Facebook, Twitter et Instagram ont envoyé des flux qui ont aidé la police à pister les minorités à Ferguson et Baltimore, selon un rapport

Washington Post, Craig Timberg et Elizabeth Dwoskin, le 11/10/2016

800px-internet_censorship_and_surveillance_world_map-svg_wikiUn puissant programme de surveillance que la police a utilisé pour le suivi des manifestations à caractère ethnique à Baltimore et Ferguson, Mo. [Missouri], s’est appuyé sur des flux de données d’utilisateurs fournies par Twitter, Facebook et Instagram, selon un post publié mardi sur le blog de l’ACLU.

Les entreprises auraient fourni les données – y compris souvent les emplacements des utilisateurs – à Geofeedia, une société basée à Chicago qui, dit-elle, analyse les messages des médias sociaux pour fournir des informations de surveillance à 500 agences d’application de la loi. Les entreprises des médias sociaux ont cherché à restreindre l’accès de Geofeedia aux flux de données des utilisateurs au cours des dernières semaines, après que l’ACLU les a découverts et a alerté les entreprises à propos de l’exposition imminente du public.

Lire la suite: https://www.washingtonpost.com/news/the-switch/wp/2016/10/11/facebook-twitter-and-instagram-sent-feeds-that-helped-police-track-minorities-in-ferguson-and-baltimore-aclu-says/

Publicités

L’Etat Islamique (ISIS) a publié un Guide pour savoir « Comment Tweeter en toute sécurité, sans donner votre position à la NSA »

Johnlee Varghese, 19 octobre 2014

L’État Islamique a publié un guide de formation sur la façon de tweeter en toute sécurité, sans donner d’informations importantes, comme la localisation de l’utilisateur, aux services de renseignement, y compris la NSA.

Un document de l’EI (ISIS) largement partagé parmi les followers de l’Etat islamique demande à tous les jihadistes de supprimer les métadonnées de leurs tweets et de cesser de poster les noms, les lieux et les photographies identifiables pour tromper la NSA ou d’autres agences de renseignement.

Lire la suite: http://www.ibtimes.co.in/isis-releases-training-guide-how-tweet-safely-without-giving-out-your-location-nsa-611734

L’armée américaine a étudié comment influencer les utilisateurs de Twitter dans une recherche financée par le Darpa

• Le Département de la Défense a dépensé des millions pour la recherche sur les réseaux sociaux
• Les études axées sur Occupy et les protestations au Moyen-Orient
• Les projets ont aussi analysé les mèmes, les célébrités et la désinformation

Ben Quinn et James Ball à Londres, 8 juillet 2014

A person with an iPad takes a photographLe DARPA a défendu le financement, y compris l’étude des militants sur les réseaux sociaux et l’influence de Lady Gaga, comme une chose essentielle pour les intérêts américains.

Les activités des utilisateurs de Twitter et d’autres services de médias sociaux ont été enregistrés et analysés dans le cadre d’un grand projet financé par l’armée américaine, dans un programme qui couvre un champ similaire à l’expérience controversée de Facebook sur la façon de contrôler les émotions par la manipulation des flux d’actualités.

La recherche financée directement ou indirectement par l’entité du Département américain de la recherche militaire de la Défense, connu sous le nom de DARPA, a impliqué des utilisateurs des destinations les plus importantes d’Internet, y compris Facebook, Twitter, Pinterest et Kickstarter Impliqué, pour des études de relations sociales et sur la propagation des messages.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/jul/08/darpa-social-networks-research-twitter-influence-studies

Vidéo: le Pentagone et la manipulation des médias sociaux

Russia Today, 26 juillet 2014

Texte de la vidéo sur Dailymotion:

Les défenseurs de la protection de la vie privée sont très agités après la révélation que le gouvernement US aurait pu être derrière une expérience récente sur Facebook. Le média social essaie de manipuler les émotions des utilisateurs en leur montrant différents flux d’actualités. Marina Portnaya rapporte que Washington a un goût pour ce genre de recherches.

Quand la plus grande plateforme de médias sociaux au monde surveille ses utilisateurs, le scandale n’est pas loin.

« L’étude pour voir comment Facebook peut influencer l’état émotionnel de ses utilisateurs, sur ce flux d’infos. »

« Elle a permis aux chercheurs de manipuler les flux d’actualité de 700 000 utilisateurs, certains ont vu des informations positives sur leurs amis, d’autres plus négatives. »

« Je ne suis pas surpris, nous sommes tous des sortes de rats de laboratoires dans cette grande expérimentation Facebook. » Mais ça n’était pas qu’une expérience avec Facebook. Il s’avère que l’étude psychologique était liée aux recherches du gouvernement US sur les désordres sociaux.

« C’est vraiment flippant », et ça ne s’arrête pas là. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que le Département US de la Défense aurait dépensé environ 20 millions de $ sur des études visant à apprendre comment manipuler le comportement sur Internet dans le but d’influencer l’opinion. L’initiative fut lancée en 2011 par l’Agence de recherche sur les programmes avancés du Pentagone connue sous le nom de DARPA. Le programme peut être décrit comme un effort des médias US pour devenir meilleurs à détecter et mener des campagnes de propagande via les médias sociaux.

Traduction, quand des messages anti-gouvernement ont une diffusion virale, Washington veut trouver un moyen pour répandre la contre-opinion.

« Ils veulent dominer ce qu’ils appellent le champ de bataille de l’information. Ce qu’ils cherchent, c’est développer des méthodes et techniques pour le faire, et ça devient très effrayant au point de vue du respect de nos droits et sans savoir si nous recevons des informations exactes. »

Le chercheur sur la sécurité et la vie privée Kevin Gallagher dit que le moyen pour le gouvernement US de répandre la més-information est de créer des faux profils sur Twitter.

« On est suivi par beaucoup de ces comptes qui n’ont pas vraiment travaillé leur profil. »

Apparemment, j’aurais un faux adhérent.

« Regardez ce compte. Il a twitté à tous vos collègues, essayant de vous attirer vers ce lien. »

Selon le Guardian, certaines des recherches financées par le Département de la Défense, ont surveillé et analysé les flux Twitter d’activistes d’Occupy et auraient été jusqu’à envoyer des messages à des utilisateurs de médias sociaux dans le but de tracer et étudier leurs réponses. En pleine ère de l’information de masse, les critiques disent que manipuler les messages devient rapidement un instrument de valeur pour l’armée US.

Traduction par hussardelamort

Dean Keim: L’ère de la caricature des lanceurs d’alerte

The Pied Whistle Blower - Dean KeimRécemment, Wikileaks a partagé sur les réseaux sociaux une caricature des lanceurs d’alerte réalisée par Dean Keim, sous le titre anglais « The Pied Whistle Blower« , inspiré du conte « The Pied Piper » (Le Joueur de flûte), d’après le conte de Grimm.

On y voit les 3 héros de nos temps modernes, Bradley Manning, Julian Assange et Edward Snowden, devenus eux-mêmes les joueurs de flûte, de tambour et de trompette, menant le peuple américain loin des piliers érigés par les gouvernements, et devançant les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine.

L’auteur de cette caricature, Dean Keim, aura sans doute voulu signifier le déclin de la démocratie américaine face aux nombreux scandales qui font irruption dans ce pays: torture, crimes de guerre, espionnage. Aussi, la crédibilité du président Obama est remise en cause, lui qui n’arrive plus à dompter les foules – comme le suggère le dessin – et qui voit l’ensemble des citoyens se retourner contre les pratiques de la NSA et des services secrets.

Les lanceur d’alerte Manning, Assange et Snowden domptent la foule dans ce dessin, mais le problème est de savoir si l’on sait où l’on va, dans ce déclin de la démocratie? Le vent de liberté d’expression qui souffle actuellement sur le monde, grâce aux lanceurs d’alerte, va-t-il durer, ou bien va-t-il se refermer sur nous, citoyens, pour nous imposer une censure encore plus grande que dans le passé? La musique suffira-t-elle à nous libérer de l’oppression?

Source: http://www.flickr.com/photos/42302753@N05/9624684908/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités