BFM Business)

BFM Business, 9/12/2014

Voir la 2ème partie du débat: http://www.dailymotion.com/video/x2c6or1_la-france-pays-corrompu-2-4-09-12_news

Voir la 3ème partie du débat: http://www.dailymotion.com/video/x2c6pm2_la-france-pays-corrompu-3-4-09-12_news

Voir la 4ème partie du débat: http://www.dailymotion.com/video/x2c6pny_la-france-pays-corrompu-4-4-09-12_news

Voir toutes les vidéos sur le même sujet: http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-france-pays-corrompu-14-0912-368878.html

Le discours de John F. Kennedy du 27 avril 1961, l’échec de la Baie des Cochons et la mise en garde contre l’existence des sociétés secrètes

Discours de John F. Kennedy sur les sociétés secrètes

Quelques jours après l’échec de l’invasion de la baie des Cochons à Cuba, John F. Kennedy prononce, le 27 avril 1961, un discours qui est resté célèbre et où il semble pointer les responsabilités de la presse américaine face à cet échec tant militaire, politique, que diplomatique. Il met en garde sur les responsabilités de la presse face à la « sécurité nationale » du pays, et ce n’est pas pour rien qu’il le dit, puisque l’information concernant une invasion de Cuba avait été divulguée dans la presse bien avant les événements:

« En quelque sorte, l’indication du plan a été divulgué à la presse. Le 10 janvier 1961, le New York Times a publié un article en première page sous le titre « Les U.S. aident à entraîner une force anti-castriste dans une base secrète du Guatemala. » (Source: Britannica)

Dans ce discours, John F. Kennedy évoque aussi l’existence des « sociétés secrètes ». Beaucoup ont interprété ces mots comme un avertissement face à un complot venant de l’intérieur même du gouvernement américain. Cet avertissement semble directement lié à l’épisode de la baie des Cochons. John F. Kennedy fait sans doute référence au système soviétique basé sur le secret et la censure.

Mais on peut aussi se demander si le président américain n’a pas voulu désigner à travers ce terme de « sociétés secrètes » les personnes qui ont permis – au sein des services secrets ou au sein du gouvernement des Etats-Unis – de divulguer à la presse l’information sur l’invasion de la baie des Cochons à Cuba, mettant ainsi en péril les plans d’invasion et menant l’administration américaine à un échec diplomatique mondial face à la Russie.

On apprend aussi dans l’article d’un journaliste du Washington Post que la CIA avait maintenu les opérations d’invasion à Cuba, tout en sachant que « les russes avaient été avertis de la baie des Cochons ». Ceci remet profondément en cause l’efficacité des services secrets américains et cela pose la question de savoir pourquoi une telle erreur a été permise, et éventuellement de savoir si cette erreur des services secrets a été intentionnelle ou pas.

Reste à savoir si John F. Kennedy dénonçait simplement les méthodes secrètes qui avaient permis à la presse de recueillir des informations confidentielles sur ce projet d’invasion, ou bien si, tout en dénonçant le communisme et la censure officielle, il pointait également du doigt l’existence d’une société secrète réelle au sein du gouvernement américain ou d’espions oeuvrant contre l’intérêt des Etats-Unis et de leur pays, en pleine guerre froide avec la Russie.

Le Président et la Presse: Adresse devant l’Association américaine des éditeurs de journaux, le 27 avril 1961

JFK Library

I.

Le mot même de «secret» est répugnant dans une société libre et ouverte; et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents dépassent de loin les dangers qui sont cités pour la justifier. Même aujourd’hui, il est de peu de valeur de s’opposer à la menace d’une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd’hui, il y a peu de valeur dans l’assurance de la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il est d’un très grave danger qu’un besoin annoncé pour plus de sécurité soit saisi par ceux qui sont inquiets de développer son sens dans les limites mêmes de la censure officielle et de la dissimulation. Car je n’ai pas l’intention de le permettre dans la mesure où cela reste sous mon contrôle. Et aucun fonctionnaire de mon administration, que son rang soit élevé ou bas, civil ou militaire, ne doit interpréter mes paroles ici ce soir comme une excuse pour censurer les informations, pour étouffer la dissidence, pour couvrir nos erreurs ou pour cacher à la presse et au public les faits qu’ils méritent de connaître.

Mais je demande à chaque éditeur, chaque rédacteur et chaque journaliste de la nation de réexaminer ses propres normes, et de reconnaître la nature du péril de notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse se sont joint habituellement dans un effort basé en grande partie sur l’auto-discipline, pour empêcher des divulgations non autorisées à l’ennemi. En temps de « danger clair et présent », les tribunaux ont statué que même les droits privilégiés du Premier Amendement doivent céder le pas au besoin du public pour la sécurité nationale.

Aujourd’hui aucune guerre n’a été déclarée – et aussi acharné que le combat puisse l’être, il peut ne jamais être déclaré d’une façon traditionnelle. Notre mode de vie est menacé. Ceux qui se font notre ennemi s’avancent autour du globe. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant aucune guerre n’a été déclarée, aucune frontière n’a été franchie par des troupes en marche, aucun missile n’a été tiré.

Si la presse s’attend à une déclaration de guerre avant d’imposer l’autodiscipline des conditions de combat, alors je peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais posé une si grande menace pour notre sécurité. Si vous attendez le verdict d’un « danger clair et présent », alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été plus clair et que sa présence n’a jamais été plus imminente.

Cela exige un changement de perspective, un changement de tactique, un changement dans les missions – par le gouvernement, par le peuple, par chaque chef d’affaires ou responsable professionnel, et par tous les journaux. Car nous sommes confrontés dans le monde à une conspiration monolithique et impitoyable qui repose principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence – sur l’infiltration plutôt que l’invasion, sur la subversion plutôt que les élections, sur l’intimidation plutôt que le choix libre, sur la guérilla de nuit au lieu des armées de jour. C’est un système qui a enrôlé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine très serrée, extrêmement efficace, qui combine des opérations militaires, diplomatiques, du renseignement, des opérations économiques, scientifiques et politiques.

Ses préparatifs sont dissimulés, et pas publiés. Ses erreurs sont enterrées, et pas en titre des journaux. Leurs dissidents sont tus, et pas glorifiés. Aucune dépense n’est remise en cause, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé. [Ce système] mène la guerre froide, en bref, avec une discipline de temps de guerre qu’aucune démocratie n’aurait jamais espéré ou voulu égaler.

Néanmoins, toute démocratie reconnaît les restrictions nécessaires à la sécurité nationale – et la question reste de savoir si ces restrictions doivent être plus strictement observées si l’on veut s’opposer à ce genre d’attaque ainsi qu’à l’invasion pure et simple.

Les faits de l’affaire sont que les ennemis de cette nation ont ouvertement vanté d’acquérir l’information à travers nos journaux, une information qu’ils auraient autrement engagé d’acquérir à travers des agents par le vol, la corruption ou l’espionnage; que les détails des préparations secrètes de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l’ennemi ont été disponibles à tous les lecteurs de journaux, amis et ennemis; que la taille, la force, l’emplacement et la nature de nos forces et de nos armes, nos plans et notre stratégie pour leur utilisation, ont tous été mis en évidence dans la presse et d’autres médias d’informations à un degré suffisant pour satisfaire toute puissance étrangère; et que, dans au moins un cas, la publication des détails concernant un mécanisme secret dans lequel des satellites ont été suivis a nécessité sa transformation au détriment de beaucoup de temps et d’argent.

Les journaux qui ont imprimé ces histoires étaient loyaux, patriotiques, responsables et bien intentionnés. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n’auraient sans doute pas publié ces articles. Mais en l’absence d’une guerre ouverte, ils ont seulement reconnu les tests du journalisme et non les tests de la sécurité nationale. Et ma question, ce soir, est de savoir si des tests supplémentaires ne devraient pas être adoptés maintenant.

Il appartient à vous seuls de répondre à la question. Aucun fonctionnaire public ne doit répondre pour vous. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir à la nation, compte tenu de toutes les responsabilités que nous assumons maintenant et de tous les moyens à portée de main pour répondre à ces responsabilités, si je ne recommandais ce problème à votre attention, et n’exhortais sa considération réfléchie.

En de nombreuses occasions précédentes, j’ai dit – et vos journaux ont constamment dit – que ces temps sont des temps qui font appel au sentiment du sacrifice et à la discipline de chaque citoyen. Ils appellent tous les citoyens à peser leurs droits et leur confort contre ces obligations envers le bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que ces citoyens qui servent dans l’industrie des journaux se considèrent comme exonérés de cet appel.

Je n’ai pas l’intention de mettre en place un nouveau bureau de l’information de guerre pour régir le flux d’informations. Je ne suggère pas de nouvelles formes de censure ou de nouveaux types de classifications de sécurité. Je n’ai pas de réponse facile à ce dilemme que j’ai posé, et je n’aurais pas cherché à l’imposer si j’en avais. Mais je demande aux membres de la profession et de l’industrie de la presse dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du présent danger, et de tenir compte de l’obligation de la maîtrise de soi que ce danger impose sur nous tous.

Chaque journal se demande maintenant, en respect de chaque histoire: «Est-ce des informations? » Tout ce que je suggère, c’est que vous ajoutiez la question: «Est-ce que c’est dans l’intérêt de la sécurité nationale? » Et j’espère que tous les groupes en Amérique – les syndicats et les hommes d’affaires et les fonctionnaires à tous les niveaux– se poseront la même question sur leurs efforts, et soumettront leurs actions aux mêmes tests exigeants.

Et si la presse de l’Amérique devait examiner et recommander l’acceptation volontaire de nouvelles mesures ou de mécanismes spécifiques, je peux vous assurer que nous allons coopérer de tout coeur avec ces recommandations.

Peut-être qu’il n’y aura pas de recommandations. Peut-être qu’il n’y a pas de réponse au dilemme rencontré par une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et sans précédent. Mais c’est un temps de paix et de péril qui ne connaît pas de précédent dans l’histoire.

Discours intégral de John F. Kennedy: http://www.jfklibrary.org/Research/Research-Aids/JFK-Speeches/American-Newspaper-Publishers-Association_19610427.aspx

Pourquoi WikiLeaks est peut-être un projet gouvernemental en faveur de la transparence politique

Nombreux sont ceux qui, au sein des gouvernements, et notamment au sein du gouvernement américain, accusent WikiLeaks de trahison et d’avoir porté atteinte à la sécurité des Etats. Pourtant, il n’y a rien de plus étrange que de porter de telles accusations, alors que la transparence politique est à l’origine une idée soutenue par les gouvernements occidentaux.

Open Data, Open Gov, ouverture des données publiques: tout ces concepts rejoignent l’idée de transparence politique. Il n’y a qu’à lire Wikipedia pour le comprendre: « En Europe et dans certains pays, des directives et lois imposent aux collectivités de publier certaines données publiques sous forme numérique. » (Article sur les « données ouvertes ») La transparence politique, c’est donc une idée gouvernementale. Le concept a aussi été développé en France et en Europe, avec des initiatives comme Démocratie Ouverte (traduction d’Open Gov). Mais l’organisation WikiLeaks, qui fait exactement la même chose que toutes ces organisations, en ouvrant des données au public, se fait bizarrement attaquer de tous côtés par le gouvernement américain et par d’autres acteurs du monde politique, alors que la transparence politique est une idée gouvernementale. On accuse WikiLeaks de trahison, alors qu’ils révèlent simplement les failles du système politique et que leur travail n’est pas différent de ces groupes qui, au sein des gouvernements, font la promotion de l’ouverture des données publiques.

Mais personne ne s’est jamais posé la question: et si WikiLeaks n’était qu’une émanation de ces programmes gouvernementaux qui défendent la transparence politique? et si WikiLeaks n’était qu’un outil parmi d’autres, pour lutter contre la corruption et améliorer le fonctionnement de nos démocraties corrompues et en pleine crise économique?… Comme le rappelle un article du Monde, L' »open data », un outil pour la transparence des administrations, il n’y a rien de mal à divulguer certaines informations collectées par les gouvernements: c’est un concept à la mode, un concept qui vient lui-même des Etats-Unis et qui est apparu en 2007 sous le nom de la loi « OPEN Government Act« . En 2009, Barack Obama lui-même relance le projet sous le nom d’Open Government Initiative. Pour résumer, les Etats-Unis, le pays qui déclare WikiLeaks comme un ennemi à la sécurité nationale (au même titre qu’Al-Qaïda), est en même temps le pays qui a inventé le concept d’Open Gov et qui a incité l’ouverture des données publiques. Si vous raisonnez de manière logique, vous auriez plutôt tendance à dire qu’en fait, WikiLeaks, loin d’être un ennemi des gouvernements, serait au contraire un outil très utile aux mains des Etats-Unis et des gouvernements qui ont enclenché des programmes d’Open Gov et d’Open Data.

Bien sûr, nous n’aurons pas tout de suite la réponse à cette question – de savoir si WikiLeaks est ou n’est pas au service des gouvernements en quête de transparence -, mais le mystère qui règne autour de l’organisation WikiLeaks est peut-être, en partie, une explication à ce problème. Si WikiLeaks était une organisation totalement indépendante des gouvernements, il y aurait sans doute beaucoup plus de facilité de contact. Or, on constate qu’il est très difficile de contacter cette organisation, qu’il n’y a pas d’email ni d’adresse officielle, et que les journalistes qui ont pu interviewer Julian Assange travaillent souvent pour des grands titres de presse, plus ou moins liés aux gouvernements. A partir de là, nous posons la question: est-ce que l’organisation WikiLeaks est si difficile à contacter, par mesures de sécurité, tout simplement parce que, derrière cette organisation, repose le travail de personnes liées à des services secrets et à des gouvernements impliqués dans le projet? est-ce que WikiLeaks est un projet gouvernemental an faveur de la transparence politique, mais un projet caché sous le nom d’une ONG « non-gouvernementale »? La réponse la plus évidente serait, en effet, que WikiLeaks a un rôle à jouer dans ces projets gouvernementaux concernant la transparence politique.

De plus, quoi de plus utile qu’une telle organisation pour réformer les systèmes de nos démocraties corrompues et vieillissantes? Les Etats-Unis devraient se réjouir du rôle de WikiLeaks qui, à travers l’affaire Manning, a révélé le dysfonctionnement de l’armée américaine et la déshumanisation de certains soldats, qui tirent aveuglément sur des victimes civiles ou des cibles terroristes. Les Etats-Unis devraient remercier l’organisation WikiLeaks de ce que ces révélations apportent à la démocratie américaine, à la prise de conscience de la population qui va peut-être permettre de changer les mentalités et de responsabiliser la classe politique face à leurs décisions et à leurs actions.

WikiLeaks est la meilleure des choses qui aient pu arriver aux Etats-Unis, le meilleur outil pour réformer le système politique, là où les Etats-Unis auraient dû dire, en soutien au travail de WikiLeaks: « si quelque chose ne va pas, nous allons le changer, heureusement qu’il y a des gens comme WikiLeaks pour révéler les failles de nos démocraties, car c’est grâce à eux que la démocratie américaine pourra continuer à exister ». Au final, les Etats-Unis ou plutôt une partie des responsables politiques ont attaqué et condamné WikiLeaks, ce qui est une réaction très décevante. Comme on peut le voir dans cette vidéo officielle, certains représentants aux Etats-Unis ont même appelé à l’assassinat de Julian Assange. Si les Etats-Unis avaient soutenu WikiLeaks dans ses publications, cela aurait donné un élan à la démocratie dans le monde et cela aurait redonné de l’espoir à beaucoup de gens déçus par la politique américaine. WikiLeaks était la meilleure des choses qui pouvaient aider à changer le système politique des Etats-Unis, malheureusement le gouvernement américain a pour le moment une attitude peu réceptive à l’égard de WikiLeaks, et comme on le voit aux réactions du Pentagone, l’escargot américain se replie dans sa coquille, au lieu de saisir la chance d’aller vers plus de démocratie.

kimono

CC BY-SA

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités